AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Des personnages de la S5 sont jouables (Merci de ne pas prendre un perso de la série non répertorié dans les PV [10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) 179893249 )
Si IE est momentanément inaccessible : pas de panique ! Deux liens d'infos à connaître : Twitter ou Facebook [10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) 179893249
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes : Delinquents, Arkers et Moskiums ! Essayez de les privilégier [10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) 3207243747

Partagez|

[10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Nathan Miller
❝ Admin ❞
Nathan Miller



Messages :
657
Date d'inscription :
06/07/2017
Ft :
Jarod Joseph
Crédits :
Avatar de Chocohuète, sign de Beylin + citation sign' d'Anna Gavalda + badge de Varian.
[10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) Vide
MessageSujet: [10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) [10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) EmptyLun 10 Déc - 1:22

Chrono :
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
And I've seen better days you know, we'll take it slow...

J'aime écouter non pas les mots. J'aime écouter les regards, les gestes. J'aime écouter l'âme des gens.  ♫ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

1er réveil dans le dortoir avec les autres. Autant dire que ça fait bizarre, d’être dans un bunker. D’y avoir fait la connaissance de descendants de survivants de la Guerre Nucléaire. Et d’avoir retrouvé d’autres délinquants qui avaient atterris ailleurs. Hier, une soirée a été organisée, par nos hôtes. Et c’était assez sympa, bien que déroutant. J’ai encore un peu de mal à assimiler que nous nous trouvons désormais dans le Mont Weather. Et plus encore à croire ce que nos sauveurs nous ont dit, au sujet des Terriens. Disons que oui, j’ai pu voir qu’ils n’étaient pas amicaux, mais de là à les définir comme des monstres… Je suis sceptique… Après, je reste sur mes gardes, me doutant que Lexa n’a sans doute joué qu’un rôle d’une Dirigeante avisée et presque sympa, uniquement pour son peuple, et que dès que notre alliance aurait cessée de présenter des intérêts à ses yeux, elle se serait débarrassée de nous. Mais, ouais, je ne sais pas trop quoi penser. Alors, pour l’instant, je profite juste du repos qui nous est offert, car il faut l’avouer : ça fait du bien, de bénéficier d’un confort qui m’a été habituel, sur l’Arche.

Ayant envie de découvrir un peu plus notre nouvel environnement, après le déjeuner, je m’isole de mes comparses. On nous a indiqué où nous pouvions nous rendre, et bien que cela puisse paraître embêtant de ne pas pouvoir tout voir, je comprends les résidants du bunker. Nous ne sommes pas chez nous, il y a sans doute des choses plus sensibles que d’autres, comme, je sais pas moi, tout ce qui est technique, ou des œuvres en tout genre. Certains pourraient se poser des questions, face à des lieux interdits, mais moi, je me dis que c’est normal, quand on vit dans un espace aussi grand. Que ça devait être comme ça, d’une certaine façon, lorsque les Humains vivaient sur Terre, dans des maisons. Tout cela pour dire que, pour l’heure, mon instinct n’a pas encore détecté de quoi s’inquiéter. Je suis tombé dans le panneau, à l’instar de mes compagnons d’infortune. C’est bien loin de craindre le pire, que je me retrouve donc dans ce que l’on m’a indiqué comme étant le Grand Hall.

D’un air curieux, j’observe les quelques photos et tableaux qui décorent l’espace. Jusqu’à ce que mon regard capte une crinière blonde, non loin de moi. Visiblement, Clarke est également occupée à observer une photo, et ne m’a pas vu, pour l’instant. Affichant un grand sourire sur les lèvres, je me dirige vers elle. « Bordel, t’as presque autant de rides qu’elle ! », m’étonné-je, arrivé vers elle, observant à tour de rôle la Griffin, et la photo qu’elle contemplait : un portrait d’une femme âgée d’environ… 90 ans, d’après les critères de nos ancêtres, j’entends, car sur l’Arche, il est assez rare de croiser des individus aussi âgés ! Nul besoin de préciser qu’il s’agit là d’une boutade, ma conscrite n’en est pas à ce point-là, tout de même ! J’ai juste fait un trait d’humour, sur le fait qu’elle ait désormais un an de plus. « Comment vas-tu, chère co-anniversée ? », est la question que je finis par lui poser. Certes, on s’est croisé, hier. On s’est même pris dans les bras, tout à notre joie de ces retrouvailles inattendues. Mais nous n’avons pas eu réellement l’occasion de parler, que ce soit sérieusement ou de manière plus détendue. Car il faut admettre que la jeune doc' et moi, nous ne sommes pas non plus de très grands amis, même si nous avons fait la plupart de notre scolarité ensemble. Notre cercle d'amis n'a jamais été réellement le même, ainsi que nos préoccupations : elle était bien studieuse, et moi, disons que les études, ça ne m'a jamais vraiment intéressé... Alors on se parlait surtout pour se souhaiter un joyeux anniversaire, amusés de partager le même, à quelques heures d'intervalle.

code by bat'phanie

_________________

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Briller
J'étais confiant. J'étais plein d'énergie. Je crois que j'étais assez heureux à cette époque de ma vie parce que même si je n'étais pas avec lui, je savais qu'il existait. C'était déjà inespéré.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Clarke Griffin
❝ Admin ♕ The brave Princess ♕ ❞
Clarke Griffin



Messages :
2096
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
EJ Taylor-Morley ♥
Crédits :
Vava : Starlord / Gifs (sign + profil) : Tumblr / Sign' icons groupes spécial IE : Lydie ♥️
[10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) Vide
MessageSujet: Re: [10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) [10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) EmptyVen 18 Jan - 22:04


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
And I've seen better days you know, we'll take it slow.. Nate et Clarke
Il n'y a pas à dire. Les choses, ici, dans ce bunker, sont assez étranges et bizarrement assez semblables à la vie qu'on menait sur l'Arche. Disons que la seule vraie différence, c'est qu'on est maintenant enfermé entre quatre murs, sous terre et non plus entrain de graviter autour de la planète. Mais, après avoir passé ces quelques jours et semaines à l'air libre, il me faut tout de même avouer qu'être à nouveau enfermée, c'est sacrément déstabilisant. Est-ce qu'on est amené à devoir vivre cachés, en fait ? La question de ces Natifs bien hostiles, qui nous ont bien eu pour le coup, se fait assez pressente et régulière dans ma tête. Je n'ai aucune nouvelle des nôtres partis en direction de l'autre moitié de la navette, ou pas grand chose de neuf. Je ne sais pas s'ils ont réussis pas plus que s'ils sont toujours en vie. Tout ça, forcément, ça me fait mal. Ne pas savoir, être dans le flou le plus complet -et ce, peu importe le sujet au final-, c'est vraiment quelque chose où j'ai du mal. Pas au point d'en être une maniaque du contrôle, tout de même ! Mais, oui. J'ai peur. Et cette peur-là me ronge. On a beau avoir acquis un certain confort, ici, au bunker, les choses pourraient être beaucoup plus agréables si tous étaient ici, avec nous. Une peur beaucoup plus forte lorsque mon regard dérive jusqu'à mon poignet qui a retrouvé ce fameux bracelet en cuir qui, pourtant, n'avait pas fait le voyage avec moi. Oh, non ! Il n'est plus à moi, depuis un moment déjà. Disons qu'il s'agit plutôt d'un .. prêt ?

Après avoir passé la matinée à lire des ouvrages divers que j'ai pu emprunter et après avoir rejoint tout le monde dans cette grande salle pour le repas, me voilà à déambuler dans les couloirs de ce bunker. Du moins, ceux qui nous sont ouverts. Et, sans trop savoir comment ni pourquoi, mes pas m'ont traîné jusqu'à ce fameux hall. J'ai beau avoir déjà vu tout ce qui est exposé en ce lieu, il n'empêche que je reste bien attentive devant toutes ces nouveautés. Penchant la tête sur le côté, je me retrouve face au portrait d'une vieille dame. Très vieille dame. Elle dégage une idée de sérénité assez forte. Et là, j'avoue sursauter en entendant une voix bien familière sans même que je n'ai vu ou entendu Nate venir jusqu'ici. « Bordel, t’as presque autant de rides qu’elle ! » Me tournant pour lui faire face, je ne peux pas m'empêcher de répondre à son sourire, en adoptant le même une fois l'effet de surprise passé. Si certaines pourraient mal prendre une telle salutation, ce n'est clairement pas mon genre. Parce que je sais très bien où il veut en venir. Si bien que je roule des yeux, tout en reportant mon attention vers cette dame, décédée depuis bien des siècles de ça. « T'es juste jaloux que j'sois mieux conservée que toi du poids des années. » que je lui réponds, tout en arquant un sourcil comme pour l'inviter à oser me contredire. Ce Nate, sincèrement, je ne pensais pas le revoir de si tôt. Et c'était une sacrée surprise que de l'entendre, hier soir, durant le dîner et de pouvoir m'assurer que c'était bel et bien lui, en resserrant mes bras autour de lui. Un geste pas familier entre nous, mais qui sur le moment, m'avait juste paru si .. normal et presque nécessaire pour ces petites retrouvailles surprises. « Comment vas-tu, chère co-anniversée ? » Haussant les épaules, j'avoue ne pas vraiment savoir quoi répondre à sa question. Surtout que Nate est loin d'être con, et si je lui dis clairement que c'est la super grande forme, il ne me croira pas. « Ça peut aller. Et toi ? » Je doute que lui aussi ne déborde de grande énergie, mais on ne sait jamais. Histoire d'illustrer un peu mon manque de joie, je ne tarde pas trop à ajouter « Disons que ça m'inquiète un peu qu'on ne soit pas tous ici.. » Et c'est peu de le dire. Fronçant un peu les sourcils, je redresse la tête vers lui, pour croiser son regard. Pendant une brève seconde, j'hésite. Mais, je cède facilement face à mon besoin de savoir. « Ceux qui sont partis de notre camp sont arrivés au votre ? » Sans m'en rendre compte, j'en suis à tirer sur mes manches, redoutant une réponse négative. Ce qui voudrait dire.. Non, il ne faut pas y penser. « En tout cas, bon anniversaire. Avec un peu de retard. Mais, ce n'est pas parce que je l'ai oublié, hein ! » que je conclus, tentant de retrouver un petit sourire ainsi qu'une teinte d'humour dans ma voix. Comment pourrais-je seulement oublier son anniversaire, alors qu'on le partage à quelques heures près ?

©️ Pando

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] OMEGA
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
what the hell is happening here ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Miller
❝ Admin ❞
Nathan Miller



Messages :
657
Date d'inscription :
06/07/2017
Ft :
Jarod Joseph
Crédits :
Avatar de Chocohuète, sign de Beylin + citation sign' d'Anna Gavalda + badge de Varian.
[10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) Vide
MessageSujet: Re: [10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) [10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) EmptyMar 5 Mar - 1:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
And I've seen better days you know, we'll take it slow...

J'aime écouter non pas les mots. J'aime écouter les regards, les gestes. J'aime écouter l'âme des gens.  ♫ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bien que je n’ai jamais été proche d’Clarke, la retrouver ici est comme un goût d’normalité. Et ça fait du bien, même si je sais que rien n’est vraiment normal, qu’il manque bien trop des nôtres pour que ça soit le cas. Et je ne pense pas uniquement à ceux toujours à la surface, mais bel et bien à ceux qui sont toujours dans la Colonie ! L’heure n’est cependant pas à regretter les absents, mais à savourer les quelques retrouvailles qui ont eu lieu, ces dernières heures ! « T'es juste jaloux que j'sois mieux conservée que toi du poids des années. », me rembarre celle qui aurait dû être Conseillère à son tour. Ecarquillant les yeux avec beaucoup d’exagération, je place finalement ma main droite sur mon cœur oui moi je sais où se trouve cet organe, contrairement à un Australien qui a parfois du mal, comme si je venais d’y recevoir un coup mortel. « Ah, je suis offensé de ce que tu avances ! », dis-je, d’une voix faussement faible, laissant à entendre que je suis au plus mal. Me redressant doucement, je finis cependant par reconnaître, toujours dans un but de grand n’importe quoi : « Fais pas ta maligne, blondie, un jour, je percerais ton secret de ta conservation quasi parfaite ! ». Et pour mieux marquer le coup, je serre le poing, super déterminé. Et de mon autre main, je montre un point quelconque sur le visage de ma vis-à-vis : « Parce que t’as quand même une ride, là. Oh, et un cheveux blanc ici. Puis une autre ride ici ! » C’est faux, bien entendu. Mon sourire taquin en atteste, ainsi que la lueur malicieuse qui brille dans mes yeux. Mon humour peut paraître lourd, en cet instant précis, mais c’est ainsi que je relâche la pression. Il faut tout de même rappeler que je ne m’imaginais pas pouvoir revoir la blonde un de ces jours. C’est à peine si je l’avais aperçu, lors de notre installation dans la navette, alors je ne pouvais être sûr qu’elle avait été envoyé sur Terre, et encore moins, qu’elle avait réussi à y survivre. Etant donné que les Grounders peuvent s’avérer dangereux, c’était pas gagné, pour elle, comme pour moi, ou n’importe qui d’autre !

Il faut bien retrouver un semblant de sérieux, et je finis donc par m’enquérir de l’état de la Griffin. « Ça peut aller. Et toi ? » En guise de vague réponse, je hausse les épaules, enfonçant dans le même temps mes mains dans les poches de mon jean. « Disons que ça m'inquiète un peu qu'on ne soit pas tous ici.. », ajoute-t-elle, peu après. Ce à quoi je réponds un simple : « Normal. », tout en pensant à mes comparses, toujours dans le camp, en proies éventuelles aux Natifs, ou à la Nature des plus dangereuses. Sans oublier ceux de l’autre camp, celui-là même où était Clarke jusqu’à il y a quelques jours seulement. Mais aussi le reste de notre peuple, toujours sur l’Arche. Et je soupire doucement, en pensant à mon père, mais aussi et surtout à Bryan, tant celui-ci me manque cruellement. Lorsque Clarke croise mon regard, je comprends qu’elle va reprendre la parole, abordant un sujet qui lui tient à cœur. « Ceux qui sont partis de notre camp sont arrivés au votre ? » Et avant que je n’ai réellement le temps de répondre, ni même d’ébaucher un semblant de hochement positif de la tête, voici qu’elle enchaîne d’un : « En tout cas, bon anniversaire. Avec un peu de retard. Mais, ce n'est pas parce que je l'ai oublié, hein ! », qui me fait rouler des yeux dans leur orbite, d’un air bien amusé. « Merci et bon anniversaire à toi aussi ! Mais je te préviens : le jour où t’oublies mon anniversaire » – bon, OK, du coup, le nôtre ! - « je t’amène voir un docteur, sans te laisser le choix de refuser ! » Car oublier mon anniversaire reviendrait, ainsi que vous l’avez compris, à oublier son propre anniversaire. Et ça, ça serait mauvais signe, tout de même ! « Et ne t’inquiète pas : ceux de ton camp sont bien arrivés ! Même si je suis parti peu de temps après leur arrivée, mais ils avaient l’air en forme. » Et je n’ai donc pas vraiment eu l’occasion de leur parler autant que je le souhaitais, il y avait des choses à préparer, pour aller à Polis. Me doutant toutefois que – formation médicale de Clarke oblige !  - celle-ci redoute que ses comparses ne soient arrivés blessés dans le camp, je prends la peine de préciser qu’ils sont arrivés dans un bon état. Enfin, hormis de possibles petites blessures, liées à  un long voyage, ils ne semblaient pas avoir de lourds séquelles, et avaient réussi à éviter les rencontres désastreuses ! « Ne t’inquiète pas non plus, je suis sûr que Zack va bien ! », ajouté-je, lui lançant un clin d’œil complice, persuadé qu’elle n’a pas le moral à cause de l’absence de son mec. Il faut dire que si moi, je n’ai pas forcément le moral au top, c’est justement à cause de ça… « D’ailleurs, comment ça se fait qu’il ne soit pas là ? », que je ne tarde pas à demander, n’ayant que vaguement entendu le récit de l’arrivée de certains de son camp ici, la veille.

code by bat'phanie

_________________

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Briller
J'étais confiant. J'étais plein d'énergie. Je crois que j'étais assez heureux à cette époque de ma vie parce que même si je n'étais pas avec lui, je savais qu'il existait. C'était déjà inespéré.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Clarke Griffin
❝ Admin ♕ The brave Princess ♕ ❞
Clarke Griffin



Messages :
2096
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
EJ Taylor-Morley ♥
Crédits :
Vava : Starlord / Gifs (sign + profil) : Tumblr / Sign' icons groupes spécial IE : Lydie ♥️
[10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) Vide
MessageSujet: Re: [10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) [10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) EmptyVen 3 Mai - 22:26


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
And I've seen better days you know, we'll take it slow.. Nate et Clarke
La seule chose dont j'ai conscience, avec que Nate se tient face à moi par je-ne-sais-quel-miracle, c'est que certains de cet autre camp sont entrés au bunker. Si c'est rassurant de les savoir ici, eux aussi ? Bien entendu. Mais, il n'empêche qu'il manque encore énormément de monde. Plus le temps passe, et plus j'en deviens anxieuse. Qu'est-ce qu'ils foutent ? Où est-ce qu'ils sont ? J'ai bien trop de questions en tête, si bien que j'ai eu du mal à dormir cette nuit. Ce dortoir s'est un peu rempli, mais pas encore assez pour que je sois plus calme intérieurement. Nous, là, on est au chaud. Sur des matelas bien confortables. On peut se doucher, enfiler des vêtements propres, manger à notre faim. Et tenter d'essayer de faire comme si tout allait bien. Essayer de simplement vivre plus que survivre. Nate, c'est un visage que je connais, au moins. Le revoir me rassure un peu. Surtout lorsqu'on délire sur cette conservation de l'apparence malgré notre année de plus. Il m'arrache même un petit rire, lorsqu'il fait genre d'être particulièrement blessé par cette.. vérité ? « Ah, je suis offensé de ce que tu avances ! » Haussant simplement les épaules, prenant une mine compatissante, je pivote un peu plus histoire d'être vraiment face à lui. « Tu sais ce qu'on dit pourtant ? Il n'y a que la vérité qui blesse. » Et ces mots-là, franchement, je devrai méditer dessus un peu, non ? Bref, pas le moment ! « Fais pas ta maligne, blondie, un jour, je percerais ton secret de ta conservation quasi parfaite ! Parce que t’as quand même une ride, là. Oh, et un cheveux blanc ici. Puis une autre ride ici ! » qu'il me lance avec humour, alors que j'essaie de chasser cette main qui virevolte autour de mon visage et de mes prétendues rides et autres cheveux blancs, non sans faire genre de bouder un peu ! Si j'en ai -heureusement que je suis blonde, ça se verrait moins-, c'est sans doute à cause du stress qu'on s'est tous mangé en arrivant ici et pas de l'âge, non ? « Ce sera trop tard. T'auras déjà accumulé trop de retard. » que je finis par glisser, avec un sourire du bout des lèvres. On peut avoir l'air de deux gamins quand on s'y met. Peut-être que c'est ça, notre pouvoir de jeunesse éternelle ? Pouvoir compter sur son co-anniversé adoré pour un traitement de bonne humeur ?

Assez déconné. Des sujets un peu moins légers s'invitent forcément dans ces retrouvailles imprévues. Ce n'est pas un secret, l'absence des autres m'inquiète assez. Si ces Natifs sont aussi violents que nous l'ont dit nos « sauveurs », ça n'ira pas mieux tant qu'ils ne seront pas avec nous. Ici. Ou pas. « Merci et bon anniversaire à toi aussi ! Mais je te préviens : le jour où t’oublies mon anniversaire, je t’amène voir un docteur, sans te laisser le choix de refuser ! » Bon, d'accord. Ce n'est peut-être pas nous sans une touche de n'importe quoi, histoire de se rassurer un peu comme on le peut, sans doute. « Ce qui vaut pour toi aussi. » Et ça tombe plutôt bien, je connais une doc vachement compétente ! Ou presque. Hum. Finalement, je ne tiens pas franchement plus longtemps. Et me voilà à lui parler des quelques uns de notre groupe parti rejoindre ceux de son groupe à lui. Non, je ne pense à personne en particulier ! La Terre est bien trop imprévisible, on le sait très bien maintenant. N'importe quoi aurait pu leur arriver. « Et ne t’inquiète pas : ceux de ton camp sont bien arrivés ! Même si je suis parti peu de temps après leur arrivée, mais ils avaient l’air en forme. » Et un léger soupire de soulagement, alors que mes yeux se lèvent vers le plafond. Une petite dose de stress en moins, ça ne fait pas de mal ! Au moins, je sais qu'ils sont avec les autres et pas perdus au milieu de nulle part, ou pire. « Bonne nouvelle.. » que je ne peux pas m'empêcher de commenter, dans un murmure. Deux simples mots qui m'ont échappé, qui paraissent assez anodins face à Nate, mais qui, je dois -me- l'admettre, sont plus lourds que ça. Finalement, sans trop comprendre pourquoi, j'en viens à tourner la tête, histoire de croiser à nouveau ce regard qui m'avait interpellé avant l'arrivée de mon co-anniversé. Ou peut-être que je me détourne de lui pour qu'il ne décèle rien de plus dans ces deux simples mots glissés. Ma lèvre se retrouve même discrètement prisonnière face à ces questions clairement platoniques qui me viennent en tête, mais que je ne peux pas lui poser. Du grand n'importe quoi pour un cerveau en ébullition ces derniers jours. Dire que ce n'est que le début ! « Ne t’inquiète pas non plus, je suis sûr que Zack va bien ! » En l'entendant parler de Zack, je reporte instantanément mon attention vers Nate. Évidemment, il n'est pas au courant. Il ne sait pas que c'est un peu tendu, en ce moment, entre nous. Ils sont amis, en plus. Son clin d’œil me force à lui adresser un petit sourire, genre tout va très bien, bien qu'il ait ranimé ce que je tentais de garder sous silence. Il ne sait pas non plus, je pense, que pour beaucoup dans le camp d'où je viens, certains s'amusent à m'appeler « maman ». Sauf que le « papa » pour beaucoup, n'est pas Zack. C'est débile, non ? Je ne sais franchement pas ce qui peut passer dans la tête de certains, et tout ça ne m'aide pas franchement. Surtout que je tiens à Zack. Il est quelqu'un de bien, qui est capable de tout pour moi. Je ne devrais pas être aussi déstabilisée de parler de lui, alors qu'on est ensemble. Surtout que Nate est son ami. Normal qu'il me dise ça, pour me rassurer. Bon, c'est le moment de dire quelque chose, Clarke ! « D’ailleurs, comment ça se fait qu’il ne soit pas là ? » Aïe. Décidément, il n'est pas le fils Miller pour rien. Et même s'il lance ces questions sans arrière pensée -enfin, je crois-, il arrive bien à mettre le doigt où ça coince un peu. Passant une main dans mes cheveux, lâches, je ne m'attendais pas trop à parler de tout ça aujourd'hui. « J'espère que tu as raison.. Le temps est juste horrible là où se trouve le camp. Et ces gens, qui vivent là-haut sont bien trop dangereux.. » Oui, je suis inquiète pour Zack. Dire l'inverse serait me mentir à moi-même. Comme dit, je tiens à lui et j'espère vraiment que Nate a raison. « Zack n'était pas avec nous quand on est tombé dans leur piège. » que j'ajoute, soupirant doucement, ne sachant pas si son absence en ces lieux est une bonne ou une mauvaise chose. C'est quand même un peu étrange par ici, même si nos hôtes sont particulièrement bienveillants. Mes yeux dérivent à nouveau vers ce mur hautement décoré. « Et toi, t'as pu avoir des nouvelles de Bryan depuis qu'on est sur Terre ? » Ma curiosité m'a poussé à lui demander ça. Puis, pour le coup, on partage un peu le même ressenti. Même si pour lui, c'est encore différent. Moi, Zack est aussi sur Terre après tout. « Enfin.. Sous terre, ce serait un peu plus précis pour le coup. » Et ça, j'avoue que c'est un gros point noir de la vie au bunker. Je commençais à bien prendre l'habitude de sentir le vent contre ma peau, ou la chaleur du Soleil venir me réchauffer après une nuit des plus froides. Être dehors, tout simplement. Sauf qu'ici, on est en sécurité. Ou du moins, on essaie de nous le faire croire.


© Pando

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] OMEGA
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
what the hell is happening here ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Miller
❝ Admin ❞
Nathan Miller



Messages :
657
Date d'inscription :
06/07/2017
Ft :
Jarod Joseph
Crédits :
Avatar de Chocohuète, sign de Beylin + citation sign' d'Anna Gavalda + badge de Varian.
[10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) Vide
MessageSujet: Re: [10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) [10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) EmptyLun 1 Juil - 0:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
And I've seen better days you know, we'll take it slow...

J'aime écouter non pas les mots. J'aime écouter les regards, les gestes. J'aime écouter l'âme des gens.  ♫ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

On a sans doute l’air de 2 gamins, à déconner comme on le fait. Mais on a bien le droit à un peu de détente, après notre envoie sur Terre et les 1ers pas difficiles que l’on a dû y faire ! C’est possiblement un peu étrange aussi, car on sait parfaitement que nos potes, à la surface, sont hypothétiquement en danger, à cause de la Nature ou des Natifs. Alors peut-être qu’on devrait rester sérieux, et aller vite implorer les Montagnards d’aller en aide aux autres (cruelle ironie de se dire que sous peu, ça nous semblera une idée bien atroce, que nos proches finissent par nous rejoindre ici également !). Mais on ne peut pas attendre une telle chose de la part de nos hôtes, de prendre, au total, une centaine d’inconnus sous leurs ailes ? Mieux vaut éviter de se poser la question, vous ne trouvez pas ? De fait, je préfère, et de loin, parler de choses légères et dire des conneries, ainsi que nous le faisons, Clarke et moi, depuis que j’ai été l’aborder. Ca vaut mieux que de parler de sujets plus lourds de sens et difficiles, comme les pertes que l’on a respectivement essuyé, dans nos divers camps. Et puis, c’est un truc que j’ai appris du décès de ma mère : vivre dans le passé, dans le regret de ceux qui nous ont quitté, ça nous empêche d’aller de l’avant. On peut les pleurer un jour comme un siècle, au final, ça ne les fera jamais revenir, alors il vaut mieux les honorer de la meilleure façon qui soit : en continuant à vivre, sans être figé sur le fait qu’ils ne soient plus avec nous. Et c’est ce que je m’efforce de faire, depuis un moment maintenant, même lorsque les choses sont un peu plus compliquées. « Tu sais ce qu'on dit pourtant ? Il n'y a que la vérité qui blesse. » J’écarquille les yeux, comme si j’étais scandalisé et que ses propos me blessaient. « Ce sera trop tard. T'auras déjà accumulé trop de retard. » Là, je lève carrément les yeux au ciel. « JE SAIS : c’est juste parce que t’as quelques petites heures de moins que moi, rien d’autres ! » Et je lance ça comme si j’avais percer le mystère de la vie. Ce qui m’a valu quelques regards courroucés lancés en ma direction, d’où le fait que j’ai repris un ton normal pour énoncer ma théorie imparable ! Et oui : je suis l’aîné de notre duo. Alors, elle me doit le respect. Je devrais peut-être le lui rappeler, ça, qu’en ma qualité d’aîné de notre binôme, son respect m’est acquis, et de fait, elle a pour obligation de me dévoiler son secret ! Je le ferai, si elle continue à s’entêter à me cacher le secret de sa jeunesse éternelle (oui, je sais, même en pensées, j’ai un flot impressionnant de conneries ! Je m’éblouis tout seul ! Si si, je vous jure !)

Forcément, on en vient à se souhaiter mutuellement un bon anniversaire, même si cela se fait en retard. « Ce qui vaut pour toi aussi. », me renvoie la blonde, quand je lui ai fait savoir qu’il était préférable pour elle qu’elle n’oublie pas mon anniversaire, car ça serait mauvais signe pour sa santé, et en qualité de co-anniversé, je devrais intervenir. « Ca n’arrivera pas ! », je lui fais savoir, en secouant la tête avec résolution ! « Toi, t’as l’apparence de la jeunesse qui s’éternise de ton côté, moi, j’ai une mémoire de très bonne qualité ! Faut savoir partager équitablement, Griffin ! », je prends même un ton moralisateur, sur la fin de mon discours. Je sais mettre les formes, même (ou surtout, en réalité !), quand je dis des conneries ! J’enchaîne, toutefois, sur un registre plus sérieux, parlant de ceux de son camp, qui sont venus jusqu’au nôtre.  « Bonne nouvelle.. » Son murmure me fait sourire, tant je la reconnais bien là, à s’inquiéter toujours plus pour les autres, que pour elle-même. En un sens, pourtant, je me trompe, car oui, elle s’inquiète pour les autres, mais elle s’inquiète notamment pour un autre, et par extension, elle s’inquiète pour elle-même, car on est rarement enchanté d’apprendre que la personne que l’on aime puisse être blessé…Mais ça, je ne peux le deviner, tant pour moi, il est compliqué d’imaginer qu’elle puisse voir son cœur s’être épris d’une autre personne que Zack. J’en viens même à lui parler de Zack, d’ailleurs, m’étonnant qu’il ne soit pas là. « J'espère que tu as raison.. Le temps est juste horrible là où se trouve le camp. Et ces gens, qui vivent là-haut sont bien trop dangereux.. » Là, je ne peux qu’approuver. J’ai entendu sommairement ce qui a commencé à circuler, sur l’autre camp, après l’arrivé de Bellamy & cie, et ça n’était pas très encourageant ! Les survivants terriens, clairement, sont dangereux, toutefois, j’hésite à abonder complètement dans le sens de la blonde, ayant toujours en tête Lexa et son escorte. Nous n’avons pas pu parler beaucoup, mais ils semblaient être corrects. Du moins, ils laissaient à croire qu’un terrain d’entente pouvait être trouvé, pour qu’une paix s’instaure entre eux et nous. Alors, je suppose que ça n’est pas si mal, ça change de l’image qu’on avait d’eux à l’origine, de ces sauvages desquels on ne pouvait rien tirer. Et puis, il y a Zelda, aussi (une autre ironie : je me trompe lourdement sur son sujet !). « Pas tous… », ne puis-je donc m’empêcher de murmurer, pensant à ces quelques exceptions, du moins, c’est ainsi que j’ose les considérer, même si, étant dans ce bunker, ça n’a désormais plus de valeur, sans doute ! « Zack n'était pas avec nous quand on est tombé dans leur piège. » Voilà donc pourquoi mon pote n’est pas ici ! J’hoche positivement la tête, faisant une légère moue, ne sachant si je dois m’en réjouir ou non. D’après le portrait dépeint de cet autre camp, ça craint grandement, là-bas, même si, normalement, ils ne devraient pas tarder à déménager. Ca serait mieux, tout de même, qu’on soit tous réunis ici ! Je suis un peu déçu malgré tout, car j’avoue que j’aurai bien aimé le retrouver ici. C’est un de mes plus proches amis, alors un visage amical tel que le sien m’aurait fait plaisir à voir. « Et toi, t'as pu avoir des nouvelles de Bryan depuis qu'on est sur Terre ? Enfin.. Sous terre, ce serait un peu plus précis pour le coup.» Je secoue la tête à la négative, cette fois. « Enfin, si, j’en ai eu, mais indirectement. J’ai pu parler à mon père, tout à l’heure, il m’a donc donné des nouvelles de Bryan… » Et je soupire, car c’est assez douloureux de parler de mon père et de mon petit-ami, tout en sachant à quel point nous sommes éloignés les uns des autres. Et ils me manquent tous les deux, chacun à leur façon. « Normalement, je lui parle demain. » Et sans que je n’en ai conscience, un grand sourire étire mes lèvres. Il faudrait être aveugle pour ne pas voir à quel point je suis amoureux de l’Arcadian. Même si je sais qu’on a fait du mal autour de nous, simplement parce qu’on est tombés amoureux l’un de l’autre. Evidemment, je pense à Olympe, qui a perdu son petit-ami et son meilleur ami, à cause de cet amour. Mais l'amour, ça ne se contrôle pas, et c'est sans doute parce que j'ai appris cela avec Bryan, que je ne m'amuserai pas à juger trop sévèrement Clarke, quand il sera clair qu'elle a développé des sentiments - réciproques - pour un autre que son Phoenicien de petit-ami. « C'était pas comme on l'imaginait, hein ? La Terre, je veux dire... », que je finis par dire, songeur, mon regard ayant été accroché à une représentation d'un paysage verdoyant, accroché à l'un des murs. Jamais nous n'aurions rêvé à voir la Terre un jour, nous n'étions pas de la génération supposée à fouler cette planète de nos pieds. Et ce que l'on nous a appris dans l'Espace est à mille lieux de la réalité. C'est pour cette raison que je vais espérer fortement que l'Arche ne vienne pas ici, pas avant de longues années du moins : Bryan ne serait que trop déçu, et je doute qu'il soit fait pour vivre ici. Qu'il serait cruel de lui faire quitter la Colonie, pour lui imposer de me rejoindre entre les murs du bunker, lui qui n'a de cesse de rêver à la chance d'arpenter la Terre un jour : je le sais assez, on en a suffisamment parlé pour que ça ne soit pas un secret pour moi, même à l'époque où ça semblait inenvisageable !

code by bat'phanie

_________________

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Briller
J'étais confiant. J'étais plein d'énergie. Je crois que j'étais assez heureux à cette époque de ma vie parce que même si je n'étais pas avec lui, je savais qu'il existait. C'était déjà inespéré.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
❝ ❞



[10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) Vide
MessageSujet: Re: [10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) [10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate) Empty

Revenir en haut Aller en bas

[10/06/82] And I've seen better days you know, we'll take it slow... (Clarke & Nate)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru :: Mont Weather :: Précédemment au Mont Weather ...-