AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pour les nouveaux personnages :15Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes : Delinquents, Hemerians et Arkers ! Essayez de les privilégier Wink
Les habitants du Mont Weather sont jouables, pour tous, dès maintenant ! Ils offrent 20Tcs à la validation ! N'hésitez pas à peupler le bunker !
Suite aux premiers évents, les premières intrigues arrivent sur IE pour les 100 et les Arkers ! Celle des Grounders/Camelotiens arrivera très bientôt !

Partagez|

[15-16/04/2482] Comme au bon vieux temps - Lishi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Hayon


Messages : 34
Date d'inscription : 27/08/2017
Ft : Dominic Sherwood
Crédits : avatar: @Choupinette / gifs: @tumblr / signature: @Justayne

Inclement Earth

MessageSujet: [15-16/04/2482] Comme au bon vieux temps - Lishi Jeu 31 Aoû - 18:36

Fourchette temporelle:
 


Comme au bon vieux temps
Lishi & Hayon
Il y a un temps pour parler. Un autre pour respirer. Et d’autres pour s’amuser.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Pour une fois, sa vie restait relativement tranquille. Même si Hayon avait mis plusieurs années à se former un quotidien avec ses frères, c’était maintenant chose faite. Et il en était plus que ravi. Même s’il n’était pas au plus haut de sa forme, et de toute façon, ce ne serait certainement jamais le cas avec tout ce qu’il avait vécu, au moins ses frères possédaient une stabilité. Un but dans leur vie, une ambition, quelque chose à quoi se raccrocher. Ils entraient dans une phase où leur avenir était mis en jeu, et ils se débrouillaient nettement mieux que leur aîné. Du moins, pour Ailon, qui avait déjà la carrure d’un Chancelier. Parfois, quand le blond regardait son frère, il avait l’impression de voir leur père. Ça le réconfortait un peu, mais quelques fois, ça l’attristait tout de même, lui rappelant que ses parents ne seraient jamais à nouveau à leurs côtés, et que leur combat s’était terminé il y a de cela plusieurs années maintenant. Beaucoup trop d’années. Le temps passait vite. Bien trop vite. Et on ne s’en rendait compte seulement quand on avait perdu quelque chose qui nous tenait à cœur. Ou quelqu’un. Plusieurs personnes. Et bien sûr, comme à chaque fois que ses parents faisaient irruption dans son esprit, le souvenir de Soncha finissait par s’y glisser aussi, accompagné de cette culpabilité qui le rongeait depuis le jour de sa disparition. Hayon savait qu’il aurait dû l’accompagné, qu’il lui aurait certainement sauvé la vie en faisant ça, au lieu d’ignorer totalement où elle était. Il espérait encore que sa fiancée était toujours en vie, pour la revoir un jour. Mais d’un autre côté, il priait presque pour que ce ne soit pas le cas. Parce que si elle était encore en vie, elle devait certainement en souffrir le martyr, alors la mort était certainement ce qu’il y avait de mieux pour elle.

Mais bon, ce soir, l’heure n’était pas à ruminer sur les mauvais souvenirs. C’était la fête, n’est-ce pas ? Alors autant en profiter, surtout que cette petite fête se déroulait à la mairie de leur village. Hayon avait rapidement échappé ses frères du regard. Il les cherchait quand même de temps en temps, surtout Las, pour qui il s’inquiétait énormément à chaque fois qu’il se retrouvait entouré de monde. Il ne pensait pas qu’être parent signifiait avoir autant de responsabilité, autant d’inquiétude au quotidien. Il ne pouvait pas bouger une oreille sans s’inquiéter pour eux, sans se demander où ils étaient, s’ils allaient bien. Ils se demandaient comment ses parents avaient réussis à gérer pendant toutes ces années. Pour lui, ça lui semblait pratiquement impossible. Et pourtant, il était bien en train de le faire, même s’il n’était pas obligé. Mais s’il ne s’en chargeait pas, qui le ferait ? Et puis franchement, il préférait nettement s’occuper lui-même de ses frères plutôt que de les confier à quelqu’un qui risquait d’en faire n’importe quoi. Il ne pouvait tout simplement pas les abandonner comme ça. Et puis, il avait promis à ses parents de s’occuper d’eux, en plus de ça. Et Hayon n’était pas du genre à trahir sa parole.

Il avait donc laissé ses frères vagués à leurs occupations à travers cette soirée mouvementée, pleine de rires, d’alcool, de bonne humeur et… De tout ce qu’il y avait en général à une soirée, en fait. Des gens qui s’embrassaient, d’autres qui essayaient de donner raison, des gens tellement torchés qu’ils s’en étaient endormis sur la table. Le blond n’en était qu’à son premier verre depuis le tout début de la soirée, qui était encore remplit aux trois quarts. Et oui, il ne buvait pas des masses. Pas qu’il détestait l’alcool en soit, mais il détestait l’état potentiel dans lequel il pourrait se trouver si sa consommation était trop excessive. Il se laissait glissé entre les gens, sans but vraiment précis, saluant chaleureusement les connaissances qu’il croisait, prenant le temps d’échanger quelques mots avec chacun d’eux. Jusqu’à ce qu’il aperçoive Lishi, installée non loin à une table, seule. Ce qui était plutôt rare, il faut bien l’avouer. Leur chef de clan n’était pratiquement jamais seule. Et Hayon se rendait compte que ça faisait quand même un moment qu’il n’avait pas pris le temps d’échanger quelques mots avec elle. Alors qu’ils se connaissaient depuis qu’ils étaient enfants, et qu’ils s’étaient toujours bien entendus. Mais la vie les avait séparés, pendant un temps. Le moment était venu de changer ça. Il était donc venu s’installer à ses côtés, enjambant le banc sur lequel elle était assise pour poser à son tour son fessier dessus. Lui servant un sourire, il avait posé son verre sur la table avant de lui adresser la parole. « Bonsoir Lishi. » Les salutations étaient primordiales. Le respect au sein de leur clan avait une importance capitale, surtout quand ça concernait l’un de leur dirigeant. Et puis, de toute manière, Hayon respectait beaucoup trop l’humanité en général pour débarquer devant les gens comme un boulet. « Ça fait un bail. Tu trinques ? » Continuant à sourire, le blond avait finalement levé son verre en direction de sa vieille amie. Qui était sa patronne, d’une certaine manière, maintenant.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lishi
Modo


Messages : 223
Date d'inscription : 08/06/2017
Ft : Zhao Wei
Crédits : All by myself /poutre.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [15-16/04/2482] Comme au bon vieux temps - Lishi Sam 16 Sep - 18:10

Tu avais passé cette soirée avec ceux qui constituait… Tes proches. C’était triste de constater, pour toi, que la plupart d’entre eux étaient plus ravis par la possibilité de profiter du spectacle, de la nourriture, de l’alcool, qu’être avec toi. Au début de la soirée, tu avais marché vers les gens, laissé venir à toi ceux qui auraient besoin des faveurs de la Maire, ceux qui aimaient se faire bien voir… Tu ne savais pas vraiment à quoi t’attendre de leur part, tu avais simplement décidé qu’ils étaient tous… Comme ça. Tu ne leur en voulais pas, après tout, tu étais leur chef de clan. Alors, tu les avais laissés faire leur vie, apprécier les musiciens, les danseuses, la nourriture qui, il fallait l’avouer, était délicieuse.

Au bout d’un moment, tu avais cessé de faire des efforts. Tu t’étais installée à une table, avec une bouteille, dont le volume baissait petit à petit. Tu buvais, faisant parfois signe à quelques gardes restés sobres afin d’évacuer certaines personnes qui s’étaient endormies, ou un peu trop énervées. Certaines personnes avaient effectivement l’alcool méchant, tu avais donc veillé au grain. Tu buvais, buvais, tu t’affalais petit à petit au mur, mais tu avais toujours cet oeil plus ou moins alerte.

Tu réfléchissais. Comme d’habitude, ton cerveau n’arrivait pas à s’arrêter. Maintenant que tu avais fini avec l’aspect social de cette soirée, tu te détendais comme tu pouvais, avec ces images dans ta tête, qui te venaient sans discontinuer. Tu regardais en l’air, et tu ne fis même pas attention à Hayon qui venait vers toi. Tu n’y faisais pas attention jusqu’à son salut. Tu tournas lentement la tête vers lui, le regard un peu torve, qui s’illumina légèrement en le reconnaissant. Et lorsqu’il te demanda si tu trinquais, tout en disant que ça faisait un bail, tu ris un peu, joignant le geste à la parole.

“Oh, oui, je trinque, trinquer est bien agréable. Effectivement, ça fait un petit moment… Bien ravie que tu sois rentré. Tu pourras me faire ton rapport, après. Lorsque tout le monde sera parti.”


Tu en oubliais de le saluer. Ce n’était pas que tu étais mal-polie, ou que tu n’appréciais pas Hayon. C’était simplement que… Tu avais oublié. Tu étais persuadée de l’avoir dit, sincèrement. Mais tu ne le disais pas, et tes interlocuteurs devaient parfois le deviner s’ils avaient le malheur de te croiser avec l’alcool à tes côtés. Tu ne t’en rendais même pas compte - personne n’était parvenu encore à te tenir tête une bonne fois pour toute pour te montrer dans quelle merde tu étais. Mais tu avais une autre préoccupation pour le moment. Hayon.

Tu jetas un oeil dans la salle, histoire de voir si tu pouvais trouver ses frères. Impossible qu’il soit présent sans eux… Tu regrettais parfois que tu ne sois pas aussi proche de ta propre soeur. Il était possible que ta jumelle soit passée dans la fête sans penser, ou oser te saluer, qu’est-ce que tu en savais ? Que les années vous aient séparées était un fait. Mais cela restait une autre tristesse que tu ajoutais à ton palmarès. Au moins, tu crus apercevoir… Las ? Qu’en savais-tu… Eux-non plus tu ne les avais pas vu grandir, ils semblaient avoir poussés d’un coup. Tu eus un petit sourire nostalgique. Tu aimais être Maire, mais parfois tu te demandais si ça valait vraiment le coup, si tu étais douée dans ce travail et si… Si ton clan méritait quelqu’un comme toi. Il méritait au final une personne qui n’était pas toi, une personne qui n’était pas alcoolique, toujours plongée dans des pensées que tu ne souhaitais à personne, des pensées que tu ne pourrais jamais prononcer sous peine de tomber sous le crime du blasphème.

Au bout d’un moment, qui t’avait semblé durer bien peu de temps mais qui devait plus s’apparenter à cinq bonnes minutes perdues dans le vide, tu revins vers Hayon, et tu bus ton verre en souriant. Tu avais cessé de les compter. Tu le faisais au début, puis au bout d’un moment, tu ne pouvais plus. Tu n’en avais plus la tête. Tu pouvais bien dire que tu gérais, mais tes mains tremblaient la journée à ne pas boire, et le soir venu, tu te mettais des races qui rendaient faible, incapable de réellement réfléchir.

“Je vois que tes frères sont avec toi. J’espère que tout va bien avec eux… Raconte moi un peu ce que j’ai manqué.”


Tu posas ta tête dans ta main, dont le coude était posé sur la table. Tu le regardais de façon un peu… Comment décrire par des mots l’état indescriptible d’une dépressive sous alcool qui tente de cacher son addiction ? Tu essayais de garder la face, tu savais que ce n’était pas bien, mais tu le faisais quand même, parce que c’était plus fort que toi, et tu en avais besoin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hayon


Messages : 34
Date d'inscription : 27/08/2017
Ft : Dominic Sherwood
Crédits : avatar: @Choupinette / gifs: @tumblr / signature: @Justayne

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [15-16/04/2482] Comme au bon vieux temps - Lishi Mar 3 Oct - 22:23

Comme au bon vieux temps
Lishi & Hayon
Il y a un temps pour parler. Un autre pour respirer. Et d’autres pour s’amuser.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Le plus gros problème d’Hayon, pour sûr, était qu’il ne pouvait pas laisser quelqu’un dans la détresse. Ce n’était tout simplement pas dans sa nature, il se devait d’aider les autres comme il le pouvait. Et quand il le pouvait. Ses parents l’avaient éduqué de cette manière, ce qui était logique en soit, vu qu’à la base, ils avaient voulu qu’il devienne chef de leur clan avant de se rendre compte que ce n’était pas une chose qui était faite pour lui. Mais il avait gardé ces valeurs qu’il avait apprises. Il aidait toujours son prochain, que ce soit des amis, des voisins, ou même de parfaits inconnus. C’est de cette façon qu’il s’était retrouvé avec une petite fille sur les bras. Une petite fille tout à fait adorable qui portait le doux nom de Freyja. De toute façon, qui l’aurait laissé, franchement ? Pour le blond, ça paraissait impossible. Elle était tellement innocente, tellement fragile, qu’elle se devait d’avoir quelqu’un pour la protéger, pour veiller sur elle. Alors oui, il l’avait ramené à son village. Il s’était porté garant de cette petite, parce qu’il voulait qu’elle soit en sécurité, qu’elle ait un endroit où se sentir chez elle, où elle serait entourée. Et le foyer d’Hayon était un peu fait pour ça. En tout cas, depuis la mort de ses parents, il avait essayé d’y intégrer un cadre chaleureux, pas forcément pour lui, mais surtout pour ses frères, pour qu’ils puissent grandir dans un environnement qui leur serait bénéfique. Sa vie à lui était déjà toute tracée, de toute façon. En tout cas, c’était ce qu’il pensait, parce qu’il ne se voyait pas en changer quoi que ce soit. Il ne pensait pas être capable de retomber amoureux, et en fait, il n’en avait pas vraiment envie. Il préférait vivre seul, même si le départ de ses frères, quand ils en auraient l’âge, lui ferait un grand vide. Il préférait ne pas s’attacher, pour ne pas souffrir à nouveau. Du moins, ne plus s’attacher à des adultes, seulement à des enfants. A des enfants qui se retrouvaient seuls, et qui n’avaient plus rien. Des enfants qui avaient besoin de son aide.

Hayon savait que c’était un sujet qu’il lui faudrait aborder avec sa chef de clan, tout comme il savait qu’il lui devait un léger résumé de ce qu’il s’était passé lors du Grand Abandon. Petite fête qui était un peu partie en cacahuète, et autant dire qu’après les dégradations, le jeune homme n’avait pas tardé à partir. Et il avait bien fait, parce que dans le cas contraire, il n’aurait jamais pu sauver la vie de cette petite fille. Et personne n’aurait jamais su qu’elle et sa mère avait été enlevée par les Reapers. Enfin, il n’allait pas non plus arriver devant son amie qu’il connaissait depuis bien longtemps et lui balancer directement ce qu’il avait à lui dire, surtout que ce n’était pas son genre de faire ça. Et puis, ils se trouvaient à une fête, alors c’était bien le moment de trinquer à ce qu’il se passait autour d’eux, et profiter de cet instant de joie, au lieu d’uniquement parler travail. Il détestait faire ça, il aimait prendre le temps de parler avec les gens, d’échanger avec eux, d’apporter un peu de lumière dans la vie des autres, même si ce n’était que pendant quelques minutes, c’était déjà ça de gagner. Et Dieu seul savait que Lishi n’avait pas eu la vie facile, tout comme lui. Aucun d’eux n’avait eu la vie facile, au final. « Ce ne sera pas très long. Tu comprendras rapidement pourquoi je ne me suis pas éternisé là-bas. » De toute façon, de base, il ne comptait pas rester très longtemps. Même si ça faisait partie de son boulot, il n’aimait pas trop, quand il partait d’ici, et qu’il laissait ses frères un peu livrés à eux-mêmes. Maintenant qu’il était responsable d’eux, il ne pouvait pas s’empêcher de vouloir les garder à l’œil constamment. Il avait surtout peur de les perdre en fait, parce que ses frères étaient littéralement tout ce qui leur restait. Il avait perdu ses parents, la femme qu’il aimait, alors si ses frères étaient amenés à disparaître… Il deviendrait certainement un adepte de la bouteille, ou alors, il se laisserait mourir de faim dans un coin, s’il ne se jetait pas du haut d’une falaise. Il était capable de supporter bien des souffrances, mais comme tout le monde, il avait ses limites, malheureusement.

Le jeune homme n’avait pas tardé à finir son verre. Il ne buvait pas souvent, en fait, c’était plutôt rare, et il ne buvait jamais beaucoup. Deux ou trois verres restaient son maximum, mais par contre, il les buvait à une vitesse… Ouais, on pouvait dire qu’il avait une bonne descente. Mais, comme dit, il n’allait jamais dans l’excès. C’était ça, de ne pas supporter de perdre le contrôle. Il fallait qu’il ait les idées claires, dans les moindres circonstances, même quand il s’agissait de s’amuser lors d’une soirée comme celle-ci. Surtout que là, il devait non seulement garder un œil sur ses frères, mais aussi sur la petite Freyja. Qui ne connaissait encore personne de ce village, de son chez lui. Mais étrangement, il était presque certain qu’elle ne mettrait pas bien longtemps avant de s’acclimater. Elle avait l’air d’être plutôt sociable, de ce qu’il en avait vu, mais après, il ne la connaissait pas très bien encore, chose qui ne saurait tarder. « Ils sont concentrés sur leur apprentissage, et se portent très bien. Je pense qu’ils ne vont pas tarder à venir te voir. » Une fois qu’ils auraient pris un coup derrière les oreilles, peut-être. Hayon devait constamment les rappeler à l’ordre à ce niveau-là. Mais ça ne datait pas d’aujourd’hui. Leurs parents déjà le faisaient aussi, et si ses souvenirs étaient bons, à l’époque où il était encore un jeune garçon, il avait le même problème, à croire que c’était une chose héréditaire. « En résumé, il ne s’est pas passé grand-chose de bien là-bas. Les festivités ont eu lieu, mais un groupe de trois personnes est arrivé en prétendant s’être fait attaqué par des Reapers. Une partie de la foule en a profité pour décrédibiliser le Commandant, et la Reine d’Azgeda est arrivée. Je me suis dit qu’il était plus prudent pour moi de partir. » Et il avait certainement bien fait, même s’il avait eu une envie monstre de s’en prendre à ce peuple qu’il ne portait clairement pas dans son peuple. Il les soupçonnait toujours d’être responsables de la disparition de Soncha, et tant qu’il n’aurait pas l’exacte confirmation de ce qu’elle était devenue, ce doute subsisterait toujours en lui. C’était certainement pour cette raison qu’il n’arrivait pas à tourner la page. Parce qu’il ne savait pas ce qu’il lui était arrivé. Et peut-être qu’il ne l’apprendrait jamais. « J’ai aussi… Sauvée une petite fille des Reapers sur le chemin du retour. » Une bonne entrée en matière pour introduire la présence de Freyja ici. Hayon était certain que Lishi ne lui en tiendrait pas rigueur. Leur peuple n’était pas contre accueillir des étrangers, encore moins des enfants qui n’avaient plus rien. Et puis, le blond était prêt à se porter garant de la petite, parce qu’il ne se voyait pas la conduire seule dans la nature alors qu’il lui avait promis de veiller sur elle. Il n’était pas du genre à ne pas tenir ses promesses en général.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lishi
Modo


Messages : 223
Date d'inscription : 08/06/2017
Ft : Zhao Wei
Crédits : All by myself /poutre.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [15-16/04/2482] Comme au bon vieux temps - Lishi Mar 10 Oct - 14:09

A ta demande du rapport, lorsqu'il te déclara que ce n'était pas très long et que tu comprendrais pourquoi il n'était pas resté longtemps, tu haussas un sourcil. Tu avais connu des rapports plus détaillé, beaucoup plus détaillés. Surtout de sa part. Ah, bien... Il allait survoler, certainement. Tu avais beau savoir que tout n'était pas intéressant, tu avais toujours peur de rater quelque chose d'important lorsque les rapports n'étaient pas exhaustifs. A un moment donné, il te faudra certainement te décider entre envoyer des éclaireurs et assister par toi-même aux événements, mais tu ne parvenais pas à te faire à l'idée de quitter Neylakru trop longtemps. Une crainte ridicule étant donné que tu avais des adjoints parfaitement compétents mais... Tu n'y arrivais pas.

Alors, Hayon faisait le voyage pour toi. Et tu t'en sentais parfois mal à l'aise, sachant que le jeune homme était très attaché à ses frères, et qu'il n'aimait pas être loin. C'était un sacré paradoxe... Voilà que deux personnes avaient des envies contraires, qui correspondaient à la place de l'autre... Amusant. Tu ris cependant aux nouvelles qu'Hayon donna de sa fratrie. En effet, ils ne devraient pas tarder à être introduits afin qu'ils commencent leur vie d'adultes, à travailler pour Neylakru. Lishi, tu mettais un point d'honneur à toujours accueillir chaque nouveau majeur qui allait commencer sa vie active. Pour avoir son visage gravé dans ton visage comme pour l'encourager dans l'adversité. De la même façon que tu avais été toi même accueillie par le précédent Maire.

Tu étais plongée dans le souvenir de cet instant solennel qui t'avait permis de te rendre compte que, oui, effectivement, tu étais adulte, quand Hayon se décida à commencer un semblant de rapport. Hum. Effectivement c'était concis. Tu t'étais attendue à quelque chose de mieux. Et tu avais l'impression aussi qu'il manquait des informations. Que s'était-il passé ? Comment Lexa était-elle parvenue à faire re-gagner le calme ? Elle n'avait aucun intérêt à se faire passer pour faible en laissant Nia régler les choses. Même, si elle devait se faire respecter par ces grounders pervertis par cette Kongeda, elle aurait dû exécuter ceux qui l'avait décrédibilisée. Que s'était-il passé ? Tu n'étais clairement pas satisfaite. D'autant qu'il semblait vouloir te confesser qu'il avait sauver une petite fille des Reapers sur le retour.

Dans un autre moment, tu te serais levée afin de rencontrer cette enfant. Tu aurais admiré Hayon pour son acte et tu aurais certainement voulu qu'il t'en raconte plus sur ce qui était arrivé. Les Reapers étaient responsables de la disparition de plusieurs de tes sujets et tu rêvais de mettre la main sur la cachette de ces monstres, mais là... Tu n'étais pas Lishi, tu parlais à Hayon de façon décontractée, certes, mais en tant que Maire de Neylakru. Et tu avais réclamé un rapport. La petite fille viendrait après.

"Hayon, je t'ai envoyé en éclaireur à Algo non pas pour que tu fasses du tourisme et te dépêche de rentrer, mais parce que j'ai besoin de savoir ce qu'il s'y passe. C'est ta mission, la seule en quelque sorte : faire en sorte que je ne sois jamais surprise si on me raconte une chose. J'ai besoin de ces informations, j'ai besoin de connaître les personnes que nous avons nommées comme étant nos ennemis. Surtout lorsqu'il s'agit de Nia et de Lexa."

Tu n'avais pas parlé de ta rencontre avec la Heda à Hayon. Il devait certainement savoir que votre rencontre avait eu lieu quelques temps auparavant, mais il ne savait rien de plus, comme beaucoup. Tu avais besoin de réfléchir aux implications de la relation que vous êtes parvenues à nouer. Voir si une paix était possible. Mais en attendant... Elle restait une ennemie. Et pour le moment, tu étais dans ce rôle que tu haïssais de chef de clan, et tu te devais de réprimander ton éclaireur, qui ne t'avait pas donné satisfaction. Peut-être te montrais-tu trop décontracté avec tes soldats... Ou peut-être étais-tu une mauvaise chef. Tu ne savais pas. Mais tu attendais le meilleur d'eux, et ça, ce n'était pas un rapport. C'était une discussion de boudoir.

"A présent, tu recommences. Tu me racontes par le menu ce qu'il s'est passé, absolument tout. Je m'en voudrais de devoir choisir quelqu'un d'autre pour te remplacer la prochaine fois. Après, nous parlerons de cette enfant. Seulement après."

Tu étais dure, mais c'était aussi ta carapace. C'était un peu ta façon de mener ton clan, afin qu'il file droit. Et tu espérais qu'il allait te pardonner cette dureté. Après tout, ce n'était pas la première fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Hayon


Messages : 34
Date d'inscription : 27/08/2017
Ft : Dominic Sherwood
Crédits : avatar: @Choupinette / gifs: @tumblr / signature: @Justayne

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [15-16/04/2482] Comme au bon vieux temps - Lishi Jeu 26 Oct - 15:32

Comme au bon vieux temps
Lishi & Hayon
Il y a un temps pour parler. Un autre pour respirer. Et d’autres pour s’amuser.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Hayon avait trouvé que cet événement n’avait été qu’une simple mascarade. Tout était très rapidement parti en vrille, et le fait que le peuple d’Azgeda ait été présent ne l’avait pas vraiment enchanté. C’était d’ailleurs pour ça qu’il était parti très rapidement, son but n’étant pas de faire des bêtises, ni de rentrer chez lui, mort, sur un brancard. Il avait une famille à nourrir, deux frères dont il était responsable, une place un minimum importante au sein de son peuple. Il ne pouvait tout simplement pas se permettre d’être égoïste, aussi puissant soit son désir de retrouver son amour perdu, ou tout du moins, de réussir à la venger. Peut-être n’y arriverait-il jamais d’ailleurs, mais ça, seul l’avenir le lui dirait. En tout cas, il avait conclu bien rapidement sur place que ce n’était pas le moment de laisser cette vengeance prendre le dessus, et qu’il risquait plus de le regretter qu’autre chose. Alors forcément, parler de ce qu’il s’était passé dans le détail ne l’enchantait guère. Et il doit bien avouer qu’il avait espéré que Lishi avait avalée un peu trop de liquide alcoolisé pour se rendre compte qu’il essayait de passer ce sujet-là au second plan le plus vite possible. C’était pour ça aussi qu’il avait commencé à parler de Freyja, cette petite fille qu’il avait trouvé et qu’il avait ramené chez eux, ne pouvant pas se résoudre à la laisser seule, livrée à elle-même et sans défense. Elle était si jeune et si gentille qu’il s’était tout de suite dit qu’elle ne méritait pas de vivre dans un monde aussi cruel que le leur.

Malheureusement, sa cheffe lui avait rapidement fait comprendre qu’elle s’attendait à mieux que ça, et franchement, il ne pouvait pas tellement lui en vouloir. Il avait toujours été un membre exemplaire de sa communauté, investit dans ce qu’il faisait, au service de son peuple. Eluder un sujet comme celui-ci ne lui ressemblait pas du tout. « Toutes mes excuses, Lishi, le voyage a été long. » Ce qui n’était pas faux en soit, et oui, Hayon était légèrement fatigué après cette mission, mais ça ne lui changeait pas tellement de l’accoutumé. Dormir pour lui était simplement une option. Il le faisait parce qu’il n’avait pas vraiment le choix, mais quand il pouvait s’en passer, ça lui allait bien. Le sommeil était peut-être un refuge pour certaines personnes, mais pas pour lui. Parce que c’était cet instant, quand il fermait les yeux et qu’il laissait peu à peu Morphée l’enlacer, que ses pires souvenirs revenaient à la surface. Les choses les plus affreuses, mais surtout les plus douloureuses qu’il avait connu se frayaient un chemin dans son esprit, s’affichant avec une netteté incomparable sur ses rétines, au point où il avait parfois l’impression de revivre ces événements encore et encore. La vie sur Terre n’était pas du tout fabuleuse. Elle était cruelle, sombre, et pourtant, les hommes s’obstinaient toujours à survivre malgré cela.

Et non, le blond n’en voulait pas à Lishi d’être aussi dure avec lui. Il faut dire qu’il se vexe avec énormément de difficulté, et en plus de ça, il méritait chacune des paroles qu’elle avait à son égard. Tout ce qu’il avait à faire maintenant, c’était recommencer, lui raconter ce qu’il s’était passé à Algo, et lui faire comprendre ce qui lui avait fortement déplu lors de cet événement. Parce que Lishi savait très bien les suspects qu’Hayon avait ajouté assez rapidement à sa liste suite à la disparition de son aimée. « Tout était normal, au départ. Les conteurs étaient là, racontant l’histoire de Praimmfaya, qu’on connaît tous par cœur, bien sûr. » Le jeune homme détestait ce genre de fêtes. Raconter chaque année une histoire qu’ils connaissaient tous sur le bout des doigts à force de l’entendre depuis leur naissance… Il n’en voyait franchement pas l’utilité. Mais bon, pas la peine de donner son avis là-dessus. « Heda est arrivée, avec sa cavalerie, comme toujours. Encore une fois, rien de bien étonnant. Jusqu’à ce que des Gonas arrivent à leur tour en hurlant à qui voulait l’entendre qu’ils avaient été attaqués par des reapers. » Autant le dire, les gens n’avaient pas du tout appréciés ça. Ils étaient venus ici pour faire la fête, et voilà que quelques clanpins étaient venus tout gâcher. La joie, en somme. « Les gens se sont mis à paniquer sans être certains que ces personnes disaient la vérité. Et une famille s’est mise à hurler sur Heda, en l’accusant de diverses choses, dont l’une était d’être de mèche avec les reapers. » Autant dire que c’était comme signer son arrêt de mort. Ce qui n’avait pas manqué. « Heda a demandé l’exécution de l’une des femmes qui proférait les accusations à son encontre. L’une de ses Yazhukru l’a tué. » Et ce n’était franchement pas très beau à voir, surtout pour les enfants qui étaient présents. Mais bon. « Après ça, un feu s’est déclenché, je ne sais pas comment, sur l’autel des offrandes. Tu te doutes bien qu’une grande panique a eu lieu, et tout le monde s’est mobilisé pour éteindre cet incendie. » Même lui, en fait. « Et je ne peux pas t’en dire plus. L’arrivée de la reine d’Azgeda s’est soldé par un discours cassant de sa part, comme toujours. J’ai préféré partir suite à cela. Tu connais mes intentions quant à ce peuple, et tu conviens que ce n’était pas très intelligent pour moi de rester face à eux. » Qui sait ce qu’il y aurait pu se passer s’il était resté… Peut-être serait-il mort, à l’heure qu’il est. Et franchement, il préférait ne pas savoir. Il savait qu’il avait prit la bonne décision en s’éloignant de cette folle tentation de trancher la gorge de la reine de ce peuple qui lui donnait la nausée.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Inclement Earth

MessageSujet: Re: [15-16/04/2482] Comme au bon vieux temps - Lishi

Revenir en haut Aller en bas

[15-16/04/2482] Comme au bon vieux temps - Lishi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Autres clans-