AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonnes fêtes de fin d'année à tous [02/09/2482]     Other things may change us, but we start and end with the family  | Griffins 4050672137
Des personnages de la S5 sont jouables (Merci de ne pas prendre un perso de la série non répertorié dans les PV [02/09/2482]     Other things may change us, but we start and end with the family  | Griffins 179893249 )
Si IE est momentanément inaccessible : pas de panique ! Deux liens d'infos à connaître : Twitter ou Facebook [02/09/2482]     Other things may change us, but we start and end with the family  | Griffins 179893249
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes : Delinquents, Arkers et Moskiums ! Essayez de les privilégier [02/09/2482]     Other things may change us, but we start and end with the family  | Griffins 3207243747

Partagez|

[02/09/2482] Other things may change us, but we start and end with the family | Griffins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Clarke Griffin
❝ Admin ♕ The brave Princess ♕ ❞
Clarke Griffin



Messages :
2255
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
EJ Taylor-Morley ♥
Crédits :
Vava : VINTAGE LOVE. / Gifs (sign + profil) : Tumblr / Sign' icons groupes spécial IE : Lydie ♥️
[02/09/2482]     Other things may change us, but we start and end with the family  | Griffins Vide
MessageSujet: [02/09/2482] Other things may change us, but we start and end with the family | Griffins [02/09/2482]     Other things may change us, but we start and end with the family  | Griffins EmptyVen 2 Aoû - 21:29

Fourchette chrono:
 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Other things may change us, but we start and end with the family
Griffins


Des larmes silencieuses ne cessent de tracer leur route le long de mes joues, à mesure que notre groupe s'éloigne du bunker au rythme des chevaux. Certains pourraient penser qu'elles illustrent une sorte de soulagement d'être enfin sortie de là. Mais, pas vraiment. Si j'avais pu, si on m'en avait laissé le choix, j'y serai encore. Rien que pour ne pas ressentir ce poids en moi. Celui d'avoir laissé certains des nôtres dans l'antre du loup. J'ai beau me dire que les négociations qui se feront ces prochains jours arriveront à les faire sortir de là. Le plus rapidement possible, je l'espère. Il n'empêche que toute cette situation reste très tendue et qu'ils risquent énormément en prenant ce rôle de monnaie d'échange. Je m'inquiète, évidemment, pour Harper. Elle n'a pas pu partir avec ce groupe qui est pourtant le mien, sa maladie l'ayant rattrapée avant le départ. La faire prendre la route, dans une telle condition, aurait sans doute signé son arrêt de mort même sans avoir à marcher. Mon regard s'abaisse vers mon cher Arthur. Il est allongé près de moi, alors que je m'efforce de maintenir sa tête dans un confort assez relatif, alors que ses yeux sont clos. Tentant sans doute de trouver un certain repos. Sa santé ne s'est pas réellement améliorée, mais impensable pour moi de partir du bunker sans lui. Déjà que j'ai du laisser cet autre, qui a gagné en importance dans ma vie ces derniers temps.. Évidemment, son état lui permet un tel voyage. D'autant plus que je suis rassurée rien qu'à l'idée de pouvoir le confier à ma mère, une fois arrivés. Peut-être pourra-t-elle l'aider, elle.. Mes larmes se mêlent à cette pluie incessante qui rend la route visiblement glissante pour les chevaux tirant ces chariots lorsqu'ils ne sont pas montés par quelques Natifs, les fondant sans peine face à ces quelques regards pouvant se poser sur moi. Du moins, c'est ce que j'espère. Des regards que je fuis, préférant me murer dans un silence pendant tout le voyage et ne laissant quelques mots m'échapper que lorsqu'Arthur semble se réveiller ou pour Nate, lui aussi du voyage et installé à côté de moi. Souvent, l'une de mes mains vient se poser sur mon poignet droit, l'effleurant du bout des doigts. Ce même poignet qui ne porte plus ce fameux bracelet en cuir qui fut un jour le mien. Je l'ai rendu à qui il appartient, juste avant de partir du bunker alors même qu'on passait ces derniers -trop- brefs moments ensemble. Juste lui et moi le temps de quelques battements de seconde. Avec cette demande, presque à mi-mots, qu'il se doit de sortir de là pour revenir jusqu'à moi. Heureusement que ma peine de partir du bunker n'est pas qu'entière, mais aussi accompagnée, dans un sens, de l'impatience de certaines retrouvailles..

Après un trajet qui m'a paru presque interminable, on a enfin pu apercevoir cette carcasse venue tout droit de l'espace. Une vision assez étrange, d'ailleurs, rien qu'en imaginant tout ce beau monde fouler de leurs pieds cette terre que nous, on a déjà commencé à découvrir depuis bien des mois de cela. Cérès. Voilà comment toute cette vie autour se nomme désormais. Notre joyeux cortège s'est alors stoppé, face à certains de ces Archéens -ainsi que d'autres visages qui me sont inconnus-, qui, visiblement, nous attendaient. Me redressant, je les cherchais du regard. Les ? Macy, qui avait du faire le trajet jusqu'ici pour pouvoir être suivie durant sa fin de grossesse, mais aussi ma mère. Que je n'ai pas vu depuis tellement longtemps.. Je l'ai alors aperçu, se frayant un chemin dans cette petite foule de curieux ou de proches impatients de retrouver des leurs. Arthur dormant encore, je n'ai alors pas hésité à sortir de ce chariot pour me précipiter jusqu'à elle. Enfin. Enfin, je retrouvais ma mère. Enfin, je pouvais trouver du réconfort entre ses bras, comme j'ai toujours fait depuis que je suis gamine. La gorge bien trop nouée, il m'a fallu un peu de temps avant de pouvoir lui adresser quelques mots qui ne se résument qu'en un « Tu m'as manqué.. » alors même que mes bras la serrent contre moi, comme avec cette crainte de la voir disparaître à nouveau.

Pour ma toute première nuit passée à Cérès, j'ai tout simplement été incapable de trouver le sommeil. Ma tête est sur le point d'exploser tant je pense et repense à tout un tas de choses. A Macy, et à sa grossesse qui me stresse pas mal je dois l'avouer tant j'ai peur de la perdre. A Arthur aussi, dont la santé est plus qu'affaiblie. A ce qui nous est arrivé, au bunker, et ce qui nous attendait si on n'avait pas pu sortir de là à temps. A ceux qui y sont encore. A Bellamy et tout ce qui a bien pu changer entre nous ces derniers temps. A Zack aussi, avec qui il me faudra absolument parler, d'autant plus qu'il ne devrait plus tarder à arriver jusqu'ici. A ces négociations, toujours en cours qui me rendent toute tendue. J'ai cruellement conscience qu'un rien peut faire basculer ces pensées en cauchemar. Un accouchement compliqué pour Macy. Une santé qui ne se redore pas pour Arthur. Des négociations qui ne trouvent aucune issue pour ceux restés au bunker. Dont Harper. Et dont Bellamy. Une discussion avec un ton qui peut facilement et irrémédiablement monté avec Zack, lorsqu'il saura. Parce qu'il le faudra. Bref. Autant le dire de suite, j'ai bien raison de me préparer au « pire » pour chacune de ces pensées. Parce que le pire frappera, et non pas qu'une seule fois. Je n'arrête pas de chercher et de tenter de résoudre n'importe quel scénario que pourrait prendre chacune de ces idées qui me tracassent.

Voilà pourquoi, alors même que Cérès est encore endormie, je me retourne dans mon lit, sans doute pour la centième fois en l'espace d'une petite heure. Ça me fait juste.. bizarre d'être ici. De retrouver ma chambre. Alors même que la dernière fois que je me suis endormie ici, c'était également la dernière nuit durant laquelle mon père était encore en vie. Quand je suis rentrée dans nos appartements, hier, ça m'a rendu nostalgique de cette époque qui ne sera plus. Jamais. Ces murs étaient ceux entre lesquels nous vivions, à trois. Partout où je regarde, j'ai l'impression de voir mon père. Ou alors, j'ai cet espoir qu'il poussera cette porte d'entrée pour nous rejoindre. Mais, depuis hier, il n'en est rien. Merci, Wells. Et cet appartement me semble tellement grand, sans lui et malgré la présence de ma mère sur Terre et donc, pas loin d'ici. Heureusement qu'elle est là, d'ailleurs. Même si on n'a pas franchement eu l'occasion de parler depuis qu'on s'est retrouvées. En revenant du bunker, on a rapporté avec nous quelques blessés. Je ne sais même pas si elle a pu dormir, cette nuit. Surtout avec ces fameux malades qu'elle devait déjà gérer avant notre arrivée. Ils n'avaient pas besoin de moi, à l'infirmerie. Sans doute attendaient-ils que je me repose cette nuit. S'ils savaient à quel point je suis presque plus fatiguée qu'en arrivant. Finalement, je me décide à me traîner hors de ma chambre. Histoire de voir s'il n'y a pas quelque chose à grignoter. Habitude que j'avais, sur l'Arche. Je ne sais même pas s'il y a encore quelque chose à se mettre sous la dent, dans ce petit coin cuisine. Pas mal d'objets ont disparus de ces murs. Sans doute le prix à payer, pour ma mère, pour pouvoir dormir ici. Si la majorité des personnes vivant à Cérès n'ont aucun soucis à vivre en dehors de cette carcasse -bien au contraire, pour beaucoup, il semblerait-, j'ai bien conscience qu'une fois de plus, les Phoeniciens sont les mieux « lotis ». Après tout, le seul niveau de l'Arche ayant atterri ici, c'est bien celui qui compte, entre autre, des logements de notre secteur. Et là, maintenant que j'ai pleinement conscience de toutes ces différences qui régnaient entre les trois secteurs de l'Arche, pouvoir dormir dans mon lit me semble être un tout nouveau privilège. Une fois dans cette petite cuisine, un léger sourire se forme sur mes lèvres en voyant une pomme trôner sur la petite table. Une attention de ma mère, évidemment. La prenant en main, il ne fait aucun doute qu'elle provient des récoltes de l'Arche. En la prenant en main, je me rends compte que je n'ai rien mangé de cette « vie d'avant » depuis un moment. Croquant dedans, ce bruit familier de la porte qui s'ouvre me fait pivoter vers elle, instinctivement. Ma mère, qui fait irruption dans nos appartements, me semble vraiment exténuée. Haussant un sourcil tout en finissant ma bouchée, je ne tarde pas trop à lui lancer un « Merci. » en levant un peu cette pomme, croquée, devant moi. « J'espère que tu es venue pour dormir un peu. T'as l'air épuisée. S'il le faut, je vais te remplacer un peu. » Épuisée, c'est même peu dire. Ses traits sont tirés, fermés. Elle n'a pas du fermer l’œil de la nuit. Et là, je pense à Arthur. Il faut vraiment que j'aille le voir. Puis, proposer de la remplacer, ça me permettra juste de m'occuper un peu. Histoire de chasser ce nuage de pensées qui ne me quitte décidément pas.

© Mister Hyde

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] OMEGA
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Whatever our souls are made of, his and mine are the same

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Abigail Griffin
❝ Survivant ❞
Abigail Griffin



Messages :
317
Date d'inscription :
25/04/2018
Ft :
Paige Turco
Crédits :
mahrun. (avatar) exception (signature)
[02/09/2482]     Other things may change us, but we start and end with the family  | Griffins Vide
MessageSujet: Re: [02/09/2482] Other things may change us, but we start and end with the family | Griffins [02/09/2482]     Other things may change us, but we start and end with the family  | Griffins EmptyDim 1 Déc - 12:43

Other things may change us, but we start and end with the family
EXORDIUM.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Abigail était impulsive. Parfois un peu trop au goût des autres. Charles et Thelonious arrivaient à canaliser les moments où Abby montrait les dents. C’était parfois difficile, même pour eux, mais ils y arrivaient. Alors lorsqu’ils apprirent que les Montagnards se servaient de leurs enfants pour prélever de la moelle osseuse, Abby était prête à aller jusqu’au bunker pour leur régler leur compte. S’ils avaient posé un doigt sur Clarke… il avait fallu qu’on la force à sortir pour qu’elle se calme. Jackson avait eu pour ordre de rester près d’elle pour l’empêcher de prendre une décision trop hâtive. On avait fini par lui annoncer qu’un groupe de jeunes allait revenir à Cérès pendant que les autres restaient au bunker pour des négociations. Elle trouvait ça stupide. Ils laissaient vraiment des enfants là-bas pour des négociations ? N’ayant pas son mot à dire, Abby avait passé le reste du temps dans le pôle médical. Elle devait s’occuper l’esprit pour s’empêcher de penser à l’état dans lequel elle pouvait retrouver Clarke. Elle priait pour qu’aucun mal ne lui ait été fait. Macy l’occupa une bonne partie du temps. Le bébé qu’elle avait se portait bien, mais elle était obligée d’être alitée. Abby y avait tenu parce qu’elle était proche du terme et qu’elle ne voulait prendre aucun risque. Elle avait promis de prendre soin d’elle. Macy découvrait les joies de la grossesse. Elle prenait souvent la main d’Abby pour qu’elle sente le bébé donner des coups ce qui faisait sourire la doctoresse à chaque fois.

Lorsqu’on annonça l’arrivée du groupe venant tout droit du bunker, Abby avait redressé la tête pour croiser le regard de Jackson. Il hocha simplement la tête. “Vas-y.” Abby eut un simple sourire en guise de réponse. Elle laissa son patient au soin du docteur Jackson, passa rapidement ses mains sous l’eau et sortit du pôle médical. Elle marchait d’un pas rapide en direction de la sortie et courut presque jusqu’à l’attroupement qui commençait à se faire autour des nouveaux arrivants. Abby joua des coudes pour se frayer un chemin et son coeur manqua plusieurs battements lorsqu’elle aperçut les cheveux blonds de sa fille. Elle sentit l’émotion lui étreindre la gorge. Elle n’avait jamais douté un seul instant qu’elles allaient se retrouver dans cette vie ou dans une autre. Elle n’en doutait pas, mais c’était autre chose de le vivre. “Clarke…” Sa voix tremblait toujours sous l’émotion. Elle n’arrivait pas à détacher les yeux du visage de sa fille. Elle la suivit du regard lorsqu’elle sortit du chariot et qu’elle se jeta dans ses bras. Abby referma ses bras autour d’elle et enfouit sa tête dans ses cheveux. Elle la serra contre elle le plus possible. Elle sentit ses jambes flancher un peu lorsque la voix de sa fille résonna à ses oreilles. C’était mieux que par radio. Clarke était enfin là, contre elle et en vie. “Tu m’as tellement manqué aussi, Clarke.” Elle ne la quittait pas et n’avait pas envie de desserrer sa prise. Elle s’écarta juste un peu pour pouvoir la regarder. Elle posa ses mains sur son visage et scruta ses yeux si bleus. Les yeux de Jake. Elle sentit sa lèvre trembler et des larmes brouiller sa vue. “Tu es avec nous, c’est fini, Clarke. Tu es avec nous.” Elle ne savait pas si elle disait ça pour elle-même ou pour sa fille. “Viens.” Abby la vit un peu réticente et suivit son regard qui alla jusqu’au chariot. “On va s’occuper de tes amis. Ils sont en sécurité eux aussi.” Elle pressa gentiment sa main et la guida jusqu’à leurs appartements. C’était une partie du vaisseau qui était toujours intacte. Rien n’avait bougé. Elle laissa sa fille reprendre ses marques. Elles avaient tout le temps du monde pour parler, Abby voulait que Clarke se repose en priorité.

À contrecoeur, Abigail avait dû l’abandonner. Elle aurait bien passé la nuit à la veiller comme elle le faisait quand elle était petite, mais elle avait du travail qui l’attendait à l’infirmerie de Cérès. Elle ne pouvait pas laisser Jackson seul. Surtout vu tous les nouveaux patients qui venaient d’arriver. Elle avait laissé une pomme à Clarke pour lorsqu’elle se réveillerait et était partie pour une nuit sans sommeil. Une de plus. Jackson l’accueillit avec un doux sourire qu’elle lui rendit. “Comment va Clarke ?” Abby pressa le bras de son ancien apprenti. “Elle se repose. Enfin, j’espère. Dis-moi ce qu’on a.” Fit-elle en désignant les rescapés du bunker d’un geste du menton. Jackson lui exposa la situation et Abby se mit immédiatement au travail. Occuper ses pensées lui permettaient de ne pas se focaliser sur sa fille et l’envie pressante de rentrer chez elles pour s’occuper d’elle. Elle alla de lit en lit et de patient en patient. La maladie qui touchait les siens continuait de se propager et ça mettait sa détermination à rude épreuve. Elle avait étudié et répertorié tous les symptômes, mais aucune solution ne semblait vouloir apparaître et ça la frustrait.

Abigail passa une partie de sa nuit à faire de nouvelles recherches et exposait ses théories avec Jackson et un autre médecin de Cérès. C’était avec frustration et une certaine colère qu’elle avait regagné ses appartements lorsqu’on l’obligea à aller se reposer. Elle n’avait pas dormi depuis vingt-quatre heures, c’était dangereux pour ses patients et pour elle. Abby avait abdiqué surtout quand on l’avait menacé d’appeler les gardes pour la sortir de force de l’endroit. Elle avait regagné ses quartiers. Elle accrocha sa veste bleue et défit sa tresse avant de sursauter en entendant la voix de Clarke. Elle passa une main dans ses cheveux et se tourna pour faire face à sa fille. “Ça va.” Répondit-elle à Clarke. “J’ai le temps de dormir. Viens là.” Elle ouvrit ses bras en grand et l’accueillit. Une fois de plus, elle enfouit son visage dans le cou de sa fille et la serra dans ses bras. Elle déposa un baiser sur son front en s’écartant d’elle et caressa doucement sa joue de son pouce. “Tu as réussi à dormir ?” Vu les cernes sous ses yeux et l’inquiétude dans son regard, Abby se doutait que non. Elles n’étaient pas mère et fille pour rien. “Tout le monde se repose à l’infirmerie, tu pourras y passer plus tard.” Elle remit une mèche de cheveux blonds derrière son oreille. “Mais tu as besoin de dormir un peu toi aussi.” Fit Abby d’un air soucieux. Clarke n’avait plus à tout prendre sur ses épaules. Ils étaient tous là désormais, elle pouvait se reposer. Elle devait se reposer.
Revenir en haut Aller en bas
Clarke Griffin
❝ Admin ♕ The brave Princess ♕ ❞
Clarke Griffin



Messages :
2255
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
EJ Taylor-Morley ♥
Crédits :
Vava : VINTAGE LOVE. / Gifs (sign + profil) : Tumblr / Sign' icons groupes spécial IE : Lydie ♥️
[02/09/2482]     Other things may change us, but we start and end with the family  | Griffins Vide
MessageSujet: Re: [02/09/2482] Other things may change us, but we start and end with the family | Griffins [02/09/2482]     Other things may change us, but we start and end with the family  | Griffins EmptyVen 27 Déc - 23:46

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Other things may change us, but we start and end with the family
Griffins


Depuis mon arrivée à Cérès, je n’ai aucune nouvelle de ceux restés au bunker. Alors, certes, cela ne fait pas si longtemps que ça que je suis de retour à la surface. J’aurai du m’en douter que cela mettrait un peu de temps, en partant de là, et que ma patience sera mise à rude épreuve avant de pouvoir entendre certaines voix. Parce que oui, la communication par radio ne sera à mon sens que la seule façon recevable d’avoir des nouvelles des autres. Sans les entendre, n’importe quoi peut leur arriver sans qu’on le sache. La vérité serait si facilement déguisable pour laisser penser qu’ils se portent aussi bien que peuvent l’être des prisonniers. On pourrait nous dire qu’ils vont bien, alors même que la vie les ont quitté. Et ça, ça ne peut pas passer par radio. Non seulement parce que je reconnaîtrais bien trop facilement les voix de Bellamy, d’Harper ou des autres et je serai sans doute même capable d’y déceler des choses qu’ils ne peuvent pas dire à voix haute, mais en plus, ayant vécu un moment au bunker, je serai aussi capable, je pense, de reconnaître certaines voix ou certaines façons de parler propres à certains résidents. Donc, impossible pour eux de se faire passer par le Blake ou n’importe qui d’autre sans éveiller de soupçon. Je suis donc beaucoup trop impatiente de pouvoir compter sur une telle conversation radio pour me rassurer un peu. Juste un peu, car je ne pourrai l’être entièrement que lorsque les nôtres seront enfin hors de danger et avec nous. Il me tarde que ce jour arrive tant j’ai conscience que la situation est plus que fébrile. Que n’importe quoi peut mettre le feu aux poudres et que l’issue qu’on désire, en toute paix, ne nous échappe des mains en un temps record. Chose inconcevable. Je n’arrête pas d’y penser. Même lorsque j’essaie de fermer les yeux pour cette première nuit à Cérès, et même plus précisément dans ma chambre telle qu’elle l’était, à quelques détails près, avant mon arrestation. Ici, c’est étrange. J’ai l’impression d’être chez moi, car ces murs me sont familiers et remplis de souvenirs. Mais, c’est aussi douloureux, le fantôme de mon père n’est jamais bien loin. J’espère toujours qu’il va finir par venir me réveiller et me sortir de ce cauchemar sans fin. Qu’il me prenne dans ses bras. Mais, la seule chose qui me reste de lui, c’est cette montre qui ne quitte jamais mon poignet. J’y tiens comme à un trésor d’une valeur inestimable. Et alors que ma main se pose dessus comme pour y puiser de nouvelles forces n’arrivant pas à fermer les yeux, je me rends compte qu’il ne reviendra jamais. Il me manque tellement. Comme Bellamy. Son absence est peut-être une des raisons pour lesquelles je suis incapable de dormir. Et tant d’autres choses occupent mes pensées. Du coup, je ne traîne pas plus dans mon lit. Inutile de me tourner et me retourner sans réussir à trouver le sommeil. Comme j’en avais l’habitude dans l’espace, mes pas me mènent presque automatiquement vers la petite cuisine et jusqu’à cette pomme qui semble m’appeler. Un fruit passe toujours. Et de toute façon, ma mère ne me loupera pas si elle rentre en voyant cette pomme intacte, restée à l’endroit où elle l’avait posée. D’ailleurs, voilà qu’elle ne tarde pas à rentrer. J’ai eu mal encore à croire que ça y est, elle est sur Terre, elle aussi. « Ça va. » Une réponse qui me fait presque tiquer tant les traits de ma mère sont tirés et montrent à quel point elle aussi ne doit pas énormément dormir. « J’ai le temps de dormir. Viens là. » Sans me faire davantage priée, je pose ma pomme sur la table près de moi pour me rapprocher de ma mère, me blottissant entre ses bras. Restant là, silencieusement, je prends le temps de fermer les yeux. Être ainsi dans les bras de ma mère me fait du bien, tellement c’est un geste normal, qui s’est toujours fait entre nous malgré le temps passant. « Tu as réussi à dormir ? » qu’elle finit par me demander, une fois cette étreinte ayant pris fin et suite à ce tendre baiser plein d’amour maternel sur le haut de ma tête. Mes épaules se haussent doucement, alors que mes lèvres s’étirent en un sourire quelque peu crispé. « Un peu, oui. » Autant ne pas lui cacher que cette nuit n’a pas franchement été très reposante. De toute façon, elle me connaît tellement bien. « Autant que toi, visiblement. » Un ajout que j’essaie d’accompagner d’une mine un peu plus légère que jusqu’à maintenant. Après, j’avoue que la voir ne pas prendre plus de cinq minutes pour elle, ça m’inquiète. Et ça, même si je suis comme elle et donc capable de comprendre pourquoi elle agit ainsi. Il n’empêche que n’aime pas la voir aussi éreintée qu’elle ne l’est. Et parole de Clarke Griffin, elle ne sortira pas de ces appartements sans avoir repris quelques couleurs reposée. « Tout le monde se repose à l’infirmerie, tu pourras y passer plus tard. » Voilà des nouvelles assez rassurantes, si bien qu’un soupir m’échappe. J’ai hâte de retrouver Arthur, Macy et les autres. Voir comment ils vont, passer un peu de temps avec eux. « Mais tu as besoin de dormir un peu toi aussi. » Me tournant vers la table, pour reprendre cette pomme en main, j’ai bien conscience que je ne pourrai pas dormir pleinement et de façon reposante avant un moment. « Ne t’inquiète pas pour moi. » Oui, c’est vite dit. Une mère ne peut que s’inquiéter pour son enfant, même si j’ai grandis depuis mon enfance. Il n’empêche que je sais très bien qu’elle ne cessera jamais de veiller sur moi. Même d’ici plusieurs années encore. Non, elle n’arrêtera jamais. « Penses un peu à toi, maman. Tu dois te reposer. Laisse-moi vous aider. » Ce n’est même pas une vraie demande. Mais, je la préviens juste qu’elle devra compter sur moi pour agir avec les autres médecins de l’Arche. J’ai beau ne pas avoir eu le temps de finir mes études, il n’empêche que je suis capable de prendre des soins en charge et de nouvelles responsabilités. Le temps n’est de toute façon plus aux cours pour le moment. « Et comment vas Macy ? » que j’ajoute avant de croquer dans ma pomme. La santé de ma meilleure amie me préoccupe aussi énormément, mais savoir que ma mère et les autres médecins sont arrivés sur Terre me rassure. Jamais je n’ai du prendre en charge un accouchement. Je ne sais pas si je suis capable de gérer un tel moment. C’était ma crainte en comprenant qu’elle était en plein déni de grossesse, que je sois seule à devoir gérer. « Et est-ce qu’on a eu des nouvelles du bunker ? » La réponse de ma mère à cette question m’intéresse aussi énormément. J’espère vraiment que les choses se passent au mieux. Mon regard doit trahir mon inquiétude au sujet des nôtres restés sous la montagne, mais je n’y peux rien.

© Mister Hyde

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] OMEGA
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Whatever our souls are made of, his and mine are the same

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Abigail Griffin
❝ Survivant ❞
Abigail Griffin



Messages :
317
Date d'inscription :
25/04/2018
Ft :
Paige Turco
Crédits :
mahrun. (avatar) exception (signature)
[02/09/2482]     Other things may change us, but we start and end with the family  | Griffins Vide
MessageSujet: Re: [02/09/2482] Other things may change us, but we start and end with the family | Griffins [02/09/2482]     Other things may change us, but we start and end with the family  | Griffins EmptyVen 3 Jan - 20:41

Other things may change us, but we start and end with the family
EXORDIUM.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Abigail scruta sa fille lorsqu’elle lui répondit qu’elle avait dormi un peu. Un peu c’était un bon début, mais elle ne comptait pas la lâcher dans la nature tant qu’elle n’aurait pas fait une véritable nuit. « Autant que toi, visiblement. » Cette remarque fit sourire la doctoresse. L’expression sur le visage de sa fille lui rappela immédiatement Jake. Elle avait beaucoup de son père. Abby laissa retomber ses bras le long de son corps. Elle observa sa fille récupérer la pomme et relâcha un peu ses épaules. Elle allait manger et reprendre un peu des forces ce qui la rassura. « Ne t’inquiète pas pour moi. » Abby pencha la tête sur le côté et haussa un sourcil. C’était peine perdue. Abigail ne cesserait jamais de s’inquiéter pour sa fille et elle ferait toujours tout pour la protéger. « Penses un peu à toi, maman. Tu dois te reposer. Laisse-moi vous aider. » La mâchoire d’Abby se contracta. Elle ne pouvait pas penser à elle. Pas tant qu’il y avait autant de malades. Depuis qu’elle n’avait plus son siège au Conseil, Abby se donnait corps et âme à la médecine. C’était parfois alarmant comme elle pouvait oublier tout le reste. “Tu dois aussi te reposer, Clarke. Je sais que tu souhaites nous aider. Je le sais, ma chérie, mais tu as besoin aussi de lever le pied.” Elle préféra ignorer ses pensées qui lui soufflaient qu’elle ne devrait pas dire ça en sachant qu’elle ne le faisait pas elle-même. Fais ce que je dis, pas ce que je fais était probablement la meilleure expression qui puisse définir Abigail Griffin. « Et comment vas Macy ? Et est-ce qu’on a eu des nouvelles du bunker ? » Abby poussa un soupir avant de lui répondre. “Macy va bien. Elle est couchée pour l’instant parce qu’elle arrive bientôt à terme et que pour leur sécurité à tous les deux, il vaut mieux qu’elle soit dans un lit que debout à travailler.” La dernière fois qu’elle était allée la voir, Macy dormait à poing fermé, elle n’avait pas pu lui dire que Clarke était là. Ce serait une surprise pour elle à son réveil. “J’aurai voulu lui dire que tu étais là, mais pour l’instant elle dort. Je crois qu’elle s’ennuie beaucoup, tu pourras aller lui tenir compagnie.” Abby lui sourit. “Le bébé se porte bien en tout cas.” L’enfant serait le premier bébé terrien venant de l’Arche à sa connaissance et c’était quelque chose qu’elle trouverait presque poétique si elle le pouvait. “Et pour le bunker, nous sommes toujours en négociations. Je n’ai pas plus d’informations pour l’instant.” Abby fronça les sourcils. Elle n’avait pas eu le temps d’aller voir comment ça se passait à ce niveau-là. Sinclair et Charles étaient toujours là-bas depuis bientôt une semaine. “Je te ferai savoir si j’ai du nouveau.” Elle voyait bien que sa fille était inquiète. Son regard le lui disait clairement. “On va sortir les nôtres de cet endroit, Clarke.” Abby avait bon espoir qu’ils réussissent, le plan prévu n’était pas mauvais et pour l’instant tout se passait comme prévu.

Abigail vint presser doucement son épaule avant de glisser sa main sur sa joue une nouvelle fois. Le contact physique avec sa fille lui avait beaucoup trop manqué pour qu’elle n’en profite pas. “Maintenant, dis-moi, qu’est-ce que j’ai manqué ?” Elle regarda sa fille dans les yeux. En cinq mois, il s’était passé beaucoup de choses, Abby avait l’impression d’avoir vécu une autre vie. Elle n’avait pas pris le temps de se poser pour réfléchir à ce qu’elle était devenue. Elle n’était pas toujours fière des actions qu’elle avait réalisées. Il y avait mieux que perdre son mari et sa fille en une même journée. Il y avait mieux qu’être condamnée à mort pour avoir été trop têtue. Il y avait mieux que de voir les siens tomber malades petit à petit et ne rien pouvoir faire. Clarke était la seule chose dont elle pouvait être fière. Sa fille était forte. Le parfait mélange entre Jake et elle. C’était étrange, d’ailleurs, de revoir Clarke dans cet appartement sans son père. Abby s’attendrait presque à le voir franchir la porte et de les gratifier d’un bonsoir les filles Griffin comme il avait l’habitude de le faire avant d’embrasser Abby et d’aller ébouriffer les cheveux de Clarke. Un terrible pincement au coeur vint faire flancher son sourire. Oh comme Jake pouvait lui manquer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
❝ ❞



[02/09/2482]     Other things may change us, but we start and end with the family  | Griffins Vide
MessageSujet: Re: [02/09/2482] Other things may change us, but we start and end with the family | Griffins [02/09/2482]     Other things may change us, but we start and end with the family  | Griffins Empty

Revenir en haut Aller en bas

[02/09/2482] Other things may change us, but we start and end with the family | Griffins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru :: Cérès (l'Arche sur Terre)-