AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Des personnages de la S5 sont jouables (Merci de ne pas prendre un perso de la série non répertorié dans les PV [10/07/2482] There's no turning back. 179893249 )
Si IE est momentanément inaccessible : pas de panique ! Deux liens d'infos à connaître : Twitter ou Facebook [10/07/2482] There's no turning back. 179893249
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes : Delinquents, Arkers et Moskiums ! Essayez de les privilégier [10/07/2482] There's no turning back. 3207243747

Partagez|

[10/07/2482] There's no turning back.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Eliza Johnson
❝ Survivant ❞
Eliza Johnson



Messages :
1459
Date d'inscription :
31/03/2017
Ft :
Lyndsy Fonseca
Crédits :
Blondie (avatar), skairipa (gif)
[10/07/2482] There's no turning back. Vide
MessageSujet: [10/07/2482] There's no turning back. [10/07/2482] There's no turning back. EmptyVen 19 Juil - 12:36

Quelques petites infos...:
 

THERE'S NO TURNING BACK —

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— BELLAMY & ELIZA
La nuit commençait à tomber sur Trikru et il était grand temps pour Eliza de trouver un endroit où dormir. Elle était exténuée et ce n’était pas uniquement à cause de la longue marche qu’elle venait d’effectuer. Son cerveau bouillonnait d’excitations et d’idées entremêlées les unes aux autres. Dans quelques jours, elle participerait à la libération d’esclaves et elle se sentait plus vivante que jamais. Elle n’avait jamais effectué une mission aussi importante et elle espérait avoir la carrure pour y parvenir.

Ils s’étaient réunis avec Roan, Lilith et Orlando pour discuter de la mise en place d’un plan qui tenait la route. Mais il ne fallait pas être dupe, il y avait tout un tas de variables susceptibles de jouer en leur défaveur. Il fallait qu’ils soient prêts, physiquement comme mentalement. Eliza l’était. Elle savait ce qu’elle risquait à s’aventurer à Azgeda, mais elle le devait. Elle devait aider les gens de son peuple qui n’avait pas eu la chance de connaître la Terre comme elle. Elle ne savait pas vraiment ce qui la poussait à faire ça, mais elle en ressentait le besoin. La culpabilité, peut-être ? Celle qui la rongeait de jour en jour en pensant à Varian et Harley qui étaient là-bas par sa faute. Elle ne savait pas si elle parviendrait à les faire sortir de là, peut-être même ne le voudraient-ils pas, mais elle se devait d’essayer. Eliza en avait assez de se réveiller toutes les nuits à cause de ses erreurs qui la hantaient. Elle voulait pouvoir se rendormir sur ses deux oreilles dans deux semaines, tout au plus.

En attendant, le groupe s’était séparé, le temps de réunir tout le matériel nécessaire à l’attaque. Chacun s’était préparé à sa façon. Eliza, elle, en avait profité pour vagabonder seule dans la forêt, histoire de se recentrer sur elle-même avant l’attaque. Elle angoissait à l’idée de perdre des vies innocentes. Elle ne pouvait pas se permettre de rater cette mission comme elle avait échoué sur l’Arche. Cette fois-ci, elle n’était pas la seule personne en ligne de mire.

Marchant dans la forêt, laissant ses bottines noires caresser les feuilles mortes qui jonchaient le sol, la jolie brune se mordillait nerveusement la lèvre inférieure. Ses sourcils étaient froncés tant elle était préoccupée par la tâche qui l’attendait. Mais ce qui capta le plus son attention, ce fut le bruit de pas qui se faisait entendre au loin. Elle avait appris à tendre l’oreille depuis qu’elle était sur Terre, que ce soit pour chasser ou se protéger. Se cachant derrière un arbre, elle enclencha une flèche à son arc et tendit la ficelle, prête à attaquer. La jeune femme n’était pas aussi douée avec les armes des Grounders que celles de l’Arche, mais elle tâchait de se débrouiller et de se perfectionner. Son truc était plus le corps à corps ou les armes à feu.

Soufflant un coup, elle sortit de sa cachette et pointa son arme en direction du nouvel arrivant. Quand elle constata qu’il ne s’agissait que de Bellamy, elle baissa son arme et rangea sa flèche. Son visage sévère se détendit soudainement et elle se surprit même à faire de l’humour.

— Il faut vraiment que je m’habitue à te voir dans le coin. Sinon je risque vraiment de t’embrocher avant la fin de l’année.

Elle faisait référence à leur première rencontre sur Terre où elle l’avait menacé avec une arme, pensant qu’il était à l’origine de son arrestation. Malgré ce qu’il lui avait dit, les choses entre eux restaient… étranges. Ils avaient tous les deux énormément changé, il fallait bien l’avouer.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Revenir en haut Aller en bas
Bellamy Blake
❝ Admin ❞
Bellamy Blake



Messages :
1970
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
Bob Morley
Crédits :
Avatar de Sweet Poison, signature de Bizzle et citation sign' de Anne Marie & James Arthur (avec la chanson "Rewrite the stars")
[10/07/2482] There's no turning back. Vide
MessageSujet: Re: [10/07/2482] There's no turning back. [10/07/2482] There's no turning back. EmptyLun 9 Sep - 14:18

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
There's no turning back.

"Quand un ami fait quelque chose de mal, n'oublie pas toutes les bonnes choses qu'il a fait."

Quand j’étais plus p’tit, j’rêvais d’entreprendre des genres de road trip, rempli d’aventures, et m’permettant surtout d’jouer à l’archéologue « post-apo ». C’est marrant comme on change d’avis, quand on voit son « rêve » devenir, d’une certaine façon, « réalité ». J’suis pas en vadrouille pour voir les trésors que recélerait encore la Terre (d’toute façon, l’peu que j’en ai vu, c’est plus à même d’vous donner des cauchemars, qu’vous faire rêver !). Non, là, j’suis en route pour une ville Native (ouais, y’a des survivants sur Terre, j’m’y fais toujours pas complètement !) afin d’aider à la création d’une alliance pour faire face au Mont Weather (encore d’autres survivants. Aussi cinglés qu’ceux nommés précédemment !). J’vais pas vous faire l’historique de c’merdier, mais c’est franchement la galère, et au final, pour tenter d’tirer d’ce maudit bunker, certains des nôtres qui s’y sont pas tous rendus d’leur plein gré, on doit aller voir la chef des Grounders pour essayer d’conclure une alliance… Alors l’voyage est des plus sérieux, et épuisant, physiquement comme moralement. C’est bien pour ça que j’éprouve l’besoin d’m’isoler un peu, en fin d’journée, après qu’nous ayons terminé d’installer notre camp pour la nuit, à l’issue d’une très longue journée d’marche. J’veux m’mettre un peu à l’écart du groupe : ils sont bien gentils, mais disons qu’j’ai besoin d’me retrouver un peu seul. C’est un changement important pour moi, entre ma vie d’avant, passée à tenter d’donner l’change pour sauver ma famille en étant souvent qu’avec ma mère et ma sœur en dehors du taf, et ma vie sur Terre, où c’est complexe d’se retrouver en tête-à-tête avec soi-même, et plus encore d’pas être dans une situation d’vie ou d’mort…

J’m’éloigne pas trop, toutefois. J’oublie pas qu’on est loin d’être ouvertement amis avec les Grounders, et qu’c’est pas forcément hors de danger une telle balade. Oui, mais voilà, j’ai besoin d’prendre l’air, d’pas être avec des gens qui vont m’poser tout un tas d’questions, et juste montrer qu’ils savent ni s’taire, ni supporter l’silence. Afin d’pas m’éclipser sans raison, j’ai fait savoir qu’j’allais m’mettre en quête de quelques baies. On a des réserves pour tenir le coup jusqu’à notre arrivée à Polis, mais des baies fraîches, ça n’peut qu’faire du bien au moral, surtout après la journée assez compliquée qu’on vient d’se taper ! Evidemment, j’sais quelle genre de baies prendre. J’suis pas assez calé de c’côté-là pour m’risquer à tenter d’ramasser des trucs sans être entièrement sûr qu’c’est sans danger, donc, j’ai en tête d’prendre des baies qu’les quelques Natifs provenant des environs d’mon ancien camp, nous ont fait découvrir, qu’on a déjà mangé avec eux, qui sont « sûres », et que j’sais reconnaître sans l’moindre souci. Le but est d’avoir une p’tite touche sucrée en fin d’repas, pas d’finir malades ! M’voici donc, un peu à l’écart des autres, mais pas trop non plus, j’suis pas suicidaire, et j’ai pris l’soin d’prévenir les autres, et d’leur dire dans quel p’tit périmètre j’comptais aller. Manquerait plus qu’une mauvaise surprise m’arrive ! C’est que j’ai encore des choses à faire, moi, pour gagner la grâce du Conseil, comme pour sortir du bunker, ceux qui s’y sont retrouvés contre leur gré (et donc, une p’tite blonde, entre autre !) C’est pour quoi j’suis pas mal attentif, plus encore qu’durant les longues heures qu’j’ai pu passer à bosser en tant qu’Garde sur l’Arche, ou encore à monter la garde, dans mon camp d’origine comme dans celui d’Octavia. Et c’est pour cette même raison qu’j’ai une arme avec moi, celle que j’ai depuis que j’ai dû rentrer d’force dans la navette, des mois plus tôt. Alors ouais, j’donne l’impression d’être plus qu’insouciant, à faire un peu d’cueillette, mais j’suis sur mes gardes malgré tout. C’est bien pour cette attention que j’capte, du coin d’l’œil, un semblant d’agitation, qu’est loin d’être l’fruit du mouvement normal d’la forêt. C’est encore un peu trop loin pour que j’sois sûr d’moi, d’autant plus avec la lumière du soleil qui décline progressivement, mais ça m’met plus encore sur mes gardes. Un poil trop tard, malheureusement, car l’bruit d’ma démarche en cette forêt a déjà attirée l’attention d’la silhouette dont j’ai capté les contours, l’incitant à aller s’cacher (et c’est durant c’laps de temps que j’ai capté sa présence). J’en grogne mentalement : j’ai pourtant la démarche d’un Caporal qu’a même été promu Commandant, donc, si j’marche pas comme un ninja, j’suis loin d’être dans l’genre d’un éléphant quand même ! Et pourtant, pour évoluer discrètement sur Terre, j’sais qu’j’ai encore du boulot… Si l’alliance est acceptée par les Grounders, et que j’sors vivant du bunker, j’demanderai à un Natif quelques conseils pour palier à ça ! J’penserai à ça en temps voulu, là, pour l’instant, j’porte ma main à ma hanche, où j’ai mon arme, afin d’la dégainer au plus vite, si besoin. J’espère pas avoir à m’en servir, car j’suis pas là pour foutre plus encore la merde entre mon peuple et celui d’la Terre, en plus, j’suis pas sûr d’parvenir à être plus rapide qu’un Natif aguerri, mais bon…

Afin d’pas mettre la puce à l’oreille sur l’inconnu(e) quant au fait que j’ai pu prendre conscience d’ma solitude brisée, j’continue ma cueillette, comme si de rien n’était, avançant, comme ma route initiale le laissait à entendre, vers l’arbre servant d’cachette. Quelques secondes plus tard, une silhouette surgit d’derrière cet arbre, arc bandé à la main. Moi aussi, j’peux jouer à ça, lui présentant mon flingue, avant d’pousser un soupir, en reconnaissant mon « assaillant ». « Navré, mais pour ça, faudra qu’tu prennes ton ticket… Y’a déjà l’Arche qui est plus qu’ravi d’m’envoyer au casse-pipe. Et c’maudit casse-pipe, qui peut avoir ma peau, bien avant la fin d’l’année ! », dis-je, faisant montre d’mon habituel humour assez noir, tout en rangeant, à l’instar d’Eliza, mon arme. « Qu’est-ce que tu fais là ? », l’interrogé-je, m’demandant bien c’qui l’a mené à venir par ici. Veut-elle aller retrouver l’Arche et ses parents ? Quoi qu’il en soit, c’est pas parce que j’ai de la compagnie que j’arrête ma cueillette, j’peux parfaitement être multi-tâche.



Emi Burton

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I’d rather be with you than flying through the sky alone, because somehow you learned the parts of me that I’d spent so long trying to hide away. And yes, I came into this with a terrified heart I came into this with a unsure mind. But you, you make my heart brave and you allow my mind to be sure for the first time I can remember. And I think sitting here, shivering I dream about you and me, me and you. Because helping you was a choice I made but loving you, oh, that was fate.
Revenir en haut Aller en bas
Eliza Johnson
❝ Survivant ❞
Eliza Johnson



Messages :
1459
Date d'inscription :
31/03/2017
Ft :
Lyndsy Fonseca
Crédits :
Blondie (avatar), skairipa (gif)
[10/07/2482] There's no turning back. Vide
MessageSujet: Re: [10/07/2482] There's no turning back. [10/07/2482] There's no turning back. EmptyMer 25 Sep - 20:21

THERE'S NO TURNING BACK —


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— BELLAMY & ELIZA
Eliza avait pas mal eu la tête ailleurs ces derniers temps. Il fallait dire qu’elle avait une vie plutôt mouvementée. Elle n’allait pas s’en plaindre, enfin… Cela dépendait surtout des situations. Jusque là, elle avait toujours ressenti un éternel besoin d’adrénaline. Elle allait jusqu’à se mettre dans des contextes improbables ne serait-ce que pour sentir son cœur battre à mille à l’heure. Pourtant, Eliza n’en ressortait qu’un peu plus blessée à chaque fois. Elle avait compris qu’elle avait besoin d’exprimer pleinement son potentiel. Traverser les forêts d’Azgeda à la recherche d’une bête ou d’un affront avec un Grounder n’était visiblement pas une bonne idée. Mais cela faisait bien longtemps que l’idée d’une mort soudaine et douloureuse ne lui faisait plus peur. Qu’avait-elle à perdre aujourd’hui ? Les seules personnes qui n’ait jamais compté pour elle se trouvaient dans l’espace. Elle ignorait encore si elle pourrait les revoir un jour. À vrai dire, elle ignorait également qu’elle était la situation de l’Arche à ce jour.

Ses parents lui manquaient. C’était indéniable. Ils étaient ceux qui lui avaient donné la vie, ceux qui lui avaient appris la propreté, la politesse, le respect, l’amitié… Sans eux, elle n’en serait jamais là aujourd’hui. Elle était prête à donner sa vie pour les sauver et c’était d’ailleurs ce qui expliquait si bien ce lien que l’on appelle la famille. Mais l’avenir est la plus puissante des choses, une fatalité à laquelle elle n’avait su se soustraire. En voulant aider son père, en troquant des médicaments pour soigner son épaule, elle avait amené des innocents en prison. En tentant de garder le secret, elle avait connu un terrible chantage du sous-chef de la garde. Et voilà où elle avait fini. Sur Terre, loin des seules personnes qu’elle n’ait jamais aimé.

Ici, Eliza vivait une nouvelle vie. Elle avait dû apprendre à s’adapter sur ces terres mortelles et dangereuses. La faune comme la flore étaient victimes de monstrueuses mutations et sans connaissances approfondies, elle risquait sa vie à chaque instant. Le climat jouait énormément aussi sur sa survie et les premiers mois s’étaient avérés très compliqués. Tout particulièrement à cause de ses premiers rhumes, aspect qu’elle n’avait pas pu connaître sur l’Arche. Tomber malade sur la Terre était l’une des pires choses imaginables à ses yeux. Eliza devenait faible et vulnérable et Dieu sait à quel point s’était une mauvaise idée. Non pas seulement par rapport à l’image qu’elle avait d’elle, mais également par rapport à tous ces éléments néfastes qui l’entouraient.

Oui, la survie n’était pas un simple loisir. C’était un mode de vie qu’elle avait su s’approprier avec le temps. Maintenant, elle n’était plus seule dans ce beau pétrin et elle avait pu transmettre quelques uns de ses savoirs au groupe de délinquants qui venait d’arriver, le seul qu’elle avait eu le plaisir de rencontrer. Elle n’était pas une très bonne professeur, ça n’avait jamais été dans ses vocations, mais elle prenait plaisir à se sentir utile, pour la première fois depuis des années. Ici, la station de l’Arche à laquelle on avait appartenu n’avait aucune signification. Chacun repartait à zéro, avec de nouveaux objectifs et rêves plein la tête.

Quoi qu’il en soit, Eliza avait énormément de mal à se faire à l’idée qu’elle pouvait croiser des anciens Archéens à n’importe quel moment. Ces délinquants avaient tous commis des crimes pour être ici et ils avaient tous eu une seconde chance. Leur survie était primordiale, mais encore fallait-il que les natifs ne soient pas autant sur leur garde qu’Eliza l’était. Cette flèche, nul doute qu’il l’aurait décoché.

— Une chance qu’ils ne puissent pas t’atteindre de là où ils sont.


Eliza sourit très légèrement à son (ancien?) ami, tentant de paraître aussi avenante qu’autrefois, bien que la vie sur Terre l’ait quelque peu changé. Une part d’elle était agacée de le voir ici, mais l’autre était heureuse de voir un visage qu’elle connaissait depuis toujours. Une drôle d’ambiguïté régnait en elle, une dissonance cognitive à laquelle elle peinait à faire face.

— Je dois me rendre à Trikru. J’ai une mission qui mijote sur le feu depuis un moment déjà. Et toi, que fais-tu dans les parages ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Revenir en haut Aller en bas
Bellamy Blake
❝ Admin ❞
Bellamy Blake



Messages :
1970
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
Bob Morley
Crédits :
Avatar de Sweet Poison, signature de Bizzle et citation sign' de Anne Marie & James Arthur (avec la chanson "Rewrite the stars")
[10/07/2482] There's no turning back. Vide
MessageSujet: Re: [10/07/2482] There's no turning back. [10/07/2482] There's no turning back. EmptyMar 8 Oct - 15:31

Spoiler:
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
There's no turning back.

"Quand un ami fait quelque chose de mal, n'oublie pas toutes les bonnes choses qu'il a fait."

J’fronce les sourcils, quand j’comprends qu’la brune ignore apparemment qu’l’Arche est sur Terre. Ou alors, elle a un souci d’appréciation des distances, pour croire que j’sois vraiment loin d’ce vaisseau qui n’est désormais plus spatial ! « Faut qu’on aille à… Polis, c’est ça ? » répondis-je. Evidemment, j’me demande en quoi consiste cette mission à laquelle elle fait référence, mais j’l’interroge pas. Ca ne m’regarde pas. Pis j’ai toujours un peu d’mal à savoir c’qu’on peut encore partager ou non, maintenant. J’le sens bien, qu’elle m’en veut encore, d’une certaine façon. J’peux la comprendre, c’est pas c’qu’il y a de plus agréable à tolérer, l’fait d’avoir été arrêté par un ami, ni d’avoir passé de longues années à croire que celui-ci n’était qu’un traître à qui on doit tous nos malheurs. Même sans la partie « l’autre m’a planté un coup dans l’dos ! », notre relation aurait quand même changé ! Faut regarder la confiance, et c’est pas facile. Pis, une autre raison qui fait que je l’interroge pas sur son but, c’est aussi que j’ai pas envie qu’elle me retourne la question. Pas nécessairement parce que j’lui fais pas confiance, mais plutôt parce que j’ai pas envie que n’importe qui nous entende. Après tout, qui m’dit qu’y’a pas un Grounder, dans les arbres ? De c’que j’ai pu voir, ils sont plus doués pour grimper un peu partout, et s’faire super discret. Même s’ils ont aussi à libérer certains des leurs, cette alliance n’est pas encore approuvée par leur leader. Même quand elle le sera, y’aura forcément des Natifs pour désapprouver une telle association. Mieux vaut être prudent… Et en plus, qui m’garanti qu’y’a pas un Montagnard, avec une d’leur combinaison à la con, en embuscade dans l’coin ?  Ca serait bien con qu’notre plan leur vienne aux oreilles, avant même qu’on n’ait l’temps de l’exécuter !

« Mais… Dis-moi… T’sais pas que l’Arche est là, maintenant ? » Allez, p’tit changement d’conversation, histoire d’éviter qu’on n’sente trop mon manque de curiosité à son encontre, comme mon peu d’envie de m’étendre sur c’qui m’fait aller à Polis. « Certains Archéens sont avec moi. » expliqué-je en désignant d’un signe d’la tête, la direction du camp qu’est en train d’se construire. « Sinon, la navette est par là-bas. » terminé-je, montrant  cette fois la direction du vaisseau. Qui sait, Eliza voudra p’têtre aller voir les siens, avant ou après qu'elle ait terminé c’qu’elle a à faire ? Même si j'trouve surprenant qu'elle soit pas déjà au courant d'ça, après tout, l'arrivée d'une navette sur Terre, ça passe pas inaperçu, peu importe où on est. Et si elle, elle n'a pas vu ça, des gens lui en ont forcément parlé, nan ? Ou alors, elle m'teste, cherchant juste à savoir si j'me montrerais franc ou pas...


Emi Burton

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I’d rather be with you than flying through the sky alone, because somehow you learned the parts of me that I’d spent so long trying to hide away. And yes, I came into this with a terrified heart I came into this with a unsure mind. But you, you make my heart brave and you allow my mind to be sure for the first time I can remember. And I think sitting here, shivering I dream about you and me, me and you. Because helping you was a choice I made but loving you, oh, that was fate.
Revenir en haut Aller en bas
Eliza Johnson
❝ Survivant ❞
Eliza Johnson



Messages :
1459
Date d'inscription :
31/03/2017
Ft :
Lyndsy Fonseca
Crédits :
Blondie (avatar), skairipa (gif)
[10/07/2482] There's no turning back. Vide
MessageSujet: Re: [10/07/2482] There's no turning back. [10/07/2482] There's no turning back. EmptySam 19 Oct - 17:03


THERE'S NO TURNING BACK —

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— BELLAMY & ELIZA
Eliza avait encore du mal à retrouver son comportement d’antan avec Bellamy. Il y avait eu tellement d’événements dans sa vie, depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus. Elle avait subi de la torture, un envoi sur Terre, la survie, des courses poursuites… Évidemment que tout cela avait fini par la changer. Eliza s’était également construite autour de l’idée qu’elle ne reverrait ni ses parents, ni ses amis. Pourtant, Bellamy se tenait devant elle pour la deuxième fois et elle ne se sentait toujours pas à l’aise à l’idée de le revoir.

Elle s’était fait tellement d’a priori sur lui, suite à son arrestation, qu’elle n’avait pas encore eu le temps de remettre toutes ses idées en ordre. Et puis, même si elle était venue quelques jours à leur campement, elle n’avait pas eu le temps d’avoir une réelle conversation avec lui. Quand elle n’était pas en train de conseiller quelqu’un, il était parti en mission. Et inversement.

Quelques fois, Eliza se demandait comment aurait été son atterrissage sur Terre si elle avait eu le même contexte qu’eux. Le peu de Camelotiens à avoir survécu soit avaient atterri entre les mains d’Azgeda, prêts à être convertis en esclave, soit s’étaient échappés dans la forêt pour sauver leur peau. Pour ces derniers, il fallait aussi retirer ceux qui n’étaient pas parvenus à survivre, souvent à cause de natifs, de bestioles ou de plantes. Le nombre de survivants du dernier envoi était très limité et elle s’estimait assez chanceuse d’avoir pu rencontrer Lilith parmi eux. Elle était la seule personne à qui elle pouvait pleinement accorder sa confiance.

— Oui. Je suppose que nous allons tout deux dans la même direction. On devrait atteindre Polis rapidement.

Finalement, la conversation dériva sur l’Arche et provoqua instantanément un froncement de sourcils chez la demoiselle. Elle planta son regard noisette dans celui de son « ami » et prit très rapidement la parole, d’une voix quelque peu désorientée.

— L’Arche ? Là où j’étais, je pensais qu’il s’agissait d’une navette de prisonniers comme la vôtre.

Eliza prit peu à peu conscience de tout ce que cela incluait. Ses parents étaient peut-être en vie. Elle aurait tant aimé laisser tomber cette mission et aller les retrouver. De l’autre côté, si le Conseil était là, ils ignoraient sans doute que les Camelotiens étaient toujours en vie. Elle doutait du fait qu’elle puisse avoir une seconde chance comme les délinquants avaient pu l’avoir. Ils avaient été envoyés dans l’optique d’une expérience, alors qu’elle, elle était censée être morte, il y a des années déjà.

Son regard perdit un peu de son éclat d’espoir, commençant un peu à s’assombrir, entre le chagrin et la colère. Elle repensait à tout ceux qui avaient pu la torturer et qui se balader dans les forêts qu’elle fréquentait depuis trois ans, à l’abri de leurs malveillances.

Sa complicité avec Bellamy s’était peut-être effacée avec le temps, mais il avait sans doute compris l’étincelle d’ambivalence qui était née dans son regard. Soit elle allait là-bas pour revoir ses parents, quitte à être exécutée si le Chancelier ne lui offrait pas la rédemption ; soit elle y allait en toutes connaissances de ses causes, prête à se venger de son maître chanteur qui était à l’origine de son envoi sur Terre ; soit elle ne faisait rien du tout, quitte à ne jamais revoir ceux qui lui avaient donné la vie, ce qui pouvait lui permettre de rester en vie. Comme si elle espérait qu’il ne comprenne jamais le dilemme qui la tourmentait, elle changea à son tour de sujet.

— Qu’est-ce que tu dois faire à Polis ? le questionna-t-elle, en lui renvoyant finalement à son tour la balle qu’il lui avait précédemment donnée.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Revenir en haut Aller en bas
Bellamy Blake
❝ Admin ❞
Bellamy Blake



Messages :
1970
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
Bob Morley
Crédits :
Avatar de Sweet Poison, signature de Bizzle et citation sign' de Anne Marie & James Arthur (avec la chanson "Rewrite the stars")
[10/07/2482] There's no turning back. Vide
MessageSujet: Re: [10/07/2482] There's no turning back. [10/07/2482] There's no turning back. EmptyLun 18 Nov - 13:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
There's no turning back.

"Quand un ami fait quelque chose de mal, n'oublie pas toutes les bonnes choses qu'il a fait."

Bon, visiblement, la brune a aussi rendez-vous à Polis : le hasard fait bien les choses. Ou non, une phrase qu’j’ai toujours rêvé d’pouvoir sortir un jour mais que j’ne pouvais utiliser car vivant sur l’Arche : que l’monde est p’tit ! J’trouve l’ancienne Garde assez sûre d’elle, pour songer à s’pointer à la capitale des Grounders, les mains dans les poches, alors qu’la situation est pourtant tendue entre nos deux peuples. Et ça, Eliza doit bien l’savoir, tout d’même ! Mais bon, elle peut penser la même chose qu’moi, puisque j’veux moi aussi aller à Polis, alors qu’c’est la Johnson qui nous a mis en garde sur l’énorme menace qu’représentaient la plupart des clans d’Natifs… (Bon, autre preuve qu’la brunette n’peut ignorer à quel point ces sauvages peuvent être craignos par moment !) La seule chose qui m’soulage dans c’qu’elle m’balance, c’est qu’on n’devrait plus être trop loin d’Polis. Et comme le temps presse, afin d’mettre sur place notre plan pour sortir les autres du bunker, c’est pas plus mal (même si ça colle à nos estimations, c’qu’elle dit, mais avoir confirmation par une autre source, c’est toujours cool !). J’finis par lui parler d’l’Arche, m’disant que si elle sait pas qu’le vaisseau est arrivé sur Terre, elle aimerait l’savoir, n’serait-ce que pour être mise au courant de l’état dans lequel sont désormais ses parents. Perso, si les rôles étaient inversés, j’aurai aimé que quelqu’un m’en parle et m’dise comment allaient les miens. Même si j’aurais sans doute éprouvé pas mal de frustration, car n’pouvant aller les voir sans risquer ma vie, mais voulant les voir plus que tout. Cette frustration, j’la connais bien, j’l’endurais y’a pas bien longtemps encore, quand l’arrivée d’l’Arche se faisait de plus en plus imminente et que j’avais fini par m’convaincre qu’il fallait que j’me tire du camp. Et que j’laisse donc derrière moi mes potes, mais surtout, ma p’tite sœur. Et ce, sans espoir d’les revoir un jour…. Alors ouais, cet éclair qui passe dans l’regard d’Eliza, j’le connais par cœur. Puis bon, d’toute façon, faut pas être un génie pour s’faire une p’tite idée du doute qui vient d’infiltrer l’moindre des recoins d’l’esprit d’la jeune femme. Suffit juste d’savoir c’qu’elle a connue sur l’Arche, et c’qui lui a valu d’être séparée des siens, pour comprendre qu’elle est perdue entre son envie d’voir ses parents, et son désir de survivre (et donc, d’échapper au Conseil, qui ignore qu’elle a été manipulée). Mais elle opte pour la raison – et la vie – et ça peut s’comprendre sans mal. Du moins, j’vais pas la juger ! J’suis toutefois assez surpris qu’elle oriente la conversation sur un autre sujet, sans chercher à prendre des nouvelles d’ses parents.

J’pousse un p’tit soupir, cherchant quoi lui répondre sans trop lui en dire. J’n’ai pas réellement confiance en elle : ça fait des années que l’on n’sait pas vu ni vraiment parlé, j’sais pas c’qu’elle est devenue désormais, j’sais juste qu’elle a forcément dû changer. Après tout, tout l’monde change, avec le temps. Et puis, par-dessus tout : y’a p’têtre des oreilles indiscrètes qui circulent pas trop loin, alors parler ouvertement du plan à venir, c’est tout sauf une bonne idée, vous trouvez pas ? « Disons qu’on cherche à obtenir la paix…. » Vu c’que j’viens d’dire, et la façon avec laquelle j’ai parlé, elle doit bien s’douter qu’j’ai pas parlé d’tout. Après, à elle d’réfléchir pour comprendre c’qui m’empêche d’trop lui en dire… Elle est loin d’être bête, après tout, et elle sait parfaitement qu’les Natifs sont connus pour s’montrer discrets… « Tes parents vont bien…. », préférais-je enchaîner, m’mettant sans doute trop à sa place. Si j’étais elle, j’voudrai savoir ça, à défaut d’pouvoir les voir d’moi-même. J’peux pas dire grand-chose d’autre, n’pouvant arranger la situation pour elle, laver son honneur et faire en sorte que l’Conseil n’la considère plus comme une traîtresse. Déjà qu’pour tenter d’obtenir la grâce, j’dois m’foutre dans une merde monstre, alors bon… « Tu veux que j’leur dise, pour toi ? » Car évidemment, j’leur ai rien dit, et j’avais demandé au reste du camp d’garder ça pour eux, dès qu’il a été question d’rentrer en contact avec l’Arche. Vu qu’Eliza est mal vue par le Conseil, j’voyais pas l’intérêt d’dévoiler à ses parents qu’elle avait été balancée sur Terre et était toujours vivante. D’autant plus qu’on savait pas où était la brune, après son passage dans l’camp, donc, si c’était pour dire à ses parents qu’elle était vivante et allait bien, mais sans leur garantir qu’ils puissent la revoir…


Emi Burton

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I’d rather be with you than flying through the sky alone, because somehow you learned the parts of me that I’d spent so long trying to hide away. And yes, I came into this with a terrified heart I came into this with a unsure mind. But you, you make my heart brave and you allow my mind to be sure for the first time I can remember. And I think sitting here, shivering I dream about you and me, me and you. Because helping you was a choice I made but loving you, oh, that was fate.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
❝ ❞



[10/07/2482] There's no turning back. Vide
MessageSujet: Re: [10/07/2482] There's no turning back. [10/07/2482] There's no turning back. Empty

Revenir en haut Aller en bas

[10/07/2482] There's no turning back.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru :: Autres endroits :: Précédemment, ailleurs ...-