AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Des personnages de la S5 sont jouables (Merci de ne pas prendre un perso de la série non répertorié dans les PV dream glow (harley) - Page 2 179893249 )
Si IE est momentanément inaccessible : pas de panique ! Deux liens d'infos à connaître : Twitter ou Facebook dream glow (harley) - Page 2 179893249
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation (chez les Delinquents, Arkers et Moskiums) dream glow (harley) - Page 2 3207243747
Le deal à ne pas rater :
Amazon Music HD offert pendant 3 mois
Voir le deal

Partagez|

dream glow (harley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Harley Weise
❝ La Princesse ❞
Harley Weise



Messages :
458
Date d'inscription :
30/06/2017
Ft :
César Domboy.
Crédits :
OLYMPIA. (avatar)
dream glow (harley) - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: dream glow (harley) dream glow (harley) - Page 2 EmptyDim 28 Fév - 23:00



─═☆☆═─
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
dream glow
─═☆☆═─

I spend my whole life following the night time
Can't see the stop sign what you gonna say
Wandering quietly right into my dreams
It’s all that I see what you gonna say



25 AOÛT 2482, Harley.
Harley inspira profondément en fixant la neige fondue qui parsemait l'étendue de rien devant lui. Il n'était tranquille dans sa tête que lorsqu'il était seul au milieu des arbres. Ce n'était pas pour rien qu'il ne travaillait pas dans la maison avec Luna. Outre son incapacité physique à exécuter des tâches minutieuses comme la cuisine, rien ne le laissait jamais tranquille dedans. Dehors, il était seul dans le froid et il gardait les idées claires. À peu près. Au moins lorsque Varian-V. n'était pas dans les parages. Mais dans tous les cas, la forêt restait son territoire. C'était passablement impressionnant pour un humain ayant grandi dans les étoiles, dans un géant d'acier et de plastique, d'être aussi à l'aise sur Terre. Harley connaissait chaque arbre, chaque rocher autour du village. Il partait parfois très loin pour des missions de chasse lorsque la viande venait à manquer au cœur de l'hiver. Il savait poser des pièges en se concentrant très fort, et suivre des pistes comme personne. Dommage que je sache pas aussi bien te parler, Varian-V. Il réprima une grimace de regret. Hier soir, il trouvait que la conversation avait été plus intéressante. L'esclave ne savait pas encore trop quoi penser de ce qu'ils s'étaient dit, cachés dans la pénombre de la remise, mais c'était un début. J'aimais bien les débuts, Varian-V. Plus que les fins. Plus que notre fin. Un souvenir embrouillé lui traversa la mémoire. Avant qu'on se revoit par hasard et que je te frappe… Avant la Terre, Nei, Aya et tous ces moments sans toi… C'était quand ils étaient venus te chercher et te mettre en prison, notre dernière fois. Ce jour-là avaient toujours eu un goût amer, un goût de tristesse et d'inachevé. De trahison. Tu étais parti sans moi, sans rien leur dire pour te sauver. Tu aurais pu donner mon nom, parce que c'était de ma faute, mais non. Jamais. C'était un peu vague, cette période. Il se rappelait avoir explosé de rage, avoir frappé, frappé, frappé jusqu'à mutiler et jusqu'à ce qu'on le frappe lui, et puis… Le noir. Des conversations sans le moindre sens. La déprime, la douleur, et l'envie que ça se finisse une bonne fois pour toute. Il repensa vaguement à Rachel, Mike et les autres, ceux qui l'avaient traîné comme un boulet en arrivant sur Terre. Ça aussi, c'était flou.

L'exclamation de Varian-V. le fit sursauter et il se recroquevilla sur lui-même l'espace d'un instant avant de se détendre. Il se força à relâcher ses épaules dures comme du bois et à hocher la tête, la boule au ventre. C'était vrai, c'était par ce chemin-là qu'ils étaient rentrés de cet après-midi improbable dont il gardait un souvenir étrange. Encore une journée que Harley ne savait comment classer… Doux amer, peut-être. Une belle définition pour un souvenir comme celui-là. Pour Varian et lui tout court d'ailleurs. Ils avaient joué dans la neige et c'était amusant… Puis le ciel leur était tombé sur la tête. Spontanément, il se calqua sur les pas de l'autre esclave et progressa en silence. Les bruits dans les bois enneigés disparaissaient complètement, et Harley aimait devenir une ombre parmi les ombres, invisible, silencieux et protégé. Être l'ombre de Varian-V., ça lui plaisait bien comme idée. Toi, Varian-V., tu n'avais pas envie d'être une ombre apparemment. Harley le dévisagea avec curiosité en réfléchissant. Il s'était posé à peu près la même question, mais… C'était trop difficile de réfléchir quand tu t'adressais directement à moi, Varian. Tu savais que personne n'avait eu ce petit accent dans mon prénom sur Terre ? Enfin, j'imagine que c'était normal, les gens ici ne parlaient pas comme nous là-haut… Mais même en usant de la langue d'en bas, tu gardais cette petite chose dans mon prénom. Ça aurait pu lui faire chaud à cœur. Ça aurait DÛ lui faire chaud au cœur. Ça faisait juste peur. Et c'était triste que ça fasse peur, non ? Sa réponse mit une éternité à venir et parut sortir de nulle part. « Euh… Euh, j-j… Je sais p-p… P-pas... » La honte lui brûla la poitrine. Ce n'était mille fois pas à la hauteur de ce qu'il pensait et de ce qu'il aurait voulu dire. Ses joues s'enflammèrent de gêne et il glissa sur une racine. Les larmes aux yeux, frustré et fâché, il battit des cils et se pinça les joues avec violence. Au prix d'un effort colossal, il glissa un bref regard à son ancien voisin avant de se tapoter le front. « … M-mots… Prisonniers. » Il n'y avait pas que les mots. Lui aussi était prisonnier de cette tête stupide et rebelle. Il y avait encore mille choses que Harley aurait aimé dire à Varian-V. Mille choses sur eux, sur Kimi, sur Cara, sur la Terre… Il aurait aimé parlé de plein de trucs, comme autrefois, quand il babillait sans cesse sur tous les sujets qui le passionnaient. Il aurait parlé de ce pays qu'il aimait, de la chasse, des sentiers dans les bois, des petites poulettes, de la neige et de toutes ces choses qui existaient sur Terre mais pas dans les étoiles. Il lui aurait raconté toutes ces aventures avec les gens du voyage, les récits qu'il avait entendu le soir au coin du feu… Il aurait même parlé de ces plages qu'il avait entrevu au loin et qui passionneraient Varian. Au lieu de ça, il jouait les idiots séniles aux côtés de la personne la plus importante au monde, personne qui le prenait soit pour un abruti, soit se refusait à poser des questions. Ça, il n'avait jamais oublié. Rivaliser de talent pour savoir ce qui se tramait dans la tête de son voisin, se consumer d'amour pour le plus grand abruti de la maison dans les étoiles.

Ils passèrent devant l'endroit où ils avaient joué dans la neige, et l'angoisse de Harley monta d'un cran. Il rêvait de savoir Kimi et Cara en bonne santé, loin des millions d'ennuis qu'on pouvait avoir sur Terre. Il voulait les savoir bien, en forme, libres et heureuses… Et il voulait aussi tout savoir d'elles. La dernière fois, il avait fui comme le lâche qu'il avait toujours été, et il ne serait probablement pas plus brillant aujourd'hui, mais il n'y aurait plus l'effet de surprise. Et peut-être que Varian-V. parlerait pour deux, même s'il en doutait. Sa douche d'hier et leur conversation dans le noir l'avait au moins rassuré sur un truc : lorsque toutes les étoiles et toutes les planètes du ciel étaient alignées, ils étaient capables d'échanger des mots pendant une bonne heure de façon presque normale. Peut-être que le miracle se poursuivraient ? Harley s'immobilisa brusquement.


─══─


SUR L'ARCHE, quelques mois plus tard, Harley, quinze ans.
Mal à l'aise ? Dans un état de confusion extrême, Harley se tordit les mains à s'en faire mal. S'il avait gardé un ton dangereusement calme jusque là, il sentait l'angoisse lui tordre les tripes. Il ne comprenait rien à ce que racontait ce connard de Standall. Rien, rien, rien. Qu'est-ce qu'il en avait à foutre, de le mettre « mal à l'aise » (si tant est que ce mot suffise à définir son état) ? Il n'en avait rien à foutre, non ? En tout cas, il s'en foutait lorsqu'il l'avait embrassé en guise de truc dégueulasse, et rien à foutre non plus à chaque horreur balancée. Et s'il ne voulait pas le mettre si mal à l'aise, pourquoi ne pouvait-il pas juste oublié ça ? L'espace d'une seconde, Harley envisagea de le supplier. Le supplier de rayer ça de sa mémoire, rayer ça de leurs scènes communes. Ce n'était pas facille d'imaginer un Harley plongé dans l'angoisse, les genoux tremblants, tant il faisait du bruit et des scènes au quotidien. Harley, c'était le type qui prenait de la place, qui beuglait dans les couloirs, et qui tapait si fort qu'on en oubliait tout le reste. On en oubliait ses regards toujours un peu triste, ses yeux bleus qui ne souriaient pas, ses muscles tendus par le stress et la colère. On voyait juste un casse-pied de première qu'on aurait aimé voir disparaître. Il porta une main à ses lèvres pour retenir les pleurs qu'il sentait monter. Derrière la honte et le stress, il réalisait aussi l'espèce de râteau monumental qu'il se prenait dans le plus grand calme. C'est vrai, ça avait toujours été voué à l'échec. Même lui savait que c'était irréalisable, et c'était d'ailleurs sans doute pour ça qu'il avait tout fait ces derniers mois pour tout saboter. Malgré ça… Malgré ça, il était amoureux. Il avait beau haïr Varian Standall de tout son être, tout son être ne vivait que pour lui et par lui. Depuis toujours.

« A-arrête… Arrête ça... » Une larme lui échappa et il l'essuya d'un geste plein de rage. « Juste… Juste dis-moi de me casser, dis-moi que tu me hais, que je suis sale ou… » Ou n'importe quoi, putain. Il n'en voulait pas, de ses excuses à deux balles. Il voulait des mots qui blessent, de la colère, de la rage. Il voulait avoir mal, avoir encore plus mal, pour réussir à leur haïr plus qu'il ne l'aimait. Il voulait avoir une bonne raison de partir en claquant la porte. Il voulait… Il ne savait pas. Peut-être que Harley voulait être traîné dans la boue, humilié, que Varian le blesse encore et encore, assez pour trouver le courage de faire un truc stupide et que ça finisse. Juste… Pas d'excuses. C'était pire que tout, les excuses. Une espèce d'entre-deux, de « non je ne veux pas de toi » et de « regarde, je suis encore une fois un type super et tolérant, je m'excuse mais rentre chez toi maintenant ». Cette fois-ci, il sortit pour de bon. Ce n'était pas une de ses sorties faites avec panache, claquement de porte et grands hurlements. C'était juste une sortie triste et fatiguée. Il ouvrit la porte et partit.
Revenir en haut Aller en bas

dream glow (harley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Frontières de Trikru :: Azgedakru :: Précédemment à Azgeda ...-