AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Les personnages de la S5 (+ Madi) ne sont pas jouables pour le moment (ils seront ajoutés dans les PV lorsqu'on en saura plus sur eux !)
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes : Delinquents, Hemerians et Arkers ! Essayez de les privilégier
Les habitants du Mont Weather sont jouables ! Ils offrent quelques Tcs bonus à la validation, n'hésitez pas à peupler le bunker

Partagez|

Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Eliza Johnson


Messages : 1175
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Lyndsy Fonseca
Crédits : Vanka (avatar), skairipa (gif)

Inclement Earth

MessageSujet: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan Lun 11 Déc - 18:01

Spoiler:
 


Oso gonplei nou
ste odon nowe

Daegan & Eliza


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les jours passaient, tranquillement, depuis l'arrivée d'Eliza sur Terre. Cela faisait trois ans qu'elle avait posé le pas sur cette merveilleuse planète bleue, avec quelques pointes de déception. Toute son enfance, elle avait narré à son père le désir fou de pouvoir arpenter les terres de cette planète, ensemble. Aujourd'hui, elle réalisait son désir le plus profond, seule. Avec plus d'ennemis que d'amis.

A vrai dire, elle n'était pas très forte pour se lier d'amitié avec les gens. Le fait d'avoir fait tant d'erreurs dans son passé l'avait refroidi et refermée sur elle-même. Les gens qui croisaient son chemin, à présent, murmuré qu'elle était froide, inaccessible, solitaire, tenace, voire dangereuse pour elle-même et les autres. Pourtant, cela n'était pas toute la vérité. Comme tout le monde, elle avait besoin d'interactions sociales pour ne pas devenir folle. Même si cela passait pas le rendre dedans. Elle avait tellement perdu qu'elle ne voulait pas prendre le risque de s'attacher de nouveau pour tout perdre une nouvelle fois. Non. Elle serait raisonnable, désormais. Si Eliza se liait d'amitié, ou plus si affinité -ce qui serait étonnant de sa part-, ce serait uniquement parce qu'elle a entièrement confiance en cette personne et qu'elle serait prête à lui donner sa propre vie. Ni plus, ni moins.

Sans doute était-elle trop exigeante. Son père lui disait toujours. A vrai dire, elle était surtout sur les nerfs en ce moment. La jolie brune aurait été capable d'envoyer chier n'importe qui sur son passage. Pourvu qu'il ne soit pas du genre à tuer les ingrats. Elle avait tellement d'émotions négatives à gérer, un trop plein prêt à exploser. Et malheureusement, ce fut Daegan qui se trouva là à ce moment là. Il combattait avec un jeune garçon de Trishana. Un adolescent. Quand ils eurent finis, Eliza décida de s'immiscer dans leur entrainement et arriva furtivement à l'arrière de Daegan pour lui faire un croche-pied qui le fit tomber à terre.

« Si il t'entraîne, il devrait de dire qu'un combat n'est jamais fini. » dit-elle au garçon qui s'apprêtait à partir.

Les deux jeunes s'étaient rencontrés une fois, auparavant. Leur première rencontre avait été mouvementée. Une sorte de combat dont Eliza ne se posait pas trop la question sur la question du amical ou non. Ces deux-là le savaient, quand ils se battaient, ils relâchaient toute la pression. En particulier Eliza qui pouvait lui donner l'impression de le mépriser plus que personne. A vrai dire, il faisait parti de ces habitants de Trishana auxquels elle n'avait pas peur de se frotter et de partir avec une main en moins. Daegan ne semblait pas être quelqu'un de méprisant. Mais aujourd'hui, la jolie Johnson avait besoin de se défouler et -pas de chance !- il avait été sur sa route. Quand le jeune enfant fut parti rejoindre son domicile, elle reporta son attention sur le grand brun, posant ses deux mains sur ses hanches.

« Je t'ai connu plus tenace et moins fragile que ça. Le temps te ramollit ? » dit-elle sèchement, avec une pointe de sarcasme, même si -quand on creusait bien- on pouvait voir qu'il y avait peut-être une certaine forme d'ironie.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Daegan


Messages : 204
Date d'inscription : 07/08/2017
Ft : Ben Barnes
Crédits : Avatar : .nyx
Signature : LaxBilly.
Code RP : 2981 12289 0.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan Mar 16 Jan - 16:16

OSO GONPLEI NOU iSTE ODON NOWECause we never learned to keep our voices down, no, we only learned to shout so we fight our way in and we fight our way out and we earned what we could from the ground up and tried to lift the whole damn crowd up. So we fight our way in and we fight our way out
( [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] )
Aujourd’hui, Costia me manque. Tout comme hier, et avant-hier. Tout comme elle me manquera demain et comme elle me manquait la semaine dernière. Cependant, je dois dire qu’il y a des jours où elle me manque plus que d’autres, des jours ou je ressens son absence comme un poignard qui s’enfoncerait dans ma chair, toujours plus profondément. Il y a des jours où je suis glacé de l’intérieur, des jours où j’essaie de retrouver dans mon esprit ce lien que je pourrais presque qualifier de magique qui nous unissait. Mais j’ai beau essayer et encore essayer, rien ne vient, je n’arrive à rien. Elle n’est plus là. Je ne ressens plus sa présence et seuls les Dieux savent à quel point elle peut me manquer. Sans elle, j’ai alors l’impression de ne posséder qu’une moitié de mon âme et c’est une constatation bien triste, à vrai dire… Quoi qu’il en soit, alors que j’étais revenu à Trishana depuis maintenant la veille au soir, j’avais pris la décision de rejoindre un village voisin, pour tâcher de masquer la noirceur qui avait étreint mon cœur aujourd’hui. Ainsi, moi qui, en général, passait mes journées à conter diverses histoires, j’optais cependant pour de l’apprentissage, aujourd’hui.

J’avais croisé Bran, tout à l’heure, un garçon que j’avais appris à apprécier et à qui je me plaisais d’enseigner, que ce soit comment s’occuper d’un cheval ou d’un faucon ou même lui apprendre à manier l’épée. Mais ça ne suffisait pas pour combler le trou béant que je gardais en moi, loin de là. Alors, les disciples se suivaient, s’entrechoquaient, apprenaient là ou moi, je m’ennuyais presque. Oh, j’aimais bien enseignais, là n’était pas le problème mais… Mais j’avais soudainement besoin de plus. J’avais un réel besoin de me défouler et si, en général, je me plaisais à me défouler avec mes mots, les maniant encore et encore, aujourd’hui, je n’avais aucune stricte envie de parler, de conter. Tout ce qui me faisait penser à Costia, je voulais l’éloigner de mon esprit le temps de quelques heures, de quelques minutes. Etait-ce véritablement trop demander que de vouloir l’éloigner de son esprit un temps ?

« Ta garde, Ska. Ta garde, elle est importante. » indiquais-je rapidement à l’adolescent qui, sans attendre, m’envoya un nouveau coup. Bon, c’était déjà ça, non ? Nous continuâmes notre combat encore une dizaine de minutes et quand enfin, il fut terminé, je passais une main dans mes cheveux, soufflant un bon coup. « S’il t’entraîne, il devrait te dire qu’un combat n’est jamais fini. » Je n’avais pas eu le temps de dire ou faire quoi que ce soit que je me retrouvais à terre, Eliza – car je l’avais reconnue à sa voix, m’avait fait tomber. C’est un regard noir qui s’installa sur mon visage en direction de la femme avant que je n’indique d’un geste de la tête à mon disciple de rentrer chez lui, me retrouvant alors en tête à tête avec Eliza. Presque immédiatement, un espèce de sourire naquit sur mes lèvres, avant que je ne lui envoie d'une manière presque... provocatrice « Un combat se finit quand l'adversaire part rejoindre les vers, Johnson. » Je ne la déteste pas, loin de là, mais disons que je ne l’apprécie pas énormément non plus. Enfin disons qu’entre nous, il n’avait jamais été question d’amitié ou quoi que ce soit d’autre. La seule fois ou nous nous étions rencontrés, nous nous étions battus l’un contre l’autre. Et faut dire que ce combat avait été sacrément libérateur à mon sens. Alors peut-être que… « Je t'ai connu plus tenace et moins fragile que ça. Le temps te ramollit ? » Sortant de mes pensées, je lui accorde un regard quasi.. dédaigneux, lui faisant alors comprendre que nous allons voir ça, que je vais lui prouver que non, le temps ne me ramollit pas, bien au contraire.

Lui jetant un nouveau regard, je finis par me relever d’un mouvement souple, époussetant rapidement mes habits bien que je me doute que cela ne serve pas à grand-chose, surtout s’il arrive ce que je prévois qu’il va arriver. Alors, nous nous faisons face un long moment et alors qu’Eliza semble vouloir bouger, me laissant presque sans le vouloir, le champ libre pour lui asséner un premier coup, voilà que j’hésite, sans vraiment savoir pourquoi. Et une chose en entraînant une autre, mon coup se voit raté. C’est avec une certaine déception que je me replace en face d’Eliza, la défiant presque du regard, essayant d’anticiper ses gestes. « Tu ne préfères pas qu’on prenne nos épées, ça pourrait peut-être rendre le tout bien plus… enrichissant. » Une pointe de sarcasme associée a de l’ironie accompagne mon timbre de voix. En fait, ça tombe bien que la camelotienne soit là. Au moins, je vais enfin pouvoir me défouler d’une manière digne de ce nom.


Lancé de dé :
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Daegan le Ven 9 Mar - 16:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eliza Johnson


Messages : 1175
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Lyndsy Fonseca
Crédits : Vanka (avatar), skairipa (gif)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan Mer 17 Jan - 11:03


Oso gonplei nou
ste odon nowe

Daegan & Eliza


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]La jeune femme ne se demandait pas tellement si Daegan l'appréciait ou non. A vrai dire, ils étaient plus leur défouloir mutuel qu'autre chose. Et puis, de toute manière, à chacun de leur rencontre, elle est de mauvais poil. Alors un bon combat ne peut que lui faire du bien. Surtout avec toutes les péripéties qu'elle venait de vivre dernièrement.

Ce qu'elle apprécie particulièrement chez les natifs, c'est qu'ils n'ont pas la main morte au combat. Contrairement aux siens, ils n'hésiteront pas à te blesser pour gagner le combat. Et c'est ce que la demoiselle cherchait. Elle ne voulait pas d'une personne qui s'arrête une fois qu'elle est à terre ou qui stoppe le combat une fois fatigué. Elle voulait une personne qui se batte pour gagner. Quitte à faire saigner ou laisser un hématome sur la peau de son adversaire. Il n'y a que comme ça qu'elle arrive à se sentir mieux. Pas avec de simples combats amicaux comme avec les Brocéliandiens. De toute manière, rares étaient ceux qui aimaient s'entraîner au combat parmi les siens. Ce qui avait le don de l'ennuyer.

« Un combat se finit quand l'adversaire part rejoindre les vers, Johnson. »

Daegan renvoya le petit chez lui. Eliza lui adressa un petit hochement de tête, avec un très léger sourire en guide de salut et de politesse. Bingo ! Elle venait de toucher un point sensible. Très rapidement, il se releva et tenta de lui affliger un premier coup. Coup qu'elle évita de justesse. Sans doute avait-il trop réfléchi. Ou bien était-ce prévisible. Mais elle écouta tout de même ce qu'il avait à dire et lâcha un doux rire en roulant des yeux, plus d'un air amusé qu'autre chose. Peut-être une pointe de sarcasme dans tout ça.

« Tu ne préfères pas qu’on prenne nos épées, ça pourrait peut-être rendre le tout bien plus… enrichissant. »

Bien-sûr qu'elle lâcha un petit rire. Il le savait très bien. Elle était une Camelotienne et sur l'Arche on ne trouvait pas d'épées. A vrai dire, ils passeraient pour des crétins à se battre avec une lame contre une arme à feu. Alors que sur Terre, tout était différent. C'était à la fois agréable et détestable sur certains points. Ce fut notamment le cas lors de ses premiers mois sur la planète bleue: peu de cardio sur les longues distances, difficulté à chasser, à se faire une place, à faire un feu, tenir un arc, ne pas mourir par la nuage de fumée toxique, monter à cheval... Aujourd'hui, elle avait réglé la plupart de ces soucis, mais l'épée restait un défi pour lequel elle n'était pas prête à s'engager pour le moment. Oui, elle trouvait ça élégant comme combat, la façon de la manier, etc. Cependant, quand on lui mettait entre les mains une lame, on pourrait la comparer à un cheval tentant de se battre. Elle n'était vraiment pas douée. Du moins, contre les natifs. Peut-être pas contre les siens. Mais lors d'un combat, il était certain qu'elle n'aurait aucune chance contre Daegan et il le savait très bien. Ce fut la raison de sa proposition.

« Enrichissant du sens où je vais finir par terre en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire ? Non, merci. » dit-elle en secouant négativement la tête, d'un air légèrement amusé.

Bon, elle ne le connaissait pas. Mais il n'avait pas l'air d'être bien méchant. Au contraire. Néanmoins, l'envie de le connaître n'était pas là pour le moment. C'est pour cette raison qu'elle tenta à son tour de lui mettre une droite pour réaliser un enchaînement que son père lui avait appris sur l'Arche. Elle allait lui mettre un coup de poing, lui saisir l'épaule et lui faire une clé de bras empêchant toute riposte. Et lui laissant ainsi l'avantage. Malheureusement, rien de tout ça ne se produisit. Il devait, sans doute, déjà connaître son coup puisqu'il stoppa son poing net. Peut-être avait-elle déjà réalisé cet enchaînement lors de leur précédente rencontre? Mais dans tous les cas, Daegan se trouva être en position de force durant un faible laps de temps. Allait-il en profiter ou bien rater son coup ? Seul le temps nous le dira.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Daegan


Messages : 204
Date d'inscription : 07/08/2017
Ft : Ben Barnes
Crédits : Avatar : .nyx
Signature : LaxBilly.
Code RP : 2981 12289 0.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan Ven 2 Fév - 15:07

OSO GONPLEI NOU iSTE ODON NOWECause we never learned to keep our voices down, no, we only learned to shout so we fight our way in and we fight our way out and we earned what we could from the ground up and tried to lift the whole damn crowd up. So we fight our way in and we fight our way out
( [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] )
Je devais reconnaître que cela faisait du bien, d’avoir quelqu’un pour se défouler. Entre Eliza et moi, il n’était pas du tout question de s’apprécier ou d’être gentil l’un envers l’autre et ça avait quelque chose de vraiment rafraîchissant. Nous n’avions pas besoin de faire semblant de quoi que ce soit. Le plus important, c’était qu’elle était mon défouloir et que j’étais le sien. Il n’y a rien de plus, et cela nous convient. L’ironie du sort était telle que chaque fois qu’ils venaient à se croiser, l’un comme l’autre avait besoin de ressentir ce sentiment d’adrénaline mêlé à ce soulagement qu’ils finissaient par ressentir une fois leur combat terminé alors qu’ils en sortaient complètement vide. Rares étaient les fois ou je pouvais me battre avec autant d’intensité. Après tout, le peu de fois ou je le faisais, j’avais face à moi, des jeunes, et je ne voulais pas trop les amocher alors qu’ils ne savaient même pas se battre… Alors avoir Eliza face à moi me faisait plaisir. D’autant plus que, contrairement aux autres personnes venues du ciel, elle en voulait toujours plus. Elle, elle acceptait, comprenait et s’amusait des règles de combat des Natifs. Et c’est ce dont j’avais besoin. De quelqu’un qui n’abandonnait pas. De quelqu’un qui se battait de toutes ses forces face à moi. Il n’y avait que comme ça que j’arrivais à me sentir mieux.

Et bien sûr, Eliza avait beau être jolie, elle n’en restait pas moins une personne. Une personne que je me plaisais à combattre, à mettre à terre, à frapper. Je voulais gagner, je voulais me débarrasser de toute cette tension accumulée dans mon corps, une tension que je n’arrivais pas toujours à faire évacuer avec de simples mots, surtout depuis la disparition de Costia. Je savais qu’un jour, nos chemins se sépareraient, qu’elle s’éloignerait de moi physiquement pour mieux me retrouver mentalement mais je ne pensais pas que ce serait de cette manière. Je ne pensais qu’elle partirait si subitement. Je ne pensais pas qu’elle me quitterait d’une manière si… brutale. Et si je ne m’étais pas encore remis de la mort de ma sœur, j’espérais cependant que, lorsque moi aussi je pousserais mon dernier souffle, mon âme retrouverait paisiblement celle de ma jumelle pour ne faire qu’un, à nouveau.

Quoi qu’il en soit, je ne voulais plus penser à ça et, au risque de me répéter, je dois reconnaître qu’Eliza est la personne idéale pour m’aider à évacuer ce surplus d’émotions. « Enrichissant du sens où je vais finir par terre en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire ? Non merci. » répond-elle à mon interrogation, laissant un sourire s’installer sur mon visage. Je m’en doutais, mais au moins, j’aurais essayé. Je pensais soudainement qu’il faudrait qu’elle apprenne à mieux manier l’épée, justement, cela nous donnerait l’occasion d’avoir des combats bien plus… sympathique. « Tant pis, mais prépare toi quand même à perdre. » Un nouveau sourire moqueur apparaît sur mes lèvres alors que j’analyse au mieux l’attitude de mon adversaire. J’ai 23 ans, je combats depuis 20 ans alors des techniques de combat, j’ai eu le temps d’en apprendre, depuis le temps et sûrement que j’en connais plus qu’Eliza, ce pourquoi, force de regard, je finis par deviner, je le crois, le coup qu’elle semble vouloir m’asséner. Cependant, et pour une raison quelque peu méconnue, sûrement la distraction, je ne saisis pas la chance qui s’offrait à moi. J’étais en position de force, j’avais réussi à arrêter son coup et voilà ou j’en étais. Un nouveau mélange de honte et de déception s’empara de moi. Comment ne pas ressentir ça, après tout ? J’ai eu l’occasion de combattre des centaines et des centaines de fois, et pourtant, même face à une camelotienne, je ne parviens à rien, pour l’instant. Avec un soupir, une certaine rage finit aussi par s’installer en moi. J’en voulais plus. Tout ça, ça n’était pas assez. Il fallait que les choses sérieuses commencent, et maintenant.


Lancé de dé :
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Daegan le Ven 9 Mar - 16:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eliza Johnson


Messages : 1175
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Lyndsy Fonseca
Crédits : Vanka (avatar), skairipa (gif)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan Lun 26 Fév - 11:07


Oso gonplei nou
ste odon nowe

Daegan & Eliza


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Eliza ne détestait pas Daegan. Loin de là. Elle n'avait pas encore eu l'occasion d'apprendre à le connaître, mais il semblait être un homme d'honneur. Il semblait également avoir cette hargne, cette petite flamme qui vivait et animait le fin fond de son être. Tout comme Eliza avait la sienne. C'était un drôle de sentiment qui s'en émanait. Comme-ci elle n'avait pas encore réussi à combler un vide, à se venger. Elle le savait très bien, cette ardeur sauvage ne partirait pas tant qu'elle n'aurait pas tué celui qui l'a envoyé ici. Manque de chance, il se trouvait à des milliers de kilomètres d'elle, de l'autre côté de l'atmosphère. Elle ne le reverrait sans doute jamais.

Eliza se demandait donc quelle flamme pouvait animer Daegan. Qu'est-ce qui créait chez lui ce besoin de combattre pour évacuer ? Elle n'osait lui demander. Sans doute était-ce trop personnel. M'enfin bon, elle elle n'hésitait pas à parler de son désir de vengeance. Elle ne s'en cachait pas. Elle allait faire payer à son maître-chanteur de l'avoir envoyé ici, menacé ses parents et de l'avoir torturé. Son corps en portait encore les cicatrices. Elle se rappellera toujours du hurlement déchirant qui était sorti de ses tripes lorsqu'ils avaient cautérisé ses plaies. Un frisson désagréable envahit son corps, alors qu'elle tenta de se concentrer de nouveau sur le combat.

Daegan ne semblait pas avoir profité de l'opportunité qui s'était présenté à lui. Peut-être que lui aussi était parti ailleurs, le temps d'un instant. Les pensées envahissantes... Mais cette ouverture fut saisie, sans la moindre hésitation, par Eliza. Elle lui saisit son bras et l'amena de son dos en appuyant sur son poignet. Elle accompagna sa clef de bras par un coup furtif à l'arrière de son genou qui le fit basculer à terre. Eliza accompagna le mouvement, pour ne pas qu'il tombe tête la première au sol. La main dans son dos, agenouillée à côté de lui, elle lui offrit son plus beau sourire.

« Une fois que j'en aurai fini avec toi, tu pourrais peut-être m'apprendre à manier correctement une épée ? »


Elle parlait, bien évidemment, sur un ton ironique, avec une pointe d'amusement. Jamais elle ne se permettrait d'être mesquine avec lui. A vrai dire, même si elle ne le connaissait pas tant que ça, il faisait parti des rares personnes qui avaient son respect sur Terre. A son campement, elle ne parlait jamais à personne. Ils n'osaient même pas aller la voir par peur de se faire envoyer balader. Une ou deux personnes montaient dans son estime, de temps à autre. Il y avait aussi cette native, Lishi, qu'elle appréciait quelque peu. En revanche, Varian, elle avait encore du mal à le cerner. Devenu esclave à Azgeda, elle se demandait pourquoi il ne se battait pas pour sa liberté. Et Harley... n'en parlons pas. Elle pouvait encore moins le voir en peinture que la majorité des personnes sur Terre. En résumé, rares étaient les personnes qui gagnaient son respect. Pourtant Daegan l'avait eu, sans avoir à faire le moindre effort. Peut-être simplement parce qu'il était le seul à se battre avec elle et à tenter de la remettre à sa place. Ca changeait un peu de ce qu'elle avait l'habitude de voir !

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Daegan


Messages : 204
Date d'inscription : 07/08/2017
Ft : Ben Barnes
Crédits : Avatar : .nyx
Signature : LaxBilly.
Code RP : 2981 12289 0.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan Ven 9 Mar - 18:59

OSO GONPLEI NOU iSTE ODON NOWE
Cause we never learned to keep our voices down, no, we only learned to shout so we fight our way in and we fight our way out and we earned what we could from the ground up and tried to lift the whole damn crowd up. So we fight our way in and we fight our way out
( [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] )
Nous avions une drôle de relation tout les deux. Pouvait-on de toute façon dire que c’en était une ? Peut-être pas étant donné l’étrangeté de la situation mais ça nous convenait. Nous ne cherchions pas à nous connaître plus ni à se poser des questions diverses ; nous voulions juste nous défouler. Je ne saurais dire si un jour, notre relation changerait mais si je devais être honnête avec moi-même, je dirais que je n’en avais que faire. Ce que nous avions là me convenait parfaitement. Elle était ce défouloir que je n’avais pas su trouver en moi, en Alkaia ni en personne d’autre. Etrangement – et bien que ça ne soit pas de la meilleure des manières, Eliza était la seule personne sur cette Terre qui parvenait un tant soit peu à alléger un peu ma peine. Parce qu’elle osait m’affronter, elle voulait se battre avec moi jusqu’à la fin – jusqu’à ce que l’un de nous se blesse réellement et ça me faisait beaucoup plus de bien que je ne voudrais bien l’admettre. L’avantage, dans cette espèce de relation qui nous liait, c’était qu’elle aussi semblait avoir cette même rage, ce même besoin d’extérioriser ce qu’elle ressentait. Au moins, nous nous étions bien trouvés, il n’y avait pas de doutes là-dessus !

Parfois, j’en venais à me demander pourquoi elle était dans cet état, elle. Qu’est-ce que le monde avait bien pu lui retirer pour qu’elle ait toute cette rage à revendre ? Nous n’avions jamais parlé de choses vraiment « intimes » et j’étais curieux, je ne pouvais le nier, c’était dans ma nature. Mais dès que je me retrouvais face à elle, je ne pensais plus au pourquoi du comment ; je pensais seulement à soulager mon esprit et mon cœur. Là encore, je ne savais pas si un jour, nous viendrons à parler de nos raisons et nos sentiments et je devais avouer que je ne savais même pas si j’étais prêt à le faire ouvertement – même au bout de 10 mois. Parce qu’après tout, elle n’était peut-être même pas au courant que ma sœur, mon adorée défunte sœur avait été tuée par la reine Nia ce que je comprendrais. Moi aussi j’aurais aimé ne pas savoir. J’aurais aimé que rien de tout cela ne soit jamais arrivé. Mais si un jour l’occasion se présentait, alors peut-être me confierais-je. Peut-être. Parce qu’Eliza avait gagné mon respect ainsi qu’une certaine forme de confiance.

Perdu dans mes pensées – des pensées des plus envahissantes, j’en avais presque oublié Eliza et notre combat. Grossière erreur. Il ne lui fallut qu’une demi-seconde pour me faire une clé de bras et me mettre par terre. Surpris, je ne pus m’empêcher de grogner légèrement, peu heureux qu’elle m’ait eu d’une manière des plus « misérables ». Alors qu’elle m’offrait un nouveau sourire, je me mordis alors les joues pour ne pas sourire à mon tour et lui envoya, à la place, un regard noir – bien que pas non plus complètement sincère. « Une fois que j’en aurai fini avec toi, tu pourrais peut-être m’apprendre à manier correctement une épée ? » J’ai beau sentir de l’ironie et de l’amusement dans sa voix, je ne peux m’empêcher de penser que cela pourrait être… divertissant de lui apprendre ce que je sais sur le maniement des armes. Alors qu’à mon tour, un sourire vient s’installer sur mes lippes, je me relève alors d’un mouvement fluide pour faire face à Eliza. Haussant les épaules, je glisse rapidement une main dans mes cheveux longs « Je pense que je peux faire un effort pour ton joli minois et t'apprendre à manier l'épée. Mais attends-toi à perdre… Encore… » Un sourire de plus et me voilà qui fond vers elle pour lui asséner un coup dans l’estomac. Je ne sais pas si elle aura mal, je ne sais pas si j’ai tapé aussi fort que je l’aurais voulu mais voilà, le combat est lancé. Et si au début, nous étions encore assez… « doux » dans nos gestes, je pense que maintenant, il est vraiment temps pour nous de se défouler. Moi, en tout cas, je n’y manquerais pas.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eliza Johnson


Messages : 1175
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Lyndsy Fonseca
Crédits : Vanka (avatar), skairipa (gif)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan Lun 19 Mar - 17:40


Oso gonplei nou
ste odon nowe

Daegan & Eliza


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Eliza était une jeune femme qui en avait vu des vertes et des pas mûres. Surtout depuis qu'elle avait appris que Varian était en vie. Pour une remise en contexte, il s'agissait d'un ancien dealer, sur l'Arche, qui lui fournissait des médicaments pour aider son père à se remettre d'une blessure à l'épaule. Vivant à Walden, l'une des stations les plus pauvres, il n'était pas prioritaire. Cela avait révolté la jeune femme. Pourtant, le jour où les gardes ont commencé à mettre leur nez dans leur vie, ils ont rapidement fait le lien entre elle et Varian. Ce dernier avait été envoyé à la dérive par sa faute. Enfin, c'est ce qu'elle avait cru. Jusqu'au jour où elle l'avait recroisé sur Terre et qu'il avait déversé sa haine sur elle. Elle l'avait sans doute méritée. Mais le destin et le karma semblaient se liguer contre elle depuis des semaines. Elle enchaînait maladresse sur maladresse, blessure sur blessure.

Alors quand Daegan lui mit un coup de poing dans le ventre, elle se plia littéralement en deux. Un léger gémissement sortit de sa bouche, alors qu'elle se ressaisit, tentant de cacher la douleur. Quelques jours auparavant, elle s'était « accrochée » avec l'un des maîtres de Varian. Celui-ci l'avait empêché de bouger, grâce au Camelotien, et lui avait mis de nombreux coups de poing dans le ventre. Elle en portait encore de nombreux hématomes, mais elle ne broncha pas. Elle avait un peu ce qu'elle méritait. Le revers de la médaille.

Et puis, elle n'était pas venue raconter ses « petits malheurs » à Daegan. Et étrangement, ressentir cette douleur au ventre la rendait plus... vivante ? Cette rage en elle, elle avait besoin de l'évacuer. Parce qu'à chaque coup qu'elle donnait, elle repensait à ses parents qu'elle ne reverrait jamais. A chaque coup, elle pensait à Bellamy, son ami, qui l'a trahi. A chaque coup, elle se dit qu'elle finira seule sur cette Terre. Oui, cette rage avait besoin de sortir.

Sans même s'en apercevoir, elle s'était redressée et était passée outre la douleur. Il ne faisait aucun doute qu'il l'avait remarqué. Mais son tee-shirt permettait de camoufler le désastre. Tantôt bleu, tantôt noir, tantôt vert : son ventre était une véritable œuvre d'art, une palette de couleurs.

Quoi qu'il en soit, elle profita de son interrogation pour stopper une de ses attaques, en levant son avant-bras. De l'autre bras, elle le frappa avec son coude près de la mâchoire. Enfin, avec son genou, elle s'approcha de ses parties et s'y arrêta à quelques centimètres. Elle n'avait pas l'audace de le frapper ici. Tout simplement parce qu'elle le respectait, malgré qu'ils ne se connaissent pas suffisamment. Il ne la jugeait pas et lui permettait de se défouler librement. Cela faisait du bien. Mais plus mentalement que physiquement, pour le coup.

« Si tu avais été un véritable ennemi, tu aurais fini à terre, pour le coup. » dit-elle dans un murmure, en arquant un sourcil, l'air amusée.


Elle observa doucement son visage, bloquant toujours son autre bras. Elle se demandait ce qui avait pu déchirer cet homme de l'intérieur. Après tout, il semblait... comme la jeune Johnson ? Elle pouvait presque lire sur sa peau qu'il avait vécu des choses qu'il n'aurait jamais voulu vivre. Ses yeux révélaient de la tristesse et de la hargne. Ou peut-être se trompait-elle ? Mais tout portait à croire que lui aussi était victime du destin. Un véritable maître chanteur, celui-là. Peut-être qu'un jour, la vie leur laisserait avoir un peu de répit. Même si la chance ne semblait pas être de leur côté pour le moment.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Daegan


Messages : 204
Date d'inscription : 07/08/2017
Ft : Ben Barnes
Crédits : Avatar : .nyx
Signature : LaxBilly.
Code RP : 2981 12289 0.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan Mer 11 Avr - 14:26

OSO GONPLEI NOU iSTE ODON NOWECause we never learned to keep our voices down, no, we only learned to shout so we fight our way in and we fight our way out and we earned what we could from the ground up and tried to lift the whole damn crowd up. So we fight our way in and we fight our way out
( [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] )
Ce combat entre Eliza et moi était encore assez « doux » et gentillet. Du moins, c’était l’impression que j’avais de mon côté. Ces ridicules petits coups n’allaient pas réussir à me faire oublier et n’allaient pas non plus réussir à me libérer de toute cette colère et cette tristesse qui s’étaient installés en moi ; j’avais besoin de bien plus, j’avais besoin de vraiment ressentir les choses mais je savais que ça finirait par arriver, c’était toujours le cas avec la camelotienne. Au moins, elle, elle me faisait me sentir vivant. Pour des raisons un peu… spéciales, certes, mais je me sentais quand même vivant le temps d’un combat. Le coup que j’envoyai a Eliza, il était bien placé, il fallait le reconnaître et un sourire assez fier (quoiqu’un peu macho, peut-être) était passé en un éclair sur mes lèvres tandis que je la regardais, pliée sur elle-même à cause de la douleur. Je n’avais pas frappé bien fort pourtant mais j’étais quand même satisfait d’avoir eu le dessus le temps de quelques secondes bien que jaloux qu’elle réussisse à ressentir quelque chose. Étrange, malsain ? Certainement. Mais peu importe, le combat était de toute façon loin d’être finit, raison pour laquelle je restais sur mes gardes. Mais cette garde, je la baissais un instant quand je remarquais – quoi que très rapidement les traces qu’elle portait sur son abdomen. Des bleus parcouraient son corps et si je ne les voyais que très brièvement, j’étais sûr de ne pas me tromper. Et j’étais également sûr que ce n’était pas moi qui lui avait fait ça, elle n’aurait pas pu marquer si vite et notre dernière rencontre remontait à bien longtemps. Mais alors, qui ? Et quelle erreur que de baisser ma garde le temps d’une interrogation. Évidemment, Eliza en avait profité et m’envoya un coup violent dans la mâchoire. Je ne pris pas le temps de me soucier de la douleur que je la regardais s’approcher de mes parties intimes. Par chance (et j’en remercie les Dieux), elle ne fut pas tentée de m’émasculer. Une part de moi était soulagée tandis qu’une autre appréciait ce respect dont elle faisait preuve à mon égard. Comme elle me le disait si bien, nous n’étions pas ennemis autrement… Autrement je pense que je le regretterais amèrement.

Tandis qu’elle bloquait mon bras, je me mis à l’observer pendant un cours instant, moi aussi. C’était comme si nous avions mit notre combat en pause le temps de quelques ridicules petites secondes. Nous étions, l’un comme l’autre, brisés. Brisés par la vie et ses injustices, brisés par une puissance que nous ne contrôlions pas. Brisés parce que nous avions été au mauvais endroit au mauvais moment et que le destin, dans un de ses moments d’injustice, avait décidé de nous enlever quelque chose indispensable à notre vie, comme une partie de notre âme elle-même. Jusqu’à aujourd’hui, je n’avais encore jamais réussit à trouver la paix, du moins pas plus de quelques heures tout au plus. Les seules choses qui me permettaient de tenir encore debout, c’était ma famille et mes amis saltimbanques qui me soutenaient jour après jours, semaines après semaines et mois après mois. Jamais ils ne m’avaient abandonnés à mon sort, malgré mon évidente mauvaise humeur de temps à autre. Ils étaient les seules personnes qui arrivaient encore à me faire arriver à ressentir quelque chose de fort et vrai. Parce que, sans Costia, j’avais l’impression de n’être qu’une coquille vide, un rien. C’était comme s’il manquait une énorme partie à mon âme, comme si elle avait été scindée en deux et que l’une des deux moitié avec disparu en même temps que ma jumelle et par Raesia, qu’est-ce que ça faisait mal… Et ce que j’aimais, en Eliza, c’était qu’elle au moins, était à même de me comprendre. Je ne connaissais pas son histoire mais je sentais plus que je ne savais qu’elle pouvait comprendre cette douleur qui naviguait en moi et d’une certaine manière, c’était agréable.

Perdu dans mes pensées, j’en avais quelque peu oublié Eliza et le cadre dans lequel nous étions et en plus, j’avais raté là une occasion de la frapper, tant pis pour moi, tant mieux pour elle. Pourtant, ne souhaitant pas en rester là, j’arrivais sans trop de mal à me dégager de son emprise et c’est sans attendre que je lui administrais un coup de pied de sorte qu’elle tombe par terre. Une fois au sol, je m’accroupis pour lui faire place, gardant pourtant une distance de sécurité ainsi que ma garde bien en place, prêt à me défendre dans le cas où elle attaquerait et alors qu’un sourire espiègle naissait sur mon visage, je levais un sourcil en sa direction. « On dirait bien que cette fois, c’est toi qui est à terre » murmurais-je à mon tour, finissant tout de même par me relever, tout en lui tendant ma main pour qu’elle fasse de même. Pas de coup bas en douce, ma démarche était sincère. Une fois debout, je m’éloignais quelque peu d’elle et reprit un visage sérieux. « Bon, et si on passait aux choses sérieuses, cette fois ? » prononçais-je d’un ton anodin. Oui, je voulais plus, oui je voulais vraiment me battre à en perdre haleine et à en oublier où je suis. Oui, je voulais créer des étincelles et vraiment me défouler, pour une fois. Parce qu’en encore une fois, ça n’était pas suffisant, tout ça.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eliza Johnson


Messages : 1175
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Lyndsy Fonseca
Crédits : Vanka (avatar), skairipa (gif)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan Sam 21 Avr - 10:15


Oso gonplei nou
ste odon nowe

Daegan & Eliza


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]L'Arche n'avait rien à voir avec la Terre, dans un certain sens. Ici, elle goûtait à la liberté qu'elle n'aurait jamais espéré avoir sur l'Arche. Leur compartiment était minuscule, leur vie était rythmé par des obligations, l'accès aux privilèges n'était pas pour tout le monde... En résumé, les pauvres restaient pauvres et les riches s'enrichissaient. Eliza rit même mentalement en s'écoutant penser. Elle employait du passé, comme-ci ce n'était plus le cas. Alors que malgré les milliers de kilomètres qui les séparaient, Eliza était persuadée que rien avait changé là-haut. Personne savait que des survivants étaient sur Terre. Que leurs morts n'étaient, en réalité, pas tous mort.

Elle imaginait parfois la réaction de ses parents, quand ils ont dû apprendre qu'elle avait été envoyée à la dérive, sans leur présence. C'était l'histoire qu'ils avaient dû leur raconter. Les privilégiés mentaient. Ils mentaient toujours. Personne ne connaissait réellement l'Arche. Et quand on pensait que c'était le cas, la réalité les rappelait très rapidement à l'ordre. Serrant la mâchoire, elle tenta de retirer ses pensées qui animaient sa rage, de son esprit.

Eliza n'a pas toujours été une fille froide et haineuse. Fût un temps où elle était joyeuse et rigolote, quand on arrivait à la faire sortir un peu de sa solitude et de sa rêverie. Étrangement, certains pensent que les gens ne changent pas. Mais ils ont tord. Les événements de vie changent les gens, au plus profond de son être. Ils leur donnent des buts et leurs corps s'imprègnent de ceux-ci, jusqu'à la moelle osseuse. Oui, la manipulation, la torture, la trahison... Elles ne les oublieraient pas. Et c'est pour cette raison qu'aujourd'hui, elle a de plus en plus de mal à accorder sa confiance. Tout simplement parce que la vie lui a montré qu'elle était une vraie garce. Tout simplement parce que ça ne vaut pas la peine de s'attacher pour être déçue ensuite.

Oui, elle pensait fatidiquement. Mais elle était comme ça. Elle n'y pouvait rien.

Perdue dans ses pensées, Daegan en profita pour la faire tomber au sol. Mais, respectueusement, il lui tendit sa main pour l'aider à se relever. Un sourire trôna sur les lèvres d'Eliza et elle saisit sa poigne pour revenir sur ses deux jambes.

« Bon, et si on passait aux choses sérieuses, cette fois ? »
« J'attendais justement que tu me les proposes. »

Un sourire se dessina sur ses lèvres, alors qu'une idée lui vint en tête. Autant s'amuser un peu, non ? Reculant de deux pas, elle s'empara d'une des deux épées qui se trouvait à terre et se positionna ensuite face à Daegan. A voir comment il allait la désarmer sans, lui-même, avoir une lame. Cela promettait d'être plus amusant qu'auparavant.

Pendant un instant, elle se surprit à penser à Daegan. Elle s'entraînait avec lui depuis... quoi ? Quelques rencontres. Et elle n'avait jamais eu d'autres éléments sur lui que son prénom et son peuple. Elle ne le connaissait pas réellement, et pourtant, l'envie ne lui manquait, étrangement, pas. Elle voulait savoir d'où venait cette rage qui l'animait lui aussi. Quelles épreuves il a dû traverser pour en arriver là où il est, aujourd'hui. Se mordillant la lèvre inférieure, elle décida finalement de se lancer dans sa demande. Au pire, elle se prendrait une bonne claque de colère, et alors ?

« Dis-moi, Daegan. Stoppes-moi si je suis indiscrète ou quoi. Mais nous nous sommes vus plusieurs fois et je ne connais pas grand chose sur toi. A chaque fois, je ne peux m'empêcher de me demander ce qui te met en colère. »

Autant tenter le tout pour le tout, n'est-ce pas ? Au pire des cas, il mettra deux fois plus d'entrain dans le combat. Dans le meilleur des cas, elle aura enfin une réponse. Et puis, il n'avait pas l'air bien méchant. Juste... détruit par des épreuves. Peut-être se trompait-elle, peut-être était-ce seulement son tempérament. Mais son regard traduisait qu'il y avait quelque chose de bien plus profond derrière ça. Où alors elle spéculait sur la vie d'un homme, alors qu'il n'y avait absolument rien d'anormal derrière elle.

Mais, elle décida de ne pas quitter l'entraînement pour autant. Ils étaient là pour se défouler. Alors, elle s'élança vers lui, l'épée à la main. Observant ses réactions pour pouvoir s'en imprégner, si jamais elle a affaire à la même situation de combat.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Daegan


Messages : 204
Date d'inscription : 07/08/2017
Ft : Ben Barnes
Crédits : Avatar : .nyx
Signature : LaxBilly.
Code RP : 2981 12289 0.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan Sam 5 Mai - 23:33

OSO GONPLEI NOU iSTE ODON NOWECause we never learned to keep our voices down, no, we only learned to shout so we fight our way in and we fight our way out and we earned what we could from the ground up and tried to lift the whole damn crowd up. So we fight our way in and we fight our way out
( [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] )
J’aime la vie que je mène sur Terre. Ou du moins, je l’aimais. Sans ma jumelle, la vie me semble plus amère, plus vache et plus compliquée. Moins supportable, aussi. Mais dans un sens, je me sais chanceux de cette vie que je mène depuis 23 années. Non seulement j’ai une famille qui arrive à me faire tenir debout mais j’ai également accomplit mon rêve, celui de devenir Conteur, rêve qui aujourd’hui, me semble bien plus fade sans elle. Et quand je regarde Eliza, j’ai l’impression de me retrouver en elle. Je ne saurais dire pourquoi mais je vois en elle cette même douleur qui vit en moi, cette même colère et cette même froideur qui me caractérisent depuis de nombreux mois maintenant. Nous sommes bien plus similaires que je n’oserais l’imaginer même si je n’arrive pas à savoir si cette idée est réconfortante ou, au contraire, déstabilisante. Ce que je sais, c’est que face à Eliza, je peux être un peu plus moi-même. Pas que je ne puisse pas l’être en compagnie de mes amis ou ma famille mais disons qu’au moins, avec elle, je n’ai pas peur d’exprimer cette colère qui me ronge. « J’attendais justement que tu me le proposes. » répond-t-elle d’ailleurs lorsque je lui propose de passer aux choses sérieux, provoquant un léger sourire malicieux chez moi.

Et alors que je la regarde, guettant la moindre de ses réactions, me demandant si elle compte attaquer en première ou me laisser le faire, je la suis du regard, intrigué et quand je la vois récupérer une des deux épées à terre, je ne peux m’empêcher de sourire d’une manière franche, amusé par la situation. «  Tu es joueuse, dis moi. » lançais-je alors, gentiment moqueur restant cependant à une distance raisonnable de la brune, réfléchissant a la meilleure stratégie pour la bloquer, la désarmer ou même la blesser.  « Dis moi, Daegan. Stoppes-moi si je suis indiscrète ou quoi. Mais nous nous sommes vus plusieurs fois et je ne connais pas grand-chose sur toi. A chaque fois, je ne peux m’empêcher de me demander ce qui te met en colère. » Pour la première fois, je suis vraiment déstabilisé au point que je m’arrête l’espace d’une seconde, sans pouvoir bouger. Je sens mon coeur rater un battement alors que la question implicite d’Eliza résonne dans ma tête. C’est toujours aussi douloureux de parler de Costia. Chaque fois que je pense à elle ou que j’en parle, je sens mon coeur tambouriner contre ma poitrine, comme s’il voulait en sortir. Et c’est ce qu’il se passe en ce moment même. Une boule dans la gorge, je secoue doucement la tête pour effacer toute trace de surprise et de peine de mon visage. Si ce n’est pas tâche aisée, je tâche de reprendre une certaine contenance tandis que je me remet à tourner autour d’Eliza afin de la prendre par surprise. Et, bien sûr, je reste silencieux. Pas que je ne veuille pas lui répondre, je ne sais juste pas comment formuler ce que je veux dire ; je ne l’ai jamais vraiment fait.

« Les Azgeda ont prit ma sœur et l’ont assassiné. » finissais-je alors par murmurer, ne sachant même pas si Eliza entendrait ces mots. Je finis par relever la tête et plonger mes prunelles dans les siennes, cette fois sans cacher toute cette douleur et cette colère qui font partit de moi. Je ne me cache plus, je ne cache plus ce que je ressens. À quoi bon, maintenant qu’elle sait. Et en cet instant, la douleur en moi et si forte que j’aimerais juste qu’Eliza me mette un K.O. J’aimerais qu’elle se batte de toute ses forces et qu’elle efface ce vide en moi qui tord la moindre petite parcelle de mon âme abîmée. Je cherche d’ailleurs à le lui faire comprendre en m’éloignant quelque peu et en me mettant en garde, prêt à l’attaquer. Et je n’attends pas longtemps. Je pars immédiatement à l’assaut, enchaînant coups sur coups dans l’espoir que l’un de nous deux finira par toucher l’autre. Tout en combattant, je sens le besoin de continuer, raison pour laquelle, sans regarder Eliza dans les yeux, je poursuis. « Ils ont coupé un de ses doigt, brisé son arc et ont envoyé le tout avec son carnet de route à Lexa, juste pour nous prouver qu’ils... » Je ne parvient pas à finir ma phrase et, au lieu de ça, j’essaie de m’éclaircir la gorge pour ne pas faiblir d’avantage. « Et toi, c’est quoi ton histoire ? »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eliza Johnson


Messages : 1175
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Lyndsy Fonseca
Crédits : Vanka (avatar), skairipa (gif)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan Mer 23 Mai - 14:24


Oso gonplei nou
ste odon nowe

Daegan & Eliza


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Une part d'Eliza se sentait étrangement envieuse de Daegan. Il semblait faire ce qu'il voulait de sa vie. Elle ne pouvait pas en dire autant d'elle-même. Toute sa vie, elle avait souhaité rejoindre la garde et voilà où elle se retrouvait à cause d'eux. Elle avait l'impression qu'elle n'avait plus aucun rêve, plus aucun objectif. Elle errait dans la nature, chassait, combattait, mais tout ça pour quoi, au final ? Elle n'avait ni famille, ni amis. Elle n'avait aucun rêve qui la poussait à se lever chaque jour. Non, Eliza n'avait pas des envies suicidaires, loin de là. Elle appréciait respirer. Elle se sentait juste... perdue. Comme-ci elle avait perdu son identité, qui elle était réellement. Et chaque jour, elle tentait de se retrouver, sans le moindre succès. De quoi avait-elle besoin ? D'une personne, d'un objet, d'un action, d'un signe qui fasse allumer la petite lumière là-haut ? Elle ignorait totalement ce qu'elle attendait. Mais elle savait qu'elle avait seulement à être patiente.

Tendant une épée à Daegan, elle lui adressa un faible sourire en le voyant prêt à attaquer. Mais sa question le déstabilisa. Elle le voyait dans son regard. Mais elle se doutait d'une telle réaction. Il y avait forcément quelque chose pour qu'il exprime une colère aussi forte durant un combat. Et les mots commencèrent à fuser. Si bien qu'Eliza s'en voulut instantanément. Ses lèvres s'entrouvrirent, mais aucun mot n'en sortit. Il avait perdu sa sœur. Elle ne se doutait pas à quel point cela devait être terrible. A vrai dire, elle n'avait pas de sœur, ni de frère, ni de cousins, d'ailleurs. La loi de l'Arche était cruelle, mais elle était ainsi faite. C'est pour cette raison qu'elle ne parvint pas à trouver les mots. De toute manière, elle n'avait jamais été très douée pour rassurer. Elle ne parvint qu'à formuler quelques mots.

« Je suis désolé. Je n'aurai pas dû te poser cette question en sachant très bien qu'elle ne réveillerait que de mauvais souvenirs. »

Mais elle ne put attendre une réaction de sa part, qu'il enchaîna les coups. Elle tenta d'en contrer un maximum, mais il fallait se rendre à l'évidence : elle était pitoyable avec une épée. Elle la tenait maladroitement et manquer de la lâcher à chaque coup. A vrai dire, s'il voulait vraiment lui faire du mal, il n'aurait pas eu le moindre problème. Mais elle tenta de se ressaisir en s'accrochant à ses propres souvenirs. Lui raconter, elle lui devait bien ça.

« J'étais membre de la garde sur l'Arche. Mais je troquais également des médicaments pour mon père qui avait des problèmes d'épaules. Il ne pouvait pas être pris en charge, parce qu'on venait de la station la moins aisée et que les privilégiés passaient et passeront toujours avant. »

Elle s'approcha de lui et commença à frapper son épée. Son visage affichait un sérieux et une colère qui lui était propre.

« Un de mes supérieurs l'a appris et m'a fait chanter : tuer une haute-placée ou il ferait dériver mon père. »

Voyant que ce mot semblait inconnu à Daegan, elle lui adressa un léger sourire, bien qu'elle n'était pas réellement heureuse de raconter ça.

« La dérive, c'est la mort assurée. Mais quelqu'un les a mis au courant et j'ai été arrêtée et torturée. Il voulait que je dise le nom de la personne qui m'a embauchée, mais je ne pouvais pas. Je devais protéger mon père. Et ils ont fini par m'envoyer ici en pensant que je mourrais, comme tous les autres. »

Ses mouvements étaient plus saccadées et elle poussa bien trop ses coups, si bien qu'elle finit par trébucher sur un branchage et lâcher son épée en se retrouvant bloquer contre un arbre. Mais elle ne s'arrêta pas de parler pour autant.

« Et la vérité, c'est que je me sens perdue depuis que je suis ici. J'ai beau faire semblant, je ne trouve pas d'objectifs pour animer mes journées. »


Elle soupira et se risqua à croiser le regard de Daegan. De toute manière, elle devait trouver comment se sortir de cette posture durant le combat et ne pas penser à son passé. Elle se pencha pour ramasser son épée et se redressa, prête à contre-attaquer en cas de besoin. Sa poitrine se gonflait et se dégonflait à un rythme rapide. La sueur perlait sur son front. Mélangeant bavardages et attaque n'étaient pas aussi simples qu'elle ne l'aurait pensé. Même plus épuisant et déstabilisant. Mais, ce combat était pile ce dont elle avait besoin.

« Pas très passionnant, n'est-ce pas ? » dit-elle plus en tentant de le distraire qu'autre chose.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Daegan


Messages : 204
Date d'inscription : 07/08/2017
Ft : Ben Barnes
Crédits : Avatar : .nyx
Signature : LaxBilly.
Code RP : 2981 12289 0.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan Lun 2 Juil - 10:59

OSO GONPLEI NOU iSTE ODON NOWECause we never learned to keep our voices down, no, we only learned to shout so we fight our way in and we fight our way out and we earned what we could from the ground up and tried to lift the whole damn crowd up. So we fight our way in and we fight our way out
( [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] )
Avec Eliza, on n’a jamais vraiment parlé des choses qui pouvaient nous mettre en colère, des choses qui nous avaient brisé. On se contentait de se battre, d’échanger quelques paroles teintées d’un faux sarcasme et, parfois, de parler de la pluie et du beau temps, des choses banales en somme. Mais aujourd’hui, c’est différent. C’est différent parce qu’Eliza pose la question, celle qui tue, celle qui fait mal, celle qui explique le pourquoi du comment nous nous retrouvons là, l’un en face de l’autre, épées en mains. Bon, je dois bien admettre que je suis curieux de savoir ce qui peut bien perturber Eliza, ce qui peut bien la mettre en colère.  Sans savoir pourquoi, j’aimerais en savoir plus sur cette femme venue tout droit du ciel, j’aimerais connaître les détails de sa vie, ce qui la rend heureuse, ce qui la rend triste. Et c’est étrange, c’est étrange puisque jamais notre semblant de relation ne s’est rapproché de… ça. Quoi qu’il en soit, il est évident que sa question m’a perturbé, mais je ne lui en tiens pas rigueur, elle a le droit de demander après tout, ce n’est pas comme si je tentais de le cacher à tout prix… Alors je lui réponds, je lui explique que ma sœur a été tuée par ces saletés d’Azgeda sans que j’ai eu le temps de lui dire au revoir, nous envoyant des « preuves » de son meurtre. Je ne le veux pas, et pourtant je laisse mes émotions me dépasser. Je sens cette douleur vive si familière étreindre mon coeur, s’emparer de mon âme et me ronger les os. Costia était mon tout, le miroir de mon âme, mon univers entier et sans elle, mon souffle est comme coupé et ça, jamais je ne pourrais l’expliquer a Eliza, parce que je ne saurais trouver les mots pour expliquer notre relation, le mal que ça m’a fait de la perdre, le mal que je continue de ressentir encore aujourd’hui. J’ai beau faire ce que je veux de ma vie, être libre et faire un métier que j’aime plus que tout, il n’en reste pas moins que, jusqu’à mon dernier souffle, l’absence de Costia continuera de peser sur mon cœur. « Je suis désolée. Je n’aurais pas dû te poser cette question en sachant très ben qu’elle ne réveillerait que de mauvais souvenirs. »

Si je ne réagis pas immédiatement à ses paroles, me concentrant alors uniquement sur les coups que je pouvais lui infliger, j’esquisse cependant un léger sourire qui atteindrait presque – presque mes yeux. Puis, avant qu’elle ne prenne la parole, il prit quand même le temps de lui accorder un léger temps de répit pour hausser les épaules et murmurer un simple ; « Ne t’excuses pas, tu ne pouvais pas savoir. » Et c’était vrai. De toute façon, mes souvenirs ne cessaient de me hanter alors Eliza n’a pas à s’en vouloir. Sans laisser plus de place à la réflexion, je reprends mes coups de plus belle et je sens qu’Eliza met soudain plus d’ardeur dans les siens, et je comprends rapidement que c’est parce que les souvenirs semblent raviver sa mémoire, à elle aussi. « J’étais membre de la garde de l’Arche. Mais je troquais également des médicaments pour mon père qui avait des problèmes d’épaules. Il ne pouvait pas être pris en charge, parce qu’on venait de la station la moins aisée et que les privilégiés passaient et passeront toujours avant. » Je ne peux me m’empêcher de froncer les sourcils lorsque j’entends ses explications et pendant un dixième de seconde, j’en oubliais même notre combat et ne réussissais donc à éviter le coup d’Eliza qu’avec chance. Elle est en colère, je peux le sentir. Sûrement aussi en colère que moi je peux l’être, bien que de nombreuses différences nous séparent tout de même. « Un de mes supérieurs l’a appris et m’a fait chanter : tuer une haute-placée ou il ferait dériver mon père. » Dériver… ? Aussi élevée ma culture personnelle puisse-t-elle être, je peine tout de même à comprendre ce mot bien que je devine que le sens ne doive pas être très joyeux… Visiblement, elle semble remarquer mon trouble puisqu’elle m’adresse un léger sourire – qui n’atteint cependant pas ses yeux avant de m’expliquer. « La dérive, c’est la mort assurée. Mais quelqu’un les a mit au courant et j’ai été arrêtée et torturée. Il voulait que je dise le nom de la personne qui m’a embauchée, mais je ne pouvais pas. Je devais protéger mon père. Et ils ont finit par m’envoyer ici en pensant que je mourrais, comme tous les autres. » Une fois encore, je fronce les sourcils tandis qu’un frisson caresse soudain ma peau ; un frisson d’horreur. J’ai évidemment lu et entendu des récits sur la civilisation avant la guerre nucléaire et les Hommes étaient déjà… corrompus, mauvais, et visiblement, les générations suivantes n’avaient pas apprit la leçon. « C’est… horrible. » ne puis-je m’empêcher de murmurer avant de soupirer légèrement, laissant le temps a Eliza le temps de se « remettre » et de ramasser son épée. « Et la vérité, c’est que je me sens perdue depuis que je suis ici. J’ai beau faire semblant, je ne trouve pas d’objectifs pour animer mes journées. » rajoute-t-elle un court instant plus tard.

Elle crois enfin mon regard et je me risque à lui sourire légèrement. Je crois que je comprends ce qu’elle ressent mais moi, j’ai eu la chance d’avoir un métier qui me permettait de tenir et également mes amis saltimbanques et ma famille qui me soutenaient et me soutiennent encore chaque jour. Je sais que c’est une immense chance qui n’est pas accordée à tout le monde et pour rien au monde je ne me permettrais de la gâcher. Peut-être qu’Eliza a besoin de trouver sa chance, a elle aussi. Désormais, nous nous faisons face, nos poitrines respectives se soulevant au rythme de notre respiration saccadée. D’ordinaire, je suis bien plus endurant que ça mais là, c’est différent. Non seulement je donne tout mon être dans ce combat, mais le fantôme de Costia m’empêche aussi de respirer correctement. « Pas très passionnant, n’est-ce pas ? » Je ne me laisse pas déstabiliser quand elle dit cela, au contraire. Je garde mon attention collée sur elle tout en commençant de tourner en rond. « Ne minimise pas ta douleur ni ce que tu as vécu, c’est important. » lançais-je tout de même, haussant les épaules avant de faire tourner mon épée dans ma main, me préparant à l’attaquer de nouveau. Et finalement, je passais à l’attaque, reprenant mes assauts violents, brutaux. « Attaque, déverse toute ta rage, imagine ces gens qui t’ont envoyés là. » lui lançais-je ensuite. Certes, tenir une épée reste un point important dans la bataille mais il faut se trouver un point d’ancrage, une force dans laquelle puiser et la mienne, c’est Costia. Dans une tentative de la déstabiliser, je m’éloignais de la camelotienne de quelques pas et je tentais finalement quelques mots. « Tu pourrais nous accompagner quelques temps, mes amis et moi, sur les routes. Tu serais des nôtres le temps que tu voudras et peut-être que tu trouverais de quoi animer tes journées. » La proposition a beau être lancée pour la déstabiliser, je n’en reste pas moins sérieux et je le lui fais comprendre à travers mon regard.  Ce n’est pas des mots en l’air, si elle veut voyager avec nous le temps de quelques semaines – ou quelques mois, je ne serais pas contre. Elle pourrait ainsi voir de nouveaux paysages, apprendre de nouvelles choses et me voir exercer mon art. Mais je ne veux pas la forcer, je le lui fais bien comprendre. Ce n’est qu’une supposition parmi tant d’autre que je me permet de proposer. Sans savoir comment elle réagira, je ne met guère plus de temps pour me relancer dans la bataille a corps perdu.

Et finalement, je réussis. Sans trop savoir si elle a été déstabilisée par ma proposition ou si elle commençait à faiblir à cause de la force de mes coups, il n’en reste pas moins que mon épée finit par la toucher et je dois bien admettre être légèrement fier quoi que toujours insatisfait. Cependant, je lui laissais le temps de regarder sa blessure, raison pour laquelle je reculais encore de quelques pas. « Tout vas bien ? » lançais-je nonchalamment en la toisant du regard dans l’espoir d’avoir des réponses. Tâchant cependant de rester sur ma garde, je ne la lâchait pas du regard. Après tout, elle pouvait toujours profiter d’une opportunité et m’attaquer en retour...


lancer de dé:
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eliza Johnson


Messages : 1175
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Lyndsy Fonseca
Crédits : Vanka (avatar), skairipa (gif)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan Lun 2 Juil - 15:01


Oso gonplei nou
ste odon nowe

Daegan & Eliza


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Daegan et Eliza avaient une relation assez particulière. Ils ne parlaient jamais de leur passé avec les mots, mais l'exprimaient de façon corporelle en combattant, pour le bien de chacun d'eux. Et elle devait avouer qu'extérioriser lui faisait le plus grand bien. Elle avait l'impression d'être un volcan grondant intérieurement, manquant de rentrer en érruption à chaque instant. En combattant, disons que cela apaisait un peu la rage et l'animosité qui l'animaient. Elle supposait que cela devait être pareil pour Daegan.

« Ne t'excuses pas, tu ne pouvais pas le savoir. »

Oui, mais tout de même. Elle avait été indiscrète à le questionner sur son passé. Mais la curiosité avait été plus forte que tout et elle s'en mordait les doigts à l'idée de l'avoir blessé d'une quelconque manière en lui faisant ressasser ce souvenir douloureux. C'est la raison pour laquelle elle avait parlé de son passé. Non pas pour se faire plaindre, mais pour se mettre sur un pied d'égalité avec lui.

En entendant parler de sa soeur, elle ne put s'empêcher de se sentir désolée pour lui. Elle ne pouvait imaginer ce qu'il devait ressentir. Ils n'avaient pas de frères ou de soeurs, là-haut, sur l'Arche. Enfant unique. Et les personnes qui avaient le malheur d'avoir un deuxième enfant était envoyé à la dérive et ce dernier était fait prisonnier. Donc non, elle n'imaginait pas la douleur qu'il pouvait ressentir. Mais elle était consciente que cela devait être difficile. Il avait un deuil à faire, un peu comme elle d'une certaine manière. Après tout, elle ne reverrait jamais ses parents. C'était la fin de leur relation, en quelque sorte. Mais elle se demandait si un lien frère/soeur avait une perspective en commun avec une relation parentale. Une question lui brûlant les lèvres.

« Cela fait quoi d'avoir un frère ou une soeur ? Je veux dire... Les relations sont les mêmes qu'avec les parents ? Nous n'avons pas l'autorisation d'avoir un deuxième enfant sur l'Arche. Du coup, la famille s'arrête aux enfants et aux grand-parents. »
avoua-t-elle en faisant une légère grimace, plissant le nez.

Elle attendit sa réponse et poursuivit avec son propre récit. Il n'était pas très passionant. Mais elle se devait de lui raconter. En l'entendant murmurer "C'est horrible...", elle ne put se retenir d'esquisser un très léger sourire. Ce n'était rien, à côté de lui. Elle le trouvait courageux. A sa place, elle serait sortie de ses gongs en recevant une partie du corps d'un membre de sa famille. Elle aurait mis sa propre vie en péril en partant à l'attaque. Elle aurait tenté d'anéantir chacun d'entre eux.
L'envie de lui demander ce qu'il avait fait, suite à cela, la titillait, mais elle resta muette. Elle ne voulait pas l'embarasser plus qu'il ne l'était déjà. Elle savait que ce genre de chose était douloureuse et que l'on appréciait pas en parler, parce que c'était un peu comme dévoiler l'une de ses plus grandes faiblesses à quelqu'un. On ne sait pas ce qu'il va en faire après.

« Ne minimises pas ta douleur, ni ce que tu as vécu... C'est important. »


Ces mots la tirèrent de ses pensées. Elle croisa le regard de Daegan et lui sourit doucement. C'était joliement dit, mais elle ne pouvait se le permettre. Sinon, elle réagirait très mal à chaque épreuve qui se dresserait sur son chemin. Minimiser était une manière pour elle de ne pas se laisser atteindre. Mais elle n'avait pas envie de décevoir le grand brun en le contre-disant dans ses idées. Elle se contenta donc de dire deux mots qu'elle ne pensait pas réellement.

« J'essaierai. »

Après tout, chacun est comme il est. Et elle savait très bien qu'elle était incapable de ne pas minimiser sa douleur, au risque de laisser ses nerfs se relâcher totalement et brutalement. Non. Le combat était une bien meilleure alternative. Enchaînant les coups, un à un, elle fut animée par les encouragement du terrien. Frappant de plus en plus fort, de plus en plus sauvagement, elle se prêta corps et âme dans le combat. Mais quelques mots ne tardèrent pas à la perturber dans son enchaînement.

« Tu pourrais nous accompagner, quelques temps, mes amis et moi, sur les routes. Tu serais des nôtres le temps que tu voudras et peut-être que tu trouveras de quoi animer tes journées. »

Son regard se redressa vers le sien et elle l'observa plusieurs secondes. Interloquée par sa proposition, elle se demandait comment il pouvait être aussi bienveillant avec elle. Cela faisait bien longtemps que personne ne lui avait porté une aussi charmante attention. Elle avait l'habitude d'être envoyé balader ou de le faire en première.
L'idée de suivre des inconnus dans des terres mystérieuses l'intriguait. Elle aimait l'inconnu; elle aimait les sensations fortes; elle aimait l'aventure... Cette proposition l'enchantait, mais elle n'osa pas le montrer. En revanche, son corps sembla entièrement déstabilisé puisqu'elle eut une mauvaise prise sur son arme et que l'épée lui échappa des doigts. Finalement, Daegan parvint à la toucher, la faisant revenir à la réalité.

Elle baissa son regard vers son abdomen et souleva le bas de son tee-shirt gris pour observer la blessure. Juste une légère éraflure, rien de grave. A côté, on pouvait apercevoir quelques hématomes dû à une mauvaise rencontre et des cicatrices de sa vie sur l'Arche. Elle s'empressa de le baisser, ne voulant pas attirer la curiosité ou les questions, voire l'inquiétude sur des choses qui n'avaient pas lieu d'être.

« Ce n'est pas grand chose. »

Elle attrapa son épée et repassa à l'attaque, avec un léger sourire aux lèvres, comme pour appuyer ses propos. Elle commençait à être exténuée, mais ne préféra pas l'avouer. De toute manière, les limites n'étaient pas dans le corps, mais dans la tête. Enfin, pas toujours, mais Eliza préférait s'accrocher à cette idée là pour ne pas avoir à affronter la réalité. Elle savait qu'en stoppant la combat, ils risquaient de faire comme à chaque fois: se séparer et retourner vaquer à leurs occupations. Et Eliza n'en avait aucune qui l'attendait, mise à part penser, encore et encore, et ressasser le passé. Très peu pour elle.

« Pour ta proposition, ce serait un véritable plaisir. »

Elle se risqua à redresser son regard vers lui, guettant une réaction face à sa réponse. Elle supposait que s'il lui proposait de l'accompagner, c'était que sa compagnie n'était pas si déplaisante qu'elle l'imaginait. Autrement, il n'aurait rien dit du tout. Laissant sa poitrine se gonflait et se dégonflait à une vitesse vive et saccadée, elle tenta de mettre la fin de son énergie dans le combat, s'autorisant à s'offrir un verre une fois qu'il serait terminé. Après tout, les quelques auberges d'à côté étaient accueillantes et plaisantes. Et elle méritait bien une récompense après ce duel acharné.

« Que faites-vous durant vos expéditions ? » le questionna-t-elle, curieuse d'en savoir plus.

Elle tenta de se remémorer la dernière fois qu'une personne lui avait fait une telle offre alléchante. En y repensant, cela faisait bien trop longtemps. Peut-être que cela datait même d'avant son arrivée. Sûrement son meilleur ami qui a toujours su être là pour elle. Ou alors ses parents, mais elle ne savait pas si cela comptait réellement. Après tout, leur rôle n'était-il pas d'être présents et bienveillants avec leurs enfants ? Enfin, peut-être que sur Terre les règles et les enjeux étaient différents, mais sur l'Arche, ils étaient la seule famille qu'elle avait. Pas de frères, de soeurs, de tante, d'oncle ou même de cousins sur lesquels se reposer.

Intérieurement, elle était heureuse de cette proposition et s'imaginait déjà parcourir les territoires, un sac à dos sur ses épaules, l'envie d'explorer animant tout son corps. Cette imagination lui donnait envie d'y être et la rendait impatiente. Elle espérait maintenant qu'il ne s'agissait pas de paroles en l'air et qu'elle allait vraiment pouvoir partir avec eux. Mais même si elle ne connaissait pas Daegan, ou du moins toutes ses facettes, elle présentait qu'il était un homme de parole à qui elle pouvait faire confiance et elle avait vraiment besoin de pouvoir compter sur quelqu'un. Après tout, elle n'avait pas vraiment de personnes à qui elle tenait dans le coin. Harley et Varian voulaient sa peau. Ou du moins, elle ne savait pas trop. Ils étaient bien étranges ces deux-là. Mais ils étaient les deux seules personnes de "son peuple" qu'elle connaissait d'avant tout ça. Sauf qu'ils étaient là à cause d'elle et qu'ils étaient devenus esclaves, rajoutant un peu de culpabilité déjà suffisante chez la jeune femme.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Daegan


Messages : 204
Date d'inscription : 07/08/2017
Ft : Ben Barnes
Crédits : Avatar : .nyx
Signature : LaxBilly.
Code RP : 2981 12289 0.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan Lun 9 Juil - 21:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une fois de plus, je me sens bizarre… C’est bizarre de parler de Costia à quelqu’un qui n’est pas Gavriel, Aëlys ou mes parents. Même au sein de la troupe, c’est devenu douloureux de parler d’elle, surtout pour moi, en fait. Ils l’adoraient, c’est clair, mais elle était toute ma vie, et j’ai passé de très nombreuses années à ses côtés, des années qui semblaient être parties en fumée. Alors oui, c’est bizarre de parler d’elle, surtout avec Eliza alors que je connais presque rien d’elle. Est-ce que ça me fait du bien ? Je n’en sais rien, peut-être, oui, je serais incapable de le dire maintenant. Reposez-moi la question plus tard et peut-être que là, je saurais vous dire si je me sens mieux, si le trou béant de ma poitrine s’est refermé, ne serait-ce qu’un tout petit peu. Pour l’instant, je ne sais pas. Pour l’instant, je préfère me concentrer sur les mots d’Eliza – puissants, et sur notre combat libérateur. « Cela fait quoi d’avoir un frère ou une sœur ? Je veux dire… Les relations sont les mêmes qu’avec les parents ? Nous n’avons pas l’autorisation d’avoir un deuxième enfant sur l’Arche. Du coup, la famille s’arrête aux enfants et aux grands-parents. » avoue-t-elle, me poussant à froncer les sourcils. Décidément, ils sont assez spéciaux, là-haut, et ma grimace en dit sûrement long sur ce que je pense. « Je trouve ça dommage, leur loi. J’imagine mal une vie dans laquelle Costia n’aurait pas existé... » commençais-je lentement, en ne cessant de bouger, plus par automatisme que par réelle envie de me battre. Réfléchissant un court instant, je me décidais pourtant enfin à répondre à Eliza, malgré la douleur qui courrait dans mon ventre. « Je suppose que c’est différent pour tout le monde mais Costia et moi, nous étions des enfants miracle, bénis par les Dieux alors nous étions très proches de nos parents. Mais elle et moi, c’était complètement différent. Nous avons toujours été très fusionnel, je pouvais même deviner si ça n’allait pas et elle me comprenait parfois mieux que moi-même je ne me comprenais. Nous avions ce lien si particulier qui faisait qu’elle n’avait parfois même pas besoin de parler pour que je la comprenne, tu vois ? Elle était comme… Le miroir de mon âme. » finissais-je dans un murmure, sans pour autant quitter Eliza des yeux. Ça fait mal de le dire, et peut-être qu’elle le verra dans mes yeux si elle est assez observatrice mais au moins, j’ai essayé de lui faire comprendre ce que ça peut faire d’avoir une sœur, quelqu’un qui nous aime sans rien demander en retour, avec une infinie douceur. Parce que Costia, elle était la définition pure de la douceur, à mes yeux. Ferme, imposante dans le bon sens du terme, oui, mais douce. Fermant les yeux un court instant, je ne les rouvris que quelques secondes plus tard, après avoir prit une longue inspiration pour me ressaisir, pour ne pas laisser mes émotions me dépasser.

Finalement, et comme je pouvais le penser, nous nous ressemblions plutôt, Eliza et moi. Nous n’avions, certes, pas les mêmes blessures à notre actif, mais nous n’en restions pas moins tout deux brisés, cassés, las, pleins de colère et d’amertume – et de regrets pour ma part. Je regrette tant de ne pas avoir tué Nia de mes mains pour avoir assassiné ma sœur, je regrette tant de ne pas avoir mit ses terres à feu et à sang mais en un sens, je sais que ce n’est pas ce qu’aurait voulu Costia, et que mon geste aurait suffit à déclarer de nombreuses guerre que personne n’aurait pu arrêter alors je me réconforte ainsi, je me dis – j’espère qu’au moins, elle repose en paix. Parce que c’est tout ce qui m’importe. « J’essaierai. » lança-t-elle, quand je lui suggérais de ne pas minimiser sa douleur. Le mensonge, je le connaissais et Eliza était une bonne menteuse, je ne pouvais le nier et si je ne savais pas trop si elle me mentait, j’appréciais cependant l’effort qu’elle faisait. On ne peut pas changer une personne, après tout, et ce n’est pas moi qui allait essayer de changer la camelotienne, au contraire, je l’appréciais comme elle était. Alors, au lieu de répondre quoi que ce soit, je relançais le combat, me jetais à corps perdu dedans, maniant mon épée à en perdre haleine, pour la déstabiliser, la toucher, faire quelque chose, n’importe quoi. Puis, prit d’une soudaine… pulsion, je finis par soumettre qu’elle nous accompagne sur les routes. Sans savoir d’où me venait cette idée farfelue, je l’avais balancée, comme ça, avec toute la sincérité donc j’étais capable, sans réfléchir. Si je devais être honnête, j’avouerais alors que je n’avais aucune idée de la manière dont elle réagirait. Après tout, ce n’était pas rien comme décision et elle pouvait m’envoyer balader…

Je n’eus cependant pas le temps d’attendre une quelconque réponse puisqu’enfin, je parvins à la blesser. Je n’étais pas non plus un tyran, ni un lâche, raison pour laquelle je baissais mon arme, m’assurant qu’elle allait bien. Elle remonta d’ailleurs son tee-shirt le temps de quelques secondes durant lesquelles je pu remarquer ces quelques hématomes et cicatrices qui me firent froncer les sourcils. Qu’est-ce qui avait bien pu se passer pour qu’elle ait de telles marques ? Si je fus tenté de poser une question, elle baissa pourtant son tee-shirt bien trop vite pour que je fasse quoi que ce soit. « Ce n’est pas grand-chose. » argua-t-elle, me laissant à penser qu’elle ne parlait pas que de mon coup. Alors, je refermais la bouche et me contentais d’un léger sourire en sa direction, préférant ne pas poser de questions pour cette fois. Peut-être, si un jour nous en venions à nous rapprocher, pourrais-je le faire ? « Pour ta proposition, ce serait un véritable plaisir. » ajouta-t-elle quelques instants plus tard, m’obligeant à relever le visage vers elle et à lui sourire. Je pense que ça nous ferait du bien – moi y compris, d’avoir Eliza avec nous sur les routes, quelques temps. Sans que je ne m’en rende vraiment compte, mon visage s’éclaira ; oui, ça nous ferait du bien, c’était certain. « Tu m’en vois ravi. » me contentais-je de dire, accompagnant ces mots d’un autre sourire avant de hocher la tête. Continuant de tourner autour de la brune, je devais bien reconnaître que, de mon côté aussi je commençais à fatiguer. Il faut dire que nous mettions toute notre énergie dans ces combats, nous étions en colère, pleins d’amertumes, brisés alors évidemment… nous finissions par être fatigués et pourtant, aucun de nous ne voulait s’arrêter, peut-être parce que nous ne voulions pas abréger ce moment ? « Que faites-vous durant vos expéditions ? » ose-t-elle même demander, et à juste titre, d’ailleurs. Après tout, si elle doit nous suivre dans nos voyages, autant qu’elle sache à quoi s’attendre, non ? « La plupart du temps, nous prenons le temps d’installer notre campement dans un coin tranquille et pendant quelques jours, nous nous préparons pour nos représentations. De mon côté, j’aime me mêler aux gens des divers villages, leur apprendre des choses, répondre à leurs questions, les accompagner… Ça me fait voir du monde. » Quelque peu hésitant, je ne peux m’empêcher de craindre que ce programme ennuie Eliza et qu’elle ne renonce. « Tu auras l’occasion de me voir conter encore, et de voir de nouvelles choses. » continuais-je, comme si je voulais la convaincre encore plus de venir, comme si elle s’apprêtait à se rétracter… Ma démarche est sincère, vraiment, je tiens à ce qu’elle vienne. Nous ne nous connaissons que peu, mais peut-être serait-ce là l’occasion d’en apprendre un peu plus l’un sur l’autre, justement ? Sûrement, oui. Alors j’espère que de son côté, elle est aussi sincère que moi et que, si elle dit vouloir venir, elle viendra vraiment.

Las de me battre, je jetais mon épée plus loin, celle-ci émettant alors un petit bruit métallique, apportant avec elle un nuage de fumée. Jetant un regard a Eliza, je me demandais si elle allait en profiter pour m’attaquer vraiment où si elle allait se contenter de me suivre et de stopper ce combat qui nous avait autant épuisé l’un que l’autre. « Et puis, si tu viens, je pourrais également t’apprendre à te servir un peu mieux de ton épée. » taquinais-je soudain, cette pensée arrivant à mon esprit. C’est vrai, je me ferais un plaisir de lui apprendre à manier l’épée pendant mon temps libre, si jamais elle le souhaitait. Et encore une fois, j’imaginais que ça pourrait être agréable d’avoir d’autres compagnons de route que mes amis saltimbanques, aussi sympathiques soient-ils.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Eliza Johnson


Messages : 1175
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Lyndsy Fonseca
Crédits : Vanka (avatar), skairipa (gif)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan Lun 9 Juil - 22:49


Oso gonplei nou
ste odon nowe

Daegan & Eliza


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Eliza n'était pas une grande bavarde. Elle ne l'avait jamais été. Elle voyait constamment chez les gens qui l'entouraient des personnes lui voulant du mal ou qui allaient lui en faire un jour. Alors elle ne prenait jamais le risque de s'attacher ou de s'attarder sur eux. Elle a toujours été comme ça, mais à des intensités différentes. Sur l'Arche, elle était uniquement entourée de personnes de confiance. Ses vrais amis se comptaient réellement sur les doigts de la main, comme le voulait la fameuse expression. Mais même avec si peu de nombre, elle avait réussi à se faire poignarder dans le dos. Non. Sincèrement, elle ne croyait plus en l'amitié. L'attachement, peut-être. Mais pour elle, on finissait toujours par être déçu, un jour ou l'autre. Et cela faisait parfois très mal. Alors pourquoi s'y attardait plus longuement ?

Pourtant, elle voyait en Daegan, une personne sincère et honnête. Elle présentait sa bonté et cela la mettait en confiance pour s'exprimer, se délivrer du fléau de son passé, qu'elle traînait depuis des années à sa cheville, tel un boulet de prisonnier d'antan. Elle avait la sensation de se libérer de ses chaînes et, bordel, qu'est-ce que cela lui faisait du bien ! Elle n'avait pas l'habitude de jurer mentalement (à noter l'ironie), mais elle ressentait cela au fond de ses tripes. Oui, c'était ironique, parce que la plupart du temps elle jurait à voix basse ou même à haute voix, qu'importe la situation. Dès que quelque chose la dérangeait, elle laissait échapper un mot familier. Mais bon, qui parlait de manière soutenu à longueur de journée dans le coin ? Mise à part les haut-placés. De toute manière, c'était toujours les haut-placés qui ne faisait pas comme les autres. L'Arche lui avait bien appris, à ses dépends. Les privilégies et les non-privilégiés. Deux mondes différents et ça le resterait. Comme toujours.

Proclamant d'ailleurs qu'ils n'avaient pas le droit à un second enfant, sur l'Arche, tout là-haut, elle aperçut la grimace de Daegan et ne put contenir le rire qui lui brûlait le seuil des lèvres. Typiquement le genre de réaction qu'elle avait eu, en l'apprenant. Que d'injustices. Mais une culture n'était pas une culture pour rien. Elle l'était parce qu'elle différait des autres peuples. Peu importe où elle irait, chaque personne vivrait différemment. C'était à la fois beau et perturbant. Perturbant parce que les situations étaient parfois semblables, mais le peuple y mettait sa volonté. Sur l'Arche, le Chancelier n'était pas choisi. Ils n'avaient pas le choix. Tout comme le Conseil. Mais sur Terre, ils avaient leur Commandant, ils croyaient en elle, en ses capacités, en ses choix. C'était une sorte de religion, de croyances. Mais ils s'y tenaient tous. Et le Conseil était composé de chefs de chaque clan. Cela rendait équitable la situation. Sur l'Arche, ce n'était que des privilégiés. Aucun Waldien n'aurait, rien qu'un jour, le "plaisir" de se joindre à eux. Ils étaient une sorte de secte. Ils amélioraient leur propre plaisir et enfonçaient encore un peu plus les personnes dans le besoin.

Oui, Eliza songea à tout cela. Mais elle n'en dit rien à Daegan. Il serait bien trop long de pester et de cracher tout son venin, accumulé depuis des années, contre l'Arche. C'était un sacré temps et le temps était précieux. Elle n'allait pas le gâcher à déverser tout son flot de haine à ce terrien qui avait la malchance de croiser sa route. Non. Elle allait tout garder pour elle et se contenter de hausser les épaules, abordant un air sympathique et souriant.

Finalement, la discussion dériva sur sa définition d'une soeur, ou d'un frère, selon les points de vue: "Je suppose que c’est différent pour tout le monde mais Costia et moi, nous étions des enfants miracle, bénis par les Dieux alors nous étions très proches de nos parents. Mais elle et moi, c’était complètement différent. Nous avons toujours été très fusionnel, je pouvais même deviner si ça n’allait pas et elle me comprenait parfois mieux que moi-même je ne me comprenais. Nous avions ce lien si particulier qui faisait qu’elle n’avait parfois même pas besoin de parler pour que je la comprenne, tu vois ? Elle était comme… Le miroir de mon âme.".

C'était beau. Très beau. Cela vendait même du rêve et pouvait se lire dans les yeux d'Eliza qui pétillaient. Ce sentiment devait être formidable. Mais son coeur se brisa également quand elle réalisa qu'elle ne pourrait jamais le connaître, ni revoir sa famille. Elle était désormais seule. Et il y avait peu de chances qu'elle devienne mère un jour. Elle n'avait pas envie de se poser. Ou, tout du moins, elle n'avait jamais trouvé personne qui lui avait donné envie de le faire, jusqu'à ce jour. Et puis, elle était jeune. Alors oui, elle était seule et n'avait plus de famille sur laquelle compter. Mais elle ferait avec. Cela ne l'empêcha, néanmoins, pas de prononcer des mots, totalement ébahie.

"Ça à l'air fantastique."

Elle savait que les relations, même amicales, entre un Natif et un Camelotien n'étaient pas toujours vu d'un très bon oeil. A vrai dire, cela dépendait des régions, des clans. S'ils semblaient en paix avec Trishana, elle ne doutait pas quant à son sort si elle s'aventurait un peu trop longtemps et imprudemment à Azgeda. Le même que Varian et Harley... songea-t-elle, intérieurement.

Se reconnectant à la réalité et après une rapide inspection de sa blessure, elle poursuivit le combat, y mettant ses dernières forces. Elle écouta chacune des paroles de Daegan, chacune de ses explications concernant le voyage qui les attendait. « La plupart du temps, nous prenons le temps d’installer notre campement dans un coin tranquille et pendant quelques jours, nous nous préparons pour nos représentations. De mon côté, j’aime me mêler aux gens des divers villages, leur apprendre des choses, répondre à leurs questions, les accompagner… Ça me fait voir du monde. Tu auras l’occasion de me voir conter encore, et de voir de nouvelles choses. ». Elle hocha doucement la tête, se concentrant dans le combat et sur ses paroles en même temps. Cela demandait un assez grand effort, mais elle y arriva. Elle assimila chaque mot et ne put se retenir de sourire. Cette idée l'enchantait, même si elle aurait voulu cacher son engouement -comme elle le faisait toujours-. Elle s'imaginait déjà parcourir les routes, son sac sur le dos, à écouter les contes, découvrir de nouvelles terres, de nouvelles cultures... Mais deux points la tracassaient.

"Cela ne dérangera pas que je ne sois pas une.... Enfin, une personne de votre peuple." finit-elle par avouer.

Après tout, s'ils passaient dans des territoires où les Spacewalkers étaient mal-perçus, elle ne donnait pas cher de sa tête. Enfin... Le second point resta confidentiel. Elle ne pourrait l'avouer. Elle savait qu'elle n'arriverait pas à sociabiliser avec les gens. La bonté était une chose qu'elle n'avait pas connu depuis un moment déjà et elle doutait en ses capacités à la créer ou à la rendre. Une vraie louve solitaire qui devait se joindre à une meute.... Une métaphore plutôt crédible, vu la situation. Mais elle était prête à courir le risque. Au pire des cas, elle compterait sur son indépendance pour rebrousser chemin et laisser le groupe si cette aventure ne lui plaisait pas -bien qu'elle en doutait fortement pour le moment-.

Finalement, Daegan jeta son épée au loin... Dieu, merci ! Elle n'aurait pas eu la force de continuer une minute de plus. Sa poitrine se gonflait et se dégonflait à vive allure. Elle était exténuée et avait soif. Mais elle prêta toute son attention aux derniers mots de son partenaire de combat : « Et puis, si tu viens, je pourrais également t’apprendre à te servir un peu mieux de ton épée. ». Un rire s'échappa de ses lèvres. Elle effectua quelques mouvements de son épée, bien que (très) maladroits, et se mit à parler.

"Qu'est-ce qu'il y a ? Je manie vraiment bien cette épée. Ne trouves-tu pas ?"

Un sourcil se arqua, alors qu'elle retint son sourire, tentant de paraître la plus sérieuse du monde. Mais elle n'y arriva pas et finit par laisser un éclat de voix quitter ses lèvres, la surprenant par la même occasion. Finalement, elle souffla un bon coup, comme pour décompresser et jeta son épée à quelques pas d'elle, pour montrer son soulagement d'enfin finir ce duel. Ce qu'elle appréciait tout particulièrement, dans leur rencontre, c'est qu'ils ne cherchaient pas à désigner "le meilleur", le grand vainqueur. Non. Ils combattaient uniquement pour décompresser. Et c'était bon, tellement bon !

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Inclement Earth

MessageSujet: Re: Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan

Revenir en haut Aller en bas

Oso gonplei nou ste odon nowe - Daegan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Frontières de Trikru :: Trishanakru (Glowing Forest, la Forêt de Feu) :: Précédemment à Trishana ...-