AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pour les nouveaux personnages :15Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes : Delinquents, Hemerians et Arkers ! Essayez de les privilégier Wink
Les habitants du Mont Weather sont jouables, pour tous, dès maintenant ! Ils offrent 20Tcs à la validation ! N'hésitez pas à peupler le bunker !
Suite aux premiers évents, les premières intrigues arrivent sur IE pour les 100 et les Arkers ! Celle des Grounders/Camelotiens arrivera très bientôt !

Partagez|

absolutisme et lumières (eliza)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Varian Standall


Messages : 165
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : Kidd (avatar) bat'phanie (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: absolutisme et lumières (eliza) Sam 7 Oct - 16:56

Spoiler:
 

Ce matin là ce fut Ael, le plus grand des garçons qui le réveilla. Et cela avait quelque chose d'étrange, en temps normal c'était Aya qui se chargeait de le bouger, de lui hurler dessus pour qu'il se réveille. Mais elle était puni. Elle n'avait plus le droit de l'approcher, ou de toucher à un seul de ces cheveux depuis son jeu stupide avec Nei. Et même si au fond Varian en était ravie, sa compagnie lui manquait quand même un peu… Il fallait dire qu'il ne portait pas ses frères dans son cœur, loin de là. Et visiblement ce matin, il allait devoir partir avec lui pour une de ces corvées habituelles. Ael et son caractère de cochon. Super. Pour le coup, il aurait presque préféré l'autre qui était incapable de penser par lui même, tout aurait été plus simple. Non, là il héritais du rustre de base, aussi bête et méchant que sa sœur. Il se traîna hors de sa couchette de fortune, sa mère examina quelques minutes l'état de ses blessures avant de lui faire signe de se préparer. Les blessures causés par le loup était toujours mais, mais ce n'était pas les plus douloureuse.

« Je comprends pas pourquoi papa et maman veulent que je t'accompagne ? C'est juste des champignons. C'est débile, ça m'énerve. En plus t'es moche. »

Mais ta gueule toi… Ferme la, vraiment. Parfois il avait envie de lui mettre des claques. Mais ce n'était qu'un gamin. En quelque sorte. Il avait à peine dix huit ans, et il se prenait pour le roi du monde. Sans doute parce qu'il allait se marier dans quelques jours. Ah, la vie sur terre.

« Bon, c'est moi qui décide quel coin on va voir. Suis moi pauvre tâche. »

Varian opina sans dire – que pouvait-il faire de toute façon ?- et suivis le jeune Ael qui poursuivait sur les meilleurs coins à connaître. Il les connaissaient déjà presque tous. Trois ans qu'il se faisait balader de forêt en forêt. Et puis d'abord, pourquoi tu me prends le choux ? T'es qu'un stupide pêcheur, comme ta sœur, ton frère et ton père.

« Et puis, on a fait tellement de bruit, qu'on a réveillé toute la maison !»
« Pardon ? »

Il n'écoutait pas enfin, plus. Du moment où Ael avait commencé à parler de ces exploits avec la gente féminine, il avait décroché pour se concentrer sur le chemin à suivre. Et son monologue avait quelque chose de gênant aussi. C'était peut-être parce qu'il était vraiment mal fichu avec ces yeux noisettes minuscules, son visage rond comme une soucoupe et son nez cabossé, mais Varian avait du mal à l'imaginer comme un grand tombeur. Et puis, il s'en foutait, clairement.

« Tu m'écoutais pas, en fait. Tu dois m'écouter quand je te parler. »
« D'accord. »

Il n'avait même pas pris la peine de baisser le regard (ah oui, avait-il oublié de mentionner que ce pauvre Ael avait à peine atteint le mètre soixante?) pour le regarder dans les yeux. Malheureusement ce dernier lui chopa le bras et leva les bras dan l'espoir d'atteindre sa joue et Varian serra les dents. Sans doute avait-il touché une partie de son corps encore trop endoloris...

« Ma sœur a peut-être plus le droit de te toucher, mais moi si. Et elle m'a bien fait comprendre que je devais te recadrer si besoin. Imagine que je suis elle pendant cette matinée, c'est pigée ? »

Il passa sous silence tout les sous entendus graveleux qui lui vinrent à l'esprit et se contenta de faire oui de la tête. Ne pas céder. Ne pas lui en coller une. Ael savait se battre, et il n'avait aucune envie de revivre la même expérience qu'avec Harley. Ce faire casser la gueule une fois lui avait amplement suffis, il n'y avait qu'à voir l'état dans lequel il était actuellement, avec ses bleus, sa lèvre inférieur amoché, son œil à peine remit et son nez cassé qui laisser apparaître une petite bosser.  

« Donc, je disais ! »

Et le revoilà qui repartait dans ses histoires amoureuses. Ta vie est tellement fade mon pauvre garçon… songea t-il. De temps à autre, il laissait échapper un « oh » ou un « ah » mais sans plus. Quand enfin il arrivèrent dans une clairière, il cessa de parler pendant quelques secondes de sa dernière partie de jambe en l'air pour lui montrer fièrement une colonie de champignon.

« Donne moi ton manteau. »

Putain il manquait plus que ça… A contre cœur Varian ôta la chose qui lui servait de manteau et lui tendit. Ael se posa dan l'herbe encore humide, après avoir disposé la veste par terre.

« Faudrait pas que j'me mouille les fesses. Aller, ramasse esclave. »

Varian s’exécuta en silence, de toute façon, que pouvait-il faire d'autre. Avec Orion puis avec sa mère il avait appris les bonne espèces de champignons, et les nocives pour l'homme, mais un tel apprentissage ne lui avait encore jamais servis. Dans le fond Ael continuait ses histoires, avec quelques mimes à l'appuie et Varian du prendre sur lui pour ne pas avoir l'air écœuré en imaginant le tout. Il lui tourna définitivement le dos dans l'espoir d'échapper à une pitoyable imitation de il ne savait trop quoi mais Ael ne s'arrêta pas en si bon chemin. Varian était replongé dans son monde bien à lui, les yeux rivés sur ces mains qui n'avait de cesse de trembler et sur un champignons d'une taille totalement surréaliste. Il était consommable celui-là ? Au moment où il se tourna vers son jeune maître pour lui poser la question se dernier lui sauta dessus, un sourire joyeux aux lèvres.

« Et paf ! Aucun réflexe le moche ! »
« Putain... »

Il lui avait explosé le dos, et le pire dans tout ça, c'est qu'il ne se sentait même pas capable de bouger pour répliquer. Ael se marrait tout seul à califourchon sur son ventre, offrant un angle de vue tout à fait inédit à Varian de ce qu'étais un vrai double menton.

« Oh, mais en voilà une belle plante, salut ma jolie ! »

Sur le coup il n'avait pas trop su s'il venais de rêver ces paroles ou non. Il ouvrit à nouveau les yeux, et visiblement Ael avait vu quelque chose derrière lui. Toujours cloué au sol avec Ael bien installé sur sa personne, il leva les yeux au ciel dans l'espoir de voir quelque chose, en vain. Mais visiblement une demoiselle venait de faire son apparition. Oh, n'allez rien imaginer, par pitié…


Dernière édition par Varian Standall le Ven 3 Nov - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eliza Johnson


Messages : 823
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Lyndsy Fonseca
Crédits : Alaska (avatar), skairipa (gif)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: absolutisme et lumières (eliza) Sam 7 Oct - 20:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
ABSOLUTISME ET LUMIERES... × ft. ELIZA & VARIAN
Eliza devenait une habituée d'Azgeda, apparemment. A croire que cette région voulait d'elle, mais plus particulièrement de sa mort. Cela ne devait pas être un clan très grand puis qu'à chaque fois qu'elle s'y rendait, elle tombait sur Varian. Drôle de coïncidence puisqu'elle avait ignoré son existence durant trois ans sur Terre. A croire que depuis qu'il était revenu d'entre les morts, le destin faisait tout pour qu'il puisse accomplir son désir de la tuer. Or, Eliza ne le laisserait pas faire. Il avait beau la haïr, elle ne le laisserait pas croupir au fond de ce trou à rat puant qu'était ses maîtres. Elle voulait le sortir de là, se racheter. Et ensuite il pourrait la tuer si il le voulait. Mais en attendant elle avait un désir en tête: réparer les erreurs de son passé. Et il était hors de question de le laisser jouer à la Cendrillon pour des Terriens. Cette terre était aussi la leur.

Ce jour-là, elle devait ramener des plantes médicinales pour sa tribu. C'était ça son rôle au sein du campement: chercher de la nourriture et des vivres. Mais cela lui convenait parfaitement. Elle n'aimait pas rester avec les autres. Elle était plutôt du genre indépendante. Alors si elle pouvait éviter le contact avec les autres, elle ne dirait pas non. Alors, elle avait attrapé son sac à dos, une arme et la voilà en route à l'autre bout du territoire.

Deux jours. C'est le temps qu'il lui fallut pour atteindre Azgeda. Après une courte nuit de sommeil. Elle avait donc atteint son objectif assez rapidement. Mais au moment où elle se baissa pour attraper une plante médicinale, elle entendit une voix s'adresser à elle. Elle redressa la tête après avoir constaté qu'il s'agissait d'une plante hallucinogène qu'elle avait entre les doigts. Donc rien qui lui serrait utile. Quoique...

Quand elle constata qu'il s'agissait d'un garçon d'Azgeda, elle se sentit rassurée qu'il n'ait pas cherché à la tuer directement. En revanche, quand elle remarqua qu'il était assis sur un homme qui semblait être un esclave, compte tenu de ses vêtements, elle perdit très rapidement son sourire. Elle n'avait pas encore remarqué qu'il s'agissait de Varian, mais cela la révoltait déjà. Il devait y avoir pas loin de cinq mètres qui les séparaient. Alors elle se rapprocha tranquillement de lui, prenant l'air de la fille naïve. Et arrivait face à lui, elle l'empoigna par le col et le plaqua violemment contre l'arbre derrière lui.

« Une "plante" ? Tu n'as pas mieux comme phrase d'approche. C'est une de tes manières avant de faire d'une Camelotienne une esclave ? Tu te sens peut-être supérieur à nous, tu te crois peut-être tout permis, mais je tiens à te rappeler une chose... » Elle plaqua son coude sous son cou, exerçant une légère pression. « ... moi, je ne suis pas ton esclave. Et si il faut que je tue les gens comme toi pour aider les nôtres, je m'en donnerai à cœur joie. Alors écoutes-moi bien, si tu t'avises encore une fois de lever la main sur un des nôtres comme tu viens de le faire et que je suis dans les parages, je t'assure que je t'enfoncerai une dague dans le coeur, c'est bien clair ? »

Puis son regard se tourna vers l'esclave au sol et son sang se figea. Varian. Mais ce qui la préoccupa le plus ce fut son état. Parsemé d'hématomes et de cicatrices. Une chose était certaine: ce n'était pas le périple avec les loups qui avait causé autant de blessures. Son visage devint sévère, un froncement de sourcils apparut. Son regard noir se tourna vers le gamin face à elle, un regard presque meurtrier alors qu'une voix froide et grave quitta ses lèvres.

« C'est toi qui a fait ça ? » Rapidement, elle perdit son sang-froid, le décolla et le plaqua de nouveau avec violence contre l'arbre. « Est-ce que, putain, c'est toi qui a fait ça ? » s'exclama-t-elle encore un peu plus fort, de colère.

Pourquoi réagissait-elle ainsi ? Peut-être parce qu'une part d'elle ne le voulait pas mort. Pas comme ça. Pas en esclave. Il ne méritait pas ça et elle s'en voudrait toute sa vie si il quittait ce monde sans qu'il n'ait pu la pardonner de ce qu'elle a fait, d'avoir gâché sa vie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 165
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : Kidd (avatar) bat'phanie (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: absolutisme et lumières (eliza) Sam 7 Oct - 22:39

Il avait déjà entendu mieux comme phrase d'approche. Parce que clairement, belle plante c'était… à la fois curieux et nul à chier. Mais bon. Pour l'heure Varian n'y pensait pas, ce petit détail ne lui reviendrais que ce soir, sa journée terminée. Ce petit détail allait même le faire sourire bêtement pendant encore quelques jours mais pour l'heure, la nouvelle venue avait attrapé Ael comme on choppait un chiot par la peau du cou (d'accord, il était petit, mais pas dénué de muscles) pour le plaquer contre un arbre. Et…. Il la reconnu immédiatement. Cette voix, cette pointe d'agressivité qu'elle avait tout le temps, le ton sûre d'elle, téméraire et puis… Tout coulait de source, partout, où qu'il y aille, Eliza était là aussi. Putain dites moi que je rêve… Je dois rêver… tout le monde mais pas elle… Bla bla bla bla. S'il n'avait pas été trop sonné à cause de sa chute (certes, Ael avait voulu jouer, mais passons, il lui avait démolis le dos ce con) il aurait probablement écouté avec attention son beau discours. Au lieu de quoi… Il se redressa péniblement pour se mettre debout. Techniquement, il devait défendre Ael. Mais dans l'état actuel des choses, il ne pouvait rien faire. Elle le menaçait, et plus elle caquetait, plus Varian avait envie de lui hurler de prendre les jambes à son cou. Sérieusement ? Elle pensait faire le poids ?

« Attend je... »

Trop tard. Le poing d'Ael percuta le visage d'Eliza, y laissant clairement une marque rouge et le Grounder se dégagea sans peine.

« Bordel t'es qui toi ? »

La suite ? Varian baissa les yeux. De toute façon, que pouvait-il faire. Hors de question de s'interposer, elle s'était clairement fichue dans la merde toute seule. Et je ne lui dois rien, aussi. Sans doute surprise elle n'eut pas le temps de répliquer avant que l'autre mains d'Ael ne la frappe encore une fois.

« Un des tiens, hein ? »

Il n'aimait pas ça. La tournure que tout ça prenait. Je voulais juste ramasser des champignons moi… merde quoi. J'ai jamais voulu qu'Eliza se pointe, ni que Ael se mette en colère, ni qu'il lui colle deux poings dans la figure et puis merde, pourquoi rien ne tourne jamais rond dans ma vie ? Sans qu'il ne comprenne pourquoi ni comment, Eliza s'était retrouvé poussé dans ses bras et son premier réflexe fut de la pousser en retour.

« Non non, tient moi cette fille Varian. »

Éteins les lumière là-haut, met son cerveau sur pause, arrête de penser et fais ce qu'il te dis. Ou ce soir tu vas morfler comme jamais. Tu sais comment il est colérique. Sers toi de tes mains, même si elle sont encore douloureuses. Voilà, tu l'attrapes, comme ça, et tu serres très fort. Elle est sonnée… profite en. Bien Varian. Bon, qu'est-ce que je fou… Tu te rends compte que tu aides Ael à tabasser une fille ? Deux contre un ? Regarde, regarde comme il la cogne encore et encore. Bientôt son visage sera aussi immonde que le tient. Tu vas avoir son sang sur les mains. Quelque part, c'est pas ce que tu voulais ? J'espère que tu as mal Eliza. J'ai soufferts, Harley a souffert, chacun son tour. À mon goût tu es trop pimpante à chaque fois que nos chemins se croisent.

« Aya... »
« Quoi Aya ? »

Ael quitta quelques secondes Eliza qui devait peiner à rester debout après tout ces coups pour le regarder lui. C'est marrant, vu comme ça, il ressemble presque à sa sœur…

« Aya la veut vivante. Elles se connaissent. »

Il n'avait aucune idée de pourquoi il disait ça. Il ne contrôlait rien, ni Ael, ni Eliza, ni ce qui allait se passer ensuite. Mais ces quelques petits mots semblaient avoir fait leur bonhomme de chemin jusqu'au cerveau embrumé du Grounder. Bien sûr qu'il savait, Aya avait du le raconter à tous le monde, cette fameuse fois où elle avait échoué. Si elle la voyait maintenant, aux pieds de son frère cadet, avec un Varian pâle et impassible juste à côté. Elle avait des allures de trophée de chasse à côté d'Ael. Il n'avait pas du digérer que son égaux soit piétiné de la sorte par une fille sortie de nul part.

« C'est ton jour de chance mademoiselle-je-ne-suis-pas-ton-esclave. » Il lui donna un petit coup de pieds dans les côtes. « Tu sais, je te trouve mignonne. Mais je pense que tu le serais encore plus avec le même tatouage que ton petit camarade. »

Instinctivement il avait porté la main à sa joue tatoué, avant de fuir le regard d'Eliza. Il n'avait jamais vraiment oublié ce jour où, on avait décidé qu'il ne serait plus qu'un vulgaire chien que l'on traitait comme de la merde. La douleur qu'il avait ressentit quand on lui avait fait cette abomination sous son œil.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eliza Johnson


Messages : 823
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Lyndsy Fonseca
Crédits : Alaska (avatar), skairipa (gif)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: absolutisme et lumières (eliza) Dim 8 Oct - 9:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
ABSOLUTISME ET LUMIERES... × ft. ELIZA & VARIAN
Eliza n'avait pas réellement réfléchie. Elle avait fourré la plante dans sa poche et était allée aider le Camelotien à terre, ignorant encore à qui elle avait à faire. Mais quand elle l'aperçut, son sang se figea dans ses veines. Le voir dans un tel état la déstabilisa totalement. Et l"homme sembla d'ailleurs profiter de cette faiblesse puisqu'il lui flanqua un coup au visage. Puis elle se sentit poussée vers Varian, puis de nouveau vers son assaillant, pour finir entre la poigne de son ancien dealer. Un jeu qui sembla être comme un ballon de football que l'on se passe d'une personne à l'autre. Et ça craignait. Elle tenta de se débattre, mais il était plus fort qu'elle ne le pensait. A vrai dire elle n'avait jamais l'occasion de voir réellement sa force. Leur altercation n'avait jamais été grandiose. Mais aujourd'hui, il devait se réjouir d'avoir pu prendre sa revanche.

« Lâches-moi, Varian... S'il te plait. »


Ce furent les seules paroles qu'elle put murmurer à l'adresse de son esclave. Il ne réagit même pas. Pas étonnant. Tout ce qu'elle fut faire c'est de subir. Subir et écouter. Ecouter les paroles de l'homme d'Azgeda. Elle se mit d'ailleurs à cracher du sang, redressant son visage vers le sien. Tout ce qu'elle réussit à faire c'est de lâcher un rire sournois en murmurant un "t'es qu'un putain d'enfoiré" quand elle l'entendit parler de Varian et de son tatouage comme une simple vache que l'on tatouait et que l'on élevait à l'époque où la Terre était encore un peu à eux. Eliza savait que de toute manière il y avait peu de chance qu'elle s'en sorte, alors peut-être que le provoquer lui permettrait d'avoir une porte de secours ?

Bingo ! Il la prit par le col, la faisant se lâcher de l'emprise de Varian où elle pouvait sentir son corps contre son torse tellement il la serrait avec force. Il ordonna au jeune châtain de ne pas bouger d'ici. Putain, Varian, pourquoi as-tu fais ça ? Pourquoi tiens-tu autant à me voir morte auprès de la femme qui dirige ta vie ? Tirée par les cheveux, elle fut poussée contre un arbre et subit maintes-et-maintes fois des coups de poings. Les plus douloureux furent dans son vente, ce qui eut le don de lui couper littéralement le souffle. Elle peinait à respirer, alors que l'homme se mit à parler.

A peine consciente, elle entendit un murmure. Celui de son père. Un des encouragements qu'il avait l'habitude de lui murmurer à l'époque. Une phrase pleine de sagesse qui l'accompagnait tout au long de sa vie: "Même dans les pires situations, une petite lumière existe toujours, une lumière qui te rappellera pourquoi tu es là et pourquoi tu dois te battre". Ce fut sans doute son état qui la fit imaginer son père lui murmurant ses paroles. Elle voulut murmurer qu'elle était désolé d'avoir créer tant de déceptions, mais sa main se porta dans sa poche. Cette plante hallucinogène qui était toujours là. Sans trop savoir comment, cette phrase eut le don de lui donner ses dernières forces. Elle porta un coup dans les parties génitales de son "ami" -ironiquement, bien entendu-. Une fois qu'il fut à terre à côté d'elle, elle mit la plante dans sa bouche et appuya sur sa mâchoire de manière à lui faire avaler la plante, malgré les coups qu'il lui donnait dans les côtes.

Ce fut que quelques secondes plus tard que son regard changea et qu'il se mit à sourire. Cela lui donna la confirmation qu'il avait bien avalé la plante qui lui faisait aller dans les "nuages" durant deux-trois heures.  Il sortit de derrière l'arbre où il avait amené Eliza et s'avança vers Varian, sautillant comme un gamin.

« Je n'ai jamais vu de papillons à Azgeda. Curieux, non ? Si on partait à la chasse aux papillons? Je vais près de la rivière là-bas. »

Si Eliza était en bon état, sans doute aurait-elle ri de la situation. Mais tout ce que sa condition lui autorisa à faire, c'est de tomber sur le côté au moment où elle souleva son tee-shirt pour regarder son état. On pouvait apercevoir sur son ventre de nombreuses cicatrices. Mais ce n'était pas des cicatrices récentes. Non, elle datait d'il y a déjà des années. A l'époque où elle s'était fait torturée sur l'Arche pour révélait le nom de la personne qui l'avait poussé à tuer un membre du Conseil, même si à l'époque ils pensaient lui dénicher des informations sur un réseau de rebelles et sur les raisons qui l'ont poussé à attaquer. Ces cicatrices qui ne la quitteront jamais et lui rappelleront toujours ses erreurs du passé.

Les paupières à demi-closes, elle se mit à murmurer des paroles, sans trop savoir à qui. Elle était dans un état second. Entre la noirceur et la réalité. Si elle fermait les yeux, elle risquait de se réveiller chez l'autre imbécile. Elle ne pouvait pas. Sa vision était floue. Elle voyait des arbres au loin qui semblaient démesurés. Alors qu'elle continua à parler toute seule, d'un murmure bas.

« Je suis désolé d'être une aussi grande déception... Pardonnes-moi... »

Ce furent ce genre de paroles qui franchirent ses lèvres alors qu'elle luttait pour ne pas fermer l'oeil. Satané Azgeda qui voulait sa mort !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 165
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : Kidd (avatar) bat'phanie (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: absolutisme et lumières (eliza) Lun 9 Oct - 21:45

Sans doute Ael n'y avait-il pas été assez fort, en tout cas, elle avait trouvé la force de le mettre hors jeu. Comment, pourquoi, il n'en avait aucune idée et depuis le temps, il avait appris à ne pas chercher plus loin avec Eliza. Maintenant il regardait Ael s'éloigner en baragouinant des trucs complètement débile. Inquiet, il l'était. Ael se devait d revenir entier et en vie à la maison hors là, quoi que lui ai fais la guerrière qu'était Eliza, il n'allait pas bien. Il ignora la jeune femme, ses murmures et ses blessures pour s'éloigner à la suite d'Ael qui s'éloignait d'un pas un peu trop guilleret.

« Ael ! Ael reviens immédiatement ! »

Il avait l'impression d'être son grand frère, ou son baby-sitter dans ces cas là. Il savait déjà qu'il était fichu. Quand il rentrerait avec son maître, il allait devoir s'expliquer. Et comment expliquer que Ael s'était mis subitement à délirer sans aucune raison ? Enfin si, il pouvait toujours mentionner Eliza, mais il savait déjà que personne n'irait le croire. Et que Ael lui même n'allait jamais assumer de s'être fait avoir aussi aisément par une fille. Pleine de ressource, douée et plus forte que lui peut-être, mais une fille ennemie tout de même. Il allait s'en prendre plein la figure. C'était comme ça depuis que cette fille était revenue dans sa vie. Il s'en prenait plein la tronche à chaque fois, et sa poisse semblait le poursuivre. C'était presque lassant à la longue. S'il n'avait pas été en si mauvais état, il aurait couru pour rattraper Ael, mais ses jambes étaient fatigués comme le reste de son corps. Finalement, ce fut à l'autre bout de la carrière qu'il le chopa, alors que ce dernier semblait en profonde contemplation devant un arbre.

« Aller, viens... »

Il n'avait pas envie que la situation dégénère encore plus.

« Bon sang Ael, qu'est-ce que tu as ? »
« Ma tête va exploser. »

Et sans ajouter rien de plus, Ael lui vomis son petit déjeuné sur les pieds. Il porta aussitôt une main à sa bouche, dégoûtée, soudain nauséeux. Ok, ça, c'était pas prévu. Il l’attrapa par le bras et le traîna vers Eliza qui gisait toujours quelque par terre, sans doute en train de se remettre de sa confrontation. Ael bégayait, Ael vomissait et hurlait qu'il devait rentrer. Et Varian était paniqué. Il ne l'avait pas été ainsi à propos d'un de ses maîtres depuis le jour où il avait sortis Aya d'une merde pas possible avec un chien sauvage.

« Qu'est-ce que tu lui as fais bouffer super pétasse, hein ? »

Sans doute dans un léger sursaut d'adrénaline, il lui flanqua un coup de pied dans le dos, l'obligeant à lever les yeux vers eux.

« C'est quoi le nom de ton truc, réponds ! »

Il ne l'avait encore jamais frappé, à chaque fois qu'il avait tenté de le faire, elle avait toujours esquivé. Pas aujourd'hui. C'était à son tour d'encaisser, et pour de bon cette fois-ci. Ael s'était mis à rire sans aucune raison avant de vomir à nouveau, mais sur Eliza cette fois-ci.  Il regarda un instant ses propres chaussures, dégueulasses elles aussi, et lui donna un autre coup dans les fessiers. Faute de pouvoir se servir de ses mains pour la frapper ou la saisir par la tignasse , encore trop douloureuses, il allait devoir faire pression avec autre chose.

« Réponds que je puisse le soigner, grouille toi. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eliza Johnson


Messages : 823
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Lyndsy Fonseca
Crédits : Alaska (avatar), skairipa (gif)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: absolutisme et lumières (eliza) Dim 15 Oct - 21:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
ABSOLUTISME ET LUMIERES... × ft. ELIZA & VARIAN
La jeune femme fut à bout de force. Si bien qu'elle ne prêta pas attention à l'état de l'homme qui venait de l'attaquer. Elle ignorait toujours son nom. Tout ce qu'elle savait ce que lui et sa famille étaient des pourritures. Ils ont profité de leur faiblesse lors de leur atterrissage pour les enfermer. Si Eliza avait eu la chance d'échapper à cela, ce n'était pas le cas de Varian. Et cela elle s'en voudrait toujours terriblement. Elle n'avait pas su faire ce qu'il faut. Mais elle n'était pas prête à le laisser l'amener auprès de sa famille pour qu'elle le rejoigne en tant qu'esclave. Et puis, il n'aurait aucun intérêt à faire ça, mise à part vivre avec une fille qu'il haïrait sans doute le restant de ses jours. Non, ce serait la pire idée du siècle. Ils se verraient souvent. Et cela dégénérerait en conflit fréquent. Et puis, ce monde n'était pas pour Eliza. Une fois qu'on a goûté à la liberté, on ne peut pas être mis en cage. Elle ne pouvait pas. Pas en sachant ce qu'elle avait enduré pour arriver là aujourd'hui.

Elle tenta de lutter pour ne pas piquer du nez, mais une sale odeur la réveilla instantanément après une violente douleur au dos, la faisant revenir à elle. Quand elle ouvrit avec difficulté les paupières, elle découvrit du vomi sur ses jambes. Elle dut se retenir de ne pas rejeter son déjeuner à son tour. Mais, elle n'en eut pas le temps que Varian lui remit un coup de pied en lui demandant de lui dire ce qu'elle lui avait donné. C'est en voyant qu'il n'allait pas se gêner pour lui en remettre un qu'elle mit ses deux mains devant elle, l'air de lui dire d'arrêter, qu'elle allait tout lui dire.

« C'est un antalgique, une plante voisine de la morphine. Elle provoque quelques hallucinations, mais il n'aura rien. »

Elle se mit à tousser et à cracher du sang dû aux nombreux coups qu'elle avait subi, bien avant que Varian vienne rajouter sa touche personnelle à l'oeuvre d'art. Elle devait sans doute avoir le visage plein de sang. Elle avait mal au crâne et ne sentait pratiquement plus son ventre. Mais elle essayait de garder un esprit clair pour ne pas tomber dans les pommes. Elle posa doucement sa main sur la jambe de Varian. Son regard monta vers le sien, même si on avait l'impression qu'elle luttait pour garder ses deux paupières grandes ouvertes. Et elle se mit à parler. D'une voix faible et douloureuse. Manque d'énergie et blessure, sans doute.

« Varian, c'est eux qui t'ont fait ça ? » Elle désigna son visage d'un signe de tête avant de reprendre, avant qu'il ne décide de riposter à nouveau. « Je t'en prie, repars avec moi. Ils oseront jamais s'approcher de Trishana. Azgeda et eux sont en conflit. Tu seras en sécurité. Tu seras libre. Je te promet que tout ira bien. Mais pars de cette famille. Tu en as l'occasion. Ils ne t'apportent rien de bon. Regardes-toi... »

Eliza avait croisé une vieille connaissance au moment où le serpent avait décidé de la mordre avant qu'elle ne tombe sur Varian. Elle lui avait donné un super conseil, en plus de lui avoir sauvé la vie. C'est de tout faire pour rattraper son erreur, de tout faire pour l'aider. Et c'est ce qu'Eliza ferait. Même si il refusait, elle n'avait pas envie de l'abandonner. Pas avant qu'il n'ait la vie qu'il méritait d'avoir. Pas avant qu'il l'est pardonné. Lishi lui avait redonné une once d'espoir éteinte depuis bien longtemps. Elle espérait juste que Varian ne fasse pas le mauvais choix. Qu'il lui fasse confiance. Mais quelque chose lui disait qu'elle pouvait se prendre un couteau dans le coeur à tout moment. Il la détestait. Et elle ne pouvait pas lui en vouloir. Parfois, elle se détestait aussi elle-même.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 165
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : Kidd (avatar) bat'phanie (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: absolutisme et lumières (eliza) Lun 23 Oct - 20:51

Il y a trois ans, sur terre.
Le père avait été silencieux tout le long du trajet. Cela faisait deux jours qu'il était arrivé ici, dans ce nouveau foyer. Deux jours que lui et le patron des lieux cohabitaient tous les deux, et que Varian se demandait l'utilité pour un homme fort, en pleine forme comme lui d'avoir acheté un esclave. Et puis, il avait vu le reste de la famille, jusqu'alors en déplacement à la capitale, revenir de son petit périple. Varian avait compris trois choses en voyant leur tête : un, il était donc un cadeau pour la femme du foyer, deux, il allait sans nul doute jouer au baby-sitter et trois, il allait clairement souffrir. Si souffrir plus que d'être sur terre et loin du garçon qu'il aimait était possible. Oh oui, et tu t'en rendrais compte assez vite…

Aujourd'hui.
Eliza avait levé les mains comme pour l'implorer d'arrêter et lui souffla ce qu'il voulait entendre. Il se senti aussitôt soulagé. En sois, ce n'était pas mortel. Ce qui l'inquiétait, c'était la réaction de son maître. Il avait une santé tout à fait correcte loin d'être fragile et réagir comme ça… disons que Varian ne le sentait pas. Oui, son esprit avait émit l'hypothèse qu'il pusse simuler, mais elle s'était bien vite envolé quand il avait vomi sur Eliza. Il sentit son corps tout entier se raidir quand il senti la main de la jeune femme se poser sur sa jambe et il la dégagea d'un seul coup. Ce qui suivit… c'était bien elle, fière et bonne, prête à tout jusqu'au bout. Il devait lui bien l'admettre, quand elle avait une idée en tête, quand elle souhaitait faire ce qui lui paraissait être bien pour les autres, elle ne lâchait pas facilement le morceau.

« Non. C'est Harley. »

Et ce n'était même pas un mensonge, en prime. Oui, les coups, c'était à lui qu'il les devait, les blessures qu'elle voyait aussi. Alors certes, Aya avait été là. Elle avait clairement pris son pieds les premières minutes pare que Aya aimait la violence, surtout physique. Après, elle avait déchanté, quand elle avait vu la tournure que prennait les choses.

« Eliza, tu ne comprends pas et je crois que tu ne comprendras jamais… Je suis en sécurité avec eux. »

Il ne savait même pas pourquoi il prenait la peine de lui parler, pendant ce temps, Ael gémissait, reniflait et baragouinait des choses sans aucun sens à propos de plante et de nuage. Aucun sens.

« Personne ne veut des gens comme nous ici. Les gens du ciel, toi, moi… On est condamné à fuir sur cette terre. Et ma famille m'offre une protection parfaite. »

Il y avait des hauts, des bas. Surtout des bas, mais Varian ne les voyait presque plus. Il voyait les bon côtés, ceux qui lui permettait de ne pas errer dans les bois, sans arrêt en alerte, à se demander si le prochain grounder sur lequel il tomberait lui ferait la peau ou non.

Il y a trois ans, sur terre.
« Aya est ma fille aînée, elle a dix sept ans. » La mère parlait d'une voix claire, mais sèche. Elle s'attardait sur chaque mot pour qu’il comprenne. Elle l'avait dit à son mari, si Varian ne les comprenait pas, il ferait tout de travers. Et elle voulait un garçon irréprochable. « Ael a quinze ans, c'est mon fils cadet. » Quel âge avait-elle au juste ? Elle avait l'air si jeune, elle, comme son mari. Varian hocha la « Et le dernier c'est Ari. Tu devras m'aider à veiller sur Ari dans un premier temps, il est encore jeune. Il n'a que dix ans. » C'était noté. Des prénoms courts, des âges rapprochés pour les deux premiers. Le père chassait, ainsi que ses deux fils, la fille voulait s'initier à la chasse et a mère, quand elle ne faisait aucune des deux activités, soignait. C'était pour ça qu'il l'avait choisis. Quand il avait commencé à lui parler des traitements de l'arche, ses yeux s'étaient mis à briller. Oui, pour elle, c'était des nouveautés, de nouvelles possibilités. Pour Varian, l'occasion de rester en vie en mettant en avant tout ce qu'il avait pu apprendre avant d'arriver ici. Tu pouvais y arriver, tu le sentais. Elle, elle serait celle qui éviterait que tu ne finisse mort au fond d'un fossé. Elle avait tout de suite vu tout ce que tu pouvais lui apporter : c'était une personne curieuse dans un premier temps, et qui savais tirer des connaissances des autres. Et puis tu avais découvert que tu étais destiné à l'accompagner presque un pour sur deux quand elle visiterait ses patients. Si Aya avait vite trouvé un intérêt tout à fait particulier pour toi, celui que sa mère te portait te sauverais les fesses plus d'une fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eliza Johnson


Messages : 823
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Lyndsy Fonseca
Crédits : Alaska (avatar), skairipa (gif)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: absolutisme et lumières (eliza) Ven 27 Oct - 20:48

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
ABSOLUTISME ET LUMIERES... × ft. ELIZA & VARIAN
Eliza en avait fait des belles conneries. Et en voyant Varian, elle ne put s'empêcher de se dire qu'elle aurait dû faire les choses autrement. Elle ne savait pas trop comment, sans que cela ne soit nuisible à l'un d'entre eux. Elle aurait pu se dénoncer à sa place, mais elle serait morte. Elle aurait pu prendre sa place en tant qu'esclave, mais on savait que les habitants d'Azgeda étaient loin d'être stupides et jouaient parfois sur les mots. De fins stratèges. Ils étaient dans un cul-de-sac. Et quelque part, elle se dit qu'ils étaient tout deux nuisibles l'un pour l'autre. Toxiques.

Mais pour le moment, Eliza était trop faible pour avoir les idées claires. Elle avait la tête qui lui tournait et s'essuyait le visage pour retirer le sang qui lui coulait près des yeux. Son visage était méconnaissable. Plus de rouge, de sang, que de peau. Alors, elle ne réagit même pas quand Varian se dégagea comme-ci une futile ronce s'était accrochée à sa jambe. Elle ne pouvait pas lui en vouloir. Il la détestait.

En revanche, quand il lui expliqua que Harley était à l'origine de ces blessures, elle eut deux réactions. Dans un premier temps, elle fronça les sourcils, guettant une micro-expression qui pourrait trahir une éventuelle blague de sa part. Mais quand elle comprit que ce n'était pas le cas, il eut un haussement de sourcils de surprise. Une part d'elle se demandait si cela venait d'une dispute entre les deux ou bien d'un délire avec les esclaves. Mais elle ne préféra pas le questionner. D'une part parce qu'elle risquait de se faire durement envoyer balader; d'une seconde part parce qu'il ne voulait sans doute pas en reparler.

De toute manière, son état ne lui laissa pas le temps de le faire. Elle souleva son tee-shirt, grimaçant de douleurs et observant les diverses couleurs qui commençaient à apparaître sur son abdomen. Cela était bien plus douloureux qu'une courbature, si bien qu'elle ignorait comme se relever sans faire appel à cette partie de son corps. Sur son ventre se dessinait des micro-cicatrices, comme d'autres plus profondes. La plupart était dû à une torture qu'elle avait pu subir sur l'Arche avant d'être enfermée. Et ces blessures, ces marques, elles resteraient sur son corps à vie. Rien ne les ferait disparaître. Mais elle s'y était habituée. En revanche, il existait une dernière chose à laquelle elle ne s'était pas habituée, pas remise et elle voulait le régler maintenant. Avant qu'il ne décide de lui enfoncer un couteau dans le coeur ou de l'amener en esclave, si il avait un peu de pitié. De toute manière, elle ne voyait pas comment cela pouvait en être autrement.

« Je sais que je ne peux pas te faire faire des choses dont tu n'as pas envie, Varian, mais dis-moi que c'est ce que tu veux et que tu seras en sécurité. Et par pitié, dis-moi ce que je peux faire pour que tu me pardonnes ça. Je te le promet, je ne voulais rien de tout ça. Je n'ai pas eu le choix. Mais si j'avais su ce que serait devenu ton destin, je me serai fait envoyer à la dérive à ta place. Je t'appréciais plus que ce que tu ne pouvais le penser sur l'Arche, Varian. Et je n'ai jamais voulu que tu finisses comme ça. Tu ne le méritais pas. Alors dis-moi ce qu'il te faut que je fasse. Il doit bien avoir un moyen de me faire pardonner, de pouvoir t'aider? »


Il y a quelques années, sur l'Arche
Eliza était devant le chef de la garde qui gérait les cellules et les prisonniers. La culpabilité la rongeait depuis plusieurs jours et elle ne pouvait accepter le fait d'envoyer quelqu'un à la dérive. Sans savoir pourquoi elle ne le voulait pas. Pas lui. Même si elle avait déjà arrêté des gens, lui ce n'était pas pareil. D'une manière qu'elle ne pouvait l'expliquer. Et ce fut la pire erreur de sa vie que d'avoir envoyé la personne qui a aidé son père dans une cellule.

« Je t'en prie, laisses-moi lui parler. Je suis persuadée qu'il peut changer. Il est encore jeune. Tu as dû faire toi aussi des erreurs quand tu étais jeune. Il peut avoir un droit de rédemption.
- Tu en as assez fait, Eliza. Alors si tu te contentais d'apprécier la victoire? On a enfin mis la main sur le réseau de médicaments qui se tramait du côté de Walden.
- Mais...
- ... Mais rien Eliza. On sait tout les deux comment tu le connais. Et je ne ferai rien pour l'aider lui ou toi avec ta bonne conscience. Le mieux est que tu passes à autre chose. »

Eliza entrouvrit la bouche, mais son supérieur la regarda d'un air sévère qui signifiait que si elle ne se taisait pas maintenant, elle risquait de le regretter. Alors la jeune femme prit sur elle et fit demi-tour. Sachant pertinemment qu'elle aurait pu faire les choses différemment. Mais qu'elle avait été trop stupide, trop faible sur ce coup-ci.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 165
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : Kidd (avatar) bat'phanie (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: absolutisme et lumières (eliza) Sam 28 Oct - 17:37

« Je sais que je ne peux pas te faire faire des choses dont tu n'as pas envie, Varian, mais dis-moi que c'est ce que tu veux et que tu seras en sécurité. Et par pitié, dis-moi ce que je peux faire pour que tu me pardonnes ça. Je te le promet, je ne voulais rien de tout ça. Je n'ai pas eu le choix. Mais si j'avais su ce que serait devenu ton destin, je me serai fait envoyer à la dérive à ta place. Je t'appréciais plus que ce que tu ne pouvais le penser sur l'Arche, Varian. Et je n'ai jamais voulu que tu finisses comme ça. Tu ne le méritais pas. Alors dis-moi ce qu'il te faut que je fasse. Il doit bien avoir un moyen de me faire pardonner, de pouvoir t'aider ? »  
« Moi je ne me serais jamais fais envoyer à la dérive pour toi Eliza. Ni pour personne d'autre. »

Faux, et re-faux, mais ça, elle n'en saurait jamais rien. Il aurait pris la place de sa petite sœur si elle avait été à sa place. Ou celle d'Harley. Quoi que, non, parce que ni Kimi ni Harley ne se serait retrouvés dans le pétrin à cause de lui. Il aurait tout fait pour rejeter la faute sur une autre personne, qui lui avait causé du tord par le passé, par exemple. Alors c'était touchant, mais le passé ne pouvait pas être refait avec des "si".

« Et c'est vrai, je ne le méritais pas. Personne, même la pire des crevures, ne mérite d'être à ma place. »

Il passa sous silence le Je t'appréciais plus que ce que tu ne pouvais le penser sur l'Arche, Varian , de toute façon, qu'est-ce que cela pouvait lui foutre. Il n'allait pas lui pardonner parce qu'elle l'appréciait beaucoup. Mais il le gardais soigneusement dans un coin de sa tête. Savait-on jamais. Tout pouvait servir, surtout avec elle. Surtout quand on était un connard comme Varian. M'enfin, si on apprécie quelqu'un Eliza, on l'envoie pas en taule. Je n'aurais jamais fais une telle chose à mon copain, jamais.

« Et c'est ce que je veux, rester ici. Je ne risque rien tant que je suis au service de ces "monstres" comme tu les appelles. » il avait mimé des guillemets en prononçant le mot monstre « Et là tout de suite, je veux aller guérir mon maître. Mais si tu veux à tout prix te racheter Eliza, j'ai peut-être une idée. »

Bon, j'aurais bien du mal à en pas te regarder comme une merde, mais faire un effort pourra être envisageable. Il avait attrapé Ael par le bras avant que ce dernier ne parte divaguer plus loin et il ne protesta même pas. Il n'avait aucune idée de la réaction qu'il faisait, mais sa tête en disait long sur son état actuel de santé.

« Trouve une plage de sable blanc. »

C'était un de tes rêves de gamins de l'espace ça, hein ? Un jour tu avais rêvé d'aller à la plage, rien que pour voir ce que cela faisait de marcher sur du sable, de jouer dans les vagues et de sentir l'air marin sur ta peau. Trouve une page Eliza. Et nous pourrons y aller tous ensemble. Il n'avait aucune idée de où la plage se trouvait. C'était plus le genre d'endroit dont il se contentait de rêver depuis qu'il été ici. Il savait que ce genre d'endroit existait. Là haut, dans l'espace, il pouvait presque les voir. Mais en tout cas, ce qui est fait est fait Eliza. Je suis marqué à vie par cette vie de merde que tu m'as offerte sur terre. Alors oui, les coups et les blessures ne sont peut-être pas de ton fait. Mais il découle d'une décision que toi seule à prise il y a des années.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eliza Johnson


Messages : 823
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Lyndsy Fonseca
Crédits : Alaska (avatar), skairipa (gif)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: absolutisme et lumières (eliza) Mar 31 Oct - 10:45

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
ABSOLUTISME ET LUMIERES... × ft. ELIZA & VARIAN
Eliza savait que Varian lui en voudrait toute sa vie. Et qu'il ne voudrait pas quitter sa "nouvelle famille", quand bien même il le ferait souffrir. Mais en revanche, elle ne le croyait pas quand il disait qu'il ne se serait fait envoyer à la dérive pour personne. Il l'aurait fait. Parce qu'on a tous une personne à qui on tient, même sans le vouloir réellement. Un père, une mère, un ami, notre copain... Non. Il avait forcément quelqu'un à qui il tenait. Autrement, il ne lui en voudrait pas de l'avoir envoyé ici au lieu d'une mort certaine. Oui. Il y avait une personne là-haut qu'il avait besoin de revoir. Mais même avec toute la volonté du monde, Eliza ne pourrait pas lui ramener cette personne. Comme elle, elle ne pourrait pas ramener son père ou sa mère. Et le pire était d'ignorer si ils étaient encore vivants ou non. Mais ils étaient tous les deux dans un sale pétrin à des milliards de kilomètres d'eux. Leur seul et unique chance était désormais de survivre, sur Terre, et d'apprendre à vivre sans eux. Mais, même si tous les Camelotiens partageaient ce fardeau, Varian ignorait ce que ça faisait d'envoyer quelqu'un à la dérive. Elle voulait lui dire "mais merde, qu'est ce que tu aurais fais à ma place ?". Certainement le même choix. Mais la culpabilité nous ronge, de jour en jour, et même si on a sauvé une personne que l'on aime, on ne peut s'empêcher de s'en vouloir d'avoir envoyé une personne à la Mort. Cette douleur il l'ignorait. Avait-il déjà tué ou fait tué, d'ailleurs ?

En l'entendant, elle voulut dire qu'elle n'avait jamais dit qu'ils étaient des monstres. Oui, elle le pensait. Au fin fond de son être, de son âme, mais jamais elle n'aurait dit ça. Sans parler du fait qu'elle lui ait clairement dit qu'elle l'appréciait plus qu'il ne le pensait. Oui, fut un moment où il ne fut pas qu'un simple dealer pour elle, mais une personne qu'elle voulait apprendre à connaître. Une des seules personnes qui fut digne d'intérêt pour elle. Peut-être parce qu'il bravait les interdits et que cela donnait quelque chose d'intriguant et de mystérieux à la personne qu'il était. Ou peut-être juste parce qu'elle voulait connaître l'homme derrière la façade qu'il s'était créé.

Mais en l'entendant dire qu'il y avait une solution, elle fronça les sourcils et se redressa pour l'écouter. Une plage ? Aussi simple que ça ? Ou peut-être pas en fin de compte. Même si une partie au fond d'elle voulut lui demander pourquoi, elle s'abstint et se contenta d'hocher la tête positivement. "Je te le promet, Varian", pensa-t-elle. Elle n'allait pas le laisser dans cette merde, même si il disait qu'il ne voulait pas être aidé. Balivernes ! Elle le sortirait de là, ou bien elle ferait en sorte qu'il s'en sorte tout seul, en lui donnant les cartes en main. Mais si son seul désir était de voir une plage, alors elle donnerait tout son possible pour le lui obtenir. Même si cela n'était sans doute pas la clé de la rédemption totale.

Cependant, en voyant qu'il allait retourné s'occuper de son maître, elle prit appui sur l'arbre, de toutes ses forces, pour se redresser.

« Attends ! »

Elle grimaça, en se retenant de vomir, ayant la tête qui tournait fortement. A vrai dire, elle ignorait encore comment elle allait faire pour rentrer ou se soigner avec le peu d'énergie qu'elle avait.

« Pourquoi Harley t'a fait ça ? »


Elle désigna d'un léger mouvement de tête son visage. Mais en se disant qu'il n'allait sans doute pas lui raconter sa vie "privée", elle préféra faire le premier pas, pour le mettre en confiance. Non pas pour se faire plaindre. Cela s'entendant dans sa voix. Et se sentait, tout simplement.

« Tu sais pourquoi je suis sur Terre, Varian ? Le sous-chef de la garde m'a menacé d'envoyer mon père à la dérive pour les médicaments si jamais je ne tuais pas une membre du Conseil. La seule personne qui le savait et avait ma confiance m'a trahie. Je me suis fais enfermée, torturée et envoyée ici. Alors je pense que c'est une partie de mon karma pour t'avoir fait subir la même chose. Et si un de nous deux méritait plus que l'autre de vivre à Azgeda, ça devrait être moi. Alors, si tu estimes encore que tu dois m'amener auprès de ta famille, fais-le. Mais crois-moi quand je te dis que je ne voulais rien de tout ça et que je suis prête à tout pour t'aider, si tu le souhaites. Même si tu refuses mon aide aujourd'hui, si tu en as besoin une autre fois, je serai toujours disponible pour t'aider à sortir de là. »
avoua-t-elle, en parlant d'une voix en manque d'énergie et ayant les yeux se fermant de temps à autre à cause du manque d'énergie qu'elle avait.

Si elle se débrouillait bien, elle pourrait rejoindre un village où des amis des Camelotiens la soigneraient. Mais elle devait y aller tranquillement. Surtout avec le froid qui régnait à Azgeda.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Varian Standall


Messages : 165
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : Kidd (avatar) bat'phanie (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: absolutisme et lumières (eliza) Mer 1 Nov - 12:17

Pourquoi, pourquoi, toujours des pourquoi avec Eliza. Est-ce que cela l'avancerait à quelque chose de savoir ? Quelle satisfaction en tirerait-elle ? Il allait répondre quand elle repris pour lui raconter... des trucs. Mais le fait d'avoir un malade suspendu à son bras ne l'aidait pas vraiment à se focaliser sur tout ce qu'elle arrivait à baragouinait dans son piètre état. Il admirait ça chez elle, même aux portes de la mort, elle trouvait la force de parler, de l'encourager et de montrer à quelle point elle avait un bon fond. C'était admirable, lui en était loin.

« C'est à cause de l'autre dingue. » répondit-il dans l'espoir de la couper dans son monologue.

Elle ne connaissait pas cette folle en question, et tant mieux pour elle. Nei n'était pas le genre de personne qu'on aimait fréquenter. Enfin, si, Aya trouvait ça fun, mais Varian voyait en elle le mal en personne. Ouais, c'était ça, le diable avec un visage humain. Il agita la main d'un geste vague, comme pour lui dire qu’il n'y avait rien à comprendre. Oui, il n'avait pas envie de s'étaler sur sa vie. S'il était dans cet état, c'est qu'il l'avait un peu cherché aussi, en ne ripostant pas face à son adversaire.

« T'as vu ma gueule Eliza, sérieusement... » souffla t-il, lassé. « Et mon état, tu penses que je peux te traîner à Missi, avec lui ? »

Il en aurait bien eu envie, mais Ael primait sur elle, dommage. De toute façon, elle souffrait déjà, c'était pas mal, et elle avait de grandes chances de se faire cueillir par un habitant de Missi, étant en plein dans leur territoire et en pleine journée. Au vu de son état, elle ne serait pas capable de se défendre. Dommage. Lui aussi avait été dans cette posture, chacun son tour.

« Puisqu'on arrête pas de croiser, je suppose que te dire adieu ne servirait à rien. »

Il attrapa plus fermement le bras d'Ael avant de tourner les talons. Ce dernier ricana un peu en pointant Eliza du doigts (dieu seul savait ce qu'il voyait en ce moment même) avant de tousser sur Varian.

Sur le chemin du retour.
Putain Ael... Tu crains. J'espère que... J'espère que ça va aller. Sa mère avait de quoi le soigner chez eux. Enfin, il l’espérait. Il savait déjà que pour l'avoir laisser se faire avoir de la sorte, il allait prendre cher. Il ne riposta pas quand Ael grimpa sur son dos, visiblement épuisé. Mais tu étais le plus fatigué des deux, Varian. Et tu étais incapable de lui dire non. Peut-être parce que tu n'avais pas envie d’aggraver son cas. « T'as vraiment des yeux étranges le moche... » « Encore une remarque et je raconte qui t'a mis dans cet état. » « Non, non Varian, non... » De toute façon, il allait être obligé. Comment expliquer que leur fils avait manger une herbes qui lui était totalement inconnue, il n'était pas bête à ce point, et ses parents le savaient. Mais pour le moment, il savait que se servir de la fierté d'Ael était un bon plan pour avoir la paix. « Tu sais, à propos de Nei... » Pourquoi il parlait de l'autre dingue ? Il se souvenait qu'une fois où Aya lui avait confié que môme, son frère en pinçait pour elle. Il regrettait de ne pas avoir été fiancé avec cette folle ? Ou alors il avait capté qu'il avait parlé d'elle tout à l'heure à Eliza. Ce fut plus fort que lui, il le lâcha et Ael s'écrasa dans la boue, juste là, sous ses yeux. « Aaah ! Mais... » Il se frotta les yeux et les joues avant de tousser encore plus fort. « J'm'en fou de Nei. » « Je le dirais à Aya je... » Ael se releva avec difficulté et agita un doigts sous son nez. « Tu vas voir Varian ! » Il se redressa, l'air plus ou moins fier avec son regard toujours un peu dans le vague. C'était sa plante qui lui faisait dire des âneries ? Ael tenta de lui donner un tape sur la tête et rata son geste en pouffant. « C'est vraiment marrant, j'ai des mains énormes. » La plante faisait toujours effet, et il perdait complètement la tête. Je pourrais le laisser là. Il continuerait à faire ses étranges réactions, et à voir des choses étranges. Et peut-être qu'il ne retrouverait jamais le chemin de la maison. « En avant Varian ! » Mais maman ne me pardonnerait jamais. À contre cœur il attrapa la main d'Ael pour lui montrer le bon chemin et se fit violence pendant la suite du trajet pour ne pas se laisser emporter. C'était pour son propre bien après tout.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Inclement Earth

MessageSujet: Re: absolutisme et lumières (eliza)

Revenir en haut Aller en bas

absolutisme et lumières (eliza)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Frontières de Trikru :: Azgedakru (Ice Nation, La Nation des Glaces)-