AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Les personnages de la S5 (+ Madi) ne sont pas jouables pour le moment (ils seront ajoutés dans les PV lorsqu'on en saura plus sur eux !)
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes : Delinquents, Hemerians et Arkers ! Essayez de les privilégier
Les habitants du Mont Weather sont jouables ! Ils offrent quelques Tcs bonus à la validation, n'hésitez pas à peupler le bunker
Prochaines soirées CB (18h, heure française) : les autres dates seront dans la prochaine annonce !

Partagez|

Un jour différent des autres... Rigel ft. Veronica.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Rigel


Messages : 300
Date d'inscription : 26/06/2017
Ft : Thomas Brodie Sangster
Crédits : Avatar : Rawe. Signature : Solosand. Fiche RP : Grey WIND.

Inclement Earth

MessageSujet: Un jour différent des autres... Rigel ft. Veronica. Jeu 26 Oct - 20:18

Fourchette Temporelle:
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A different day from the others.

I'm not him, i'm different, you'll see. I'm not gonna hurt you and i'm not gonna force you to anything
Rigel & Veronica

Les premiers rayons du soleil commençaient tout juste à entrer dans ma chambre quand je me réveillais bien que je gardais mes yeux clos un certain moment. Profitant de la douce chaleur du soleil sur mon visage, je réfléchissais à la journée qui m’attendait, peu désireux d’aller à l’hôpital. Peut-être Père me laisserait il le loisir de pouvoir passer ma journée à me promener, quitte à lui ramasser des ingrédients pour la confection de ses remèdes s’il le fallait. C’est après une dizaine de minutes que je sortais de mon lit, rejoignant la pièce principale ou un mot de mon père m’attendait. Il me disait qu’il avait affaire à une urgence à plusieurs lieux d’ici et qu’il me confiait non seulement la maison mais aussi son esclave, Veronica et ce, pour quelques jours. Un soupir s’échappa de mes lèvres en lisant les derniers mots de mon paternel. Si je n’en avais jamais parlé avec lui, il n’en restait pas moins que je ne cautionnais pas son attitude envers cette femme qui lui servait d’esclave. Elle était avant tout une humaine, après tout. Elle avait des envies, des sentiments et voix qui se devait d’être entendue. C’est pourquoi, chaque fois qu’Orion était avec elle, j’essayais de ne pas être dans le coin ou de le retenir dans ses ardeurs, ne souhaitant pas le voir frapper ou insulter la brune devant moi. Ah, si les autres Azgeda m’entendaient… Ils me tueraient sans doute, moi, indigne fils de la glace. Mais était-ce ma faute si j’avais bien plus de principe qu’eux tous réunis et que je ne souhaitais pas voir une innocente souffrir ?

Après un rapide petit-déjeuner, c’est vers la chambre de père que je me rendais, espérant que Veronica se trouve là-bas. Par respect, je pris la peine de frapper deux coups avant d’entrer, après tout, peut-être qu’Alkaia était là, si ça n’était pas l’esclave de mon père. Par chance, il s’avérait que Veronica était bien là, habillée et semblant attendre quelque chose. Je me raclais doucement la gorge pour lui signaler ma présence, elle qui semblait perdue dans ses pensées avant de lui adresser un léger signe de tête. « Bonjour, j’espère que ta nuit fut bonne. » Je commençais par un peu de politesse. Peut-être l’envie de lui montrer que je n’étais pas comme mon père et que je m’intéressais plus à elle que lui ne le faisait. « Tu dois déjà savoir que mon père sera absent quelques jours, je suppose ? » Par-là, je laissais une autre question en suspens. Savait-elle que père me l’avait en quelque sorte laissée et que, alors, elle était sous ma garde ? Sûrement, oui. Je finis par reprendre, une légère hésitation perçant dans ma voix. « Je n’ai pas envie d’aller à l’hôpital, aujourd’hui. Alors je sais qu’il est encore tôt mais je prévois à la place d’aller chercher des herbes, dans la forêt pour les médicaments. Tu peux m’accompagner, si tu veux. » A travers mes mots, je lui faisais très clairement comprendre qu’elle n’était pas obligée d’accepter ma proposition et que, si elle le souhaitait, elle pouvait rester dans sa chambre mais que la proposition restait sincère. Enfin, j’ajoutais quelques mots qui, peut-être, parviendraient à la convaincre. Pour une étrange raison, je souhaitais un peu de compagnie aujourd’hui, moi qui était d’ordinaire si solitaire. « Pas d’attaches, pas de coups, pas d’insultes de ma part, tu as ma parole. » Je lui offrais un léger sourire quoi qu’un peu timide, haussant légèrement les épaules. Je ne pouvais pas être plus sincère que je ne l’étais.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Rigel le Jeu 30 Nov - 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Veronica Carter
Admin


Messages : 223
Date d'inscription : 11/08/2017
Ft : Katie McGrath
Crédits : Avatar : Cristalline / Sign' gifs : Tumblr / Sign' icons groupes spécial IE : Lydie ♥️

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Un jour différent des autres... Rigel ft. Veronica. Lun 6 Nov - 1:37

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A different day from the others.
“ Sometimes, you just need someone to tell you you're not as terrible as you think you are. ”


Cela fait déjà un petit moment que je suis réveillée. Simplement parce que ce Natif qui m'a « acheté » et qui m'a demandé de le rejoindre pour la nuit passée, a du se lever tôt. Bien plus qu'à son habitude, et forcément : il ne s'est pas gêné pour me tirer de mon sommeil. Rien de nouveau, c'est même assez habituel. Et étrange de me dire que j'arrive à m'endormir près de lui. Bref. Toujours est-il que cela fait un petit moment, déjà, qu'il est parti. Alors qu'il se préparait, j'ai eu le temps de m'habiller. Assez rapidement, puisqu'il partait pour une longue journée. Comme il se méfie de moi, il m'a entravé comme à son habitude, là aussi, pour m'empêcher de fuir le temps que son fils ne prenne la relève. Quand on regarde ce duo d'un œil nouveau, on se demande facilement s'ils sont vraiment père et fils tant ils sont différents sur bien des points. En tout cas, malgré ce réveil matinal, je suis d'assez bonne humeur. Quoiqu'un peu stressée, tout de même.. Et oui, c'est confus dans ma tête, je n'y peux rien. Le temps passe. J'hésite à tirer sur mes liens pour pouvoir m'allonger à nouveau. Il ne manque pas grand chose, mais j'abandonne pour aujourd'hui. Inutile de forcer alors que je peux au moins m'asseoir. Refermant les yeux, je me perds un peu, tout en luttant pour ne pas me rendormir. Ce serait une bien mauvaise idée, me collant une fatigue plus importante qu'elle ne l'est. Autant éviter. J'essaie d'imaginer ce qu'il m'attend pour les heures à venir. Rigel est tellement plus posé que ne l'est son père, c'est vraiment déstabilisant. En pensant à lui, le voilà qui toque avant d'entrer. Il n'y a que lui pour signaler sa présence. Avant même de me retourner vers lui étant de dos, un léger sourire se dessine sur mes lèvres. Juste parce qu'il est différent. Et qu'ici, sur Terre, c'est juste foutrement appréciable. « Bonjour, j’espère que ta nuit fut bonne. » qu'il me dit, lorsque je me tourne enfin vers lui. Je le salue d'un signe de tête, alors qu'il poursuit sans tarder. « Tu dois déjà savoir que mon père sera absent quelques jours, je suppose ? » Hochant doucement la tête, je lui fais comprendre que je sais tout ça. Heureusement ou malheureusement ? J'en sais trop rien. Heureusement, peut-être, quand même ? « J'en ai connu des meilleures, mais ça va. Et la tienne ? » Je n'ai aucune raison d'être agressive avec lui. Ça aussi, c'est déstabilisant. Disons que cela était si rare sur l'Arche que j'agisse ainsi face à quelqu'un, alors ici, n'en parlons pas. « Il m'en a vaguement parlé, oui. » Sans entrer dans les détails, bien entendu. Ou du moins, juste ceux concernant ce qu'il allait me réserver si j'osais tenter de fuir. « Je n’ai pas envie d’aller à l’hôpital, aujourd’hui. Alors je sais qu’il est encore tôt mais je prévois à la place d’aller chercher des herbes, dans la forêt pour les médicaments. Tu peux m’accompagner, si tu veux. » Au moins, on est deux. Je sature un peu de l'ambiance pesante de l'hôpital, même si venant de lui, cela me surprend un peu. Ok, je ne le connais pas d'une façon à le considérer comme un proche, mais un peu quand même, à force ! « Pas d’attaches, pas de coups, pas d’insultes de ma part, tu as ma parole. » Si certains hommes manquent de parole ou se jouent des mots pour tourner une situation à leur avantage, je sais très bien que ce n'est pas le cas de ce jeune homme face à moi. Si seulement son père était un peu plus comme son fils.. Tout serait bien plus simple. Ou pas. Le regardant, je jette un œil sur ces liens qui me retiennent. « Prendre un peu l'air, ça ne peut pas faire de mal. Enfin, je crois. » que je lui réponds simplement, n'ayant aucune raison de douter de lui. Franchement, cela m'étonnerait que ce soit un test orchestré par son père. « Je te suis. » Une fois libérée, bien entendu. Après tout, il n'y a qu'en étant dehors que je peux avoir cette sensation de liberté qui me nourrit depuis toujours. Je n'ai jamais été dans la moindre case, et ce n'est pas une fois sur Terre que cela changera.

©️ Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rigel


Messages : 300
Date d'inscription : 26/06/2017
Ft : Thomas Brodie Sangster
Crédits : Avatar : Rawe. Signature : Solosand. Fiche RP : Grey WIND.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Un jour différent des autres... Rigel ft. Veronica. Jeu 30 Nov - 18:12

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A different day from the others.

I'm not him, i'm different, you'll see. I'm not gonna hurt you and i'm not gonna force you to anything
Rigel & Veronica

Père et moi étions aux antipodes l’un de l’autre, il ne fallait pas être devin pour le voir et encore moins pour le comprendre. Là où lui était d’une brutalité sans limites – sauf quand il s’agissait de moi, j’étais, au contraire, la douceur incarnée. Lui était colérique, moi, bien plus calme. Si lui ne suivait que peu, voir pas de règles, je les suivais toutes, veillant toujours à être poli, aimable et agréable avec les personnes que je côtoyais, quelles qu’elles soient. Il était fort et « grand » quand moi j’étais faible et petit. Je détestais me bagarrer et l’idée de tuer un homme de mes mains m’était insupportable. Ainsi, nul ne pouvait deviner qu’il était mon père et moi son fils si l’on ne prêtait pas vraiment attention à nous. Mais cela m’amusait, la plupart du temps. L’idée que les gens me respectent et m’apprécient pour d’autres raisons que la peur me plaisait assez, je devais bien le reconnaître, bien que, toute mon enfance durant, les gens avaient peur de ce que pourrait leur faire mon père s’ils venaient à me blesser. Quoi qu’il en soit, juste avant de me rendre dans la chambre de père, où se trouvait Véronica, je me faisais l’ironique – quoique triste remarque intérieure que sa journée serait bien différente de celles qu’elle passait avec mon père. Après tout, elle ne recevrait ni coups, ni insultes et serait même… bien traitée. La preuve, je lui laissais même le choix de ce qu’elle allait faire de sa journée ! N’était-ce pas là une preuve de ma bonne foi ? Ah, si père savait… Si père savait, sûrement qu’il se vengerait sur elle, ce pourquoi j’espérais, pour elle, qu’il n’apprenne pas que la journée de Veronica serait douce, même s’il devait bien se douter quelque part que je ne lui infligerais pas les mêmes traitements. Après tout, il savait mieux que quiconque a quel point j’étais… différent.

« J’en ai connu des meilleures, mais ça va. Et toi ? […] Il m’en vaguement parlé, oui. ». J’hoche doucement la tête aux mots de la demoiselle face à moi sans pour autant arriver à discerner ce qu’elle pense de tout ça. Si d’habitude, je parviens assez facilement à deviner ce que les gens en face de moi pensent, c’est tout le contraire, avec la brune. Et cela m’intrigue autant que cela m’amuse. Elle est une sorte de défi, bien que prononcé comme cela, tout laisserait à penser qu’il y a un côté péjoratif à mes pensées ce qui est loin d’être le cas. Alors, je la regarde, essaie de deviner ses pensées, ses envies, ses émotions. A quoi s’attend-elle ? Soupirant intérieurement, je réfute finalement ces pensées et m’autorise un sourire en sa direction. « La mienne était assez bonne, je dois le reconnaître. » J’avais presque immédiatement enchaîné avec mes promesses et ma proposition, bien que je n’arrivais vraiment pas à déterminer si elle accepterait. Après tout, j’étais quand même le fils de mon père et, si on se côtoyait depuis de nombreuses années, on ne se connaissait pas plus que ça, ce que je regrettais d’ailleurs. Elle était quand même l’esclave de mon père et jamais je n’avais pris la peine d’apprendre à la connaître. Alors que j’attendais sa réponse, pensif, celle-ci ne tarda heureusement pas à arriver. « Prendre un peu l’air, ça ne peut pas faire de mal. Enfin, je crois. Je te suis. ». Alors qu’un nouveau sourire vient éclairer mon visage, je m’approche sans attendre d’elle afin de la défaire des liens qui l’emprisonnent. Liens qui, d'ailleurs, me semblent un peu trop serré. « Peut-être veux-tu manger un morceau, avant ? A moins que tu ne préfères qu’on emporte quelque chose, pour la route » qu’j’lui propose doucement tout en la libérant. Aujourd’hui, j’ai envie de la laisser libre de ses choix, de ses envies. Alors, même si ça n’est presque rien que de lui demander ses préférences pour la nourriture, je préfère tout de même lui demander son avis en même temps que nous sortons de la chambre de Père afin de rejoindre la salle principale de la maison. Alors que je traverse la maison, Veronica juste derrière moi, je songe à la journée qui nous attends. Une bonne journée en perspective, si l'on oublie le froid qui habite nos contrées. Depuis vingt ans maintenant, j'ai eu le temps de m'y faire bien que parfois, la chaleur me manque. Secouant la tête, je sors quelques provisions dans l'attente d'une réponse de la brune avant d'enchaîner d'ailleurs sur un autre sujet. « La journée promet d'être plutôt belle, côté météo, si l'on oublie la fraîcheur. Nous pouvons partir à pied ou bien monter nos chevaux, si tu le souhaites. » Une nouvelle fois, une question implicite résonne dans mes propos. Une nouvelle fois, je lui laisse le choix. Si bien que j'ai l'impression d'en faire un peu trop. Secouant gentiment la tête, je hausse les épaules tandis qu'un nouveau sourire, très léger, viens orner mes lèvres. Aujourd’hui, elle sera complètement maîtresse de sa vie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Veronica Carter
Admin


Messages : 223
Date d'inscription : 11/08/2017
Ft : Katie McGrath
Crédits : Avatar : Cristalline / Sign' gifs : Tumblr / Sign' icons groupes spécial IE : Lydie ♥️

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Un jour différent des autres... Rigel ft. Veronica. Mer 31 Jan - 0:09

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A different day from the others.
“ Sometimes, you just need someone to tell you you're not as terrible as you think you are. ”


Un simple regard vers ces liens qui me retiennent prisonnière, me privant ainsi de cette liberté que je chéris tant, me rend presque boudeuse alors que je me sens plus que seule dans cette pièce. Orion est parti très tôt, me laissant avec ces sensations étranges qui me prennent depuis quelques jours, mais que je m'efforce de cacher aux yeux de tous. Bien entendu, je sais que mon très cher maître me soignerait, s'il apprenait que je suis quelque peu diminuée physiquement parlant. Il ne peut pas se permettre de me négliger sur ma santé, au risque de perdre tout cet argent qu'il a du débourser pour .. m'acheter. Qu'est-ce que je déteste me rappeler que je n'ai été qu'une vulgaire marchandise en cage. Lorsque j'étais sur l'Arche, je rêvais d'une toute autre vie sur Terre. De loin pas celle qui est la mienne depuis toutes ces années. Parfois, je me demande comment je fais pour ne pas craquer. Je tiens un bout de réponse sans même le savoir ou m'en rendre compte. Ou du moins, je sais que je ne dois pas ouvrir les yeux sur certaines choses, au risque de creuser ma tombe plus tôt que prévue. Toujours est-il qu'il entre dans cette chambre. Lui, Rigel. Ce fils qui ne ressemble en rien à son père. Celui qui m'intrigue tellement. Je voudrai tellement comprendre pourquoi ces deux hommes sont différents. Peut-être que je tiendrai un élément de réponse pouvant expliquer pourquoi Orion peut passer du rôle d'amant attentif à celui de bourreau en un claquement de doigts. Ou peut-être que cela ne s'explique tout simplement pas, lorsque je vois que beaucoup de ces Natifs peuvent être bien pires que mon maître. « La mienne était assez bonne, je dois le reconnaître. » Baissant doucement la tête, un léger sourire étire le coin de mes lèvres. Non pas un sourire camouflant une mauvaise intention, non. Je l'ai déjà dit, mais pour moi, Rigel n'est pas un ennemi. Je ne peux pas agir avec mon propre instinct qui me pousse pourtant à m'enfuir loin d'ici, juste parce que je sais si bien de quoi peut être capable son père, même si ce blond face à moi semble être l'une des faiblesses de cet ours grincheux et que je sais qu'il ne sera jamais sa victime. Mais, je ne veux juste pas prendre ce risque. D'autant plus que je ne me vois pas profiter de la gentillesse de la seule personne qui me montre un réel intérêt, sans me considérer comme aussi utile qu'un livre pour un aveugle. Toujours est-il qu'il me libère d'un poids, celui de mes liens. Sa présence bienveillante est si appréciable.. « Peut-être veux-tu manger un morceau, avant ? A moins que tu ne préfères qu’on emporte quelque chose, pour la route. » Tout en passant mes mains sur mes poignets qui ont légèrement morflée face à mon entêtement matinal et ces liens bien serrés, je finis par hausser doucement les épaules. Jamais, même sur l'Arche, personne ne m'avait parlé avec une telle innocente gentillesse. C'est justement ça qui me pousse à connaître ce jeune homme un peu plus à chaque nouvelle opportunité. En l'entendant parler de nourriture, j'ai l'impression que quelque chose se tord dans mon ventre. Est-ce la faim ou cette subtile douleur devenue maintenant quotidienne depuis peu, mais à laquelle je n'accorde aucune importance qui se manifeste ? Secouant doucement la tête, je ne suis même pas vraiment sûre que Rigel ne va pas s'attirer les foudres de son père s'il me donne de quoi me remplir entièrement l'estomac. Détournant mon regard, je n'ai vraiment pas l'habitude qu'on me demande mon avis depuis que je suis sur Terre. Voire même née, en fait. Je n'ai pas eu le choix d'avoir été abandonné à l'orphelinat après tout. « Je.. N'ai pas très faim. » C'est sans doute faux, mais tant pis. Et j'ai opté pour cette réponse, très vague et ne m'obligeant pas à répondre à ce choix qu'il me laisse, comme si je craignais que quoique je puisse y répondre, cela lui retombera dessus.

Finalement, je le suis sans trop rien dire, sans doute encore un peu fatiguée malgré tout. Ou incapable de trouver de quoi dire. Comme quoi, ne pas jouer la franchise pas forcément très sympa est certes un art, mais se montrer réellement et ouvertement agréable en est un autre sur lequel j'ai toujours eu un peu de mal. Instinct de protection, en quelque sorte. Se couvrir d'une carapace est parfois inévitable. « La journée promet d'être plutôt belle, côté météo, si l'on oublie la fraîcheur. Nous pouvons partir à pied ou bien monter nos chevaux, si tu le souhaites. » Il me laisse à nouveau un choix. C'est vraiment déstabilisant pour moi. Passant une main sur ma nuque à défaut de mes cheveux, rassemblés en une natte pour la nuit, j'en suis à me dire qu'il doit quand même me faire grandement confiance pour risquer de me laisser monter à cheval sans craindre une fuite. Puis, j'adore ces bêtes, quoiqu'elles m'impressionnent assez. « On pourrait.. partir à cheval ? » Après tout, c'est très rare que je sois en selle. Et, j'avoue que cela me donne presque l'impression d'être libre. Et alors qu'on se dirige vers l'enclos, mon petit sourire se fane légèrement en voyant qu'il n'y a plus que la monture de Rigel, qui attend sagement. Son père a sans doute eu besoin de plus d'une monture pour transporter ses affaires pour son voyage ou est-il parti accompagné ? Aucune idée. « Ce sera pour une prochaine fois.. » que j'ajoute alors, haussant doucement les épaules, tout en avançant l'une de mes mains vers l'équidé qui ne tarde pas à s'approcher, ce qui me fait doucement sourire.

©️ Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rigel


Messages : 300
Date d'inscription : 26/06/2017
Ft : Thomas Brodie Sangster
Crédits : Avatar : Rawe. Signature : Solosand. Fiche RP : Grey WIND.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Un jour différent des autres... Rigel ft. Veronica. Jeu 8 Fév - 12:26

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A different day from the others.


I'm not him, i'm different, you'll see. I'm not gonna hurt you and i'm not gonna force you to anything
Rigel & Veronica

J’ai beau réfléchir, encore et encore, je ne sais pas ce qu’il me prend, aujourd’hui. Peut-être suis-je las, de tout ça. De toute cette violence et cette injustice qui parcourent notre monde, notre maison. Toujours est-il que, aujourd’hui, j’ai l’impression que c’est un jour… différent des autres. Peut-être est-ce l’absence de Père associée à la présence de Veronica, qui me fait dire ça. Peut-être que je ressens juste l’envie que cette journée soit différente pour elle. Après tout, je connais mon père mieux que quiconque et je sais parfaitement comment il peut être – surtout avec Veronica alors je ne peux m’empêcher d’être désolé pour elle. Je ne peux m’empêcher de vouloir apaiser quelque peu son existence, ne serait-ce que pour quelques heures. Heureusement, elle est assez réceptive à mes propositions – qui, contrairement à mon père, ne cachent rien de malsain ou de faux. Pourtant, j’ai l’impression qu’elle se « retient » et qu’elle reste… peut-être pas méfiante mais un peu sur ses gardes ? Que ce soit volontairement ou pas, je comprends qu’elle ait cette carapace. Sur une Terre comme la nôtre, je ne peux qu’approuver la démarche, elle a sûrement bien assez souffert pour toute une vie. Pour ma part, je ne fais guère attention à son attitude, espérant juste qu’un jour, elle se mette à me faire entièrement confiance mais reste tout ce qu’il y a de plus doux – drôle d’ironie pour un Grounder issu du clan de la glace. J’en viens même à lui proposer de la nourriture – sous-entendu quelque chose qui la nourrirai vraiment, quelque chose qui remplirait son ventre entièrement. Ah… Si père m’entendait… Il ferait sans doute une crise cardiaque devant mes pauvres yeux. Son fils, aider son esclave ? Impensable. Pourtant, je me contente de hausser les épaules, mettant de côté mon paternel, préférant alors me concentrer sur le refus de la brune face à moi. « Je… N’ai pas très faim. » Avec un soupir, je me contente de hocher la tête mais une fois celle-ci le dos tourné, je ne peux m’empêcher de prendre quand même quelques provisions que je range immédiatement et discrétement dans mon sac. Ce sera peut-être pour plus tard.

Un instant, alors que nous nous dirigeons vers l’écurie, je songe à renoncer et rentrer chez nous. Non pas parce que je n’ai pas envie de passer la journée avec la brunette mais surtout parce que je crains les conséquences, si Père venait à apprendre tout cela. Je sais qu’il n’oserait jamais me faire du mal mais Veronica, elle… J’ai peur qu’il se venge sur elle pour ma gentillesse et cette simple idée me fait froid dans le dos. Mais alors que mon regard se pose une nouvelle fois sur la jeune femme, l’envie de rendre sa journée plus douce est plus forte que le reste. Et puis, mon père n’est pas obligé de tout savoir, après tout… Alors, rapidement, sans réfléchir, je lui propose de monter nos chevaux. Quand je disais que je ne sais pas ce qu’il m’arrive aujourd’hui… Si quiconque entendait ma proposition, on me regarderait sûrement avec de grands yeux étonnés et pourtant, je ne reviens pas sur ma proposition. Je n’ai étrangement pas peur qu’elle s’enfuie. Ne me demandez pas pourquoi, je ne saurais pas répondre. Le fait est que je n’ai pas peur et que je lui fais confiance, chose qui pourrait paraître assez… surprenante mais qui semble naturelle pour moi. « On pourrait… partir à cheval ? » Alors qu’un léger sourire naît soudain sur mes lèvres, je hoche doucement la tête « Si je te le propose, c’est bien qu’on peut. » J’ai l’agréable impression que ma proposition lui plaît et en soit, c’est une bonne nouvelle. J’aime voir ce sourire sur ses lèvres. Je n’ai pas souvent l’occasion de le voir... Cependant, elle déchanta rapidement tandis que nous nous approchions de l’enclos. Avec une pointe de déception, je remarquais en même temps qu’elle qu’il ne restait que mon cheval. « Ce sera pour une prochaine fois… » qu’elle prononce soudain. Fronçant les sourcils, je ne peux m’empêcher de glisser une main dans mes cheveux alors que ma tête se penche en la regardant s’approcher de mon cheval. Rapidement, un nouveau sourire – quoique léger s’empresse de venir se loger sur mes lèvres à la vue de Veronica et de l’équidé. Elle semble si… à l’aise que ça me fait presque mal de devoir renoncer à cette fameuse balade à cheval. Lentement, une idée vient se loger dans mon esprit, bien que je ne sache pas trop si je dois l’énoncer à voix haute. Finalement, alors que je me rapproche à mon tour pour donner quelques caresses à ma monture, je me racle doucement la gorge, hésitant. « On n’est pas obligés d’abandonner. On peut toujours monter ensemble, et je te laisserais conduire… » Je réfléchis un instant, songeant à toutes les possibilités. « Ou je peux aussi marcher à tes côtés pendant que tu le monteras. » Presque… gêné, je ne regarde pas Veronica dans les yeux et me contente de continuer à prodiguer de douces caresses à l’équidé alors que je hausse doucement les épaules. Encore une fois, si ce n’est pas intentionnel, je lui prouve toute cette confiance aveugle que j’ai en elle. Après tout, ce n’est pas rien, ce que je lui propose. Mais bon, comme j’ai pu le laisser entendre à de nombreuses reprises, elle a le choix. Et je veux vraiment que cette journée soit plus douce que les précédentes, au moins pour une fois…

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Veronica Carter
Admin


Messages : 223
Date d'inscription : 11/08/2017
Ft : Katie McGrath
Crédits : Avatar : Cristalline / Sign' gifs : Tumblr / Sign' icons groupes spécial IE : Lydie ♥️

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Un jour différent des autres... Rigel ft. Veronica. Sam 10 Mar - 21:44

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A different day from the others.
“ Sometimes, you just need someone to tell you you're not as terrible as you think you are. ”


Comme c'est étrange. De se dire que même en étant toujours considérée comme une.. marchandise, une acquisition, bref : une esclave, je serai sans doute plus libre que je ne l'ai jamais été depuis que je foule cette terre. Pourtant, non. Je ne le suis pourtant pas réellement. Et je ne le serai sans doute jamais, d'ailleurs. Je suis née presque comme une esclave sur l'Arche, de part mon statut d'orpheline, et cela le restera sans doute jusqu'à mon dernier souffle. C'est comme ça. Quand certaines personnes peuvent se vanter de vivre leurs vies comme elles le souhaitent, d'autres ne peuvent limite pas décider du moment où elles vont pouvoir respirer tranquillement. Sans qu'une nouvelle cata leur tombe dessus. Je sais très bien que Rigel n'est pas comme son père. Mais, je suis loin de me douter d'à quel point je suis loin de la vérité le concernant. Et ce, peu importe le point de vue. Le sien, tout comme le mien. Même lorsqu'il me demande si je veux manger quelque chose, il paraît.. prévenant et sincère. Une attitude, face à moi, qui me déstabilise un peu. Parce que jamais personne n'a agit de la sorte face à moi. Ou alors, que de manière intéressée ou obligée. Non pas.. Volontaire.  Bien entendu, je pourrai profiter de lui et de sa gentillesse pour partir de là, sans me retourner. Mais, je n'en ai même pas vraiment envie.  Puis même, je ne me sens tellement pas bien ces derniers jours, même si je fais genre que tout va pour le mieux.. Je ne pourrai juste pas m'enfuir en courant. Je lorgne sur ma liberté. Inévitablement. Sauf que je n'en veux pas à n'importe quel prix. Oui, c'est assez bizarre venant de moi -décidément !-. Comme quoi, il peut m'arriver de penser à quelqu'un d'autre qu'à ma propre personne. Je n'imagine que trop bien la colère que pourrait extérioriser Orion si jamais je venais à m'enfuir alors que je suis sous la responsabilité de son fils. Le jour où je partirai, le père sera là et bien présent. Pas avant. Pas quand seul Rigel est là. Parole de Vero. Ok, elle vaut ce qu'elle vaut. Mais, elle est donnée. Évidemment, je ne le vois pas prendre quelques provisions dans son sac. Cela m'aurait assez.. gênée, je l'avoue.

Il ne perd pas trop de temps pour me proposer sa petite idée du moment, pour nous occuper au moins une partie de la journée. Même si j'étais assez effrayée, au début, face aux chevaux -l'avantage de ne pas en voir sur l'Arche !-, je me suis faite à leur présence. Et j'en viens même à apprécier la compagnie de ces bêtes. Eux au moins, ils ne me jugent pas. « Si je te le propose, c’est bien qu’on peut. » qu'il me répond alors, installant un peu plus ce léger et subtil sourire sur mes lèvres. J'en viens même à baisser un peu la tête. Plus par une petite gêne quand à sa remarque qu'autre chose. Il marque un point. Et ça m'amuse un peu, je crois. Sauf que je comprends rapidement que ce plan improvisé risque d'être avorté alors que je caresse la monture de Rigel. Ce dernier s'approche, d'ailleurs, me forçant presque à tourner légèrement la tête vers lui alors même que je continue de caresser l'équidé. « On n’est pas obligés d’abandonner. On peut toujours monter ensemble, et je te laisserais conduire… » Ma main stoppe sa course sur l'animal alors que je me tourne un peu plus vers Rigel, assez surprise par ce qu'il propose, d'un coup. Mais, cela ne dure que de brèves secondes. Et oui, je m'efforce de faire face au cheval alors que je sens presque mes joues se réchauffer étrangement face à ces mots. « Ou je peux aussi marcher à tes côtés pendant que tu le monteras. » Seul mon regard se tourne vers Rigel, qui lui non plus ne me regarde pas directement. On a vraiment l'air.. fins, à nous éviter de la sorte ! Ce qui me déstabilise un peu plus, d'ailleurs. Cela ferait bien trop désordre si on croise quelques uns de ses semblables et qu'ils me voient à cheval, et pas lui. « D'accord. » que je lui réponds simplement. Je laisse ainsi le soin à Rigel de préparer sa monture, alors que je me contente encore de quelques caresses sur son encolure. Trouvant qu'un certain silence s'installe, je me décide à le briser finalement, alors que Rigel lui passe la bride. « Ca fait longtemps qu'il est à toi ? » Oui, je suis curieuse. Et j'ai bien envie d'en savoir un peu plus sur Rigel, en fait. D'autant plus qu'il semble avoir terminé de préparer l'équidé, le faisant avancer de quelques petites foulées pour m'aider à me mettre à cheval. J'en souris, passant une main sous la crinière fournie du cheval de Rigel, tout en prenant les rênes dans une main qu'il me confie. « Aller, monte aussi ! » que je glisse doucement en lui tendant ma main libre pour l'aider à me rejoindre sur sa monture et sans imaginer ce qu'il va forcément se passer pendant cette balade improvisée. Une fois qu'il est lui aussi à cheval, je ne peux pas m'empêcher de remettre cette capuche sur ma tête au mieux. Comme si je voulais éloigner un peu plus mon statut d'esclave en recouvrant cette marque sur mon visage..

©️ Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rigel


Messages : 300
Date d'inscription : 26/06/2017
Ft : Thomas Brodie Sangster
Crédits : Avatar : Rawe. Signature : Solosand. Fiche RP : Grey WIND.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Un jour différent des autres... Rigel ft. Veronica. Dim 25 Mar - 22:33

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A different day from the others.


I'm not him, i'm different, you'll see. I'm not gonna hurt you and i'm not gonna force you to anything
Rigel & Veronica

Les minutes passent et doucement, une sensation se faufile en moi. J’ai l’impression d’en faire beaucoup trop. Je sens… Je sais que Veronica ne sait pas ce qu’est la gentillesse sans rien demander en retour quand c’est dans le sens des autres envers elle et même si elle n’en parle pas beaucoup – voir pas du tout, je sens les cicatrices qu’elle porte dans son esprit et dans son cœur (dont un bon nombre causé par ma propre famille) alors j’aimerais… Je ne sais pas ce que j’aimerais ni ce que je cherche. Peut-être lui prouver que tout le monde n’est pas horrible, sur cette Terre et que certaines personnes peuvent avoir un cœur et s’en servir. Alors oui, j’aimerais lui prouver que je suis différent et que je ne la blesserais jamais comme un bon nombre de personnes avaient pu le faire avant mais je ressentais toujours cette sensation d’en faire trop parce que, quand je la regarde discrètement, j’ai l’impression d’y lire… Je ne sais pas, elle paraît déstabilisée et j’en viens à me demander si c’est ma faute ou même si je devrais ralentir un peu et lui laisser apprécier l’instant présent. Je n’en sais rien, peut-être oui. Mais en même temps… Je sais que quand Père reviendra, il ne sera pas agréable avec elle pour une raison ou un autre alors ma seule envie, c’est que cette journée soit belle ou qu’elle lui apporte quelques sourires, aussi minimes soient-ils !

C’est pour ça que je lui ai proposé cette balade à cheval, j’ai pensé que ça pourrait lui faire du bien et puis les chevaux sont des animaux si… spéciaux mais adorables que je sens que c’est la chose à faire. Mais rapidement, elle comme moi nous rendons compte que le plan risque d’être compromis et alors que je vois une certaine forme de… je ne sais pas, peut-être de la déception dans le regard de Veronica, je n’ai alors pas l’envie d’abandonner et c’est ainsi que je lui propose plusieurs options… dont celle de conduire le cheval. Seule. Là encore, alors que mes joues chauffent légèrement, j’ai de nouveau cette désagréable impression d’aller trop loin, d’en faire trop et j’en viens rapidement à regretter mes mots d’autant qu’en plus de ça, je n’ai réussi qu’à instaurer une sorte de gêne entre nous, génial, bravo Rigel ! « D’accord. » me répond-t-elle simplement, me déstabilisant quelque peu tandis que je hoche doucement la tête sans rien dire de plus « Ça fait longtemps qu’il est à toi ? » finit par demander Veronica, brisant un peu le silence qui s’était instauré tandis que je finissais de préparer mon cheval. Un léger sourire se loge alors sur mes lèvres tandis que calmement, je commence à m’aventurer dehors. « Ça a fait 10 ans il y a peu, il n’était qu’un bébé quand je l’ai eu… Je crois même que c’est mon meilleur ami ici, sur Terre. » Cette dernière phrase, je l’avais prononcé dans un quasi-murmure. Je n’avais jamais vraiment eu d’amis, ça n’était un secret pour personne et peut-être était-ce parce que j’avais toujours été plus ou moins… différent des autres petits garçons qui ne pensaient qu’à se battre et chahuter. Mais les chevaux, au moins, sont fidèles et ne risquent pas de vous trahir un jour. C’est pour ça que j’aime tant Hermès, mon fidèle compagnon. Alors que je l’aide à monter sur le cheval, je confie alors les rênes à Veronica. Faisant alors mine de commencer à marcher, la brune m’interrompit pourtant au dernier moment. « Aller, monte aussi ! » Etonné, je lui jette un regard en coin. Sourcil levé, je laisse apparaitre un léger sourire sur mon visage « Tu es sûre ? » que je demande rapidement avant de finalement prendre sa main et monter derrière elle une fois la confirmation obtenue. Rapidement, je la vois baisser cette capuche sur sa tête et mine de rien, cela m’attriste. Enfin, je n’arrive pas à déterminer avec précision pourquoi elle la rabat sur sa tête ? Pour éloigner de ses pensées le fait qu’elle est une esclave le temps de quelques heures ? Pour éviter qu’on ne leur pose des questions gênantes si quelqu’un venait à les découvrir ? Peut-être un mélange des deux, je suppose.

Alors que ma monture s’active, je réalise que je n’ai « rien » pour me raccrocher et me tenir si ce n’est le corps de Veronica et c’est sûrement à cet instant que je réalise ce qu’il va forcément se passer et pour la énième fois aujourd’hui, je sens une certaine chaleur monter sur mes joues tandis que je me racle doucement la gorge. Un nouveau silence s’est installé ente nous et je ne sais pas si c’est juste moi qui le ressent ainsi, mais j’ai de nouveau l’impression qu’il s’agit d’un silence gêné, super ! Alors, je sors le premier truc qui me vient par la tête : « Tu ne parles jamais de ta vie d’avant, là-haut. Enfin, je suppose que ce n’est pas mon père qui voudrait entendre ce genre d’histoire mais… C’était comment ? » Décidément, j’ai le don pour mettre les pieds dans le plat ! Je crois que je suis tellement déstabilisé par Veronica que j’en perds ma conversation ! Alors, rapidement, avant qu’elle ne me réponde, je me dépêche de rétorquer : « Enfin, tu n’es pas obligée de m’en parler si tu n’en as pas envie, rassure-toi. Je comprendrais. » Et voilà, je préfère mettre les choses au clair. Je suis curieux, certes, mais pas au point de la blesser en ravivant de douloureux souvenirs dans sa mémoire. Et alors que je me perdais dans mes pensées, c’est ce moment que choisit Hermès pour partir au trot. Surpris, ce n’est que de justesse que je posais alors mes mains sur la taille de la brune pour ne pas perdre l’équilibre. « Désolé… » que je ne peux m’empêcher de murmurer assez fort pour qu’elle l’entende. Je ne veux pas la mettre mal-à-l’aise et c’est d’ailleurs pour ça que je lui avais proposé de marcher à ses côtés mais voilà que maintenant, je me retrouvais contre elle afin de me tenir pour ne pas tomber de l’équidé, génial. En espérant que d’autres surprises comme celle-ci ne viennent pas interagir avec notre journée…

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Veronica Carter
Admin


Messages : 223
Date d'inscription : 11/08/2017
Ft : Katie McGrath
Crédits : Avatar : Cristalline / Sign' gifs : Tumblr / Sign' icons groupes spécial IE : Lydie ♥️

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Un jour différent des autres... Rigel ft. Veronica. Jeu 17 Mai - 20:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A different day from the others.
“ Sometimes, you just need someone to tell you you're not as terrible as you think you are. ”


Il semblerait que les chevaux aient ce pouvoir de calmer même les plus tourmentés. J'en fais partie. Il n'y a qu'à voir ce petit sourire sur mes lèvres alors que je frôle le chanfrein de l'équidé du bout de mes doigts, baissant légèrement la tête. Bien entendu, je regarde, par moment, Rigel, qui s'occupe de son cheval alors que ma curiosité ne tarde pas bien longtemps à se manifester. « Ça a fait 10 ans il y a peu, il n’était qu’un bébé quand je l’ai eu… Je crois même que c’est mon meilleur ami ici, sur Terre. » Sa dernière parole me fait froncer les sourcils, alors que je relève la tête vers Rigel. Moi, je comprendrai si je finis mes jours loin d'une bande d'amis. Mais, lui.. A croire que les hommes ne supportent pas les extrêmes. Comme dit, pour mon cas, cela ne m'étonne pas. Je n'ai jamais eu de « vrais » amis, ou à quelques très rares exceptions. J'avoue que je ne comprends pas vraiment pour Rigel. La Terre semble manquer de gens comme lui, quand on voit ces barbares qui viennent se faire soigner .. Ainsi, son ami à quatre pattes aurait une dizaine d'années. Je ne m'y connais pas en chevaux. Mais, il a une bonne tête. « Vous devez bien vous connaître, alors.. » que je lui réponds, détournant le regard. Oui, moi, Veronica Carter, je détourne le regard pour éviter de le lancer sur ses derniers mots. J'aurai envie d'en savoir plus sur lui. Ce n'est pourtant pas le moment. Il arrivera peut-être un jour. Ou non. Finalement, il m'aide à monter tout en me confiant les rênes. Un simple geste qui illustre ce qui ressemblerait presque à une sorte de confiance qu'il m'accorde, non ? Je pourrai pourtant en profiter pour fuir, loin et vite. Mais, au lieu de ça, je lui tends la main pour qu'il prenne place à son tour. Comme quoi.. « Tu es sûre ? » Son sourire m'amuse. Oui. Il m'amuse. Je ne m'égare pas ! Agrippant la crinière d'Hermès de ma main libre, je roule des yeux avant de glisser quelques mots, avec une pointe d'humour dans la voix. « Bien sûr ! Tu ne vas pas laisser ton cheval, seul, aux mains d'ton esclave quand même ! » Cela risquerait de faire un peu désordre, à nous voir ainsi. Moi, à cheval. Lui, marchant à côté. Puis même, qu'il profite aussi de cette petite virée improvisée, non ?

Pour le moment, on n'entend aucun bruit bizarre. Aucune bête toute aussi bizarre n'est à l'horizon. Assez incroyable, ça aussi, lorsqu'on sait à quel point la Terre a changé d'avant la guerre ! Pourvu que ça dure .. N'étant pas vraiment une pro de l'orientation, Hermès nous emmène où bon lui semble, même si je questionne Rigel de temps à autre au sujet du chemin à prendre. J'ai du mal à me dire que tout ça est vrai. Que je suis à cheval. Pas sur le dos de n'importe lequel. Pas seule. Sans grande contrainte non plus. « Tu ne parles jamais de ta vie d’avant, là-haut. Enfin, je suppose que ce n’est pas mon père qui voudrait entendre ce genre d’histoire mais… C’était comment ? » qu'il dit alors, me faisant légèrement pivoter la tête sur le côté pour voir derrière moi, mais le regard fixant le sol. Comment est-ce que je suis censée répondre à ça ? « Enfin, tu n’es pas obligée de m’en parler si tu n’en as pas envie, rassure-toi. Je comprendrais. » Une précision qui me fait sourire. Du grand Rigel. Et pourtant, si je ne parle jamais de ma vie telle qu'elle l'était « là-haut » comme il le dit si bien, ça restera forcément gravé au fond de moi. Je n'y peux rien, c'est comme ça. Pourtant, je suis si loin de tout savoir. Surtout de m'imaginer avoir une sœur jumelle.. Je n'ai pas vraiment le temps de réfléchir à quoi lui dire ou sur quoi je ferai mieux de me taire. Hermès a sans doute du sentir que ses deux cavaliers du jour ne sont plus vraiment avec lui. J'ai tout juste le temps de m'accrocher à la crinière avant de sentir les mains de Rigel se poser sur moi. Et le « pire », c'est que je mets un peu de temps avant de réagir, laissant Hermès trottiner à sa guise, sans que je n'ai le réflexe de le ralentir un peu. « Désolé… » Il me faut bien entendre son petit murmure pour retrouver ma tête. Encore que, ça n'a l'air d'être qu'une impression. J'arrive, pourtant, à ramener l'équidé à des foulées moins rebondies en douceur. Malheureusement pour moi, malgré quelques années par ici, je ne suis toujours pas la meilleure des cavalières sur Terre, même si pour le coup, je suis restée à ma place ! Tant mieux, d'ailleurs. Parce que si je tombais.. Rigel allait me suivre. « Non, je.. C'est rien. » que je marmonne presque, le regard droit devant moi. Tout aussi bizarrement que ne l'est cette journée, je redoute presque de sentir ses mains s'éloigner. Qu'est-ce qu'il me prend ! Prenant les deux rênes dans une main, je finis par abattre ma capuche pour pouvoir tourner ma tête vers Rigel un peu plus, espérant presque croiser son regard. « T'y es pour rien, tu.. Enfin, j'aurai du.. » Faire attention. Oui, j'aurai juste du faire attention et me douter qu'Hermès allait vouloir se dégourdir un peu. Reportant mon attention droit devant nous, je finis par caresser l'encolure de l'équidé bien fourbe pour le coup, mais si attachant. Finalement, je baisse un peu la tête, tout en continuant de caresser Hermès du bout des doigts. Je réfléchis toujours à quoi lui répondre et comment. Exercice bien compliqué.. « J'suis pas vraiment la personne la mieux placée pour parler de l'Arche.. » Mon regard tombe sur ma main libre, posée sur le saboté. « T'aurai juste le point de vue d'une orpheline. Et les orphelins, l'Arche ne les aime pas. » Au moins, c'est dit. Mais, je ne mens même pas ! C'est bien ça le pire ! « J'ai jamais connu mes parents. » que j'ajoute, avec un certain mépris non dissimulé dans la voix. Je leur voue une haine particulière après tout.. Mon poing se serre brièvement, même si je m'efforce de le relâcher rapidement. « Et sur l'Arche, quand t'es comme moi, t'es obligé d'te battre sinon tu t'fais marcher dessus. » Ajout que je fais en réprimant un petit rire sans aucune joie. Je me débrouillais vraiment bien vu ma place dans l'orphelinat. Mais, quand on voit le résultat.. Gardant le silence, je me demande si j'en ai dis assez. Qu'est-ce que j'aurai bien pu dire d'autre de toute façon ? Finalement, je tourne à nouveau ma tête sur le côté, après un nouveau petit temps mort, juste rythmé par les foulées d'Hermès. « J'peux te poser, aussi, une question ? » Bon, inutile de dire qu'il est dans son droit de ne pas y répondre. Forcément. Mais, il y a une chose sur laquelle je me questionne depuis un moment. « Qu'est-ce qui est arrivé à .. ta mère ? » Je me demande si elle est comme son .. Mari ? Cela pourrait être une piste pour comprendre Rigel un peu plus. Autant tenter ma chance, quitte à risquer un retour à la maison direct. Mais, cela m'intrigue bien trop..

©️ Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rigel


Messages : 300
Date d'inscription : 26/06/2017
Ft : Thomas Brodie Sangster
Crédits : Avatar : Rawe. Signature : Solosand. Fiche RP : Grey WIND.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Un jour différent des autres... Rigel ft. Veronica. Dim 17 Juin - 19:37

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A different day from the others.


I'm not him, i'm different, you'll see. I'm not gonna hurt you and i'm not gonna force you to anything
Rigel & Veronica

C’est… Bizarre. Bizarre mais apaisant d’être ici avec Veronica. Juste nous deux et mon cheval, nous deux et ces silences brisés ci-et-là, nous deux et cette espèce de réserve que je ne saurais expliquer, nous deux et le monde entier. C’est étrange, ce que je ressens en cet instant précis et pourtant, je me sens bien, je me sens moi. Veronica me pose des questions, et j’y réponds volontiers et je sens, je sais qu’elle s’intéresse vraiment aux choses, pas comme pourrait le faire mon père, peut-être est-ce pour ça que j’ai l’impression que tout est plus vrai aux côtés de l’esclave de mon père ? « Vous devez bien vous connaître, alors... » dit-elle en détournant le regard, me sortant subitement de mes pensées alors que ma main caresse le flanc de l’équidé. Je ne peux m’empêcher d’échapper un léger rire, au vu de l’ironie de la situation. Ce cheval, il n’est qu’une bête et pourtant, il me connaît sûrement mieux que quiconque oui. Pensée que certains grounders pourraient trouver… étrange voire répugnante mais pourtant vraie. Si je ne réponds pas à ces mots, je me contente alors seulement de hocher la tête. À vrai dire, je ne sais pas vraiment si je dois continuer. Veut-elle en savoir plus sur moi, ou parle-t-elle seulement par pure politesse ? J’avoue que je suis déstabilisé et que je ne parviens pas à démêler le vrai du faux alors je me contente de ce hochement de tête et d’un léger sourire – presque invisible. Peut-être comprendra-t-elle qu’elle peut me questionner autant qu’elle le souhaite ? De toute façon, il n’est pour l’instant plus question de se connaître alors que je l’aide à monter mon cheval et alors que je lui montrais ma confiance en lui confiant les rênes, elle me pousse finalement à monter à mon tour sur le dos d’Hermès sous son regard amusé « Bien sûr ! Tu ne vas pas laisser ton cheval, seul, aux mains d’ton esclave quand même ! » Bon, j’admets qu’un sourire s’échappe de nouveau de mes lèvres, quand bien même Veronica ne le verrait pas. Il est vrai que si l’on rencontrait quelqu’un, ce serait sûrement mal vu de nous voir ainsi, elle montant mon cheval, moi à pied… Nous risquerions sûrement des représailles et c’est la dernière chose que je souhaite en cette journée des plus tranquille. « Tu sais... » commençais-je, hésitant, repensant à ses derniers mots qui, pour une raison que j’ignore, me procurent un sentiment désagréable. « Tu n’est pas mon esclave, tu es celle de mon père. Je sais que ça revient presque au même mais… Tu n’est pas mon esclave. » Paroles confuses, mots murmurés avec hésitation, je suis quelque peu confus alors même que je n’arrive pas à trouver les mots qu’il faut. J’aimerais lui dire que je ne cautionne pas ces histoires d’esclave, que je déteste ce mot et que je ne veux pas y être associé et pourtant, tout ce que je parviens à balbutier sont quelques mots qu’elle ne comprendra peut-être même pas.

Je me racle la gorge alors qu’Hermès continue d’avancer d’un pas lent, comme pour faire durer cette journée aussi longtemps que possible. Et au rythme de ses pas, nous parlons avec Veronica. Parfois de rien, parfois de tout, et me voilà réduit à lui poser des questions sur sa vie d’avant bien que je me ravise rapidement. Après tout, elle n’a peut-être pas envie d’en parler – chose que je comprendrais. Après tout, je n’ai appris que récemment la vraie histoire du passé de mon père alors comment pourrais-je la force elle a me parler de son passé, de sa vie dans le ciel ? Quoi qu’il en soit, elle n’a de toute façon pas le temps de répondre, Hermès faisant des siennes. Au vu des événements qui suivent, je le soupçonne d’avoir quelques idées bien spéciales en tête et intérieurement, je le maudis gentiment pour ce qu’il me pousse à faire ; poser mes mains ainsi sur le corps de Veronica. Il n’y a évidemment rien d’ambiguë dans tout ça, mais je ne peux pas m’empêcher d’être quand même gêné. Après tout, je n’ai jamais partagé la couche d’une femme ni posé mes mains sur l’une d’elles alors… « Non, je… C’est rien. » marmonne alors Veronica lorsque je m'excuse et heureusement qu’elle est devant moi, il lui est alors impossible de voir le léger rougissement qui se dessine sur mes joues alors qu’enfin, elle pousse Hermès a se calmer et reprendre sa course lente. De même que la brune, je mit peut-être un peu trop longtemps à réagir mais je finis pourtant par ôter mes mains de sa taille, la libérant de la faible pression que j'exerçais sur elle. Alors qu’un léger silence s’abat de nouveau entre nous, elle finit cependant par se tourner vers moi et je ne peux m’empêcher de croiser son regard, espérant qu’elle ne voit pas mon trouble. « T’y est pour rien, tu… Enfin, j’aurais du... » Profitant de nos regards croisés, je lui adresse un léger sourire qui veut dire ; non, ne t’en fais pas, ce n’est pas ta faute. Et c’est le cas, c’est la seule faute de ce fourbe d’Hermès qui cherchait on ne sait quoi et si un sourire mi-amusé, mi-indigné naît sur mes lèvres, j’adresse cependant une caresse légère sur les côtes de mon cheval. « J’suis pas vraiment la personne la mieux placée pour parler de l’Arche.. » La voix de Veronica me tire de mes pensés et pendant un court instant, je n’ai aucune idée de ce dont elle parle. Puis je me souviens la question que je lui ai posé quelques instants plus tôt et là, je lui donne alors toute mon attention. Je ne pensais pas qu’elle répondrait. Ou peut-être que je pensais qu’elle le ferait, en fait, mais quoi qu’il en soit, je me contente de la regarder, quand bien même elle ne me voit pas, tout en gardant le silence pour ne pas briser ce moment de confiance dont elle fait preuve – parce que c’est comme ça que je le ressens. « T’aurai juste le point de vue d’une orpheline. Et les orphelins, l’Arche ne les aimes pas. » Je fronce les sourcils malgré moi. J’imagine mal Veronica mentir sur de telles choses et pourtant, je sais, je sens que ce n’est que le début d’une histoire bien sombre. « J’ai jamais connu mes parents. » Ca nous ferait presque un point commun, moi qui n’ai jamais connu ma mère, morte quelques mois après m’avoir mit au monde. Et pourtant, notre point commun cache pourtant une immense différence. Là ou je n’ai jamais eu besoin de ma mère, je sens dans le ton de sa voix toute la colère, la haine qu’elle cache envers ces gens qui l’ont mit au monde, et dans un sens, je la comprends… « Et sur l’Arche, quand t’es comme moi, t’es obligé d’te battre sinon tu t’fais marcher dessus. » Je soupire en entendant ces derniers mots alors que je me force à détendre mon visage. Je restais quelques secondes silencieux, ne sachant pas si je pouvais me permettre une remarque ou non. « Je suis désolé. » finissais-je par dire alors que, maladroit, je venais adresser une petite pression sur l’épaule de Veronica. Geste qui paraît, étrange, même pour moi, mais qui se veut réconfortant. « On dirait bien qu’ils ne sont pas mieux que nous. » poursuivais-je avec douceur, laissant entendre que, où qu’ils soient, les Hommes n’étaient finalement que de vulgaires bêtes qui ne se souciaient de rien d’autre que de leur plaisir personnel et cette simple constatation m’exaspérait autant qu’elle m’énervait. « Tu n’as pas eu la vie facile, jamais... » balbutiais-je finalement, prenant conscience de toute la chose. « Je suis désolé. » répétais-je alors rapidement, passant une main dans mes cheveux, pensif.

Je plonge finalement dans mes pensées alors que le silence s’installe de nouveau pour quelques courtes secondes. Je me demande pourquoi le monde est ainsi, pourquoi les Hommes sont si barbares, sur Terre comme au ciel. 1001 questions se bousculent dans mon esprit et si père voyait ça, il désapprouverait sans aucun doutes, pensée qui me pousse à sourire légèrement alors que je secoue la tête pour me concentrer de nouveau sur Veronica qui tourne de nouveau sa tête vers moi. « J’peux te poser, aussi, une question ? » Je hoche la tête, même si elle ne semble pas le voir. Elle a répondu a mes questions, je peux bien répondre a la sienne ! « Qu’est-ce qui est arrivé à… ta mère ? »  Je ne peux m’empêcher de soupirer alors que je laisse un nouveau silence s’installer, me contentant d’observer les horizons. Finalement, je lâche un léger sourire avant de hausser les épaules. « Elle est morte quelques mois après ma naissance alors évidemment, je ne sais rien d’elle... » Est-ce que je suis triste de n’avoir jamais connu ma génitrice ? Je n’en sais rien. Tout ce que je sais, c’est que je n’ai jamais manqué d’amour, père m’en donnant bien assez pour deux. « Père n’en parle jamais, il déteste ça, il dit qu’elle était faible. » arguais-je cependant, avec, peut-être, une pointe de tristesse dans la voix ? J’ai beau ne pas avoir connu ma mère, il n’en reste pas moins que ce n’est pas agréable d’entendre père en parler ainsi. « Il dit souvent que je tiens mes faiblesses d’elle, mais je pense que c’est une bonne chose, je pense que ça veut dire que c’était une bonne personne, du moins bonne comme moi je l’entends. » finissais-je dans un dernier sourire. Dans un sens, c’est rassurant de me dire que je tiens tout ça de ma mère, de me dire que, si je suis ainsi, si différent c’est à cause, ou plutôt grâce à elle. Haussant de nouveau les épaules, je laisse mon regard se perdre sur les paysages, profitant juste du voyage, et de la présence de Veronica a mes côtés. Pour l’heure, je ne pourrais rien demander de plus pour être plus heureux ; je me sens bien.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Inclement Earth

MessageSujet: Re: Un jour différent des autres... Rigel ft. Veronica.

Revenir en haut Aller en bas

Un jour différent des autres... Rigel ft. Veronica.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Frontières de Trikru :: Azgedakru (Ice Nation, La Nation des Glaces) :: Précédemment à Azgeda ...-