AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Des nouveaux personnages de la S5 sont maintenant jouables (d'autres arriveront par la suite ! Merci de ne pas prendre un perso non répertorié dans les PV )
Si IE est momentanément inaccessible : pas de panique ! Deux liens d'infos à connaître : Twitter ou Facebook
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes : Delinquents, Hemerians et Arkers ! Essayez de les privilégier
Les habitants du Mont Weather sont jouables ! Ils offrent quelques Tcs bonus à la validation, n'hésitez pas à peupler le bunker

Partagez|

[22/04/82] I've got aches that take the shape of sticky lips & a kiss with the light out. [...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Clow
Admin


Messages : 284
Date d'inscription : 20/02/2018
Ft : Hayden Christensen
Crédits : Varian/Lydie (Avatar) + Code de Quiet Riot + Citation de la série "Dexter" + du Film "Jekyll"

Inclement Earth

MessageSujet: [22/04/82] I've got aches that take the shape of sticky lips & a kiss with the light out. [...] Sam 31 Mar - 15:32

La fourchette chrono :
 

P'tite précision :
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
   
I've got aches that take the shape of sticky lips & a kiss with the light out. I’ve got scars from falling too hard. Its the mantra of the broken : Never again.
[Citation de Opium Twins - Never again] - feat Yukstoka - ♫ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Je fais rouler mes épaules, alors que je regagne l’étage des novices. La journée a été longue. Comme toutes celles que j’ai pu vivre, depuis que je suis à Polis. Bien entendu, je ne m’en plains pas véritablement. Si les divers candidats au titre de Heda se tournaient les pouces en attendant que leur Conclave n’arrive, cela laisserait à présager que le Commandant n’est qu’une feignasse, incapable aussi bien de combattre, que de mettre en place des stratégies. Car – et contrairement à ce que certains débiles d’utopistes aimeraient – on meurt assez facilement, dans le monde qui est le mien. Si autrefois, nous étions considérés vieux à partir de 50 ans ou plus, là, à 45 ans, on est un miracle de la nature, un ancêtre qui a été assez chanceux pour réussir à passer entre les mailles du filet des maladies, ou trop couard pour avoir su échapper aux griffes de Raesia ! (Et encore, ça, c’est uniquement dans les temps où il n’y a pas de conflits humains qui grondent !). Si le fauve a conscience de la difficulté de son monde, le gringalet, lui, soupire. Il n’est pas rare que le maladroit évoque à quel point ils ont de la chance, comparé à certains de leurs ancêtres, car Kongeda les préserve de bien des soucis. Clow est un fervent admirateur des divers Heda qui ont œuvré, à tour de rôle, pour que la Coalition croisse et perdure. Toutefois, comme Clow ne cesse de le répéter, cette alliance est perfectible, ainsi que le montre le mauvais traitement que les Nthas peuvent subir, au sein même de Kongeda, alors qu’ils devraient pouvoir vivre librement, comme tout à chacun. Le loup gronde toujours, lorsque le malhabile s’exprime ainsi : pour lui, seule la mort est bonne à donner à ceux qui s’en prennent aux Nthas, à Kongeda comme en dehors. Bien entendu, je pense tout particulièrement à Yuko, lorsque j’évoque les Nthas qui se font agresser, à cause de ce qu’ils sont. Mais ce problème, je le sais, je le réglerais plus tard….

Pour l’heure, c’est d’un pas ouvertement las que je me dirige vers ma chambre. Le minus a eu une rude journée. La matinée a été composée de longues heures de cours théoriques, sur les us et coutumes des divers clans composant la Coalition (il faut bien que Heda sache comment fonctionnent les maintes tribus dépendant de l’alliance !), ou encore des cours de lecture (oui, il faut bien que le Commandant soit en mesure de déchiffrer les symboles d’antan ! Les livres pouvant être une ressource précieuse, si on sait comment s’en servir.). L’après-midi a été partagé entre des cours d’équitation et d’entretien de sa monture, pour se terminer par un très long entraînement au combat. Inutile de dire que le gringalet dégingandé a préféré la matinée à l’après-midi ! Car entre ses gamelles à cheval, et les coups qu’il n’a su éviter, durant les cours de maniement aux armes… Et bien entendu, il y a eu des témoins, à tout cela ! Que ce soit parmi les quelques novices de son groupe, ou parmi les badauds qui se sont pressés pour voir les Nightblood s’exercer. Il faut bien que tout le monde puisse voir à quel point le Podakru est maladroit, et contribue à faire connaître à tous l’absence de talent de celui-ci ! C’est un travail de chaque instant, d’avoir l’air aussi pataud, croyez-moi. Parvenir à garder un certain équilibre entre maladresse et attachement du type qui fait de son mieux pour ne pas être trop à la traîne… Afin d’inciter les gens à me prendre en pitié, mais sans pour autant me prendre pour un cas perdu qui ne fout rien. Car ça, j’avoue que je ne pourrais pas le supporter. Si ça ne me fait rien, de savoir qu’on se rit de ma pseudo maladresse, je ne tiens guère à ce qu’on se moque de moi en permanence. Mon égo peut se taire, mais pas se dissimuler entièrement !

« La sanyrt est dans tes quartiers. », me fait savoir un gona, dans le couloir. Bien que l’ensemble de la tour soit surveillée, il est logique que des guerriers soient placés, en tout temps, là où résident les novices. Heda tient à ce que nous soyons en sécurité. Il en va de l’équilibre de la Coalition. J’avoue que je serai assez curieux de voir ce que le Fleimkepa proposerait, si jamais tous les novices venaient à disparaître, avant le Conclave… Passons… Mon regard se pose sur le soldat qui vient de me faire savoir que j’avais de la visite. Intérieurement, le loup retrousse ses babines dans un sourire carnassier. La Ntha est la marionnette dont je suis le plus fier. Mais ce sourire n’est qu’intérieur, j’affiche un bref air de surprise, avant de froncer les sourcils, et de hocher la tête. « Oh, il est vrai qu’elle m’avait dit vouloir me voir. », soupiré-je, en désignant mon bras, blessé durant la chasse rituelle, et libéré de son attèle il y a peu. Bien entendu, je n’avais pas oublié ce rendez-vous. C’est que Pakstoka a une très bonne mémoire. Mais le loup est joueur. Une chose que j’aime particulièrement voir chez Yuko : sa jalousie. Alors je la fais apparaître, ponctuellement, de toutes les manières possibles. Comme pour lui rappeler qu’elle est mienne. Bien entendu, comme pour tout le reste, il faut savoir doser. Ne pas trop en faire, mais ne pas rien faire du tout également. Juste de quoi lui remettre en tête l’évidence, que je suis le seul en mesure de vraiment la comprendre. Cela dit, si Pakstoka est joueur, Clow est connu de tous pour être ponctuel et aimer à tenir ses engagements, en temps et en heure. Chose bien difficile, avec un planning sujet aux imprévus, comme peut l’être celui d’un Natblida. Une chose plus facile à accepter pour le loup, qui sait même en jouer, suivant les gens, d’avoir à arriver en retard. C’est donc en soupirant et en fronçant les sourcils que l’inoffensif Podakru fini par ouvrir la porte de sa chambre, s’apprêtant à subir les foudres de la sanyrt.

Celle-ci, d’ailleurs, est assise sur la petite malle en bois, se trouvant au pied de mon lit. En un seul regard, je peux percevoir l’énervement qui est sien. Je la connais plutôt bien, ma jumelle. De là à savoir ce qu’elle me reproche exactement, par contre, c’est une autre paire de manche. Les femmes peuvent se prendre la tête pour un rien, je l’ai bien appris, au cours des années écoulées. « Désolé pour le retard. Longue journée. », dis-je, en refermant la porte derrière moi. Oui, je commence directement par des excuses. Il faut savoir prendre sur soi, quand on veut manipuler correctement les gens. Le mieux étant de leur laisser à croire qu’ils sont en position de force, alors que la réalité est tout autre. Je pousse un soupir, tout en me débarrassant de ma veste. Non sans grimacer, par ailleurs : mon corps est douloureux. Enfin, prétendument. Je suis bien plus sportif que les gens ne peuvent bien le savoir. Cela dit, quand je fais exprès de me blesser – autrement dit : presque tout le temps – je ne fais pas semblant. Alors si je feins d’être fourbu après une journée d’entraînement, je ne joue pas, lorsque je me plains de diverses blessures. Aujourd’hui, à maintes reprises, l’étourdi est tombé à maintes reprises de son cheval, et n’a su parer diverses attaques. Alors ce soir, j’ai assez mal. Mais mes muscles, en réalité, se portent plutôt bien, même si je ne les épargne pas non plus : je ne les sollicite juste pas autant que je le pourrais ! Je ne trouve cependant pas nécessaire de préciser que j'ai été manger en compagnie d'autres novices, ce soir. On nous demande, après tout, d'être un minimum uni, afin de s'épauler, durant notre formation (plutôt ironique, quand on sait qu'à l'issue de celle-ci, on nous imposera de nous tuer, mais bon, je fais ce que l'on attend de nous !). De fait, mon retard est plutôt conséquent. « Alors si tu veux m’engueuler, fais-le vite, d’accord ? », demandé-je à l’intention de la brune, en allant la rejoindre, sur la malle. M'asseyant à côtés d'elle, à l'issu de ma phrase. Déposant un baiser sur sa tempe. Manipulation. Laissant tomber ma tête sur son épaule, fatigué. Jeu. Attrapant sa main pour la serrer dans la mienne. Possession. Car si je ne suis pas amoureux de Yuko, il n'en reste pas moins vrai qu'elle est la seule pour laquelle j'éprouve réellement quelque chose. Quoi ? Je l'ignore. Mais le loup sait qu'elle est sienne, que lorsqu'il sera à la tête de Kongeda, elle sera la seule qui soit digne de siéger à ses côtés, la seule digne de porter - officiellement cette fois - ses enfants.

   
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yuko
Admin


Messages : 384
Date d'inscription : 14/03/2018
Ft : S. Rundle
Crédits : Gat' (vava) / old money. (sign')

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [22/04/82] I've got aches that take the shape of sticky lips & a kiss with the light out. [...] Dim 20 Mai - 20:49

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I've got aches that take the shape of sticky lips & a kiss with the light out.
Yukstoka | The more something is forbidden, the more people want to do it. There is a charm about the forbidden that makes it unspeakably desirable. “A woman who opens her heart to love you when it's already broken, is braver than any person you'll meet.”

Depuis la veille au soir, je n'attends que ce moment. Celui où je vais pouvoir enfin retrouver mon jumeau.  Pour des soins sur son bras, telle est la raison officielle de ma venue à cet étage, son étage. Mais, c'est surtout pour le voir et passer un peu de temps avec lui. Ainsi donc, je lui avais laissé l'un de mes messages codés que je lui laisse, sous l'encadrement de sa porte, dès que possible. Moi qui ne sait ni lire ni écrire, j'ai du trouver un moyen de me faire comprendre par Clow sans que personne d'autre ne puisse voir de sens à mes petits dessins. Parce que oui, j'aime bien dessiner à défaut de savoir manier la plume. Un symbole pour le jour, un autre pour le moment de la journée ainsi qu'un dernier pour l'endroit. Ils sont toujours cachés et intégrés à un ensemble bien plus banal. Et là, pour le coup, il s'agissait d'un arbre. Mais, pas n'importe lequel. Celui près duquel on se retrouve de temps à autre, lorsqu'on décide de s'éloigner un peu de la Tour et de Polis. Une sorte de petit endroit secret, même si cet arbre représenté ressemble à tant d'autres dans les alentours pour quelqu'un d'extérieur. Impossible donc pour quiconque de savoir de quoi il en retourne. Personne, sauf Clow. Me voilà à toquer doucement à sa porte, après une journée qui m'a semblé interminable après cette nuit bien trop courte. Tendant mon oreille encore valide, je n'entends rien de l'autre côté de la lourde porte que je finis par entrouvrir. Comme le couloir est désert, je marmonne un petit « Pakstoka, t'es là ? » Pas de réponse. J'en profite alors pour me glisser dans la pièce tout en refermant doucement la porte derrière moi. Et non, il n'est définitivement pas encore là. Je me doute qu'avec ses occupations, il risque d'avoir un peu de retard. Comme bien souvent. Il me faudra donc prendre mon mal en patience. Heureusement, notre petit renard ne m'attend pas de si tôt. Il est avec Kirsten, notre voisine directe, et qui ressemblerait presque à une amie. Elle s'entend très bien avec Ewald et l'un comme l'autre ne voient pas le temps passé ensemble. Mon pauvre petit renard.. Il n'a vraiment pas passé une bonne nuit. Il s'est réveillé de bien nombreuses fois, souffrant d'un mal de ventre, venant me voir à chaque fois. Si bien qu'à sa troisième venue, je lui ai dit de rester dormir avec moi. Il ne s'est pas fait prier, allant même jusqu'à être un peu apaisé dans mes bras, même si cela ne l'a pas empêché de se réveiller encore quelques fois. J'ai, ainsi, fini ma nuit en espérant que ma journée soit plus que tranquille pour pouvoir rester avec Ewald, avant de rejoindre son père. Malheureusement pour moi, à peine les premiers rayons du Soleil se sont-il faits voir qu'on a toqué à ma porte. Le Fleimkipa me réclamait moi, et aucun autre Sanyrt. Cette personne m'impressionne beaucoup. Il me fait presque peur, en fait, pour une raison que j'ignore. C'est mon intuition qui me pousse à me méfier de lui, même si je fais de mon mieux envers lui pour ses soins. Je ne pouvais pas rêver mieux comme début de journée. Un soupir m'échappe alors. Toujours pas de Clow en vue. Je ne sais pas depuis combien de temps je suis ainsi à l'attendre, mais ma patience en arrive presque à bout. A deux doigts de retourner chez moi, je finis par me rasseoir sur sa malle, le regard perdu droit devant moi. Il a mal choisi son jour, mon instabilité pouvant me rendre imprévisible dans de telles situations.

La porte finit par s'ouvrir, laissant mon jumeau se montrer. Enfin ! Je roule des yeux alors même qu'il referme la porte. Je me retiens de lui lancer un accueil que j'estime être bien mérité face à tout ce temps pendant lequel je l'attendais. Je n'en ai même pas vraiment le temps, en fait. « Désolé pour le retard. Longue journée. » J'en soupire, alors que je reporte mon regard droit devant moi. Surtout que moi aussi, j'ai eu une longue journée. De loin pas comparable à la sienne, je l'avoue. Mais, c'est sans compter ma nuit plus que difficile. Lui, il n'a pas ce genre de soucis à gérer, ce qui me rend dingue d'ailleurs. Cela me tue, doucement mais sûrement, de devoir taire à Ewald le nom de son père alors qu'il se trouve pourtant dans la même ville et plus encore : dans la même Tour. Je garde le silence, pour le moment, attendant de voir s'il va ajouter quelque chose. Ce qui ne tarde pas, alors qu'il se rapproche de moi. « Alors si tu veux m’engueuler, fais-le vite, d’accord ? » Fermant les yeux une brève seconde, je le sens s'être assis à mes côtés. Son baiser réchauffe subtilement mon visage, ce qui a le don de m’exaspérer contre moi-même. Gardant la tête droite, je ne laisse que mon regard s'abaisser vers cette main serrant la mienne. A quoi il joue ? Il me dit que j'ai le droit de l'engueuler, et il agit ainsi ? Par tous les Dieux : qu'est-ce qu'il me rend dingue ! Plus que je ne peux l'être à la base, du moins. Mais, j'ai décidé de résister. Un peu. Avec détachement et sans le moindre mouvement vers lui, je lui demande le plus simplement du monde. « Pourquoi je devrai le faire vite ? J'ai pourtant tout mon temps.. » Et j'aurai de quoi dire, de quoi attaquer. Tout et tout le monde. Plissant les yeux, je la sens, cette colère aveuglée qui monte un peu plus. « Et moi aussi, j'ai eu une longue journée. » Et pourtant, j'étais là. A l'heure. Je finis par repousser, tout de même en douceur, sa main. Ce que je regrette surtout, c'est qu'on a perdu du temps ensemble.. Déjà qu'on ne peut pas se voir autant que je le voudrai, à cause de nos exigences respectives. Puis, il ne faut pas qu'on devine notre lien. Les choses pourraient bien mal tourner, pour lui comme pour moi. Sans oublier pour notre petit renard qui, par chance, jusqu'à présent, n'a pas vu son sang s'obscurcir. Pourtant, c'est un risque. Je le sais si bien. Mais, je ne peux pas me faire à l'idée que je risquerai de perdre Clow et Ewald. Je perdrai tout ce autour de quoi ma vie tourne, finissant par embrasser cette folie qui plane au-dessus de ma tête depuis.. cette nuit. Celle-là même qui m'a marqué à jamais autant physiquement que mentalement. Regardant devant moi, je finis par plisser les yeux en tentant d'éloigner cette crainte qui signerait ma fin. Personne ne me prendra mon -notre- fils et Clow, lui, finira par sortir victorieux de son Conclave. Les choses ne peuvent pas en être autrement. Elles ne doivent pas en être autrement. Finalement, je me lève pour me placer face à mon jumeau, qui est plus que cela. Je ne peux rien faire tant qu'il a sa chemise, de toute façon. Voilà pourquoi mes mains se posent sur ses épaules. J'ai juste.. besoin de ce contact pour tenter, difficilement, de mettre cette colère de côté. Ou au moins commencer à tenter de l'éloigner un peu. Car elle est toujours là, elle gronde toujours. Surtout que Clow n'y est pas si innocent, étant sans doute l'élément de trop aujourd'hui. Mais, il est aussi le mieux placé pour me permettre de dormir un peu mieux cette nuit. Il est le seul capable de rafistoler, au moins en apparence -car je doute être un jour pleinement comme celle que j'ai pu être-, cette ombre que je suis devenue. Il est aussi, du coup, le seul à raviver l'étincelle éteinte de mon regard. D'un simple mot. D'une simple caresse. Et c'est pour ça que je me raccroche à lui comme je le peux. Et que cette crainte de son Conclave me noue le ventre et me réveille régulièrement en sursaut en pleine nuit. En parlant de nuit, mon regard s’assombrit à nouveau alors que l'une de mes mains remonte jusqu'à sa chevelure. « Entre ton fils qui n'a pas réussi à trouver le sommeil de toute la nuit, Titus qui a demandé à me voir dès le levé du jour et.. Toi .. » Je ne termine même pas ma phrase, me contentant de soupirer, avant de secouer doucement la tête de gauche à droite. Délicatement, mes doigts de fée virevoltent près de son col, pour déboutonner ces quelques accroches. Une fois chose faite, mes mains s'attardent un peu trop à effleurer sa peau, sous sa chemise, avant de finir par la relever pour l'enlever une bonne fois pour toute. Un geste que je ne fais qu'avec lui, bien entendu. Les autres qui ont besoin de mes services se débrouillent seuls pour me laisser voir leurs maux si besoin. Cette énième blessure me laisse clairement penser qu'il paie bien trop cher le prix de son sang. « Allonge-toi et montre-moi ton bras. » que je glisse alors, posant sa chemise là où j'étais assise il y a peu, tout en me reculant d'un petit pas pour lui laisser un peu plus d'espace pour se relever. Certes, il aurait pu rester assis sur sa malle si je n'étais pas aussi fatiguée. Mais, là, j'ai juste envie de m'asseoir un peu plus confortablement au bord de son lit que de retourner sur cette malle.
©️ Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Clow
Admin


Messages : 284
Date d'inscription : 20/02/2018
Ft : Hayden Christensen
Crédits : Varian/Lydie (Avatar) + Code de Quiet Riot + Citation de la série "Dexter" + du Film "Jekyll"

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [22/04/82] I've got aches that take the shape of sticky lips & a kiss with the light out. [...] Mar 10 Juil - 22:54

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
   
I've got aches that take the shape of sticky lips & a kiss with the light out. I’ve got scars from falling too hard. Its the mantra of the broken : Never again.
[Citation de Opium Twins - Never again] - feat Yukstoka - ♫ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Sans surprise, la Sanyrt n’est guère d’humeur enjouée. Chez elle, la patience est une vertu qui n’est pas toujours présente, ainsi que j’ai pu l’apprendre, au fil des années passées à ses côtés. Ainsi donc, quand je suis en retour pour nos rendez-vous, je ne sais jamais dans quel état d’esprit je la trouverais. Mais pour ne rien vous cacher, cela ne rend la situation que plus intéressante et piquante, bien loin d’une monotonie qui serait des plus déplaisantes à mes yeux. Et il faut bien l’avouer : la part de fauve en moi n’aime que trop jouer avec les nerfs de la brune, pour mieux parvenir à asseoir mon emprise sur elle. Comme pour mieux lui faire indirectement rentrer dans le crâne, à quel point elle a besoin de moi, à quel point elle n’est pas grand-chose, sans moi à ses côtés. Que peu importe à quel point elle peut m’en vouloir, au final, elle n’est bien qu’auprès de moi, qu’il n’y a bien que moi qui suis en mesure de la comprendre. Et lui faire réaliser qu’elle ne pourra jamais men vouloir assez pour me rayer de sa vie. On pourrait croire que je joue avec le feu, mais ça n’est même pas le cas, en réalité, tant j’ai confiance en moi. Je pratique ce petit jeu, avec ma jumelle, depuis des années, à présent, et jusqu’à maintenant, ça n’a fait que la mettre un peu plus sous ma coupe. Gardez en tête qu’il est plus que rare que je fasse quelque chose par hasard. Mes plans sont bien trop grands pour être mis en danger avec un comportement impulsif. Tel un maître en échec, je m’efforce d’avoir toujours 2 ou 3 coups d’avance, afin que rien ne puisse entraver mes projets d’avenir. Rien ni personne ! Pas même Yuko. « Pourquoi je devrai le faire vite ? J'ai pourtant tout mon temps.. », s’offense-t-elle, boudeuse. Les babines du loup se retroussent en un sourire amusé, tandis que les lèvres de Clow affichent une moue narquoise. Comme pour la défier de traîner pour m’engueuler, sachant qu’elle ne tiendra pas, son caractère sait s’embraser, par moment. Notamment quand le temps que nous pouvons passer ensemble, se retrouve considérablement réduit, alors que déjà, il n’est pas bien long. « Et moi aussi, j’ai eu une longue journée. », précise-t-elle. Pire qu’une enfant, pour le coup, à s’amuser à comparer, de manière sous-entendu, les journées qu’elle peut avoir, avec celles qui me sont imposées.  Je ne nie pas que les siennes puissent être éprouvantes, mais sur un autre registre, et avec nettement moins d’imprévus, en théorie. « Ebaine… », commencé-je, utilisant ce prénom sous lequel elle se faisait appeler, depuis quelques années, par un cercle restreint d’individus de son entourage. Signe que je m’apprête à être on ne peut plus sérieux, pour la suite. Un éclat se tristesse se tapie dans la voix du Podakru, après que sa jumelle ait repoussé sa main. Habile manipulation de ma part, qui joue le jeune homme désemparé de voir sa jumelle – et tellement plus que cela ! – mettre autant de distance avec lui ! « Tu sais aussi bien que moi que je n’ai aucune latitude quant à mon emploi du temps. Je ne suis pas un esclave officiellement, mais j’ai autant de liberté qu’eux ! ». Il y a une pointe de regret dans la voix du maladroit. C’est que sa vie d’antan lui manque, même si cela signifiait devoir supporter, encore et toujours, les reproches de sa mère. Le loup, par contre, se sent enfin libre, à Polis. Certes, dans une liberté toute relative, puisqu’il ne peut faire ce qu’il veut, quand il le souhaite. Mais avec de la patience, il le pourra. Une fois qu’il sera Heda. Une fois que Kongeda sera mienne…

Un soupir franchi le seuil de mes lèvres, alors qu’elle fini par se lever, non sans avoir ostensiblement détourné le visage. La sensation de rejet éprouvé par l’ancien apprenti barbier est flagrant. Dans une autre vie, j’aurai pu prétendre à un oscar, tant je suis doué ! J’instille un peu de tristesse dans mon regard, en voyant Yuko paraître s’éloigner de la sorte. Intérieurement, je réprime un sourire, lorsque la Sanyrt, retournée vers moi, pose ses mains sur mes épaules, avant de les glisser dans mes cheveux. Clow ne parvient à s’empêcher de fermer doucement les yeux, comme pour mieux savourer cette douce caresse. « Entre ton fils qui n'a pas réussi à trouver le sommeil de toute la nuit, Titus qui a demandé à me voir dès le levé du jour et.. Toi .. », est ce que la jeune femme parvient finalement par admettre. Au gré de ses paroles, mes yeux se sont ouverts, pour s’ancrer dans les siens. Tentative de son jumeau de la rassurer, de lui transmettre l’idée qu’il la comprend. Jubilation du loup, de voir qu’elle est à ce point sous mon emprise, incapable de m’en vouloir, incapable même de se projeter dans une vie sans moi. Car c’est ça, que je déchiffre, dans sa phrase, dans le fait qu’elle ne puisse la terminer. « Je suis désolé. ». Le murmure est infime, mais il est bel et bien là. Bien entendu, ça n’est nullement pensé, mais ça en a tout l’air : à croire que je suis né pour jouer la comédie ! Parce qu’il est doux, Clow, et attentif aux autres, et plus encore à sa sœur. Que d’aussi loin que remontent leurs souvenirs, il a toujours tout mis en œuvre pour la faire sourire et rire, pour qu’elle se sente heureuse et aimée. Puisqu’il tient à Yuko, comme un frère, et plus encore comme un amant épris de sa belle. Belle qui, d’ailleurs, ne se gêne pas pour ôter le haut de celui-ci. Non pas dans un but de ne faire qu’un, même pas. Elle est bien trop pro, ma douce Yuko. Cependant, cet effeuillage est loin d’être entièrement pro, ses mains ne se privent pas pour s’attarder sur ma peau. Et ça n’est pas pour me déplaire. Il faudrait être aveugle pour ne pas remarquer que Yuko est une belle femme. N’oublions pas, de plus, l’attachement profond et viscéral que Clow éprouve pour elle. Alors rester de marbre face à de tels gestes, relèvent du domaine de l’impossible, pour le novice ! Docilement, je la laisse me débarrasser de ma chemise, l’aidant en levant mes bras au-dessus de ma tête quand le besoin s’en fait ressentir. « Allonge-toi et montre-moi ton bras. » Encore un ordre. Du moins est-ce perçu ainsi par le fauve. Celui-ci lève mentalement les yeux au ciel, tandis que le grand nigaud se contente de hocher positivement la tête. Lentement, il se lève, alors que la brune dépose la chemise désormais ôtée, là où elle était précédemment assise. « Bien, chef. », soufflé-je, poussant le vice jusqu’à lui murmurer ceci dans le creux de l’oreille. Je ne me suis pas gêné pour l’attirer jusqu’à moi, après m’être levé. Mains sur ses hanches, joue collée à la sienne, je reste ainsi quelques secondes. Jumeau trop proche de sa sœur, amoureux désœuvré de ne pouvoir assumer ouvertement cette liaison. Profonde inspiration de Clow, afin de mieux s’enivrer de l’odeur de son interlocutrice, comme si cela lui avait manqué, comme si cela était la seule chose capable de le faire tenir, au jour le jour. Le jeu se termine sur un baiser, chastement déposé sur le front de la guérisseuse passablement énervé. Les mains délaissent à regret sa fine taille, après s’être crispées autour de celle-ci quelques instants, comme pour mieux la coller contre moi. Soupirant, comme si cela me coûtait, je m’éloigne d’elle, pour aller m’allonger sur mon lit. Malicieusement, Clow n’a pas résisté cependant à la tentation d’attraper la main de la brune, afin de l’entraîner à sa suite. A croire qu’il est incapable de se priver de sa présence, maintenant qu’il peut en profiter, et tant qu’il peut en profiter. Enfin, je finis par m’allonger sur le dos, sur ce qui me sert de lit. Il y a un certain grognement qui m’échappe, accentué volontairement afin de laisser passer l’idée d’une rude journée, et de muscles endoloris. Ma tête roule sur le lit, afin de se poser vers Yuko. « Rassure-moi, tu ne t’amuses pas à déshabiller tous tes patients ! ». Un mélange d’amusement et de jalousie résonnent dans la voix du novice. Encore par jeu, encore pour faire l’amoureux transi. De mon bras qui fut blessé, je l’attire de nouveau vers moi, afin de la convier à prendre place sur mon lit. « Tu es mienne, Yuko. », terminé-je, après m’être redressé, en appui sur les coudes, pour lui voler un baiser. L’amoureux s’exprime, le manipulateur jubile. Une phrase mièvre, lancé par Clow, afin de confirmer, encore et toujours, à Yuko, qu'il ne voit que par elle, qu'il ne veut qu'elle, quand cela sera possible, officiellement. Un pur jeu, pour le marionnettiste.

   
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yuko
Admin


Messages : 384
Date d'inscription : 14/03/2018
Ft : S. Rundle
Crédits : Gat' (vava) / old money. (sign')

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [22/04/82] I've got aches that take the shape of sticky lips & a kiss with the light out. [...] Mar 2 Oct - 0:03

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I've got aches that take the shape of sticky lips & a kiss with the light out.
Yukstoka | The more something is forbidden, the more people want to do it. There is a charm about the forbidden that makes it unspeakably desirable. “A woman who opens her heart to love you when it's already broken, is braver than any person you'll meet.”

Je sais très bien que j'ai énormément de chance, de pouvoir vivre à Polis. Plus encore dans cette fameuse tour, dominant les alentours. Beaucoup seraient prêts à tout pour être à ma place. Travailler pour Lexa et ses proches, ainsi que toutes hautes figures faisant une halte entre ces murs. Ces gens ne voient que les avantages à un tel rôle. Sans doute sont-ils aussi des êtres opportunistes. Ce qui est loin d'être mon cas. J'ai juste voulu prendre le meilleur enseignement qu'il m'était donné d'acquérir. Et qu'il ait eu lieu ici ou ailleurs, le résultat aurait été le même. La protection offerte par Heda est loin d'être horrible à supporter et ce, même si je suis privée de certaines choses.. Au moins, je sais qu'en étant ici, dans cette tour, personne ne s'en prendra à moi. Du moins, pas réellement. Une nuance nécessaire, parce que je revis cette agression durant certaines de mes nuits agités, où mes rêves ne sont que cauchemars. Et qui me font me réveiller en sursaut, le cœur battant aussi fort que ce fameux soir, et des larmes coulant le long de mes joues. Par chance, Ewald n'en est que rarement réveillé. Il semblerait qu'il ait un sommeil nettement plus lourd que le mien. Et plus paisible, je l'espère. Lui, au moins, il semble s'épanouir comme tout garçon de son âge. Nombreuses sont les personnes qui le connaissent et qui veillent sur lui lorsque je ne peux pas l'avoir à l’œil. Lui aussi, il est protégé. Doublement, même. Grâce à Lexa, évidemment. Mais, par moi aussi. Juste parce qu'il est clair que si quelqu'un s'en prend à lui, il s'en prend à moi aussi. Il est encore jeune après tout. Ou peut-être que je le couve trop, je n'en ai aucune idée. Tout ce que je sais, c'est que je dois toujours faire au mieux pour qu'il ne manque pas de l'absence de Clow, avec le rôle qui devrait être le sien dans sa vie. J'aurai préféré que les choses se passent autrement pour notre petit renard. Et ça, tout en priant pour que son sang ne s'obscurcisse pas à son tour. C'est bien là l'une de mes plus grandes craintes. Qu'Ewald soit aussi destiné à être un novice, et qu'il se retrouve face à son père dans ces combats sanglants. Ceux-là même qui alimentent bon nombre de mes autres cauchemars. Parce qu'évidemment, j'y pense. Et je redoute ce jour. Parce que je sais très bien que si je perds Clow, je perds toute une moitié de moi. Certains donneraient n'importe quoi pour avoir ce soit disant honneur d'élever un futur novice. Mais, à mes yeux, si cela devait arriver à Ewald, ce ne serait qu'une véritable malédiction. Et bien évidemment, j'y pense. Alors que j'attends Clow, dans sa chambre. Il met mes nerfs à vif à mesure que le temps passe sans le moindre signe de présence de sa part. Là, j'ai juste envie de rentrer chez-moi et de récupérer de ma bien trop courte nuit passée. Tout, plutôt que de l'attendre comme ça. Finalement..

Il est là, sans doute juste à temps avant que je ne perde le peu de patience qu'il me reste pour la journée. Bien évidemment, je ne peux pas m'empêcher de grogner un peu en lui rappelant que moi aussi, j'ai passé une journée interminable. Alors, oui. Je sais bien qu'on attend énormément de sa part. Mais, quand même. C'est sans doute égoïste, de ma part, de lui en vouloir pour ce retard qui n'est même pas vraiment de sa faute, je le reconnais. Sauf que ma trop longue journée à juste raison du peu de bon sens qu'il peut me rester à ce moment-là. « Ebaine… » qu'il glisse alors, simplement, me faisant ainsi regagner le silence tout en reportant mon regard vers lui. Je comprends rapidement que ce qu'il va bien pouvoir me dire n'est de loin pas à prendre avec humour, qu'il va parler avec sérieux. Et donc, que j'ai tout intérêt à l'écouter, pour tenter de me calmer un peu même si je ne peux pas m'empêcher de refuser le contact de sa main. Mon regard n'est pourtant pas doux, pas amoureux en cet instant. Juste impatient, fatigué aussi. Très fatigué. « Tu sais aussi bien que moi que je n’ai aucune latitude quant à mon emploi du temps. » J'en détourne le regard, réprimant un soupire de peu. Oui, je le sais. Mais, est-ce que je n'ai pas le droit d'être blasée de ma journée ? De vouloir la terminer au plus vite, pour me jeter sous mes draps ? « Je ne suis pas un esclave officiellement, mais j’ai autant de liberté qu’eux ! » Certes. Ce rappel me fait légèrement baisser la tête et me ramène à ma propre condition. Non pas que je me considère comme une esclave, de loin pas. Mon occupation me plaît, m'intéresse aussi difficile puisse-t-elle être certains jours. Mais, je le suis, dans un tout autre sens. Une esclave du silence, qui ne peut décemment pas vivre aussi librement qu'elle le voudrait, elle non plus. Tout aurait été si différent s'il n'avait pas ce fameux sang noir coulant dans ses veines.. D'autres obstacles auraient du être à surmonter, mais pas qui me paraissent aussi imposants que ceux face à moi. Notre petit renard est lui aussi, involontairement, esclave de ce silence. Et tout cela est si pesant. Pourquoi rester ici, si lui comme moi, on se considère comme des esclaves, à des niveaux différents certes, mais ce n'était pas comme ça quand on était enfants. Penser à tout ça rend mes yeux plus brillants, se voilant même. Pourtant, cela fait presque une éternité que je m'efforce de ne rien laisser paraître. « Évidemment, que je le sais. » Une réplique qui paraîtrait presque comme étant boudeuse. J'ai beau le savoir, oui. Il n'en reste pas moins que cette situation est difficile au quotidien. De toute façon, si je reste à Polis ces prochaines années, ce sera à subir pour un moment encore. On en a déjà parlé des dizaines voire des centaines de fois. De ces vies qu'on est obligé de mener, ici, à Polis. Je ne dis rien de plus, cela ne servirait de toute façon pas à grand chose.

Décidant qu'il est finalement tant de commencer ce pourquoi je suis venue, je me lève. J'entends le soupire de mon jumeau. Comment est-ce qu'il serait possible de l'ignorer alors que tout est si calme dans la pièce ? Il n'empêche que je ne peux pas vraiment m'empêcher de passer cette main dans ses cheveux. Geste assez courant, une habitude que j'ai envers lui depuis tellement de temps. Qui montre sans doute aussi que finalement, même si je râle un peu, ça m'apaise de l'avoir près de moi. « Je suis désolé. » Des mots très simples, qui obligent presque mon regard à croiser celui de Clow avant que je ne me décide à retirer son haut. Ses manches longues ne vont vraiment pas me faciliter la tâche si elles restent là, à couvrir son bras blessé. Je ne peux d'ailleurs pas m'empêcher de jeter un coup d'oeil à sa blessure, au moment même où ce tissu finit pour de bon entre mes mains. Je m'en mords la lèvre, tout en me demandant ce qu'il a encore bien pu faire pour finir dans cet état. Mais, je ne m'aventure pas sur ce sujet, me contentant de lui dire de rejoindre son lit, pour me laisser m'occuper de son bras. « Bien, chef. » Et ce, même si j'ai un moment d'égarement en le sentant si proche de moi, ses lèvres effleurant presque mon oreille valide. Plus encore avec ses mains qui s'aventurent sur mes hanches. De toute façon, elles peuvent se poser n'importe où sur moi, plus rien n'a de secret pour elles. Quand aux miennes, impossible de les empêcher de remonter jusqu'aux épaules de mon jumeau pour s'y poser brièvement. Sans même m'en rendre compte, mes yeux se ferment. Pure illustration de la confiance que j'ai en Clow, étant certaine qu'à cet instant, personne ne peut me briser comme ça a été le cas des années auparavant. Sentiment assez déstabilisant pour quelqu'un comme moi, qui ne vit plus que dans une bulle coupée de tout qui rejoue chaque jour le même refrain. Inlassablement. Je ne les rouvre qu'en sentant la main de Clow s'emparer de l'une des miennes, pour m'amener près de lui, avant qu'il ne finisse par s'allonger, assez douloureusement visiblement. « Rassure-moi, tu ne t’amuses pas à déshabiller tous tes patients ! » Levant les yeux vers le plafond de cette chambre, je ne peux pas m'empêcher de soupirer. Ça aussi, on en a parlé un nombre incalculable de fois. Même si je sais que les rumeurs ne cessent pas de circuler à mon sujet, me donnant l'image d'une fille plus que facile. Fronçant les sourcils, je le laisse pourtant m’entraîner au bord de son lit. Il ne me laisse d'ailleurs pas vraiment le temps de répliquer, ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose tant je pourrai continuer de miser sur ma part intérieure bien froissée, encore, suite à cette trop longue journée. « Tu es mienne, Yuko. » qu'il finit par glisser, en profitant pour s'accaparer mes lèvres. Des mots et un contact particuliers, qui font redescendre encore cette folie d'un cran. Elle reste pourtant bien là, tapie en moi. Mes yeux se referment, alors que l'une de mes mains vient se poser, délicatement, sur son torse. D'un geste de la main, je lui fais comprendre qu'il vaudrait mieux qu'il se tienne tranquillement allongé maintenant. Me raclant la gorge, ils se rouvrent, allant même se poser sur ce bras blessé. J'en profite pour m'asseoir un peu plus confortablement près de mon jumeau. De là, je commence à juste passer doucement ma main sur son bras. Histoire de tenter de sentir où ça peut bloquer. Concentrée sur ce que je fais, je me risque tout de même à jeter un coup d'oeil vers Clow, tout en glissant un petit .. « Il y en a pour qui je suis obligée, s'ils ne peuvent pas le faire d'eux-même. » Et ça, il doit bien le savoir de toute façon. Ce n'est pas un secret et c'est même pour ça que certains se laissent à faire circuler des choses si loin de la réalité à cause de simples gestes de ce genre. Soupirant une fois de plus, je trouve sans trop de mal et sans trop appuyer où il a visiblement pris un bon choc. « Et je sais, ça aussi, mais.. » Mon regard glisse jusqu'à mes mains, l'une posée sur son bras que je ne tarde pas à caler contre ma cuisse, l'autre tenant sa main avec douceur. La même que lorsqu'on était gamins et que notre mère s'en prenait un peu trop à lui. Et que j'étais là, pour tenter de lui apporter réconfort et bienveillance. Me reprenant, je secoue la tête de gauche à droite, avant de reprendre mes gestes sur son bras. « … Peu importe. » que je conclue. Je n'ai vraiment pas envie de ramener une énième fois le même sujet sur la table. De dire une fois encore à quel point c'est difficile. Que toute cette situation, autour de nous, est compliquée et épuisante. C'est à nouveau le visage fermé et concentré que je m'occupe de mon jumeau, pour tenter de l'aider à se rétablir plus rapidement. C'est bien là la seule chose que je peux faire pour lui, de toute façon. Estimant qu'il est temps de changer de sujet, je ne tarde pas à relancer ce brin de conversation entre nous, essayant même de lui répondre avec une léger sourire dans la voix. « Il serait p't'être temps que tu fasses un peu plus attention à toi, non ? » Qui peut donc savoir dans quel état je vais bien pouvoir le revoir, à notre prochaine rencontre ? « J'ai vraiment pas envie de te retrouver avec un bras en mois. » Et là, pour la première fois depuis son arrivée, mes lèvres s'éveillent un peu et s'étirent, doucement. De toute façon, les grands sourires, chez moi, sont devenus bien rares. Mes mains s'activent toujours sur son bras. Le massant en douceur. Essayant de tirer ses muscles, sa peau sous mes doigts pour ressentir la moindre gêne. Et tout ça, tout en étant attentive aux traits de son visage. Tout un art, pas vrai ? Et à nouveau, je ne tarde pas à changer de sujet. Histoire de m'expliquer un peu sur la raison de mon humeur quelque peu massacrante. « Ewald a mal dormi la nuit passée.. » Penchant ma tête sur le côté, je continue de fixer mes mains tout en jetant de rapides coups d'oeil sur le visage de mon double. Il semblait aller mieux, aujourd'hui. Heureusement, d'ailleurs. Mais, il est évident que si Clow avait été là, lui aussi, j'aurai sans doute pu compter sur lui pour veiller sur son fils à certains de ses réveils. Mais, là encore, rien n'est facile.

©️ Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Inclement Earth

MessageSujet: Re: [22/04/82] I've got aches that take the shape of sticky lips & a kiss with the light out. [...]

Revenir en haut Aller en bas

[22/04/82] I've got aches that take the shape of sticky lips & a kiss with the light out. [...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru (Woods Clan, Peuple des Arbres) :: Polis :: Précédemment à Polis ...-