AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Les nouveaux personnages de la S5 ne sont pas jouables pour le moment (ils seront ajoutés dans les PV lorsqu'on avancera dans la trame de jeu !)
Si IE est momentanément inaccessible : pas de panique ! Deux liens d'infos à connaître : Twitter ou Facebook
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes : Delinquents, Hemerians et Arkers ! Essayez de les privilégier
Les habitants du Mont Weather sont jouables ! Ils offrent quelques Tcs bonus à la validation, n'hésitez pas à peupler le bunker

Partagez|

[10/04/2482] We don't need child in war || Alkaia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Roan


Messages : 314
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Zach McGowan
Crédits : (c) Nîniel

Inclement Earth

MessageSujet: [10/04/2482] We don't need child in war || Alkaia Ven 29 Sep - 9:38

Informations RP:
 


We don't need child in warRoan & AlkaïaLa valeur d'un homme ne se mesure pas à son argent, son statut ou ses possessions. La valeur d'un homme réside dans sa personnalité, sa sagesse, sa créativité, son courage, son indépendance et sa maturité.Cela faisait plusieurs jours que Roan voyageait, sur une route qu’il connaissait relativement bien. Depuis le temps qu’il était banni, il s’était souvent rendu à Yujledakru afin de prendre des nouvelles et voir sa fille, et c’était de là qu’il revenait. Il n’avait pu rester bien longtemps, devant prendre en compte le temps qu’il lui fallait afin de rejoindre Algo. D’ici quelques jours, une célébration ancrée dans la tradition des natifs avait lieu en ce village Trikru et, bien que cela ne soit le genre d’endroit où le prince aimait se rendre, il avait pris la décision d’y aller et d’honorer les morts.

Voyager seul n’était pas un réel problème pour l’Azgeda qui avait finalement prit cette habitude. Ayant récupéré la monture qu’il l’accompagnait fidèlement depuis trois ans maintenant dans cet exil forcé, il parcourait bien plus de route que lorsqu’il avait quitté Orion, une dizaine de jours plus tôt. D’ailleurs, Roan se souvenait encore de cette soirée quelque peu farfelue, passé avec son amie et magnifiquement animé par la jalousie d’Alkaia envers la Camélotienne. Il avait d’ailleurs été surpris de ce qu’il avait bien pu voir dans cette grotte, que ce soit quand elle s’était opposé aux sous-entendus et baisers entre Orion et la fille du ciel, mais aussi quand elle a eu l’attitude d’un véritable gamin immature. Il en avait vu des belles quand il était le mentor de la jeune femme, mais il continuait d’être surpris par certaines de ses réactions des plus inattendues. Elle correspondait réellement bien à Orion en y regardant de plus prêt. Aussi imprévisible l’un que l’autre, bien que le fisa, ait fait preuve de plus de maturité.

Le soleil était d’ailleurs à son zénith tandis qu’il s’enfonçait dans l’épaisse forêt qui caractérisait le territoire Trikru. Il était difficile de suivre la course de l’astre de par le feuillage des arbres, mais cela n’empêchait pas le prince de se repérer. C’était aussi une chose qu’il avait perfectionnée depuis son bannissement, parcourant les terres de plusieurs des clans de la Coalition. Sa quête semblait peu avancer afin de trouver ce qui pourrait lui offrir de nouveau sa place à Azgeda, mais le natif ne cessait d’y penser et d’articuler ses recherches tout en gardant contact avec certaines personnes. Tout en surveillant son avancée, ayant jugé avoir franchi la frontière du peuple des arbres depuis peu, il essayait d’évaluer le temps qu’il allait lui rester. Se rendre à Algo était certes son but, mais il comptait aussi faire une halte afin de trouver une offrande pour cette journée si spécifique qui approchait. Il honorait sa culture et cela aurait été non seulement un sacrilège pour lui de ne faire d’offrande, mais il aurait aussi renforcé son statut d’exiler hors de la Coalition. Et suite à sa réflexion, il devait lui rester quelques jours de route, afin d’avoir le temps d’arriver dans le village avec cette offrande si précieuse.

Envisageant d’avancer un peu plus rapidement, Roan fut cependant interrompu dans cette volonté à la vue d’une personne plus éloignée. N’étant pas trop distancé, il put reconnaître la silhouette d’une guerrière Trikru qu’il ne connaissait que trop bien. Peut-être était-ce l’ironie du sort de croiser la route d’Alkaia quelques minutes après avoir repensé au caractère dont elle avait fait preuve quelques semaines plus tôt. Intéressé de prendre de ses nouvelles, il détourna sa monture de la route qu’il pensait prendre afin de rejoindre celle qui gardait la personne de Heda.

« Heya Alkaia kom Trikru. »

Il avait salué la guerrière en étant encore à quelques mètres, afin de s’assurer qu’elle l’avait vu. Bien qu’il ne doutait pas de ses propres réflexes, il aurait été inutile de l’interpeller par surprise et de lui laisser croire qu’elle était attaquée.

« Tu sembles t’être assagi depuis l’autre jour. Tes responsabilités te sont-elles finalement revenu pour enfin endosser le rôle d’une véritable Yazhu. As-tu enfin compris que Heda n’avait pas besoin d’une goufa à ses côtés ? »

Le prince n’avait pas hésité à faire preuve de sarcasme envers son ancien disciple, se doutant de sa réaction. Mais il aurait été bien trop simple de fermer les yeux sur sa manière de réagir et une petite leçon ne lui ferait certainement pas de mal.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alkaia


Messages : 754
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Gaia Weiss
Crédits : Avatar : Juice
Signature : Hély (Kiki) + anaëlle (code sur Bazzart)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [10/04/2482] We don't need child in war || Alkaia Lun 9 Oct - 2:07

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We don't need child in war
Roan & Alkaia

« On ne se libère pas comme ça de son passé.
On n'échappe pas comme ça aux sables mouvants de ses obsessions. »


Je commençais enfin à me sentir bien. Cette sensation angoissante au creux de mon ventre s'était enfin éteinte. Je n'avais pas été très active ces derniers jours. Il fallait dire que mon esprit était ailleurs. Il était toujours dans cette grotte, sous les effets des hallucinations. Je ne m'étais pas attendue à repenser à cette part de mon passé. J'avais cru avoir dépassé cela, mais je devais me tromper. J'avais adoré et détesté entendre cette voix. C'était comme entendre un fantôme ; c'était une illusion. Ce gamin n'avait existé que dans mes pensées. Pas même celles d'Orion, juste les miennes. Cette hallucination m'avait rappelé douloureusement que je n'arrivais pas à être mère. Voir Orion dans les bras d'une autre, même si je sais pertinemment que c'est pour m'emmerder, m'avait rendue jalouse. Jalouse et puérile. Et pourtant, je n'avais aucun droit d'être jalouse. Nous n'étions pas un vrai couple, je n'avais donc pas le droit d'être jalouse. Je sais que j'aurais du laisser couler mais je ne pouvais pas. Ce n'était pas dans mon caractère. J'avais également remarqué le regard consterné de Roan. Mon ancien mentor avait du reconnaître la petite fille qu'il avait entraînée il y a plusieurs années. Il ne m'avait pas empêché de faire ce que je voulais faire, dans cette grotte. Je crois que les noisettes y étaient pour beaucoup.

Roan avait été un mentor terriblement stricte et pointilleux. Ce n'était pas pour me déplaire. Je me demandais parfois qui avait le plus envie de s’entraîner : moi ou lui. Il n'avait jamais été très bavard mais par contre, j'avais eu droit à quelques leçons. Des leçons de respect, plus particulièrement. Je crois que Roan était aussi têtu que moi. Après toutes ses années, il n'abandonnait pas l'idée de m'inculquer quelque chose. Cette idée me fit sourire. Nous n'étions pas du même Clan, mais nous étions resté proche. Je n'appréciais pas tout ce qu'il faisait, mais j'avais su reconnaître au fil du temps qu'il avait été un bon mentor.

Penser à autre chose me fit le plus grand bien. Je souriais enfin, étendue sur mon lit. J'avais passé un peu plus de temps chez moi qu'à Polis, pour une fois. J'avais eu l'impression d'être malade pendant ces quelques jours. Heureusement, je n'avais pas revu Orion parce qu'il aurait fallu lui expliquer et je n'en avais aucune envie.

J'étais rentrée de Polis, pour une fois. J'aurais pu rester dormir là bas, mais je voulais le calme de ma maison. Je voulais la paix et surtout, je voulais réfléchir. Oublier. Non, ne plus réfléchir. Je m'étais occupée de toutes les manières possible. Remettre un peu d'ordre chez moi, m'occuper des chevaux (ce qui me prit une partie de mon temps) et faire l'inventaire de la viande qui me restait. J'avais été assez occupée pour ne plus penser à ça. Couchée dans mon lit, je faisais l'inventaire de ce que je voulais faire aujourd'hui. Et le plus urgent, c'était la viande. Il ne me restait plus grand chose, il fallait absolument que je parte chasser. Et comme à chaque fois que je devais chasser, je traînais plus ou moins les pieds. Ce n'était pas mon activité favorite. Loin de là. Je le faisais parce que je n'avais pas le choix, et que personne n'allait le faire pour moi. Je repoussais les draps en soupirant. Quand il faut y aller, il faut y aller. Je m'habillais en vitesse et accrochais mon épée à ma ceinture. Je décidais de ne pas prendre mon arc. C'était très encombrant et je n'étais pas pas sûre d'en avoir besoin.

Après être passée voir les chevaux et avoir vérifié qu'ils ne manquaient de rien, j'étais partie à pied. Pas besoin de prendre mon cheval, je ne comptais pas m'enfoncer trop loin dans la forêt. Il fallait que je trouve une proie suffisamment grosse pour avoir de la viande pour quelques jours mais pas trop grosse pour que je puisse la ramener chez moi. Je n'avais pas spécialement envie que les animaux sauvage s'approprient ma proie, il fallait donc pouvoir la transporter. Perdue dans mes pensées, j'avançais sans vraiment faire attention. Je ne trouvais pas ce que je cherchais pour le moment. Je m'arrêtais subitement auprès d'une trace. Enfin un gibier un peu plus gros. Et un peu de challenge ! Je n'étais pas là pour chasser n'importe quoi. Cette viande devait me servir pour plusieurs jours.

Accroupie auprès des traces, j'entendis tout d'abord les pas d'un cheval derrière moi. Fronçant les sourcils, je me figeais et écoutais dans l'espoir de deviner qui c'était. Ou du moins, deviner si j'allais devoir me battre ou non. Je n'eus pas à chercher longtemps. Le prince déchu venait de me saluer. Je me redressais et me retournais en le regardant s'approcher de moi sur son cheval.

«  Roan ! »

Dis-je en le saluant sommairement, baissant juste légèrement la tête. Il ne fallait pas croire que je n'avais pas  de respect pour Roan. J'en avais beaucoup. J'aimais bien jouer sur ses nerfs, à deviner quand est-ce qu'il finira par s'énerver ... Roan, c'était la force tranquille et la sagesse incarnée. Du moins, par rapport à moi, ce qui n'était pas difficile. Je croisais les bras tandis qu'il continuait de me parler. Oh, j'avais agis comme une gamine alors. Mon ancien mentor ne semblait pas vraiment ravi d'avoir assisté à cette scène. C'est comme s'il me disait que je n'était pas digne de ce poste. Enfin, c'est ce qu'il me dit ... Je levais les yeux au ciel. Je n'avais pas envie d'un leçon de morale, j'avais autre chose à faire. Je ne pus pas m'empêcher de lui répondre.

« C'est plutôt toi qui semble t'être assagi, Roan. J'ai remarqué que tu n'avais plus autant de réflexe qu'avant, papy. Il fut un temps, tu m'aurais arrêtée, mais je crois que les années t'ont rattrapées. »

Lui dis-je, un sourire aux lèvres. Je faisais évidemment allusion à ce qu'il s'était passé dans la grotte. Oh, j'étais assez fière de ce que je venais de lui répondre, même si je savais que je risquais d'en prendre pour mon grade. Il existait toujours cette sorte de relation mentor/apprentie entre nous, malgré le fait que j'avais réussi mon Dwensa il y a bien longtemps. Je savais aussi que je le charriais mais que ce n'était pas méchant. Je ne pensais pas à mal. J'avais voulu l'embêter comme il m'avait embêtée avec sa remarque. Une goufa ... moi ! Alors le papy n'était pas de trop. Ce n'était qu'un juste retour des choses. Je m'adossais tranquillement à un arbre en attendant sa réaction. S'il pouvait le prendre avec le sourire et non se vexer, ce serait bien. Ou alors, il me montrerait qu'il avait retrouvé ses réflexes mais je ne sais pas si s'était une bonne idée. Je ne m'étais pas préparée à me battre.

 
Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Roan


Messages : 314
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Zach McGowan
Crédits : (c) Nîniel

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [10/04/2482] We don't need child in war || Alkaia Jeu 19 Oct - 19:01


We don't need child in warRoan & AlkaïaLa valeur d'un homme ne se mesure pas à son argent, son statut ou ses possessions. La valeur d'un homme réside dans sa personnalité, sa sagesse, sa créativité, son courage, son indépendance et sa maturité.Roan aurait pu adopter une tout autre entrée en matière afin d’aborder Alkaia, mais depuis le temps qu’ils se connaissaient, il ne comptait pas y aller avec des pincettes. LE natif savait parfaitement ce qu’il pensait du comportement qu’il avait pu observer chez la jeune femme et, même si Orion avait cherché à la provoquer cette nuit-là, elle avait quelque peu déçu le prince dans son attitude. Après l’avoir eu en entraînement durant son dwensa, puis ayant pu observer sa progression, il s’était attendu à ce qu’elle garde bien plus son sang-froid, ce qui n’avait été le cas. Alors quand il l’avait vu, après l’avoir salué afin de faire remarquer sa présence, l’Azgeda était entré dans le vif du sujet en parlant de responsabilité. Il se doutait qu’elle ne le prendrait pas avec joie, mais telle était la dure réalité. Dans ce monde, il était impossible de rester un enfant toute sa vie et la guerrière était en âge d’assumer ce qu’elle faisait et d’apprendre à se contrôler.

Cependant, la Yazhu avait marqué un point avec sa légère preuve de respect. C’était toujours mieux que lorsqu’elle avait refusé ses remarques dans la grotte et cela ne faisait jamais de mal à la fierté que de voir quelqu’un plier, même légèrement, la tête. Et de la part d’Alkaia, c’était même parfois un miracle. Seulement, sa remarque ne semblait pas plaire à la jeune femme, mais cela, Roan s’en souciait guère. Alors qu’il avait mis pied à terre, il pouvait l’entendre répondre avec toute l’audace dont elle savait faire preuve. S’il y avait bien une chose qu’il avait remarquée au sujet de la Trikru, c’était bien cette manie qu’elle avait de ne pas rester à sa place et il se demandait bien ce qu’elle cherchait à lui parler ainsi.

Toute sa remarque aurait pu être prise à la légère, si la jeune femme n’avait pas usé de cette dénomination… Le « Papy » fit tiquer Roan, bien qu’il gardait son impassibilité habituelle. Encore une fois, elle lui prouvait qu’elle n’avait pas froid aux yeux. Elle cherchait à le provoquer ? Et bien soit, mais il n’allait pas agir comme il aurait pu le faire face à une tout autre personne.

« Je ne sais qui de nous deux à le plus perdu ses réflexes. Il y a quelques années, je ne pense pas que tu aurais laissé Orion te piéger avec tant de facilité. »

Roan n’avait rien répondu face au papy, préférant ne pas se concentrer sur ce point et laissant plutôt entendre qu’il aurait très bien pu l’arrêter l’autre jour. S’il ne l’avait fait, ce n’était pas par un manque de réflexe, mais plutôt de pure volonté. Bien qu’il n’ait pas hésité à la traiter de gamine, il considérait qu’elle était assez grande pour prendre ses responsabilités et être constamment sur son dos n’était pas le rôle du prince. Si elle avait agi ainsi lorsqu’elle se trouvait à Azgeda, alors il serait intervenu tout en la remettant à sa place, mais désormais elle se devait d’assumer.

« Que pourrait bien dire la grande Heda face à l’immaturité dont tu as fait preuve ? »

Accompagnant sa remarque d’un sourire sarcastique, rabaissait une nouvelle fois Alkaia. Il devait reconnaître que, au fond, les réactions de la jeune femme était une bonne distraction et il n’était jamais surpris par la recherche de ses retours. La Trikru avait toujours fait preuve de forte volonté et Roan n’allait pas hésiter à lui rappeler quelque peu sa position. Elle ne restait qu’une Yazhu qui devait honorer sa place au sein du Kongeda, bien que son avis soit toujours mitigé au sujet de cette alliance. Mais là n’était pas la question alors qu’il faisait face au côté rebelle de la guerrière qui n’allait certainement pas lui marcher sur les pieds.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alkaia


Messages : 754
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Gaia Weiss
Crédits : Avatar : Juice
Signature : Hély (Kiki) + anaëlle (code sur Bazzart)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [10/04/2482] We don't need child in war || Alkaia Ven 17 Nov - 23:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We don't need child in war
Roan & Alkaia

« On ne se libère pas comme ça de son passé. On n'échappe pas comme ça aux sables mouvants de ses obsessions. »


Oh, et il descendait de cheval qui plus est. Il avait donc décidé de ne pas me laisser tranquille. Peut-être que le papy était mal passé finalement. Même si je le connaissais plutôt bien, je ne pouvais pas deviner ce qu'il allait faire. Roan était imperturbable, et il masquait bien mieux ses émotions que je ne pourrais jamais le faire. Je ne bougeais pas pour autant. Hors de question de lui montrer que je soupçonnais quelque chose. J'avais juste à me tenir prête au cas où. Et pourtant, cela me faisait toujours sourire. Je ne l'avais pas souvent vu sortir de ses gonds -et lorsqu'il le faisait, c'était mémorable-, mais je n'avais jamais pu empêcher mon insolence de lui répondre. Et il n'avait jamais rien laissé passer. Ce n'était pas pour autant que ça m'empêcher de lui répondre, bien au contraire. Le voilà qui parle à nouveau, pour dire qu'il ne savait pas qui de nous deux avait perdu ses réflexes. Et que j'avais laissé Orion me piéger. Bah tiens. Je secouais la tête. Ok, il avait sans doute marqué un point, mais jamais je ne lui dirais. Cette nuit là, c'était mes sentiments qui avaient parlé, et ce n'était pas une bonne chose. Je le savais, mais je n'avais pas pu m'en empêcher. Qu'Orion y mette du sien ne m'avait pas surpris, bien que ça m'avait énervée. Alors il est vrai, il fut un temps, je n'aurais pas réagis comme ça.

« Ce n'était pas Orion le problème, mais cette fille qui en profitait. »

Orion était un gros problème, et est-ce que je venais d'avouer que cette vulgaire camelotienne m'avait emmerdée ? N'aurais-je pas du la balancer dans le brouillard pour ça ? Pestant mentalement, je me corrigeais. Bien sûr que j'aurais du le faire. J'avais été trop gentille. J'aurais même du pousser le fisa avec, histoire qu'il arrête de me faire sortir de mes gonds. Parce que cette nuit là, il m'avait carrément cherchée. Et voilà que le Prince continuait de m'emmerder en me demandant ce que Lexa dirait face à ma sois disant immaturité. Je secouais la tête avec un sourire en coin. Lexa aurait sans doute était plus impulsive que moi.

« Rien, parce que je sais faire la différence entre mon boulot et ma vie privée. »

Ce que Roan ne savait pas faire visiblement. On ne pouvait pas dire qu'il avait une vie privée. Quoique, je n'étais pas sûre de ce que j'avançais. Je ne savais pas où il allait lorsqu'il était en vadrouille. Je ne savais pas comment il trouvait les endroits où il dormirait et où il dormait. La vie de vagabond m'était complètement étrangère. Je dois reconnaître que j'avais de la chance d'avoir une maison et un Clan. Aurais-je autant de force que lui, à me battre chaque jour pour survivre ? Aucune idée. J'affichais une mine soucieuse.

« Mais dis moi, où est-ce que tu passes tes nuits ? »

C'était une vraie question, sans aucune méchanceté. Je ne dirais pas que je m'inquiétais pour lui, je n'avais aucune raison de m'inquiéter, mais je n'arrivais pas à concevoir le fait de changer d'endroit chaque jour. Je m’avançais d'un pas, décidant qu'il était temps de tester jusqu'où je pouvais aller pour l'emmerder. J'avais souvent joué à ce jeu là sans jamais aller au bout de mes idées. Je finis par murmurer.

« Que faut-il faire pour t'enlever ce masque d'impassibilité ? »

Comme si c'était une question importante qui se devait d'être résolue. Je ne fronçais pas les sourcils. Je dirais même qu'il y avait une petite étincelle dans mes yeux qui lui annonait un tas d'emmerde. J'étais à peine échauffée. Je pouvais encore jouer longtemps à ce jeu. Après tout, le papy était passé, pourquoi pas le reste ?

 
Emi Burton


Dernière édition par Alkaia le Jeu 4 Jan - 15:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Roan


Messages : 314
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Zach McGowan
Crédits : (c) Nîniel

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [10/04/2482] We don't need child in war || Alkaia Mer 22 Nov - 14:44


We don't need child in warRoan & AlkaïaLa valeur d'un homme ne se mesure pas à son argent, son statut ou ses possessions. La valeur d'un homme réside dans sa personnalité, sa sagesse, sa créativité, son courage, son indépendance et sa maturité.Roan savait que cette entrevue improvisée avec Alkaia serait des plus intéressantes. Que ce soit de par l’attitude de la guerrière – commençant à bien la connaître – ou de par ce qu’il prévoyait de dire, cela promettait de ne pas être reposant. Mais en même temps, l’univers même, où ils vivaient, était un monde empli de complexité, de dangers et où rien n’était simple. Alors pourquoi cette discussion, à peine entamée, avec la jeune femme, le serait ? Mais le caractère de la Yazhu n’effrayait pas le prince. Même s’il ne pouvait prévoir jusqu’où irait la bêtise de son esprit, il n’était pas dupe et la Trikru devait savoir qu’il y avait certaine limite à ne pas franchir. Et si jamais elle s’amusait à le faire, il ne lui resterait plus qu’à assumer ses responsabilités.

Et d’ailleurs, sa remarque aurait pu tirer un sourire amusé à Roan, si celui-ci ne désespérait pas déjà de la voir assumer. Car il avait vraiment cette sensation que la guerrière cherchait mille et une excuse, sans prendre cette leçon avec maturité. Alkaia ne semblait n’avoir toujours pas compris. Si elle souhaitait que le prince la laisse en paix dans ses choix, elle devait reconnaître que ce n’étaient pas les autres. Et là, en accusant la Camélotienne tout en sous-entendant qu’Orion était le problème aux yeux du guerrier, c’était tout l’inverse.

« Faire preuve de déni ne fera jamais de toi une grande guerrière. Juste une apprentie nullement en passe d’avoir de l’autorité. »

Roan n’hésitait pas un instant à enfoncer là où il pouvait faire mal. L’honneur était quelque chose d’important qu’il avait toujours souhaité inculquer à ceux qui avaient eu la grande chance d’avoir le prince comme mentor. Mais là, la Yazhu faisait preuve de tout, sauf d’honneur. En quoi était-il honorant de rejeter la faute sur quelqu’un d’autre quand on était le principal concerné ? Et il ne prenait nullement la défense de la Camélotienne en disant cela, mais il appréciait faire preuve de sarcasme envers la jeune femme. Qu’elle cherche à démonter ses arguments, il avait toujours quelque chose à répliquer.

Surtout qu’il évoquait aussi l’immaturité de la Trikru en demandant l’avis de Heda. En vérité, il se contrefichait de ce que pouvait bien penser Lexa de ses gardes. Si elle n’appréciait leur comportement, c’était son problème, pas le sien. Mais voir Alkaia réagir était toujours intéressant afin de percer à jour la jeune femme. Surtout que Roan se souvenait toujours de sa conversation avec Orion dont il ne comptait certainement rien dire à la concernée, qui évoquait désormais la limite entre ses sentiments et ses devoirs. Encore une preuve de son déni, alors qu’elle avait ouvertement laissé ses émotions parler dans la grotte.

« Et en quoi était-ce faire preuve de différence en donnant cette impression de défendre ce que tu définissais comme tiens ? »

Il la cherchait, ouvertement même, mais c’était afin de la pousser dans ses retranchements pour mieux la faire réagir. Là était le but de sa leçon : laisser Alkaia se rendre compte de l’absurdité de ses propos et réaction, même si c’était quelque peu mal parti. Seulement, ce n’était pas une surprise pour l’Azgeda qui savait à quoi s’attendre avec elle. Raisonner Orion était généralement plus simple que de faire assumer Alkaia.

D’ailleurs, celle-ci venait de faire une magnifique tentative de changement de sujet en interrogeant Roan sur les lieux où ils pouvaient dormir. La question pouvait sembler pertinente, mais en aucun cas dans ce contexte et le prince n’y répondit pas de manière immédiate. Il la gardait dans un coin de son esprit, ne voulant pas lui donner gain de cause alors qu’elle pouvait parfaitement poser celle-ci simplement afin de ne pas assumer ce pourquoi il était là.

De toute façon, Alkaia enchaînait tellement, qu’elle avait adopté cette attitude qu’elle avait quand elle cherchait à pousser quelqu’un à bout. Ce n’était pas la première fois qu’elle jouait à ce petit jeu avec Roan et, généralement, il la gérait toujours de la même manière. Ce qui pouvait bien le faire sortir de son impassibilité ? Il y avait bon nombre de choses et, en réalité, il faisait simplement l’effort de garder son masque devant la guerrière. Quand il est avec Orion ou Numëa, il n’avait certainement pas la même attitude, et même, un tout autre guerrier lambda pouvait le faire réagir avec certaines phrases qui avaient le don de l’énerver. Mais Roan savait que Alkaia n’attendait que cela et il n’allait certainement pas le lui offrir.

« Peut-être pourras-tu le découvrir le jour où je pourrais enfin te considérer comme une guerrière digne de ton rang. Je suis certains que les Natblida sont bien plus méritant pour faire tomber ce masque. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alkaia


Messages : 754
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Gaia Weiss
Crédits : Avatar : Juice
Signature : Hély (Kiki) + anaëlle (code sur Bazzart)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [10/04/2482] We don't need child in war || Alkaia Dim 28 Jan - 0:22

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We don't need child in war
Roan & Alkaia

« Exige beaucoup de toi-même et attends peu des autres. Ainsi, beaucoup d'ennuis te seront épargnés. »


Je savais que je n'avais pas à faire à n'importe qui. Roan avait été doué comme mentor, il avait été doué pour me faire taire et pour me montrer à quel point mes réactions étaient absurdes. Je ne sais pas combien de fois, étant apprentie, j'avais eu envie de le mettre à terre pour lui faire ravaler ses paroles pourtant suffisamment juste. Je savais que parfois je pouvais être assez impulsive et ne pas trop réfléchir. Je savais que je pouvais pousser certains à bout avec mon insolence. Bien sûr, tout le monde ne pouvait pas me voir sous ce jour. J'aurais pu être ainsi avec Lexa il fut un temps, aujourd'hui ce n'est plus le cas. Pas parce que nous nous parlons plus, mais parce qu'elle reste Heda et que malgré tout, je devais peser mes paroles.

Roan était sans doute un des plus doués pour me remettre à ma place en beauté, et je détestais ça. C'est aussi pour cela que je tentais de le pousser dans ses retranchements, de faire en sorte qu'il sorte de ses gonds. J'y étais arrivé, une fois ou deux. Ce n'était pas vraiment joli à voir, et souvent, il me mettait à terre. C'était devenu un petit jeu pour moi, même s'il répliquait vertement, comme à cet instant. Il pense que je suis en plein déni. Mais déni de quoi ? Je n'avais aucune idée de ce dont il parlait. Qu'est-ce que je pouvais bien nier ? Il faisait sûrement référence à Orion, je ne voyais que ça. Probablement cette sorte d'attachement que je ressentais pour le fisa. Mais c'est à cause du temps, avec le temps on s'attache, non ? Il me traitait encore d'apprentie, visiblement, je peinais à gagner son respect en même temps qu'il tentait de me faire réagir. Je suis sûre qu'il était quand même fier d'avoir entraîné une Yazhu. Il ne le dira jamais, ou alors juste quand je le mériterai selon lui. Parfois, les habitudes et les phrases de l'ex Azgedakru m'intriguaient.

« Ce que je ne peux pas nier, c'est que j'ai été trop gentille. Je me suis clairement laissé aller ce soir là. »

Oh, une belle petite diversion tout en beauté. Aucun déni, non. Jamais je ne dirais ce qu'il veut que je dise, parce que j'ai une petite idée de la chose. Mais je ne pouvais pas l'avouer, ce n'était pas quelque chose que je pouvais faire. Nous avions convenu cela, pas d'attachement. Et je n'étais pas tout à fait idiote, je savais que je m'étais attachée. Je savais que j'avais perdu la partie, et même si je tentais de lutter de toutes mes forces, je savais que c'était perdu d'avance. Il fallait vraiment que j'arrive à acquérir ce masque d'impassibilité que Roan arrivait si bien à faire. J'y arrivais lorsque j'étais en service auprès de Heda. Dans ma vie privée, c'était autre chose. Le voilà qui me sort encore une de ses belles phrases, un peu trop bien tournée. Je réfléchis un instant, voyant parfaitement de quoi il voulait parler. Encore une fois, je n'avais aucune envie de le dire. Aucune envie de parler de ça. Il pensait être têtu, mais je l'étais aussi, il devait le savoir.

« Et qu'est-ce que je définis comme mien ? Développe. » Et puis je laisse échapper un petit sourire. « Pourquoi te sens-tu obligé de faire de longues phrases qui ne veulent rien dire ? »

Bien sûr que j'esquivais. Bien sûr que je l'attaquais sur sa façon de parler que j'avais toujours trouvé drôle. Lui seul pouvait faire des phrases comme celles-là, énigmatiques et qui font réfléchir. Il ne cessait de m'attaquer sur le fait d'être une apprentie, je cherchais donc à l'attaquer sur autre chose. Lui-même esquivait mes questions. Je ne saurais donc pas où il peut bien trouver refuge la nuit. Une grotte, un arbre, une maison abandonnée ... Certainement quelque chose comme ça.

Je savais qu'il avait compris mon petit manège. D'ailleurs, sa posture avait changé, et peut-être même l'éclat dans ses yeux. Tant mieux, il savait donc à quoi s'attendre. Il était de toute façon inutile de tenter de le surprendre, et puis il me connaissait trop bien pour ça. Il savait que j'essayais pratiquement à chaque fois de le faire sortir de ses gonds. Je crois qu'il devra s'inquiéter le jour où je ne tente pas de le faire. Il recommence avec le fait que je ne suis pas à la hauteur. Il parle même des Natblidas. Si seulement tu savais, cher ancien mentor, que tu en avais une devant toi. Mais je ne dis rien, il ne devait pas savoir. Si il ne savait pas, c'est que Orion ne lui avait rien dit. Et si ce dernier ne le partageait pas avec son meilleur ami, je ne vois pas pourquoi je le lui dirai. C'était bien trop dangereux, malgré le fait que j'appréciais beaucoup le prince déchu.

« Oh arrête, tu sais bien que tu peux me considérer comme une guerrière digne de mon rang. Je parie même que tu es quand même un peu fier d'avoir entraîné une Yazhukru. »

C'était sans doute ma propre fierté. Si j'en étais arrivée là où j'étais, c'était parce que je m'étais battue pour atteindre mon objectif. Parce que j'étais douée mais aussi parce que je ne m'étais jamais laissé aller. J'eus soudain une idée que l'on pourrait qualifier de débile. Sourire légèrement ironique aux lèvres, je me redressais, prête à lui lancer ce que j'avais en tête.

« Je te lance un défi, Roan. Je te bats, tu réponds à mes questions. Tu me bats, et j'avouerai ce que tu tente de me faire avouer depuis tout à l'heure. »

Je savais que c'était un jeu dangereux. J'avais été entraînée par lui, mais il restait très doué. Je savais que j'en étais capable, sinon comment pourrais-je être une Yazhu, l'élite ? Mais je savais aussi qu'il connaissait mes méthodes, c'était donc plus difficile. Mais tout aussi excitant.

 
Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Roan


Messages : 314
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Zach McGowan
Crédits : (c) Nîniel

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [10/04/2482] We don't need child in war || Alkaia Sam 17 Mar - 19:19


We don't need child in warRoan & AlkaïaLa valeur d'un homme ne se mesure pas à son argent, son statut ou ses possessions. La valeur d'un homme réside dans sa personnalité, sa sagesse, sa créativité, son courage, son indépendance et sa maturité.C’était tout un art que ne pas laisser venir ce que souhaitait Alkaia. Elle faisait tout pour faire sortir Roan de ses gonds et lui prenait un malin plaisir à faire preuve d’un calme mystique. Il n’allait certainement pas faire plaisir à la guerrière alors qu’il tentait de lui inculquer une leçon. Il pouvait hausser la voix, imposer son autorité, et même en venir aux mains si la Trikru le voulait, mais le faire n’aurait pas été digne de lui. Face à un type sans importance, le prince n’aurait perdu de temps. Mais pour la Yazhu, c’était autre chose de par l’estime qu’il portait à la jeune femme. Seulement, ça aussi il n’allait pas le lui dire, préférant la faire languir. C’était comme durant un entraînement : la leçon avant les compliments. Il n’allait en aucun cas faciliter la tâche à la provocatrice. Sans compter qu’il devait bien se l’avouer, sous son air imperturbable, il s’amusait de la situation.

Il devait tout de même reconnaître que Alkaia était douée dans son genre pour détourner les propos afin de les faire jouer en sa faveur. Elle était experte dans ce domaine, mais pas assez pour tromper le banni d’Azgeda. Ça ne prenait pas avec lui et il n’eut comme unique réaction un léger sourire empli d’ironie. Elle voulait jouer à ce jeu-là ? Parfait, Roan allait lui faire honneur. Après tout, il avait tout son temps et les jeux d’esprit ne l’avaient jamais dérangé. Tout ne se jouait pas uniquement avec la force brute.

« En effet, tu as fait preuve de laisser aller. Nas-tu jamais appris à passer outre ce qui te déplaisait ? Le niveau des Yazhu ne serait-il plus aussi exigeant qu’auparavant ? »

En vérité, Roan n’en savait rien, mais son attaque avait été lancé. Qu’allait-elle répondre à cela ? Il n’en avait aucune idée, mais savait que cela serait à la hauteur de la guerrière. Ce n’était pas pour rien qu’elle avait le grade qu’elle possédait aujourd’hui. Le prince ne lui faisait la leçon avant tout pour la forme, prenait ce défi comme divertissement. Azgeda avait beau avoir une réputation de brute, les hommes de cette nation savait aussi s’amuser. Il suffisait de prendre Orion comme exemple ! Mais même s’il provoquait avec facilité Alkaia, il savait aussi que la guerrière savait être sérieuse quand la situation l’exigeait. C’était une chose qu’il appréciait chez elle, connaissant ses forces et ses faiblesses. Et, même s’il n’avait appris que quelques jours avant qu’elle comptait bien plus qu’il ne le pensait pour son ami, il avait toujours noté qu’il y avait quelque chose entre. Maintenant, il savait ce que le fisa avait comme volonté, mais il ne comptait révéler aucune d’elles à la guerrière.

« Serais-tu aveugle pour ne pas le voir ? »

Lui répondre qu’il parlait d’Orion serait d’accepter la défaite de ne pas réussir à faire parler Alkaia. Et c’est d’ailleurs pour cela qu’il ne répondit à son attaque. C’était toute sa stratégie, ne pas perdre de terrain pour mieux attaquer par la suite.

Alors que la guerrière reprenait de l’entrain en suggérant de la défier, Roan laissa voir qu’il n’était nullement impressionné en étant bien sur ses pieds. Il affichait même un air décontracté, n’ayant pas peur de se battre contre la Trikru. Le prince avait été son mentor, il avait plus d’expérience qu’elle et continuait même de se perfectionner. Cependant, était-ce une bonne idée d’accéder à sa demande ? La jeune femme était douée pour mener dans son sens et il ne voulait lui donner gain de cause. Mais en même temps, une leçon ne lui ferait pas de mal…

Pas un instant, l’Azgeda ne laissait ses interrogations prendre place sur son visage. Laisser Alkaia douter de quelle serait sa réponse était son but. Accepterait-il ou refuserait-il ? La guerrière souhaitait-elle réellement se mesurer à lui ? Il n’en doutait pas.

« Es-tu sûre de toi Alkaia ? Si tu perds, tu ne pourras plus te défiler. Ton honneur est en jeu. »

Le prince ne cherchait ni à gagner du temps, ni à éviter le défi. Alkaia devait le savoir, Roan se moquait de devoir se battre ou non, mais il y avait un certain amusement à ses yeux à laisser le doute s’insinuer chez la jeune femme. Sans compter que, contrairement à tous les autres entraînements, le guerrier maîtrisait désormais le maniement de deux armes. Comment la Trikru allait-elle réagir face à ça ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Inclement Earth

MessageSujet: Re: [10/04/2482] We don't need child in war || Alkaia

Revenir en haut Aller en bas

[10/04/2482] We don't need child in war || Alkaia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru (Woods Clan, Peuple des Arbres) :: Autres endroits :: Précédemment, ailleurs ...-