AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Des nouveaux personnages de la S5 sont maintenant jouables (d'autres arriveront par la suite ! Merci de ne pas prendre un perso non répertorié dans les PV )
Si IE est momentanément inaccessible : pas de panique ! Deux liens d'infos à connaître : Twitter ou Facebook
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes : Delinquents, Hemerians et Arkers ! Essayez de les privilégier
Les habitants du Mont Weather sont jouables ! Ils offrent quelques Tcs bonus à la validation, n'hésitez pas à peupler le bunker

Partagez|

[20/04/2482] Tu te souviens de moi? (ft Jaskson)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Octavia Blake


Messages : 343
Date d'inscription : 11/01/2018
Ft : Marie Avgeropoulos
Crédits : Frith

Inclement Earth

MessageSujet: [20/04/2482] Tu te souviens de moi? (ft Jaskson) Mar 24 Juil - 19:40

Lieu du rp : Extrémité du camp, vers les bois
Date du rp : 20/04/2482, fin de journée pour éviter la chaleur, vers 18h
Participants : Jackson Marshall & Octavia Blake
Météo : (Bah ouais, c'est important ça aussi ! N'hésitez pas à éditer ce formulaire, au cours du jeu, pour ajouter le moindre changement climatique !)
But du rp : Les retrouvailles
Résumé du rp : (A éditer une fois le sujet terminé. Ca vous permettra de voir si vos persos vous ont laissé faire ce que vous vouliez. Et surtout, ça vous permettra de nous dire ce qui a pu se passer d'important, pour la chrono générale si cela s'avère utile. Ou ça servira simplement aux gens qui peuvent être concernés par votre sujet ! N'hésitez donc pas à nous dire si vous avez dû vous battre, si vous avez eu de la "visite" de la Faune et/ou de la Flore... Bref, on veut tout savoir !)




   
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

   
Tu te souviens de moi?

   
 
Jackson & Octavia

   





La journée avait été assez chargée, entre les divers préparatifs pour le camp, la cueillette de plusieurs fruits qui nous paraissaient à tous comestibles, et que beaucoup avaient appris dans les cours de sciences et vie de la terre quand nous étions encore sur l'Arche. Malheureusement pour les autres, je n'étais pas franchement la mieux placée pour les aider à trouver à manger étant donné que je n'avais pas réellement eu le droit de suivre les mêmes cours qu'eux. Un peu, mais vraiment le minimum si on comparait à ce que eux avaient eu le droit d'apprendre en classe avant la prison. Ce qui me plaçait un peu comme la bonne à rien du groupe, celle qui ne sait rien faire et sur qui on ne peut pas compter. Mais bon ce n'est pas parce que je ne connais rien que je reste sans rien faire, au contraire. Je me suis souvent portée volontaire quand quelqu'un avait besoin d'aide pour porter des objets lourds, ou bien pour monter les tentes. Je suis d'ailleurs assez fière de ce que j'ai pu accomplir ici, moi qui ne savait rien des travaux manuels avant que l'on n'attérisse ici. C'est fou comme en si peu de temps, les gens peuvent changer. Si certains me paraissaient froids et peu enclins à la discussion à notre arrivée, désormais, c'est différent et j'ai pu en apprendre pas mal sur eux. La situation a fait que tout le monde s'est rapproché, s'est serré les coudes pour que nous puissions établir notre campement. Après tout, nous sommes là, seuls, et nous devons recommencer à vivre, alors autant le faire dans la bonne entente. Je regardais autour de moi, cherchant à voir si quelqu'un d'autre avait besoin d'aide, et voyant que beaucoup se posaient pour se reposer un peu, la fin de la journée s'annonçant, je décidais de m'écarter un peu et retrouver ma solitude habituelle. Je n'étais pas habituée à vivre avec autant de monde, et même à l'orphelinat je restais souvent dans mon coin. Alors même si ma boite dans notre appartement manquait de vie, c'était sans doute un peu beaucoup pour moi. Je repensais à ma vie d'avant, à ce que je venais de perdre pour au final, gagner autre chose ici. Bellamy... Maman... Je ne m'autorisais pas souvent à penser à eux, parce que je savais quel effet cela avait sur moi, et qu'ici, je ne voulais pas que ça arrive. Pleurer n'était pas quelque chose que je m'autorisais souvent, mais il y avait des fois où j'avais du mal à le contrôler. Maman me manquait, et je savais que plus jamais je ne la reverrai car elle avait été envoyée à la dérive par ma faute. Je m'en voulais encore d'avoir pensé un seul instant que c'était la faute de mon frère, parce qu'en vérité je savais que ce n'était pas le cas. Mais j'avais eu tellement mal à cet instant, que j'avais dit et pensé beaucoup de choses sans penser aux conséquences. Lui me manquait bien plus encore. Je savais qu'il était quelque part là haut, et je ne savais pas s'il était au courant que l'on m'avait envoyé ici. J'espérai que ce ne soit pas le cas, car le connaissant, il s'inquièterait plus qu'autre chose. Et je voulais qu'il vive pour lui, pour une fois, rien que pour lui. Ce qui était impossible, je le savais bien. Bell resterait toujours égal à lui même. Je levais les yeux au ciel pour essayer d'apercevoir l'Arche, quand en passant à côté d'un groupe de fille, j'entendis la chanson qui passait de temps en temps à la radio sur l'Arche. Instantanément une larme roula sur ma joue, une de plus, et je l'essuyais d'un revers de main rapidement. Cette chanson me rappelait nos moments à danser ensemble, où plutôt les moments où Bell essayait de m'apprendre à danser. Ces moments que j'aimais tant et qui me manquaient. Je marchais un peu plus rapidement, pour essayer de m'échapper de cette ambiance du camp, et j'arrivais vers les bois. Je voulais être seule. J'inspirai fortement, prête à souffler tout ce qui me pesait, quand j'entendis quelques coups donnés dans du bois. C'était comme si quelqu'un en coupait. Je tournais la tête un peu dans tous les sens jusqu'à l'apercevoir sur ma gauche. Son visage me disait quelque chose, et pour cause, il était une partie importante de ma vie en prison. Je n'avais pas fait attention au fait qu'il était là, dans cette mission lui aussi, et qu'il était dans le camp. Faut dire aussi qu'il ne devait pas être très aimé des autres et donc pas intégré. Se souvenait-il de moi ? Evidemment, le monde est petit sur l'Arche. Je séchais mes joues, et me rapprochais doucement de lui pour aller le saluer.  Salut...

(c) DΛNDELION


Couleur Octavia: #996699
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jackson Marshall


Messages : 339
Date d'inscription : 12/07/2018
Ft : Jared Padalecki
Crédits : Avatar : Roan/Niniel | Signature : YOU_COMPLETE_MESS

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [20/04/2482] Tu te souviens de moi? (ft Jaskson) Mer 25 Juil - 15:56

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]TU TE SOUVIENS DE MOI ?
Love isn't perfect. It isn't a fairytale or a storybook ••• Je me suis toujours demandé pourquoi tant de malheur tourné autour de ma famille. Pourquoi le sort semble-t-il s'acharner sur moi. Pourquoi les autres me détestent tant. J'étais pourtant si apprécié sur l'Arche, je pourrais vous compter une bonne quinzaine d'ami qui m'ont soutenus pendant les moments difficiles. Mais à présent, je me sens seul. Isolé et abandonné. Exilé par ma propre volonté. En réalité, je l'ai bien cherché en tentant de faire évader une jeune femme. J'avais tout. L'argent, un travail honorable et des proches ainsi que des collègues de travail que je ne faisais qu'apprécier. Tout ce que j'avais acquis jusque-là, tout ce pour quoi j'avais tant œuvré tout au long de ma vie, mes études, mes efforts, tout cela était vain. Si je pouvais revenir en arrière ... je referais certainement la même chose. Ça peut paraître idiot au premier abord mais finalement, ce n'était pas le bonheur qui me procurait l'envie de rester sur l'Arche à faire gentiment mon job. Non, en réalité ... j'avais perdu une partie de ma gaieté en perdant mes parents à cause du conseil. La perte de Clara n'a fait que me terminer, m'achever. Et comme si ça ne suffisait pas, il a fallu que mon père adoptif, auquel j'avais pourtant passé tant d'année à ses côtés me trahisse, me traitant comme un inconnu. En toute honnêteté ... je ne crois pas que rester passif aurait été une solution pour moi. Même si à présent peu de gens m'apprécient encore, rester gentiment dans les rangs n'aurait fait que me détruire, écraser le peu de volonté dont t'il me reste. J'ai souvent pensé à ce que j'aurais pu faire pour éviter l'envoi à la dérive à Clara et ... je dois dire que depuis ce jour, je me sens responsable. Responsable de ne pas avoir cherché à comprendre le pourquoi du comment elle troquait des tickets de ration de survie contre des médicaments. Même si c'était pour une bonne cause, en l'occurrence soigner son père, j'aurais dû faire quelque chose. Au moins lui en parler. Mais je n'ai rien fait et c'est ce jour-là que je l'ai condamné à une mort certaine. Peu importe les bonnes choses que je ferais à l'avenir, rien ne pourra réparer cette triste erreur de mon esprit, après tous les Marshall sont réputés pour être des traîtres envers les autres Pheoniciens et sont par la même occasion étroitement liée à la mort. 

Enfin, je pourrais débattre pendant des années entières sur ma vie mais ce n'est ni le lieu, ni l'heure pour ça. Depuis mon arrivée sur Terre, peu sont venus vers moi, que ce soit pour prendre des nouvelles sur ma santé ou simplement discuter. Mais je ne leur en veux pas. C'est tout de même moi qui étais affairé à les surveiller pendant qu'eux étaient derrière des barreaux. Le seul fautif dans l'histoire, c'est moi. Alors que la fin de journée commençait lentement à se montrer, amenant dans son sillage un vent de fraîcheur qui n'était sûrement pas de trop, la plupart des survivants prenaient leurs aises pour se reposer, prendre un peu de bon temps après tout ce qui s'était passé. Et ils avaient raison, c'est une bonne chose. Mais bon, je me vois mal me poser sur un tronc d'arbre en attendant patiemment que la nuit tombe, déjà car je ne supporterais certainement pas les regards inquisiteurs des quelques délinquants qui ne peuvent même pas me voir en photo mais aussi car je suis habitué à bouger, passer mon temps à la salle de sport. D'ailleurs que-ce qu'elle me manque cette pièce, c'était le seul endroit dans lequel je ne pensais plus au reste, me permettant d'oublier un peu la peine et le poids qui pesait sur mes épaules. Alors à la place, je m'étais dirigé aux abords du camp, histoire de ramasser quelques bouts de bois pour raviver le feu où construire quelque chose d'utile. La forêt était plutôt calme, je m'étais d'ailleurs mis intentionnellement dans un coin isolé afin de profiter de la nature, de la solitude. Je donnais d'abord un coup dans un morceau de bois, puis un second d'un mouvement un peu plus brutal et puis finalement, je laissais tomber mes coups, les uns après les autres. Je n'étais pas triste, je n'étais pas en colère mais je n'allais pas bien pour autant. J'étais seulement dos au mur, exaspéré de cette vie, épuisé non pas physiquement ... mais mentalement. 

Et puis soudainement, un léger craquage se fit entendre à quelques mètres de moi, alors ma réaction fut de ralentir un peu mes ardeurs, histoire de ne pas faire fuir ce qui avait le courage de venir vers moi. Me relevant légèrement en passant délicatement l'une de mes mains dans mes cheveux pour les remettre en arrière, une voix retentit « Salut... » Une intonation qui me paraissait familière. Je ne saurais dire à quel visage celle-ci pourrait bien appartenir, mais un léger frison me parcourut le corps à ce moment donné. Retournant mon regard vers la source de ce mélodieux timbre de voix. Son visage me disait quelque chose et pour dire, j'aurais vraiment du mal à l'oublier. Octavia Blake. La fille qui avait vécu enfermé entre quatre murs, elle qui n'avait certainement pas été gâtée par la vie. C'est assez drôle de voir que le destin faisait bien les choses. J'étais finalement face à face avec celle qui m'avait coûté ma vie. Enfin, pour dire vrai Octavia n'a absolument rien à se reprocher. C'est uniquement ma faute et je ne lui en tiens pour rien au monde responsable. Si un jour Dieu ou je ne sais qui me proposait de choisir entre reprendre mon poste de garde ou au contraire, refaire l'évasion qui finirait par mon emprisonnement, je choisirais éternellement la seconde option. Depuis la première fois depuis fort longtemps, je m'étais enfin senti bien, durant un instant j'étais enivré d'un semblant de paix. Même si j'avais raté mon coup, j'avais décidé d'œuvrer pour quelque chose de bien et ça, s'était tout ce qui comptait.

« Salut .. »

Lançais-je avec un léger sourire gêné en coin. Depuis mon séjour en prison, je n'avais jamais réellement pensé à ce que je pourrais bien lui dire. Bien sûr, j'avais quelques idées mais sur le coup, rien ne me venait.

« Tu ... tu te sens bien ? Enfin ... tu es blessé ? »

Il faut dire que notre arrivée n'a pas été des plus faciles, bon nombre de blessé étaient décomptés et quelques morts pouvaient être comptés sur les doigts de la main, inutile de dire que ce n'était pas vraiment la joie de ce côté-là. Mes propos peuvent peut-être sembler confus mais en même temps, j'étais triste pour elle. Je lui avais donné de faux espoir du temps où j'avais tenté de la faire sortir de prison, elle comptait sur moi. Mais j'ai tous fais planter. Moi qui pensais que Ross, mon père, serait la dernière personne à m'arrêter ... eh bien je dois dire que j'ai bien été dupe ... cet enfoiré de première a préféré délaisser son fils pour son boulot.[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas

[20/04/2482] Tu te souviens de moi? (ft Jaskson)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru (Woods Clan, Peuple des Arbres) :: Camp des 100 (2)-