AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Les personnages de la S5 (+ Madi) ne sont pas jouables pour le moment (ils seront ajoutés dans les PV lorsqu'on en saura plus sur eux !)
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes : Delinquents, Hemerians et Arkers ! Essayez de les privilégier
Les habitants du Mont Weather sont jouables ! Ils offrent quelques Tcs bonus à la validation, n'hésitez pas à peupler le bunker
Prochaines soirées CB (18h, heure française) : dimanche 13 - vendredi 18 - jeudi 24 et mercredi 30 mai !

Partagez|

[02/04/2482] Le crottin rassemble les mouches ; le sang rassemble les guerriers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Alkaia


Messages : 732
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Gaia Weiss
Crédits : Avatar : Pilgrim
Signature : Hély (Kiki) + anaëlle (code sur Bazzart)

Inclement Earth

MessageSujet: [02/04/2482] Le crottin rassemble les mouches ; le sang rassemble les guerriers. Jeu 5 Oct - 23:08

Spoiler:
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le crottin rassemble les mouches ; le sang rassemble les guerriers.
Prihaya & Alkaia

« Sa philosophie dans la vie c'était qu'elle pouvait mourir à tout moment.
Ce qu'il y avait de tragique selon elle c'est qu'elle ne mourait pas. »


Je n'avais pas très bien dormi dans cette grotte, il fallait l'avouer. Même si le feu m'avait réchauffée jusqu'à ce qu'il s'éteigne, j'avais eu froid. Je crois que je ne digérais pas bien les noisettes qu'Orion m'avait forcé à avaler. J'avais senti mon ventre gargouiller pendant la nuit. Peut-être que je n'avais pas mangé assez, je ne sais pas. Toujours est-il que, lorsque je me suis réveillée, j'avais rapidement quitté la grotte, sans un regard pour les deux Azgedakru. Ils m'avaient passablement énervée la nuit dernière, surtout un. L'autre tentait de me faire des leçons de morales, mais quand je n'avais pas envie d'écouter ... il pouvait toujours courir. Il devait y être habitué depuis le temps,  Roan. Parfois, je le plaignais de m'avoir eue comme novice. Et puis parfois je me disais qu'il avait du en voir pire que moi. Cela me rassurait, d'un côté. Quand à Orion, je ne voulais même pas en parler. Il avait joué avec mes nerfs, s'amusant de mes réactions. Je me promettais d'être moins réactive la prochaine fois.

A peine sortie de la grotte, je clignais des yeux. Le soleil n'était pas très haut, et je me prenais toute sa lumière en pleine figure. Je pouvais bien m'arrêter cinq minutes pour profiter de cette lumière. Je n'avais pas vraiment l'occasion de m'arrêter et de laisser les rayons du soleil me réchauffer. Je me sentais revigorée et de meilleure humeur. Il faut croire que la grotte dans laquelle nous nous étions retrouvé possédait un mauvais karma. Haussant les épaules, je me remis en marche. Il fallait que je rentre chez moi pour reprendre mon cheval. Je ne comptais pas faire le chemin à pied jusque Polis. Être Yazhu avait ses avantages comme ses inconvénients. Si je risquais d'être tuée plus rapidement qu'aucun guerrier, je pouvais posséder un cheval. J'allais beaucoup plus vite ainsi, plaignant ceux qui devaient marcher. Il était rare que je laisse mon cheval aussi loin, mais je n'avais pas prévu de passer la nuit dehors. Comme bien souvent, en fait. Mais chut.

Et pourtant, il allait bien falloir que je marche jusque chez moi. L'aller ne m'avait pas pris beaucoup de temps. Le retour irait peut-être plus vite. Je marchais depuis quelques minutes, perdue dans mes pensées. Il fallait vraiment que je mange quelque chose, je ne me sentais pas si bien que ça. J'aurais du piquer de la viande avant de partir. Dommage. J'étais également bouleversée par ce que j'avais entendu hier soir. Je savais pourquoi je ne voulais pas de ces noisettes. Je ne répondais pas très bien à tout ce qui était hallucinatoire. La dernière fois, j'avais vu mon père, mais cette fois-ci m'avait nettement plus marquée. J'avais entendu cet enfant que j'avais perdu. Je l'avais entendu me parler comme s'il avait été parmi nous. J'avais même presque imaginé les traits de cet enfant. Il ressemblait beaucoup à Orion. Sourire triste aux lèvres, j'essaye de me remémorer ce que j'avais entendu dans la grotte. Ce que mon esprit avait imaginé, plutôt.

Pourquoi est-ce que j'avais pensé à lui ? Lui qui n'avait pas vécu, qui n'avait même pas de visage. Ces noisettes m'avaient rappelé un passé que je voulais absolument mettre de côté. Je pensais avoir fait mon deuil, mais peut-être que je n'ai jamais réussi à le faire. Surtout depuis que je m'étais rendue compte que je n'aurais sans doute jamais d'enfants. Cela faisait huit ans maintenant. Huit années que je côtoyais Orion, et à part cette fausse couche, il n'y avait rien eu d'autre. J'avais du me rendre à l'évidence. J'avais arrêté d'espérer alors que le guérisseur ne cessait d'essayer encore et encore. Il voulait pas comprendre que ça n'arrivera jamais, qu'il fallait arrêter d'espérer. Cela me faisait plus mal qu'autre chose.

C'était peut-être aussi pour ça que je ne me sentais pas très bien. De mauvais souvenirs combiné à ces noisettes dégueulasse. La prochaine fois, je les lui jetterai à la figure. Ou je les lancerais dans le feu. J'avançais bien, perdue dans mes pensées. Mais je ne faisais pas attention. Je pouvais presque entendre Gustus me rappeler à l'ordre. Ou Roan me demandant d'être attentive. C'est à ce moment là que je m'arrêtais. Inconsciemment, je m'étais corrigée. Toujours être attentive dans la forêt, même quand on la connaît par cœur. J'avais cru entendre quelque chose. Je me concentrais, fermant les yeux pour mieux percevoir le bruit. La main sur mon épée, je m'apprêtais à dégainer. J'avais entendu des pas un peu plus loin. Ou était-ce dans les arbres ? Concentre toi. Je l'entendis bondir avant qu'il n'arrive sur moi. Un superbe lynx. Il était beau, j'étais presque triste de devoir le tuer. Sauf qu'il m'avait choisi comme étant sa proie, son déjeuner, et je ne pouvais pas laisser faire ça.

Je me souvenais que, lors de mon Dwensa, j'avais combattu et triomphé d'une panthère. Un lynx n'était pas si différend. J'avais confiance en mes capacités. Si je pouvais tuer des hommes, je pouvais tuer des animaux. C'était aussi simple que ça. Je tombais sous le poids de la bête. Je n'avais pas été aussi réactive parce que je ne m'y attendais pas. Parce que j'étais perdue dans mes putains de pensées. Plus jamais ça ne devrait arriver. Plus jamais !  Je le repoussais avec mes jambes, lui donnant un grand coup, mais il revenait aussi vite à la charge. Je sentis soudain sa mâchoire se refermer sur mon bras. Je tâchais de ne pas crier, serrant les dents. Il fallait que je tue cette bête déchaînée. Un coup de coude entre les yeux suffit à la déboussoler quelques instants. Suffisamment longtemps pour que je dégaine enfin mon épée et lui transperce le poitrail. Le bel animal s'effondra aussitôt.

Je rangeais mon épée après avoir nettoyé la lame et je regardais les dégâts. Je ne m'en sortais qu'avec une morsure. Sauf que ça saignait. Ce sang me rappelait constamment que j'étais différente et que la mort n'était jamais loin. Si cela venait à se savoir, je ne sais pas quelle serait la décision de Lexa. Posant ma main sur la blessure, je n'en retirais que du sang noir. Il Le lynx m'avait arraché un bout de tissu. Il fallait que je cache ça. Il fallait que je m'arrache un bout de tissu. Il fallait que ... Entendant un bruit non loin de moi, et beaucoup plus attentive cette fois, je dégainais mon épée vers l'endroit où j'avais entendu le bruit. J'étais dans le pétrin.

« Sortez de là. »

Ordonnais-je. Cette personne était tombée au mauvais moment. Je devrais sans doute la tuer pour ne pas qu'elle révèle mon secret. Le sang noir peut valoir de l'argent, et je ne tenais pas à être dénoncée maintenant.

 
Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Prihaya


Messages : 66
Date d'inscription : 04/07/2017
Ft : Clara Paget
Crédits : (c) Nîniel

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [02/04/2482] Le crottin rassemble les mouches ; le sang rassemble les guerriers. Jeu 19 Oct - 19:25

Le crottin rassemble les mouches ; le sang rassemble les guerriers.La fraîcheur matinale sonnait comme une délivrance pour celle qui avait enfourché son cheval peu de temps auparavant. Prihaya avait quitté Polis depuis plusieurs bonnes minutes, s’offrant cette excursion en forêt qui avait pour but de lui permettre de souffler un peu, d’oublier un instant tout ce que cette ville lui rappelait. L’ambassadrice restait assez mystérieuse devant les autres quant à ce qu’elle pensait réellement et ces moments de solitude lui laissait cette possibilité de ne plus avoir à afficher de masque. Elle laissait la lassitude qu’elle ressentait envahir ses traits, avançant dans la forêt dans un rythme plutôt calme. Elle comptait sur son destrier pour l’avertir du moindre danger et elle avait suffisamment foi en ses réflexes pour réagir au quart de tour si la situation le demandait. La rousse prenait tellement plaisir à ne plus s’imposer aucun poids, qu’elle aurait été bien incapable de définir depuis combien de temps qu’elle avait quitté l’agitation régnant autour de la si symbolique tour de la Coalition.

Le calme de la forêt apaisait Prihaya qui ne cherchait pas à se rendre à un endroit précisément. Elle n’avait pas envie de se prendre la tête pour quoi que ce soit, laissant son esprit vagabonder au rythme de la nature, se laissant écouter ce qui pouvait bien lui parvenir en méditant. Tout n’était que réflexion alors qu’elle se plongeait dans un silence dont seul était témoins les arbres, bien qu’il arrivait parfois qu’elle ait cette impression que cette quiétude était parfois perturbé par des bribes de murmures. Cela n’avait été encore le cas depuis qu’elle avait pris ce choix de s’éloigner de la cité quelques heures, mais là où certains disaient entendre le chant du vent dans les feuillages, la rousse avait l’impression d’écouter les voix de ceux qui s’étaient éteints. Seulement ce n’était le cas pour l’heure et seul le silence berçait la jeune femme au cœur vide.

Du moins, ce silence avait fini par disparaître tandis qu’un rugissement bestial d’un félin mécontent s’éleva de par les arbres. Sur ses gardes, Prihaya s’était immédiatement stoppée et avait sorti l’une de ses armes afin de ne point se laisser surprendre. Bien qu’elle avait compris que le combat n’était de mise chez les Floukru, la jeune femme ne se considérait comme pas assez inconsciente pour sortir de Polis, et même de la tour, sans avoir de quoi se défendre. Vivre une vie pacifique semblait des plus utopique à ses yeux et elle avait parfois encore du mal à totalement s’y faire. Alors quand elle se trouvait loin de la plateforme, elle se permettait d’avoir un minimum d’arme sur elle, préférant jouer sur la méfiance et la sûreté plutôt que sur des principes qu’elle se devait d’intégrer.

Restant à l’affût de tout ce qui se trouvait dans son champ de vision, l’ambassadrice Ntha patientait de voir ce qui pouvait bien arriver. Le félin qui s’était fait entendre était désormais des plus silencieux, et, considérant que la zone ne devait pas être dangereuse, elle rangea son arme. Prihaya restait sur ses gardes, mais elle s’était mise à avancer doucement en direction du bruit qu’elle semblait avoir localisé plus loin, afin de savoir ce qu’il s’était passé. Seulement, après quelques, pas, une voix lui ordonnait de sortir des fourrées qui devait la masquer de la personne présente. Il n’y avait pas besoin de plus afin qu’elle puisse émettre une hypothèse sur ce qui s’était passé, ne doutant pas de trouver le cadavre de l’animal derrière cette fameuse barrière végétale.

Prihaya ne souhaitant pas créer d’hostilité et n’imaginant pas un instant à ce qu’elle allait découvrir, elle franchi d’un pas ce qui la masquait afin de finalement faire face à une guerrière qu’elle avait déjà croisé dans Polis. Elle ne connaissait pas vraiment Alkaia, mais elle avait connaissance de son statut de Yazhu, de garde du corps de Heda. Cependant, la rousse n’eut rien le temps de dire, son regard tombant irrémédiablement sur la blessure au bras. Ce n’était pas la morsure en elle-même qui attira l’attention de la Ntha, mais la couleur du sang qui en coulait. Celui-ci était noir comme la nuit.

Prihaya était stupéfaite. Les Natblida étaient rares et ceux-ci étaient généralement « raflés » dès la découverte de la couleur de leur sang. Son propre fils avait été mené à Polis afin qu’il participe au conclave et voir ce sang si sombre lui serra le cœur. Cependant, la tristesse ne fut pas ce qui s’instaura dans son cœur. L’ambassadrice se mit à ressentir de l’incompréhension et de l’incertitude. Alkaia était-elle une Natblida cachée ? D’autres savaient-ils ? La Ntha n’allait certainement pas être celle qui la dénoncerait, mais elle pouvait imaginer le doute présent. Elle en oubliait même le cadavre du lynx au sol.

« Il faut panser la plaie. »

Bien que découvrir du sang noir n’était pas anodin, Prihaya en était rapidement revenue à la blessure. Si c’était bien une chose qu’elle avait assimilé depuis son changement de clan, c’était que chaque chose avait un temps et il allait falloir soigner la guerrière avant de lui poser des questions. Elle n’allait rien avoir à craindre de la Ntha, mais si une autre personne surgissait, le problème allait être tout autre. Cependant, la jeune femme n’avait rien sur elle et elle n’était pas non plus expérimenté en herboristerie pour savoir quelle plante user afin d’éviter une infection de la blessure. Elle était une ancienne assassin, non une fisa.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alkaia


Messages : 732
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Gaia Weiss
Crédits : Avatar : Pilgrim
Signature : Hély (Kiki) + anaëlle (code sur Bazzart)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [02/04/2482] Le crottin rassemble les mouches ; le sang rassemble les guerriers. Ven 17 Nov - 23:59

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le crottin rassemble les mouches ; le sang rassemble les guerriers.
Prihaya & Alkaia

« Sa philosophie dans la vie c'était qu'elle pouvait mourir à tout moment.
Ce qu'il y avait de tragique selon elle c'est qu'elle ne mourait pas. »


J'étais dans de beaux draps. Le seul jour où je me blessait plus sérieusement, où mon sang coulait, quelqu'un était là pour le voir. Et pas n'importe qui. Je fus étonnée quand je découvris le visage de l'Ambassadrice de Floukru. Je ne la connaissais pas bien, mais je connaissais au moins son visage pour l'avoir déjà croisée à Polis. Je sais ce qu'on dit sur elle également. Je sais aussi qu'elle représente désormais Floukru, un de ces peuples pacifistes. L'homme arrivait-il vraiment à être pacifiste ? Un jour où l'autre, la violence finissait toujours par nous rattraper. Les hommes ne sont pas fait pour être pacifistes, ils ne sont pas fait pour s'entendre tous ensemble. Il y aura toujours des divergences. C'est pour cela que je doutais sérieusement de la motivation de ce Clan. Et je ne savais pas vraiment si leur système fonctionnait. D'un autre côté, j'étais bien installée à Trikru, et à Polis, je ne vois pas pourquoi j'aurais cherché plus loin.

L'Ambassadrice semblait être aussi surprise que moi. Bien sûr qu'elle me connaissait, puisque j'avais déjà accompagné Lexa lors de leurs réunions. En temps normal, je l'aurais saluée cordialement, et avec le respect que l'on doit aux ambassadeurs, mais aujourd'hui n'était pas un jour normal. Peut-être était-ce mon dernier jour. Ses yeux se fixèrent immédiatement sur ma blessure, et mon sang. Je détestais être regardée comme cela. Quand nous sommes différents, nous sommes irrémédiablement regardés d'une autre manière. Était-elle en train de se demander combien d'argent je vaudrais ? Était-elle en train de se demander comment j'avais pu survivre aussi longtemps sans être démasquée ? Parfois je me le demandais moi-même. Prihaya semblait perdue dans ses pensées pendant un instant, rien que quelques secondes que j'aurais pu utiliser pour la faire taire. Mais je n'étais pas comme ça. Pour ma propre survie, j'aurais du être impitoyable, mais je ne l'étais pas avec tout le monde. Cependant, elle se reprit rapidement, m'indiquant qu'il fallait panser la plaie. Évidemment qu'il fallait panser la plaie. Seulement je n'avais pas encore toutes les connaissances nécessaires. J'étais douée pour me battre, pas pour me soigner.

Gardant l'épée levée vers elle, je ne baissais pas ma garde malgré son attitude calme. Elle ne semblait pas vouloir m'attaquer, mais on ne sait jamais.

« Vous savez que je ne peux pas vous laissez partir comme ça. »

Lui dis-je d'un ton neutre, le visage fermé. J'étais souvent neutre quand je veillais sur Lexa, mais pas fermée. Je n'avais pas envie de la tuer, mais quels autres choix avais-je ? Je ne voulais pas mourir.

Le sang continuait de couler mais je ne sentais pas grand chose. Il y a quelques minutes, la blessure me faisait souffrir, sauf que je ne ressentais plus cette douleur. Il me fallait de l'alcool, ou quelque chose pour désinfecter la plaie. Je n'avais pas d'alcool sur moi -j'aurais du piquer la gourde d'Orion, même s'il n'aurait pas été très content-. J'essayais de réfléchir aussi vite que je le pouvais. Je ne voulais pas baisser ma garde, mais pour me soigner, ou bander la plaie, je n'aurais pas d'autres choix. Je pris l'épée dans mon autre main -le bras blessé- afin d'attraper ma gourde et d'en verser une partie sur ma blessure. Ce n'était pas de l'alcool, mais c'était toujours ça de pris. La prochaine fois, il fallait que j'aie de l'alcool sur moi. Et pas rien que pour le boire. J'aurais pu lui demander, à Prihaya, mais je rechignais à le faire. Je ne voulais pas qu'elle m'aide. Je ne voulais pas avoir de dette envers elle. Je ne voulais pas qu'elle me fasse chanter pour garder mon secret. Si je l'avais tuée tout de suite, ça aurait été beaucoup plus simple.

« Est-ce que vous auriez de l'alcool sur vous, par hasard ? »

Par le plus grand des hasards, bien sûr. Je l'avais demandé pleins de mauvaise foi. Si elle en avait, j'aurais consenti à baisser mon arme pour quelques minutes, bien que ce ne soit pas très prudent. J'étais partagée entre croire son rang d'ambassadrice ainsi que son Clan, et ma peur d'être dénoncée. J'arrachais subitement un pan de mon haut pour pouvoir bander ma plaie. Si j'avais besoin de voir un fisa, je ne pouvais aller voir qu'Orion, et faire la route pour une simple blessure me semblait fort compliqué, et long. Je n'avais pas le temps de faire cette route, tout simplement. La gorge nouée, tout en me demandant si je ne commettais pas une erreur, je baisse mon arme que je gardais pourtant en main. Je lui tandis simplement le bout de tissu pour qu'elle le noue autour de ma blessure. Il fallait serrer un peu afin d'arrêter l'hémorragie mais pas trop afin de ne pas couper la circulation.

« J'espère que je n'aurais pas à le regretter. »

Si je savais ce qu'elle était capable de faire, elle devait sûrement connaître mes capacités également. Nous n'étions clairement pas deux débutantes. J'espérais juste que je ne commettais pas une faute en lui faisant confiance. Les seuls au courant de mon secret étaient Gustus et Orion. Et je n'avais pas eu à le regretter pour le moment.

 
Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Prihaya


Messages : 66
Date d'inscription : 04/07/2017
Ft : Clara Paget
Crédits : (c) Nîniel

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [02/04/2482] Le crottin rassemble les mouches ; le sang rassemble les guerriers. Mer 13 Déc - 22:17

Le crottin rassemble les mouches ; le sang rassemble les guerriers.Faire face à une Natblida cachée était toujours délicat comme situation, mais pas un instant l’idée de dévoiler ce secret n’avait traversé l’esprit de Prihaya. Peut-être que par le passé, elle aurait pu le faire, suivant alors la culture de son peuple, mais aujourd’hui, alors qu’elle faisait face à la Yazhu, il était tout simplement hors de question pour la rousse de faire quoi que ce soit qui pourrait lui porter préjudice. Elle ne connaissait pas réellement Alkaia et ne pouvait émettre les possibles raisons pour qu’elle puisse avoir caché son sang. Car l’ambassadrice n’était pas idiote. Pour que la jeune femme se tienne devant elle, son statut de Natblida était certainement méconnu, sans quoi elle aurait fait partie de la même génération de Conclave que Lexa. Mais à peine avait-elle eu cette pensée, Prihaya la mettait de côté afin de ne penser une personne en lien avec tout cela. Elle préférait se focaliser sur la guerrière blessée, formulant à voix haute l’évidence même du soin. Si la blessure restait à l’air libre, non seulement celle-ci risquait de s’infecter, mais une personne moins bien compréhensive que la Floukru risquait de découvrir la vérité.

Seulement, seul un imbécile ne verrait la méfiance présente. Même si Prihaya n’avait fait preuve d’aucune hostilité, elle comprenait que Alkaia reste sur ses gardes et se fasse menaçante. Elle-même avait été ainsi des années plutôt et, comme si le destin aimait lui rappeler les sacrifices de la vie, les pensées de la rousse revenait irrémédiablement à ce qui lui brisait le cœur. Il était certain que, même si on lui offrait toutes les riches de la Coalition, jamais elle ne vendrait un Natblida ne souhaitant pas être découvert. Pourquoi ne pouvait-on simplement pas les laisser en paix ? La situation était tellement ironique. Posséder cette caractéristique tant vénérée était d’une rareté sans nom et pourtant, dès lors qu’un Heda perdait la vie, ils étaient jetés dans une fosse au lion où un seul devait survire. À continuer ainsi, il arriverait un jour où plus aucun Natblida ne verrait le jour.

« Pourtant, vous le pouvez. Je ne ferais pas partie de ceux qui pourraient vendre la vie de quelqu’un contre de l’argent. »

Phrase assez ironique pour ceux qui connaissaient le passé de la jeune femme, mais prononcé avec calme. Elle qui avait pris la vie de certains pour le compte d’autre, elle assurait aujourd’hui qu’elle ne jouerait pas avec celle d’Alkaia. Et c’était une pure vérité. Même si elle se savait encore capable de semer la mort, elle ne le ferait certainement pas pour le compte du Conclave. Elle savait que cela allait à l’encontre de leur tradition et de ce que les dieux voudraient, mais tant qu’aucun de ses sens Ntha ne lui indiquait le contraire, alors tel serait sa ligne de vie.

Et pour le moment, il fallait s’occuper de la blessure d’Alkaia avant que celle-ci ne s’aggrave. De là où elle se trouvait, la rousse ne pouvait voir l’ampleur de celle-ci et ne pouvait que chercher à deviner. Avec la menace de l’épée, bien qu’elle assurait ne pas être une menace, elle n’allait tenter le diable en avançant. Et à la vue de la question, ça ne devait pas forcément être beau à voir. Seulement, Prihaya n’avait aucun alcool sur elle, ne buvant que rarement, connaissant les effets de cette boisson sur elle.

« Je suis désolée, mais je n’ai qu’une outre d’eau avec moi, mais elle pourrait suffire pour au moins nettoyer votre bras. »

La gourde était accrochée à la ceinture de la Floukru, mais elle n’esquissait actuellement aucun geste, ne souhaitant pas laisser croire à une quelconque mauvaise intention. Elle ne critiquait en rien la méfiance d’Alkaia, certaine d’avoir le même comportement si les rôles étaient inversés.

« Soyez en certaines, vous ne le regretteriez pas. »

Finalement, l’arme avait été blessée et Prihaya s’était saisi du tissu. Plus proche, la blessure semblait facile à soigner, mais il ne fallait pas non plus la négliger. Alors la jeune femme usa des quelques maigres connaissances qu’elle avait, nettoyant brièvement avec de l’eau pour pouvoir poser le bandage improvisé. Elle n’était pas fisa, mais elle savait qu’une blessure infectée pouvait être bien plus dangereuse qu’une blessure grave. La rousse s’appliquait afin de camoufler au mieux l’écoulement du sang, restant pour l’heure silencieuse. Elle préférait se concentrer sur ce qu’elle faisait et non la suite. Car la jeune femme n’était pas stupide, ni même naïve. Elle n’allait pas reprendre sa route sans que rien ne découle de ce dont elle avait été témoin.

« Vous feriez mieux d’attendre un peu avant de retourner à Polis, les esprits ne sont pas aussi tolérant. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alkaia


Messages : 732
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Gaia Weiss
Crédits : Avatar : Pilgrim
Signature : Hély (Kiki) + anaëlle (code sur Bazzart)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [02/04/2482] Le crottin rassemble les mouches ; le sang rassemble les guerriers. Dim 28 Jan - 0:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le crottin rassemble les mouches ; le sang rassemble les guerriers.
Prihaya & Alkaia

« Sa philosophie dans la vie c'était qu'elle pouvait mourir à tout moment.
Ce qu'il y avait de tragique selon elle c'est qu'elle ne mourait pas. »


Était-ce bien raisonnable ? Je ne pouvais m'empêcher de me poser la question. Je n'avais jamais vraiment été dans une situation où je devais tuer une personne pour préserver mon secret. Bien sûr, je savais que cela aurait fini par arriver un jour, je n'étais pas idiote. Garder ce secret autant de temps était déjà un miracle en soi. J'avais imaginé des tas de scénarios, des tas de possibilités, j'avais imaginé pour ôter la vie à quelqu'un sans hésitation tout ça pour que je n'aie pas à mourir. J'avais pensé que ce serait facile ! J'avais pensé que j'y arriverais vu le poste que visais, vu le poste que j'occupais aujourd'hui. Ironiquement, j'étais capable de tuer de sang froid pour Lexa, mais pas pour moi.

Je ne sais pas si je devais être rassurée quand à savoir que l'Ambassadrice connaissait mon secret. J'en avais entendu des choses sur elle, bien sûr, je savais qu'elle était également loin d'être idiote. Je savais qu'il fut un temps, elle m'aurait peut-être bien dénoncé pour de l'argent. Aujourd'hui, je n'étais plus sûre. Selon ces mêmes rumeurs, elle ne serait plus ce qu'elle avait été. Mon coeur me disait de la croire et mon esprit me disait le contraire. Une bataille faisait rage en moi. Je n'avais aucun envie de la tuer, mais j'avais peur. C'était normal non ? J'avais également réfléchi à pas mal de scénarios pour le jour où je finirais par être découverte. Parce qu'un jour, je finirais par l'être. On a pas autant de chance toute sa vie ! Elle me dit qu'elle ne vendra pas ma vie contre de l'argent, et j'aimerais la croire. Je ne ferme pas les yeux, mais je suis triste, sceptique et indécise.

« Et comment vous croire ? Détrompez-vous, j'aimerais vraiment vous croire, mais vu ce qu'on offre pour la vie d'un Natblida de nos jours, comprenez que je me méfie. »

Je savais qu'elle comprendrait. Je savais aussi qu'elle pourrait me convaincre, et qu'il y avait une chance sur deux qu'elle me dise la vérité. Si je la laissais partir, elle aurait l'avantage sur moi à notre prochaine rencontre, et je détestais devoir quelque chose. Pire encore, je détestais que l'on me fasse chanter. Au plus profond de moi, je sentais bien que je pouvais lui faire confiance, mais je n'osais pas. Il valait mieux ne pas faire trop confiance ces derniers temps ; jamais en fait. La confiance, c'est réservé à la famille, aux amis proches. Et encore. Peut-on vraiment se fier à quelqu'un lorsqu'il s'agit d'un Natblida. Certains donnaient leurs enfants avec fierté pour le Conclave. Est-ce que mes parents m'auraient poussé vers Polis ? Auraient-ils été heureux que je participe à ce combat ? Désapprouveraient-ils ma situation en ce moment ? Sans doute qu'ils ne seraient pas fiers, sans doute même auraient-ils honte de ce que je suis devenue.

Je suis dans mes pensées, réfléchissais à toute vitesse, tentant de ne pas me laisser abattre, ou de ne pas me laisser convaincre trop facilement. La situation était compliquée. Heureusement, Prihaya ne bougeait pas, restant figée grâce à mon épée pointée vers elle. Voulait-elle gagner ma confiance pour mieux m'avoir ensuite ? J'en devenais presque paranoïaque. Elle m'avoua qu'elle n'avait pas d'alcool. Évidemment. Juste de l'eau. Comme moi. Je l'aurais bien vue en train de boire, tiens. Trêve de plaisanterie. Elle m'affirma que je ne le regretterais pas. J'aimerais tant la croire. Je fermais les yeux un court instant avant de baisser mon arme, lui laissant le champs libre. De toute façon je n'avais pas eu beaucoup de choix.

« J'espère. Dans le cas contraire, soyez assurée que je viendrais vous tuer moi-même. »

Je n'aimais pas la menacer, mais je voulais la prévenir de ce qu'il lui en coûterait. Je me savais suffisamment battante pour revenir la hanter et la tuer si elle dévoilait mon secret à quiconque. Chaque fois qu'une personne de plus était en courant, c'était un peu une partie de ma vie qui était à découverte. Une chance de plus de se faire trahir, voir tuer. Je la sentais qui s'affairait à nettoyer ma plaie. Je ne grimaçais pas et la regardais faire. Prihaya serra doucement le bandage avant de m'avertir de ne pas retourner vers Polis tout de suite. Elle n'avait pas tord.

« Très peu le sont. D'ailleurs, expliquez moi comment vous en êtes venue à être contre nos traditions ? »

Il était clair que je ne la dénoncerais pas non plus. Je n'avais aucun intérêt, surtout qu'elle pourrait se défendre avec mon secret. Cependant, il est vrai qu'on ne croisait pas des gonas qui étaient contre les traditions du peuple. En général, ils sont tous fiers des Natblidas, et certains rêvent d'en être. Ils ne savent pas le fardeau que cela peut-être. La peur d'être découverte et d'être emprisonnée à Polis, condamnée à se battre jusqu'à la mort pour espérer devenir le Commandant. Je ne sais pas si c'est un rêve. Le fardeau de Lexa est pire que celui des Natblidas. Je ne pense pas que j'aurais aimé être à sa place. Parfois, elle devait se sentir bien seule. Parfois, je me sentais seule aussi. Je ne pourrais jamais être totalement moi-même.

 
Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Prihaya


Messages : 66
Date d'inscription : 04/07/2017
Ft : Clara Paget
Crédits : (c) Nîniel

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [02/04/2482] Le crottin rassemble les mouches ; le sang rassemble les guerriers. Lun 12 Fév - 14:47

Le crottin rassemble les mouches ; le sang rassemble les guerriers.La tension était palpable entre les deux femmes qui se faisaient face alors que la nature de l’une était dévoilée au grand jour. Prihaya ne pouvait nier d’avoir été surprise par la teinte du sang d’Alkaia, mais alors que celle-ci s’était immédiatement mise sur ses gardes, la rousse gardait cette impassibilité qui lui était propre. Alors qu’elle maudissait désormais cette tradition au sujet des Natblida, l’ambassadrice n’allait certainement pas aider les natifs à mettre la main sur l’un d’eux. Et cela, même malgré les risques que cette décision encourait. Elle savait désormais quel mal cela pouvait faire de perdre une personne à cause de la noirceur du sang et il y avait certainement quelqu’un qui devait tenir à la guerrière. Et la Floukru ne serait certainement pas celle qui allait briser le cœur de cette personne. Chose ironique pour celle qui avait un passé d’assassin.

Mais Alkaia avait raison de ne pas la croire. Qui sait ce que chacun pouvait cacher comme jeu et la jeune femme n’était nullement naïve. Même si elle avait désormais changé de vie, en rejoignant Floukru et en quittant ce masque de Wanlida, certains avaient connaissance de son passé qu’elle ne cachait nullement. Elle avait certes changé, mais Prihaya n’avait aucune honte à assumer son passé et jamais elle n’avait démenti quoi que ce soit. Et même s’il lui était difficile de s’adapter à cette nouvelle vie, elle faisait de son mieux.

« Rien ne peut prouver que je sois digne de votre confiance, mais rien de ce que l’on pourrait m’offrir pour votre secret ne serait digne d’une trahison. »

Prihaya n’avait nullement peur de la menace, ou même de quoi que ce soit d’autre. Elle n’était plus cette jeune intrépide capable de tout. Tuer restait simple dans son esprit, mais seulement si c’était elle qui maniait l’arme pourfendeur de vie. Trahir, cela lui était tout simplement impossible. Elle n’était pas ce genre de personne. En tout temps, la jeune femme avait gardé un certain honneur, alors même si Alkaia ne pouvait avoir aucune certitude, jamais elle ne serait dénoncée par la Floukru.

Cependant, face à la menace, Prihaya avait eu un petit sourire alors qu’elle ne doutait nullement de celle-ci. Contrairement à l’ancienne assassin, Alkaia avait certainement achevé son dwensa et elle devait être une guerrière émérite pour atteindre ce rôle de Yazhu qui était le sien. Et même si la rousse refusait de sous-estimer la Trikru, elle ne se sous-estimait pas non plus.

« Je ne doute aucunement de vos capacités, mais ne vous attendez pas à ce que je vous laisse faire sans riposter. »

L’ambassadrice avait cherché à faire une pointe d’humour, bien que cela ne soit une habitude chez elle, ni même une facilité. Elle aidait comme elle pouvait Alkaia, tout en continuant de prouver qu’elle n’était une menace pour la guerrière. C’était d’ailleurs pour cela qu’elle lui conseillait d’attendre avant de rentrer à Polis, afin que personne d’autre ne découvre son secret. Même si la rousse faisait preuve d’intentions honorables, tous n’agissaient pas ainsi, tout comme le lui confirmait Alkaia.

Cependant, une ombre passa sur le visage de la Floukru alors que la guerrière lui demandait d’expliquer son manque d’implication dans ce qui était des traditions pour eux. Prihaya avait constamment essayé de cacher ce changement chez elle. Cela pouvait être mal vu de ne pas vivre selon leur culture et la jeune femme commençait à les cumuler. Entre son dwensa abandonner, sa fuite en devenant assassin, son abandon de la violence pour Floukru et son abandon progressif de foi envers la flamme, beaucoup était mort pour moins que ça. Mais Alkaia avait visé juste dans sa question et après un instant de silence, l’ambassadrice considérait qu’il était normal d’être sincère après sa découverte au sujet de la guerrière.

« Je sais ce que c’est que de se sacrifier au nom de la flamme et je ne souhaite à personne de le faire. Le conclave devrait être intégré par des Natblida volontaires et non des enfants arrachés à leurs parents sans avoir leur mot à dire. »

En disant cela, Prihaya avait eu le regard lointain, refusant de penser à ce qui lui faisait dire cela. Et comme pour masquer cela, elle chassait l’ombre de son visage par un masque d’impassibilité.

« Ce qui est relativement ironique alors que j’ai moi-même été élevée dans l’espoir de devenir Natblida. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Inclement Earth

MessageSujet: Re: [02/04/2482] Le crottin rassemble les mouches ; le sang rassemble les guerriers.

Revenir en haut Aller en bas

[02/04/2482] Le crottin rassemble les mouches ; le sang rassemble les guerriers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru (Woods Clan, Peuple des Arbres) :: Autres endroits-