AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pour les nouveaux personnages :15Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes : Delinquents, Hemerians et Arkers ! Essayez de les privilégier Wink
Les habitants du Mont Weather sont jouables, pour tous, dès maintenant ! Ils offrent 20Tcs à la validation ! N'hésitez pas à peupler le bunker !
Suite aux premiers évents, les premières intrigues arrivent sur IE pour les 100 et les Arkers ! Celle des Grounders/Camelotiens arrivera très bientôt !

Partagez|

[03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Anakin Hohenheim
Modo


Messages : 345
Date d'inscription : 08/05/2017
Ft : Alexander Vlahos
Crédits : Me myself and I (Hély)

Inclement Earth

MessageSujet: [03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy Dim 21 Mai - 0:47

Lieu du rp : Dans un couloir désaffecté, Walden, Arche
Date du rp : Le 3 avril 2482, peu après midi - qui sait combien de temps ça va durer ?
Participants : Anakin Hohenheim et Bellamy Blake
Météo : Une tempête Non, je déconne, on est sur l'Arche.
But du rp : On va se défoncer, c'est clair comme ça ?
Résumé du rp : (A éditer une fois le sujet terminé. Ca vous permettra de voir si vos persos vous ont laissé faire ce que vous vouliez. Et surtout, ça vous permettra de nous dire ce qui a pu se passer d'important, pour la chrono générale si cela s'avère utile. Ou ça servira simplement aux gens qui peuvent être concernés par votre sujet ! N'hésitez donc pas à nous dire si vous avez dû vous battre, si vous avez eu de la "visite" de la Faune et/ou de la Flore... Bref, on veut tout savoir !)


Dernière édition par Anakin Hohenheim le Sam 8 Juil - 2:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Anakin Hohenheim
Modo


Messages : 345
Date d'inscription : 08/05/2017
Ft : Alexander Vlahos
Crédits : Me myself and I (Hély)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy Dim 21 Mai - 0:48

J'avais eu une journée particulièrement chargée. Réveillé à 3 heures du matin, j'avais dû créer la nouvelle cargaison réservée à mon cher sponsor d'étude, risquant plusieurs fois de tout faire exploser dans la minuscule cellule qui me servait de lieu de vie à Walden. Quoi que ce ne serait pas une énorme perte, mais personnellement, j'avais moyennement envie de causer une brèche dans le mur qui me séparait de l'Espace pour m'envoyer moi-même à la dérive. Autant aller dans le couloir et crier de toutes mes forces que j'étais un fabricant de drogue, ça rendait les choses plus simples et moins dangereuses pour tous les péquenots qui vivaient dans la station.

Une fois que j'avais terminé ma basse besogne, au bout de quatre bonnes heures, je pus enfin songer à me préparer pour aller à mes cours. J'avais même envie de prendre une douche, aujourd'hui étant la journée où l'eau allait enfin couler. Je préparai mes bidons, histoire de stocker autant que je pouvais, voire même plus : la dernière fois, j'avais fini par ne pas prendre de douche les deux derniers jours...

Et une fois cette tâche ingrate effectuée, je commençai ma journée de cours avec un pic de stress intense. Pourquoi ce stress ? Tout simplement parce que, comme chaque mois, j'allais passer la matinée avec un paquet de cristaux illicites qui ne manqueraient pas de m'envoyer directement à la dérive si on m'attrapait avec. J'avais toujours l'impression de voir des gardes partout, qu'ils me scrutaient... Pourtant, comme d'habitude, j'allai en cours et je passai chaque couloir à me rendre compte que... Bah tout allait bien. En même temps, ce serait vraiment ironique qu'à ma dernière livraison, je me fasse gauler... Ce serait bien ma veine.

Car mes études étaient terminées. J'allais être diplomé, et je n'aurai plus besoin de cette saleté de Phoenicien qui me servait de sponsor pour mes études. Bientôt, je pourrai enfin me débrouiller par moi-même, j'avais même déjà une place dans un laboratoire. Mais aujourd'hui... C'était la dernière livraison. Et quelque part, c'était un gros tournant, et j'étais encore plus épuisé que d'habitude. J'avais 27 ans, j'étais plus vieux que les autres élèves de ma promotion, j'avais passé plus de dix ans à travailler pour des connards qui pourrissaient l'Arche avec mes cristaux... Sérieusement, c'était ça mon apport au reste de l'Humanité ?

Une fois les cours du matin terminés, je récupérai mon sac avec mon air le plus innocent possible. Je tremblais un peu des mains, je devais retrouver mon sponsor à la cantine, le midi, pour aller lui dire "bonjour", lui serrer la main, et en profiter pour lui donner ce sachet minuscule, qui tenait dans une paume de main et qui lui servirait pour un mois. C'était ainsi que nous avions fait durant les dix dernières années, et ce serait la dernière. Enfin... Je pourrai raccrocher.

J'arrivai à la cantine, en transe, transpirant presque alors que les températures n'étaient pas différentes à d'habitude. Je le vis, assis comme à son habitude là où je pouvais le rejoindre pour lui serrer la pince. Ah, quel moment absolument génial, je n'avais absolument pas peur une seule seconde qu'on se fasse pincer... C'était juste l'endroit où il y avait le plus de monde. Imaginez qu'une personne un peu trop intéressée mate justement vers ma main et voie un truc suspect ? J'étais bon pour me faire tacler par un contigent de gardes un peu trop zélés, ravis de mettre la main sur un orphelin pour le jeter dans l'Espace, histoire de gaspiller à nouveau un corps.

J'étais dans un état tellement paranoïaque, tellement stressé et en même temps un peu nostalgique, que sur le chemin, je pris deux secondes pour piquer deux cristaux dans le sachet que je destinais à ce porc de Phoenicien. Je les coincai dans le fond de mon sac, ils passeraient facilement pour de la saleté, ou autre chose, bien que mon porte document soit totalement propre. Puis, je me remis en route.

Je m'approchai donc de ce phoenicien que je devrais vénérer pour m'avoir donné un avenir s'il n'avait pas été aussi véreux. Je lui fis un signe de tête, tandis que j'observais chez lui son nez aussi gros d'un groin, gonflé par ces années de maltraitances et de cristaux qui s'y baladaient un peu trop. Et tout se passa comme prévu... Du moins, jusqu'à ce qu'à la fin des banalités, avant qu'il lâche ma main, il me dit tout simplement :

"Au mois prochain alors ! Vous me donnerez de vos... Croustillantes nouvelles, j'espère bien."

Si au début j'acquiesçai simplement, puisque c'était une phrase qu'il aurait très bien pu me dire pour me rappeler de venir le mois prochain avec mon dû, je tiltai rapidement. Mais non ! Il avait perdu la boule ou quoi ? C'était fini, j'avais rempli ma part du contrat : mes cristaux contre son sponsoring, je n'avais plus besoin de lui alors je pouvais ne plus jamais le revoir si ça me plaisait tant...

"Hum... Vous devez vous tromper. C'est terminé, je vais être diplômé. Du coup... Peut-être bien que nous nous reverrons plus.

_Oh mais non, mon garçon ! Je ne compte pas vous lâcher comme ça, dans la nature, voyons... C'est si dur, de vivre dans votre situation, vous savez un orphelin... Une situation si précaire !"

Je compris vite le sous entendu. Cela signifiait qu'il me tenait par les couilles, clairement. Il n'allait certainement pas lâcher sa vache à lait, comme disaient les terriens de l'Ancien Temps. Et même si j'avais clairement envie de lui décocher un pain dans sa gueule de camé, de rage, parce que j'avais encore une fois été bien trop naïf de croire qu'un deal était un deal, je me retins. Car j'étais Anakin Hohenheim, parce que j'étais un orphelin, et que j'avais bien compris que les peines avaient été durcies dernièrement. Je ne survivrai jamais à ce simple moment de joie. Alors, je bassai la tête comme le gros lâche que j'étais, pour ensuite repartir, sans manger.

J'étais dans un état second, j'avais l'impression que si j'avais été quelqu'un d'autre, dans un autre lieu, dans un autre temps, j'aurais pu causer moi même la Guerre Nucléaire. J'en avais assez ! Et j'avais été bien prévoyant d'avoir piqué ces cristaux à ce trou du cul qui méritait bien qu'on lui élargisse encore ces narines avariées. Alors, je me dirigeai vers un lieu que je savais être désert. C'était à Walden, un lieu désafecté où il y avait autrefois des appartements... Mais qui étaient désaffectés car en panne, et puis bien sûr, jamais d'argent pour réparer. Et ce, depuis au moins 27 ans. Comment je le savais ? Parce que c'était là qu'on m'avait retrouvé, quand j'étais bébé.

Et une fois arrivé à l'endroit exact, je pus me dissimuler un peu derrière un pan de mur. J'étais absolument certain que personne ne viendrait, allons, quel garde viendrait surveiller un endroit où aucun Waldenite ne mettait les pieds ? Déjà qu'ils traînaient des pieds là où ils étaient réellement... Comment les imaginer ici ?

Je regardai le premier cristal avec une convoitise digne de ce Golum, dans cet étrange film qu'ils passaient parfois lors des Jours du Souvenir. J'avais l'impression de tenir mon précieux entre les mains... Pourtant, je n'avais jamais voulu prendre cette drogue, j'avais toujours voulu être au top de mes capacités. Et jusque là... J'avais plutôt réussi. Mais j'étais en train de péter les plombs... Alors, un cristal, ça pourrait peut être déjà me faire du bien.

J'étais tellement plongé dans ma contemplation, que je n'entendis les pas derrière moi que trop tard. Je me retournai alors vivement, essayant de cacher la drogue dans ma paume, espérant que ce ne fusse pas un garde.

"Hey ! Qui va là ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bellamy Blake
Admin


Messages : 1148
Date d'inscription : 07/03/2017
Ft : Bob Morley
Crédits : Avatar de hershelves. et signature de Wild Heart

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy Mer 24 Mai - 0:30

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ankin & Bellamy
It's just another day. It's just another year. "One step at a time", they say. "One trip, and you're back that way". I don't recognize these eyes. I don't recognize these hands. Please believe me when I tell you that this is not who I am.[It was me - Imagine Dragon]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

L’après-midi vient à peine de commencer, et pourtant, j’suis déjà fatigué. Mais j’sais que c’est surtout d’la fatigue mentale. L’après-coup d’une visite faite à Octavia. Un moment que je n’raterais pour rien au monde, mais qui m’prend beaucoup d’énergie, n’serait-ce qu’pour tenter d’garder un minimum le sourire. Puis pour rentrer, ensuite, chez nous, sans elle. Et m’faire à l’idée d’la laisser, affronter sa vie d’prisonnière, et tout c’que ça englobe… Croyez-moi, c’est loin d’être facile d’supporter une telle chose. Presque autant qu’ça l’est, de tout mettre en œuvre pour – l’espace de quelques heures au moins – essayer d’lui faire oublier sa condition d’prisonnière ! Ca n’est pas la 1ère fois que j’ai été rendre visite à ma sœur, à la Sky Box, loin de là ! Et pourtant, c’est bien la 1ère fois où j’me sens autant fatigué ! Parce que l’fait de m’occuper du nettoyage d’la cellule de Clarke a contribué à m’foutre à la gueule l’inéluctable compte-à-rebours qui plane, au-dessus de la tête de ma sœur. Elle a certes encore quelques mois de « tranquillité », avant d’être majeure, et d’savoir si l’Conseil va vraiment la condamner à mort ou la gracier. Mais l’temps passe vite, oh oui, j’en ai pris vilainement conscience la veille, en réalisant qu’il ne restait plus qu’quelques jours à la Griffin avant d’être envoyée à la dérive. Car pour elle, ça sera ça, il n’fait aucun doute : elle est au Niveau 2, pour les détenus d’là-bas, y’a pas d’autres fins possibles…. Et j’redoute le jour où viendra l’tour d’Octavia. Car j’crois plus en l’Arche, depuis des années maintenant, alors imaginer que l’Conseil puisse l’épargner, c’est comme… J’allais dire d’envisager sérieusement qu’une nana qui deviendra Conseillère un jour puisse songer, n’serait-ce que deux secondes, à embrasser un Waldénite, du bas d’l’échelle sociale, mais vu ce qu’il s’est passé hier matin dans la cellule d’Clarke, bah…. Bref, du coup, j’vais plutôt dire qu’c’est comme d’oser espérer qu’les plus pauvres Waldénites puissent se hisser jusqu’à Phoenix, sans passer par un mariage pas forcément contracté par amour… Donc, ouais, j’commence déjà à penser au pire, en c’qui concerne Octavia. Et ça impacte sur mon moral, c’matin. Et on peut aussi ajouter à ça c’que j’ai évoqué – brièvement – un peu plus tôt : Clarke, qui m’a demandé d’l’embrasser. Et moi, qu’ait accepté. M’demandez pas pourquoi, j’serai infichu d’vous dire d’où ça sort. J’suis pas vraiment capable de décrypter ma propre attitude, concernant la blonde, et ce, depuis déjà quelques années, mine de rien… Disons que c’moment partagé avec elle, hier dans la matinée, m’a aussi ramené à Elizabeth : ça va faire un an, en juin, qu’elle est morte. Et j’suis en train d’embrasser une nana qui va être envoyée à la dérive dans quelques jours. Genre, c’est normal ! En juin, ça va faire un an qu’l’existence d’O. a été découverte, un an qu’ma mère est morte, et un an qu’ma nana est morte également. Juin approche à grand pas. Et ça, disons qu’ça m’a éclaté à la gueule, hier soir, quand j’ai repensé à ma journée. Puis bon, ouais, par-dessus tout ça, y’a aussi l’fait qu’la blonde va bientôt être exécutée. J’aimerais à penser qu’ça m’atteint pas, ou juste parce que j’la connais un peu. Et j’le pense vraiment. A mes yeux, c’est uniquement parce que ça m’ramène à O. et à Elizabeth. Sauf que, bien entendu, c’est plus compliqué qu’ça, mais j’suis loin d’pouvoir en prendre conscience ! Donc, mon moral est loin d’être au beau fixe, en parti pour des raisons dont j’ai conscience, et en partie pour d’autres trucs que j’suis même pas prêt à accepter…

J’ai commencé tôt, c’matin, ma journée d’boulot. Bien avant que n’démarre celle d’la moitié des Archéens, en fait. J’ai nettoyé une salle du secteur médical, qu’avait servi à une opération dans la nuit. Vu l’état d’la pièce, j’vous prie de m’croire qu’ça n’a pas été une partie d’plaisir ! Puis j’ai enchaîné avec la cantine, à nettoyer, après le p’tit-déj’, pour ensuite poursuivre avec l’ménage dans quelques logements d’Phoenix. Avec des exigences d’merde, pour les proprios… Les privilégiés, j’vous jure… Du coup, là, concrètement, j’suis claqué. Mais comme dit plus tôt, c’est surtout d’la fatigue mentale. J’ai comme l’impression d’avoir pris 20 ans, ces derniers jours, et qu’tout m’tombe dessus d’un coup. En plus, cet après-midi, j’bosse pas. Bon, c’est pas trop mal, car j’peux faire « c’que j’veux ». Mais quand j’bosse, au moins, j’pense à rien. Comme quand j’cours. J’irais bien courir, mais c’est pas donné, l’accès à la salle de sport. Bordel que j’aimais ça, quand j’étais Garde… En parlant d’Garde, j’pourrais parfaitement aller voir Aaron, mais il bosse. Pourtant, il pourrait être en mesure de m’distraire un minimum. Tant pis. Au lieu d’ça, vu qu’j’ai rien d’mieux à faire, j’prends l’chemin du retour. Pas totalement motivé pour, par contre, car j’m’aventure à travers Walden. Non pas que j’connaisse pas les moindres recoins de c’secteur. Juste que j’prends un trajet qu’j’emprunte jamais. Car il mène à un endroit où j’avais pour habitude d’retrouver Elizabeth, autrefois. Lorsqu’nous voulions être seuls, à l’abri des regards indiscrets. Quand elle vivait encore à l’orphelinat, avant d’avoir son propre logement. Preuve que j’suis un peu chamboulé : faut être pas net, pour venir dans un endroit rempli d’souvenirs heureux, alors qu’la nana dont on était raide dingue depuis des années, est morte… C’est bien parce que j’suis perdu dans mes pensées que j’percute pas de suite qu’j’suis pas seul, réalisant cela en voyant la silhouette d’un mec qui m’tourne l’dos. Et presque au même moment, il s’retourne, tout en clamant : « Hey ! Qui va là ? ». C’est à c’moment précis que j’le reconnais, aussi bien parce que sa silhouette ne m’est guère inconnue, qu’parce que j’ai déjà parlé avec lui à quelques reprises. Levant les mains, pour montrer qu’y’a rien à craindre, j’lance juste un p’tit : « Juste moi… », dis-je d’un soupir, ayant toujours trouvé c’genre de phrase con. Et un peu narcissique. « Moi ». Genre, on sait tous qui est c’moi, bien qu’il puisse revêtir plusieurs visages hein… « Bellamy. », voici donc pourquoi j’ajoute cette précision – inutile – par la suite. Mon regard s’pose sommairement sur Anakin, alors que j’tente d’penser ni au fait qu’il ait connu Elizabeth, ni au fait qu’il ait côtoyé O., durant les 2 mois qu’elle a passé à l’orphelinat. Cela dit, une chose que je n’peux pas repousser, c’est mon étonnement : « Qu’est-ce que tu fuis ? ». Question qu’j’aurai pu formuler ainsi : « De quoi tu t’caches ? », mais qui s’résume simplement par un « Qu’est-ce que tu fous ici ? Surtout avec un air si coupable, stressé.. ? ». Disons qu’c’est pas un lieu qu’on fréquente sans raison. P’têtre qu’il est en charmante compagnie. Et qu’il veut pas qu’on les surprenne. Mais dans c’cas, où est l’autre ? Enfin, cette possibilité est vite balayée par c’que j’vois d’lui. Il semble bien trop anxieux pour qu’la possibilité du rendez-vous galant compromis soit possible. Il m’rappelle des Archéens, qu’j’ai pu prendre la main dans l’sac, quand j’étais Garde. Mais ça m’dit pas c’qui l’angoisse autant. Ca peut être tout et n’importe quoi. « J’suis plus Garde, t’sais. Pis même si j’l’étais encore, si j’étais en civil, t’craindrais rien ! ». Précision stupide, que je m’force à faire, afin d’lui faire comprendre qu’il n’a pas à être sur le qui-vive de la sorte, avec moi. S’il n’est « qu’un » orphelin, aux yeux d’la Colonie, il vaut toujours mieux qu’moi. Fils d’un cinglé qu’a buté un Conseiller. Fils d’une folle qu’a eu un 2nd enfant, même si c’est interdit. Un des seul frère qui existe parmi notre communauté, qu’a sa sœur en prison, pour avoir volé des médico’ ! Autant dire qu’mon « CV » est loin d’jouer à l’avantage du Caporal qu’aurait dû devenir Commandant, et qu’a chuté jusqu’à devenir concierge….

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Anakin Hohenheim
Modo


Messages : 345
Date d'inscription : 08/05/2017
Ft : Alexander Vlahos
Crédits : Me myself and I (Hély)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy Jeu 25 Mai - 15:05

J'avais été très con de dire "Hey ! Qui va là ?". Quoi, je m'étais cru dans un film de l'Ancien Temps, dans un Western à imaginer qu'un indien se cachait dans un buisson ? Que ce n'était absolument pas suspect dans un couloir désaffecté en plein milieu de Walden ? Qu'est-ce que je pouvais être con moi... Des années à passer entre les mailles du filet à transporter de la drogue dans mon sac, pour finalement me faire choper pour consommation... Bon, remarquez, ça me couterait moins cher de me faire avoir pour ça que pour fabrication. Mais au moins, le karma devait être avec moi, car ce n'était que Bellamy. Il avait une gueule de dérivé, vraiment, abattu avec des poches sous les yeux. En même temps, si y'avait bien un gars que je pouvais plaindre en ce moment, c'était bien ce gars-là. Une soeur pas loin d'être envoyée à la dérive, une petite amie morte à peine un an plus tôt... Et je connaissais les deux, à différents niveau. Hé bah, il devait être absolument ravi de me croiser là, dites moi. Alors lorsqu'il dû s'y reprendre à deux fois pour dire "moi", puis finalement balancer son prénom, je répondis avec toute ma douceur habituelle :

"J'ai encore le cerveau en place, t'inquiètes, j'sais qui tu es. Mais puisqu'on en est là... C'est moi, Anakin."


J'eus un petit rire désabusé, puis je soupirai. Bah tient, entre deux déprimés, ça va puer la joie de vivre dans ce couloir... Je savais que nous étions pas non plus les types les plus drôles de la Colonie, mais nous avions connu nos meilleurs jours. En tout cas je compris bien vite qu'il n'était pas aussi désaffecté que je l'aurais pensé, ce fichu coin de Walden, si lui passait par là. Et heureusement que ce n'était que lui, j'aurais été nettement moins jouasse de croiser un de ces types armés de ces matraques adorables qui m'auraient certainement envoyé droit vers un lit dans une cellule. Par contre lui il posa quand même la question, savoir ce que je fuyais... J'allais certainement pas répondre "les gardes", autant lancer l'alerte tout de suite - bien que je ne sois pas certain qu'il irait lui-même me dénoncer.

"Euh, des gars. 'Fin... Personne en particulier."

Bon, j'fuyais un peu tout le monde. J'avais encore l'autre camé de phoénicien en travers de la gorge. Mais je voyais bien qu'il était un peu suspicieux. Un peu risqué de dire que j'étais en attente de rendez-vous galant, ouais non, si c'était ça, j'aurais été un peu moins suspect, et puis sérieusement qui voudrait d'un orphelin ? ... A part une phoénicienne qui devait pas avoir grand monde avec qui fêter son anniversaire, pour se mêler à la fange des Waldenites, puis se faire jeter à peine consommée... Ouais, fallait dire que j'arrangeais pas ma réputation déjà pas géniale. Pas certain de la revoir un jour, c'te Rouquine. Mais bref... J'avais rien qui m'venait en tête, alors je décidai de faire la technique ninja du...

"Et toi alors ? C'est pas un coin très fréquenté, d'habitude, ici."

... J'réponds à une question par une autre question. Très intelligent, et ça avait parfois le mérite de noyer le poisson, surtout quand la personne en face avait elle aussi quelque chose à se reprocher. Bien que je me demande ce qu'il pouvait bien faire comme conneries supplémentaire... Il avait déjà touché le haut du panier, quand même. Bien que ce soit pas spécialement ses conneries à lui... C'était surtout son père qui avait buté un Conseiller, puis sa mère qui avait fait une deuxième gosse, lequel gosse a été découvert puis a volé des médoc' pour finalement aller en taule... Finalement, j'étais bien content d'avoir été abandonné... Ici. J'étais né, mais au moins j'avais pas ce problème des parents aux actes complètements aléatoires qui auraient probablement encore plus bavé sur moi que l'étiquette d'orphelin. Mais ça n'arrangeait pas le souci : j'avais un cristal dans une main, et lui me regardait d'une façon un peu trop perçante pour que j'puisse réellement m'en débarasser sans vraiment lui mettre la puce à l'oreille. Et lorsqu'il ajouta qu'il n'était plus Garde, et que même s'il était, étant en civil, je ne risquais rien, je haussai un sourcil, tout en ayant comme un sursaut de rire. Ben voyons, je suis tout à fait rassuré, maintenant ! Allons y gaiement, prenons ensemble ces p'tits cristaux, envoyons-nous en l'air - euh, chastement, merci - et marchons main dans la main dans les couloirs de Walden tout en ayant de magnifiques hallucinations ! Hé bah tient, voyons ! Je n'étais pas non plus le mec super méfiant - bon, d'accord, si, je l'étais totalement - mais si j'lui balançais que...

"Ah ouais ? Et si j'te balance comme ça que dans ma main se trouve de quoi nous défoncer la gueule, tu fais quoi ? Remarque, ça nous dériderait un poil, tu respires la joie de vivre, mon pote."

Bon, c'était de la pure bravade, un coup de bluff dont, finalement, je me serais bien passé. Bon, j'pourrais parfaitement nier, courir jusqu'aux prochaines toilettes, tout balancer dedans, puis dire qu'il s'était totalement trompé. Ca pouvait arriver, n'est-ce pas ? Tout être humain pouvait se planter, voir un p'tit éclat de lumière, et croire qu'il s'agissait d'un cristal de drogue... Oh puis merde, c'était Bellamy Blake, le mec qui devait être le plus blasé de l'Arche, il allait certainement pas faire son délateur parce qu'un gars veut se cacher dans un coin pour aller dans les étoiles, si ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bellamy Blake
Admin


Messages : 1148
Date d'inscription : 07/03/2017
Ft : Bob Morley
Crédits : Avatar de hershelves. et signature de Wild Heart

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy Mar 20 Juin - 23:17

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ankin & Bellamy
It's just another day. It's just another year. "One step at a time", they say. "One trip, and you're back that way". I don't recognize these eyes. I don't recognize these hands. Please believe me when I tell you that this is not who I am.[It was me - Imagine Dragon]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Ca m’fait bizarre d’voir quelqu’un ici, quelqu’un d’autre qu’Elizabeth, j’veux dire. Faut dire qu’j’ai pas vraiment l’habitude d’venir ici, donc, j’ai pas eu à voir plein d’autres personnes ! Et les rares fois où l’lieu était déjà occupé, on allait ailleurs, avec Elizabeth. Vous pouvez donc comprendre qu’c’est déroutant, pour moi, comme situation, plus encore vu les récents évènements, et mon état d’esprit. « J'ai encore le cerveau en place, t'inquiètes, j'sais qui tu es. Mais puisqu'on en est là... C'est moi, Anakin. », me rétorque le fameux Anakin (dont, d’vous à moi, j’avoue qu’j’avais oublié l’prénom, j’dois l’avouer. Faut dire qu’on s’est pas vu très souvent, et qu’on n’s’est pas forcément parlé des masses.). J’me contente d’hocher la tête, comme pour le saluer. Pas besoin d’s’étaler plus que d’raison sur l’fait qu’son prénom m’avait échappé (et que j’l’aurai p’têtre retrouvé au bout d’une réflexion d’quelques minutes). La question quant à la raison d’sa présence ici fini par m’échapper : j’ai beau être dans un état d’esprit relativement étrange, ma curiosité n’est pas pour autant évanouie, d’autant plus qu’il a clairement l’air peu tranquille. Et ça, c’est l’ancien Garde en moi qui m’le fait savoir. « Euh, des gars. 'Fin... Personne en particulier. », me répond-t-il finalement, un peu hésitant. Mais j’n’insiste pas, pour l’instant : s’il n’veut pas parler, c’est son droit ! Autant laisser passer un peu d’temps, histoire de l’laisser souffler un peu. Ca n’sert à rien de harceler les gens, mieux vaut avancer lentement, et au feeling aussi : encore des restes d’ma formation de Garde… Sans compter que, bien logiquement, il m’retourne ma question ! Assez peu étonné de la situation, j’hausse les épaules en soupirant, avant d’admettre simplement que : « J’avais juste envie d’marcher un peu, avant d’devoir rentrer chez moi… », lui fais-je savoir, sans chercher à cacher à quel point l’idée d’rentrer m’branche pas des masses ! Pas besoin d’m’étaler sur ces raisons, par ailleurs. Rien que c’que l’ensemble de la Colonie connaît à mon sujet est suffisant pour les expliquer. Même pas besoin de connaître les autres… Plutôt ironique que j’me plaigne de ça, face à un orphelin, mais bon : il faut être totalement débile pour n’pas avoir entendu parler d’la famille Blake, et totalement dénué d’empathie pour n’pas s’douter qu’être dans cette famille, c’est loin d’être facile ! Alors ouais, comme je l’ai dit tout à l’heure, j’suis p’têtre pas orphelin, mais, dans les faits, j’vaux pas forcément mieux qu’eux… Jolie société que la nôtre, n’est-ce pas ?

C’est volontairement qu’j’évite de préciser que mes pas m’ont conduit ici sans que je n’le souhaite vraiment. Tout comme j’refuse d’évoquer l’fait qu’ici, plus qu’ailleurs, flotte trop fortement, pour moi, le fantôme d’Elizabeth. J’aurai pas dû m’pointer ici, vraiment, c’était tout sauf une mauvaise idée… C’est dans l’espoir de m’changer quelque peu les idées que j’reviens sur la présence d’Anakin ici, mettant en avant l’fait que j’suis plus Garde, et qu’il n’a pas à s’méfier d’moi. Pis, au-delà d’ça, j’veux dire, j’suis bien la dernière personne qui va s’amuser à aller l’dénoncer, s’il est ici pour une quelconque et obscure raison, que l’Conseil n’appréciera pas forcément. Ca n’a jamais été vraiment mon genre, je l’faisais qu’quand j’portais l’uniforme, et parce que j’avais pas l’choix. Mais en dehors de ça, ça n’était pas mon genre, et ça ne l’sera jamais ! Comment dire que l’Conseil et moi, on est loin d’être méga-potes, et qu’ça changera sans doute jamais ? « Ah ouais ? Et si j'te balance comme ça que dans ma main se trouve de quoi nous défoncer la gueule, tu fais quoi ? Remarque, ça nous dériderait un poil, tu respires la joie de vivre, mon pote. », parvient-il finalement à m’dire, d’un ton assez compliqué à interpréter : est-il sérieux ou pas ? Mes sourcils se haussent, alors que j’tente de définir c’qu’il en est : vu le fait qu’il ait été inquiet quand il m’a vu, et l’emplacement où il s’est étrangement tapi, ça n’serait pas improbable qu’il m’ait dit la vérité ! Et je n’tarde pas à hausser les épaules, m’en foutant totalement, pour lui faire savoir que : « J’te l’ai dit : rien. J’suis pas Garde... », qu’j’balance, avant d’soupirer. Soupir qui n’cache pas réellement l’fait que, depuis quelque temps, et plus particulièrement depuis ces dernières heures, j’ai plus l’impression d’être grand-chose, d’toute façon ! « J’suis à sec, j’peux pas t’payer pour ta came, navré ! », me contentés-je de dire, en rapport avec la fin d’sa phrase. J’cherche pas à nier qu’j’ai une sale tronche en c’moment, j’en ai conscience, et j’me doute que ça n’ira pas en s’améliorant, au fil des jours ! Inclinant légèrement la tête sur l’côté, je n’peux m’empêcher d’l’interroger : « D’toute façon, c’est quoi, comme came ? », un peu méfiant. Pas vraiment envie d’tenter d’prendre n’importe quoi et d’finir en ruines, à avoir besoin d’urgences d’un toubib ! Car ouais, j’avoue que j’dirais pas non d’pouvoir planer quelques temps. Juste pour oublier l’merdier qu’est ma vie. Bon, sauf que, comme dit, j’roule pas sur l’or, mais j’peux faire une exception et m’octroyer un p’tit plaisir – pour une fois !

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Anakin Hohenheim
Modo


Messages : 345
Date d'inscription : 08/05/2017
Ft : Alexander Vlahos
Crédits : Me myself and I (Hély)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy Lun 26 Juin - 14:29

Faire le malin était certainement marqué dans mes gènes. Sérieusement, qu’est-ce que je comptais avoir avec ma provocation lancée dans le vent ? Car j’avouais pratiquement que j’avais de la drogue dans la main. Je devais être sacrément con, oui… Mais il fallait croire que j’étais bouché et en plus de ça bien parano… Car Bellamy me répondit simplement qu’il ne ferait rien car… Il n’était plus garde. Et puis, il avait soupiré, faisant comprendre que j’continuais à retourner le couteau dans la plaie. En même temps, vu sa tronche, et connaissant une partie de son histoire, je n’avais pas de mal à deviner qu’il n’avait pas spécialement envie d’en causer avec un type qu’il connaissait juste, et puis je n’avais pas l’intention de partir dans une séance de psychologie de soutien avec quelqu’un. Car j’en avais gros sur la station aussi, avec ce qui m’était arrivé ce midi. Avec ce connard de phoénicien que j’avais bien envie d’éclater contre un mur – ce que je ferais certainement si je n’avais rien à perdre. Mais j’allais être diplômé et je ne voulais pas foutre ça en l’air.

En tout cas, l’information sembla faire le tour du cerveau de Bellamy et il finit par m’dire qu’il ne pouvait pas payer pour la came. Sérieusement ? Si j’lui en proposais je n’allais pas lui faire payer. Et puis je fabriquais par lot, moi, j’vendais pas au détail. Je n’avais même pas la moindre idée de ce que valait ces cristaux. Du moins assez pour convaincre une saleté de phoénicien que je pouvais mériter son soutien pour faire mes études. Et puis, y’avait un circuit. A part le sale type qui me faisait du chantage, je donnais le stock à une autre personne de l’orphelinat qui s’occupait toute seule de l’écouler… Elle. Bref, je n’allais pas penser à elle, ce n’était pas le moment, j’allais encore me mettre plus bas que l’Arche. Et là… J’voulais justement oublier un peu. Et j’étais totalement plongé dans mes propres conneries, lorsqu’il me demanda ce qu’était mon p’tit cristal que je tenais entre les doigts.

Qu’est-ce que c’était ? Oh… Une recette améliorée de la méthamphétamine en fait. C’était une drogue qui avait fait des ravages à l’époque, car elle était préparée avec n’importe quoi, mais genre, vraiment n’importe quoi. De la javel, de l’hydrocarbure… Je ne faisais pas cette merde là. Quelques types géniaux avant moi étaient parvenus à partir d’une molécule normalement médicinale pour en faire comme un anxiolytique mais encore plus puissant. En clair, c’était un cristal, tout simplement nommé Cristal par les amateurs en réalité, qui avait pour effet de créer un rush – un moment où tout explosait d’un coup, comme si on était dans une nouvelle dimension – puis une période de défonce, 4 à 16 heures selon les personnes, où des hallucinations auditives côtoyaient des images étranges se baladant sur la rétine. Et pourquoi c’était interdit ? Tout simplement parce qu’une dose, ça passait encore. Il fallait combattre le désir d’en reprendre pendant quelques jours, et puis c’était fini. Mais lorsqu’on cédait… Plusieurs doses pouvaient faire qu’on avait de sacrés symptômes. Anorexie, petites plaques rouges qui apparaissaient sur le corps, tension élevée… Ce n’était que les plus gentils.

« C’est du Cristal. En gros, tu prends ce petit machin là… » Je lui montrai discrètement un cristal entre mes deux doigts. « Et tu planes un certain temps. Genre… Longtemps. Surtout si tu n’en as jamais pris. Et après tu reviens à la réalité, bon, faut battre un peu l’envie d’en reprendre sinon t’es addict, mais sinon, ça n’a pas vraiment de conséquences avec un seul. Enfin, je n’en ai jamais pris donc c’est de la théorie… Mais bon, j’m’y connais en théorie chimique. A toi d’voir, tu m’payeras avec ta compagnie. »

Bon je n’allais pas lui dire que j’avais fabriqué le truc moi-même et que j’étais certain de ce que j’étais en train de lui remuer sous le nez… Mais bon, c’était comme il voulait. Je lui fis signe de s’approcher un peu et j’lui mis dans la main le cristal pour ensuite m’asseoir à terre, juste dans le creux, là où normalement on ne devrait plus nous voir du couloir, pour attraper la dernière drogue qu’il me restait. Et tout en faisant comme un signe de « à ta santé », je mis le cristal dans ma bouche et je l’avalai.

Quelques secondes se passèrent… Je crus que je m’étais trompé et que je n’avais pas avalé le cristal. Il était si petit en même temps… Mais d’un autre côté, d’un coup, je sentis une sorte d’explosion dans ma poitrine, tout s’accéléra d’un coup, comme si j’étais parti dans un univers inconnu en quatre dimensions au lieu de trois, et que le temps filait à toute vitesse. J’étais dans une espèce de transe, j’aurais pu toucher les étoiles en étant sous terre que ça me paraîtrait totalement logique.

Mon cœur battait le tambour dans ma poitrine, et pourtant il me semblait si lent, j’sentais presque le frais qui m’envahissait, mais il était étrange ce frais parce que j’avais un peu chaud, je devais transpirer un peu, non ? Je devais avoir l’air frais… Chaud ! Non, frais… Arf, tiède alors… Non ? Frais… CHAUD !

J’étais un peu mouillé… Je crois. Avec les pupilles dilatées. Pupilles dilatées… Ah, c’était drôle ! Je partis dans une espèce de fou rire un peu bizarre, mais qu’il était bon. Pupilledilatées, pupillesdilatées, pillediltée… Putain, j’essayais de le dire vite, mais ça bouffe des lettres ! Croyez que si j’le dis à voix haute ?...

« Pupilles dilatées, pupilles dilatées, pupule dalitées… Merde ! »


Et je repartis dans un nouveau fou rire, je devais avoir l’air con, mais ce qui était génial, c’était que je m’en foutais totalement. Aaaaaaaah putain qu’elles étaient belles mes pupilles dilatées !

« Hey Bellyma ! Euh…. Byllame… Bellamy ! Voilà ! T’as vu mes pupilles dalit… talid… dilatées ?! Elles sont cool hein ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bellamy Blake
Admin


Messages : 1148
Date d'inscription : 07/03/2017
Ft : Bob Morley
Crédits : Avatar de hershelves. et signature de Wild Heart

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy Ven 30 Juin - 22:10

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ankin & Bellamy
It's just another day. It's just another year. "One step at a time", they say. "One trip, and you're back that way". I don't recognize these eyes. I don't recognize these hands. Please believe me when I tell you that this is not who I am.[It was me - Imagine Dragon]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

J’sais pas vraiment c’que fout Anakin ici, mais c’est clairement louche. Si Elizabeth était toujours en vie, et qu’j’venais à lui en parler, elle s’foutrait d’moi, en disant qu’j’crains toujours qu’les gens n’cachent des trucs. Elle m’trouvait trop méfiant, et pessimiste aussi. Tandis qu’moi j’m’étonnais qu’elle soit bien trop confiante et optimiste, en dépit d’son parcours… Mais ça m’a été utile pour mes études de Garde, cette méfiance. Même si ça n’a été qu’sommairement, j’ai été un bien meilleur Garde qu’certains, qui eux, l’avaient fait volontairement ! Et là, mon « instinct » n’m’a pas trompé ! Anakin fini par m’dire qu’il détient d’la drogue. Bon, ça, c’est pas étonnant. C’est le lieu pour, aussi, j’veux dire, plus qu’le mec pour. Bien que, comme j’l’ai toujours dit : faut jamais s’fier aux apparences. Et cerise sur le gâteau : c’est pas n’importe quoi qu’il a, visiblement ! Bon, même si j’voulais tenter, ça doit être largement plus que c’que j’aurai pu payer, si j’avais eu d’l’argent à foutre en l’air pour planer. Sauf que… il finit par m’faire savoir qu’il compte pas m’faire payer. Et là, bah, ça change tout. Bon, si ma vie n’partait pas autant en vrille, j’n’aurais même jamais réfléchi vraiment à la probabilité d’tenter. Il fallait toujours qu’j’garde la tête froide, pour faire face à quoi qu’ce soit, pour le bien d’ma famille. Mais là, franchement, j’en ai ras-le-bol, d’devoir toujours faire face, et d’encaisser, sans broncher. Pour une fois, j’veux relâcher la pression. Et plus que seulement quelques minutes, comme les rares soirées que j’m’octroyais, avec un p’tit verre d’alcool. C’qui se produisait rarement, et m’valait parfois les railleries dépitées d’Aaron. En parlant d’lui, il serait sans doute étonné d’me voir accepter la proposition d’Anakin, moi qui, d’ma vie entière, n’ait jamais touché à la drogue. J’dois bien être un des rares Waldénites à n’en avoir jamais fait usage, c’est pour dire à quel point c’est peu commun ! Pas forcément la décision la plus maligne qui soit. Mais j’suis pas non plus en état d’réfléchir comme il se doit : excusez-moi d’être humain et d’me laisser, parfois, guider par mes émotions.

Voici comment j’attrape donc le cristal qu’Ana m’tend, hochant la tête à son intention afin d’le remercier. L’imitant, j’m’assieds contre l’mur. Les sourcils froncés, j’observe c’qu’il m’a donné. Bah ouais, c’est pas parce que j’ai dit qu’j’allais en prendre ça qu’j’vais l’ingurgiter sans l’observer sommairement. Même si j’vais pas pouvoir déduire si c’est pas d’la merde, en fait. C’est juste un réflexe à la con, vous voyez ? Mais c’est plus fort que moi ! Poussant finalement un soupir en secouant la tête, j’me fais la réflexion qu’faudrait vraiment qu’j’apprenne à m’laisser vivre, parfois. Et c’est en répondant au p’tit signe de tête d’Anakin que j’ingère le fameux cristal, m’demandant c’qui allait bien pouvoir se passer. Quelques secondes passent, dans l’expectative…. Rien…. Rien…. Oh, en fait, pas si rien qu’ça ! Ou c’est p’têtre un effet d’mon esprit, allez savoir ? C’est un peu déroutant. Etrange. Désagréable. Sympa. Réconfortant. Paradoxale. Débile aussi, mais ça, là, en l’état, j’en ai pas vraiment conscience, même si Anakin, après avoir rigolé comme un fou, dérive à voix haute. Enfin, dérive, façon de parler hein, j’l’ai pas balancé par une fenêtre, non plus ! Remarquez, j’aurai p’têtre dû, il m’dit d’la merde. Débile, mais n’empêche que mentalement, j’m’amuse à tenter d’dire aussi pupilles dilatées, et en fait, bah… J’ai pas vraiment l’temps d’voir le résultat (oui, dans ma tête, j’suis un voyant mental d’mes propres pensées !), qu’Anakin éclate de rire. Et contrairement à son fou rire précédent, là, j’l’accompagne. Mais j’m’arrête avant lui, car j’ai entendu un bruit étrange. Alors j’tends l’oreille, pour tenter d’mieux l’entendre, mais c’est pas facile, avec une pintade à mes côtés. Oui, j’parle d’Anakin comme j’veux ! D’ailleurs, à peine a-t-il finit d’rire qu’il s’adresse à moi, pour m’parler d’ses yeux (oui, mentalement, j’suis une feignasse, là, j’pense à des mots simples !). J’secoue la tête, pour lui indiquer qu’la vraie question n’est pas celle qu’il m’a posée, mais…. « T’crois qu’c’est l’cœur de l’Arche qu’on entend ? », lui demandé-je, les sourcils froncés. « Ou l’cœur de l’Espace ? A moins qu’ça soit celui d’la Terre ? ». Pour  mieux entendre le mystérieux bruit (n’existant que dans ma tête : qu’c’est beau d’être défoncé !), j’colle mon oreille contre le mur. « Ca bat juste à côté ! C’est l’cœur de l’Arche ! Mais il est mal en point, l’pauvre ! ». Et pour qu’mon comparse puisse entendre aussi, et m’faire part d’son opinion sur la question, car p’têtre que j’me trompe. Ou pas. Allez savoir. Bref. Bah, pour qu’il puisse entendre, j’tends la main vers lui…

****

Lancé de dés :

1 à 2 : Bell, visiblement trop défoncé, loupe le visage d’Anakin, l’effleurant à peine, à deux doigts de lui en mettre un dans l’œil, par ailleurs. Mais ça passe, l’œil d’Anakin est sain et sauf, on ne peut pas en dire autant de la main de Bell, qui s’écrase comme une merde contre la paroi, faisant pester l’ancien Garde, qui lâche un chapelet de jurons (et Bell en connaît beaucoup !)
3 à 4 : Bell réussit son coup (BRAVO BELL !) et colle la tête d’Anakin contre le mur. Un poil trop violement, par contre, mais ça reste quand même soft, Anakin a juste un peu mal sur le coup, mais il n’aura pas de marques par la suite. Et comme il a fait du bruit durant la collision, Bell lui lance un regard noir en lui disant de se taire, sinon, il va faire peur au cœur !
5 à 6 : Bell réussit partiellement son coup (on l’a déjà dit, la drogue, c’est mal !). S’il a réussi à choper la tête d’Anakin, c’est pas l’oreille de l’orphelin qu’il a collé contre le mur, mais… son nez… Bell lève les yeux au ciel, avant de demander à Anakin pourquoi il se met à écouter avec son nez (au cas où ça soit plus efficace qu’avec une oreille, vous comprenez ?)


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Anakin Hohenheim
Modo


Messages : 345
Date d'inscription : 08/05/2017
Ft : Alexander Vlahos
Crédits : Me myself and I (Hély)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy Mar 11 Juil - 0:40

Entendre Bollyme... Ballmy... Bellamy baver sur un coeur de l'Arche qui serait malade m'avait d'abord semblé absolument hors de contexte. Nous étions en train de parler de pupilles dilatées, et j'avais aussi un peu de mal à dire son prénom, il m'avait l'air tout à fait exotique, c'était exquis. Mais lorsqu'il eut la merveilleuse idée d'approcher sa main de MES pupilles dilatées, j'eus un véritable moment de panique. Mais qu'est-ce qu'il me voulait ?! Je reculai brusquement, histoire de l'éviter - wah ! J'avais un véritable talent pour l'esquive visiblement ! Mais il m'inquiétait en fait, avec son Arche cardiaque, là. Sans rire, si nous n'étions pas tous en train de faire les poissons flottants dans l'éther, c'était uniquement parce que l'Arche nous maintenait en son sein - quoique j'aurais bien préféré le sein de  d'autre, une rousse par exemple, si vous voyez ce que je veux dire... Mais si, souvenez-vous, la belle rouquine nommée Ruby qui m'était venue comme un cadeau d'anniversaire ! Même qu'elle avait fini dans... Euh, je sais pas si je devrais être fier de l'avoir mise dans mon lit en fait... Vu comment ça avait fini... Franchement, je n'étais même pas certain de la revoir un jour. Elle devait certainement avoir été dégoutée du genre masculin à cause de moi, et ça, c'était vraiment, vraiment pas cool...

Et puis c'était qu'il avait un sacré vocabulaire niveau jurons, lui. Je le regardai, complètement sidéré, en train de débiter des insultes à la pelle, le Bell. J'aurais bien aimé en connaître le quart au moins, il fallait dire que ça avait une certaine classe, n'est-ce pas ? Se dire que d'un jour à l'autre, bah même quand on se faisait mal, bah on pouvait ne pas sortir le même mot à chaque fois. Mais bon, j'avais carrément pas fait gaffe à sa main qui devait être magnifiquement défoncée. Hé... L'Arche avait une sacrée poigne hein ?

De quoi je parlais déjà ? Ah, oui, de l'Arche cardiaque. Le temps que ça fit le tour de mon cerveau qui était décidément étrangement rapide, et en même temps hyper lent, je pensais à tout plein de choses à la fois et je n'arrivais même pas à me suivre ! Un peu comme si j'étais sur une surface plate, sans bouger, mais que ça avançait tout seul, genre, comme dans certains anciens films, avec ces escalateurs... Euh... Avant, j'disais quoi ? Ah oui. Le coeur de l'Arche ! Je paniquai, à nouveau. Non, vraiment, faire le poisson dans l'éther, ça me disait que trop rien, d'autant que j'avais pas de branchies spéciales pour respirer, ou ne pas respirer en fait, et puis j'étais pas certain que je survivrais à un tel voyage. C'était le principe de la dérive, pas vrai ? On n'était pas censés survivre à ça. Et puis je tiltai !

"Hey, si tu voulais que j'écoute le coeur, fallait le dire, hein, c'est pas la peine de vouloir me gifler, j't'ai pas piqué ta copine !"

Je collai alors mon oreille, histoire de vérifier ses dires. Au début, je n'entendis qu'une sorte de ronronnement, un bruit de gros chat qui semblait avoir un peu de mal à respirer. Il devait être asthmatique... C'était quand même malheureux, asthmatique en plus d'être... Cardiaque ? Etait-ce vraiment un coeur ? Sans déconner, il n'était pas malade, il était vraiment mourant, il était peut être pas si con que ça, le Bellamy ! Non pas qu'il soit con... Enfin qu'est-ce que j'en savais hein ? J'le connaissais pas lui. Enfin... Vite fait, on avait des connaissances en commun, notamment Elisabeth, mais... Elle n'était plus là, et elle ne m'en avait pas particulièrement dit, ou alors j'avais pas écouté.

"Mais... Si l'Arche est cardiaque ! On peut rien faire ! Je suis juste chimiste, moi ! Et toi t'es garde ! Oui bon, d'accord,
t'es plus Garde, mais m'dit pas que t'es capable de soigner un coeur ! Moi j'dis qu'il faut prévenir les docteurs. Genre,
euh... Celle qui est au conseil là ! Elle a l'air, euh, compitèt;..compétin...Compétente !"


Je fis mine de me relever, mais j'avais les jambes un peu flageolantes... Je m'accrochai au mur, pour me lever, puis je le lachai subitement. Merde ! J'allais quand même pas faire du mal à l'Arche ! Elle avait déjà de l'asthme et un sacré souffle au coeur, alors j'allais pas en plus lui en rajouter une couche en lui compressant la cage thoracique hein... Mais le problème était que vu que j'avais subitement lâché mon appui, forcément...

Lancement du dé : 1-2 : Je m'écrase comme une merde sur Bellamy. 'Merde ! Putain ! Ah, euh, désolé, j'ai pas autant de mots que toi. Ca va mon pote ?"
3-4 : Je m'écrase sur le mur de l'Arche et en plus je me fais super mal à l'épaule. "Argh, mais quel con ! Bordel d'excrément !

5-6 : Je finis par terre, étalé de tout mon long. Et toujours face contre terre, je lâche un beau "Espèce d'anacoluthe !
Invertébré ! T'es même pas foutu de tenir debout !"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bellamy Blake
Admin


Messages : 1148
Date d'inscription : 07/03/2017
Ft : Bob Morley
Crédits : Avatar de hershelves. et signature de Wild Heart

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy Ven 28 Juil - 17:16

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ankin & Bellamy
It's just another day. It's just another year. "One step at a time", they say. "One trip, and you're back that way". I don't recognize these eyes. I don't recognize these hands. Please believe me when I tell you that this is not who I am.[It was me - Imagine Dragon]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

P'tain, j’crois qu’l’Arche m’aime pas ! AGRESSION ! Croyez qu’j’peux aller porter plainte contre la Colonie, ou pas ? Ca devrait exister, une comité, voué à ça ! Après tout, l’Arche est parfois méchamment fourbe hein ! Combien d’personnes s’sont déjà pris une gamelle, dans les couloirs, hein ? J’suis sûr qu’c’est un complot ! Con-plot… con-post… Con-pote ?. Secouant la tête, j’rassemble mes pensées, comme des p’tits moutons, m’prenant pour un berger, ayant face à lui un bétail fortement récalcitrant… J’en étais où, du coup, moi ? Ah, oui, j’y suis ! «  C’est comme ça qu’j’ai perdu une dent !  », m’exclamais-je tout un coup. Enfin, entre 2 insultes. Sans transition aucune. Faut pas trop m’en demander, vu mon état. Et nan hein, j’parle pas d’une dent qu’j’aurai pu perdre à cause d’moutons refusant d’regagner leur troupeau, n’vous méprenez pas ! Cela dit, j’ai balancé ça en même temps qu’Anakin, qui témoignait son étonnement face à mon flot d’insulte. Y’en faut pas plus pour que j’les arrête, d’ailleurs, pour l’observer, railleur : « Elle est morte, d’toute façon ! ». Alors, à moins qu’il fasse d’la magie pour fréquenter une morte, il aurait du mal à m’la piquer, nan ? Ou il parle d’quelqu’un d’autre ? Fronçant les sourcils, j’tente d’me souvenir si j’ai c’qu’on pourrait considérer comme une copine. Et, nan, y’a rien qui m’vient ! Mara, faudrait être ravagé pour la considérer comme ma nana, clairement. Et… Nan… Simplement, non : y’a pas d’ptite-amie pour moi, c’est comme ça ! Faudrait être méchamment ravagé pour m’vouloir comme p’tit ami, d’toute façon, ou manquer grandement d’amour-propre, c’est au choux, heu, au choix, pardon ! Bref… Alors qu’j’me perdais dans des divagations d’une indubitable profondeur, Anakin s’mettait à écouter l’Arche.

C’est intensément qu’j’l’observe, alors qu’il écoute. M’demandez pas pourquoi j’fais ça, mais toujours est-il qu’j’suis suspendu non pas à ses lèvres, mais à ses oreilles. D’une manière. Pas littéralement hein. L’pauvre sinon, vous imaginez un peu ? Non, ça serait pas judicieux ! On a déjà un Arche à sauver, autant n’pas ajouter un orphelin dans l’tas, quand même ! En l’entendant admettre qu’j’ai bien entendu, j’me redresse prestement, et j’me mets à faire une p’tite danse victorieuse. Pourquoi ? Parce qu’j’ai envie d’danser sur la « musique » du cœur qui bat en vrille, de l’Arche, pardi ! Bon, il s’trouve qu’j’en ai aussi marre d’avoir des fourmis dans les jambes ! Pas des vrais hein ! C’est comme tout à l’heure, avec les moutons-pensées : une image ! Bon, par contre, comme j’ai encore mal à la main, j’la secoue comme un débile (bah ouais, ça fait partir la douleur, diantre !), et comme j’danse comme un pied, j’ai l’air totalement débile, mais là, tout d’suite, maintenant, j’m’en bat ! Et j’éclate d’rire, comme l’gros imbécile que j’suis, quand Anakin évoque M’dame Griffin ! Pourquoi j’rigole ? Bah, parce que…. « Elle a failli…. » Mais j’termine pas ma phrase, vu qu’Anakin m’interrompt, en osant s’casser la gueule ! Bah, tant pis pour lui, il saura pas qu’Abby a failli être ma belle-mère à une époque. Y’a plusieurs années, lors d’une soirée où la blonde a sans doute été un peu trop prise par l’flot d’une fête sur Walden, pour finir la soirée avec ses lèvres sur les miennes. Et pour recommencer ça y’a pas si longtemps qu’ça, dans sa cellule. M’enfin bon, là, ça compte encore moins qu’la 1ère fois : j’suis sûr qu’elle aurait demandé à n’importe qui d’autres d’l’embrasser. Elle voulait juste vivre ça une dernière fois, alors, moi ou un autre (voire une autre !), ça n’aurait pas fait beaucoup d’différences pour elle, j’pense… C’qui est bien dommage, car moi, j’aurais pas accepté d’embrasser n’importe quelle détenue… Par chance, là, j’plane tellement qu’j’ai pas conscience d’la tristesse d’mes pensées, ou des diverses couches d’tristesse : la blonde condamnée à mort, l’impossibilité qu’il s’passe quoi que ce soit même sans ça du fait d’nos secteurs opposés, l’aspect inavoué des choses…. Non, là, pour l’instant, j’rigole comme un demeuré, en regardant Anakin, toujours au sol.

Mais, soudain, j’me fige. J’ai entendu un bruit, alors que j’m’étais baissé pour aider l’autre crétin à s’relever. Au lieu d’ça, j’lui colle ma main sur la bouche, pour l’inciter à s’taire. « Chut ! », murmuré-je alors ! « T’as réveillé l’fantôme du coin ! ». Bah ouais, y’a une légende qui court sur une personne qu’aurait perdu la vie ici, y’a des année d’ça ! (La légende, d’ailleurs, elle court méchamment vite !). Histoire plutôt glauque, qu’a pris tellement d’ampleur qu’on n’sait même plus s’il est vrai qu’quelqu’un ait été tué ici, c’est pour dire ! Mais ça explique, en partie, pourquoi l’lieu est si peu fréquenté qu’ça ! Et là, y’a des bruits étranges, pas très loin d’nous….

****

Lancé de dés :

1 à 2 : Le bruit provient simplement d’un lapin, qui s’est enfuit de la ferme de l’Arche, et qui déambule dans les couloirs. Cela va-t-il donner lieu à une chasse de lapin (genre, chasse aux oeufs de Pâques, sans oeufs de Pâques ?  Arrow )
3 à 4 : Un couple est venu se réfugier ici pour se retrouver en tête-à-tête, loin de s’attendre à voir débarquer des débiles au lieu de profiter de leur instant romantique ! (car oui, ils vont vouloir voir ce que c'est, les deux débiles, sinon, c'est pas drôle !)
5 à 6 : C’est juste le « grondement » des lumières. Lumières qui déraillent, d’ailleurs. Pour clignoter, et faire une ambiance un peu glauque, d’autant plus quand on sait que ce lieu est considéré comme hanté (à tort)…. (et voilà comment on plonge deux débiles dans un film d'horreur : la drogue, c'est mal !)


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Anakin Hohenheim
Modo


Messages : 345
Date d'inscription : 08/05/2017
Ft : Alexander Vlahos
Crédits : Me myself and I (Hély)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy Ven 11 Aoû - 10:05

Tandis que j’étais complètement aplati à terre, je me rendis compte que ce crétin qui m’accompagnait m’avait dit qu’il avait perdu une dent… Mais comment ? Quoi ? Dekoikilparlececon ? Et d’une morte ? What ? Ok, j’étais absolument, totalement, irrémédiablement perdu. D’autant plus que lorsque j’étais tombé sur cet imbécile défoncé de Ballmy… Merde hein ! Bellamy, il était en train de faire une danse de… De quoi ? La danse du type qui avait des fourmis ? Ça devait être quelque chose de faire la fête avec ce type, rien que ça, c’était le spectacle de la soirée ! Mais en parlant de la meuf du conseil qui était médecin, il avait commencé une phrase, mais l’avait pas finie – difficile de parler quand l’abruti que j’étais lui tombait dessus… Il riait ! Ça devait être drôle, alors j’étais vraiment curieux. Et j’allais demander c’qu’il allait dire après avoir lâchée ma flopée d’injures, quand nous entendîmes un bruit.

J’arrêtai de suite tout bruit, en même temps que Bellamy. En même temps, y’avait sa bouche sur ma main. … Non, sa main sur ma bouche ! L’inverse serait à la fois inutile et franchement louche… Ok, il était beau gosse, mais je n’étais clairement pas désespéré à ce point-là, imaginez nos moments ensemble ? On ferait fuir la joie à des kilomètres, et en sachant que l’Arche n’est pas aussi grande que ça… Ouais non, évitons hein. Par contre, moi j’étais clairement terrorisé. Comme tout bon Waldénite, j’avais entendu parler de cette fichue légende sur un fantôme dans ce couloir. C’était ce qui rendait cet endroit aussi pratique : pas un crétin ne venait s’y perdre. Et j’avais l’esprit bien trop scientifique pour réellement croire à ces conneries. Du moins… En temps normal. Là, je tremblais un peu trop pour être réellement scientifique, je flippais ma race. Et si y’avait réellement un fantôme ? C’était bizarre ces bruits, comme des petits sauts, c’était bizarre… Est-ce que ça allait sauter à notre gueule ?!

« Bellamy… Je sais pas si t’es au courant, mais si tu veux survivre à une attaque de fantôme, je suis pas le protecteur le plus adapté, donc j’aimerais bien que tu fouilles dans ta tête et que tu trouves un moyen de nous en sortir sans que nous soyons pris dans une attaque de laquelle je ne saurai pas nous dépêtrer, car j’ai aucune idée, je suis un scientifique, moi, le fait même de l’existence des fantômes, j’y croyais pas une seule seconde, bref, fait quelque chose, merde ! »

Au fur et à mesure que je chuchotais d’une traite, des paroles sans queue ni tête, ni virgule ni point j’ailleurs, je m’accrochais au tee-shirt de Bellamy, me serrant presque trop contre lui, je m’en rendais pas vraiment compte mais clairement j’en menais pas large. Le bruit s’approchait, et au lieu de fuir, j’étais là à m’accrocher, tétanisé. Je ne suis pas très courageux comme type, vous ne le saviez pas ? Mais j’avais ce regard fixé sur l’origine du bruit, m’attendant au pire.

Et le pire était un lapin. Enfin cette boule de poil étrange, que je n’avais jamais vue autre part que dans des livres. Ça ne ressemblait pas vraiment à un fantôme… M’enfin, à quoi ça ressemblait un fantôme ? Ça avait au moins forme humaine, non ? Là, ça avait de grandes oreilles, un pelage chelou et… C’était tout douuuux ! Il venait d’arriver au niveau de ma jambe, semblant me faire comme des caresses. Je l’attrapai alors, lâchant le tee-shirt de Bellamy, l’animal se débattait mais ça allait jusque-là.

J’étais plutôt content ! C’était le premier animal que je touchais de toute mon existence, c’était agréable… Je sentais la vie battre dans ce lapin, un peu comme dans l’Arche… Sauf que c’était mieux que l’Arche en fait ! Peut-être que j’avais là la solution ?... Il fallait offrir le lapin en sacrifice à l’Arche pour le soigner ?

« Hey… C’est ça la solution : faut remplacer le cœur de l’Arche avec le cœur du lapin ! Ecoute moi ça, c’est du cœur de qualité, non ? Beaucoup mieux que le tien et le mien, il va super vite, je te dis pas l’efficacité après, y’en aura pour au moins 2000 ans avant de devoir changer, pas vrai ? Bon, on sera plus là mais au moins on ne sera pas morts dérivés avec le reste ! »

Et tandis que je prononçais ces mots, clairement convaincu de ce que j’avançais, je vis des types arriver au détour du couloir, de là d’où venait le lapin. Ils ne nous avaient pas encore remarqués, alors je tirai Bellamy vers un creux du mur, là où nous étions quelques instants auparavant pour nous cacher un peu. J’étais un peu effrayés, est-ce qu’ils cherchaient le lapin ?

« Putain, il est où cet enfoiré de lapin de merde ? Ash va pas être content si on le rattrape pas… »

… La réponse à ma question était arrivée. Non ! Nous devions sauver le lapin, je lançai un regard nettement suppliant à Bellamy, il fallait faire quelque chose ! Je ne voulais pas me battre et encore moins devoir rendre l’animal, il fallait sauver l’Arche, et après nous serons des héros ! Que faire ? Je chuchotai à mon acolyte :

« Faut faire quelque chose… L’Arche est plus importante, non ? Sait pas qui c’est ce type, mais je ne sais pas me battre… »


Lancer du dé :

1-2 : Anakin a pensé chuchoter mais en fait les « mafieux » les ont entendus et viennent au pas de course.
3-4 : Tout va bien, personne n’a rien entendu… Enfin presque. Parce que le lapin part des bras d’Anakin direct dans la gueule de ceux qui le cherchent.
5-6 : Cherchez pas, ils doivent avoir une chance pas possible, car Anakin et Bellamy ainsi que Lapinou parviennent à être discret… Quelle sera la prochaine péripétie ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bellamy Blake
Admin


Messages : 1148
Date d'inscription : 07/03/2017
Ft : Bob Morley
Crédits : Avatar de hershelves. et signature de Wild Heart

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy Sam 26 Aoû - 18:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ankin & Bellamy
It's just another day. It's just another year. "One step at a time", they say. "One trip, and you're back that way". I don't recognize these eyes. I don't recognize these hands. Please believe me when I tell you that this is not who I am.[It was me - Imagine Dragon]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Ca commence quand même à devenir du grand n’importe quoi, cette histoire. L’Arche est mourante, et voilà qu’un fantôme débarque. A croire qu’il veut qu’la Colonie meurt ! Puis, on est quand même mal barré hein ! Parce qu’moi, j’suis qu’un ancien Garde, j’sais pas comment ça s’gère, un fantôme. Et d’après c’que j’parviens à comprendre du débit d’paroles d’Anakin, il n’est pas plus calé qu’moi sur l’sujet. Etrangement, la seule chose qui m’intéresse dans son discours, c’est même pas c’qu’il vient d’dire, mais juste l’fait qu’il ait été capable d’balancer tout ça d’une seule traite. La respiration, c’est superflus, d’nos jours ? Parce que moi, avec l’fait qu’il m’tienne par l’t-shirt, ça pourrait m’être utile de l’savoir, vu qu’il m’empêche partiellement d’respirer ! Bon, j’pourrais jamais répondre à cette question, car une boule de poils vient distraire mon comparse. Et c’est lui qui s’retrouve « emprisonné » par l’orphelin. J’en profite pour l’caresser aussi. L’lapin, pas l’orphelin ! Non mais j’vous vois venir, vous, hein, avec vos pensées débiles ! Les animaux, ça court pas les rues (ou couloirs, plutôt !) ! Les orphelins non plus, remarquez. Personne court vraiment sur l’Arche, d’toute façon. ‘fin bref, j’me perds. Vous savez, les animaux, on n’en voit pas tant qu’ça. Faut aller du côté d’la ferme, pour en croiser. Et être chanceux pour espérer en caresser. Du moins, quand on n’bosse pas là-bas, j’veux dire. Tout ça pour dire qu’si j’ai eu la chance d’voir des animaux à la ferme, lors d’une « sortie » scolaire, y’a quelques années d’ça. Et j’ai pas eu l’occasion d’en caresser. D’toute façon, j’aurai culpabilisé d’le faire, vu qu’Octavia n’aurait pas eu cette chance. Ouais, connemment, la moitié des choses que j’peux faire et qu’O. n’peut pas, j’culpabilise d’les faire !

Et c’est là où Anakin a LA révélation. Celle qui permettra d’sauver l’vaisseau mourant sur lequel on est ! Solution un peu violente, par contre : remplacer l’cœur de l’Arche par celui du lapin. Dommage que j’connaisse pas l’lapin Duracell, sinon, ça pourrait m’faire penser à ça, cette histoire ! « Mais t’sais faire une transplantation cardiaque ? », qu’j’demande finalement à mon comparse. Car ouais, j’approuve l’idée. Ouais, l’lapin est mignon, et c’est con d’devoir lui voler son cœur pour l’donner à l’Arche, mais si ça peut nous permettre d’avoir une Arche toute neuve ! C’est nous et la race Humaine, ou un mignon p’tit lapinou tout doux. Donc, moi j’dis : c’est nous ! Faut juste savoir si on peut gérer la transplantation ou pas. Malheureusement, j’saurai jamais si l’orphelin est l’homme d’la situation ou s’il faudra qu’on aile voir quelqu’un d’plus calé pour ça, car voilà qu’en réalité, on n’est pas si seuls que j’le pensais. Non, pas d’histoire d’fantôme. Dommage. J’le cache pas. J’me serais plus facilement improvisé chasseur de fantômes, tout bien réfléchi, qu’apprenti doc souhaitant sauver l’Arche ! Sauf que là, bah, c’est la merde de la merde : le lapin s’fait la malle, et va vers les types qui viennent d’arriver. Balourds qu’ont parlé d’Ash. Et l’seul Ash que j’connaisse, aussi vaguement qu’ce soit, c’est un type qui vit à Walden, après avoir vu l’jour sur Phoenix. Un type qu’est tatoueur. ‘fin, c’est pas son taf officiel hein. Mais c’est lui qu’a réalisé, y’a quelques mois, l’tatouage qu’j’ai voulu faire, suite à la mort d’Elizabeth. Un truc pour lui rendre hommage. Ainsi qu’à notre gosse, mort en même temps qu’elle. Bon, après, si ça s’trouve, l’Ash dont ils parlent, c’est pas l’même hein ! J’vois pas c’qu’il aurait à foutre dans les parages, l’tatoueur, d’toute façon…

En entendant Anakin m’dire qu’on doit agir, j’lui lance un regard affligé. « Avec c’con d’lapin qui va s’jeter dans la gueule du loup…. » – avouez qu’celle-là, elle est belle : Lapin/loup… Z’avez compris ???? - « J’peux pas faire d’miracles, mon vieux ! Encore moins comme ça ! ». Et pour souligner le « comme ça », j’me désigne du pouce, en faisant une grimace. Seul moyen pour moi d’indiquer qu’là, tout d’suite, maintenant, j’suis défoncé. Et qu’mon cerveau n’est pas très coopératif. La preuve : j’articule exagérément mes paroles, vu qu’j’dois murmurer. Et qu’pour moi, c’est logique d’articuler d’la sorte. Pour qu’mon comparse puisse mieux entendre mes propos, balancés à voix basse. Bon, ça marche (ou du moins, les autres m’entendent pas !), car ils s’réjouissent d’leur chance, en voyant l’débile d’bouffeur d’carottes venir à leur rencontre. Voyant l’futur cœur ambulant d’l’Arche entre les mains d’ces malotrus, j’suggère la seule idée qui m’vienne à l’esprit. Attention, lueur d’génie : « On les suit, et on libérera l’lapin quand on saura où ils l’foutent ! » J’ai dit lueur de génie, jamais qu’c’était l’idée du siècle hein !

****

Lancé de dés :

1 à 2 : Bell se casse la gueule, en tentant de sortir de sa cachette. Et bien entendu, il fait du raffut en se vautrant, ce qui attire l’attention des autres Archéens sur le pauvre duo. (Faut bien qu’Anakin ne soit pas le seul à être maladroit, quand même !)
3 à 4 : Les deux débiles commencent à suivre les voleurs de lapin. Et pour se cacher, ils se collent, de temps à autre, contre des murs. A un moment donné, Bell, estimant qu’Anakin n’est pas assez prompt à se cacher, il le colle donc de force au mur. Et bam, Anakin se prend « enfin » le nez dans le mur. Ce à quoi Bell ne trouve rien d’autre à dire qu’un beau : « Nan mais, ton nez, il dépassait pas tant qu’ça d’ta tronche quand même ! » (Discret, on en convient ! Et oui, bien entendu, ça va venir aux oreilles des autres, sinon, c’est pas drôle !)
5 à 6 : Le duo parvient à les suivre sans encombre, mais se retrouve face à un problème de taille : comment rentrer dans la salle – verrouillée – dans laquelle le lapin vient d’être rentré ??


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Anakin Hohenheim
Modo


Messages : 345
Date d'inscription : 08/05/2017
Ft : Alexander Vlahos
Crédits : Me myself and I (Hély)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy Sam 16 Sep - 18:31

Un lapin qui se jetait dans la gueule du loup… Je ris comme un con à cette connerie, c’était plutôt bien trouvé. Cela me faisait penser à ces chansons Faites-Terre, enfin, cette comptine, qu’est-ce que c’était déjà ? Un lapin a tué un chasseur ? Non, ça devait être l’inverse… Logiquement… Je ne savais même plus. Mais au moins, y’en avait un qui avait une idée de génie ! Bah ouais, forcément, fallait les suivre, silencieusement, comme ça, on saura où ils stockent le lapin et dès qu’ils auront le dos tourné, bah on le chope ! Et après ! On sauve la Terre ! Enfin, non, l’Arche, en fait. Mais ça revenait finalement au même pour nous, hein ?

Bref, les trafiquants avaient récupéré ce fichu lapin, et nous devions les suivre. Nous marchâmes alors le plus discrètement possible, profitant des renfoncements dans les murs pour se dissimuler régulièrement. Ce n’était pas une mince affaire, j’avais l’impression que nous étions vraiment bruyant, c’était terrible ! Mais je faisais de mon mieux, même si je me sentais un peu au ralenti. Bah ouais, attendez, j’étais complètement out, là, crevé même ! Et visiblement, même Bellamy me trouvait trop lent, car à un moment donné, les trafiquants se sont retournés, et j’ai peut-être mis un peu trop de temps à me caler dans le mur. Il m’a poussé de force cet imbécile ! Je poussai un léger cri de douleur, réprimé comme je pouvais, parce que mon nez avait violemment percuté le mur. Aïe, bordel ! Et en plus, son petit commentaire, non seulement il faisait chier, mais en plus… Il avait attiré l’attention de ceux qui, justement ne devaient surtout pas être attirés !

Tandis que je tenais mon nez, vérifiant si je saignais, ou s’il était cassé, quand je me rendis compte qu’ils venaient vers nous. Je blanchis littéralement, regardant Bellamy droit dans les yeux, chuchotant “trafiquant”. Ca me fit remarquer, putain, je croyais qu’il était plus grand que moi, mais à tout péter, il avait un centimètre de plus. Je ne savais pas s’il avait capté, mais moi en tout cas je cherchais une putain de solution, qui devait arriver très vite, bordel. Putain, qu’est-ce qu’il fallait pas faire pour sauver l’Arche, hein ? C’était bien connu, les héros, personne savait que ç’en était.

Mais je devais absolument faire en sorte que les trafiquants devinent pas notre plan. Sinon, ils seraient capable de tuer le lapin sans faire la greffe de coeur. Pourquoi ils feraient ça ?! Parce que c’étaient des méchants, c’était bien connu, les méchants voulaient toujours la fin du monde, peu importait si cela signifiait leur fin à eux aussi. Bref, on devait paraître innocent, faire comme si on était là, mais pas pour ça, quoi !

Qu’est-ce que deux mecs foutraient dans un couloir, si ce n’était pour poursuivre des trafiquants de lapin ? J’en avais pas la moindre idée ! D’habitude, j’étais ici pour être seul. Difficile d’être seul à deux ! Être seul à deux, c’était généralement pour… Mais oui. MAIS OUI ! Est-ce que j’étais idiot ?

Je regardai Bellamy. Et je pris une grande respiration. C’était un sacrifice, mais il fallait le faire, pour le lapin, pour l’Arche. Ne pas penser que c’était Bellamy ! Penser que c’était… Quelqu’un d’autre ! Je savais pas qui, mais qu’un d’autre !

Et je l’embrassai.

Si si, pensez bien, deux personnes qui veulent être seules à deux dans un couloir désaffecté, c’était bien pour faire ce genre de choses, non ? Bon, j’allais certainement pas baisser mon froc pour lui hein, j’étais pas non plus un mec facile, mais si on se roulait une pelle, y’avait peut être une chance que les trafiquants nous laissent tranquilles. Parce que personnellement, j’irai pas déranger deux personnes qui faisaient ça. Ou trois personnes, ou quatre, en fait, elles faisaient ça en nombre qu’elles voulaient, j’étais pas fermé d’esprit, bien que j’aurais certainement regardé un peu pour comprendre comment elles faisaient… C’était déjà parfois compliqué d’embrasser quelqu’un, selon la longueur du nez que certains arboraient

Mais n’allez pas croire que je lui faisais la totale à Bellamy. Ma langue était dans ma bouche, et elle était bien là. Fallait pas pousser non plus mon sens du sacrifice hein ? Je mis mes mains sur les deux joues de mon complice afin de chuchoter sans me décoller :

“Bouge pas de là, c’est une idée comme une autre, ok ? Prie pour que ça marche !”

J’hésitai même deux petites secondes avant de jeter un regard inquiet vers les trafiquants qui se dirigeaient vers nous. Alors, qu’est-ce que ça donnait ?... J’avais vraiment l’espoir que c’était bon, parce que j’avais pas trop l’intention de me battre avec eux, ce que je serais obligé de faire pour récupérer le lapin. Je les imaginais un peu trop bons combattants comme dans ces films asiatiques qu’on pouvait parfois voir, ces gens étranges qui volaient - ce qui ne marcherait certainement pas avec moi, on est d’accord hein.

Dés :

1-2 : Ca marche d’enfer, et les trafiquants décident de reprendre leur chemin, de façon normale. Je soupire de soulagement, et me décolle de Bellamy, pour ensuite lui dire : “La mission Sauver l’Arche… Ca restera entre nous, hein ?”
3-4 : Ca marche pas trop bien en fait, et les trafiquants nous demandent “Mais qu’est-ce que vous foutez là ?”. Parce que ce n’était pas flagrant en fait ?

5-6 : Ca marche pas du tout, carrément pas. “Mais ils se foutent de nous ou quoi, les deux connards ?!” s’écrient les trafiquants, avant de venir au pas de course.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bellamy Blake
Admin


Messages : 1148
Date d'inscription : 07/03/2017
Ft : Bob Morley
Crédits : Avatar de hershelves. et signature de Wild Heart

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy Ven 22 Sep - 22:03

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ankin & Bellamy
It's just another day. It's just another year. "One step at a time", they say. "One trip, and you're back that way". I don't recognize these eyes. I don't recognize these hands. Please believe me when I tell you that this is not who I am.[It was me - Imagine Dragon]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

On peut m’dire c’qui se passe ici ? D’où les lèvres d’Anakin s’posent sur les miennes ? Hein ? J’sais qu’on a consommé d’la drogue, mais quand même ! Même pour tenter d’passer inaperçu, y’a d’autres moyens. Bon, OK, avec l’esprit aussi embrumé qu’les nôtres, improviser, c’est la merde ! J’ai un p’tit mouvement naturel d’recul. J’m’efforce d’pas bouger, une fois qu’Anakin s’est expliqué sur la raison d’son geste, mais il n’en reste pas moins que j’n’apprécie pas ce qui se trame. Pas homophobe pour autant, c’est juste qu’j’préfère les filles, en c’qui m’concerne. Et qu’ça a toujours été comme ça, même si, dans les faits, j’ai eu qu’une seule nana. Parce qu’il faut bien tenter d’rendre ce baiser plus crédible, j’m’efforce d’poser mes mains sur Anakin. Un peu empoté sur les bords, elles s’posent, très chastement et sans conviction aucune, sur sa taille (mais très haut sur sa taille hein !). Mais ça n’prend pas, les deux autres Archéens paraissent furax d’voir des étrangers dans l’couloir. « Voilà, t’es pas gay ! », m’écrié-je, en levant les mains et en reculant vivement. Bah quoi, c’est la seule idée qu’j’ai eu pour tenter d’légitimer l’fait que ce baiser semblait manquer d’conviction des deux côtés ! « Il avait des doutes sur sa sexualité ! », ajouté-je à l’intention des deux dealeurs, comme si j’m’étais soudainement aperçu d’leur présence. Bon, mon jeu d’acteur est – faut l’avouer – plus qu’à chier. Mais tâchez d’faire mieux, quand vous êtes défoncés hein, on en reparlera après ! « C’est pas mon cas, moi, j’suis sûr d’être 100% hétéro ! ». Bon, cet ajout n’était pas nécessaire du tout, mais, comme dit, j’ai pas les idées claires, et une partie d’moi veut clarifier les choses, vis-à-vis des deux autres ! « Il avait des doutes, alors j’ai voulu lui rendre service ! ». Faut vraiment qu’j’arrête de m’mettre la tête à l’envers, ça m’fait perdre mon sang-froid. L’inverse du sang-froid, du coup, c’est l’sang chaud, c’est ça ? Mais l’sang chaud, ça veut dire qu’on cogne les gens sans réfléchir ? Y’a pas une température d’sang pour indiquer qu’on dit d’la merde ? Non ? Bah, dans c’cas, j’invente : j’ai l’sang ambiant ! (J’viens de sortir, mentalement !) « Faut bien s’rendre service entre potes, nan ? », demandé-je. Ouais, j’en fais trop. Manque de sang-froid, quand j’plane un peu trop. Ca s’voit, du coup, j’dis que des grosses conneries. C’est comme ça. Reste à voir si ça prend sur les autres. Croisons les doigts qu’ça soit l’cas, car ils ont pas l’air gentils du tout !

****

Lancé de dés : (Tss, les dés sont nuls   L'option 2 aurait été tellement fun, j'trouve   )

1 à 2 : C’est mal parti. Très mal. Les deux gars sont furieux. Ils sentent qu’on tente de les prendre pour des cons. Ils vont foutre une râclée aux deux débiles, mais voilà que le lapin se barre. Et voici comment Bell et Ani se retrouvent, non pas sauvés par le gong, mais sauvé par le lapin !
3 à 4 : Aussi étonnant que ça paraisse, le bobard est gobé, par l’un des dealeurs. Voilà qu’il se met à parler de sa propre expérience, quand il a douté de sa sexualité, et de comment il a fait pour comprendre qu’il était en réalité pansexuel. Et voici comment nos deux crétins se voient obligés d’écouter ce récit de vie – détaillé, oh combien trop détaillé ! – de cet inconnu, tandis que son pote va récupérer le lapin. Et oui, lui, il sautille toujours ailleurs….
5 à 6 : Ca n’a rien de surprenant : les dealeurs remarquent que les deux autres sont défoncés. Puisqu’ils ne représentent donc aucune menace, ils repartent faire leur petit boulot. Oh, mais non, en fait, ils font demi-tour, dans le but d’interroger le binôme, pour tenter de savoir ce qu’ils ont pris, et où ils ont trouvé cela !


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Anakin Hohenheim
Modo


Messages : 345
Date d'inscription : 08/05/2017
Ft : Alexander Vlahos
Crédits : Me myself and I (Hély)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy Ven 29 Sep - 21:41

Allez savoir d'où m'est venue cette fichue idée de rouler une pelle à Bellamy, vraiment. Heureusement que je m'étais expliqué un petit peu, auquel cas il m'aurait clairement repoussé. Mais bon, en fait ça changeait rien, puisque les deux types faisaient vraiment peur à voir ! Quand Bell avait crié que je n'étais pas gay, genre on s'embrassait pour vérifier ça, j'avais envie de crier "mais ta gueule, je sais très bien ce que je suis !". En réalité, j'étais pas difficile, j'aimais tout pourvu que c'était humain - j'allais pas faire mon difficile, déjà qu'on se bousculait pas à ma porte... Mais pour bien appuyer ses paroles, j'acquiesçais à tout ce qu'il disait, on savait jamais, peut-être qu'ils verront pas notre jeu d'acteur de merde ? Parce que clairement, Bell en faisait trop, et moi j'en faisais pas assez.

Et visiblement, ça ne prenait pas. Mais pas du tout. Ils s'étaient même élancés vers nous pour nous péter la gueule, j'avais poussé un véritable cri de fillette, m'accrochant comme une sangsue à Bellamy, comme s'il était parfaitement apte à me protéger tout en étant accroché à moi. J'étais doté d'une logique extraordinaire, mais, eh ! Devrais-je rappeler que j'étais complètement mort ou pas ? Parce que la drogue, je commençais légèrement à m'en rendre compte, c'était mal ! Enfin, je le savais déjà. Mais je m'en rendais encore plus compte !

J'avais les yeux fermés quand je me rendis compte que je n'avais toujours pas pris de grosse baffe dans ma gueule. Alors je me risquai à ouvrir un oeil, pour voir les deux fous furieux courir encore après le lapin. Ca avait légèrement comme un air de déjà vu... Je restai totalement prostré tandis qu'ils disparurent dans un coin de couloir. Courir après le lapin, c'était courir après eux, et j'étais pas franchement certain de vouloir les poursuivre.

"Bon... De toute façon, est-ce que le coeur de ce fichu lapin aurait vraiment sauvé l'Arche ?"


Je venais de réfléchir à voix haute. C'était petit un lapin... Et une Arche, c'était énorme, non ? Alors, pas dit que le coeur tienne longtemps... Est-ce que ça en valait vraiment la peine ? Je me posais sérieusement la question. Mais avant, j'avais quand même quelque chose à corriger dans l'esprit de Bellamy. J'avais besoin de ça, je ne savais pas pourquoi mais voilà, il fallait que je le dise.

"Ah, et pour ta gouverne... Si, j'aime les mecs. Mais pas toi. Enfin, si, je t'apprécie. Mais j'aime les mecs en général. Disons que c'est pas moche à regarder. Les filles aussi. Et les garfilles aussi, si ça existe. Tu vois, j'ai pas trop la position pour faire le difficile.

Et je n'avais toujours pas bougé. Bon bah visiblement... Je n'irai nulle part. Sauf peut être en sécurité, à vrai dire.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy

Revenir en haut Aller en bas

[03/04/2482 - Couloir désaffecté] Throw 'em back, till I loose count - Ft Bellamy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: L'Arche :: Walden-