AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Des personnages de la S5 sont jouables (Merci de ne pas prendre un perso de la série non répertorié dans les PV Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] 179893249 )
Si IE est momentanément inaccessible : pas de panique ! Deux liens d'infos à connaître : Twitter ou Facebook Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] 179893249
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation (chez les Delinquents, Arkers et Moskiums) Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] 3207243747

Partagez|

Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Nathan Miller
❝ Admin ℑ Voleur au grand coeur ℑ ❞
Nathan Miller



Messages :
844
Date d'inscription :
06/07/2017
Ft :
Jarod Joseph
Crédits :
Avatar de Pikpik, sign de Beylin + citation sign' d'Anna Gavalda + badge de Varian.
Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] Vide
MessageSujet: Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] EmptyMar 17 Déc - 23:18

Chrono :
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire !

J'aime écouter non pas les mots. J'aime écouter les regards, les gestes. J'aime écouter l'âme des gens.  ♫ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Voici plus d’un mois que je suis dans le bunker. C’est au début du mois que certains d’entre nous ont pris la fuite, afin d’aller prévenir les autres délinquants, ainsi que les Archéens, que le Mont Weather n’était pas aussi amical qu’on le pensait tous. Depuis, ça n’a pas été facile, pour ceux qui sont restés. Ca a commencé à ne pas l’être bien avant cela, pour ceux qui ont appris à quel point ce refuge n’en était pas réellement un, mais qui ont tout de même choisi de rester. On peut dire que c’est une décision débile, de refuser une chance de retrouver sa liberté, mais ça maximisait le taux de réussite des autres. Et il en faut bien pour rester, et veiller sur ceux qui ignorent à quel point ce bunker n’est pas réellement rempli d’amis, mais aussi ceux qui viendront, depuis l’Arche, pensant trouver un sanctuaire et non ce qui pourrait finir par n’être qu’un tombeau. Le plus difficile est d’essayer de tous les protéger, l’air de rien. Il y a aussi l’incertitude quant à nos chances de pouvoir retrouver les nôtres, un jour, dehors, à l’air libre. Mais ça, personnellement, j’évite d’y penser. Je parviens mieux à faire partir cette crainte, depuis une dizaine de jours. Durant une conversation radio à l’Arche, nous avons pu découvrir que nos amis s’étaient enfuis avec succès, et avaient pu transmettre le message quant au véritable visage des Montagnards ! Et maintenant, il faut attendre. Tout repose entre les mains de ceux qui sont dehors. J’avoue que ça, par contre, ça m’est difficile à supporter. Cette attente qui ne sait même pas ce qu’elle attend en vérité. Si on souhaite retrouver notre liberté, on ne sait pas comment les autres s’y prendront, et c’est pénible. Et assez long. Mais ceux qui ont conscience de la vérité des lieux, s’efforcent de garder le sourire. J’en fais parti. Evidemment, je suis resté. Cela vous surprend-t-il ? J’admets que je le choix ne m’a pas été facile. J’aurai pu être utile, durant l’évasion. J’ai une courte formation de Garde, je connais quelques trucs qui auraient pu être un précieux atout en cas de besoin. Mais c’est aussi parce que je suis Garde que j’ai choisis de rester. Même si j’ai choisis cette filière par obligation, pour mon père, je ne peux cacher être de ceux qui s’efforcent de veiller sur les autres. Et j’ai estimé que je serais plus utile si je restais. Ne serait-ce que parce que mon sang-froid serait utile pour ceux qui pourraient finir par le perdre….

Si j’ai choisis de rester, j’ai besoin de me changer les idées par moment, comme tout à chacun. Mais je ne suis pas le seul, je pense. Clarke semble être pour le moins tourmentée, depuis quelques jours. A mon avis, ma co-anniversée se mord les doigts d’avoir refusé de prendre part à l’évasion. Mon interprétation, c’est qu’elle est restée pour ce gosse, le jeune Arthur, qu’elle semble avoir pris sous son aile, mais qui est à l’infirmerie, depuis je ne sais trop quand. Avec le temps qui passe, elle réalise que ça l’éloigne surtout de Zack, son petit-ami, et aussi de sa mère, qui est arrivée sur Terre il y a peu, avec l’Arche. Les deux doivent bien lui manquer. Et comme ici, ça craint (même si pour l’instant, tout se passe bien, mais on sait ce qui se cache sous ce joli vernis !), ça commence à devenir difficile pour elle. Son choix devient pesant. Je la comprends. C’est humain, comme réaction. On fait un acte noble, en son âme et conscience, sans se douter que sur la durée, ça s’avérera très difficile. Alors j’ai sauté sur l’occasion, dès que j’ai entendu dire que même nous, nous pouvions nous acheter des petits trucs bien sympas, ici. Bon, OK, on a pas d’argent, mais on peut en gagner en rendant quelques services, suffit juste de s’en donner le temps et les moyens, à l’issu de nos journées. J’ai donc fait quelques corvées en tout genre, afin d’être en mesure de m’offrir un repas. Pour deux. Je me dis que ça fera un chouette cadeau pour la Griffin, pour nos anniversaires. Ouais, on se fait pas de cadeaux, en général. On s’aime bien, mais on n’est pas assez potes pour ça. Toutefois, ça nous arrivait quelque fois, mais c’était toujours des petites conneries. Une babiole que l’un avait repéré et s’était dit que ça ferait un bon petit cadeau marrant pour l’autre. Pour nos 8 ans, par exemple, elle m’a offert un porte-clé de Blanche-Neige au pays des merveilles, parce qu’elle savait que j’aimais ce livre (j’en parlais sans arrêt, depuis environ 2 ans, soit depuis la mort de ma mère.). C’était un truc qui a été fait par un élève de primaire, plusieurs générations avant nous, je crois bien. Un chouette porte-clé, ne commencez pas à interpréter mal mes paroles ! Et pour nos 17 ans, par exemple, je lui ai offert un papier, que j’avais transformé en « bon ». Ce bon indiquait « Bon pour m’écraser les pieds lors de 5 danses max’, pendant un bal dans l’année à venir, si t’as personne à qui écraser les pieds ! ». J’avais pris soin d’ajouter en PS : « N’oublie pas que si mes pieds sont trop abîmés, j’irais voir le docteur Griffin. Second du nom. Il parait qu’elle a besoin de se faire la main (pas de bol pour elle, ça sera sur mes pieds, mais faut un début à tout ! » Je savais qu’elle se méfiait des gens, depuis sa rupture avec Amy. Il faut dire que l’autre ne s’était pas gênée pour la dénigrer, après l’avoir largué. On peut donc facilement comprendre pourquoi la Griffin n’avait pas cherché à se trouver quelqu’un d’autres après ça. Outre la connerie tapie dans mes mots, j’avais souhaité lui faire comprendre que des gens l’appréciaient, avant la connerie de l’autre débile, et continuaient à le faire bien après. Bref, tout ça pour dire que là, dans le bunker, j’ai souhaité nous permettre, à l’un comme à l’autre, de nous changer les idées.

Tout ce blabla nous mène donc à ce midi. La jeune Théo, quand elle m’a entendu parler de mon idée à quelques-uns de mes potes, m’a proposé de faire ce repas chez elle, un midi. Ca m’a surpris, sur le coup. Mais cette gamine est étrange. Elle m’a dit que la couleur de l’aura de la blondinette indiquait qu’elle avait besoin de penser à autre chose. Je comprendrais jamais cette aveugle, mais je reconnais qu’elle est sympa. Pour éviter de m’incruster chez quelqu’un sans avoir la permission, j’ai préféré aller voir son père, avec la brune. Mr Bailey m’a dit qu’il n’y voyait pas d’inconvénient (bien entendu, j’ai précisé tout sera rangé et nettoyé pour leur retour, c’était bien la moindre des choses.) Je lui ai aussi précisé que je voulais juste manger avec une amie, qu’il ne s’imagine pas que le repas allait partir sur  une tournure plus charnelle ! D’ailleurs, cette précision, je l’ai faite aussi à la blonde, quand je lui ai dit qu’elle devait me réserver le repas du midi de telle date, et que je l’attendrais chez les Bailey. « T’imagine rien, Griffin. J’admets que t’es mignonne, mais j’ai un mec. Toi aussi d’ailleurs. Ca sera juste un déjeuner, en tout bien tout honneur ! » J’ai veillé à arriver bien en avance sur l’heure convenue avec Clarke, afin de pouvoir installer la table. Les Bailey savaient que nous fêtions tous deux nos anniversaires, ils m’avaient mis à disposition quelques décorations, pour égayer la table. Une table noir, et un chemin de table en blanc. Et même quelques fleurs afin de mettre des couleurs. J’aime bien les Bailey, ils sont cools !

C’est l’heure. La blonde toque à la porte. C’est avec un sourire que je vais lui ouvrir. « J’ai faillis attendre ! ». Ca n’est qu’une plaisanterie, bien entendu ! On échange les saluts d’usage, avant que je ne l’invite à s’asseoir. Je la laisse observer la table, et lancer quelques paroles, l’écoutant avec une attention qui se focalise de moins en moins sur elle. Je finis alors par l’interrompre, en me râclant la gorge. Un air sérieux au visage, je déclare : « Clarke… J’ai quelque chose d’important à te dire ! ». Mon ton n’a sans doute jamais été aussi sérieux, face à la blondinette. Mes doigts tapotent sur la table. Je suis inquiet. Ou plutôt, comme vous allez l’apprendre, je joue à l’être ! « Je l’ai appris il y a un moment. C’est même la véritable raison de mon emprisonnement ! Car à trop fouiller dans la Colonie, on en paie le prix, vois-tu ? » Je me mordille la lèvre, mal à l’aise. (Bon sang, que c’est utile d’avoir dévoré plein de livres, et d’avoir vu plein de films et séries, pour aider à être un acteur un minimum bon !). Je déglutis, marque un temps de silence, avant de finir par ajouter, après avoir vu l’inquiétude se peindre sur le visage de la jeune docteur. Et comme lors de la 1ère partie de mon discours, je cherche mes mots de temps à autre, marquant des temps de silence indiquant que je ne sais comment le lui annoncer. « J’ai toutes les preuves scientifiques qui attestent qu’on a été échangés à la naissance ! », conclus-je en écarquillant les yeux, scandalisé. « Je suis navré de te le dire, mais quelqu’un te devait la vérité, miss Miller ! » Enfin, mes lèvres s’étirent en un sourire railleur, avant que je n’éclate vraiment de rire. Oui, je dis des conneries. C’est comme ça avec moi ! Mais bon, je pense que depuis le temps, Clarke me connaît !

code by bat'phanie

_________________

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Briller
J'étais confiant. J'étais plein d'énergie. Je crois que j'étais assez heureux à cette époque de ma vie parce que même si je n'étais pas avec lui, je savais qu'il existait. C'était déjà inespéré.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Clarke Griffin
❝ Admin ♕ The brave Princess ♕ ❞
Clarke Griffin



Messages :
2514
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
EJ Taylor-Morley ♥
Crédits :
Vava : Dublin / Gifs (sign + profil) : Tumblr / Sign' icons groupes spécial IE : Lydie ♥️
Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] Vide
MessageSujet: Re: Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] EmptySam 28 Mar - 19:01

Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Nate & Clarke
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« T’imagine rien, Griffin. J’admets que t’es mignonne, mais j’ai un mec. Toi aussi d’ailleurs. Ca sera juste un déjeuner, en tout bien tout honneur ! » Voilà ce que m'avait lancé mon cher co-anniversé, il y a de cela quelques jours. Sur le coup, ça m'avait surprise qu'il ait pensé à moi pour partager un tel repas, mais attention : pas dans le sens qu'il a trouvé bon (et avec humour) de préciser ! Juste qu'à mon sens, même si on s'entend bien, il a de meilleurs « amis » qui se retrouvent aussi dans ce bunker, je crois. Et vu la situation assez tendue dans laquelle on se trouve tout deux -lui comme moi connaissant les sombres secrets de cet endroit-, une fois la surprise passée, je dois reconnaître que sa petite touche d'attention à mon égard m'a bien touché en fait. Oui, je crois que c'est le bon mot. Après tout, entre la récente fuite de certains des nôtres, l'état de santé d'Arthur qui reste assez préoccupant, mais aussi tous ces doutes et toutes ces remises en questions qui m'assaillent dans tous les sens, j'ai la tête au bord de l'implosion. Une sensation qui est tout sauf agréable, mais qui ne me lâche vraiment plus ces derniers temps et qui risque de durer encore un moment. Donc, clairement, quand Nate m'a proposé de partager un repas en sa compagnie, je n'ai pu qu'accepter sans tarder, et sans même réfléchir plus de deux petites secondes. Et tout comme lui, sans idée étrange derrière la tête, évidemment. Même si, pour ma part, je n'ai pas pu m'empêcher de tiquer un peu, en l'entendant me « rappeler » que quelqu'un m'attend à la surface. Déjà là, je ne sais plus où j'en suis avec Zack. Et déjà là, j'ai du mal à m'imaginer continuer avec lui. Il a beau être un gars sympa, mignon et avec bien d'autres qualités, être loin de lui, ça m'aide à ouvrir les yeux. A voir les choses d'un tout autre angle. Un tout nouveau. Un que je me refusais même jusque là. Pourtant, face à Nate, j'ai fait de mon mieux pour ne rien laisser paraître. Après tout, Zack est l'un de ses plus proches amis. Et, pour le moment, je ne m'imagine pas encore lui avouer que plus les jours passent, et plus je sens que nos chemins vont se séparer prochainement. Et ce, peu importe ce qui pourrait se passer -ou non- avec quelqu'un d'autre. S'il y a encore plein de fouillis dans ma tête, il me semble pourtant assez inévitable qu'avec Zack, ça ne va plus pouvoir durer.

Heureusement, tout cela est mis de côté, en « pause » durant cette matinée de cours. L'avantage d'être dans ce bunker, c'est que je peux continuer d'apprendre. Le rythme d'apprentissage est par contre assez différent de celui qu'il y avait, sur l'Arche. On se devait d'être « rapidement » utile à la communauté, bien que cette hâte ne faisait pas de nous des personnes moins qualifiée. Disons qu'on avait juste un rythme plus soutenu, qui n'accordait que peu de vacances et de jours de repos. Tout simplement. Parce que chacun, là-haut, avait un rôle à jouer et peu importe ce dont il s'agissait. Tout le monde était important, à n'importe quelle échelle. Voilà pourquoi, de toute ma naïveté d'alors, j'étais persuadée que chacun avait les mêmes droits. Quelle belle claque, n'est-ce pas ? Bref. J'avais prévenu Nate, en acceptant sa proposition, qu'il allait devoir me laisser un peu de temps à la fin de mes cours matinaux pour le rejoindre. Par chance, le jour qu'il a choisi ne m'impose pas de retour en cours pour l'après-midi. Peut-être a-t-il prévu le coup ou non, mais si lui aussi n'est pas pris par le temps, on aura vraiment le temps de se poser et de, juste, souffler un peu. Et oui. On n'a beau ne pas être les amis les plus soudés, il n'empêche que j'apprécie beaucoup mon co-anniversé et que ça me fait plaisir de trouver du temps pour le découvrir un peu plus encore. En plus de partager exactement la même date d'anniversaire, on a quelques points communs, évidemment. Ce qui fait que je sais que lui aussi ne doit pas traverser une période de sa vie des plus agréables. Du coup, on risque de profiter de ce moment sans problème apparent lui comme moi, chose quand même bien sympa, non ?

Même si je l'ai prévenu qu'il me faut le temps de sortir de cours pour le rejoindre chez les Bailey, je ne traîne pas. Pour une fois, je suis même parmi les premières à quitter les lieux, mes pas me menant droit vers les appartements de cette charmante petite famille, donc vers Nate et ce qu'il nous réserve. Je n'en sais pas plus, d'ailleurs, et moi qui aime assez les surprises du genre, je me demande évidemment ce qui nous attend. Voilà pourquoi je me dépêche de prendre les couloirs du bunker jusqu'à arriver devant cette porte. Gardant mon gros livre emprunté à la bibliothèque et dont je lis une page dès que j'ai quelques minutes de creux contre moi de mon bras droit, j'en viens à toquer doucement. Je n'ai pas à attendre bien longtemps avant que la silhouette de Nate ne se montre et qu'il me laisse entrer. « J’ai faillis attendre ! » Avec un léger sourire, je me contente de secouer doucement la tête. Il abuse ! Je me suis pourtant dépêchée de sortir de cours -ce qui représente presque un exploit aux yeux de ceux me connaissant même un minimum-. Mais, je sais surtout qu'il me charrie un peu. Lui aussi a le sourire aux lèvres, et c'est contagieux en plus d'être signe d'un bon moment qui commence. Là, mon attention se pose sur la table, particulièrement bien décorée pour l'occasion. Ma mine réjouit s'accentue un peu plus, alors que mon regard se focalise à nouveau sur mon hôte d'un jour. « Au moins, ça t'a laissé le temps de te surpasser ! » Simple constatation vu la classe de la table qui ne fait même pas un doute. « C'est assez platonique si j'te dis que t'as plutôt bon goût ? » que je lance, me souvenant de cette expression d'un autre temps au goût de drague prononcée, du style « t'as de beaux yeux, tu sais ? ». Miller est plutôt pas mal dans son genre, il ne faut pas se mentir. Mais, je ne l'ai jamais vu comme étant « plus » que mon co-anniversé, ce qui, en soit, est déjà une appellation de privilégié, non ? Combien peuvent se vanter d'avoir un tel lien avec quelqu'un ? Plus encore avec une personne avec laquelle le courant passe plutôt bien ? Après, ce n'est même pas un mensonge : j'ai déjà dit que cette table est canon ! Son raclement de gorge me stoppe dans mon élan, il paraît d'un coup bien trop.. sérieux. Qu'est-ce qui lui arrive ? Il a eu une mauvaise nouvelle de la surface, qu'il ne pouvait pas me transmettre sans avoir la crainte qu'on nous entende ? Arquant un sourcil, je le regarde alors qu'il lance son « Clarke… J’ai quelque chose d’important à te dire ! » Oulà. Me mordant la lèvre, je dois le reconnaître, je ne vois pas le « truc » venir et je marche -ou plutôt je cours- dans son jeu. Enfin, en maladroite héréditaire que je suis, je tombe même des deux pieds dans son petit piège emplit d'humour. « Qu'est-ce que.. » Pas le temps de continuer pour autant, je me contente de me dire que ce n'est pas plus mal que je sois déjà assise, visiblement. « Je l’ai appris il y a un moment. C’est même la véritable raison de mon emprisonnement ! Car à trop fouiller dans la Colonie, on en paie le prix, vois-tu ? » Je rêve, ou il me fait volontairement mariner ? Mon sourire que j'avais jusqu'alors se fige un peu, en attendant qu'il continue enfin sur sa lancée. J'essaie même de lui faire comprendre de lâcher la bombe, d'un petit signe de tête qui ne cache pas franchement mon impatience de savoir ce qui le tracasse comme ça. « J’ai toutes les preuves scientifiques qui attestent qu’on a été échangés à la naissance ! » Quoi ? Comment est-ce que c'est possible, ça ? Si encore, on était tous deux des gars ou tous deux des nanas ou.. Quoi ? Clignant des yeux plusieurs fois, mon cerveau tente d'analyser la nouvelle, tournant presque à plein régime alors que je passe l'une de mes mains dans mes cheveux. « Je suis navré de te le dire, mais quelqu’un te devait la vérité, miss Miller ! » Miss Miller ? Hey mais... C'est quoi ce sourire, qu'il a, là ? Frappant ma main égarée dans ma crinière contre mon front, je secoue la tête, à nouveau, de gauche à droite, avant de pouffer de rire en prenant conscience qu'il m'a franchement bien eu. Et son rire finit lui aussi par être contagieux, alors que mon cerveau se remet en « veille » en comprenant que lui aussi, il s'est bien fait avoir ! « Ça explique alors pourquoi ton père est si gentil avec moi ! » Bah quoi, autant continuer sur la lancée, non ? « Puis, tu ne m'apprends rien, Mister Griffin. J'ai toujours su que la politique n'était pas franchement pour moi, là-haut. » Pour ce point par contre, je pense que Nate est au courant de la surprise qu'a été la mienne en apprenant la réalité au sujet de ces fameux secteurs. Je crois que ça a fait quelques vagues, de toute façon. La princesse privilégiée qui n'était même pas au courant de ce qu'il se passait pour les autres. « Tu m'as bien eu. Mais, rassure-moi, tu n'as pas d'autres révélations aussi bouleversantes que ça à me dire ? » que je finis par avouer, avec un grand sourire et les yeux pétillants après ces éclats de rire partagés. Pile ce qu'il nous fallait, non ?

camo©️015

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] OMEGA
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Whatever our souls are made of, his and mine are the same

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Miller
❝ Admin ℑ Voleur au grand coeur ℑ ❞
Nathan Miller



Messages :
844
Date d'inscription :
06/07/2017
Ft :
Jarod Joseph
Crédits :
Avatar de Pikpik, sign de Beylin + citation sign' d'Anna Gavalda + badge de Varian.
Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] Vide
MessageSujet: Re: Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] EmptyDim 5 Avr - 21:33

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire !

J'aime écouter non pas les mots. J'aime écouter les regards, les gestes. J'aime écouter l'âme des gens.  ♫ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Oui, je sais : l’accueil que j’ai réservé à la Griffin pourrait être considéré comme laissant à désirer. Mais je m’en fiche, je ne vais pas devenir soudainement excessivement sérieux, tout simplement parce que je vais déjeuner avec une fille, aussi jolie soit-elle. Je ne serais pas forcément plus sérieux, même si c’était à Bryan que je venais d’ouvrir la porte ! Bien évidemment, je sais être sérieux, mais je déteste me la jouer trop pompeux ! « Au moins, ça t'a laissé le temps de te surpasser ! C'est assez platonique si j'te dis que t'as plutôt bon goût ? » A son petit mot de retour sur ma tentative de dresser une belle table, un grand sourire fier ourle mes lèvres. C’est par un ricanement que je salue son mot d’humour qui suit. « Tu es bien aimable, mais je t’en prie, arrête de me faire du charme, tu vas me faire rougir ! », plaisanté-je ouvertement. J’ai conscience qu’on se taquine sans arrière-pensée, je l’ai déjà indiqué un peu plus tôt, mais ça n’empêche pas qu’on puisse s’amuser. Surtout en ces temps réellement éprouvants pour le mental. C’est d’ailleurs pour lancer le repas sous des auspices plaisantes de détendues, que, après que l’on se soit assis, je me décide à sortir à la blondinette, une grosse connerie. Pas une de celle que j’aurai pu sortir à n’importe qui, je sais parfaitement que tout le monde ne l’aurait pas forcément pris sur le ton de la plaisanterie. Assez rapidement, ma co-anniversée parait tomber dans le panneau, son visage retranscrit bien le stress qu’elle éprouve en cette minute. J’ai bien du mal à conserver mon sérieux, qui est pourtant primordial pour que ma petite blague fonctionne. « Qu'est-ce que.. » En toute franchise, c’est une réelle prouesse que j’ai réussis à aller au bout de mon idée, sans qu’un rictus amusé ne vienne me trahir en cours de route. La pauvre apprentie doc’ parait bien ébahie quand j’arrive à la conclusion de ma prétendue bombe. Elle est tellement figée pendant quelques secondes, que je crains qu’elle n’oublie pendant trop longtemps de respirer. La machine Griffin se relance, accompagnée d’une paume qui s’abat sur un front innocent. Et ce bruit « violent » est bientôt remplacé par le rire de la Griffin, qui se greffe au mien. Je vous l’avais dit : elle le prendrait bien, sans s’offusquer de l’immense bêtise que j’ai pourtant osé lancer ! « Ça explique alors pourquoi ton père est si gentil avec moi ! Puis, tu ne m'apprends rien, Mister Griffin. J'ai toujours su que la politique n'était pas franchement pour moi, là-haut. ». Ca me fait plaisir de voir que Clarke me suit dans mon délire, même s’il est aussi gros que ça ! J’approuve d’un signe de tête, sa découverte sur ce qui pousse donc mon (enfin, son !, suivez un peu !) père à être aussi gentil avec elle, depuis toujours ! J’en fais de même sur ce qu’elle ajoute par la suite, même si je ne me suis bien jamais imaginé siéger un jour au Conseil. Déjà, parce que je n’ai jamais été destiné à cela, puisque ma famille n’en a jamais fait partie (ou alors, ça s’est oublié avec le temps et la perte de cette place !). Ensuite, parce que j’ai jamais éprouvé le moindre intérêt pour la politique ou la diplomatie. Croyez-moi, j’aurais fait un bien piètre (futur) Conseiller ! Je ne suis déjà pas convaincu que j’aurai fait un bon Garde, à la hauteur des espoirs de mon père… Par contre, si je peux me permettre : je doute franchement que Clarke aurait assurée au Conseil. Elle est intelligente, c’est pas le souci. L’inconvénient étant principalement qu’elle avait été bien trop protégé par ses parents. A l’instar de tant d’autres Phoeniciens. Là, c’était accentuée par le fait que Clarke n’a jamais aimé sortir des clous, contrairement à certains autres. Ainsi, elle n’a jamais cherché à transgresser les règles ni à aller traîner sur Walden. Si elle avait possiblement connaissance des différences entre les secteurs, je doute qu’elle ait réalisé l’ampleur de celles-ci. Et admettez que ça aurait été problématique, pour siéger à la table du Conseil ! Elle aurait eu un grand choc, en faisant ses 1ers pas. J’ai toujours trouvé dépassé, injuste et inégalitaire, que les places au Conseil soient juste le fruit d’un hasard de naissance, et non le résultat d’efforts fournis en vu de mériter cette place, et dans l’optique d’être utile à la Colonie.

« Tu m'as bien eu. Mais, rassure-moi, tu n'as pas d'autres révélations aussi bouleversantes que ça à me dire ? ». Cette question intervient peu de temps après, une fois notre fou rire terminé. Plaçant soigneusement mes coudes de part et d’autre de mon assiette, je noue mes mains l’une à l’autre et me serre de ces dernières en guise de soutien pour ma tête. D’un air énigmatique, je regarde la blondinette, maintenant un silence bien intriguant, pour finalement reprendre la parole : « Ca, très chère, tu ne le sauras qu’à l’issue du repas. Je ne vais pas balancer tout ce que j’ai en stock – ou non – d’entrée de jeux ! ». Et oui, il faut en garder un peu pour la suite, sinon, c’est pas drôle, vous comprenez bien ! « Et maintenant que cette charmante mise en bouche a été faite…. » raconté-je tout en me levant doucement, « … je propose que l’on trinque ! On doit fêter dignement notre récente majorité ! », tout en continuant à parler, je me dirige vers les deux verres que j’avais pris soin de sortir au préalable. Dans le repas que j’ai pu gagner avec la loterie, et que j’ai sélectionné moi-même, j’ai pu avoir accès à un petit choix de boisson. Afin d’avoir un petit apéro, j’avais ainsi choisi une liqueur menthe accompagnée d’eau gazeuse, et pour la fin du repas, cette fois, ça sera de la liqueur de framboise. Dans les deux cas, il y a tout juste de qui remplir – modérément – deux verres à chaque fois. « A défaut d’avoir du champagne, on aura au moins des bulles ! » expliqué-je, tout en servant l’eau gazeuse dans les verres qui contenaient désormais une petite dose de liqueur, que j’ai ajouté tout en parlant.). Quand nos coupes sont enfin remplies, je retourne vers la table, tenant les coupes dans mes mains. « A la tienne ! » annoncé-je en tendant le verre à Clarke. Et bien entendu, pour qu’un apéritif soit complet, il faut avoir de quoi grignoter. Quelques amuses-gueules sont disposés dans une petite assiette.

code by bat'phanie

_________________

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Briller
J'étais confiant. J'étais plein d'énergie. Je crois que j'étais assez heureux à cette époque de ma vie parce que même si je n'étais pas avec lui, je savais qu'il existait. C'était déjà inespéré.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Clarke Griffin
❝ Admin ♕ The brave Princess ♕ ❞
Clarke Griffin



Messages :
2514
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
EJ Taylor-Morley ♥
Crédits :
Vava : Dublin / Gifs (sign + profil) : Tumblr / Sign' icons groupes spécial IE : Lydie ♥️
Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] Vide
MessageSujet: Re: Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] EmptyJeu 9 Juil - 23:24



Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire
Les co-anniversés
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Même si Miller est, à la base, plus un ami à Zack, j'avoue que ça me plaît plutôt bien de passer un moment en sa compagnie. On n'a beau ne pas avoir été les personnes les plus proches sur l'Arche, il n'empêche qu'on s'entend plutôt bien. Je crois. C'est l'occasion de passer plus de temps avec lui, de sympathiser davantage, non ? Moi, en tout cas, j'en suis bien ravie. Et pas seulement parce qu'on partage la même date d'anniversaire, à quelques heures près, mais plutôt parce que ouais, Nate est quelqu'un avec qui ça ne me dérange juste pas de passer un peu de mon temps libre. Il ne sera clairement pas perdu comme il aurait pu l'être avec d'autres personnes qui me laissent assez indifférentes lorsqu'elles ne m'énervent tout simplement pas. Et surtout alors qu'un bon repas est prévu ! Si une chose est sure, c'est qu'il sait s'y prendre pour faire une belle table qui attire forcément le regard. Ça m'amuse autant que ça me « touche », d'ailleurs, de voir à quel point il s'est pris au jeu. « Tu es bien aimable, mais je t’en prie, arrête de me faire du charme, tu vas me faire rougir ! » est ce qu'il trouve à me répondre, d'ailleurs, lorsque j'oralise tout haut ce que je pensais de sa belle table. Le ton est donné, avec toutes ces conneries qu'on s'envoie depuis à peine une poignée de secondes. Toujours cette mine légère au visage, les mots m'échappent bien rapidement pour répondre à sa nouvelle connerie du même goût que les précédentes. « Message reçu, m'sieur le faux modeste ! » Bah quoi ? C'est mérité comme appellation vu ce qu'il a pu nous préparer, non ? Du moins, c'est avant qu'il ne m'envoie cette bombe que je n'ai clairement pas vu venir. Alors, ouais, au début, surtout vu son sérieux, j'avoue que c'était un peu.. intriguant. Et, sur le coup, annoncée ainsi sans prévenir, s'en était même déstabilisant. Ma tête d'alors doit certainement bien le montrer ! Je redoute d'ailleurs d'autres révélations de ce genre. « Ca, très chère, tu ne le sauras qu’à l’issue du repas. Je ne vais pas balancer tout ce que j’ai en stock – ou non – d’entrée de jeux ! » qu'il me concède alors que mon regard se perd un peu sur cette belle table. Comme quoi, ceux pensant que les arts de la table sont une spécialité féminine se plantent pas mal ! Vive les clichés.. Mais, bref. Il pourrait quand même me donner un petit indice, non ? M'adossant à cette vieille et confortable chaise marquée par le temps -ce qui ne la rend que plus belle par ailleurs-, je ne quitte pas Nate du regard lorsqu'il enchaîne avec ce « Et maintenant que cette charmante mise en bouche a été faite, je propose que l’on trinque ! On doit fêter dignement notre récente majorité !  », le suivant du regard lorsqu'il se lève. « Hey.. Tu m'dis si tu as besoin d'aide.. » Et oui, j'ai beau être son invitée du moment, il n'en reste que j'ai un peu de mal à rester les bras croisés sans, au moins, ne pas proposer un petit coup de main. Et je dis ça pas forcément pour ces verres qu'il nous sert alors, mais pour la suite de notre repas surtout. « Il n'est jamais trop tard pour ça de toute façon ! » que j'ajoute à son idée de trinquer à nos 18 ans. Qu'on a fêté, chacun de son côté, dans deux camps bien différents. Forcément, repenser à notre premier anniversaire sur Terre m'amène à me perdre vers certains souvenirs dont ce fameux crayon qui m'a été rapporté par nul autre que le Blake en personne. Comme quoi, pas un jour ne passe sans qu'il ne parasite un peu trop mes pensées, c'est fou ! Bref. « A défaut d’avoir du champagne, on aura au moins des bulles ! » Distraitement, je le regarde jouer au barman avec nos boissons pour ce début de repas. C'est qu'il maîtrise, le p'tit Miller ! Pensée qui m'arrache un nouveau sourire, alors que l'une de mes mains se pose sur le rebord de la table. « Tu me déçois tellement.. » que je n'hésite pas à répliquer, non sans avoir mes yeux qui pétillent d'amusement autant que l'eau dans nos verres. Preuve en est que je suis bien loin d'être sérieuse avec ce reproche, mais, c'est dans la continuité de ce qui a pu se dire jusque là. Pourquoi s'en priver, dans ce cas ? « A la tienne !  » A ses mots, je finis avec un verre en main. Me redressant légèrement, voilà que nos deux verres tintent. « A nos dix-huit ans ! » Même si trinquer est quasiment un moment incontournable dans une telle situation, je dois bien avouer que tout ce qui est à grignoter devant nous me donne faim comme rarement ! Je crois, sincèrement, que cette année de nos 18 ans est bien riche en surprises. Qu'elles soient bonnes ou mauvaises, toujours est-il qu'elle ressemble clairement à aucune autre. « Tu penses qu'on pourra encore trinquer ensemble pour notre troisième âge ? » Question d'apparence banale, mais qui ne l'est pas tellement, en fait, si on creuse un peu. Rappelez-vous de nos vies actuelles. Et, même si j'y ai glissé un peu d'humour dans la voix, ça reste quand même une question compliquée. Mais, peut-être que je cherche à me rassurer un peu en la posant à un gars comme Miller. « Ce serait dommage de louper un tel moment, non ? » Donc, Nate, te voilà prévenu : RDV dans une paire d'années pour remettre ça, à l'aube de nos vieux jours. Ne résistant plus à l'appelle de ce qui se trouve sous nos nez, je commence à attaquer ce plateau sans même me demander une seule seconde ce que ça peut bien être. L'avantage de ne pas être très compliquée, niveau nourriture ! Fermant les yeux face à cette bouchée plus que surprenante, avec des saveurs qu'on n'avait pas sur l'Arche et que j'ai toujours un peu de mal à reconnaître quand il y en a plusieurs, je garde un peu le silence. Juste le temps de profiter de cette première dégustation. « Je n'sais pas trop ce que c'est, mais.. C'est super bon ! » Obligée de le dire, alors que mon regard se pose sur Miller, attendant son retour sur l'une de ces gourmandises. « D'ailleurs, je ne t'ai jamais demandé.. Mais, comment c'était de ton côté, le jour où on a soufflé notre bougie de plus ? » Est-ce que quelqu'un y a pensé ? Lui a souhaité un bon anniversaire ? A-t-il, lui aussi, eu droit à un petit cadeau ? Ou est-ce passé sous silence face à tout ce qui a pu se passer ? Ce serait un peu triste quand même et une raison de plus pour fêter ça comme il se doit !

CBESIDETHECROCODILE

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] OMEGA
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Whatever our souls are made of, his and mine are the same

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Miller
❝ Admin ℑ Voleur au grand coeur ℑ ❞
Nathan Miller



Messages :
844
Date d'inscription :
06/07/2017
Ft :
Jarod Joseph
Crédits :
Avatar de Pikpik, sign de Beylin + citation sign' d'Anna Gavalda + badge de Varian.
Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] Vide
MessageSujet: Re: Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] EmptyMar 15 Sep - 16:31

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire !

J'aime écouter non pas les mots. J'aime écouter les regards, les gestes. J'aime écouter l'âme des gens.  ♫ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La soirée semble partir sous les meilleures hospices, Clarke comme moi échangeons quelques conneries avec aisance. « Message reçu, m'sieur le faux modeste ! ». Et sa petite réponse me fait doucement sourire. Il faut dire qu’en général, quand on veut parler de modestie avec moi, c’est surtout pour mettre en avant qu’elle est apparemment inexistante. J’ai conscience d’avoir du travail à faire par rapport à ça ! Mais c’est pas de ma faute si je connais mes points forts et que je sais les utiliser quand il le faut ! Il est possible que j’en joue parfois, je ne le cache pas !

L’heure est venue pour nous d’entamer notre repas, ou du moins, de trinquer pour entamer ce dernier ! « Hey.. Tu m'dis si tu as besoin d'aide.. », me fait savoir la blondinette. « Je prends note, merci ! » dis-je. « Il n'est jamais trop tard pour ça de toute façon ! », rebondit ma comparse, me faisant ricaner par le même biais. Heureusement qu’il n’est jamais trop tard pour célébrer un quelconque événement, ça serait bien trop triste autrement ! « Tu me déçois tellement.. », se plaint faussement la Griffin, après que je lui ai fait savoir que nous n’aurions pas de champagne ! « Ah, les goûts de luxe des Phoeniciens, hein ? » clamé-je en un tacle amical. Cette petite boutade m’est tout autant adressé qu’à elle, je suis également originaire de ce secteur favorisé ! Toutefois, la ressemblance s’arrête là. Mon père a vu le jour sur Arcadia d’une famille très pauvre et a donc connu des jours difficiles là-bas. Ma mère aurait dû figurer dans le Conseil mais a renoncé à ce poste par amour pour mon père, qui n’était encore qu’au bas de l’échelle de la Garde. J’ai peut-être vu le jour sur Phoenix, mais de par mes parents et leur histoire, je n’ai pas vraiment été considéré comme un « prince », comme ont pu l’avoir été mes compatriotes. Et mes parents n’ont pas sombré dans l’excès en ce qui me concernait : si je n’ai manqué de rien, en réalité, je n’ai pas été plus gâté qu’a pu l’être mon père à mon âge ! Cependant, ça, évidemment, ça passe à la trappe de tous ces rageurs, de ceux qui ont criés toute leur vie au favoritisme sectaire. Certains continuent à râler à cause de ça, alors même que sur Terre, on est tous logés à la même enseigne. Je préfère en rire que prendre mal ces aberrations stupides. J’ai pris un peu de jugeote en étant sur Terre, car je parviens – la plupart du temps ! – à ne pas céder à mon envie de faire comprendre à ces abrutis à quel point je les emmerde ! Je sais par où je suis passé, et que tout ça fait de moins quelqu’un de plus compréhensif que ceux qui crient à l’égalité ! Je garde mes pensées pour moi, tout en regagnant ma place et tendant son verre à Clarke. « A nos dix-huit ans ! » dit-elle alors qu’enfin nous trinquons. « Tu penses qu'on pourra encore trinquer ensemble pour notre troisième âge ? Ce serait dommage de louper un tel moment, non ? », s’enquit-elle tandis que je déguste enfin quelques gorgées de la liqueur gazeuse mentholée. C’est une bonne découverte ! Et oui, je n’avais pas pu goûter ça, avant de faire le choix du panier. Et même si nos hôtes nous ont gâtés, je n’avais pas encore pu découvrir l’ensemble de leurs alcools. Non pas que c’était dans mes intentions ! Comme n’importe quels jeunes de mon âge, j’aime boire à l’occasion, mais sans en abuser. Ou du moins, il m’arrive d’en abuser durant des soirées, mais pas en dehors ! C’est avec mon rire qui résonne dans la pièce que je repose mon verre, évitant de m’imaginer reproduire une scène similaire avec la Griffin d’ici à une paire d’années. « Si on se supporte encore, ça devrait ! Remarque, d’ici-là, avec l’âge, tu auras sans doute perdu tes dents. Alors tu pourras plus dire autant de conneries. Enfin, elle seront moins compréhensibles, version Clarke édentée ! » Sur ces belles paroles, j’exhibe fièrement mes dents (tant que j’en ai, j’en profite !), afin de montrer que mes paroles ne sont en rien sérieuses (pour la partie « Clarke aura perdue toutes ses dents et seront donc moins chiante ! », car pour le reste, avec l’âge, malheureusement, ça risque de nous pendre au nez, la chute des dents !).

La blondinette lance le bal de la gourmandise, étant la première de nous deux à découvrir la teneur du plateau d’amuses-gueules. « Je n'sais pas trop ce que c'est, mais.. C'est super bon ! » Ah, ça me rassure. Car c’est jamais une certitude quand on n’est pas nous-même à l’origine du repas qu’on sert ! Soyez surpris – ou non ! – mais je me débrouille pas trop mal derrière les fourneaux. Il m’arrivait souvent d’aider ma mère à préparer les repas, quand j’étais plus petit. On se débrouillait avec ce qu’on avait sur l’Arche, même si, Phénix oblige, on avait accès à des produits bien plus fins que ne pouvaient prétendre en acheter ceux d’Arcadia, ou pire, ceux de Walden ! « Hum… je crois qu’on a… » et tout en lui désignant du doigts les petits fours en question, j’énumère : « «Canapé» de fromage croquant avec filet de saumon, tranches de concombre et tomate - Champignons farcis de chapelure et parmesan, avec ciboulette – tartines de crackers de fromage frais. Et pour terminer : chips de betteraves et patates douces. » J’ai pris cet assortiment un peu au pif, comme le reste du repas, puisque je ne connais pas vraiment les goûts culinaires de Clarke, même s’il est vrai que j’ai pu les découvrir un peu plus depuis que nous sommes au bunker. Il nous est en effet arrivé de manger l’un à proximité de l’autre, donc, j’avoue qu’à partir du moment où j’ai eu l’idée de ce petit repas d’anniversaire, j’ai mis ces instants à profit afin de voir ce qu’elle aimait ou non ! Par la suite, nous aurons une salade d’asperges au parmesan, un gratin de pommes de terre et de canard, et en dessert, j’ai pas fait dans l’original, j’ai opté pour du chocolat. Car c’est une douceur à laquelle on pouvait à peine rêver sur l’Arche, et que j’estime qu’il faut en profiter tant qu’on peut. Ce repas ayant été prévu pour deux portions, il n’est pas prévu d’avoir des restes, mais ça dépendra de nos appétits respectifs ! « D'ailleurs, je ne t'ai jamais demandé.. Mais, comment c'était de ton côté, le jour où on a soufflé notre bougie de plus ? », me demande ma co-anniversée après que j’ai enfin choisi le premier amuse-bouche que je goûterais. « Délicieux, j’avoue ! », dis-je, appréciateur. « C’était… douloureux ! Le jour de l’atterrissage, j’ai eu une épaule défoncée, alors il a fallu me la soigner…. » Ca avait un(e) de mes comparses qui s’en était occupé(e). Pas vraiment la compagnie que je préférais, et que je préfère encore actuellement, parmi tous les autres délinquants, mais la seule personne qui avait eu à cœur de m’aider, alors je n’avais pas refusé son aide ! « Maintenant, je peux le dire, la majorité, ça fait mal ! », plaisanté-je. Dû à l’éducation de la Colonie, je n’ai jamais attaché une réelle importance au jour même de mon anniversaire, bien que mes parents m’aient toujours préparé un petit quelque chose à la maison : un repas un peu plus festif qu’à notre habitude, ou quelques convives parmi nos proches pour un apéro sympa, ou l’autorisation exceptionnel à me coucher plus tard même s’il y avait classe le lendemain, pour regarder une émission intéressante à la télé ! Et ça, c’était bien entendu sans compter un petit cadeau. Autant dire que cette année, ça a bien changé, plus encore que ça n’a pu changer après la mort de ma mère ! Et comme je n’avais pas d’amis réellement proches au sein des autres délinquants, il n’y avait personne pour me dire un petit mot sympa en ce grand jour. Mais comme je l’ai dit, je n’ai jamais attaché de réelles importances à mon anniversaire, et sur Terre, ça n’a pas changé. De toute façon, c’était toujours mieux que ce qui était prévu pour mon anniversaire : un envoie à la dérive ! « Et toi ? », à mon tour de l’interroger. « Zack et Wells ont dû y penser ! » L’inverse serait étonnant, même si entre le Jaha et la Griffin, je sais que l’ambiance est loin d’être au beau fixe. Mais je suis loin d’imaginer également que Clarke se soit éloignée autant de Zack, et que mon meilleur pote n’est donc pas le 1er à lui avoir souhaité un bon anniversaire !

code by bat'phanie

_________________

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Briller
J'étais confiant. J'étais plein d'énergie. Je crois que j'étais assez heureux à cette époque de ma vie parce que même si je n'étais pas avec lui, je savais qu'il existait. C'était déjà inespéré.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Clarke Griffin
❝ Admin ♕ The brave Princess ♕ ❞
Clarke Griffin



Messages :
2514
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
EJ Taylor-Morley ♥
Crédits :
Vava : Dublin / Gifs (sign + profil) : Tumblr / Sign' icons groupes spécial IE : Lydie ♥️
Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] Vide
MessageSujet: Re: Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] EmptyDim 20 Sep - 23:09



Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire
Les co-anniversés
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Notre séjour improvisé au bunker a au moins le mérite de nous laisser du temps pour souffler un peu plus aisément qu'à la surface, avec la menace constante qui y règne. Entre les bêtes sauvages qui ont carburé à la radioactivité ces derniers siècles et ces Natifs qui n'ont pas franchement l'air très sympa, c'est assez compliqué à gérer. Il faut sans cesse être attentif à tout ce qui nous entoure, et ça, il faut l'avouer, ça peut être particulièrement épuisant par moment. Ici, même si bien des secrets sont dissimulés par nos hôtes, on n'a pas besoin de veiller à repousser des intrusions. La menace est toute autre. Pas moins dangereuse, non. Mais franchement différente. Et là, ce repas en compagnie de mon co-anniversé de toujours -et ouais, c'est logique !- va pouvoir nous couper un peu de tout ce qui se passe autour de nous. Évidemment, je ne vais pas pouvoir m'empêcher de penser à certaines personnes, priant en silence pour les revoir bien rapidement et en un seul morceau. Bref. Pour le moment, j'en suis à proposer mon aide si jamais Nate a besoin de moi. Hors de question que je reste les bras croisés sans rien faire du tout ! Cela ne donnerait que raison à ceux qui pensent de moi que je ne suis bonne qu'à être servie et à donner des ordres. Même si Nate ne me sollicite pas pour filer un coup de main de si tôt, au moins c'est acté. « Je prends note, merci ! » Pour toute réponse, je lui souris, sincèrement et agréablement bien surprise qu'il ait pensé à moi pour l'accompagner pour ce repas ! C'est très cool de sa part, et au moins, ça nous laissera un peu de temps pour déconner ensemble et sans que Zack ne soit dans les parages. Comme ils sont meilleurs potes, autant que Macy et moi, il est logique que le Miller passe beaucoup plus de temps avec lui qu'avec moi. Et les seuls fois où on traîne vraiment ensemble, Zack est forcément de la partie puisqu'il est souvent à l'origine de ces joyeuses réunions. Ça doit lui tenir à cœur qu'on s'entende bien, et je le comprends parfaitement. Macy, elle, a un peu plus de mal avec lui. Allez savoir pourquoi, hein. Moi, j'ai ma petite idée depuis le temps. Et le pire, c'est qu'elle a sans doute vu juste. Toujours est-il que repenser à Zack, face à Nate, ça me met un peu mal à l'aise. Ouais, à l'heure actuelle, ça commence déjà à être un bordel dans nom dans ma tête et, pour être honnête, je doute que ce couple qu'on forme, Zack et moi, tiendra encore bien longtemps. Certains diront que si je pense déjà ça, c'est foutu. Et ils ont raison. Sauf que c'est plus facile, pour moi et pour le moment, de tenter de me voiler la face. Encore un peu. Ou pas. « Ah, les goûts de luxe des Phoeniciens, hein ? » qu'il me répond alors que je lui fais part de ma déception quant à l'absence de champagne. Venant de lui, j'avoue que c'est une réplique que je suis loin de mal prendre, la preuve en est avec ce rire que je retiens de peu, me laissant simplement pouffer tant je ne l'avais même pas vu venir. Alors, ouais, d'autres personnes, j'aurai pu mal le prendre simplement parce que je fais partie de ceux qui veulent que les choses changent. Merci Bellamy pour m'avoir aidé à ouvrir les yeux sur tout ça. « Tout à fait ! » Autant marcher dans son jeu, une fois de plus, et jouer à la petite Phoenicienne qui ne voit son existence que par la présence de ses très chers privilèges. Bien entendu, je connais un peu l'histoire de la famille de Nate et tout a pris un nouveau sens lorsque j'ai su la triste vérité se jouant sur l'Arche. J'hausse alors doucement les épaules, avant de me saisir du verre qu'il m'apporte en levant le petit doigt comme -je crois l'avoir lu-, il en était d'usage fut un temps, histoire de conclure ce point d'une certaine auto-dérision que je me découvre. On trinque, on goûte cette fameuse boisson -assez étrange comme saveur, mais très agréable- et on continue sur notre lancée. Au moins, j'aurai le mérite de le faire rire une bonne partie du repas ! « Si on se supporte encore, ça devrait ! Remarque, d’ici-là, avec l’âge, tu auras sans doute perdu tes dents. Alors tu pourras plus dire autant de conneries. Enfin, elle seront moins compréhensibles, version Clarke édentée ! » Me voilà consternée par ce flot de bêtises, face auquel je suis obligée de me taper le front de la paume de ma main, avant de rejoindre Miller dans son rire. Plus encore en voyant son magnifique sourire ! Tout en reprenant mon sérieux, je penche la tête de côté, plissant les yeux pour le regarder plus attentivement. « T'as d'belles dents, tu sais ? » que je ne tarde pas à lancer, ne me retenant pas bien longtemps avant de glousser à nouveau. « Promis, je t'offrirai un décodeur spécial pour nos 80 ans ! » Comme ça, édentée ou pas, plus ou moins que lui, on devrait pouvoir s'en sortir niveau dialogues d'ici une paire d'années ! Enfin, si on survit jusque là, évidemment. A voir de quel âge notre espérance de vie sera pour notre retour sur Terre.

Devant toutes ces gourmandises, j'ai du mal à me retenir de piquer une première bouchée. Et, même si je ne reconnais pas toutes les saveurs qui s'y mélangent, l'ensemble me plaît vraiment ! « Hum… je crois qu’on a… » Nate le cuistot au rapport ! « «Canapé» de fromage croquant avec filet de saumon, tranches de concombre et tomate - Champignons farcis de chapelure et parmesan, avec ciboulette – tartines de crackers de fromage frais. Et pour terminer : chips de betteraves et patates douces. » Je l'écoute avec attention, non sans observer attentivement ce qui se trouve sous nos yeux, histoire de suivre les infos qu'il donne et mettre des noms sur des saveurs méconnues car introuvables sur l'Arche. Et, ici, la nourriture est si variée qu'on ne mange jamais la même chose à peu d'intervalle. Autre bon point de notre virée au bunker. En tout cas, l'entendre parler de tout ça me donne faim ! Voilà pourquoi une fois toutes ses explications, je ne me fais pas vraiment prier pour débattre avec moi-même sur « qu'est-ce que je vais pouvoir prendre après ? ». De toute façon, je ne pense pas être franchement difficile niveau nourriture. Autant tout tester ! Histoire de me laisser une courte réflexion, je ne tarde pas à le questionner sur son arrivée sur Terre. « Délicieux, j’avoue ! » Son commentaire sur sa première bouchée me fait sourire. Mais, la suite, un peu moins. « C’était… douloureux ! Le jour de l’atterrissage, j’ai eu une épaule défoncée, alors il a fallu me la soigner… » Cette petite moue sur le visage montre bien à quel point on revient tous de bien loin, et à quel point c'était la course. Je me souviens de cette arrivée comme si c'était hier. « Pas cool.. » que je commente simplement, ayant sans doute un peu de remords de ne pas avoir pu être partout à la fois pour aider le plus de monde possible. Foutue navette qui s'était scindée en deux ! « Maintenant, je peux le dire, la majorité, ça fait mal ! » Nate, par ces quelques mots, désamorce en douceur cette sensation que je ressens souvent, de ne pas être capable de faire « plus » ou du moins, autant que je ne le voudrai pourtant. « Et toi ? Zack et Wells ont dû y penser ! » Aie, sujet sensible. Surtout que je me souviens très bien qui a été le premier à me souhaiter un bon anniversaire, allant même jusqu'à me faire un petit cadeau que j'ai toujours sur moi. Bien entendu, Zack et Wells y ont pensé. « Et ouais.. Il faut dire qu'on a été les premiers à prendre de l'âge, donc forcément ! » Comment ça, je contourne un peu le « problème » ? N'importe quoi.. Baissant un peu la tête, j'ajoute « Wells n'a pas oublié. Mais, je n'avais vraiment pas envie de lui parler.. Et toujours pas, en fait. » Après tout, à l'heure actuelle, je suis toujours convaincue que mon père est mort par sa faute. J'aurai tellement voulu qu'il soit encore là. Il me manque tellement. N'ayant pas franchement envie de plomber l'ambiance, je finis par boire quelques gorgées à nouveau. « Ils n'étaient pas les seuls, et pas les premiers non plus. » Dit comme ça, cela peut ressembler à un reproche, mais pas du tout. Il faut dire qu'avant minuit, quand Zack et Wells dormaient, je me suis éclipsée pour prendre l'air et souffler après tout ce stress accumulé. Et je suis tombée sur le Blake. Évidemment. Qui y a, lui aussi, pensé. Rien que d'y repenser, ça me fait doucement sourire. À ce souvenir, je détourne même un peu le regard de Nate, me prenant d'admiration pour une nouvelle bouchée que je ne tarde pas à déguster. Haussant les épaules, j'essaie d'embrayer sur un autre sujet, bien plus léger et suivi d'un nouveau lot de conneries en tout genre rythmant la désertion des gourmandises du plateau ! Et, là, comme on parlait de la fameuse salle de réalité virtuelle, je n'hésite pas à poser une question de haute importance à Nate. « N'empêche, t'irais où, toi, si tu pouvais choisir n'importe quel endroit ayant pu exister sur cette Terre ? Un cabinet de dentiste ? » Oui, je le reconnais, elle était un peu facile celle-là vu notre délire passé sur nos magnifiques dentitions. Mais, c'est quand même une question intéressante, non ? Après, avec qui il y irait, je me doute que ce serait avec son gars, évidemment ! Bon, pas chez le dentiste, hein. Ce serait un peu étrange. Mais, au pire, je ne jugerai pas, promis !

CBESIDETHECROCODILE

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] OMEGA
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Whatever our souls are made of, his and mine are the same

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
❝ ❞



Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] Vide
MessageSujet: Re: Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke] Empty

Revenir en haut Aller en bas

Il n'y a pas meilleur thérapie que la thérapie par le rire! [Clarke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru :: Mont Weather :: Précédemment au Mont Weather ...-