AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Les personnages de la S5 (+ Madi) ne sont pas jouables pour le moment (ils seront ajoutés dans les PV lorsqu'on en saura plus sur eux !)
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes : Delinquents, Hemerians et Arkers ! Essayez de les privilégier
Les habitants du Mont Weather sont jouables ! Ils offrent quelques Tcs bonus à la validation, n'hésitez pas à peupler le bunker
Prochaines soirées CB (18h, heure française) : dimanche 13 - vendredi 18 - jeudi 24 et mercredi 30 mai !

Partagez|

Tell me what you know about dreaming. (harley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
avatar

Harley Weise


Messages : 302
Date d'inscription : 30/06/2017
Ft : César Domboy.
Crédits : .ipar haizea (avatar)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Sam 18 Nov - 23:41

dans le présent.
Harley fixa le bout de ses chaussures en silence, levant parfois aléatoirement les yeux sur Luna ou Varian. À cette époque, on vivait dans le ciel Varian. Station gigantesque ou pas, nous n'étions pas sur Terre, parmi ces autres civilisations et ces autres traditions. On était là-haut qu'on le veuille ou non, qu'on en meurt ou pas. Si on pouvait tous clamser ? Mais Varian, le risque ne venait pas d'une pénurie d'air ! Regarde, nous étions mort. Toi et moi, nous étions morts Varian, qu'on l'admette ou non. Les parents, les amis, les gens… Ils avaient fait leur deuil, ils s'étaient échangés toutes leurs condoléances, comme si ça pouvait bien changer quelque chose. Il tenta d'étouffer une sorte de rire mais sans trop de succès. « Libre ? Dans le ciel ? » souffla-t-il, prêt à céder à un nouveau fou rire qui s'avéra parfaitement incontrôlable. Après plusieurs bonnes dizaines de secondes à se tordre de rire, Harley essaya de retrouver un peu de sérieux sous le regard médusé de Luna. « Il dit des bêtises, Varian. Dans le ciel, tu étais libre de la fermer ou de mourir. » Il reprit ses gloussements et se cacha le visage.

dans le passé.
Il eut un geste agacé envers Varian et s'écarta de quelques pas avant de se mettre à tourner en rond. « J'en sais rien moi s'il sait qu'on bosse ensemble. J'ai pas franchement eu le temps de lui faire un interrogatoire hein. » Il savait qu'il pourrait se défendre s'il se prenait une nouvelle branlée mais pas sans difficulté, et pas sans attirer l'attention. Un poignet dégommé et un bleu, ça pouvait passer inaperçu parce que ce n'était qu'un avertissement. Mais plus ? Il aurait droit à des questions gênantes ou pire. « Te laisser gérer ? Standall, s'ils te trouvent, c'est pas à coups de mots qu'ils vont te parler. Et s'ils te... » Harley cessa sa ronde infernale pour se planter en face de Varian, les bras croisés. « J'ai pas envie qu'ils te tombent dessus, c'est tout. » Il sentait que cette fois-ci, son voisin n'allait pas céder. Je savais que tu pouvais te débrouiller mais rien que de les imaginer te frapper par derrière, ça me foutait les nerfs en pelote. Je les connaissais ces types, je savais jusqu'où ils pouvaient aller et crois-moi, on ne risquait pas de tenir la distance. Tu sais, je m'étais toujours cru intouchable, imprenable… Deux fois j'avais réellement flippé dans ma vie : quand t'avais envoyé ces connards me tabassaient quand j'avais onze ans, et aujourd'hui quand ils m'avaient donné leur avertissement. Ces deux fois, je n'avais pas eu l'avantage et c'était deux fois de trop. « Standall... » Il ferma les yeux en crispant les lèvres, vexé du tremblement dans sa voix. « Il y a des fois où je ne sais pas ce que je pourrais faire. Jusqu'où je pourrais aller. » Il montra brièvement ses mains. « S'ils te touchent... »

dans le présent.
Voisins ? Harle contempla le visage abîmé de Varian de ses grands yeux tristes. Si seulement nous n'avions été que voisins… Est-ce que toi aussi, parfois, tu peinais à t'endormir avec la désagréable sensation de sentir mes mains sur ton corps ? Est-ce que parfois… Non, je ne sais pas. Parfois je prenais peur en ayant l'impression de te croiser, et parfois je me sentais pris d'une tristesse infinie en songeant à toi, à moi, à nous. Parfois, quelques souvenirs fugaces me revenaient : une caresse, un baiser, un toucher, un regard… Je pensais à notre premier baiser en me demandant pourquoi j'avais fait tout ça puis je songeais au dernier, là-haut. J'avais cru mourir le jour où on m'avait dit que tu ne rentrerais pas. J'aurais tué pour toi, ça je le savais encore. J'aurais fait n'importe quoi pour qu'on reste ensemble. Une larme discrète coula sur sa joue mais pour une fois, il l'essuya en détournant le regard. « Juste voisins. » Physiquement, moralement, il ne savait plus où il en était. Il était perdu entre passé et présent, entre lui-même et le Harley d'avant. Sans Varian, il aurait pu continuer à vivre comme un mort mais maintenant ?

dans le passé.
Oui, c'était mal d'avoir eu cette idée, d'avoir fait ça. Que d'autres mecs couchent joyeusement entre eux, ça les regardait et il s'en foutait éperdument… Mais c'était ailleurs, dans d'autres lits et dans d'autres vies. Harley Weise n'était pas une tapette et il ne voulait surtout pas entrer dans cette catégorie. « Ouais mal. Tu m'as pris pour une pédale ou quoi ? » Bêtement, il eut une pensée pour ce que pourraient songer les autres s'ils apprenaient ça mais il la refoula rapidement parce que… En fait, il n'avait pas les idées très claires là tout de suite tant il brûlait de désir pour Varian Standall. « Non. Non, me touche pas, s'il te plaît. » Me touche pas ou je vais littéralement me jeter sur toi et te faire des choses que tu ne pourrais pas imaginer. Me touche pas ou je vais prendre feu pour de bon. Malgré son souffle court et la sueur qui lui mouillait les cheveux, il refusait de s'abaisser à ça. Qu'il ait pu embrasser Standall quelques jours auparavant le laissait toujours autant pantois et ça n'avait plus quitté ses pensées depuis ce moment-là. Il avait tout fait pour y échapper mais rien à faire, c'était revenu le harceler en boucle, sans lui laisser la moindre chance. Il n voulait pas y penser mais c'était plus fort que lui et il se reprenait à rêver de ce baiser, une boule d'angoisse dans le ventre. Il avait essayé de penser à ce qu'il pourrait dire à son voisin s'il venait à le recroiser, ce qu'il pourrait faire. L'envoyer chier lui aurait paru être une bonne alternative s'il n'avait pas senti son cœur se tordre chaque fois qu'il envisageait cette possibilité. Au lieu de quoi, il lui avait littéralement sauté dessus en se laissant guider par des instincts primaires dont il ne soupçonnait pas l'existence. Ils avaient fini dans la même piaule et maintenant… Avec un grognement étouffé, il trouva la lumière et repoussa Varian, virant couette et coussins du plumard. « Oh mon Dieu c'est terrible... » gémit-il. Il posa un baiser sur ses lèvres en s'interdisant de réfléchir davantage puis l'embrassa lentement le long de son cou, de son torse, ses mains descendant dans une caresse sur ses hanches. « Je veux voir ta tronche Standall, quand je t'embrasse. » Deux minutes ou deux heures, il n'aurait pas du dire mais ils ne dérobèrent plus.

« J'espère que t'as aimé. » Harley remonta son caleçon et s'entreprit de reboutonner sa chemise avec des mains quelque peu tremblantes. Tu te caches dans tes habits mais au fond, t'as tout aimé de cette nuit Harley. Cette passion, ses gestes, les tiens aussi. Ses baisers, ses caresses, ses yeux… Il boutonna lundi avec mardi et se passa une main dans les cheveux, les joues toujours légèrement rougissantes. « Je… Tu… Enfin je veux dire... » Rien du tout dans l'absolu, s'il n'arrivait pas à sortir une phrase complète. « Enfin peut-être que, euh… Tu vois ? » Varian devait voir à merveille, vu la capacité de synthèse dont Harley faisait preuve en cet instant. « Enfin, s-si ça ne te dérange pas... »


Dernière édition par Harley Weise le Sam 6 Jan - 12:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 430
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : VOCIVUS (avatar) astra (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Dim 19 Nov - 12:56

« Ça dépendait à vrai dire. »

Pourquoi riait-il ? Les sourcils froncés, les mains toujours posées sur les genoux, Varian l'observait d'un air un peu intrigué. D'accord, là-haut, ils n'étaient pas non plus tous un pied d'égalité. Mais merde quoi, leur vie était vingt mille fois mieux.

« Mais c'est sûr que vu ton foutu caractère...»

Il l'avait tant aimé son foutu caractère pourtant. Mais il lui avait attiré tant d'ennuis. Et à chaque fois, Varian avait maudit Harley d'être aussi... indomptable. Mais peu lui importait, nul sur cette maudite planète ne lui ferait dire que la vie ici était meilleure que celle sur l'Arche. Sur l'Arche il avait tout, ici il n'avait rien, vraiment lus rien. Il était juste Varian l'esclave lâche qui servait de temps à autres de punching-ball. Et il avait horreur d'être cette personne.

Long time ago.
Varian observa son petit ami en pleine réflexion sans prononcer plus un mot. Il le pensait donc incapable de se faire justice lui-même ? Bah merde Harley, je me sentirais presque vexé là... pensa t-il alors. « Harley... » Mais d'un autre côté, c'était dans ses moments là qu'il avait envie de rester gentiment dans son coin et de ne pas provoquer d'autres incidents. Il avait bien envie de lui dire qu'il n'avait pas à s'en faire pour lui, mais il était bien le dernier à pouvoir lui faire de telles remarques ; il s'en faisait toujours – beaucoup – trop pour lui et le lui faisait savoir assez régulièrement. Pourquoi tu me demandes ça, tu sais très bien que j'aime pas quand on te tombe dessus... « Ils ne me toucherons pas. Ne t'inquiète pas, d'accord ? » Tu vas le faire Varian ? Ou tu vas te ranger bien tranquillement ? Fais plaisir à ton petit ami et ne fais rien, pour une fois. « Mais si je fais rien, tu me promets de... de faire profil bas aussi, d'accord ? Au moins le temps que tout ça se calme. » Et après, j'aviserais. Quand ils penserons que tout sera terminé. C'est toujours mieux d'attendre et de frapper quand ils s'y attendent le moins. Donc c'est d'accord Harley, je ne ferais rien. Dans l'immédiat. « Te voir comme ça, ça me fou mal à chaque fois, tu le sais ça ? »

Aujourd'hui.
Tu croyais que j'allais lui dire quoi Harley ? Que nous étions ensemble là-haut ? Que nous formions un couple heureux et épanouis ? Bah non. Non parce que c'était faux. Notre couple était tout ce qu'il y avait de plus chaotique, illogique... Enfin, je crois ? En réalité c'était la version qu'il préférait se ressasser encore et encore. C'était bien plus facile de dire qu'il avait perde quelque chose comme ça que le contraire. Bien sûr qu'au début il n'avait pas arrêté d'y songer. Avec Kimi, sa relation avec Harley était la chose la plus belle qu'il avait abandonné en arrivant sur terre. Et ça, il le savait, il ne s'en remettrait jamais. Et c'était en le revoyant il y a quelques semaines qu'il avait compris que son rêve de revivre tout ça un jour, pouvait être définitivement enterré. Oui, parfois il avait eu envie de pleurer comme un môme en y repensant, mais il avait gardé le peu de contrôle qu'il avait de lui même pour ne pas céder. Il avait essayé de se souvenir des pires moments de leur relation pour relativiser... Et c'était dix fois pire, parce que même ce genre de chose lui avait manqué cruellement sur terre.

Long time ago.
"Pour une pédale..." Oh Varian, barre toi d'ici, et vite. Pourquoi il fait tout ça aussi l'autre courge si ça le dégoutte ? Si ça se trouve, demain il aura hurlé sur tous les toits ce que vous venez de faire et tu peux dire adieu à ta réputation de gars bien, sympa et et.... Les mots se bousculaient dans sa tête, allant du "bah je sais pas, c'est toi qui m'a embrassé la première fois" au "non pardon", bref, c'était pitoyable mais de toute façon, aucuns de ces mots ne franchirent ses lèvres. Il se contenta de baisser un peu la tête, l'air presque penaud et honteux. Bah merde Varian, il a réussit à te faire te sentir mal là... C'était peut-être parce que lui se foutait éperdument de ce genre de chose. Il ne s'était jamais trop posé de questions à ce sujet non plus à vrai dire. Il laissa tomber sa main en marmonnant un vague « « 'scuse... » et ses yeux balayèrent la pièce dans laquelle il se trouvait. C'était maintenant qu'il devait se barrer en se maudissait pour toujours de l'avoir touché, c'était ça ? Et soudain, clic. Lumière en plein dans sa tronche, plus de draps, plus rien. « Harl-aaargh... » Il n'eut pas le temps de se recroqueviller pour cacher ce qu'il y avait à cacher – si seulement – que son voisin l'embrassait à nouveau. Ok, j'arrive plus à te suivre moi... Mais maintenant qu'il avait plongé son regard dans le sien, c'était à nouveau panique à bord dans tout son être. « Mmh mmh... » Son cœur battait la chamade et il ne pu s'empêcher d'esquisser un sourire heureux, l'attirant un peu plus contre lui. Tu vas me rendre dingue Harley, vraiment. Après une énième caresse un peu trop brûlante il se retrouva cloué sur le matelas et laissa échapper un petit grognement en sentant les lèvres d'Harley descendre le long de son torse. Vraiment Harley ? C'est si mal que ça ?
« Ça va. » Quelle question, tu sais que je te taquines. J'ai aimé, évidement, je crois que j'ai été assez clair là-dessus pendant que l'on... bref. « Où sont mes affaires... »  marmonna t-il. Il hésitait entre fuir son regard et affronter comme un grand ses propres décisions. Est-ce que t'as déjà été aussi gêné Varian ? Non, non je ne crois pas. Il s'était redressé, toujours en évitant son regard et se pencha par dessus le lit, toujours en quête d'affaires à se mettre sur le dos. « Mmh ? » Trop tard, il avait levé les yeux au mauvais moment. « Si ça me dérange pas de... de ? » Sa voix avait cafouillé au moment de prononcer cette phrase et il chopa son caleçon qu'il enfila à la va vite. Le regarde pas dans les yeux, c'est terrible. Il voulait savoir s'ils allaient remettre ça ? « Ah heu... » Dire non serait mentir. Bien sûr qu'il en avait envie. Il ne savait pas pourquoi il en avait envie, mais c'était un fait. « Je heu... non ça ne me dérange pas... » Et lui qui pensait que les pires moments de gêne étaient passé. C'était tellement plus simple avec les filles tu sais Harley... D'accord, c'était peut-être parce qu'avec elles je n'avais pas d'autres idées derrière la tête alors qu'avec toi, les questions affluent à chaque secondes.


Dernière édition par Varian Standall le Sam 6 Jan - 12:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Harley Weise


Messages : 302
Date d'inscription : 30/06/2017
Ft : César Domboy.
Crédits : .ipar haizea (avatar)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Dim 19 Nov - 19:03

dans le présent.
Harley cessa de rire et resta silencieux un moment. Il sentait Luna à ses côtés qui les fixaient avec intérêt,. Il sentait aussi le regard de Varian qui lui brûlait la peau, qui le faisait ressentir une honte et une gêne dont il ne voulait pas. L'esclave qu'il était se cacha derrière ses mèches de cheveux collées les unes aux autres par les saletés et il garda le silence, cédant de temps à autre à de nouveau excès de rire. A posteriori, l'idée que l'Arche puisse être un bel endroit continuait de te paraître risible. Même à toi, qui refusait de penser à avant, de te rappeler tout ce que tu avais perdu, ça te semblait surréaliste. Ici bas, tu avais trouvé une chose que tu n'avais jamais eu là-haut, dans les étoiles : un but. Il était e qu'il était mais tu donnais tout pour cela, tout pour servir Nei. Tu connaissais les règles parce qu'elles étaient claires, évidentes et faciles. On t'avait dit de ne plus réfléchir, de te soumettre entièrement et c'est ce que tu avais fait. Devant Azgeda, ta sauveuse, tu avais cédé puis tu avais dévié de nouveau avec les nomades. Et face au paradoxe de Nei, tu t'étais incliné une fois de plus. Elle voulait parfois te voir la regarder en face mais tu t'y refusais parce que tu connaissais le jeu : si tu croisais son regard, elle frapperait. C'était facile, comme jeu, tu pouvais y jouer. Sur l'Arche, les dés avaient toujours été pipé et il n'y avait pas de bonne réponse. Il s'essuya le nez avec sa manche et resta enfin silencieux.

dans le passé.
« J'y peux rien. Tu n'as pas, parfois, l'impression d'être pris au piège ? L'impression que peu importe ce que tu fais ou dis, les gens réagiront de la même manière ? Qu'ils te rendront toujours coupable ? » Moi oui. Que je dise oui ou non, c'était pareil, ce serait moins le responsable, le fautif. Kimi, ton beau-père, toi… Vous étiez sans doute les seuls à me considérer vraiment. Ensuite il y avait l'immense masse de ceux qui en avaient rien à foutre – et je les comprenais – et puis venaient ceux qui se prenaient pour Dieu. « Je suis quelqu'un de prévisible. C'est toujours facile de jouer avec moi. Mais toi... » Varian, c'était son exact contraire, son parfait opposé. « Si on ne fait rien, ils me tomberont dessus tout de même. Ou sur toi s'ils savent qu'on travaille ensemble. Je… Je veux juste que, si tu as une idée pour nous sortir de là, tu ne me demandes pas de rien faire. Enfin o-on n'est pas toujours obligés de tout régler seuls et... » Il ne trouvait pas ses putains de mots pour donner le fond de sa pensée. « T'es le cerveau du duo, Standall, mais je ne suis pas juste bon à casser des dents et à m'énerver. Balance tes idées, on les exécutera. Je... Je t'obéirai. Mais ne me demande pas de ne rien faire. » Il en serait incapable et il le savait. Si on lui tombait dessus, si on le provoquait… Il perdrait à coup sûr.

dans le présent.
Pourquoi pleurait-il encore ? Pourquoi faisait-il toutes ces choses étranges depuis qu'il l'avait revu ? Pourquoi est-ce qu'il se sentait cassé, brisé de l'intérieur, quand il côtoyait Varian ? Et pourquoi son cœur continuait-il de lui faire aussi mal ? Parce que ce n'était pas ton Varian que tu avais retrouvé il y a quelques semaines. C'était un Varian erroné, mis en échec par cette vie ici bas. Ce n'était plus le garçon qu'il avait aimé, à qui il avait fait l'amour tant de fois, qu'il avait autant détesté qu'aimé. Ce n'était plus celui qui l'appelait voisin, celui qui vivait juste en face de chez lui, celui qu'il avait maudit un milliard de fois, et à qui il avait susurré de jolis mots un autre milliard de fois. Ce n'était plus celui qu'il fallait cacher… Pourtant si, ils continuaient de se cacher même ici, alors qu'ils n'existaient même plus. Même ici, Varian refusait d'admettre ce qu'il y avait eu entre eux un jour. Est-ce que tu crois que, quelque part au fond, il pourrait t'aimer encore Harley ? Est-ce que tu crois que ce qu'il te racontait avant, c'était vrai ? Tu crois qu'il était sincère quand il t'avait dit qu'il t'aimerait toujours, même des années après, même défiguré ? Avant, tu y avais cru, ses paroles t'avaient apaisé et tu t'étais enfin senti tranquille. Harley franchit la courte distance entre lui et Varian et quatre pattes et pencha la tête pour regarder ses yeux. « Et il est où, mon voisin ? » demanda-t-il dans un souffle. Oui, il était où, ce voisin que Varian se targuait d'être ? Il était où, celui qui lui avait chuchoté toutes ces choses ? Il était où ? Harley ne le voyait pas. « Moi je le vois pas, le voisin. » chuchota-t-il.

dans le passé.
Reprends-toi, reprends-toi, REPRENDS-TOI. Harley cessa de tourner le dos à son voisin pour le regarder de haut. « Ok, cool. » D'accord, c'était le grand retour des phrases débiles et mal placées. Dire qu'en lui, il sentait son cœur battre à tout rompre, le laissant prêt à défaillir d'excitation devant la perspective de… Il avait déjà eu des plans culs mais avec Standall, ça n'avait rien à voir. C'était beaucoup plus que quelque chose de simplement charnel. Il y avait des sentiments, de la passion… Et pour une fois, il se sentait prêt à dire qu'il avait trouvé de l'amour dans les actes. Il avait voulu lui faire plaisir, il avait voulu qu'il l'aime et qu'il aime. « Enfin je veux dire que… J'ai beaucoup aimé aussi. Euh, c'était une bonne nuit quoi. Et, euh… Je suis content que tu sois partant pour remettre ça, et… Enfin voilà. » Il se tourna d'un geste un peu guindé à la fois pour dénicher son pantalon et pour se donner une contenance.


Dernière édition par Harley Weise le Sam 6 Jan - 12:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 430
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : VOCIVUS (avatar) astra (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Dim 19 Nov - 20:51

Il se surprit lui même à n'avoir aucun mouvement de recul s'approcha. Seul ses yeux se plissèrent un peu plus alors qu'il essayait de comprendre où Harley voulait en venir. Où était son voisin ? Et bien, de toute évidence, il avait finalement retrouvé la parole. C'était quoi ça encor,e un test ? Le début d'une longue tirade sur leur passé à tous les deux ? Pas de longues tirades, non, le Harley qu'il avait sous les yeux n'était plus un grand bavard contrairement à celui qu'il avait connu sur l'Arche.

« Il est mort il y a longtemps ton voisin Harley. Il a essayé de s'accrocher, tu sais. »

Pas longtemps, c'est vrai. Parce que j'ai très rapidement compris que si je ne la fermais pas, si je jouais au plus malin avec eux, je ne ferais pas long feu. Et quand je te vois aujourd'hui, je me béni d'avoir été aussi lâche et trouillard. Je n'aurais pas aimé finir comme toi Harley, vide. Au fond il espérait toujours pouvoir redevenir le garçon qu'il était sur l'Arche, mais la route pour y arriver serait longue. Et il n'avait pas encore posé le pied dessus.

Long time ago.
Mais moi ? Moi j'étais quoi Harley ? Imprévisible ? Parfois tu te plaisais à penser que oui, que tu étais au-dessus de tous ces guignols. Mais il suffisait qu'on te connaisse un peu pour qu'on comprenne comment tu fonctionnais. Tu ne te donnais pas vraiment la peine d'être fin quand tu étais agacé.
Varian haussa les épaules, le regard subitement dans le vague. Il voulait faire un truc, tous les deux ? C'était nouveau, et ça ne t'enchantais pas vraiment. Mais d'un autre côté, tu étais sûr que comme ça, Harley ne finirais pas à nouveau dans la pièce d'à côté. Ou du moins, pas avant que d'autres embrouilles lui tombe dessus. « Bon heu... » Ne pas toujours tout faire tout seul. « D'accord... » Il était très moyennement emballé, Harley avait du le sentir. Mais comprend moi Harley, je veux pas qu'il t'arrive quelque chose, moi aussi je ne sais pas de quoi je serais capable si un jour tu finissais aux portes de la mort. Il hocha de la tête  au moment où Victor réapparus. Tu en as mis du temps dis donc… « On voit ça demain, ok ? » glissa t-il à Harley avant que son beau père ouvre la porte du cabinet. « On y va les garçons ? »

Aujourd'hui.
Varian baissa la tête pour regarder le sol sans grande conviction. Pourquoi tu me regardes comme ça, hein Harley ? Tu veux que je m'excuse ? Que veux-tu que je fasse au juste ? C'est vrai qu'il y a longtemps, je t'avais juré de toujours être là pour toi mais aujourd'hui ? Regarde toi. C'était beaucoup trop compliqué. C'était trop dur pour moi, désolé. Et puis, au fond, tu n'étais plus vraiment Harley, hein ? C'est ça Varian, c'est toujours plus simple de penser des trucs comme ça que d'affronter ta propre lâcheté, hein ? Il fut un temps où l'avoir ainsi en face de lui lui aurait donné envie de poser ses lèvres sur les siennes. Et aujourd'hui ? Il n'en avait aucune envie. Parce que tout ce qu'il voyait, c'était un Harley qu'il n'aurait jamais pu aimer par le passé, par le Harley dont il était tombé fou amoureux.

« Recule, s'il te plaît. »

Long time ago.
« Une bonne nuit ? » Il enfila son débardeur en prenant grand soin de ne pas l'enfiler à l'envers. « Ouais, voilà, à refaire. » Bon dieu mais tu t'entends Varian ? Est-ce que tu t'entends vraiment ? Il avait une folle envie de se téléporter très loin de cette chambre. Entièrement rhabillé, il se tourna vers son voisin, ouvrit la bouche pour débiter encore une phrase sans sens mais la referma sans dire un seul mot. « Bon ben heu... » Ses yeux firent la navette entre les draps défaits, le voisin et la porte de chambre et il sentit de nouveau son visage prendre cette teinte tomate dont il avait horreur. « Cool. J'espère que heu… non rien. Aller, il faut que j'y aille parce que… voilà. » C'était tout à fait clair ce que tu viens de dire tient. Il se pencha vers Harley pour lui déposer un baiser rapide sur les lèvres. Putain, tu viens de faire quoi là ? Varian ! Varian reprend toi bon sang ! « Merde pardon... » Ok, il n'en pouvait plus, il tourna les talons et fonça vers la porte de sortie (qui semblait briller de mille feu, telle une belle porte menant au niveau final d'un super jeu vidéo) et fonça chez lui avant de gaffe encore une fois ou de cafouiller des phrases sans aucun sens.

Une semaine. Bon sang ça faisait une semaine. Qu'il le voyait presque tous les jours, dans les couloirs, en sortant ou en rentrant chez lui… Et à chaque fois, c'était la même chose. Il piquait un fard tellement violent qu'il avait l'impression de fondre du visage. Il ne disait pas un mot – il ne lui en avait pas dis un seul depuis cette fameuse nuit – et fuyait son regard. Et c'était étrange, parce que tu n'avais jamais eu ce comportement avec personne d'autre avant. Même avec Cara quand vous l'aviez fais la première fois, le lendemain avait été un lendemain normale, comme les autres, idem pour les jours qui avaient suivis et vous étiez restés amis même après coup. Et là… Tu savais que tu étais comme ça parce qu'il s'agissait de lui. « Crotte... » Et ce jour là la porte de la cabine des Standall refusait de s'ouvrir du premier coup. Et il l'avait clairement vu à l'autre bout du couloir. Il l'entendait se rapprocher et comme à chaque fois il… ne pouvait pas le voir. Les yeux rivés sur sa porte, attendant qu'il passe et entre chez lui, Varian se sentait franchement con. Il est derrière toi, je crois qu'il ne bouge pas d'ailleurs… « S-salut Harley. » fit-il sans se retourne pour autant. Bon sang, ça faisait du bien de lui parler, juste un peu. C'était les premiers mots qui lui lâchait depuis cette nuit-là. Putain, mais tu vas t'ouvrir foutue porte de merde ? Il donna un violent coup de pied dans ladite porte avant de jurer une nouvelle fois dans sa barbe.  


Dernière édition par Varian Standall le Sam 6 Jan - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Harley Weise


Messages : 302
Date d'inscription : 30/06/2017
Ft : César Domboy.
Crédits : .ipar haizea (avatar)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Lun 20 Nov - 21:46

dans le passé.
« Mais c'est bon, y a personne. Ramène-toi qu'on en finisse. » Harley attrapa Varian par les hanches et le tira en arrière, le forçant à refermer la porte qu'il était en train d'ouvrir. Il avait envie de sentir son dos contre son torse là tout de suite, de lui embrasser la nuque sans plus s'arrêter, de plonger son visage dans ses cheveux et tout oublier. Il ne voulait plus attendre, plus maintenant qu'ils étaient seuls, tous les deux, sans personne pour venir les emmerder. Les faux-semblants et les jeux de rôle de la journée lui pesaient tout au long de la journée, pendant qu'il prétendait n'être que le voisin en mauvais termes avec Varian. « Tu sais combien j'ai rêvé ça toute la journée ? » Il lui glissa un baiser à la naissance du cou, marmonnant les mots dans son oreille. « Me fais pas languir plus Standall, s'il te plaît. » Il lui glissa d'autres baisers, absolument persuadé d'être seul avec son petit-ami, seul jusqu'au lendemain où il pourrait s'esquiver discrètement au matin. « Aller, s'il te plaît… » Il chuchotait toujours, son nez frôlant l'oreille de l'autre garçon. « Aller Varian... » Varian, juste pour lui, juste pour eux, dans leur intimité la plus profonde. C'était un cadeau pour toi, le Varian, juste pour toi, parce que ça me donnait l'impression qu'on était plus proches que jamais. Jamais dehors, et jamais dans nos conversations normales, je ne t'aurais appelé ainsi.

dans le présent.
Mort ? Mort ? Il était mort, mon voisin ? Il n'était pas mort, il était juste là, juste sous mes yeux, tout près. Si près que j'aurai pu le toucher, le caresser, effleurer ses mains meurtries. Il n'était pas mort puisque je pouvais le voir et me sentir si bizarre à ses côtés. « … Mo-mort ? » Trop proche, beaucoup trop proche pour que ce soit communément acceptable, Harley continua de fixer Varian entre ses mèches rebelles, les yeux grands ouverts sur les tréfonds de son incompréhensions. Non, il ne comprenait pas, son cerveau bizarre refusait de saisir le sens et les nuances des propos de son ancien voisin. Recule, s'il te plaît. Tu l'as entendu, Harley ? Il veut que tu recules, que tu le laisses. Que tu obéisses. Toi aussi tu as envie d'obéir, regarde comme tu trembles de rester là, de refuser d'obtempérer... Tu sais ce qu'il se passe quand tu fais ta mauvaise tête Harley ? Tu sais ce qui arrive ? Mais oui tu le sais, tu es intelligent pour cela, Harley. C'est bien, recule Harley, bon garçon. Gentil Harley. Il asséna une violente pichenette sur le nez de Varian et se redressa d'un coup. « C'est pas vrai, t'es pas mort ! Tu me l'as dit. Tu m'as dit « Mais putain, ferme-la, je suis pas mort » ! Tu me l'as dit ! » couina-t-il dans un bizarre mélange de colère et de désespoir. Il les planta là pour se réfugier dehors, près du brasier. Assis tout près du corps en flamme du géant aux yeux de glace, je fixai l'apocalypse à échelle réduite que j'avais créée. Parfois j'y songeai, à me jeter dans les flammes ou du haut du falaise, à tailler mes veines pour en finir. Pour me sentir enfin tranquille, enfin mort. Je ne le faisais pas pare que j'étais un lâche et un trouillard, et parce que quelque part je continuais de rêver de demain, de ce qui pourrait arriver. Je n'avais pas beaucoup d'espoir mais j'avais toujours été un rêveur et même aujourd'hui, même avec toutes ces limites, je continuais d'attendre la fin de la nuit.

dans le passé.
« Euh ouais, à refaire… euh, un jour. » En slip devant un Varian Standall paré de pied en cap, il rougit de nouveau et se hâta d'enfiler son pantalon, le mettant d'abord à l'envers. « Merde... » Il se battit inutilement contre le traître vêtement et fut pris par surprise par Varian qui lui colla un baiser sur les lèvres. Il balança deux-trois autres trucs pas clairs avant de décamper pour de bon, laissant Harley seul au milieu de ses draps défaits. Pourtant, le jean toujours à l'envers et à moitié enfilé, celui-ci finit par se fendre d'un grand sourire bientôt suivi d'un petit rire. Il se laissa tomber sur le lit et fixa le plafond. « Harley ? Toujours au lit ? » Jan Weise ouvrit sa porte et fixa son fils avec son habituelle et exaspérante perplexité. « Qu'est-ce que tu fabriques ? » « Je baise. » Le paternel leva les sourcils et sa perplexité laissa place à la phase deux, une sorte de mélange entre l'exaspération et le dégoût. « Ton pantalon est à l'envers. » « Ouais. » « Et ne ramène plus de fille chez moi, Harley. » « Pas de soucis. » Du coup, un mec…?

une semaine. Pressé, Harley traversa la moitié de la station pour rentrer chez lui. Une semaine qu'il avait tripoté Standall dans sa piaule, une semaine que ça lui hantait l'esprit, une semaine qu'il s'arrêtait au coin du couloir pour vérifier qu'il n'y avait pas d'embûches, qu'il pourrit rentrer chez lui discretos pour ne plus en sortir avant le lendemain matin. En gros, Harley Weise évitait son voisin parce qu'il ressentait un mélange de honte, de gêne et d'excitation qui ne lui disait qui vaille. Mais cette fois-ci, il lui manquait un truc important, toujours caché sous son lit, et il lui fallait illico ou sa vente foirerait. Et ça, pas question. Au détour du couloir, il l'entrevit bien et il fut bien tenté de faire volte-face comme toutes les autres fois, d'attendre un peu… Hé mec, prends ton courage à deux mains quoi, merde. T'as des couilles ou pas ? Rougissant légèrement par avant, Harley se lança dans le couloir en fixant le sol, priant pour que Standall ouvre cette putain de porte et rentre chez lui. Qu'est-ce que tu branlais à la fin, à tripoter ta porte ? Trop tard. « Euh ouais salut. » répondit-il d'un ton bourru. Okay t'es grillé, tu peux plus te cacher. Harley se retourna lentement et s'appuya contre sa porte tout en regardant Varian foutre un grand coup de pied dans la sienne. « T'es coincé dehors mec, pas de bol. » Éviter le sujet, éviter le sujet, avant de… Trop tard, il rougit encore davantage. « Euh… Tu veux venir chez moi en attendant que quelqu'un d'autre rentre chez toi ? » EXCELLENTE IDÉE, HARLEY. L'inviter chez toi, parce que l'ambiance gêne n'était déjà pas à son maximum tiens. Bravo, bravo. « Enfin, euh… Si tu veux... »


Dernière édition par Harley Weise le Sam 6 Jan - 12:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 430
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : VOCIVUS (avatar) astra (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Lun 20 Nov - 22:58

Long time ago.
« Toute la journée ? T'es insatiable voisin. » Il esquissa un sourire en sentant un nouveau baiser d'Harley sur sa nuque. Seuls, ils l'étaient, il en était sûr et certains. Et puisque Harley semblait penser la même chose… Sa sœur était chez une amie, ces parents étaient partis travailler il y a moins de dix minutes et ne rentrerais que le lendemain, en toute fin de matinée. Bref, ils avaient largement de temps. Il se retourna, plantant un baiser avide sur ses lèvres. « Mais j'aime ça. » Moi aussi j'y ai pensé toute la journée. Parfois j'me dis que c'est terrible à quel point j'aime être avec toi. Je n'ai jamais tenu aussi longtemps avec quelqu'un tu le sais ça Harley ? J'aime chacun de ces moments passés avec toi, tous sans exception. « Viens par là... » Il l'entraîna dans sa chambre, claqua sa porte sans la moindre douceur et se retrouva de nouveau collé à son petit ami, ses mains se faufilant sous son haut. De temps en temps il lui arrivait de penser à leur première fois. Il en riait presque, parce qu'aujourd'hui la gêne s'étaient envolée pour de bon. « J'crois que j'vais te faire attendre encore un peu Harley, j'aime bien te voir dans cet état. » Il le cloua sur son matelas, multipliant les baisers sur son torse et dans le cou. « Pis ce soir, tu me laisses faire. » murmura t-il au creux de son oreille.

La jeune fille était un peu triste que son amie soit tombée malade. Du coup, pas de chouette soirée entre filles. Tant pis, elle avait son frère, peut-être joueraient-ils tous les deux à un de ces jeux ? Quand elle entendit la porte de leur appartement claquer, elle releva la tête de ces livres de cours. Ah, enfin, il était rentré ! Alors qu'elle s'apprêtait à l'accueillir à coup de câlins elle entendit une autre voix. Harley ? Tu fais quoi ici à cette heure ? Finalement Kimi Standall ne sortit pas de sa chambre. Elle n'en eut pas le loisir. Rouge tomate et gênée comme jamais elle se glissa sous sa couette avec un livre, l'air de rien. Faire comme si de rien n'était, faire comme si elle n'avait rien entendu dans le couloir… Trop tard. Elle attrapa son casque, son baladeur audio et se l'enfonça sur les oreilles. Elle monta le volume à fond et opta pour une musique bien rock. La dernière chose qu'elle voulait entendre c'était son grand frère chéri s'envoyer en l'air avec son nouveau meilleur ami.

Bip. Bip. Bip. Bip. Sa montre sonna à neuf heures pétante. C'était au cas-où, pour éviter de se faire surprendre quand les vieux rentreraient du boulot vers midi. À contre cœur il se détacha de son petit ami et il assena un coup un peu brutal à sa montre et se retourna vers le garçon qui dormait (encore?) dans son lit, juste là, à ses côtés. Il lui passa une main sur la joue, dans les cheveux et se perdit instants sur ses omoplates. Les lendemains comme ça était les meilleurs. Parce qu'il commençait sa journée avec la plus belle des choses que cette capsule flottante dans l'espace ait pu offrir. Lui. « Faut s'lever... » chuchota t-il. « J'ai genre, trop faim. » Nouvelle myriade de baisers sur le haut du dos. On peut en profiter Harley, on est rien que tous les deux, toi et moi… si c'est pas génial.

Aujourd'hui.
La pichenette d'Harley sur son nez encore endoloris lui arracha un petit couinement de douleur et Varian fronça les sourcils.

« Mais tu le fais exprès d'être con ou quoi ?! »

Sa voix avait de nouveau grimpé, malgré tous ses efforts pour se contenir. S'il ne pouvait même plus saisir de simples images… Merde Harley, mais merde quoi ! C'est à croire que tu le fais exprès ! Il s'était relevé pour le suivre dehors et le retrouva planté devant le brasier qu'ils avaient gaiement allumé un peu plus tôt. Les bras croisés, Varian s'arrêta à une distance raisonnable de son ancien voisin.

« C'était une… métaphore. »

Bon sang. Il se sentait bête d'expliquer ça à haute voix. Mais tu te sentais obligé, hein Varian ? Va savoir, tu ne voulais pas le laisser avec des idées étranges en tête. Tu ne voulais pas qu'il s'en fasse, qu'il ne soit plus mal qu'il ne le soit déjà.

« L'ancien moi n'est plus là, c'est tout. Comme toi, c'est la même chose. »

C'est qu'il t'avait donné envie de chialer comme une fillette en plus de ça. Les yeux rivés sur le dos d'Harley, il hésitais entre poursuivre son monologue ou retourner à l'intérieur. Sans doute qu'il le faisait bien chier, quoi que… Il n'en savait rien. Ce n'était pas comme autrefois où il arrivait à deviner le fond de ses pensées. À peu près du moins. Là, c'était compliqué.

Long time ago.
Sa porte devait comprendre tout l'enjeu qui se jouait dans ce couloir. Elle était de mèche avec son voisin. Tout ça, ce n'était qu'un complot… Est-ce que tu t'entends penser Varian ? C'est une porte. Une stupide porte. Si elle bloque, c'est juste que son système est défectueux. « C-chez toi ? » Les images de leur dernière soirée ensemble défilèrent à toute allure dans sa tête et Varian du prendre sur lui pour ne pas fondre littéralement avant de se jeter dans ses bras. Il resta calme (ou du moins, d'un point de vue extérieur) et se pivota lentement pour lui faire enfin face. Il passa une main dans ses cheveux pour se donner un air décontracté (mais il ne l'était pas, il fallait être aveugle pour ne pas le remarquer) et prit une petite inspiration avant d'enfin formuler une réponse claire. « Je veux bien, merci, c'est très gentil de ta part. » Il avait envie de se foutre des baffes. Vraiment, mais au lieu de ça sa démarche de robot avait pris le dessus et il entra chez les Weise, une nouvelle fois. Je n'aurais jamais mis autant les pieds ici qu'en une semaine… « Tu… Tu as passé une bonne journée ? » Il avait essayé d'avoir l'air cool le moins gêné possible et s'était installé sur une chaise dans la cuisine. Il n'osait pas aborder ce qu'il avait fait l'autre jour. Il n'y arrivait pas. Pourtant, ils allaient bien devoir en parler. Il t'a même proposé de remettre ça, et tu étais loin de ne pas vouloir… « Bon, aller je... » C'est bien, prend les devants Varian. « Je me jette à l'eau. Je t'ai ignoré pendant une semaine, mais c'est qu'en réalité j'étais juste mal à l'aise de ce qu'on avait fais. » Tu n'avais pas bégayé une seule fois. Et tu en étais fier. « J'ai pas envie d'être un simple plan cul. » Ah, c'était donc ça qui te tracassait Varian ? Le voilà le fond de ta pensée. Le reste, tu t'en foutait un peu, mais ça, ça c'était important ! Tu voulais être quelqu'un pour lui. Et tu voulais qu'il devienne également quelqu'un pour toi, c'était aussi simple que ça. Voilà.


Dernière édition par Varian Standall le Sam 6 Jan - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Harley Weise


Messages : 302
Date d'inscription : 30/06/2017
Ft : César Domboy.
Crédits : .ipar haizea (avatar)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Sam 25 Nov - 11:04

dans le passé.
« Salopard... » marmonna-t-il en serrant les dents, excité comme une puce au contact du torse de Varian sur le sien. Il le voulait plus près, encore plus près, jusqu'à fusionner avec lui, ne faire plus qu'un avec le seul capable de le mettre dans un état pareil. Tu étais l'une des seules choses de bien dans ma vie Varian, et tu étais ma seule faiblesse aussi. Qu'on me frappe, qu'on démolisse mon corps, qu'on me casse et qu'on me disperse au vent, je m'en fichais. Qu'on tue mon père, qu'on me l'enlève, qu'on me laisse plus seul que je ne l'étais déjà, je pouvais dire oui. Qu'on me rende dingue, qu'on me détruise, je pouvais l'admettre. Mais toi ? Tu sais, parfois j'imaginais qu'on t'enlevait à moi pour une quelconque raison. J'imaginais qu'on te jetait dans l'espace comme ma mère des années auparavant, te laissant dériver dans la solitude la plus extrême au milieu de l'infini… Tu sais alors ce qui me venait à l'esprit ? Rien. Rien, parce que ce rien serait ce moi sans toi. Je n'existerais plus si tu n'étais plus là, je serais mort, pour de bon, pour de vrai. Je n'avais jamais su me passer de toi Standall, jamais, et je n'en serai jamais capable. Si tu disparaissais, je disparaîtrais avec toi, quand bien même mon corps existerait toujours.

« Putain de montre... » Harley se retourna sous la couette en bougonnant quelques mots incompréhensibles et se cacha sous un oreiller dans le mince espoir d'atténuer le bip stridente de cette stupide montre que son voisin s'obstinait à porter. En soupirant, il balança le coussin hors du lit et resta étendu sur le ventre, les yeux fermés. J'esquissai un léger sourire en sentant ta main effleurer ma joue puis balayer doucement mes cheveux. C'était les matins comme ça que je préférais, avec juste le sentiment d'être aimé, d'avoir ma place quelque part, avec toi. Je ne te le disais jamais vraiment mais j'aimais chaque instant avec toi. Quand on s'échangeait un sourire discret, quand on faisait un truc tous les deux, quand on bavardait, quand on dealait, quand on faisait l'amour… Faire l'amour, c'était ça. Avec tous les autres, ça n'avait été que des parties de baise, pour les sensations, parce que ça occupait et que c'était drôle. Avec toi, tout prenait du sens, je pouvais comprendre pourquoi on donnait un aussi joli nom à quelques acrobaties dans un lit. Harley frémit sous les baisers de Varian et roula vers lui sans douceur, un petit sourire de gamin sur le visage. « Trop faim de quoi ? De moi ou de p'tit déj' ? » Écrasant vaguement son voisin de pallier, l'Archéen se redressa sur un coude et posa un baiser furtif sur les lèvres de Varian… avant de recommencer, encore et encore. Dans un rire léger, il se blottit enfin contre lui. Oui, on avait le temps. On n'allait que très peu chez moi à cause du paternel imprévisible, toujours prompte à rentrer à des heures indues et à ne pas se gêner pour venir jeter un coup d’œil dans ma chambre. Chez toi en revanche, c'était beaucoup plus safe avec tes parents réglés comme des horloges. Quant à ta sœur, je savais toujours où elle se trouvait vu qu'elle me racontait tout. « Tu ne me quitteras jamais, hein ? » La question était sortie toute seule, avec au fond une légère touche d'inquiétude. Harley se redressa d'un coup et se fendit d'un nouveau sourire. « Enfin allons déjeuner, j'entends ton bide qui crie famine là-dessus. » Pour changer de sujet et appuyer ses propos, il tapota le ventre de son petit-ami en ricanant.

dans le présent.
Il ne faisait pas exprès d'être con, c'était ce qu'il était devenu pour se protéger, et peut-être aussi parce que le fragile équilibre qu'il avait vainement protégé sur l'Arche avait enfin fini par se rompre. À quel moment j'avais perdu Harley pour devenir cet esclave de vingt-quatre ans qui se comportait comme un petit garçon ? Je ne sais pas. Je ne sais pas quand est-ce que Harley avait choisi de se cacher, de s'effacer juste au cas où, pour ne plus voir, ne plus entendre et ne plus comprendre. Moi je savais, je savais tout. J'étais à la fois Harley et Harley, l'ancien et le nouveau, le vrai et l'enfant. J'étais le Harley des deux temps, l'intelligence violente et la naïveté enfantine. J'étais cet étrange mais acceptable Harley du passé et cet insaisissable du présent. Moi je voyais ce que j'avais perdu et ce qui restait inaccessible. Une métaphore. L'esclave ne bougea pas d'un pouce aux mots de Varian mais quelque part, il se sentit reconnaissant qu'il l'ait suivi dehors. « Ah... » Sa voix trembla un peu alors il se tut de nouveau. « Mais il reviendra un jour ? Varian reviendra ? » demanda-t-il à voix basse, comme s'ils parlaient d'un secret bien gardé. Dans sa voix aux accents enfantins traînait la même inquiétude que des années plus tôt, sur l'Arche. Pas une inquiétude, une angoisse. Une violente angoisse. « Parce que moi… Moi je l'attends. » Et si... Il hésita, suspendit son geste un instant puis se retourna pour lever les yeux vers Varian. « Si tu n'es pas Varian, alors… Alors tu es qui ? » Et moi, je suis qui si je ne suis plus l'ancien Harley ? Si je ne suis plus moi, alors qui je suis ? Qui sommes-nous, sinon deux inconnus ? Il frissonna dans l'air glacial de la nuit typique d'Azgeda. « E-et moi ? »

dans le passé.
« Euh oui, chez moi... » Voilà, je me sentais déjà gêné d'avoir proposé ça et maintenant je me sentais en prime idiot. Varian accepta d'une manière fort guindé et Harley ouvrit sa porte avant de s'écarter pour le laisser passer, le cœur battant et des idées un peu déplacées – et franchement gênantes – en tête. Il suivit son voisin jusqu'à la cuisine, restant planté au milieu de la pièce minuscule pour regarder partout sauf le principal sujet. Qui prit la parole pour asséner une bonne claque à Harley. Mal à l'aise de ce qu'on avait fait ? Il n'aurait jamais voulu ressentir cette déception qui lui creusa un trou dans le cœur aux paroles de Varian et pourtant… Elle était là la vérité. Il attendait la suite en silence, le visage complètement inexpressif et les yeux posés sur un vulgaire aimant girafe que son paternel avait déniché des années plus tôt. « Un plan cul ? » demanda-t-il d'une voix blanche. « Tu crois franchement que je me tape des mecs toutes les semaines histoire de passer le temps ? Tu m'as pris pour quoi au juste, Standall ? » C'était assez étrange de voir Harley parler avec une voix aussi douce, aussi basse. « Désolé pour toi si t'as cru que t'étais un coup d'un soir pour moi, ou que je me couchais avec des hommes juste pour le fun. » Tu m'as pris pour quoi, Standall ? Je te donnais vraiment l'impression d'être du genre à baiser des gars parce que ça me plaisait, et que j'avais trouvé ça drôle de faire ça avec mon cher voisin ? Parce que je ne touchais pas aux hommes moi, j'étais pas comme ça. Plan-cul. Le mot l'avait blessé et ça se voyait dans son regard. Enfin je croyais que j'étais pas comme ça. Il attrapa ce fichu magnet girafe et le retourna entre ses doigts, regardant ailleurs.


Dernière édition par Harley Weise le Sam 6 Jan - 12:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 430
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : VOCIVUS (avatar) astra (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Sam 25 Nov - 14:48

Long time ago.
« Mmh, des deux je suppose. » murmura t-il. Je t'aime Harley, tu le sais ça ? Que je suis amoureux de toi ? Je ne te l'ai encore jamais dis, sans doute parce que… Je sais pas, j'attends le bon moment. Je ne sais pas quand il viendra ce bon moment. Peut-être que j'ai peur aussi de te balancer ça comme ça ? De mal le dire, de tout bâcler… Du coup, j'attends. Il le laissa l'embrasser encore et encore, un sourire heureux sur les lèvres. « Nope, jamais. » Et comment pourrait-il hein ? Il était gaga d'Harley comme un enfant de son doudou. Chaque jour la perspective de pouvoir le serrer contre lui une fois sa journée terminé faisait de lui le garçon le plus heureux de l'Arche. « Ouais... » Il se leva avant d'enfiler un caleçon et un de ces tee shirt trop large. Il se pencha pour lui déposer un baiser furtif sur les lèvres. « On mange un truc et si t'es sage... » Petit clin d’œil avant d'ouvrir la porte de sa chambre. « Non parce que j'avoue que j'ai bien env… Kimi ? »

Sa sœur se tenait là, assise à la table de leur petite cuisine, un bol sous les yeux, un livre dans une main et une cuillère dans l'autre. Attend… Elle est pas censé être chez son amie là ? « Kimi ? » « Salut frérot ! » Il hésita deux secondes à refermer la porte de sa chambre et à y rester cloîtrer toute la journée. Mais après tout, peut-être venait-elle juste de rentrer ? Peut-être que… Il se sentit devenir blême mais ne se laissa pas démonter. « Alors ta soirée ? » Sa voix était… étrangement basse, avec un poil de gêne. Mon dieu Harley reste dans la chambre… « Oh, mon amie est tombée malade, je suis resté là et j'ai pu finir le livre qu'Harley m'avait prêté. » « Qu... » Soudain, ce fut comme si des milliers de regards étaient braqués sur lui, attendant une réaction. Sauf que sa bouche s'ouvrit sans qu'aucun son n'en sorte. Elle. Était. Restée. là. Toute. La soirée. Sa petite sœur. Sa gentille, douce, innocente petite sœur était… Clairement sa peau n'était plus pâle comme la mort mais rouge tomate. Il n'arrivait pas à déchiffrer l'air qu'elle avait sur le visage en cet instant. Elle cherchait visiblement ses mots, tout comme lui. Peut-être qu'elle a rien entendu ? « Tient, coucou Harley ! J'ai adoré ton livre ! » C'est bon, il avait définitivement envie de s'enterrer vivant quelque part loin d'ici.

Aujourd'hui.
« Est-ce qu'il... »

Les mots restèrent bloqués dans sa gorge.

« Tu l'attends ? »

Oh bordel Varian. Varian… Tu avais sentis les larmes te monter aux yeux de manière presque immédiate quand il avait prononcé ces mots. Et tu avais lutté pour qu'elles ne se versent pas. Pleurer ça ne te ressemblait pas. Tu avais pleuré quand il t'avait frappé, mais c'était légitime. Là ? Pleurer pour ça ? Pourquoi tu devais endurer ça, pourquoi ? Pourquoi est-ce que le mauvais sort s'acharnait-il contre toi ?

« Il… Tu... »

Ses mots se perdaient avant même qu'il ne puisse les prononcer. Rendez moi mon Harley. Pitié. Rendez le moi. Je serais prêt à tout pour ne voir ne serait-ce qu'une partie de lui. Regarde Varian, tu pleures. T'as l'air sacrément con aussi, planté comme ça avec cet air dévasté sur le visage. En fait c'est ce que tu es, con. T'es con d’espérer qu'un jour ta vie redeviendra comme avant, con d’espérer qu'Harley refasse surface. T'es un connard, juste un hypocrite et tout ce qui t'arrive, tu l'as bien cherché. C'est pour tous les gens que tu as pu blesser sur l'Arche, ceux que tu as envoyé à la dérive et pour t'être enrichis en te servant des merdes des autres. Tout ce qui arrive, ce n'est que le juste retour des choses. Tu aurais du écouter ta mère, être sage, et rester dans les rangs. Il essuya ses larmes avec un bout de sa manche.

« Au fond, on a peut-être eu que ce que l'on méritait... »

long time ago.
Varian secoua la tête. En fait, il n'en savait rien. Il se baisait sur ces propres expériences, autant dire, aussi courte que rare parce qu'il avait toujours été trop compliqué comme garçon et sur la réputation de son voisin. Ce n'était un secret d'état pour personne qu'Harley enchaînait les conquêtes. « Tu…. Tu m'apprécie pour de vrai ? » Il peinait à y croire. Il fallait que tu ouvres les yeux, que tu comprennes que ce soir là, tu n'avais pas été le seul à vraiment aimer tout ça, à être vraiment heureux dans le lit de quelqu'un. Son regard s'était perdu sur le bibelot qu'Harley tenait entre ses doigts et l'étrange gêne qu'il avait traîné jusque là se dissipa lentement. « J'me sens terriblement con là. Bon, je le suis. Un peu. » Mon dieu, de l'autodérision. Tu as autre chose de surprenant en stock Varian ? Il se leva de sa chaise pour regarder ses pieds.  « J'étais confus l'autre soir. La tête ailleurs et.. » Pourquoi tu te sens toujours obligé de tout justifier, hein Varian ? « Je suis désolé, d'accord ? » Oui Harley j'ai terriblement envie d'être avec toi, voilà tout. C'est juste que moi j'arrive pas à mettre des mots dessus, à me faire à l'idée. Et toi visiblement… Je sais pas, mais toi aussi y'a quelque chose qui te gène là-dedans, non ? Ou je suis seul à me triturer l'esprit alors que tout est pourtant si simple. Pourtant durant cette longue semaine il s'était surpris à y penser plus d'une fois. De se demander ce que cela faisait de vivre quelque chose avec le garçon qu'il avait aimé détester pendant tant d'année. Et ça faisait drôle, de penser à tout ça. Être en couple avec Harley Weise, ça faisait quoi au juste ?


Dernière édition par Varian Standall le Sam 6 Jan - 12:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Harley Weise


Messages : 302
Date d'inscription : 30/06/2017
Ft : César Domboy.
Crédits : .ipar haizea (avatar)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Sam 25 Nov - 19:40

dans le passé.
« Et c'est moi qui suis insatiable ? Tu parles... » Il bougonnait pour la forme tout en enfilant un caleçon et un sweat trop grand qu'il laisserait de toute façon grand ouvert quand Varian s'interrompit pour balancer un prénom. « … Quoi Kimi ? » La vérité, c'est que d'un seul coup, il n'avait aucune envie de savoir. Il ne voulait pas avoir à imaginer pourquoi son petit-ami balançait le nom de sa sœur comme ça, de bon matin, en ouvrant sa porte. Il ne voulait pas songer à ce que ça pouvait signifier, à ce que… Mais si, Harley Weise avait très bien compris. Et là, tu t'es senti baisé – sans mauvais jeu de mots – c'est ça Harley ? Vous deux et vos précautions redoutables, vos plans limite machiavéliques pour cacher votre relation… Tout ça tombait à l'eau d'un seul coup, vous laissant comme deux cons dans la cabine de Varian. C'est bien cela ? Et puis la voix de Kimi, pour de vrai, démolissant les minces et stupides espoirs qu'Harley avait pu avoir. Parler de gêne pour décrire ce qui envahit l'Archéen à cet instant serait un euphémisme. De sa vie, il n'avait ressenti cela qu'une seule fois : le lendemain de sa première fois avec son voisin de pallier. Il jeta la capuche trop grande de son sweat sur sa tête dans l'idée naïve de cacher ses pommettes cramoisies et résista à grand peine à tirer sur les ficelles pour disparaître à jamais dans les méandres du vêtement. « Salut Kimi… Euh, content de savoir que ce livre t'a plu. Je te prêterai volontiers la suite si tu le désires et, euh, je peux aller la chercher tout de suite si tu veux. Je venais rendre un livre de classe à ton frère. » Un livre de classe. À Varian. À neuf heures du matin. Alors qu'ils avaient tous les deux fini leurs études. Le tout vêtu d'un simple caleçon et d'un sweat grand ouvert. Oui, bien sûr Harley. Oscar de la meilleure excuse de l'année. Sans parler de son ton guindé et des mots jetés à toute allure, comme une récitation. « Hum du coup… Je peux peut-être rentrer chez moi et, euh... » Disparaître à jamais… Mourir, c'était une plutôt chouette alternative là tout de suite.

dans le présent.
S'ils avaient eu ce qu'ils méritaient… Pourquoi ? Qu'avions-nous fait susceptible de nous jeter en Enfer ? Quel pêché pouvait être assez grave pour mériter un tel avenir ? Qu'est-ce qui, dans nos vies passées, avait pu nous mener à l'esclavage et à notre disparition la plus simple ? Est-ce qu'on avait mérité nos vies ici bas ? Est-ce que j'avais mérité d'être moi sans être moi, et de revoir un Varian qui n'était plus Varian ? Le silence donna l'impression de s'éterniser entre eux tandis que Harley fixait les flammes sans ciller. « Oui, je l'attends moi Varian. » Il hésita un grand moment avant de se lever et de s'approcher de Varian. « Mais sois pas triste. Il reviendra, il me l'a dit il y a longtemps. » Il renifla et afficha un petit sourire candide, renversant de naïveté. « Il m'a dit qu'il ne me quitterait jamais… Alors tu vois, il reviendra, non ? Je l'attends. » Harley contourna Varian pour rentrer à l'intérieur. Nous n'étions plus personne, ni l'un pour l'autre, ni pour les autres, mais je pouvais attendre que Varian revienne. Je pouvais aussi apprendre à te connaître, qui que tu sois, et tu pouvais faire de même avec moi. Nous pouvions bien être nous, en attendant le retour de ceux du passé. S'ils ne s'étaient pas définitivement perdus en chemin. Le cœur plus en paix, Harley rejoignit Luna qui tapota sèchement le sol à ses côtés. Bonne nuit Varian, où que tu sois.

dans le passé.
Harley se renfrogna un peu plus. « Tu veux une preuve écrite, peut-être ? » Il croisa les bras, serrant fort l'aimant dans le creux de sa main. « Mais bon, si tu étais confus l'autre soir alors... » Un sourire moqueur lui échappa. « J'imagine que je peux accepter tes excuses. » Il se sentait toujours mal à l'aise mais ce n'était plus vraiment de la gêne maintenant que les choses étaient dites. Et puis reprendre une conversation plus normale l'aidait aussi à reprendre contenance. Une conversation normale. Comme s'il pouvait y avoir une conversation normale entre deux garçons ayant couché ensemble et mettant les points sur les I. À quel moment t'étais devenu ce type, Harley ? À quel moment tu t'étais dit que c'était une bonne idée de coucher avec Varian Standall, de lui offrir n amour dont tu ne te pensais jusque là même pas capable ? Et pourtant tu l'avais fait. Pour la première fois de ta vie, tu avais offert un amour inconditionnel et généreux le temps d'une nuit, dans l'unique désir de faire plaisir à ton partenaire. Que celui-ci soit un homme et qu'il s'agisse en prime de Varian Standall… Est-ce que cela avait une véritable importance ? Pour toi oui, et ça en aurait aussi pour les autres, tu le savais. Tu aimais pour la première fois mais personne ne le saurait jamais. Il prit brusquement son courage à deux mains et s'approcha de Varian, perché sur l'un des tabourets de la minuscule cuisine, pour lui déposer un baiser délicat sur les lèvres. « Voilà, comme ça c'est officiel... » Il recommença plus longuement, et alla en s'enhardissant. Tu aimais quand je t'embrassais, Standall ? Parce que tu ne pouvais pas imaginer ce que ça me faisait à moi. Je trouvais une vraie tendresse là-dessus, et beaucoup plus de plaisir, beaucoup plus… d'attirance. Ce n'était pas quelque chose de forcé, de t'embrasser Standall. Non, c'était naturelle, comme si ça avait toujours fait partie de moi, de nous. J'avais embrassé une tonne de filles avant toi mais je n'avais jamais eu cette petite étincelle qui faisait que. Maintenant, je comprenais beaucoup mieux.


Dernière édition par Harley Weise le Sam 6 Jan - 12:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 430
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : VOCIVUS (avatar) astra (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Sam 25 Nov - 22:18

Long time ago.
Kimi reposa sa cuillère et le livre qu'elle avait entre les mains pour leur jeter un regard amusé. Parce qu'elle trouvait ça drôle peut-être ? Harley débita la pire excuse du monde (mais il ne pouvait pas lui en vouloir, lui-même n'avait aucune idée de comment se sortir de là brillamment) et il sentit ses joues s'embraser de plus belle. Oh bon sang… c'est un rêve, hein ? Dites moi que je suis toujours dans mon lit, et que tout ça n'est qu'un vilain rêve. Il secoua la tête, déconcerté et tira une chaise. « Je vois... » Et elle avait éclaté de rire. Pas un rire méchant, pas un rire pour se payer leur tête. Mais le rire d'une personne vraiment amusé par la situation. « Heu je… » Il regarda Harley, un air confus, gêné au possible sur le visage. Sans trop s'en rendre compte il s'était placé devant lui et zippa son sweat en vitesse. T'en a déjà trop vu à mon goût sœurette. Et trop entendu. Et merde. « S'il te plaît Kimi. Ne… ne dis rien. » Elle leva un sourcil avant de hausser les épaules, étouffant un nouveau rire. Bon, on est si drôle que ça ? Non, au fond il sentait qu'elle était un peu gêné elle aussi, mais pas autant qu'eux. « Je ne ferais jamais ça à mon meilleur ami voyons... » Et moi alors, je compte pour du beurre ? Je suis ton frère ! Moi aussi j'étais dans cette piaule ! « Restez pas planté là, j'ai fini de toute façon. » « Ah heu… déjà ? » Ça, c'était une remarque complètement débile, il ne savait pas depuis combien de temps elle était là, dans la cuisine. « Mais du coup, V., juste un truc…. » N'importe quoi, il ferait n'importe quoi si cela pouvait… le faire se pardonner. « Remettez pas l'couvert juste après, j'aimerais bosser. » Il lâcha le verre qu'il tenait entre les mains, et ce dernier alla se fracasser par terre.

Aujourd'hui.
Varian resta longtemps devant les restes du géant. S'il avait séché ses larmes, de nouvelles avaient pris le relais et cette fois-ci il ne prit pas la peine de les arrêter. De toute façon, à quoi bon. Il l'avait eu le con. Il avait réussis à le rendre triste comme jamais il ne l'avait été sur terre. Et pourtant, il pensait que lors du combat un certains pallier avait été atteint. Visiblement, il lui réservait d'autres surprises. Il n'eut aucune idée du temps qu'il passa seul dehors, les yeux levés vers le ciel. Est-ce que l'ancien moi va refaire surface pour de bon un jour ? J'y suis presque, je sens que j'y suis presque. C'est peut-être que tu m'as trop tapé sur la caboche Harley, mais tu as réveillé quelque chose en moi. Quelque chose qui était éteint depuis longtemps.

Un courant d'air froid s'engouffra par un des nombreux trous que comportait son habit et le réveilla en sursaut. Dormait-il vraiment ? Ou s'était il juste mis à veiller devant le reste de leur bûcher macabre ? Il frissonna et se leva pour rentrer de nouveau dans la petite demeure du géant. Harley était bien là avec Luna mais Varian opta pour se poser à l'autre bout de la pièce. Avec un peu de chance, il ne les avait pas dérangé ou réveillé, quoi qu'ils soient en train de faire. Il avait ramassé la petite montre au passage et la serra fort contre sa poitrine. Elle avait fais resurgir des souvenirs magiques. Des moments qu'il avait voulu oublier pour éviter la tristesse. Et aujourd'hui il entendait de nouveau la voix de son Harley qui râler après chaque sonnerie de la montre.

« Au fond, je suis sûr qu'il l'aimait c'te montre... » murmura t-il tout bas.

Long time ago.
Officiel. L'avait-il seulement cru capable de telles choses un jour ? Non. Avait-il seulement un jour imaginé Harley Weise lui procurant de telles sensations ? Non. Il avait toujours été du genre à vouloir que tout soit bien carré, rangé. Être en couple avec quelqu'un, bien, mais il fallait que tout se fasse dans un certain ordre, net et précis. Ce n'était peut-être pas pour rien que tu n'avais jamais trop pris la peine de t'engager dans de telle situation. Une fois t'avais suffis. Après il y avait eu les simples coups d'un soir, et là aussi, il avait toujours pris garde à ne pas mélanger envie, plaisir et amitié. C'était bien simple, la vie de Varian était parfaitement calibrée, sur tous les points, jusque dans ses choix de partenaires qui, de manière assez étrange, se ressemblaient toutes. Et puis… Harley. Harley la tâche sur le tableau, celui qui avait tout balayé comme ça, d'un simple baiser. D'ailleurs il l'embrassait encore en ce moment même. Et une fois de plus, il se sentait transporté. Complètement ailleurs. Son corps tout entier semblait vibrer et ses lèvres en redemandait, encore et encore. Ce qu'il voulait s'était se perdre à nouveau contre lui, encore et encore. « Oh Harley, ne t'arrête pas s'il te plaît. Jamais. » Tu as les lèvres si douces Harley, elles ont un goût parfait. Le joue sur ses joues avait définitivement disparu maintenant qu'il avait passé une main sous son tee shirt pour l'attirer contre lui. Plus tard tu y repenserais, à ce baiser dans la cuisine. Tu l'avais presque supplié pour qu'il ne s'arrête plus. C'était aussi le moment où tu avais commencé à faire le point sur tes sentiments. Avant, tu t'en moquais, tu n'avais jamais vraiment pris de plaisir dans tout ça. Là, c'était différent. Avec lui, c'était différent. Et tu avais voulu le lui prouver, lui rendre tout l'amour qu'il te donnait. Plus tard tu te poserais aussi la question de pourquoi tu n'avais pas lâché les petits mots magiques que tout les couples se murmurait à ce moment très précis. Peut-être parce que tu avais beau être cliché sur certains points, tu ne l'étais pas pour ça. Pour une fois tu dérogeais à la règle.


Dernière édition par Varian Standall le Sam 6 Jan - 12:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Harley Weise


Messages : 302
Date d'inscription : 30/06/2017
Ft : César Domboy.
Crédits : .ipar haizea (avatar)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Jeu 30 Nov - 22:39

dans le passé.
Quelque part, Harley se sentit heureux de l'entendre dire qu'elle ne dirait rien, parce qu'elle ne ferait pas ça à son meilleur ami. Bien sûr, il était aussi soulagé et tout le tralala qu'elle n'aille pas en toucher un mot à la mère de Varian, ou à son beau-père, ou à quiconque mais… C'était peut-être la première fois que quelqu'un utilisait le terme meilleur ami devant lui pour le qualifier. Ce n'était pas moqueur, ce n'était pas insultant, c'était… Vrai. Juste vrai. Avant d'être son amant, Varian avait aussi un temps été comme un ami pour lui, ou du moins un proche avec qui il pouvait échanger quelques phrases sans que cela ne tourne au vinaigre. Mais ça n'avait jamais été son meilleur ami. Quant à Kimi, il s'était toujours un peu interroger sur ce qu'elle pouvait penser de lui. Il l'aimait, comme un frère, comme un meilleur ami, d'un amour tout à fait familial et dépourvu de la moindre arrière-pensée… Mais elle ? Là-dessus, ils avaient toujours gardé une certaine pudeur. Ils riaient ensemble, ils passaient ce qu'il aurait bien appelé ses meilleurs moments – sans compter ceux avec Varian qui entraient dans une toute autre catégorie, parfaitement incomparable – mais Kimi… Mais avec toi, j'étais resté dans le flou. Tout était étrange entre nous : notre amitié, si sincère et si soudaine, si parfaite, si enfantine, tes réactions quand je te parlais, les miennes quand tu me répondais. Beaucoup allaient imaginer d'étranges choses entre nous : tu sais, j'avais déjà entendu ces bruits de couloir, comme quoi je te mettais régulièrement dans mon lit parce que je n'étais bon qu'à ça et que tu étais une jeune fille fragile. J'avais entendu dire beaucoup de choses mauvaises, autant à ton propos qu'au mien quand nos noms étaient liés. Et rien n'était vrai. Tout était merveilleusement, fantastiquement, faux. Les autres ne savaient pas, ne comprenaient pas. Mais toi oui. Toi tu savais, toi tu pensais par toi-même, sans te laisser aller aux commérages et au poison des gens. Toi, tu étais sans doute l'une des seules filles qui savaient se défendre sur cette putain d'Arche. Le sourire vaguement niais qui naquit sur les lèvres d'Harley au mot meilleur ami fondit presque aussitôt quand la situation lui sauta à nouveau au visage, comme une bonne douche froide. Kimi savait. Ce n'était pas vraiment un secret entre eux – qu'il se tapait joyeusement son frangin, et par extension qu'il était gay – mais il n'avait jamais posé de mot là-dessus et elle ne lui avait jamais posé la question non plus. Disons que c'était resté à l'état de non-dit et que cette charmante nuit passait pour l'équivalent d'un coming-out désastreusement indiscret. Kimi les acheva par sa dernière phrase et Varian fit tomber un verre pendant qu'Harley se ratatinait en partant se réfugier sur une chaise, caché dans l'ombre de sa capuche trop grande et désireux de presque disparaître sous la table de la cuisine. Paie ta matinée.

Harley regardait en silence Kimi débarrasser son petit déjeuner, un sourire flottant toujours sur ses jolies petites lèvres, quand il osa enfin – enfin ! – parler. « Euh… Pardon pour hier soir… Enfin cette nuit… Enfin on pensait pas que t'étais là, sinon on n'aurait jamais… Enfin tu vois quoi. » Et puis le plus difficile… « Et, euh… J'espère que ça ne te dérange pas pour… Enfin, avec Varian, que… Voilà. » Il glissa un regard à Varian en train de ramasser les débris de verre. Il aurait rêvé disparaître par terre pour nettoyer des morceaux de verre lui aussi. À quatre pattes, loin du regard bleuté de Kimi, loin de l'amusement gentil qu'il pouvait lire dans ses prunelles. « Euh voilà quoi. » Il se détourna pour mettre le couvert – en terme de petit déjeuner – pour deux et farfouilla dans un tiroir dans grande motivation pour cueillir deux petites cuillères. « Tu bloques le passage, bouge ton joli cul de là où je le croque. » chantonna-t-il en poussant une fesse de Varian du bout du pied, transporté par un instant d'inconscience et d'oubli. Il se figea sur le champ en réalisant ce qu'il venait de balancer au milieu de la salle de vie des Standall, portant une main à sa bouche en fermant les yeux, et hésita sérieusement à se planter le couteau à beurre dans le cœur.

dans le présent.
« Debout ! Aller le moche, on se lève ! » Harley grimaça quand la main de Luna secoua son manteau dans tous les sens, faisant désagréablement frotter le cuir retourné contre son dos meurtri. « Aller Harley, le soleil est levé depuis longtemps ! » Elle disparut de son maigre champ de vision pour crier un agréable matin à… Et là, tu sentis ton cœur se serrer désagréablement, hein Harley ? Tu avais dormi d'un sommeil sans rêve parce que l'épuisement t'avait emporté mais les souvenirs de la veille, ou même de ces dernières semaines, te revenaient en masse. Et puis surtout, tu n'avais aucune idée de ce que tu pouvais penser de tout ça. Déjà, beaucoup de choses t'échappaient, rendues incohérentes et étranges par son cerveau et ses déviances. Varian était là, sous tes yeux, mais il était mort il y a longtemps. Pourtant, tu avais promis au Varian-bis que tu l'attendrais le temps qu'il faudrait, juste parce que lui te l'avait promis. Et le Varian devant toi, qui était-ce ? Harley glissa les doigts dans sa tignasse emmêlée et tira dessus dans l'espoir de faire taire ces pensées trop compliquées. Mais trop tard, il avait croisé le regard de Varian, ou de celui qui jouait le rôle de Varian en attendant que le vrai revienne parmi eux, et il se sentit mal à nouveau. Et honteux. J'avais honte d'être moi devant Varian. J'avais honte de ressembler à ce Harley-là, d'être ce Harley-là dans le moindre geste et dans la moindre de mes paroles. J'avais honte d'être, voilà. Jusque là, je n'y avais pas pensé, passant chaque journée dans la simple attente de la suivante… Mais maintenant? Non, ce n'était pas vrai. Pendant un temps, quand on l'avait considéré comme un humain, il avait un peu retrouvé sa personnalité et avait vaguement recollé les morceaux pour se retrouver lui. Et Nei avait tout démoli à nouveau pour modeler un Harley à son image. « Bon les gars, va falloir sérieusement qu'on se bouge le derrière pour Ockefell et le reste, sinon le retour ne va pas être joyeux ! » Ignorant joyeusement Harley, elle se planta devant le Varian pas encore opérationnel et croisa les bras. « Tu nous as perdu une fois, tu crois pouvoir nous déperdre pour qu'on arrive un jour ou il faut qu'on fasse autrement ? »

dans le passé.
Sa respiration s'accéléra en sentant Varian l'attirer contre lui. Il se hissa sur la pointe des pieds et glissa ses mains sous son tee-shirt, caressant son torse, son dos, ses hanches, avec un désir évident. « T'inquiète... » souffla-t-il avant de l'embrasser encore. Ses baisers se perdirent sur sa mâchoire puis son cou et il se pressa contre lui, le souffle court. « Harley, je suis rentré ! T'es là ? » Harley repoussa Varian brutalement, manquant de faire tomber le tabouret à la renverse. « Putain pourquoi t'es là ? » demanda-t-il avec colère à son père qui passait tout juste le petit vestibule. Le paternel regarda Varian avec des yeux ronds, visiblement surpris de le trouver là. Dieu soit béni, il n'avait rien vu mais il s'en était fallu d'un cheveu. Le pire dans l'affaire, c'est que je n'avais même pas entendu la porte s'ouvrir. S'il n'avait rien dit en entrant... Le cœur toujours battant d'excitation et le corps vibrant de désir, il tourna le dos à son très cher géniteur et jeta un regard bizarre à Varian. « Nous étions en train… de nous préparer à partir, euh... au sport. » Jan passa la tête par-dessus la porte du frigo qu'il venait d'ouvrir. « Je ne savais pas que tu faisais de la danse, Varian. » Harley sentit ses joues s'empourprer et réprimer une envie brutale d'étrangler son père. Il s'appuya nonchalamment contre le mur en éventant son t-shirt d'un geste compulsif.


Dernière édition par Harley Weise le Sam 6 Jan - 12:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 430
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : VOCIVUS (avatar) astra (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Ven 1 Déc - 11:05

Le réveil fut assez brutal. Il avait mal dormis, par terre, sur un sol pas vraiment confortable et dans l'humidité. Mais cela faisait des années que Varian avait arrêté de geindre à propos de ses conditions de vie et de sommeil. Il était en vie, voilà, c'était tout ce qui comptait. Qu'il dorme par terre ou dans un vrai lit, quelle importance ? Cela en avait, avant, pour le Varian qui vivait sur l'Arche. Le Varian actuel s'en foutait. Avoir un toit au-dessus de sa tête, c'était déjà bien. Pourtant parfois il se souvenait des matins où il traînassait sous sa couette. De temps en temps il se souvenait de tout ça, de son petit confort auquel il avait renoncé en arrivait sur Terre.

« Ouais ouais j'arrive... »

Son regard croisa celui d'Harley – en plein réveil – et il soupira. Bah oui, au fond, il avait espéré que tout cela ne soit qu'un énième rêve où son ex petit ami aurait choisis de faire une apparition. Mais non. Tout cela était bien réel. La veille ils avaient joyeusement brûlé un homme vivant avant de se hurler dessus et de finir en larme. La seule qui avait l'air assez énergique ce matin était Luna. Et étrangement, cela ne l'étonnait pas tant que ça. Varian se demandant d'où elle puisait autant d'énergie celle-là. Quand elle se planta devant lui pour le questionner à nouveau sur l'itinéraire il baissa les yeux quelques secondes, s'autorisait à réfléchir. Il y avait déjà mis les pieds, dans cette foutue ville. Il savait comment y aller. Hier, les conditions ne lui avaient pas été favorable. Peut-être qu'aujourd'hui... Aujourd'hui était un jour nouveau.

« Ouais. Je vais vous y conduire. »

Le Varian qui avait horreur de l'échec était de retour et se leva avant de s'étira rapidement. Ce n'était pas compliqué en soit. Il n'avait qu'à... se souvenir du chemin, puis définir où ils se trouvaient actuellement pour ensuite reprendre leur route. Il ramassa ses affaires et se dirigea dehors, bien décidé à trouver cette maudite ville, effectué ses transactions et revenir sain et sauf chez lui.

Long time ago.
À quatre pattes Varian ramassait les débris de son verre brisé en silence. Il entendait Harley baragouiner quelques plates excuses et il pouvait de là imaginer sa sœur sourire jusqu'aux oreilles. Oh, il pouvait être sur qu'un jour où l'autre, elle allait lui faire une petite remarque. Pas mesquine, pas dans le but de le faire chanter ou autre, juste... comme ça. Parce que c'était Kimi. Kimi était tout l'inverse de lui là-dessus, elle était gentille, si elle remettait le sujet sur le tapis ce n'était pas dans un but néfaste, mais dans celui de papoter tranquillement entre frère et sœur. « Ça ne me dérange pas Harley... Au moins ça me change des blondes débiles chez qui il partait faire des excursions nocturnes. » Il s'étouffa et ramassa un nouveau morceau microscopique de verre. « Kimi... » « J'te taquine frangin, elles ne l'étaient pas toutes. » Diantre, où puis-je aller m'enterrer vivant là tout de suite ? Mais la suite fut pire, enfin, pire, façon de parler. Il entendit Harley se lever, sans doute pour attraper quelques affaires, et termina sa petite pile de bout de verres. Cependant il en chercha d'autres – au cas où – et aussi parce que rester par terre le temps que sa sœur parte enfin l'arrangeait. La voix de son petit ami lui parvint à nouveau aux oreilles suivit d'un léger coup de pied sur le derrière. « Bah je t'attends, vas-y chér... » Il s'interrompit au même moment où Kimi éclata une nouvelle fois de rire, mais cette fois-ci en se tenant les côtes. Putain. Il jeta un regard noir (mais tout sauf méchant, plus plein de honte une nouvelle fois) à Harley et se ratatina par terre. « Mon dieu les garçons, trop drôles... » ajouta t-elle avant d'enfin disparaître dans sa chambre.

Finalement il parvint à s'asseoir à table sans prononcer une seule phrase gênante en plus. Il regarda avec peu d’appétit la nourriture pré-fabriquée sous ses yeux et lâcha enfin un sourire. « On peut dire qu'on a connu mieux comme lendemain, hein ? » Il était sûr que, d'ici quelques semaines, ils s'en amuseraient tous les deux. Comme beaucoup de chose au fond. Il avait attrapé l'une de ses mains avant de l'embrasser et de l'attirer son sa joue. « Mais ces matins avec toi sont les meilleurs Harley. » murmura t-il. Il avait souvent du mal à se reconnaître les rares fois où il balançait de telles phrases. Et pourtant... Nouveau sourire avant de se concentrer sur son piètre petit déjeuner. Sa mère allait encore râler en voyant qu'une portion avait disparue mais au fond, il s'en foutait. Il trouverait une nouvelle excuse.

Aujourd'hui.
Il avait envie de s'arracher touts les cheveux qu'il avait encore sur le crâne. Une carte. Une putain de carte. Est-ce que sa mère avait voulu le tester ? En la plaquant de la sorte, dans un recoin de son sac où il ne penserait jamais à regarder ? Il avait déplié la carte avec un air agacé, manquant de la déchirer au passage.

« Hé, je viens de trouver une carte. »

Ne me tapez pas, s'il vous plais... pensa t-il très fort. Les yeux plissés il examinait à présent la carte, déjà annoté par sa mère à de nombreuses reprises. Elle avait entouré les foyers loin de la ville dans laquelle elle se rendait pour ses interventions médicales. Et enfin, la ville d'Ockefell. Punaise, je sais où on est...

« Je... Je crois savoir où nous sommes. »

Il n'avait aucune idée de pourquoi hier, rien ne lui avait parut familier ici. Pourtant ils se trouvaient non loin de l'endroit où il avait été attaqué par un ours avec Orion, un grounder bourru et insupportable qui l'avait tout de suite pris en grippe. Il avait envie de se mettre des claques pour le moment et de se maudire encore et encore d'avoir été aussi mauvais. Maintenant tu arrêtes de penser à tout ça Varian. Oublie le deux minutes et concentre toi comme tu sais si bien le faire. Fais le.

Long time ago.
J'avais l'impression de sombrer. Pas dans quelque chose d'atroce, bien au contraire. Dans quelque chose d'incroyablement agréable que je refusais d'arrêter là, maintenant. C'était la troisième fois que tu m'embrassais comme ça et j'en voulais encore, et encore. Mais la réalité le rattrapa rapidement quand Harley le repoussa violemment, manquant de le faire trébucher. « Qu'est-ce que... Oh. Bonjour monsieur Weise. » Il avait repris aussi vite son air de grande garçon sage et formel qu'il s'était laissé emporté quelques secondes auparavant. Il avait passé une main dans ses cheveux, un air à l'aise sur le visage avant de le saluer d'un signe de la main. Au fond de lui, il brûlait toujours. S'il évita de regarder Harley à nouveau, c'était pour ne pas fondre immédiatement. Mais trop tard, leurs yeux se croisèrent à nouveau et il se sentit redevenir un poil fébrile. Contrôle toi. Fais comme si de rien n'était. Tu sais faire semblant. Le sport ? Pourquoi pas, il acquiesça, l'air enjoué. Et il croisa les doigts pour que le père d'Harley n'en touche pas un mot aux siens. Sa mère tout comme son beau-père savaient qu'il avait une sainte horreur du sport. Mais la remarque du père le fit émerger de ses pensées. « De la... » Danse ? Il était sérieux là ? Il regarda Harley avec des yeux ronds, amusés, choqués, re-amusés, re-choqués avant de se reprendre. « Oui, je voulais faire une séance d'essai. » Oh mon dieu petit cachottier. Trop tard, un large sourire avait émergé sur son visage et il avait du mal à s'en défaire. Si j'avais su ça un peu plus tôt Harley... Tu n'imagines pas tout ce que j'aurais pu en faire. Mais là, j'ai juste très envie de te surprendre pendant une de tes séances tu vois ? « On y va ? On va être en retard sinon. » ajouta t-il.

« De la danse ? Tu sais, tu me surprends de jour en jour toi. » dit-il une fois sortit de la cabine. Il avait du mal à imaginer, Harley, le garçon dont une des principales passions étaient de se foutre sur la gueule des gens, en train de... danser. Oui non, il avait du mal.


Dernière édition par Varian Standall le Sam 6 Jan - 12:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Harley Weise


Messages : 302
Date d'inscription : 30/06/2017
Ft : César Domboy.
Crédits : .ipar haizea (avatar)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Lun 11 Déc - 23:41

dans le passé.
Harley fixa la nourriture fade de son assiette et la tapota du bout de sa cuillère d'un air sombre. La gêne s'effaçait maintenant que Kimi avait gentiment débarrassé le plancher pour laisser place à la honte – ce qui revêtait une différence plutôt importante à ses yeux. « On a vu mieux, oui. » Ce n'était en soit pas la perspective que Kimi ait tout entendu (quoi que si, aussi) mais qu'elle sache. Qu'elle sache pour de vrai, officiellement, qu'elle les ait vu dans cette posture. Ça relevait de l'ordre de ce que qu'Harley aurait pour la première fois catégorisé d'intime. Sa relation avec Varian, c'était de l'ordre de l'absolument privé. C'était à lui, c'était ses moments, ses instants de bonheur. Parfois oui, il aurait aimé que tout soit officiel, qu'il puisse le crier au monde entier, qu'il puisse s'affirmer comme amant de Varian Standall. Il le laissa prendre sa main et la serrer contre sa joue sans le moindre sourire. « Tu n'as pas peur que ce soit terminé un jour, Varian ? » Tu n'avais pas peur qu'un jour, quelqu'un de moins innocent que Kimi ne découvre tout cela ? Les relations secrètes étaient interdites sur l'Arche et ce que nous faisions à la tombée du jour semblait bien entrer dans cette catégorie. Nous couchions ensemble comme des dépravés avant de nous chuchoter des mots doux. Nous échappions à tout contrôle et ça nous plaisait… Mais toi comme moi, Varian, nous trempions dans l'illégalité à de multiples niveaux. De jour comme de nuit, nous nous riions du danger, nous adressions de magnifiques doigts d'honneur à toutes les règles de la Station. Dans mes grands moments, je nous sentais invisible et je vivais un optimisme démentiel… Et puis comme toujours, ça retombait et je me rendais compte de ce que nous étions tous les deux : rien. Nous n'étions rien. Nous avions l'impression d'être importants, que nos vies et nos actions ne pouvaient qu'être couronnées de succès uniquement parce que nous le voulions… Mais avouons-le Varian : à force de jouer, nous finirions par perdre, non ? Harley se dégagea et reprit sa cuillère pour manger en silence sa mixture avec un appétit forcé, là-bas caché sous l'ombre de sa capuche.

dans le présent.
Tout était terminé maintenant. Ils avaient bel et bien joué pour perdre un jour, peut-être à cause de ce qu'on appelait parfois le Karma. Ils s'étaient cru rois d'un monde qu'ils pensaient contrôler et ils étaient aujourd'hui relégués aux fonctions les plus basses et les plus sales de la société terrestre. Dans un geste qu'il avait accompli des milliers de fois, ici ou sur l'Arche, Harley rabattit sa capuche en fourrure sur son visage pour se protéger à la fois du froid et de V. Je trébuchais dans la neige et Luna m'attrapa par le manteau pour me pousser en avant, par habitude. Je me demandais souvent comment elle faisait pour continuer comme ça à marcher droit, les yeux levés, bien droite. Elle avançait toujours sans hésiter Luna. Elle savait s'incliner devant les maîtres, faire de jolis hochement de tête respectueux, voire quelques petites révérences devant le maître de la maison. Mais elle aussi savait être forte et porter avec dignité une double casquette de maître et d'esclave, s'insérant sans peine dans une hiérarchie officieuse. J'obéissais à tous, et Luna n'obéissait qu'aux maîtres de la maison. Aux vrais maîtres. Pas Nei, et pas son petit frère. « Comment tu as fait ? » Harley dévisagea Varian avec une curiosité sincère. Comment au milieu d'une forêt de neige, Varian avait-il fait pour trouver une carte des lieux ? La logique aurait pu lui souffler qu'il l'avait trouvé dans ses affaires – et c'était de loin la solution la plus évidente – mais il se contenta de rester sur le petit bout de papier fortuitement apparu. L'esclae barbota dans la neige molle et se planta juste à côté de Varian pour regarder l'objet par-dessus son bras. « On est où ? » Tu savais quoi, V. ? Moi aussi j'avais envie de me foutre des baffes devant ces questions qui m'échappaient sans que je puisse les retenir. Elles me brûlaient les lèvres parce que je voulais la réponse, parce que je savais que sans elle, ça me trotterait en boucle dans la tête pour m'emmener très loin. Trop loin. Les gens se disaient qu'il n'y avait rien dans ma tête mais c'était faux, il y avait trop de choses. Des fois, j'aurais aimé m'assommer, me percer le crâne pour laisser toutes ces bêtises partir et pour retrouver le souvenir que j'avais de moi. « On s'en fout d'où elle vient, on bouge, je crève de froid moi. » Luna poussa Varian avec impatience pour prendre la carte et y jeter elle-même un coup d’œil.

dans le passé.
Les joues rouges, Harley marchait à folle allure dans les couloirs, écumant de rage contre son père. Les paroles de Varian le stoppèrent net et il se retourna vivement pour l'attraper par le col et le plaquer avec violence contre le mur. « Ta gueule. Si tu le dis à qui que ce soit, je... » Il ferma les yeux sans pour autant le lâcher et inspira profondément. Ses doigts se crispèrent un peu plus sur le tissu du t-shirt de son voisin. Moi aussi je me demandais parfois. Je me demandais comment vous faisiez quand vous sentiez la colère monter en vous, fourmiller partout, vous exploser le cœur. Et puis je me demandais comment je faisais moi. Tu sais que j'étais vraiment à deux doigts de te frapper, Varian ? Tu sais comment je suis dans ces moments-là. Même moi je me fais peur, et pourtant je continue. Je cogne, je casse, je mors, je griffe, je crache, je cries… J'aimerais dire que c'est pas moi ça, et pourtant. Il rouvrit les yeux, la poitrine se soulevant à folle allure.

dans le présent.
Ils marchaient de nouveau au milieu des arbres, esquivant les congères et les plaques de glace. Harley finit par se glisser à côté de Varian en silence, laissant Luna une dizaine de mètres en arrière. « V. ? Si Varian n'est pas là, il est où ? » La question lui avait oppressé l'esprit toute la matinée et même s'il avait longuement réfléchi à la question, il ne parvenait à aucune conclusion satisfaisante. Alors demande-lui... Voilà, c'était fait.

Il trottinait toujours à côté de Varian, dans ce paradoxe loufoque qui consistait à rester avec lui mais sans accepter d'échanger le moindre regard, quand Luna hurla. « Attention ! » Les flèches se mirent à pleuvoir autour du petit groupe. « Des… » La jeune esclave se tut parce qu'elle ne savait pas qui venait les attaquer. Brigands, habitants d'Azgeda furieux, Camelotiens, ou aux Grounders...


Dernière édition par Harley Weise le Sam 6 Jan - 12:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 430
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : VOCIVUS (avatar) astra (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Mar 12 Déc - 19:27

Long time ago.
« Non, pas vraiment... » Il s’efforçait de ne pas y penser et d'appliquer à la lettre la philosophie de certaines personne qu'il avait bien du mal à comprendre : ne planifions rien, seul l'avenir nous dira de quoi il est fait ! Et pour sa relation avec Harley, c'était ce qu'il faisait. Il ne voulait pas penser au jour ou -potentiellement- tout pouvait brusquement s'arrêter. Au jour où quelqu'un sur l'Arche autre que sa sœur saurait. Ou bien où leur relation prendrait fin comme pour beaucoup de couple, tout simplement. Ou, autre alternative, ou l'un d'entre eux finirait en taule pour manque de respect envers le règlement de l'Arche. « Toi oui ? » Sa voix se cassa légèrement et il s'empressa d'avaler ce qu'il restait de son petit déjeuné. Il faut pas Harley, il faut qu'on profite de ce que l'on a. Que l'on continu à se voir comme on le fait, en restant prudent, mais que l'on continu. Je ne me vois pas arrêter le premier, sache le. Impossible de décrypter le visage de son petit ami, planqué sous sa capuche alors il prit son mal en patience.

Aujourd'hui.
Il ne prit pas vraiment la peine de lui répondre. Après tout, si c'était pour balancer un simple "j'ai juste fouillé dans mon sac...", il pouvait le deviner tout seul, comme un grand. Quoi que. Bref. Luna regarda à son tour la carte et ils se mirent en route. La neige tombait à gros flocon et il sentait son visage se raidir. Le froid gagna ses mains qu'il agita comme pour ne pas les laisser s'engourdir d'avantage.

« On est vraiment pas loin, je dirais, quinze minutes de marche si on s'active. »

Et au vu de la température actuelle, ils allaient s’activer pour ne pas finir congelé sur place. Il avait beau être dans cette région frileuse depuis trois ans,il y avait toujours ces moments où la température arrivait à le surprendre. Il n'avait jamais été un grand fan des baisses brutales de températures. Varian c'était un grand frileux alors ici, c'était l'enfer. Et on ne pouvait pas dire que les habits qu'ils portait étaient de bonnes qualité contrairement à ceux des habitants d'Azgeda qui eux, paraissait très à l'aise.

Schrouk schrouk schrouk. Des bruits de pas un peu pressés lui parvient aux oreilles et bientôt il vit Harley se hisser à la sa hauteur. Sans ralentir son rythme il continua de marcher, ses yeux plissés alertant entre la carte et le chemin sur lequel ils se trouvaient. Quelques mètres derrière eux, la jeune femme fermait la marche. Ils n'étaient plus très loin. Si le temps étaient différent du jour où il s'était retrouvé ici avec Orion, le paysage lui restait inchangé.

« Euh... »

Il hésitait entre l'ignorer – c'était tellement plus simple et Varian en avait l'habitude – ou lui répondre quelque chose de simple pour qu'il lui fiche la paix. Et une réponse simple lui éviterait de se creuser un peu trop les méninges. Tu as vraiment envie de lui raconter des trucs complètement con Varian ? Oh non, tu avais juste envie qu'il arrête avec ses questions débiles. Elles l'étaient carrément pour toi. Peut-être étaient-elle pleine de sens pour lui mais toi... C'était autre chose.

« Bah il... »
« Attention ! »

La voix de Luna ainsi qu'une nuée de flèches l'interrompirent aussitôt et il tira Harley hors de leur trajectoire. Bordel, bordel c'pas possible... Luna, tu vas bien ? Il se retourna pour s'assurer qu'aucune flèche n'avait traversé la petite esclave et fut soulager de la voir toujours en vie. Le cul dans la neige il se releva tant bien que mal et attrapa l'une des flèches plantées dans la neige. Bientôt, un petit groupe d'homme fit son apparition au milieu des arbres, arcs et flèches en main.

« Qu'est-ce qu'on a là ? »

Oui, exactement, il pouvait leur retourner la question. C'était qui eux, ils voulaient quoi ? Il avait l'impression de se retrouver face à de vulgaires brigands venu terroriser les premiers venus dans leur coin. C'était le moment où tu t'étais mis à cogiter à toute allure. Tu avais un tas de possibilités face à toi : leur dire que tu n'était qu'un simple voyageur venu de Missi, un esclave effectuant des courses pour son maître. Tu pouvais leur hurler dessus, et foncer dans le tas comme l'aurait fais Eliza mais aujourd'hui, tu avais décidé d'être assez intelligent et de ne pas perdre un membre ou une fonction vitale.

« Trois esclaves, c'est notre jour de chance... »

Il porta aussitôt la main à la brûlure sur sa joue qui venait de le trahir. L'homme (qui devait être plus ou moins la chef de cette charmante bande) avait pris la parole avant lui, s'avançant de quelques pas.

« Et je serais curieux de voir ce qu'ils trimbalent avec eux... »

Leur langage était compliqué à comprendre. C'était bien celui de la région, mais teinté d'un accent étranger très fort qui rendait sa compréhension délicate. Pas de bol, il ne transportait rien de valeur. En tout cas, pour sa part. Il allait justement faire ses courses, pas l'inverse. Mais les deux autres, il n'avait pas demandé au début de leur périple la raison de leur excursion à Ockefell.

Long time ago.
« Hé ! hé...! » Son cœur s'était emballé à la minute ou Harley l'avait attrapé par le col. Il n'avait pas eu le réflexe de s’extirper de là avant d'être plaqué contre le mur. Durant la seconde qui suivit il s'attendit à se recevoir une slave d'insulte ou pire, un poing dans la tronche. Ce n'était encore jamais arrivé, alors pourquoi pas aujourd'hui, après tout... « J-je dirais rien hein ? C'était de... » L'humour, une pique, rien de méchant. Je suis comme ça, c'est tout. « Lâche moi. » Il ravala le « crevard » qu'il aurait volontiers ajouté pour ponctuer le tout et essaya de dégager sa main. C'est vraie qu'à une époque, tu ne te serais pas fais prier pour t'en servir, hein ? Tu avais le chic pour prendre les bonnes informations, les murmurer à qui voulait bien les entendre et les laisser les rumeurs se répandre, enfler de leur côté jusqu'à les voir exploser. Dans les meilleures des cas, la personne visé était au fond du trou, dans le pire, juste triste sur l'instant de voir sa vie privée étalée au grand jour. Et toi tu avais toujours trouvé ça très réjouissant. Parce qu'on ne pensait jamais que de telles choses pouvaient venir de ta personne. « Harley ? » Alors c'était ça ? Tu vas m'embrasser puis m'insulter ? J'ai peine à imaginer ce qu'on faisait dans ta cuisine il y a moins de deux minutes tu vois en nous voyant ainsi. C'est ça que tu veux comme relation ? Parce que pas moi. J'ai aucune envie de te faire du mal Harley, plus maintenant.

LANCER DE DÉS
1à2 × les flèches qui jaillissent sont celle de brigands de passage dans la région.
3à4 × les flèches qui jaillissent sont celle des habitants de Ockefell qui patrouillait aux abords de la ville.
5à6 × les flèches qui jaillissent sont celle de marchands d'esclaves.


Dernière édition par Varian Standall le Sam 6 Jan - 12:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Harley Weise


Messages : 302
Date d'inscription : 30/06/2017
Ft : César Domboy.
Crédits : .ipar haizea (avatar)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Jeu 14 Déc - 22:05

dans le passé.
Harley planta sa cuillère dans son petit déjeuner et constata qu'elle tenait toute seule, comme un petit piquet perdu au milieu d'un océan d'amertume. Il se fit la réflexion idiote qu'il partageait les mêmes sentiments que cette cuillère, figé comme il l'était au milieu d'il ne savait quoi et incapable de s'en défaire. Un jour, il avait agit sans réfléchir et depuis il se contentait d'en subir les conséquences. Bonnes comme mauvaises. Le garçon plongea un doigt dans ce qui ressemblait vaguement à du porridge pour s'éviter de répondre tout de suite à Varian. « Oui. J'y pense. Tous les jours. » Il eut un petit rire sans joie. « J'attends le jour où, toi ou moi, on se fera pincer, pour ça ou pour le commerce. Ou le jour où ils en auront marre de moi… » Harley esquissa un petit sourire pince-sans-rire qui sonnait faux parce que sans doute trop vrai. « ... ou le jour où tu me largueras. » termina-t-il à mi-voix en reprenant sa cuillère pour aplatir assidûment son petit déjeuner. Je sais, tu m'aimes. Tu en me quitteras pas et moi non plus. On a tous nos défauts, toi et moi les premiers. Et on a le droit de faire ce que l'on veut. N'empêche que… Qui me dit qu'il n'y aura pas un jour une fin à nous deux ? Que tu ne feras pas quelque chose qui me mettra hors de moi au point de te toucher ? Ou que tu ne diras pas quelque chose de trop dur à entendre ? Ou l'inverse ? Je… Je suis tout seul sans toi Varian, tout seul. Alors bien sûr que j'ai peur tous les jours de ce qui arrivera demain.

dans le présent.
Au attention de Luna, Harley sursauta et tomba dans la neige avec un grognement de douleur quand Varian le tira en arrière. Des silhouettes émergèrent des arbres en brandissant des arcs et des armes qui suffirent pour l'angoisser. Il ne connaissait que trop bien que cette impression de s'être fait avoir, d'avoir marché sans se douter qu'ils étaient épié et en danger. « Qu'est-ce qu'on a là ? » Assis par terre, empêtré dans mon manteau et à moitié caché sous ma capuche, je choisis de garder la tête haute, comme Luna qui se tenait quelques mètres plus loin. J'avais aussi envie de... Sous le regard inquisiteur du brigand le plus proche, le jeune esclave capitula et baissa la tête, l'esprit à moitié occupé par ses mitaines en laine qui s'imbibaient lentement d'eau et lui gelaient les mains. « Trois esclaves, c'est notre jour de chance… » Ne pas bouger, garder les yeux baissés, ça finissait toujours par passer… Les gens se lassaient toujours au bout d'un moment. Harley sentit le regard des hommes effleurer son visage, traçant sur sa peau comme une brûlure. Bien sûr qu'ils savaient déjà qui nous étions : c'était écrit sur notre visage, comme une trace de notre condition indigne. On était marqué comme des animaux à un endroit qu'on ne pouvait pas vraiment cacher, histoire que tous sachent du premier coup d’œil à quoi ils avaient à faire. « Et je serais curieux de voir ce qu'ils trimballent avec eux... » Harley plissa les yeux avec l'effort évident de comprendre ce que ce type baragouinait avec son accent à couper au couteau. Un autre, un barbu au visage maculé de crasse, s'approcha de Luna avec un sourire goguenard.

dans le passé.
Tu ferais vraiment ça, Harley ? Même pour calmer la tempête qui t'habitait là tout de suite ? D'habitude tu mettais toute ton énergie dans tes coups jusqu'à te sentir soulagé ou à perdre la bataille. Ce n'était pour rien qu'on te comparait à un petit démon dans tes plus jeunes années : tu cognais, cognais, jusqu'à avoir les doigts en sang. Et tu ferais ça à… lui ? Lui qui lui avait dit oui, qui l'avait embrassé comme personne d'autre, qui avait… C'est ça Kimi, t'es contente ? T'avais sans doute raison. Harley relâcha avec brutalité et se retourna pour flanquer un violent coup de poing au mur derrière lui avec le bruit étrange d'un hurlement réprimé à grand peine. Il agita sa main endolorie mais sans oser regarder Varian. « Je-pardon, excuse-moi, je voulais pas... » Réagir comme ça...

dans le présent.
L'un des hommes attrapa Harley pour le fouiller sommairement avant de le repousser dans la neige en secouant la tête et en marmonnant des mots incompréhensibles. Celui qui s'était approché de Luna ouvrit son manteau sans faire de manière et lui attrapa les poignets pour l'observer en détail, l’œil brillant. « J'sais pas s'ils ont des trucs sur eux, mais elle a de beaux nibards en attendant. » Harley se sentit rougir de gêne et baissa de nouveau les yeux, observant la scène par en-dessous, le cœur battant. Et là, tu crevais de trouille. Comme souvent ces derniers temps en fin de compte alors peut-être que tu aurais dû t'y habituer à force ? Peut-être que tu aurais pu prendre sur toi au lieu d'être à deux doigts de faire dans ton froc. L'homme ricana en passant une main sur les hanches de la jeune esclave et pinça sa poitrine avec un sourire tordu. « L'abîme pas, Hawk, s'ils ont rien, on peut toujours les revendre à... » « J'vais pas l'abîmer mais elle est tellement jolie que ce serait dommage. » Il plaqua un baiser sur les lèvres de Luna qui faisait tellement sale qu'Harley se cacha les yeux dans sa manche. Et puis elle a eu peur et tu l'as senti. Peut-être qu'elle a dit quelque chose, qu'elle a giflé le gars ou quoi… Mais bêtement, tu t'es interposé. Voilà. « Quoi, tu es jaloux, l'épouvantail ? » Harley se retrouva à gesticuler avec des bruits de respiration effrayés sous le poids du brigand – qui n'avait définitivement pas une tête de local – quand un rire gras s'éleva et que des lèvres se posèrent sur les siennes avec brutalité. Réflexe : il mordit dedans à pleine dent et ne lâcha pas prise quand l'autre chercha à reculer son visage avec un beuglement de surprise. Un poing lui cogna la tempe, lui faisant voir trente-six chandelles, et il mordit plus fort, suffoquant au goût de rouillé du sang qui lui coula dans la gorge. Faites un truc, faites un truc... Un autre coup l'envoya voir quelques paillettes et il lâcha la lèvre du gars pour se tortiller dans la neige.

Paf. Il sentit qu'il avait touché sa cible en pleine tête avec son pied, juste assez pour se dégager et patauger maladroitement dans la neige. Ils n'étaient pas tellement nombreux, ces Grounders, peut-être trois, mais ils semblaient maintenant beaucoup moins aimables. Mais ils n'habitaient pas ici, ces gens. Ils ne vivaient pas dans la neige quasiment à l'année ni dans le froid. Ils ne savaient peut-être pas se déplacer en forêt comme nous et... Luna de son côté avait sorti son couteau.


Dernière édition par Harley Weise le Sam 6 Jan - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 430
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : VOCIVUS (avatar) astra (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Ven 15 Déc - 10:17

Long time ago.
Ne soit pas comme ça Harley...
Le jour où ils en auront marre de lui ? Comme ils en avaient eu marre de sa mère ? Il n'arriverait pas. Il n'était pas sa mère et de toute façon, Varian refusait d'imaginer ne serait-ce qu'une seule seconde Harley être balancé dans l'espace. Même s'il en avait fortement rêvé fut un temps. Mais c'était du passé, voilà. « Je ferais jamais ça, soit pas con... » marmonna t-il. En réalité tout ça le mettait mal à l'aise. Il n'était plus un môme de quatre ans naïf à qui ont disait que le premier amour était le bon, et qu'on restait avec lui toute sa vie. Il avait grandit vite et il y a bien longtemps Varian, il avait rapidement compris que les couples, c'était toujours compliqué. On ne restait pas toujours avec la même personne, on se disputait, on se rembarrait, se séparait, se remettait ensemble... Pas nous. J'en ai pas envie. J'ai pas envie que ma vie se barre en cacahuète là-dessus. Je le pense sincèrement Harley, j'ai jamais aimé quelqu'un autant que toi avant, je ne savais même pas qu'un sentiment pareil existait. « Et ne redis jamais ça, ok ? » Il se leva pour débarrasser son couvert et resta quelques instants figé face aux placards de la minuscule cuisine. Il t'avais vexé, hein ? T'avais pas aimé l'entendre et maintenant, ça n'allait plus te quitter pendant un bon bout de temps.

Aujourd'hui.
Les nouveaux venus en perdirent pas trop leur temps avant de les inspecter un par un.  Ils fouillèrent son sac quelques secondes avant de réprimer quelques grognements mécontents et se détournèrent de lui comme ils le firent d'Harley. Sa flèche bien aiguisée toujours dans la main il se laissa faire. À une autre époque, il aurait probablement ouvert sa gueule pour dire quelque chose, lancer une insulte et régler le soucis rapidement. Mais là... Là c'était différent, il était intimidé, oui, et parfaitement incapable de faire ou dire quelque chose.  C'était peut-être les événements de la veille qui continuait de le hanter mais... L'homme qui parla de Luna le coupa net dans ses pensées. Sérieusement ? S'en suivit d'un dialogue qu'il n'aurait jamais aimé entendre et... Harley s'interposa. Tu l'aurais fais aussi fut un temps, non ? Mais là t'étais trop occupé à cogiter. De quoi, pourquoi, t'en savais rien. Et tu t'en voulais d'avoir hésité. Il semblait en avoir presque oublié sa présence, quand son ex petit ami s'interposa. Ils devaient se demander ce que leur voulait cet esclave débraillé qui ne payait pas de mine.

Soit pas con Harley. Soit pas con...
Soit...
Hein ?

Il ne sut pas lui même à quel moment il avait décidé de se bouger les fesses, mais c'est qu'il venait – une fois de plus lors de ce charmant voyage – de se foutre dans la merde pour lui. Et pour Luna, par extension. Oh. Mon. Dieu. Il regarda la flèche qu'il avait enfoncé de toute ses forces dans le haut du dos du pervers dégueulasse et recula d'un pas alors que celui-ci poussa un hurlement à la fois de douleur et de surprise. Voilà, tu n'as plus d'arme maintenant. Mais tu l'as eu. Et maintenant il... Ses deux autres camarades se sont rappelés de ta présence.

« Lui j'me le fait ! »

Et merde. La flèche toujours planté dans le dos le brigand n'arrêta pas pour autant de gesticuler. Et maintenant qu'il lui faisait face... Du coin de l’œil il avait vu Luna sortir son petit couteau. Avec un peu de chance... Ils n'étaient pas d'ici, eux oui. Harley l'avait amoché et troublé dans le même temps. Quant à sa flèche, il l'avait planté avec plus ou moins de précipitation dans le feu de l'action mais le cou ne resterait pas sans conséquences. Bah vas-y, avance gros porc, avance qu'on se marre un coup. Et quand tu pourras plus tourner la tête j'vais me marrer aussi, tient.

« Je t'attends fils de pute. »

Il avait parlé dans un anglais tellement clair qu'il s'étonna lui même, parce qu'avec le temps, l'accent du pays avait pris le dessus sur sa langue maternelle. Faut croire que t'as pas retenu la leçon, tu tournes encore le dos au danger...

long time ago.
Harley le lâcha brusquement avant de flanquer un coup de poing dans le mur derrière lui, le faisant sursauter. « Har... ! » Il sa calma aussitôt en comprenant que le coup ne lui était pas destiné mais ses yeux s'étaient fermés un bref instant dans cette optique. Est-ce qu'il venait de te faire peur Varian ?  Non, bien sûr que non. C'est ça. « C-c'est... » Reprends ton souffle. « C'est pas grave. » Bien sûr que si c'était grave. Mais il eut le réflexe débile de penser que cela n'arriverait plus ou que, la prochaine fois, il saurait gérer mieux que ça. Au fond si, c'est grave, t'es pas censé craindre quelqu'un comme lui, tu ne l'as jamais fais... mais là, va savoir, c'était peut-être l’enchaînement de toutes ses situations qui t'avais fais paniquer. Il n'osait plus vraiment bouger, attendant la suite. Il se contenta de le regarder le regard presque éteint et termina par baisser la tête. Pourquoi il faut que tout soit toujours compliqué dans ma putain de vie, hein ? J'aurais pas pu ressentir des trucs comme ça envers quelqu'un d'autre ?


Dernière édition par Varian Standall le Sam 6 Jan - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Harley Weise


Messages : 302
Date d'inscription : 30/06/2017
Ft : César Domboy.
Crédits : .ipar haizea (avatar)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Jeu 21 Déc - 22:24

dans le passé.
Harley regarda le dos de Varian qui faisait face aux placards de la petite cuisine. « C'est ça, t'as raison, on verra bien. » Il imita son voisin et leva son petit déjeuner qu'il avait à peine touché. T'y croyais vraiment, toi ? Tu croyais qu'on resterait ensemble pour toujours ? Qu'on en aurait la patience ? Qu'on s'aimerait assez ? Que… Tu m'aimerais assez ? Ou moi ? C'est vrai, on vivait quelque chose de fort toi et moi, de puissant. Peut-être que des fois, ça me faisait même peur parce que je n'y étais pas préparé. J'avais toujours fait en sorte d'être un petit con avec tout le monde, juste pour coller à ce qu'ils voulaient tous que je sois… Alors oui, ça faisait bizarre de rester aussi longtemps avec quelqu'un, de l'aimer, d'avoir envie de le voir et de s'interdire tout ce que je m'autorisais le reste du temps. Harley passa dans la chambre de Varian pour récupérer son pantalon et l'enfiler à la va-vite, suivi de ses chaussures. « J'espère juste que t'es pas avec moi juste pour la baise. » Il s'en voulut aussitôt d'avoir dit ça. Mais ça te trottait dans la tête, non?

dans le présent.
Il l'avait attrapé… Harley couina de frayeur en sentant le Grounder tirer sa cheville vers l'arrière. Dans quelques instants, quelque chose lui percerait la peau, trouait la peau déjà malmenée de son dos, le tuerait pour de bon. L'esclave sentit des larmes lui monter aux yeux en même temps que la panique l'étreignait. Voilà, il avait trop peur. Il cherchait toujours à dégager son pied quand la prise de l'homme disparut tout à coup en même temps qu'il poussait un hurlement. Le visage barbouillé de sang et de larme, Harley se retourna pour voir le visage effrayant de l'étranger pivoter vers V. qui lui avait planté une flèche dans le dos. Et là, toi tu ne pensais rien du tout. Le barbu hurla à V. qu'il allait se le faire et toi, tu restas juste bêtement le cul dans la neige, à le regarder avec des yeux ronds comme des soucoupes. Pendant ce temps-là, Luna planta son couteau dans l’œil d'un des autres gars avant de finir écrasée sous le poids du deuxième. Elle donnait de grands coups de hanche pour se débarrasser de son adversaire… Et toi tu regardais en pleurant. Bravo Harley, tu étais un bon garçon. Un gémissement suraigu et l'esclave plaqua les deux mains sur ses oreilles en fermant les yeux du plus fort qu'il put.

C'est ça, chiale, Harley, chiale ! Chiale comme le merdeux que t'es. CHIALE ! Comme vingt ans plus tôt quand sa mère avait frappé la porte du placard où il était caché, Harley sursauta. Vingt ans auparavant, il s'était senti vexé et terrifié… Aujourd'hui, il se pissait littéralement dessus. Pourtant, il partit aider son ancien voisin. S'il tue V. tu seras tout seul ! S'il tue V. tu seras tout seul ! S'il avait été malin, il aurait pu attendre que le type soit occupé avec Varian pour le poignarder par derrière. Il aurait pu se faire oublier et aider Luna aussi. Mais non, la peur lui dicta juste d'essayer d'attraper la flèche plantée dans le Grounder pour essayer d'en faire sur arme. L'empennage cassa, arrachant un nouveau cri au type qui tomba à genoux. Mine de rien, Varian avait dû toucher un point sensible. L'homme lui asséna la gifle de l'année avant de lui plonger le visage dans la neige fraîche. « Ah, monsieur Je t'attends, j'ai le pouilleux à portée de main... » La neige glacée sur la moitié de son visage qui était en contact avec le brûlait mais… Le Grounder semblait franchement à deux doigts de tomber dans les pommes et sa voix avait perdu ses accents moqueurs. Il avait une flèche plantée dans son corps… C'est Varian qui l'a fait.

dans le passé.
Le regret. C'est toujours ce qui venait une fois qu'il avait réussi à passer sa rage dans quelque chose. D'abord il y avait le besoin impérieux de frapper, de détruire, ensuite il avait honte. Il regrettait d'avoir agi comme ça et d'avoir céder, une fois de plus, à ses pulsions. Dans neuf cas sur dix, il incriminait l'autre en face en se disant qu'il l'avait bien cherché, que ce n'était qu'un enfoiré, que ceci ou cela, et il s'arrangeait pour noyer le poisson et se voler la face. Là aussi. Avoue-le, Varian aurait été largement capable de se foutre de ta gueule en ayant percer à jour un minuscule pan de ta vie privée. Tu savais qu'il aurait pu s'en servir contre toi, qu'il aurait pu transformer ça en rumeur. Encore une fois, il t'aurait tout pris, y compris ta dignité… Il l'avait déjà fait. Pourtant, il resta planté là, sans partir la tête haute comme il l'aurait fait en temps normal. À la place, il repoussa Varian contre le mur avec une douceur qui contrastait avec la violence dont il venait juste de faire preuve et lui posa un petit baiser léger sur les lèvres. « Je suis désolé... » Ils étaient dans le couloir, à dix pas de leurs appartements, mais il en avait rien à foutre. Je voulais juste me pardonner à moi-même d'avoir failli lever la main sur lui.

dans le présent.
Le Grounder… s'écroula. Lentement. Il tomba juste mollement en avant, posant le front sur la couche de neige et les épaules sur les chevilles d'Harley. Un grand silence remplaça la cohue pour planer sur le sous-bois. « Il… Il est mort ? » demanda Harley à mi-voix à Varian en regardant le Grounder de ses yeux toujours ronds comme des soucoupes. Il était tellement sonné qu'il ne songea même pas à Luna – qui ne faisait d'ailleurs plus un seul bruit dans son coin, depuis qu'elle avait planté son petit couteau dans son adversaire pour l'ouvrir comme un gros sac, déversant grand ses tripes. Harley se redressa sur un coude et essaya de se dégager du poids du type avant de rougir. « Je crois que je me suis fait pipi dessus... » souffla-t-il à mi-voix. À vrai dire, il n'en était pas vraiment sûr mais il n'avait pas fait pipi depuis la veille et… Un bruit bizarre leur parvint : Luna qui vomissait son maigre déjeuner devant le délicat spectacle des intestins fumant dans le froid d'Azgeda.


Dernière édition par Harley Weise le Sam 6 Jan - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 430
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : VOCIVUS (avatar) astra (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Jeu 21 Déc - 23:16

Long time ago.
« Bah si, bien sûr. » Il y avait un peu de tout dans sa voix. De l'amusement, beaucoup d'amusement, mais aussi une petite pointe d'agacement. « Sans déconner voisin... Depuis le temps ? » J'aurais changé trente-six fois de crémerie si j'me plaisais pas avec toi Harley. Et je me serais pas fait prier pour le faire, crois moi. Je me suis jamais vraiment attardé sur les gens avant toi. Il y avait Cara, mais c'était différent. Il n'y avait rien entre nous. C'était juste une amitié un peu étrange. « Si t'es là c'est que j'aime passer du temps avec toi. Et pas que pour s'envoyer en l'air. » marmonna t-il. Il le regarda terminer de se rhabiller, un air indéchiffrable sur le visage. « D'accord ? » J'te retourne la question hein Harley, mais bon, moi je vais la garder pour moi. En toute logique, si tu la poses, c'est que tu ne me vois pas que comme un plan cul. Merci bien.

Aujourd'hui.
Luna passa à l'action. Et Varian nota dans un coin de sa tête que jamais il ne se mettrait cette fille à dos. Elle était bien trop dangereuse malgré les apparences. À croire que c'était un fait récurrent dans l'entourage d'Harley. Nei, puis elle... Elles avaient quoi les filles qui lui gravitaient autour ? Et tandis qu'elle donnait de grand coup de hache dans le dos de l'un d'entre eux, qu'Harley avait commencé à pleurer, Varian chercha un plan de secours. Au cas où. Juste au cas où ils reprenaient l'avantage. Mais Harley ne lui en laissa pas le temps. Sans doute voulut-il se saisir de la flèche, l'homme hurla avant de tomber à genou devant eux. Quelque chose sortis alors de sa bouche. Un mélange entre un hoquet de surprise et de peur, une subite envie de chialer aussi et de rire. Finalement le rire l'emporta un peu plus que les autres. C'était tout ? Une pauvre flèche et il tombait raide mort ?

« Bah alors... »

Nouveau hoquet et cette fois-ci ce furent les vomissements de Luna qui le firent réagir. Il s'écarta rapidement de cette scène macabre pour l'imiter à son tour, vidant son maigre repas de la veille dans la neige qui recouvrait le sol. On fait moins le fier à vomir comme ça, hein ? Mais voir l’œuvre de Luna t'avais retourné l'estomac. Et toi aussi. Ce que tu avais fais. Au fond, ce n'était pas grand chose, juste un seul coup. Un peu comme ta décision d'hier. Sauf qu'autrefois, tu n'aurais jamais eu de telles idées, tu n'aurais jamais fais ça. La voix de Harley lui parvint à nouveau et il ferma les yeux, espérant avoir à faire à une farce.  

« Tu crois ou t'es sûr ? » marmonna t-il les dents serrées.

Va vérifier, fait quelque chose, on ne va pas le faire pour toi Harley... Il refusait de regarder en sa direction, mais aussi en celle de Luna. Ses yeux en avaient trop vu pour aujourd'hui. Pour toute une vie même.

Long time ago.
Désolé hein ? Il ferma quand même les yeux pour se laisser emporter un bref instant quand il posa ses lèvres sur les siennes. Tout en croisant les doigts pour que personne ne passe à ce moment là. « Ouais et bah... » Que dire ? Ne recommence pas ? S'il te plaît Harley ne me frappe pas quand tu es énervé ? « Je vais y aller moi. » Il manqua de rajouter un et bon cours de danse, mais il se rappela qu'il avait sortis ça comme excuse à un père rentré trop tôt du travail. Il se dégagea doucement avant de fourrer les mains dans ses poches et de faire quelques pas, direction sa propre cabine. « Tu sais où me trouver... » Il ne pouvait plus supporter ce regard aujourd'hui. À vrai dire, le pourrait-il sur le long terme ? Il se posait la question. Dans quoi venait-il se s'embarquer avec son voisin, il n'en avait pas la moindre idée. Un peu comme le jour où il lui avait proposé de faire du trafique avec lui.

Aujourd'hui.
« Qu'est-ce que qu'on va faire de tout ça... » murmura t-il.

Il avait assez brûlé de gens pour toute une vie. Et il ne se voyait pas répéter les gestes de la veilles, les cris de l'homme barbu résonnaient encore et encore dans sa tête. Alors certes, eux, ils étaient morts. Mais peu lui importait. Ils pouvaient toujours fuir. Ils n'étaient que des brigands de passage, personne n'avait été témoin de la scène, personne ne pourrait venir raconter ce qu'ils avaient fais. Mais Luna... Luna ne passerait pas inaperçu comme ça. Pas avec le sang des hommes qu'elle avait tué.

« Va falloir que tu te changes Luna... »

Il manqua de rajouter un "rapidement" mais estima qu'il n'était pas nécessaire. Il ne savait pas comment ni avec quoi, mais elle allait devoir trouver.

Long time ago.
« Tu as le sourire aujourd'hui frangin ! » Kimi le regardait en souriant, un des livres de Harley dans les mains. Elle comptait lire toute sa bibliothèque ? « Pourquoi tu souris ? » « Parce que... je suppose que je suis content ? » Elle lui donna un coup de coude, visiblement en attente de plus de détail. Mais pour ça elle pouvait se brosser. Parce qu'il n'était pas prêt de lui dire que c'était leur voisin qui le faisait sourire jusqu'aux oreilles. Il se sentait vraiment con dans ces moments là : ceux où il pensait à lui comme ça, sans même s'en rendre compte. Et puis ses joues rougissaient un peu, il se rendait compte qu'il était sans doute amoureux et... il avait envie de se foutre des claques devant sa propre niaiserie. « Oh, tu pars ? » « Ouais, j'ai rendez-vous. » « Ah... passe le bonjour à Cara. » Ce qu’il y avait de bien avec sa sœur, c'était qu'elle était rôdé. Rôdé à la routine que son frère avait mis en place il y a quelques temps et qui lui servait d'excuse quand il devait sortir. « Ouais ouais ! »
Il s'apprêta à frapper en face quand la porte s'ouvrit en grand. Et quand il vit une fille planté en face de lui – visiblement tout aussi surprise de le trouver là – il ne sut comment réagir. Peut-être parce qu'elle venait de gueuler un truc salace à Harley, ou qu'elle avait sa chemise à moitié ouverte, dévoilant une poitrine bien trop plate à son goût, ou qu'elle avait un string tellement remonté qu'il se voyait au delà des coutures de son short ? Devant un trop pleins de détails, dont il se se serait bien passé, Varian recula d'un pas pour la laisser passer, les lèvres pincées. Bordel voisin c'est quoi ce cirque ? Pourquoi t'as une fille vulgaire à moitié à poil chez toi ? « T'es qui toi ? »


Dernière édition par Varian Standall le Sam 6 Jan - 12:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Harley Weise


Messages : 302
Date d'inscription : 30/06/2017
Ft : César Domboy.
Crédits : .ipar haizea (avatar)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Ven 22 Déc - 23:57

dans le passé.
Il s'en voulait de ce qu'il disait, il s'en voulait d'être comme ça avec Varian, subitement, juste parce qu'un vieux doute venait lui traîner dans la tête… mais s'il ne demandait pas, il savait très bien que ça lui tournerait dans le crâne en boucle, sans lui laisser le moindre répit. Il deviendrait parano devant les moindres mots de son voisin et irait y voir des doubles-sens qui n'existaient pas. « Ouais, depuis le temps. Mais c'est quand même plus facile de trouver des chattes grandes ouvertes que le reste ! Ça limite le choix, excuse-moi de le souligner. » Non, non, pardon Varian. Je ne le pensais même pas, je ne sais pas pourquoi je te balançais ça d'un ton accusateur. Je savais très bien que tu n'étais pas avec moi juste pour baiser et juste parce que tu ne trouvais pas d'autre mec disponible. Je savais très bien qui ne nous deux avait le premier fait des avances et ce n'était pas moi. Rien ne laissait penser que tu puisses me dire oui… Et tu l'avais fait. Pourquoi, je ne sais pas, mais tu aurais pu me larguer cent fois déjà, ou aller voir ailleurs comme lorsque tu couchais allègrement avec ta copine de maternelle. Mais tu ne l'avais pas fait, je le savais. Tu n'avais pas envie d'un autre mec dans ta vie, ça aussi je le savais. Mais… Je ne sais pas. Cachant à grand peine un air de princesse offensée bien malvenue, Harley rata le nœud de son lacet et pesta intérieurement. « J'voudrais pas être comme ta copine de gommettes, voilà. » Il eut une petite pensée amère pour cette Cara, qu'il détestait assidûment depuis son adolescence.

dans le présent.
Devant les marmonnements, Harley se posa vraiment la question. Il se sentait définitivement humide, chaudement humide, et ce constat lui fit de nouveau monter les larmes aux yeux. Il repoussa le Grounder d'un geste dépourvu d'énergie et s'efforça de regarder partout sauf en direction de Varian et de ses vomissures – ou il n'était pas certain de pouvoir contrôler son propre estomac dans le cas contraire. À la place, tu préféras répondre à la question de Varian comme si de rien n'était. « Ils sont morts alors on peut les laisser comme ça... » À la réflexion, il ne savait même plus vraiment pourquoi ils avaient choisi de brûler le géant aux yeux de glace. Ils auraient pu laisser son corps comme ça aussi, à la merci du froid. Avant que quelqu'un ne le trouve, il y aurait sans doute eu un laps de temps assez grand, et de toute façon, personne n'aurait jamais su que c'était eux puisque sa maison n'avait pas été sur le chemin à suivre. Comme ces trois brigands d'ailleurs… « Personne ne saura que c'est nous. » D'ailleurs, ils avaient un accent à couper au couteau et une tête qui ne correspondait pas vraiment à celles des habitants d'Azgeda. « Ils ne sont pas d'ici. » S'ils venaient à être découverts – et avec la neige, c'était peu probable – personne ne pourrait les reconnaître. « Personne ne les connaît. » Voilà, il venait de terminer sa brillante explication, entrecoupée de secondes de silence entre chaque phrase, alors il se rongea le pouce en fixant le sol.

dans le passé.
« C'est bon, j'arrive ! » Enroulé dans une simple serviette de toilette, les cheveux dégoulinant de flotte, Harley jaillit de la salle de bain et s'approcha de la porte d'entrée à grands pas. Deux options derrière cette putain de porte : Kimi qui venait lui passer le bonjour, ou Arielle, l'actuelle conquête de son père que le jeune homme avait entrepris de draguer (pour de faux) pour faire rager le paternel. Il se plaqua un faux sourire charmeur sur le visage et ouvrit lentement la porte. « Bonjour, belle créature... » Sauf que ce n'était ni Kimi ni Arielle derrière la porte. C'était… « Oh, joueur avec ça... » Une fille trop grande, serrée dans un short tellement court qu'il ressemblait à une culotte en jean, une chemise outrageusement ouverte, le poussa du bout des doigts pour entrer dans la cabine des Weise. « Euh… » « On m'a tellement conté de choses à ton propos... » Elle battit des cils et s'effleura la poitrine du bout des doigts dans un geste sensuel. Son doigt glissa jusqu'au bouton de sa chemise qu'elle déboutonna lentement en se mordant la lèvre. En face, Harley resta planté sur place, trop stupéfait pour n'avoir ne serait-ce qu'une pensée cohérente. « Tu sais, on se connaît toi et moi. » … ? « Je rêve tellement de toi... » Elle s'approcha, près, trop près. « De ton corps contre le mien, de tes mains sur ma peau... » Elle lui attrapa les mains pour les faire glisser le long de ses hanches en esquissant une mine boudeuse avec ses lèvres. « Tu ne pourrais pas… me laisser souffrir comme ça, hein ? » Petit soupir vulgaire. « Hein Harley ? Sauve-moi, sois un héros… C'est si facile... » Elle toucha à sa serviette de toilette, déjà en origine précaire sur ses hanches, et il la gifla. Genre PAF sec et retentissant.

« Dégage de chez moi, sale pute ! » Ce fut elle qui lui donna la seconde gifle et il l'attrapa par les cehevxu au moment où elle tournait les talons avec une expression de nunuche en colère. « Me touche pas ! Tu vas me le payer ! » … ? « Le payer ? Non mais oh ! Tu te pointes chez moi pour, pour… Pour quoi d'ailleurs ? Et t-tu… ? » Je n'en trouvai même plus mes mots tellement cette situation me semblait burlesque. « Tu verras sale petit con ! On sait tous que tu prends toutes les chiennes qui passent ! À bientôt, petit chat ! » Il se demanda une seconde si elle venait elle-même de s'auto-insulter – oui – puis elle ouvrit la porte et… Voilà. Évidemment, tu étais derrière. « Excellente question ! C'est qui, elle ! » Harley était toujours hors de lui, même si la gêne d'être tombé sur Varian à ce moment crucial de son existence commençait à faire son chemin. La fille afficha un air dédaigneux et glissa un regard narquois à Harley avant de se jeter dans ses bras. « Ben son plan-cul préféré enfin ! Tout le monde sait qu'Harley Weise a une fille différente chaque soir ou presque ! » Il la repoussa brutalement en retenant sa serviette d'une main. « Mais t'es complètement folle ! »

dans le présent.
Le visage d'une curieuse teinte verdâtre, Luna se rapprocha d'eux lentement, les mains tremblantes. Sans mot dire, elle attrapa Harley par un pan de son manteau et le serra contre elle. « Sans blague, Varian enchanté. Et avec quoi ? » La vérité, c'est que son propre manteau luisait du sang déversé de l'abdomen du brigand, sans parler des agréables détails qu'Harley ne voulut pas voir. La réponse à sa question, elle la trouva bien vite toute seule. Elle ouvrit lentement les boutons qui fermaient ses fourrures et les laissa tomber sur le sol dans un bruit mou avant de s'approcher du troisième brigand qui avait eu la gentillesse de mourir proprement. « La maîtresse va me tuer d'avoir perdu mon manteau... » gémit-elle à mi-voix. Le nouveau était trop grand mais ça passait relativement inaperçu compte tenu du nombre d'épaisseur qu'ils portaient tous. « Harley, tu baves du sang. » Dans cette dernière phrase, elle retrouva un peu de son piquant habituel et elle s'écarta de son camarade avec une expression faussement dégoûtée en lui indiquant son menton badigeonné du sang de la lèvre du Grounder. Allons-y, on n'est plus si loin que ça... »

De fait, en moins d'un quart d'heure, les couleurs d'Ockefell se mirent à briller devant eux et les contours du village se dessinèrent enfin. « C'est ça, l'Ockefell ? » Harley fixa le village avec un mélange de surprise et de curiosité.


Dernière édition par Harley Weise le Sam 6 Jan - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 430
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : VOCIVUS (avatar) astra (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Sam 23 Déc - 13:13

Long time ago.
« Harley... » L'amusement avait laissé place à une profonde frustration qui s'entendait clairement. Ne t'énerve pas. Il te teste peut-être ? Bordel mais pourquoi il ferait ça au fait ? Varian ne dit rien, se contentant de regarder son petit ami avec un air mi blasé mi agacé. En réalité il était plus en train de chercher la bonne tournure de phrase pour répondre, sans trop s'emporter, et sans y mettre trop de méchanceté. « Ma copine de gommettes ? » Il devait parler de Cara, en même temps, il ne voyait qu'elle. Il n'y avait qu'une fille qu'il avait choisis de garder à ses côtés depuis leur plus tendre enfance et c'était elle, et personne d'autre. Il lui avait toujours trouvé certaines qualité que oui, malheureusement, beaucoup de personnes refusaient de voir en elle. « C'est pas la même chose. » Il se reprit rapidement, la voix moins cassante. « Ça n'a jamais été pareil. Comment tu peux penser ça ? » Se comparer à Cara, il t'avait eu là. Cara c'était totalement différent, il n'y avait jamais rien eu entre vous mise à part une... certaine complicité. C'était une fille sympa, qui ne se posait pas trop de question, bien fichue, tout à fait ton genre et ton amie de surcroît. De votre amitié tu en avais tiré tout ce que tu avais voulu et voilà. « Rentre toi ça dans l'crâne Harley... » Il l'avait attrapé par les épaules pour le regarder droit dans les yeux. « T'es pas Cara, t'es pas une de ses filles que je côtoyais avant. J'ai choisis de sortir avec toi, j'aurais pu dire non, te mettre un vent mais non. Et je veux pas passer ma vie à me justifier pigé ? C'est toi que je veux, et personne d'autre. » Pas d'autres filles, pas d'autres gars. D'ailleurs il n'avait jamais trop pensé à cette possibilité. Avant Harley, il n'avait jamais eu le moindre regard intéressé envers la gente masculine. L'idée de sortir avec un homme ne lui avait même pas traversé l'esprit, il avait toujours été bien trop obnubilé par son idéal féminin pour essayer de voir ce qui se faisait ailleurs.

Aujourd'hui.
Il regarda Luna se changer en silence et bientôt, ils reprirent la route. Ils avaient l'air... de parfais clochards. Enfin, c'était son opinion. Il avait conscience qu'ils avaient tous des têtes de déterrés, comme s'ils venaient d'accomplir le voyage du siècle, marchant des jours et des jours durant. Il peinait à imaginer la tête de ses maîtres à son retour. Ils allaient le bombarder de réponses sur la tête qu'il tirait et sur la durée de leur voyage.

« Ouais, c'est ça... »

Il y avait déjà mis les pieds et depuis le temps et bien, rien n'avait changé. La dernière fois, c'était pour visiter l’hôpital et y accompagner Orion, aujourd'hui, c'était différent. Pas de grounder grognon sur le dos, pas de malades et blessés à soigner. Il se tourna rapidement vers Harley et fut ravi de constater que l'air qu'il avait tout à l'heure sur le visage avait laissé place à tout autre chose.

« Bon, votre mission à vous, c'est quoi ? Moi j'dois trouver des herbes médicinales. »

Il savait déjà où aller, parce que sa mère avait pris soin la veille de lui décrire en détail la boutique dans laquelle il devait se rendre et même le vendeur avec qui il devait négocier. Visiblement, il lui ferait un prix en sachant qu'il venait de sa part. Cette femme était pleine de contacts dans la région à tel point que ça ne l'étonnait plus vraiment après trois ans passé à la suivre partout dans ses déplacements médicaux. Tout en parlant il s'était mis en route pour trouver le vendeur en question.

Long time ago.
Il vit enfin Harley et manqua de tourner de l’œil. Enfin, façon de parler, disons qu'il était plus sur le point de laisser éclater sa rage et de lui faire une scène de jalousie sans pareil. Mais Varian savait se retenir, et là... Disons que tout se lisait sur son visage pour qui voulait bien le voir. « Ah ouais ? » Que dire, que faire. D'une part il venait de pincer son petit ami dans une situation délicate (et bordel c'était quoi cette tenue, pourquoi il n'y mettait pas du siens aussi?) et d'une autre... Il y avait les réactions d'Harley. Ou il jouait la comédie à merveille, ou bien lui aussi n'avait aucune idée de ce que cette pouffe venait faire chez lui. « Son... » La suite ? Harley repoussa la fille en gueulant et elle laissa échapper un drôle de rire que Varian ne su pas vraiment déchiffrer sur le moment. Il hésita vraiment à tourner les talons, et à laisser Harley se débrouiller avec cette fille vulgaire et trop collante. Mais au dernier moment, il se reprit, toujours bouillonnant de l'intérieur. « Et toi ? Tu viens faire quoi ? » « Harley, ton père est là ? » Il ignora la fille qui afficha une mine boudeuse. Il avait balancé la première idée qui lui été venue, après tout, il s'entendait bien avec son père. Et puisque, aux yeux de tout le monde, il ne pouvait pas blairer Harley plus que ça... Même si là, ne pas le reluquer de haut en bas était un exercice terriblement compliqué. Tu crois qu'elle a eu le temps de tenter quelque chose avec lui avant que tu mettes les pieds ici ? Non, n'y pense pas Varian, n'y pense pas. « Toujours là toi ? Bon. Moi j'vais attendre dans votre cuisine que Jan rentre, tu m'en voudras pas, mais comme ça ça m'évite de faire passer ma commission par quelqu'un de peu fiable. » Il ne savait pas trop pourquoi il lui en voulait, peut-être pour la frayeur qu'il lui avait fait, ou peut-être pour le nombre de scènes qu'il avait imaginé en voyant cette fille ici. Il lança un regard mauvais à la fille avant de lui tourner le dos et s’affala sur la première chaise venue. Il ne te tromperait pas voyons, jamais. Cette fille, c'était juste une catin au mauvais endroit, au mauvais moment, dans une mauvaise posture.


Dernière édition par Varian Standall le Sam 6 Jan - 12:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Harley Weise


Messages : 302
Date d'inscription : 30/06/2017
Ft : César Domboy.
Crédits : .ipar haizea (avatar)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Ven 5 Jan - 0:01

dans le passé.
Refusant de croiser le regard de Varian, il se raidit quand celui-ci l'attrapa par les épaules et fixa obstinément le vide, les lèvres figées dans une expression à la fois triste et boudeuse. Il renifla bruyamment. J'étais furieux. Furieux contre toi et surtout contre moi. Sans savoir pourquoi. Ça aussi ça me rendait furieux. Ce n'était pas comme quand j'avais envie de tout démolir autour de moi, toi et moi compris. Non, j'étais juste… triste. Furieusement triste. Sans savoir pourquoi non plus. À contre-coeur, il tourna les yeux vers Varian mais fut incapable de soutenir son regard. « Je sais... » Je sais que tu me veux. Je sais que tu as envie d'être avec moi et pas avec un ou une autre. Je sais que tu penses chacun de tes mots. Moi aussi, je les pense. « Je ne sais pas comment tu fais pour être aussi zen, tout le temps. Je... » Il laissa échapper un petit ricanement. « Je passe ma vie à réfléchir, à imaginer tout ce qui... » Tout. À tout imaginer. Quand tu en auras marre de moi, et ou quand je serai trop fâché pour rester calme. Ou le jour où l'air de rien, tu diras la chose de trop. T'es le pro des mots qui font mal, Standall. T'es le roi des vacheries, des méchancetés, des phrases en l'air qui me tuent. Tu m'as tué des dizaines de fois avant aujourd'hui, tu sais ? C'était injuste, parce que lui-même avait déclenché la guerre n marmonnant les pires choses aux oreilles de Kimi. « Laisse-moi partir, ok ? On se voit plus tard Standall. » Il se dégagea doucement et quitta la cabine des Standall.

dans le présent.
La bouche entrouverte, Harley regarda autour de lui et emboîta le pas à Varian. « On vient recevoir une commande d'armes pour le maître. » répondit Luna. « C'est l'un des guerriers de Missi, dans le genre costaud. » La jeune fille affichait un air décontracté forcé, démenti par ses épaules tendues à l'extrême. « Et toi, V. ? » ajouta Harley en réapparaissant à côté de son ancien voisin après avoir contourné sagement un groupe d'hommes masqués et peinturlurés de blanc. Tu parlais d'un ton nonchalant Harley, à l'image de Luna, mais tu n'en menais pas large. Ce village que tu avais cru inconnu, cette maison là, et celle-ci ici… Tu les avais déjà vu au moins une fois. Le visage fermé, il continua de suivre le petit groupe. « Tu vas pas te perdre cette fois au moins ? » glissa-t-il à Varian, qui marchait juste devant lui. Son ton n'était pas vraiment agressif mais… Si, en fait. Pourquoi t'étais faché, Harley ? Parce qu'il n'était pas gentil avec toi ? Parce qu'il te regardait à peine ? Parce qu'il répondait à une question sur deux ? Ou parce que... Il avait fait comme si de rien n'était mais la discussion de la veille le pesait toujours. Il sentait qu'il avait raté quelque chose, un détail important peut-être. Il se sentit complètement à côté de la plaque, complètement dépassé, alors que la solution devait être toute simple. Harley, le Harley qu'il avait été mais qu'il n'arrivait plus à comprendre, aurait saisi lui. Et ça, ça le mettait en rage autant que ça le rendait triste.

dans le passé.
Si son père… Ce fut peut-être la question bizarre de trop, ou peut-être qu'il avait juste besoin d'un prétexte pour s'énerver enfin pour de bon. Quoi qu'il en soit, il se sentit rougir violemment et prit son expression qui généralement annonçait l'orage. « Ben voyons ! Ben sûr qu'il est là l'autre ! Toujours ! Surtout quand je me tape des putes dans la salle de bain ! » D'accord. Ça, c'était stupide. Il avait l'habitude de balancer des conneries à tout va mais là… Ah bravo Harley, toujours les bons mots, toujours plein de finesse, et toujours très à propos. Varian se glissa dans l'appartement au moment où il lui braillait dessus. La nana le gifla avec un glapissement outré (??). « D'où tu me traites de pute ! » « Comment t'appelles ça... » « Lâche-moi ! » Histoire de parachever la scène, Jan Weise choisit ce charmant moment pour rentrer chez lui. « Qu'est-ce que vous... » « Votre fils est un monstre ! » hurla d'une voix stridente la fille avant de bousculer Jan et de s'éloigner dans le couloir en courant, les mains collées sur sa jupe trop courte.

dans le présent.
« C'est ça que tu cherches ? » Harley contempla d'un air dubitatif la façade d'un magasin et coula un regard en direction de Varian. « Je vous attends dehors. » annonça Luna en baillant. Harley tritura son pantalon et secoua la tête. « J'attends dehors. Avec toi. » « Nan, tu te coucheras moins bête ce soir, va regarder les plantes avec Varian et écoute ce qu'il raconte. T'es ok avec ça, Varian enchanté ? »

dans le passé.
Un lourd silence tomba sur le couloir une fois qu'elle fut partie. Jan dévisagea un moment son fils avant de se mordre les lèvres et de prendre la main de sa petite-amie. « On va aller ailleurs pour ce soir. » annonça-t-il d'une voix blanche avant de s'éloigner à pas vif direction… Dieu seul sait où. En silence, les tympans noyés par le bruit de son propre sang rugissant dans ses oreilles, Harley referma lentement la porte de la cabine et regarda vaguement Varian. « Putain, quelle... » Et là, t'as perdu le contrôle. Tu as hurlé salope – ou un truc comme ça – en envoyant balader une chaise, et après t'as crié tout court en cherchant un autre truc à frapper. Et puis encore, et encore, jusqu'à te calmer. Voilà. Puis t'es resté planté là, à fixer le coin déchiré d'un livre, couvert de sueur. Dans le tas, t'as même pas songé à l'image que ça avait pu donner, toi et cette fille, aux conneries qu'elle avait balancé, et celles que t'as pas manqué de dire, juste pour répliquer, sans réfléchir. Et t'avais à peine eu une pensée pour Varian, toujours là, qui avait tout entendu, tout vu. Non, ça ne t'avait même pas effleuré l'esprit. T'avais juste eu besoin de hurler comme un aliéné. « Désolé, je ne sais pas ce qu'elle fabriquait là, l'autre. » Fixant toujours le livre, à la fois pour ne pas regarder Varian et parce qu'il se sentait réellement triste pour sa couverture abîmée, il réfléchit à quoi ajouter. « Le paternel a mis les voiles du coup... » Comme toujours, j'avais honte de m'être énervé. J'avais toujours honte après coup, plus encore quand tu étais là. Déjà quand on était gosse, j'en pleurais le soir quand je perdais les pédales… Mais avec toi c'était pire. Il en avait oublié la potentielle scène d'adultère à laquelle Varian venait d'assister. Ça n'en était pas une mais...


Dernière édition par Harley Weise le Sam 6 Jan - 12:36, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 430
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : VOCIVUS (avatar) astra (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Ven 5 Jan - 18:45

Long time ago.
J'en sais rien moi de comment je fais, qu'il avait envie de lui balancer en pleine poire. C'est vrai quoi. Il avait toujours été comme ça, à paraître zen... Il avait ses moments de rage lui aussi, mais il se contentait de les garder pour lui. La plus part du temps. Se confier, c'était pas trop son truc. Pas encore. Il haussa mollement les épaules en guise de réponse et le laissa partir, frustré. « Ouais, à plus. » A plus. Il était vexé et il n'avait même pas pu se retenir de mettre un peu d'amertume dans sa voix. Bon sang mais quel... « Oh, il est partit ? » « J'me barre aussi. » Kimi qui venait de passer la tête par l'encadrement de sa porte haussa les sourcils, surprises et se retrouva bientôt toute seule dans la cabine des Standall.

« Ça fait un baille chéri ! » « M'appelle pas comme ça ou j'me barre. » « Ouais pardon, entre, tu connais l'chemin ! » Ça pour le connaître... Il pouvait se déplacer les yeux bander jusqu'à la chambre de son ex. « J'ai besoin de me vider la tête. » Il s'était écroulé sur son lit sans demander son reste et sans trop prêter attention à la tenue de la jeune femme qui était... à moitié habillé. Putain Harley tu fais chier, vraiment chier... Pourquoi faut que je sois aussi faible et que je cède à chaque fois en te regardant, hein ? Tu fais chier. Cara l'avait rejoins, tout sourire. « J'ai eu une soirée assez mouvementé... » « J'viens pas pour ça. » Il ne voulait même pas savoir ce qu'elle avait fait quelques heures avant de ce lit, merci bien. « Oh. » Elle était déçue, au fond. Ça faisait trop longtemps à son goût sans doute. « Raconte ta vie de merde ça ira pour me changer les idées. » Elle rigola et sans plus attendre s'élança dans un grand discours sur une de ses énièmes conquêtes. Elle était pratique Cara à en jamais se vexer ou presque quand il ouvrait la bouche. Sa vie étant laborieuse il avait l'impression que la sienne était dix fois mieux. Il ferma les yeux, esquissant un sourire alors qu'elle venait de se lancer dans une de ses fameuse imitation, toujours avec beaucoup de talent. Pourquoi c'est pas aussi simple avec toi Harley ?

Aujourd'hui.
Non, il n'allait pas se perdre... Et c'était quoi ce ton ? Il était fâché ? Par quoi au juste ? Tout compte fait, il ne se sentait pas de lancer un nouveau débat avec Harley. C'était trop compliqué de l'entendre débiter des âneries.

« Non mais il peut... »

Rester ici, avait-il envie de rajouter. Mais visiblement Luna voulait s'en débarrasser. Ou en tout cas, elle ne voulait plus en avoir la charge pendant quelques instants. L'ancien lui avait envie de hurler que Harley n'était pas un vulgaire caniche à qui on allait apprendre des tours mais... Il ne dit rien.

« Aller, elle m'a laissé une liste longue comme le bras, entrons sans plus tarder. »

Il entra sans plus tarder, Harley à sa suite. Peu de gens dans la petite boutique, les trois personnes présentes le regardèrent quelques instants avec surprise, puis dégoût. Ou avec méchanceté. Il ne savait plus trop. Il ne devait pas s'attarder sur eux, ne pas lancer un seul regard de travers, sa mère le lui avait dit mainte et mainte fois. Il attrapa par réflexe la manche d'Harley pour le tirer vers lui et s'approcha du comptoir.

« Qu'est ce qu'il me veut l'étranger ? »

Ça commençait bien. Pas de bonjour, rien. En même temps, pouvait-il s'attendre à quelque chose d'autre de la part d'un type comme ça ? Il coula un regard un peu angoissé à son ex voisin de pallier et se reprit.

« Je viens de la part d'Ada de Missi elle... »
« Ma fisa préféré ! Pourquoi ne vient-elle pas en personne ? »
« Ma mè... maîtresse est très malade. Je viens donc récupérer sa commande à sa place. »

Non elle n'était pas vraiment malade, elle lui avait juste glisser qu'elle trouvait ce vendeur un peu lourd. Ce qu'il avait vite comprit en voyant ses yeux briller (un peu trop d'ailleurs) en entendant le prénom d'Ada.

« Rappelle moi ce qu'il lui fallait... » marmonna l'homme à moitié dans sa barbe.
« Un bocal de momordiques, un de pansementhes, les feuilles séchées de colchiques et des baies de belladones. »
« Je vais te chercher tout ça. »

Il se retourna en ricanant à voix basse, sans doute persuadé que Varian ne faisait que débiter bêtement sans comprendre un traître mot de ce qu'il racontait. C'était le soucis des gens comme lui, qui avait tendance à penser que sur l'Arche, leur culture était terriblement limitée. Mais comme tous, il était allé à l'école et comme tous, il avait suivis des cours de suivis, qu'il avait toujours trouvé bidon jusqu'au jour où il s'était retrouvé sur Terre.

Long time ago.
La claque qu'elle assena à Harley fut... Quelque part, si la scène s'était déroulé plusieurs mois auparavant, Varian aurait ris de bon cœur. Non là il avait juste envie de hurler à son tour mais resta cloué sur sa chaise tandis que Harley s'emportait à son tour. La scène aussi comique qu'absurde se tassa soudain quand la porte de la cabine des Weise s'ouvrit, laissant apparaître Jan et une femme, inconnue au bataillon. La fille couina avant de partir sans demander son reste, et Varian espérait qu'elle meurt de honte quelque part sur le vaisseau. Il le savait, il ne se gênerait pas pour en savoir plus sur elle et, à l'occasion, lui lancer deux trois piques bien placées. « Bonjour monsieur Weise... » murmura t-il. Sans doute le père d'Harley préféra t-il fuir sa propre cabine devant... le spectacle qu'offrait son fils en tout cas, il traîna sa conquête ? petite amie ? hors de sa cabine. « Hé bah c'e... » Harley hurla le coupant net dans son élan. Une de ses jambes se décala assez vite pour esquiver une chaise et Varian sursauta. « Har... » Impossible de le couper quand il était dans ses... délires ? Bref, dans ses moments d'éclats et Varian baissa le regard sans rien dire, attendant que la tempête se calme. « N-non j'ai bien compris que... » Que je m'étais fais des films trop rapidement. Mais il faut avouer qu'au départ, je pouvais avoir raison d'avoir peur, hein ? Ta réputation ne sort pas de nul part... « Oui heu... » Il ne savait pas quoi dire, là-haut un peu tout et n'importe quoi se bousculait au portillon pour détendre l'atmosphère, ne pas l'énerver encore une fois, rebondir un autre sujet....  « Je... Je vais t'aider à ranger. » Oui voilà, il n'avait trouvé que ça à dire pour changer vite de sujet. Mais elle va quand même le payer celle-là. Je vais trouver un truc, et rapido.


Dernière édition par Varian Standall le Sam 6 Jan - 12:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Harley Weise


Messages : 302
Date d'inscription : 30/06/2017
Ft : César Domboy.
Crédits : .ipar haizea (avatar)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Sam 6 Jan - 0:40

dans le passé.
Il ricana vaguement en regardant autour de lui et en entendant Varian, avec ses chères paroles si raisonnables, si… Préférant ne rien dire, il se pencha pour ramasser le bouquin et lisser sa couverture. « Touche à rien, range pas. » Il  marcha à pas vifs jusqu'à la porte de sa chambre et flanqua un coup de pied dans une chaise qui lui barrait le passage. « Aïe, pu-tain ! » La tempête était passée mais je me sentais toujours furieux. Comme cette fille sortie de nulle part et parfaitement improbable, contre le paternel, d'avoir été aussi nul, contre Standall qui restait planté dans la pièce de vie sans rien faire d'autre que de proposer de ranger. Il ouvrit un tiroir avec brutalité, prit une bouteille crasseuse et jeta le livre à sa place. « Tu sais ce qu'on va faire, Standall ? » cria-t-il depuis sa chambre avant de refaire irruption dans la pièce en vrac en brandissant son trésor du jour. Ça n'avait pas la moindre suite logique mais ça lui paraissait être de circonstance. « On va picoler tiens. » Il déboucha la bouteille comme il put et adressa un sourire provoquant à Varian quand un pop discret se fit entendre. Picoler, picoler, pour offrir un beaaau spectacle à l'autre gland de père. Pour l'avoir regardé sans rien dire et avoir tourné les talons après un regard froid. Quand il reviendrait, avec sa copine au bras, avec un peu de chance... Il sauta sur la table pour s'y asseoir. J'avais pas envie de te regarder, Standall. J'avais pas envie de me dire qu'une fois encore, c'était moi qui me donnait en spectacle. Quand est-ce que tu le faisais, toi ? À quel moment je pouvais dire « Wow putain Standall, c'était de trop ça... » ou un truc dans le genre ? Jamais, je crois bien. D'ailleurs, je crois que c'était pour ça que tout de suite, je me sentais un peu fâché. Tu aurais pu faire une scène, comme n'importe qui l'aurait fait, comme je l'aurais fait, mais non. T'étais planté là, à proposer de RANGER.

dans le présent.
Harley ne cacha pas un regard peiné à l'adresse de Luna mais cette dernière se contenta de regarder ailleurs et d'inspirer profondément l'air du village, comme si elle profitait d'un grand moment de relaxation. Alors il emboîta le pas de Varian sans cesser de toucher à son pantalon trempé de pisse qui lui collait désagréablement l'entre-jambe. « J'veux pas venir avec toi. » marmonna-t-il en entrant tout de même après V. dans le magasin. Il avait retrouvé son expression indéchiffrable, vaguement absente. Ils étaient tous là à nous regarder entrer en faisant la même tête que si des extra-terrestres étaient venus leur parler. Non, ils les regardaient entrer comme s'ils étaient des sous-merdes, des trucs indignes de fouler le sol de cette boutique et de venir marchander comme s'ils étaient leur égaux. Il s'en rendait bien compte. Le jeune esclave s'arrêta à mi-chemin, fixant le sol avec angoisse et fut presque soulagé de sentir Varian l'attraper par la manche pour le tirer vers lui. En vrai, t'avais peur d'eux tous, de leurs regards, de leurs armes cachées quelque part sous leurs manteaux. Tu savais qu'elles étaient là, et qu'ils n'auraient pas de problème à l'idée de te menacer. Pas te tuer parce qu'alors, ce serait déclarer la guerre à la famille… Mais te faire mal puis te donner un truc à offrir au maître, ça ils pouvaient.

dans le passé.
L'autre lui frappa le dos au moment où il s'apprêtait à boire et il avala l'alcool se travers. « Putain enfoiré ! » « Héhé Weise, on sait pas boire ? » Le garçon de quatorze ans repoussa son ami avec humeur et fit voler l'espèce de joint qu'il avait déniché il ne savait où. « Oh c'est bon Harley t'es... » Pas drôle sans doute, où quelque chose comme ça. Il n'écouta pas plus longtemps son camarade de classe et s'éloigna dans l'idée de danser avec Carmen, une fille de sa classe. « Danse avec moi. » Elle n'allait pas dire non, il le savait, et elle ne refusa pas, comme attendu. Et puis de toute façon, il se sentait d'humeur téméraire ce soir. « Ouuh, Harley Weise a buuu... » « Tu peux parler... » Ils s'emmêlaient à moitié les pieds l'un dans l'autre, sans trop s'en rendre compte. J'avais juste à l'embrasser, en amenant les choses biens. J'avais lu des tonnes d'exemple dans les romans à l'eau de rose bidons. C'était juste ça, lui baiser le cou et voir… Et puis il la vit. Non pas qu'il en soit amoureux ou qu'elle soit même attirante mais… Elle sortait avec lui. « Tu vas où ? Hé, Harl... » « Mais c'est la belle Cara... » Il s'approcha en souriant, sachant très bien que dans cette fête où sa classe s'était incrustée, il devait bien avoir déjà une ou deux touches faciles. Mais elle… « Ça te dirait pas de... » Signe vulgaire mais équivoque.

dans le présent.
Le marchand revint avec ses plantes, les posant sur le comptoir avec un air faussement agacé. Même en le regardant par en-dessous, il le voyait… cet air narquois dissimulé derrière un ennui savamment calculé. « C'est pas des baies de belladone ça. » marmonna Harley en montrant les petites boules. Je crois qu'il avait envie de se payer ta tête, ce vendeur, Varian. De voir si tu allais rentrer avec des trucs pas bons et les donner à ta maîtresse. Je sais pas comment elle était, où comment était ton maître ou quoi, mais tu te serais sans doute fait punir. Le Grounder contourna paisiblement son comptoir et Harley, par réflexe, recula pour buter sur un type qui faisait la queue et qui le repoussa brutalement vers l'avant, le jetant vers le commerçant. « Pour qui tu crois te prendre ? » Il le contempla, affichant maintenant un air faussement calme. « Un esclave puant le rat crevé me dit que j'ai tort ? »

dans le passé.
« Alors comme ça, tu n'irais même pas voir cette rediffusion avec moi. Combien de fois t'a été en voir avec des filles ? Ou avec… elle ? » Harley s'avachit dans sa chaise en croisant les bras, impassible. « T'as peur de quoi ? Qu'on nous grille ? Et alors ? » C'était à ce point injuste de ma part de te demander que, juste pour une fois, on fasse un truc ensemble ? En dehors de ces putains de cabines ? On serait dans le noir, au fond de la pièce réservée aux rediffusions de films. Cachés. Personne n'en saurait rien parce que ceux qui seraient là seraient là pour le film et non pour Varian Standall et Harley Weise assis au fond de la salle. « Je me demande si tu m'aimes. » D'accord, il avait activé le mode drama queen et la dernière phrase était dite comme telle, avec une touche de théâtralité volontaire. Mais au fond, je les pensais ces mots. On se terrait comme des rats, à craindre la moindre porte ouverte, le moindre regard suspicieux dans nos directions. J'avais l'impression qu'on avait pas le droit d'être ensemble, jamais. D'ailleurs, c'était peut-être vrai.


Dernière édition par Harley Weise le Sam 6 Jan - 12:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 430
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : VOCIVUS (avatar) astra (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Sam 6 Jan - 12:23

Long time ago.
Harley revint, un air triomphant sur le visage, une bouteille à la main. Non seulement le visage de Varian avait du se muer dans une profonde perplexité mais en plus, il avait une grande envie de le secouer pour lui faire reprendre ses esprits. Mais fidèle à lui-même il resta là, les yeux plissés en attendant la suite. Est-ce qu'elle pouvait être pire que ça ? Sans doute pas non. Il le regarda sauter sur la table et... Et puis quoi ? Il allait se donner en spectacle ? Encore ? Son bras se leva instinctivement et il chopa la bouteille que son petit ami tenait à la main pour lui arracher sans aucune délicatesse. « On redescend. Ton père est plus là. Faire le con rimera à rien. » Il aurait pu s'arrêter là, d'ailleurs, il avait même marqué une pause après avoir prononcé ses paroles. Mais il y avait toujours ce petit quelque chose qui le poussait à balancer deux trois phrases de plus. « T'es pas obligé d'être comme ça quand on est juste tout les deux tu sais. Franchement c'est... » Avalanche de mot pouvant compléter cette phrase : idiot et tout ses synonymes, pitoyable, grotesque... « J'aurais pu te faire une scène aussi mais tu vois, j'ai pris sur moi... quand je me suis rendu compte que je faisait sûrement fausse route. » Et pourtant au départ il était bien partis pour faire se princesse désœuvré, et de lui déballer un discours larmoyant sur la force de l'amour et des sentiments, des tromperies dans les couples patati patata. « Je suis pas venu là pour ça moi à la base... Chai pas, va te fringuer et, fin voilà quoi, arrête. » Sa voix s'était durcie au fur et à mesure qu'il déballait son petit discours et il se retrouvait bien là. Varian qui sermonnait, c'était tout lui ça.


Aujourd'hui.
« Il pue peut-être, mais en attendant, il a raison. »

Il croyait quoi lui ? Qu'il pouvait les berner aussi facilement ? Franchement, les Grounders lui faisait souvent de la peine mais là c'était... encore un cran au dessus. À force de ne voir que le négatifs chez eux, les gens du ciel comme ils se plaisaient à les nommer, ils en oubliaient qu'ils étaient également pourvu d'un cerveau, tout aussi fonctionnel que le leur. Il remercia pourtant Harley du fond du cœur de l'avoir fait remarquer en premier et repoussa les baies vers le vendeur.

« Ada tient à sa belladone. Elle n'a que faire de vos baies de morelle. »

Et il n'osait même pas imaginer la tête de cette dernière s'il lui avait ramené les mauvaises baies. Elle était calme et plutôt gentille, mais aussi terriblement professionnelle. Que Varian ne fasse pas correctement le ménage ou se rate une partie de pêche, elle s'en fichait. Mais qu'il ne sache pas ce qu'il lui rapportait, qu'il mélange les baies ou autres feuilles... Il le savait, elle était terrible. Il avait noté la petite étincelle dans ses yeux quand il avait remit sa mère au cœur de la discussion. Beurk, elle avait raison. Mais c'est immonde, il doit au moins avoir quinze ans de plus... Mais le vendeur ne se démonta pas pour autant. Son air un peu trop calme sur le visage, il afficha un large sourire qui sonnait terriblement faux avant de poser les mains sur son comptoir et de se pencher vers les deux esclaves.

« Tu es aussi un esclave d'Ada ? »

Clairement il avait posé la question à Harley et Varian sentit son cœur faire un bond. Sans doute avait-il sentit l'embrouille arriver ou quelque chose dans le genre mais il ne voyait pas ce que la question venait faire là.


Long time ago.
Comment Cara avait-elle pu passer du stade petite fille modèle à ça... Il n'avait rien vu venir. C'était peut-être le fait de traîner avec elle trop souvent. En tout cas il était passé à côté de l'évolution radicale de son amie sans rien y voir. « Ça me boudine ce truc... » Pas de réponse. Comment j'ai pu rater ça moi... Je comprends pourquoi il la reluque tous. Depuis quand elle a des hanches comme ça ? Je suis aveugle en fait... « Varian ? Oh ! » « Pardon. Ouais non c'est bon. » « Bon ? Non mais... T'es aveugle ? » Elle avait pris son faux air offusqué en rajustant l'espèce de mini jupe qu'elle avait fauché à sa copine cool du moment. « C'est trop court. » « Mais non... » En fait si, mais c'était pas si désagréable à l’œil donc bon. « Varian... » « Tu veux pas essayer ça ? » Il lui désigna d'un geste du menton la pile de fringue qu'elle avait pillé à droite à gauche, juste pour changer de sujet. Bah merde elle s'est coupé les cheveux et j'ai rien dis... Pourquoi je ne le vois que maintenant ça aussi ? Je passe pour qui là... « Tu crois que Jace voudrait bien sortir avec moi ? » « Jace ? Hé bien heu... » Pourquoi elle lui parlait de Jace dans un moment pareil... Une seule solution, c'était son crush du moment. Dieu merci elle ne lui avait pas dit Harley. Après tout, beaucoup de filles le voulait même si ça le dépassait complètement. Il la connaissait, et sur le bout des doigts. Après tout, ils se connaissait depuis dix ans et Cara, c'était le genre de fille à vouloir se caser avec le garçon le plus beau et le plus tendance du moment. En ce moment son grand rêve était de passer une nuit de folie avec un gars sombre et ténébreux. Tu te serais tellement passé des détails en réalité... Mais elle était ta meilleure amie et n'avait aucun complexe à te parler de tout ça. Aucun. « Je sais pas trop, je... Je pourrais essayer de demander si tu y tiens ? » Concrètement, il voulait bien faire ça pour ces beaux yeux. « Ah... » Elle n'avait pas l'air satisfaite. « Dès demain si tu veux ! » Il tentait de se rattraper, conscient d'avoir gaffé quelque part. « C'pas ça... J'étais pas sérieuse en fait... Je voulais juste savoir si tu allais te battre un peu. » Et là, il s'était sentit con. Et baisé aussi. Elle avait du capter tes regards, même si tu avais essayé d'être discret. Mais merde quoi, c'était une bombe, et ça, ça ne t'avais pas échappé. Aucun garçon normalement constitué ne pouvait détourner les yeux d'une fille comme elle. Pas avec ces yeux là, cette bouche là et... Et merde, tout ça quoi. Pourtant il prit sur lui pour rester le plus serein et impassible possible avant de hausser les épaules, faisant mine de ne pas comprendre. « Je vois pas de quoi tu veux parler. Du coup, tu vas lui prendre tout ça ? » « T'es con punaise, t'es con quand tu t'y mets. Ouais, je vais lui prendre. » Oups, elle était vexée. Mais ce n'était pas demain la veille qu'il lui dirait que oui, éventuellement, il la trouvait très jolie.

En fait il avait craqué. Au bout de deux semaines. Cara était aux anges et lui... En quelque sorte, lui aussi. Sortir avec sa meilleure amie c'était étrange mais d'après Cara ils étaient fais l'un pour l'autre. Si elle le pensait alors... En attendant elle l'avait traîné à une soirée et Varian s'ennuyait. Et le clou de la soirée avait été quand il l'avait vu sur la pseudo piste de danse. Que diable foutait Harley ici ? Et que... Quand il le vit se diriger vers Cara il eut comme un  vieil instinct animal et se rapprocha de sa copine. Venait-il sérieusement de... « Qu'est-ce qu'il me veut le gnome ? » Ok. Il allait lui laisser les manettes. À côté de Cara, deux de ses pouffes d'amies rigolèrent (dont une qui n'avait d'yeux que pour Harley mais passons) et le sourire de sa petite amie s'étira. « Bah dis donc, t'es bien farouche pour un collégien ! » Il avait presque envie de détourner les yeux tant la scène était... « J'te parie un verre qu'elle va dire non. » chuchota un garçon roux derrière lui à son ami. Cara s'était levée de l'endroit où elle s'était assise, les bras croisés sur la poitrine. « Va jouer avec les filles de ton âge Weise. Reviens nous voir quand tu seras un peu plus fini. » Il manqua de s'étouffer dans son verre. Avant d'éclater de rire, sans aucune discrétion. Bah alors Harley, tu pensais à quoi en venait les voir ?


Aujourd'hui.
Luna, tu aurais du le garder avec toi. Il ne savait pas trop pourquoi il pensait ça en ce moment même... Peut-être parce qu'il sentait que Harley allait sortir un truc étrange qui allait faire péter un plomb pour de bon au vendeur ? Ou que les autres clients étaient du côté du grouders et qu'au moindre faux pas, lui et Harley serait hué, frappé ou quelque chose dans le genre ? Non, les images de la matinée lui revinrent en tête et il refusait de... D'affronter encore des gens mal attentionnés. Pourquoi fallait-il toujours que tout soit compliqué ? Pourquoi ?


Long time ago.
« C'est pas que je veux pas... » Il était à court d'arguments bétons pour une fois. Harley n'avait pas tort au fond... Et ça l'agaçait. « Elle déjà, elle a un prénom. » Il le savait, ce n'était pas le grand amour entre Harley et Cara mais tout de même... Mais c'était risqué son histoire, voilà tout. Il ne voulait pas que les gens les voient ensemble, ça non. Il en était hors de question. Que diraient-ils tous ? Hein ? Il refusait même d'imaginer tout ça. Harley entra en mode drama queen et Varian leva les yeux au plafond. « Je... » Putain Harley, soit pas con comme ça... « Tu le sais très bien imbécile. » Voilà. Une belle pirouette – un peu maladroite certes – pour s'en sortir vite fait bien fait. « Tu fais chier. On va aller le voir ton truc. » Il avait envie de donner un coup de pied dans la chaise sur lequel il se balançait, juste pour le faire chier. Comment allaient-ils s'organiser, bon sang... Déjà il commençait à stresser pour son film. Il avait horreur de le voir comme ça. De le voir sortir des arguments pareils juste pour le faire céder ou il ne savait trop quoi. Tu vois, c'est dans ces moments là qu'on se ressemble toi et moi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Harley Weise


Messages : 302
Date d'inscription : 30/06/2017
Ft : César Domboy.
Crédits : .ipar haizea (avatar)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley) Sam 6 Jan - 22:32

dans le passé.
Glacial, Harley fixa la bouteille un bref instant avant d'affronter Varian. Il n'avait pas envie de ranger parce qu'il voulait pouvoir hurler sur quelqu'un. Non pas quelqu'un, pas Varian, plutôt son paternel. Il avait besoin de se défouler, de crier, de vagir comme un demeuré pour mieux repartir après. Il ne savait faire que ça de toute façon : alterner entre ses phases de bonne humeur et d'optimisme et celle de rage pure. L'un fluctuait vers l'autre avec un vivacité effrayante le perdant lui-même. C'était facile, il ne savait jamais ce qu'il serait capable de faire la minute suivante. « Super si c'est ça que tu penses de moi. C'est quoi, hein ? Vas-y, je t'en prie, va jusqu'au bout de ta pensée tant que tu y es. » Tu le cherchais à chaque minute et pourtant, à chaque fois, ça te transperçait le cœur. On aurait pu penser que tu le faisais exprès d'être comme ça, d'être casse-couille, de partir pour le lourd de service, le fardeau, l'idiot, le tout ce qu'on voulait… Peut-être que quelque part oui, il le faisait exprès. Il s'était caché derrière cette image de lui jusqu'à la faire vraiment sienne, jusqu'à vraiment devenir ce type un peu pathétique que les gens regardaient avec un mélange de gêne et de dédain. Tant pis, c'était un peu tard maintenant. Personne ne changeait jamais d'avis. Sauf Standall... Vraiment ? « Ouuuh tu as pris sur toi ! Peut-être que tu devrais t'énerver alors parfois. Histoire d'avoir l'air moins faux, tu vois ? » Non, ça il ne le pensait pas vraiment. Quoi que… ? Tu passais ta vie à te questionner sur ton voisin, sur ses sentiments, sur ses raisons… C'est bien qu'il n'était pas très clair, si ? Harley tendit la main vers Varian. « Rends-moi cette bouteille plutôt. »

dans le présent.
Dans une autre situation, un autre jour et dans un autre endroit, Harley se serait probablement senti satisfait d'entendre qu'il avait raison. Il le savait bien sûr, il n'aurait pas parler des baies s'il n'avait eu aucune idée de ce qu'il était en train de raconter… Pourtant ça l'aurait réconforté. Il l'aurait peut-être raconté à Nei dans l'espoir de… Non, sans vraie arrière-pensée parce qu'il n'y aurait rien gagné. Mais il le lui aurait dit, au détour d'une conversation à sens unique. Il le lui aurait glissé, comme un cheveu sur la soupe, et elle lui aurait fait remarqué qu'il venait de lui couper la parole. D'ailleurs elle aurait eu raison parce que ça aurait été vrai. « J'ai souvent raison sur les fleurs... » marmonna-t-il en fixant le plancher de la boutique. L'ambiance qu'il régnait à présent dans la pièce étouffante le pétrifiait littéralement. Tu le savais, c'était l'ambiance de la menace qui rôdait. Celle où tout te hurlait de courir et de te cacher, de ne plus bouger. Celle qu'Azgeda savait très bien faire régner avant quand tu avais fait quelque chose de mal. Celle de maman, quand elle était en colère à la maison et qu'elle te cherchait. Celle de Nei quand elle quittait sa voix forte et autoritaire pour prendre un ton tout doux. La question du vendeur le prit de court un bref instant et la lumière se fit presque aussitôt dans son esprit. C'était un piège cette question, il le voyait très bien. Il voyait même lequel… Et il n'y avait pas de bonne réponse. Si tu mentais, il le verrait aussitôt parce qu'Harley était un véritable livre ouvert sur cette planète. S'il répondait que non, l'autre ne se gênerait pas pour... « … Sais pas qui c'est... » bredouilla-t-il. S'il avait parfaitement vu le sous-entendu derrière l'interrogation du vendeur, il avait répondu de travers, avec un soupçon de bêtise, comme toujours. Avec un poil de jugeote, il se serait souvenu qu'il s'agissait de la maîtresse de Varian et la mère d'Aya, la meilleure amie de Nei. Varian venait juste d'en parler à plusieurs reprises sous son nez. Sauf que ce genre de trucs, ça ne te revenait jamais au bon moment. Tu répondais que tu ne savais pas, ou tu disais une ânerie, et après tu réalisais. Genre vraiment après.

dans le passé.
Se faire baiser. Voilà ce qui était en train de se passer : il était en train de se faire baiser, et pas de la manière dont il l'avait voulu. Interloqué, Harley regarda la jeune fille avec de grands yeux, la bouche entrouverte. C'était le risque du métier et ce n'était pas la première fois qu'il se faisait rembarrer… Mais il était arrivé en héros, en conquérant, en Jules César de l'amour… Et en plus de se faire envoyer chier, elle lui causait comme on renvoyait paître un chien ou un petit gosse. Les paroles des gens autour ne lui échappèrent pas non plus. « Que j… Pardon ? » Ses potes – ses potes à lui éclatèrent de rire et se mirent à le huer en levant leurs verres. Les joues du gamin virèrent au rouge brique, tant par l'humiliation cuisante que par la colère, et il resta planté plusieurs secondes à s'étrangler sans trouver quoi dire. Finalement il se reporta sur l'autre clown. « Dégage de là pétasse… Quelque chose te fait rire, Standall ? » lui cracha-t-il au visage après avoir bousculé Cara. Il se planta devant Varian – beaucoup plus grand que lui – avec… Avec rien en fait, il avait juste envie de fondre en larmes et de s'enfuir en courant, chose qu'il ne ferait jamais. J'aurais bien frappé cette salope. J'en avais franchement envie même. Il entendait juste sa colère et sa frustration, et la brûlure de ses joues.

dans le présent.
Un petit silence flotta après sa misérable réponse… Puis le vendeur claqua des mains avec un grand sourire. « Ah ! Bon. C'est entendu alors, je peux te punir, Ada ne m'en voudra pas ! » Si c'était seulement possible, Harley pâlit encore davantage. Pour à peu près la millième fois depuis le début du voyage, il sentit ses yeux se remplir de larmes à vitesse grand V et son estomac lui remonter dans la gorge. « Voyons voir... » Il coula un regard malheureux à son ancien voisin. Tant pis, tu t'étais fait avoir, petit Harley. Comme… Comme à peu près toujours en fait. Mais tu avais beau avoir peur, ta seule pensée cohérente alla vers ta vessie pour l'implorer de ne pas lâcher encore si tu devais avoir mal. Bon, l'autre avait plutôt l'air parti pour lui rendre la monnaie de sa pièce pour l'avoir fait passer pour un idiot… Mais avec Azgeda, on ne savait jamais vraiment. « Nei sera pas contente si vous me frappez. » Le vendeur le regarda un petit instant puis éclata de rire. Harley se mordit les lèvres en voyant les yeux du commerçant briller un peu plus fort.

dans le passé.
Harley haussa les sourcils avec un demi-sourire, regardant son petit-ami se dépatouiller maladroitement. Ce n'était pas vraiment un sourire bienveillant ou amusé, plutôt désabusé et un peu déçu aussi. En vrai là, tu te cherchais des excuses, tu cherchais comment échapper à ma proposition. C'était ça, hein, Varian? « J'en ai rien à foutre du prénom de cette salope, Standall. » Il fit un geste agacé de la main pour clore ce débat. Tu savais très bien que je ne ferais jamais aucun effort à son propos, non ? Je n'en avais pas envie et même pour toi, même pour tes beaux yeux, je ne le ferais pas. Jamais. Par pur caprice. « Tss... » Le jeune dealer quitta sa chaise et glissa les mains dans les poches trouées de son sweat avant d'imiter quelqu'un d'enjoué. « Wouuuh, on va voir mon truc tous les deux ! Comme ça te met en joie Standall ! Quelle sortie folichonne ! Peuh. » Malgré ça, il avait les yeux remplis d'étoiles et il se sentait soudain tout excité, comme un petit gamin. « On y va ? » Sa voix un peu aigu le cramait à des kilomètres en dépit de tous ses efforts pour rester énervé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Inclement Earth

MessageSujet: Re: Tell me what you know about dreaming. (harley)

Revenir en haut Aller en bas

Tell me what you know about dreaming. (harley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Frontières de Trikru :: Azgedakru (Ice Nation, La Nation des Glaces)-