AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pour les nouveaux personnages :15Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes : Delinquents, Hemerians et Arkers ! Essayez de les privilégier
Les habitants du Mont Weather sont jouables, pour tous, dès maintenant ! Ils offrent 20Tcs à la validation ! N'hésitez pas à peupler le bunker
Prochaines soirées CB (18h, heure française) : vendredi 13 - mercredi 18 - mardi 24 avril & jeudi 3 mai ! Avec une soirée "anniversaire" le 8 avril dès 17h !

Partagez|

[03/04/2479] Just a normal day || Anaidéia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Prihaya


Messages : 66
Date d'inscription : 04/07/2017
Ft : Clara Paget
Crédits : (c) Nîniel

Inclement Earth

MessageSujet: [03/04/2479] Just a normal day || Anaidéia Mar 5 Sep - 22:53

Lieu du rp : Polis, non loin de la tour qui surplombe la ville.
Date du rp : 3 avril, un matin censé être calme
Participants : Anaidéia
Météo : Temps assez claire et non pluvieux. Peut-être un peu frais, mais dans la normal pour une matinée.
But du rp : Rencontre entre Prihaya et Anaidéia
Résumé du rp : (A éditer une fois le sujet terminé. Ca vous permettra de voir si vos persos vous ont laissé faire ce que vous vouliez. Et surtout, ça vous permettra de nous dire ce qui a pu se passer d'important, pour la chrono générale si cela s'avère utile. Ou ça servira simplement aux gens qui peuvent être concernés par votre sujet ! N'hésitez donc pas à nous dire si vous avez dû vous battre, si vous avez eu de la "visite" de la Faune et/ou de la Flore... Bref, on veut tout savoir !)



Just a normal day Prihaya & Anaidéia Tout était calme en cette matinée dans les rues de Polis. Certains étaient déjà levés, commençant à animer la capitale de par leurs activités, et Prihaya avait préféré cet instant où elle ne serait pas immergée dans la masse de natif présent pour prendre l’air et se ressourcer. Il était encore assez tôt pour qu’elle puisse profiter de ce calme et elle comptait se saisir de cette occasion pour prendre un moment pour elle. L'ambassadrice n'avait encore rien de prévu, mais elle savait qu'une réunion d'ambassadeurs l'attendrait par la suite, lorsque le soleil serait bien plus haut dans le ciel et quand il serait temps de réunir chaque représentant de clans. Alors pour le moment, n'ayant aucune contrainte, la jeune femme profitait de son temps libre en échappant aux siens et à ses fonctions, ayant simplement prévenus les quelques Floukru l’ayant accompagné dans la ville qu’elle s’éclipsait un instant. Il n’était pas non plus l’heure d’effrayer ses comparses en ne donnant aucun signe d’elle. L'ambassadrice n'avait encore rien de prévu, mais elle savait qu'une réunion d'ambassadeurs l'attendrait par la suite, lorsque le soleil serait bien plus haut dans le ciel et quand il serait temps de réunir chaque représentant de clans.

Prihaya n'aimait pas Polis. Si ce n'était pas pour porter les idéaux et la parole de Floukru devant Heda et représenter le clan, jamais la rousse n'aurait remis les pieds dans cette ville. Peut-être dans le passé, l’avait-elle apprécié, mais pas depuis que Lexa était arrivée à la tête de la Coalition. Ce n'était pas le fait que ce soit la capitale du Kongeda qui lui faisait si peu appréciée les lieux, et elle n’avait aucun vis-à-vis envers la Commandante, mais c’était ce rituel pour devenir Heda qui lui donnait ce sentiment amer envers Polis. La jeune femme aurait aimé que l'un de ceux qui avait trôné dans cette immense tour ait eut dans l'idée de révolutionner certaines de leurs coutumes, mais elle savait que cela serait peu plausible. Les traditions étaient bien trop ancrées dans leur monde pour que celles-ci changent et, bien qu’elle n’aimait pas penser cela, elle avait dans l’idée que le seul moyen existant pour mettre fin aux pratiques barbares du conclave, était de mettre fin à cette Coalition.

L'ambassadrice savait qu'il était hypocrite de sa part que de penser cela, de croire qu’une mutinerie pouvait tout révolutionner. Si son propre enfant n'avait été un Natblida, peut-être qu'elle ne se serait jamais positionner sur ce fait et qu’elle aurait continué de soutenir ces traditions qui avaient été siennes. Elle était même dans l'optique d'y participer à l'époque où l'on espérait que la jeune femme soit l'une de ses rares sangs de nuit. Elle aurait été fière de l’être et de donner l’espoir à son clan de pouvoir diriger cette Coalition, mais son destin était alors tout autres tandis qu'elle avait démontré qu'elle était une Ntha. Elle était l’une de ces natives possédant des capacités dont beaucoup doutait de la réel existence, mais dont elle ne doutait nullement. La Floukru se fichait bien de l'avis des autres quant à ce fait qu'elle était une Ntha, connaissant parfaitement les dires de certains pouvant la traiter de charlatan. Elle avait confiance en ce qu'elle disait et c'était ce qui lui importait, même si parfois la native se mettait à penser qu'elle aurait aimé naître avec la normalité des autres.

Et c'était en prenant part à cette normalité qu'elle se trouvait dans les rues de ville qu’elle détestait tant, cherchant à ne pas penser au sang qui avait coulé pour le bien de la Coalition. N’était-ce pas ironique pour celle qui avait assassiner de nombreuses personnes de reprocher les nombreux morts qu’avaient connus Polis ? Mais Prihaya avait quitté la tour, ne souhaitant pas rester dans un endroit où elle pourrait être sollicitée par ceux qui avaient confiance en ses capacités ou ceux qui demandait à voir l’ambassadrice qu’elle était et préférait profiter de ce moment de solitude pour méditer, comme elle avait pu apprendre à le faire au sein de Floukru.

Cependant, elle n'allait pouvoir profiter de calme bien longtemps, de l'agitation commençant à se faire plus loin et attirant son attention. Cela avait d'abord commencé avec des éclats de voix, qui montèrent bien vite tout en donnant le ton de la conversation en cours. Bien qu'elle ne soit pas à toujours vouloir se mêler des histoires des autres, ayant plutôt l’habitude de rester dans l’ombre, Prihaya dérogea à son habitude en se rapprochant pour essayer de comprendre ce qu’il se passait. À première vue, un différend opposait deux natifs et, n’ayant pas été là depuis le début de leur altercation, la rousse ne savait ce qui pouvait bien les opposer. Elle ne savait encore ce qu’elle comptait faire face à cette scène, se trouvant pour le moment en retrait. Peut-être irait-elle s’interposait si cette « discussion » devenait bien trop virulente ou peut-être laisserait-elle couler. Après tout, elle n’était nullement concernée dans cette histoire et en quoi cela la regardait ? Mais elle pouvait aussi faire preuve d’un minimum de figure d’autorité afin de calmer les ardeurs, surtout après avoir vu que les deux personnes impliquées semblaient relativement jeunes.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Amarok


Messages : 349
Date d'inscription : 29/04/2017
Ft : Michiel Huisman
Crédits : Avatar : ©️Arté
Signa : ©️XynPapple

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2479] Just a normal day || Anaidéia Mer 15 Nov - 22:20



Just a normal day Prihaya & Anaidéia Polis, symbole de puissance mais aussi d’alliance. Capitale de Trikru mais également ville centre de la Kongeda, nul ne doutait que quelques natifs devaient en rêver nuit et jour. Que ce soit pour simplement pouvoir se vanter d’avoir foulé le sol de cette ville tant convoité  par certains, que pour oser espérer pouvoir approcher Heda, dans des buts plus ou moins louables. Pourtant, pour les natblida cette ville majestueuse avait bien vite de devenir un véritable Enfer ambulant. Ou tout du moins, c’était ce que cet amas d’habitations et de commerces était devenu pour Anaidéia. Un immense et somptueux lieux de détention officieux, certes, mais qui n’en demeurait pas moins une amer prison doré, un peu trop étriqué aux yeux de la brunette. Oh elle était fière de son statut d’enfant au sang d'ébène, tout autant qu’elle pouvait convoiter l’idée d’un jour être à la tête de la Coalition, probablement comme tout nightblood se respectant. Mais il n’en demeurait pas moins que ce statut lui laissait un goût un peu plus acre, chaque jour qui lui était donné de passer entre les murs invisibles de cette cité. Probablement qu’elle aurait donné chére pour échapper à ses obligations, ne serait-ce que l’espace de quelques jours, de quelques heures même, le temps de s’oublier, elle et son destin funeste, elle et la vérité quant à ses origines qui pouvaient éclater à tout instant. Et pourtant, elle ne ferait rien de ses envies, jurant devant tous par la fierté et l’honneur que lui conférait son titre d’enfant au sang noir.

Réveillé à l’auror, comme la natblida pouvait en avoir l’habitude depuis bien des années, cette dernière avait décidé de s’offrir une excursion matinale au sein du dédale que formait les allées de Polis, dans le veine espoir de s’offrir l’illusion qu’elle était libre, égal à n’importe quel autre natif de son âge. L’espace de quelques minutes au moins.
D’autant plus qu’aujourd’hui, une longue journée l’attendait, pas forcément passionnante, pas même enivrante, mais une journée chargée.  Les ambassadeurs avaient quérir, dans le but de se retrouver, en compagnie de Heda, pour aborder quelque sujets qui avait échappé à Anaidéia, alors même que Titus les avait informés qu’aujourd’hui, chacun d’entre eux seraient assignés à l’un des dits Ambassadeurs. Pour apprendre les enjeux des relations diplomatiques, pour apprendre à savoir mener avec succès quelques négociations, mais surtout, c'était pour ceux aux sangs d'ébènes l'occasion de démontrer leurs talents, mais plus encore, d'honorer la ville de Polis qui prenait en charge leur formation.

Errant ici et là, son regard enfantin s'attardant sur quelques échoppes aux tentations diverses et variés, c'était à une autre vie que l'enfant rêvait. Une vie plus légère, probablement, une vie où elle aurait plus libre. Elle aurait eu beaucoup à dire, sur la vie qu'elle pouvait hypothétiquement idéaliser, rêver. Oh oui, elle aurait eu bien des choses à en dire. Cependant, ce serait pour une autre fois. En effet, alors que ses pas l'avaient guidés jusqu'à une rue anormalement bondé, quelques cris digne de bêtes sauvages lui parvinrent. Des enfants, de quelques années ses cadets, étaient entrain de se livrer à un combat tout ce qu'il y avait de plus précaire. Belle animation, pour une matinée qui se voulait reposante. Elle aurait put passé son chemin, la Boudalankru. Elle aurait pu. Pourtant, une étrange pulsion la pressa d'agir autrement, et de se manifester afin de mettre fin à ces quelques querelles enfantines, avant que l'un d'entre eux ne soit véritablement blessé.

« Ça suffit. N'avez vous donc pas honte de souiller votre honneur, là même où Heda pourrait lamentablement admirer vos enfantillages ? » Que l'adolescente aux sang d'ébène clama, tandis qu'elle avait fendu la foule afin de séparé les deux malotrus aux traits enfantins. Et dire que, dans une autre vie, elle aurait pu être à la place de l'un d'eux. « Toi, tu réparera toi-même l'arme que tu lui a endommagé. Quant à toi, tu lui repayera un plastron de cuir, afin de remplacer celui que tu viens de mettre en lambeaux.» C'était d'une voix forte et intransigeante, ne laissant nul place aux protestations, que l'adolescente c'était exprimé. Ce n'était pas dans ses habitudes quotidienne, d'agir ainsi, d'attirer soudainement l'attention sur elle, étant ainsi certaine de se faire remarquer de tous. Bien au contraire même, mais elle n'avait décemment pu laisser ses enfants se blesser jusqu'au sang, quand bien même une foule de passants dubitatif les observaient, semblable à des légumes vu leurs manque de réactions. « Maintenant présentez-vous des excuses respectables, et partez chacun de votre côté.»

Alors que l'adolescente avait aussi tôt pivoté sur ses talons, suite à sa brève intervention, qui, elle le sentait, lui avait suffit à s'attirer les regards de chacun des natifs présents, un détail ne manqua pas d'attirer son attention. Alors qu'elle fendait de nouveau la foule, en sens inverse cette fois-ci, dans l'idée d'aussi tôt se faire oublier après son intervention un peu trop remarqué, quelques reflets flamboyants virent irrités ses iris. Iris qui furent aussi tôt amenées à se poser sur une chevelure écarlate, qu'elle était certaine d'avoir déjà pu admirer au paravent. « Prihaya Kom Floukru.» L'adolescente inclina brièvement la tête, pour tout signe de salut. « Je dois avouer que je ne m'attendais pas à vous croisez ici d'aussi bon matin.» Polie, respectueuse et courtoise, l'enfant restait ancrée dans son rôle de native parfaitement irréprochable, comme se le devait d'être un natblida. « Les rues de Polis ne manque jamais d'animation, même le matin.» Qu'elle ajouta, d'un air d'avantage détachée, qui, dans une autre situation, aurait sans aucun doute pu être moqueur.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Prihaya


Messages : 66
Date d'inscription : 04/07/2017
Ft : Clara Paget
Crédits : (c) Nîniel

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2479] Just a normal day || Anaidéia Dim 14 Jan - 23:32



Just a normal day Prihaya & Anaidéia En à peine quelques jours, alors qu’elle évitait de côtoyer des Natblida afin de ne remuer aucun couteau dans la moindre plaie, voilà que Prihaya faisait la rencontre d’une nouvelle personne portant ce sang si caractéristique. Elle n’avait d’abord vu l’adolescente, mais les évènements ayant lieu sur cette place l’avait fait se mettre en avant et il n’en avait pas fallu plus à la rouquine pour reconnaître l’une des protégés de Heda. Il y avait d’abord eu cet altercation entre deux personnes dont l’ambassadrice ne connaissait l’identité et elle n’avait, pour le moment, pris aucune décision quant à la possibilité de calmer les choses. Elle n’avait que le statut actuel de témoins, cherchant avant tout ce qui opposait ces deux personnalités distinctes. Que ce soit par la parole ou avec un minimum de force, elle aurait pu s’interposer afin de les séparer, mais la jeune femme considérait que ce n’était actuellement son rôle. Ou bien était-ce l’un des murmures du vent qui venait de lui parvenir qui lui indiquait cela ? Quel qu’en soit le cas, la rousse se tenait alors en écart de la scène qui allait bientôt cesser sous ses yeux dénués de vie.

À l’instant même où l’adolescente avait fit irruption pour faire cesser tous conflits ressemblants à des enfantillages, Prihaya ne l’avait pas immédiatement reconnue. Mais que ce soit de par l’intonation utilisée pour clamer ses ordres ou sa prestance, il ne lui en avait pas fallu plus pour reconnaitre le statut de novice à la plus jeune. Bien qu’elle n’approuvait désormais l’existence du Conclave, la Floukru devait reconnaître qu’elle avait devant elle une future chef. Elle ne connaissait totalement les novices, ne les ayant jamais réellement côtoyés, mais il faudrait être fou – ou aveugle – pour ne les reconnaître lorsque l’on évoluait à Polis. Et Prihaya n’était ni l’un, ni l’autre, sachant alors pertinemment qu’elle était l’importance de cette jeune personne.

L’intervention de la Natblida confortait la rousse dans sa volonté de non-intervention. Multiplier l’autorité ne serait que déjouer en faveur de ce qui avait été dit et mieux valait laisser une personne diriger, surtout que la parole de l’ambassadrice pouvait ne pas être prise en compte à cet instant. En l’occurrence, Prihaya ne se considérait pas comme réellement utile, sans compter la façon dont ce conflit avait été géré. Cependant, alors qu’elle envisageait de reprendre ses occupations, l’ambassadrice vit l’adolescente arriver vers elle pour la saluer. Refusant de manquer de respect et n’ayant aucune raison de ne pas le faire, la jeune femme imita la Natblida dans ses salutations. Après tout, ce n’était pas contre ces enfants obligés de rejoindre le Conclave que la Floukru avait de l’animosité mais envers ce principe même de les faire se battre. Les novices suivant la formation n’y étaient pour rien. D’ailleurs, la jeune Anaidéia faisait preuve de parfaite politesse en s’enquérant de la Ntha.

« Le hasard est certainement ce qu’il y a de meilleur dans ce monde pour faire des rencontres. Personne ne peut prédire ce de quoi sera fait l’avenir. »

La réponse pouvait paraître étrange, mais telle était la vision de Prihaya sur le hasard de ses rencontres. Elle ne s’attendait jamais à croiser quelqu’un quand rien n’était programmé et, même dans ce cas, elle ne pouvait jamais être sûre de rien et c’était peut-être ça qui la faisait se rattacher à la vie. La surprise de découvrir ce que le destin lui prépare, bien que tout ne soit jamais beau. Seulement, tel était fait la vie, construite de haut et de bas, et il faut savoir faire avec pour ne pas se laisser détruire.

« Les rues de Polis sont souvent pleine d’agitation. Les esprits belliqueux n’arrivent à se calmer que dans la confrontation et le fort caractère de chacun n’aide jamais dans ce sens. »

Après tout, les natifs étaient connus pour être violent et ne jamais se laisser marcher sur les pieds. Le célèbre « Jus drein, jus daun » était l’exemple parfait de ce fonctionnement propre à ces survivants sur Terre. Et même si la rousse avait changé de mode de vie pour adopter un caractère bien plus pacifiste, elle ne pouvait que comprendre cette culture qui était la leur. Ils vivaient dans un milieu hostile où bon nombre d’éléments souhaitaient la mort de l’être humain. Que ce soit les animaux, les plantes ou des ennemis, il ne faisait pas bon de croire que l’on vivait dans un monde tout rose.

Mais ce n’était pas tout et Prihaya n’allait pas détourner les talons pour laisser la jeune Natblida en plan. Peut-être que cette rencontre était l’occasion d’échanger un peu. Qui pouvait bien savoir ce qui attendait l’ambassadrice en cherchant à connaître un peu mieux l’adolescente ?

« Je dois cependant vous féliciter de la façon dont vous avez menez votre intervention. Votre apprentissage pour devenir Heda semble porter ses fruits. »

Prihaya ne savait peut-être pas depuis combien de temps Anaidéia suivait celui-ci, mais elle pouvait voir qu’il n’y avait désormais plus de conflit pour attirer les curieux alors que les fautifs n’allaient pas vraiment remettre en cause la parole d’une Natblida.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Inclement Earth

MessageSujet: Re: [03/04/2479] Just a normal day || Anaidéia

Revenir en haut Aller en bas

[03/04/2479] Just a normal day || Anaidéia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru (Woods Clan, Peuple des Arbres) :: Polis-