AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Des personnages de la S5 sont jouables (Merci de ne pas prendre un perso de la série non répertorié dans les PV [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) 179893249 )
Si IE est momentanément inaccessible : pas de panique ! Deux liens d'infos à connaître : Twitter ou Facebook [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) 179893249
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation (chez les Delinquents, Arkers et Moskiums) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) 3207243747
-12%
Le deal à ne pas rater :
Caméra sport GOPRO HERO 8 BLACK
379.99 € 429.99 €
Voir le deal

Partagez|

[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Bellamy Blake
❝ Admin α Commandant Blake α ❞
Bellamy Blake



Messages :
2061
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
Bob Morley
Crédits :
Avatar de thestral., signature de Bizzle et citation sign' de Ravenscode (avec la chanson "My escape")
[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) EmptyVen 6 Mar - 18:23

La chrono :
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles - Team Blake
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"All those suckers know my name but I just gotta fight the fight. They love to play those dirty games from the dark will come a light. Look out I’m coming. Look out I’m a dangerous man. I will survive, I’ll stand and fight. Better run and hide, 'cause I’m a dangerous man. Shaking like the holy ghost. Better run and be afraid. I will survive, gonna stand and fight, 'cause I’m a dangerous man." Dangerous man - Valley Of Wolves

Jetant un regard à c’qui reste de l’Arche, j’pousse un soupir, tout en m’adossant contre ce qui semble être un hangar à Rover. Si c’est bien la 1ère fois que j’vois l’extérieur d’la Colonie, j’reconnais assez bien l’vaisseau pour être envahi par toute une vague de souvenirs assez peu agréables. Et j’sais sincèrement pas c’qui est l’pire : m’dire que tout ce qui composait ma vie est toujours là-haut, flottant quelque part dans l’Espace (et qu’j’ai plus rien du tout de c’qui me rattachait à Elizabeth !), ou parcourir au quotidien des ruines d’mon passé. Rien qu’de voir la bâtisse, et les tenues « officielles » de certains, j’en ai des haut-l’cœur, qui sont accentués par l’fait que, quelques semaines plus tôt, j’me croyais enfin débarrassé pour de bon de l’Arche et d’sa société pourrie jusqu’à la moelle, pour retrouver tout ça… On a beau vouloir repartir sur de nouvelles bases, avec un nouveau Conseil qui devrait surgir de terre sous peu, à mes yeux, ça sera certainement la même merde. Faudra un long moment avant qu’y’ait réellement de changements, j’en suis sûr. Pessimiste ? J’ai vu plusieurs Conseils dans l’Espace, alors bon… On va pas m’détester pour n’pas croire qu’un miracle puisse survenir en quelques malheureux mois, même si j’ose espérer qu’le fait que les postulants puissent venir de tous horizons, accélérera cette évolution…

Mes doigts se repositionnent plus correctement autour de mes nouvelles comparses : mes béquilles. P’tit souvenir d’mon infiltration dans c’maudit bunker, que j’viens enfin de délaisser. Je sais : prolonger mon séjour a été mon choix, personne m’y a obligé, j’me suis porté volontaire pour rejoindre les rangs des « prisonniers ». Fallait bien que certains s’y collent, si on voulait qu’notre peuple sorte de sous la Montagne, libre, et qu’une paix s’établisse réellement entre tout l’monde. Ca a été plutôt long, d’autant plus que j’ai pas pris part aux délibérations. J’avais franchement pas ma place autour d’une telle table, par contre ! Mais du coup, les journées ont été assez longues même si on a tenté d’nous occuper au mieux afin d’nous faire passer l’temps plus vite. J’peux vous garantir que j’suis foutrement content d’être sorti du Mont Weather. Même si j’me demande c’que ça va donner, avec Clarke, du fait qu’on soit désormais ensemble mais qu’on ait décidés d’pas officialiser les choses pour l’instant. Ca n’va pas être facile au quotidien, mais bon… J’fais quelques pas, fouillant les lieux du regard, essayant de m’adapter à c’qui sera mon nouvel environnement, au moins, jusqu’à ce qu’j’puisse retourner au camp des 100. Ou c’qu’je parvienne à convaincre Clarke d’quitter Cérès avec moi. Car en toute franchise, j’me vois mal rester ici, avec tout c’que draine en moi le bâtiment… Et sans oublier qu’j’ai vraiment pas envie d’croiser les gueules des anciens Conseillers, tous les jours. Ils ont beau m’avoir enfin accordé une grâce, j’oublie pas qu’ils ont longtemps fermé les yeux sur c’qu’endurait ma mère sous la folie alcoolisée d’mon père, ni qu’ils ont envoyé dériver ma mère et risquer la vie d’ma sœur sur une planète supposément mortelle… Pas plus qu’j’oublie pas qu’à cause d’leurs jeux merdiques de pouvoir, j’me suis retrouvé piégé dans un chantage qu’a manqué d’me faire avoir un rôle similaire à celui d’mon connard de père : tueur de Chancelier…

Mes lèvres s’étirent en un sourire sincère, quand j’aperçois une silhouette familière, qui vient à ma rencontre. J’aurai dû l’parier, ça, qu’Octavia serait la 1ère à venir me retrouver, une fois à Cérès. Faut dire qu’on a rarement été séparés un très long moment, car même quand elle était à l’orphelinat ou en prison, on parvenait à s’voir le plus régulièrement possible. Y’a bien que depuis qu’on est sur Terre, qu’on enchaîne les semaines loin l’un d’l’autre. « J’ai faillis attendre ! » prétendis-je en lui lançant un sourire railleur, quand enfin elle se trouve en face de moi. J’n’attends pas vraiment d’réponses de sa part, j’la prends dans mes bras, assez maladroitement (merci à mes fichues béquilles dont j’ai hâte de m’débarrasser !). « Tu m’as manqué ! » avoué-je, la libérant enfin. Ca peut paraître assez cucul à admettre, mais c’est pourtant vrai, ma sœur m’a manqué. J’l’ai dit tout à l’heure : on est rarement resté aussi longtemps sans s’voir. Et si j’ai pris la décision d’aller, puis d’rester, dans l’Mont Weather, ça m’a quand même emmerdé d’laisser ma sœur derrière moi. J’savais que j’faisais ça pour elle. Mais j’aime pas n’pas être là pour veiller directement sur elle. Va cependant falloir que j’m’y fasse, j’suppose, maintenant qu’elle est enfin « dans la société », ça parait incontournable, qu’elle vole d’ses propres ailes.


Emi Burton

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Would you help me to find a new way? Would you guide me through all this again? Don't let me slip away, I need you here 'till the very end so stay here with me. There's so much love in you're smile when I look at your face and I'm here to stay. You're my escape so tell me you'll be right here with me. Hearing your voice is like hearing an angel sing through the good and bad and all in between. You're the one I want and the one I need. I won't make you turn away. So come with me and never look back. After all that we've been through you are still by my side and I'm grateful you're there and I, I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Octavia Blake
❝ Survivant ❞
Octavia Blake



Messages :
41
Date d'inscription :
11/02/2020
Ft :
Marie Avgeropoulos
Crédits :
@Black Swan (vava) ; via google & tumblr (gifs) ; goodlifequoteru.com (quote)
[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: Re: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) EmptyLun 9 Mar - 20:17

on mesure l'union d'une famille à sa capacité

à traverser ensemble les étapes difficiles.

Elle détestait Cérès. Elle n'avait beau ne pas être une personne importante, elle existait au camp. Elle était la petite sœur, celle caché sous le plancher. Les gens lui parlaient, la regardaient quand elle passait, se demandant probablement ce que ça faisait d'avoir un grand frère, une mère folle, de n'avoir pas vécu. Ici, on l'ignorait, tout simplement. Elle n'était rien pour personne et tout le monde se fichait d'elle. S'il n'y avait pas Murphy, lui jetant un vague regard quand il la croisait pour vérifier qu'elle était en un seul morceau, Miller, le seul qui semblait prendre en compte son existence, elle pourrait partir et personne ne s'en rendrait compte. Et puis elle n'avait plus de pilules et pratiquement plus de plantes. Elle avait dû se rationné, prendre des demi-doses et avec la baisse des produits anesthésiant son corps et son esprit, les cauchemars étaient revenus, plus violent encore, comme des rêves éveillés, des paralysies du sommeil. Octavia avait sérieusement commencé à réfléchir à comment voler des médicaments (probablement la seule fois où on la verrait si elle se faisait prendre), à sortir du camp pour aller chercher des plantes, mais si elle avait essayé d'en repérer sur la route, elle n'en avait vu aucune sur les derniers kilomètres avant d'arriver au camp des Arkéens. Non. Pour en retrouver, il lui faudrait retourner au camp et Murphy découvrirait qu'elle n'était pas ici et viendrait la chercher... probablement. Assurément. Il avait promis à Bellamy de veiller sur elle et c'était pourquoi elle était ici en premier lieu. Foutu Bellamy...

La brune n'était généralement que peu vindicative envers son frère. Même si elle avait le foutu caractère des Blake (ou en tous cas le simili caractère Blake, hérité d'une vie au contact de Bellamy) et même si elle avait eu quelques altercations musclées avec lui quand l'enfermement devenait trop insupportable, Octavia adorait littéralement son frère. Elle l'adorait comme on adore le soleil, les étoiles et les dieux. Elle l'adorait plus que tout au monde. Jamais elle ne voudrait se brouiller indéfiniment avec lui. Elle l'aimait bien trop. Pourtant, pour l'heure, elle le maudissait. Maudissant son absence, le sentiment d'abandon, le sentiment de ne pas être assez pour lui, quand il était tout pour elle. Elle maudissait d'être si inutile et si invisible. Maudissait l'Arche et Cérès... Maudissait sa mère. Les choses auraient été tellement plus simple si elle n'était jamais venue au monde. Si sa mère avait été voir les médecins de l'Arche dès qu'elle avait compris qu'elle était enceinte, ils auraient vu que son implant était défaillant, l'auraient avortée, lui en aurait remis un fonctionnel et tout cela ne serait jamais arrivé. Ni la vie de sa fille sous le plancher, ni sa folie, ni son exécution. Bellamy aurait été libre de vivre une vie, de rencontrer des gens, de se faire des amis, de trouver l'amour et de vivre une belle histoire faite de sincérité et d'honnêteté... Il n'aurait pas eu à s'enfermer chez lui pour jouer avec sa sœur, pour élever sa sœur, pour l'empêcher de se faire tuer par leur mère devenue folle...

Il arrive...

Personne n'avait cru important de le lui dire, mais Octavia l'avait entendu dans les couloirs (elle était bonne pour entendre des choses qu'elle n'était pas destinée à entendre). Alors malgré la colère contre lui et la fatigue qui rendait ses mouvements difficiles et douloureux, Octavia avait couru jusqu'aux portes de Cérès. Le sourire qu'il affichait valait tout l'or du monde pour la brunette, alors qu'elle s'arrêtait face à Bellamy, trop loin pour pouvoir le toucher, trop près pour ne pas sentir son cœur battre la chamade dans sa poitrine. Son héros était de retour. Pas en pleine forme, pas indemne, mais qui s'en foutait ? Il était vivant, sur ses deux pieds branlants et visiblement heureux de la voir. Son visage de marbre se chargea bientôt d'un sourire heureux.

Petite moquerie de l’aînée Blake et enfin, il la pris dans ses bras. Quand il lui assura qu'elle lui avait manqué, la libérant de son étreinte, elle eu un frisson. Sa mâchoire se serra, ses yeux lancèrent des éclairs et elle le frappa à la poitrine. « Je t'ai manqué ? » Elle frappa encore une fois, petit poing trop faible pour faire plus que le faire un peu vaciller malgré la fragilité de son équilibre. « Je t'ai manqué ? » Son poing, toujours sur la poitrine de Bellamy, se détendit pour se poser à plat sur son cœur, réalisant qu'elle sentait le cœur de son frère battre sous ses doigts. Octavia regarda sa main un instant, posé sur le cœur battant de son frère et elle se jeta de nouveau dans ses bras, passant les siens autour du cou de Bellamy, se levant sur la pointe des pieds pour ne pas l'obliger à se pencher, elle si petite et lui si grand. Pressant fort les paupières, Octavia inspira à fond l'odeur de cet homme, cette odeur qui savait tant l'apaiser. « Tu m'as tellement manqué, espèce de crétin. Fais plus jamais ça. Je te jure, j'apprends à tuer et je t'exécute moi-même si tu recommences. »

Elle n'allait pas pleurer. Elle ne voulait pas pleurer. Elle ne saurait pas si elle pleurait de colère, de fatigue ou de joie et elle ne voulait pas avoir à répondre à une telle question. Elle ne voulait pas pleurer et passer pour une faible. Elle voulait lui montrer qu'elle pouvait être forte, parce que si son frère lui-même ni croyait pas, personne au monde ne pourrait croire qu'elle pouvait être plus que la petite chose qu'on doit protéger et empêcher de faire les choses par elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Bellamy Blake
❝ Admin α Commandant Blake α ❞
Bellamy Blake



Messages :
2061
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
Bob Morley
Crédits :
Avatar de thestral., signature de Bizzle et citation sign' de Ravenscode (avec la chanson "My escape")
[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: Re: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) EmptySam 21 Mar - 20:54

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles - Team Blake
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"All those suckers know my name but I just gotta fight the fight. They love to play those dirty games from the dark will come a light. Look out I’m coming. Look out I’m a dangerous man. I will survive, I’ll stand and fight. Better run and hide, 'cause I’m a dangerous man. Shaking like the holy ghost. Better run and be afraid. I will survive, gonna stand and fight, 'cause I’m a dangerous man." Dangerous man - Valley Of Wolves

Avoir enfin Octavia dans les bras est une réelle libération pour moi. Si j’ai jamais perdu d’vue les multiples risques pris pour la protéger, qu’ce soit en cédant à la manipulation du Shumway comme en prenant part à la mission du bunker, j’regrette rien ! Ca n’a pas de prix, qu’O soit en bonne santé, à mes côtés ! J’aurai cependant dû m’douter qu’la brunette serait un peu grognon. Elle a toujours eu du mal à m’voir la délaisser plus longtemps qu’prévu. Elle m’boudait, lorsque j’rentrais après l’heure prévue, dans l’Espace. Peu importe qu’ce soit à cause d’un prof qui avait libéré notre classe après avoir traîné, ou d’la faute d’un formateur d’la Garde nous avait coltiné un exercice supplémentaire imprévu. J’ai assez vite évité d’expliquer c’retard quand c’était l’fruit d’un moment passé avec Aaron ou encore Elizabeth, qui s’était éternisé plus qu’il ne l’aurait dû ! J’voulais pas mettre en avant à ma frangine, tout ce dont elle n’aurait pas l’droit de vivre ni d’connaître. A force d’voir son visage renfrogné, pour saluer mes retards, j’en ai déduis qu’soit sa « captivité » chez nous lui pesait d’plus en plus, soit qu’elle préférait que j’m’occupe d’elle. Y’avait bien la possibilité d’notre mère qui devenait d’plus en plus cinglée, mais j’tentais toujours – dans la mesure du possible - d’réduire mes retards justement pour éviter ça. Et là, alors qu’elle m’foudroie des yeux tout en abattant son p’tit poing sur moi et répétant : « Je t’ai manqué ? » comme si elle n’en croyait pas un mot ! J’soupire, et m’apprête juste à souffler une réponse positive, quand ma cadette m’prend dans ses bras. De nouveau, mes lèvres s’étirent en un franc sourire, de ceux qui ne seront jamais réservés qu’à O. En un geste inconscient, mes bras se sont noués autour d’elle, juste pour savourer un peu plus le plaisir d’avoir retrouvé – enfin ! – ma p’tite sœur, qu’a pris soin de se hisser sur la pointe des pieds, à cause d’mon infirmité du moment. « Tu m'as tellement manqué, espèce de crétin. Fais plus jamais ça. Je te jure, j'apprends à tuer et je t'exécute moi-même si tu recommences. » Là, j’suis navré, mais c’est plus fort que moi, et j’finis par ricaner doucement, face à ce déferlement d’colère. C’est qu’elle serait presque sérieuse !

C’est en soupirant, que j’recule de quelques pas, pour observer ma p’tite sœur, un grand pincement au cœur. J’me prends un peu plus fortement l’constat qu’elle n’est plus une gosse, dans la face. C’est dur, croyez-moi. Tout comme de m’dire qu’il faut que j’lâche du leste en c’qui la concerne, même si j’ai déjà commencé ça depuis nos retrouvailles précédentes. « J’avais pas l’choix, O. », rappelé-je. Bien entendu, j’ai fini par lui dire ce que j’avais fait sur l’Arche, pour m’assurer une place dans la navette des délinquants. Et ce que ce geste pourrait m’coûter, et à elle par extension… J’ai fais ça aussi bien pour être gracié, qu’pour éviter de demander à O à choisir entre sa vie qui démarrait enfin et moi (ou l’abandonner sans le lui dire !), qu’pour m’assurer que notre peuple ne la conduirait pas direct’ dans la gueule du loup. « Tu sais que peu importe les menaces, j’recommencerai s’il le fallait… » Et j’hausse les épaules en avouant cela. Ca fait vieux jeu sans doute, mais y’a rien dont je n’serai pas capable, pour prendre soin d’elle. Cependant et assez paradoxalement, j’sais que je râlerais grandement si les rôles venaient à être inversés. Que voulez-vous, j’ai tellement grandi avec en tête l’idée fixe que c’était mon rôle de veiller sur elle, que c’est compliqué de voir les choses autrement ! « Bon, t’as pas l’air d’aller trop mal ! J’veux dire : t’as réussi à n’pas empoisonner Murphy, ni personne d’autre, à ce que j’vois ! » plaisanté-je en prenant un peu plus appui sur mes béquilles, avant de me mettre à marcher, sans but précis, juste en tête une envie de bouger un peu après être resté confiné dans le Rover durant bien trop longtemps à mon goût. Bien entendu, O n’a pas pu m’cacher sa colère contre Murphy pour l’avoir traîné de force ici, ni son agacement d’avoir à supporter la présence de tant d’anciennes figures de l’autorité. « Tuer » est p’têtre un grand mot, mais j’ai bien entendu, durant nos échanges radio, qu’la soeurette n’était guère heureuse d’être de retour sur l’Arche (en quelque sorte, via les quelques vestiges qui en subsistent !).


Emi Burton

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Would you help me to find a new way? Would you guide me through all this again? Don't let me slip away, I need you here 'till the very end so stay here with me. There's so much love in you're smile when I look at your face and I'm here to stay. You're my escape so tell me you'll be right here with me. Hearing your voice is like hearing an angel sing through the good and bad and all in between. You're the one I want and the one I need. I won't make you turn away. So come with me and never look back. After all that we've been through you are still by my side and I'm grateful you're there and I, I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Octavia Blake
❝ Survivant ❞
Octavia Blake



Messages :
41
Date d'inscription :
11/02/2020
Ft :
Marie Avgeropoulos
Crédits :
@Black Swan (vava) ; via google & tumblr (gifs) ; goodlifequoteru.com (quote)
[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: Re: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) EmptyVen 27 Mar - 13:11

on mesure l'union d'une famille à sa capacité

à traverser ensemble les étapes difficiles.

Elle pouvait le détester parfois, lui en vouloir, bouder et lui faire la tête, mais en fin de compte, Octavia aimait toujours profondément son frère. Il était son seul parent valable, la personne la plus importante au monde pour elle, et même si elle en avait marre d'être traité comme une petite chose fragile à protéger de tout et à garder sous cloche, elle restait cette petite fille qui aimait être dans les bras de son grand frère, juste pour admirer à quel point il était grand, fort, protecteur et aimant. Les rapports entre frères et sœurs étaient compliqués dans tous les livres qu'elle avait pu voir et malheureusement, elle n'avait personne à qui confier ses états d'âmes sur le sujet. Personne ne pouvait comprendre. Un frère et une sœur de leur âge, aussi lié... Il n'en existait pas sur l'Arche. Ils étaient uniques. Il pouvait se moquer autant qu'il voulait, elle était sérieuse dans ses envies de meurtre. Parce que Bellamy déclenchait en elle des pulsions de tendresses aussi puissantes que des envies de massacrer le monde. Il pouvait la rendre folle comme personne, surtout quand il manquait de se faire tuer en argumentant qu'il le referait encore et encore si c'était le seul moyen de la protéger... Comme il l'avait fait présentement.

« Je sais... », dit-elle, un peu tristement. Parce que oui, elle savait qu'il recommencerait. Mille fois et mille fois plus dangereusement si c'était nécessaire. À chaque fois. Parce qu'elle était sa sœur. Sa "responsabilité", comme il se plaisait à le dire, tel le héros de roman qu'il lui lisait le soir. Une idée bien solidement ancré dans son esprit, martelé par une mère complètement folle, incapable d'assumer cette petite fille illégale comme "sa responsabilité"... Aussi cruelle soit la leçon, Octavia avait appris il y a longtemps à ne pas idéaliser sa mère. Bellamy était le héros de son histoire, sa mère, le personnage le plus ambivalent qui soit. Elle avait aimé sa mère. Elle l'aimait encore de tout son cœur. Mais sa mère était aussi une autre. Une femme malade, qui pouvait la tuer sans la moindre hésitation. Qui avait presque réussi, plus d'une fois. Un nombre de fois que Bellamy ne connaissait même pas. Elle avait pu souvent lui faire la tête dans leur enfance, quand il rentrait tard avec une excuse qu'elle ne croyait qu'à moitié, mais jamais elle ne lui aurait avoué qu'elle avait eu besoin de lui pour survivre à ce moment-là. Elle avait appris à cacher les bleus, les plaies, les tentatives de meurtre. Pas toute. Il n'en avait surpris que trop. Il l'avait sauvé tant de fois... Mais elle ne lui avait pas raconté toutes les autres fois. Quand il était à l'école et qu'elle devait se cacher dans le placard où elle avait bricolé un cadenas intérieur pour que sa mère ne puisse pas l'atteindre ou quand elle était devenue trop grande pour se cacher dans le placard et qu'elle devait faire semblant d'être morte avant d'être complètement étouffée, laissant sa mère croire qu'elle n'avait plus qu'un cadavre pantelant entre ses mains.

Loin des bras de Bellamy, elle frissonna, les souvenirs vivaces l'empêchant de trouver la paix ces derniers jours.

Roulant des yeux à sa constatation que personne n'était mort en son absence, elle le suivit, alors qu'il se mettait à marcher. « J'ai sérieusement envisagé de mettre du sureau dans son verre plus d'une fois », avoua la brune avec un air guilleret qui détonnait cruellement avec le propos, avant de faire une petite moue déçue. « Mais j'en avais pas et Murphy surveille chacune de mes tentatives de sortir d'ici. Il avait trop peur que je me barre d'ici et que je retourne au camp avant ton retour. » Elle sourit, une fois de plus. « Mais tu es là maintenant, alors tu vas vite pouvoir guérir et ensuite, on pourra s'en aller et rentrer chez nous... » Chez eux... Avait-ils seulement jamais eu un "chez eux" ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
❝ ❞



[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: Re: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Empty

Revenir en haut Aller en bas

[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru :: Cérès (l'Arche sur Terre)-