AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Des personnages de la S5 sont jouables (Merci de ne pas prendre un perso de la série non répertorié dans les PV [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) 179893249 )
Si IE est momentanément inaccessible : pas de panique ! Deux liens d'infos à connaître : Twitter ou Facebook [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) 179893249
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation (chez les Delinquents, Arkers et Moskiums) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) 3207243747

Partagez|

[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Bellamy Blake
❝ Admin α Commandant Blake α ❞
Bellamy Blake



Messages :
2182
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
Bob Morley
Crédits :
Avatar de TWIZZLE , signature de Bizzle et citation sign' de Ravenscode (avec la chanson "My escape")
[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) EmptyVen 6 Mar - 18:23

La chrono :
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles - Team Blake
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"All those suckers know my name but I just gotta fight the fight. They love to play those dirty games from the dark will come a light. Look out I’m coming. Look out I’m a dangerous man. I will survive, I’ll stand and fight. Better run and hide, 'cause I’m a dangerous man. Shaking like the holy ghost. Better run and be afraid. I will survive, gonna stand and fight, 'cause I’m a dangerous man." Dangerous man - Valley Of Wolves

Jetant un regard à c’qui reste de l’Arche, j’pousse un soupir, tout en m’adossant contre ce qui semble être un hangar à Rover. Si c’est bien la 1ère fois que j’vois l’extérieur d’la Colonie, j’reconnais assez bien l’vaisseau pour être envahi par toute une vague de souvenirs assez peu agréables. Et j’sais sincèrement pas c’qui est l’pire : m’dire que tout ce qui composait ma vie est toujours là-haut, flottant quelque part dans l’Espace (et qu’j’ai plus rien du tout de c’qui me rattachait à Elizabeth !), ou parcourir au quotidien des ruines d’mon passé. Rien qu’de voir la bâtisse, et les tenues « officielles » de certains, j’en ai des haut-l’cœur, qui sont accentués par l’fait que, quelques semaines plus tôt, j’me croyais enfin débarrassé pour de bon de l’Arche et d’sa société pourrie jusqu’à la moelle, pour retrouver tout ça… On a beau vouloir repartir sur de nouvelles bases, avec un nouveau Conseil qui devrait surgir de terre sous peu, à mes yeux, ça sera certainement la même merde. Faudra un long moment avant qu’y’ait réellement de changements, j’en suis sûr. Pessimiste ? J’ai vu plusieurs Conseils dans l’Espace, alors bon… On va pas m’détester pour n’pas croire qu’un miracle puisse survenir en quelques malheureux mois, même si j’ose espérer qu’le fait que les postulants puissent venir de tous horizons, accélérera cette évolution…

Mes doigts se repositionnent plus correctement autour de mes nouvelles comparses : mes béquilles. P’tit souvenir d’mon infiltration dans c’maudit bunker, que j’viens enfin de délaisser. Je sais : prolonger mon séjour a été mon choix, personne m’y a obligé, j’me suis porté volontaire pour rejoindre les rangs des « prisonniers ». Fallait bien que certains s’y collent, si on voulait qu’notre peuple sorte de sous la Montagne, libre, et qu’une paix s’établisse réellement entre tout l’monde. Ca a été plutôt long, d’autant plus que j’ai pas pris part aux délibérations. J’avais franchement pas ma place autour d’une telle table, par contre ! Mais du coup, les journées ont été assez longues même si on a tenté d’nous occuper au mieux afin d’nous faire passer l’temps plus vite. J’peux vous garantir que j’suis foutrement content d’être sorti du Mont Weather. Même si j’me demande c’que ça va donner, avec Clarke, du fait qu’on soit désormais ensemble mais qu’on ait décidés d’pas officialiser les choses pour l’instant. Ca n’va pas être facile au quotidien, mais bon… J’fais quelques pas, fouillant les lieux du regard, essayant de m’adapter à c’qui sera mon nouvel environnement, au moins, jusqu’à ce qu’j’puisse retourner au camp des 100. Ou c’qu’je parvienne à convaincre Clarke d’quitter Cérès avec moi. Car en toute franchise, j’me vois mal rester ici, avec tout c’que draine en moi le bâtiment… Et sans oublier qu’j’ai vraiment pas envie d’croiser les gueules des anciens Conseillers, tous les jours. Ils ont beau m’avoir enfin accordé une grâce, j’oublie pas qu’ils ont longtemps fermé les yeux sur c’qu’endurait ma mère sous la folie alcoolisée d’mon père, ni qu’ils ont envoyé dériver ma mère et risquer la vie d’ma sœur sur une planète supposément mortelle… Pas plus qu’j’oublie pas qu’à cause d’leurs jeux merdiques de pouvoir, j’me suis retrouvé piégé dans un chantage qu’a manqué d’me faire avoir un rôle similaire à celui d’mon connard de père : tueur de Chancelier…

Mes lèvres s’étirent en un sourire sincère, quand j’aperçois une silhouette familière, qui vient à ma rencontre. J’aurai dû l’parier, ça, qu’Octavia serait la 1ère à venir me retrouver, une fois à Cérès. Faut dire qu’on a rarement été séparés un très long moment, car même quand elle était à l’orphelinat ou en prison, on parvenait à s’voir le plus régulièrement possible. Y’a bien que depuis qu’on est sur Terre, qu’on enchaîne les semaines loin l’un d’l’autre. « J’ai faillis attendre ! » prétendis-je en lui lançant un sourire railleur, quand enfin elle se trouve en face de moi. J’n’attends pas vraiment d’réponses de sa part, j’la prends dans mes bras, assez maladroitement (merci à mes fichues béquilles dont j’ai hâte de m’débarrasser !). « Tu m’as manqué ! » avoué-je, la libérant enfin. Ca peut paraître assez cucul à admettre, mais c’est pourtant vrai, ma sœur m’a manqué. J’l’ai dit tout à l’heure : on est rarement resté aussi longtemps sans s’voir. Et si j’ai pris la décision d’aller, puis d’rester, dans l’Mont Weather, ça m’a quand même emmerdé d’laisser ma sœur derrière moi. J’savais que j’faisais ça pour elle. Mais j’aime pas n’pas être là pour veiller directement sur elle. Va cependant falloir que j’m’y fasse, j’suppose, maintenant qu’elle est enfin « dans la société », ça parait incontournable, qu’elle vole d’ses propres ailes.


Emi Burton

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Would you help me to find a new way? Would you guide me through all this again? Don't let me slip away, I need you here 'till the very end so stay here with me. There's so much love in you're smile when I look at your face and I'm here to stay. You're my escape so tell me you'll be right here with me. Hearing your voice is like hearing an angel sing through the good and bad and all in between. You're the one I want and the one I need. I won't make you turn away. So come with me and never look back. After all that we've been through you are still by my side and I'm grateful you're there and I, I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Octavia Blake
❝ Survivant ❞
Octavia Blake



Messages :
64
Date d'inscription :
11/02/2020
Ft :
Marie Avgeropoulos
Crédits :
swan (vava) ; via google & tumblr (gifs) ; goodlifequoteru.com (quote)
[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: Re: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) EmptyLun 9 Mar - 20:17

on mesure l'union d'une famille à sa capacité

à traverser ensemble les étapes difficiles.

Elle détestait Cérès. Elle n'avait beau ne pas être une personne importante, elle existait au camp. Elle était la petite sœur, celle caché sous le plancher. Les gens lui parlaient, la regardaient quand elle passait, se demandant probablement ce que ça faisait d'avoir un grand frère, une mère folle, de n'avoir pas vécu. Ici, on l'ignorait, tout simplement. Elle n'était rien pour personne et tout le monde se fichait d'elle. S'il n'y avait pas Murphy, lui jetant un vague regard quand il la croisait pour vérifier qu'elle était en un seul morceau, Miller, le seul qui semblait prendre en compte son existence, elle pourrait partir et personne ne s'en rendrait compte. Et puis elle n'avait plus de pilules et pratiquement plus de plantes. Elle avait dû se rationné, prendre des demi-doses et avec la baisse des produits anesthésiant son corps et son esprit, les cauchemars étaient revenus, plus violent encore, comme des rêves éveillés, des paralysies du sommeil. Octavia avait sérieusement commencé à réfléchir à comment voler des médicaments (probablement la seule fois où on la verrait si elle se faisait prendre), à sortir du camp pour aller chercher des plantes, mais si elle avait essayé d'en repérer sur la route, elle n'en avait vu aucune sur les derniers kilomètres avant d'arriver au camp des Arkéens. Non. Pour en retrouver, il lui faudrait retourner au camp et Murphy découvrirait qu'elle n'était pas ici et viendrait la chercher... probablement. Assurément. Il avait promis à Bellamy de veiller sur elle et c'était pourquoi elle était ici en premier lieu. Foutu Bellamy...

La brune n'était généralement que peu vindicative envers son frère. Même si elle avait le foutu caractère des Blake (ou en tous cas le simili caractère Blake, hérité d'une vie au contact de Bellamy) et même si elle avait eu quelques altercations musclées avec lui quand l'enfermement devenait trop insupportable, Octavia adorait littéralement son frère. Elle l'adorait comme on adore le soleil, les étoiles et les dieux. Elle l'adorait plus que tout au monde. Jamais elle ne voudrait se brouiller indéfiniment avec lui. Elle l'aimait bien trop. Pourtant, pour l'heure, elle le maudissait. Maudissant son absence, le sentiment d'abandon, le sentiment de ne pas être assez pour lui, quand il était tout pour elle. Elle maudissait d'être si inutile et si invisible. Maudissait l'Arche et Cérès... Maudissait sa mère. Les choses auraient été tellement plus simple si elle n'était jamais venue au monde. Si sa mère avait été voir les médecins de l'Arche dès qu'elle avait compris qu'elle était enceinte, ils auraient vu que son implant était défaillant, l'auraient avortée, lui en aurait remis un fonctionnel et tout cela ne serait jamais arrivé. Ni la vie de sa fille sous le plancher, ni sa folie, ni son exécution. Bellamy aurait été libre de vivre une vie, de rencontrer des gens, de se faire des amis, de trouver l'amour et de vivre une belle histoire faite de sincérité et d'honnêteté... Il n'aurait pas eu à s'enfermer chez lui pour jouer avec sa sœur, pour élever sa sœur, pour l'empêcher de se faire tuer par leur mère devenue folle...

Il arrive...

Personne n'avait cru important de le lui dire, mais Octavia l'avait entendu dans les couloirs (elle était bonne pour entendre des choses qu'elle n'était pas destinée à entendre). Alors malgré la colère contre lui et la fatigue qui rendait ses mouvements difficiles et douloureux, Octavia avait couru jusqu'aux portes de Cérès. Le sourire qu'il affichait valait tout l'or du monde pour la brunette, alors qu'elle s'arrêtait face à Bellamy, trop loin pour pouvoir le toucher, trop près pour ne pas sentir son cœur battre la chamade dans sa poitrine. Son héros était de retour. Pas en pleine forme, pas indemne, mais qui s'en foutait ? Il était vivant, sur ses deux pieds branlants et visiblement heureux de la voir. Son visage de marbre se chargea bientôt d'un sourire heureux.

Petite moquerie de l’aînée Blake et enfin, il la pris dans ses bras. Quand il lui assura qu'elle lui avait manqué, la libérant de son étreinte, elle eu un frisson. Sa mâchoire se serra, ses yeux lancèrent des éclairs et elle le frappa à la poitrine. « Je t'ai manqué ? » Elle frappa encore une fois, petit poing trop faible pour faire plus que le faire un peu vaciller malgré la fragilité de son équilibre. « Je t'ai manqué ? » Son poing, toujours sur la poitrine de Bellamy, se détendit pour se poser à plat sur son cœur, réalisant qu'elle sentait le cœur de son frère battre sous ses doigts. Octavia regarda sa main un instant, posé sur le cœur battant de son frère et elle se jeta de nouveau dans ses bras, passant les siens autour du cou de Bellamy, se levant sur la pointe des pieds pour ne pas l'obliger à se pencher, elle si petite et lui si grand. Pressant fort les paupières, Octavia inspira à fond l'odeur de cet homme, cette odeur qui savait tant l'apaiser. « Tu m'as tellement manqué, espèce de crétin. Fais plus jamais ça. Je te jure, j'apprends à tuer et je t'exécute moi-même si tu recommences. »

Elle n'allait pas pleurer. Elle ne voulait pas pleurer. Elle ne saurait pas si elle pleurait de colère, de fatigue ou de joie et elle ne voulait pas avoir à répondre à une telle question. Elle ne voulait pas pleurer et passer pour une faible. Elle voulait lui montrer qu'elle pouvait être forte, parce que si son frère lui-même ni croyait pas, personne au monde ne pourrait croire qu'elle pouvait être plus que la petite chose qu'on doit protéger et empêcher de faire les choses par elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Bellamy Blake
❝ Admin α Commandant Blake α ❞
Bellamy Blake



Messages :
2182
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
Bob Morley
Crédits :
Avatar de TWIZZLE , signature de Bizzle et citation sign' de Ravenscode (avec la chanson "My escape")
[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: Re: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) EmptySam 21 Mar - 20:54

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles - Team Blake
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"All those suckers know my name but I just gotta fight the fight. They love to play those dirty games from the dark will come a light. Look out I’m coming. Look out I’m a dangerous man. I will survive, I’ll stand and fight. Better run and hide, 'cause I’m a dangerous man. Shaking like the holy ghost. Better run and be afraid. I will survive, gonna stand and fight, 'cause I’m a dangerous man." Dangerous man - Valley Of Wolves

Avoir enfin Octavia dans les bras est une réelle libération pour moi. Si j’ai jamais perdu d’vue les multiples risques pris pour la protéger, qu’ce soit en cédant à la manipulation du Shumway comme en prenant part à la mission du bunker, j’regrette rien ! Ca n’a pas de prix, qu’O soit en bonne santé, à mes côtés ! J’aurai cependant dû m’douter qu’la brunette serait un peu grognon. Elle a toujours eu du mal à m’voir la délaisser plus longtemps qu’prévu. Elle m’boudait, lorsque j’rentrais après l’heure prévue, dans l’Espace. Peu importe qu’ce soit à cause d’un prof qui avait libéré notre classe après avoir traîné, ou d’la faute d’un formateur d’la Garde nous avait coltiné un exercice supplémentaire imprévu. J’ai assez vite évité d’expliquer c’retard quand c’était l’fruit d’un moment passé avec Aaron ou encore Elizabeth, qui s’était éternisé plus qu’il ne l’aurait dû ! J’voulais pas mettre en avant à ma frangine, tout ce dont elle n’aurait pas l’droit de vivre ni d’connaître. A force d’voir son visage renfrogné, pour saluer mes retards, j’en ai déduis qu’soit sa « captivité » chez nous lui pesait d’plus en plus, soit qu’elle préférait que j’m’occupe d’elle. Y’avait bien la possibilité d’notre mère qui devenait d’plus en plus cinglée, mais j’tentais toujours – dans la mesure du possible - d’réduire mes retards justement pour éviter ça. Et là, alors qu’elle m’foudroie des yeux tout en abattant son p’tit poing sur moi et répétant : « Je t’ai manqué ? » comme si elle n’en croyait pas un mot ! J’soupire, et m’apprête juste à souffler une réponse positive, quand ma cadette m’prend dans ses bras. De nouveau, mes lèvres s’étirent en un franc sourire, de ceux qui ne seront jamais réservés qu’à O. En un geste inconscient, mes bras se sont noués autour d’elle, juste pour savourer un peu plus le plaisir d’avoir retrouvé – enfin ! – ma p’tite sœur, qu’a pris soin de se hisser sur la pointe des pieds, à cause d’mon infirmité du moment. « Tu m'as tellement manqué, espèce de crétin. Fais plus jamais ça. Je te jure, j'apprends à tuer et je t'exécute moi-même si tu recommences. » Là, j’suis navré, mais c’est plus fort que moi, et j’finis par ricaner doucement, face à ce déferlement d’colère. C’est qu’elle serait presque sérieuse !

C’est en soupirant, que j’recule de quelques pas, pour observer ma p’tite sœur, un grand pincement au cœur. J’me prends un peu plus fortement l’constat qu’elle n’est plus une gosse, dans la face. C’est dur, croyez-moi. Tout comme de m’dire qu’il faut que j’lâche du leste en c’qui la concerne, même si j’ai déjà commencé ça depuis nos retrouvailles précédentes. « J’avais pas l’choix, O. », rappelé-je. Bien entendu, j’ai fini par lui dire ce que j’avais fait sur l’Arche, pour m’assurer une place dans la navette des délinquants. Et ce que ce geste pourrait m’coûter, et à elle par extension… J’ai fais ça aussi bien pour être gracié, qu’pour éviter de demander à O à choisir entre sa vie qui démarrait enfin et moi (ou l’abandonner sans le lui dire !), qu’pour m’assurer que notre peuple ne la conduirait pas direct’ dans la gueule du loup. « Tu sais que peu importe les menaces, j’recommencerai s’il le fallait… » Et j’hausse les épaules en avouant cela. Ca fait vieux jeu sans doute, mais y’a rien dont je n’serai pas capable, pour prendre soin d’elle. Cependant et assez paradoxalement, j’sais que je râlerais grandement si les rôles venaient à être inversés. Que voulez-vous, j’ai tellement grandi avec en tête l’idée fixe que c’était mon rôle de veiller sur elle, que c’est compliqué de voir les choses autrement ! « Bon, t’as pas l’air d’aller trop mal ! J’veux dire : t’as réussi à n’pas empoisonner Murphy, ni personne d’autre, à ce que j’vois ! » plaisanté-je en prenant un peu plus appui sur mes béquilles, avant de me mettre à marcher, sans but précis, juste en tête une envie de bouger un peu après être resté confiné dans le Rover durant bien trop longtemps à mon goût. Bien entendu, O n’a pas pu m’cacher sa colère contre Murphy pour l’avoir traîné de force ici, ni son agacement d’avoir à supporter la présence de tant d’anciennes figures de l’autorité. « Tuer » est p’têtre un grand mot, mais j’ai bien entendu, durant nos échanges radio, qu’la soeurette n’était guère heureuse d’être de retour sur l’Arche (en quelque sorte, via les quelques vestiges qui en subsistent !).


Emi Burton

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Would you help me to find a new way? Would you guide me through all this again? Don't let me slip away, I need you here 'till the very end so stay here with me. There's so much love in you're smile when I look at your face and I'm here to stay. You're my escape so tell me you'll be right here with me. Hearing your voice is like hearing an angel sing through the good and bad and all in between. You're the one I want and the one I need. I won't make you turn away. So come with me and never look back. After all that we've been through you are still by my side and I'm grateful you're there and I, I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Octavia Blake
❝ Survivant ❞
Octavia Blake



Messages :
64
Date d'inscription :
11/02/2020
Ft :
Marie Avgeropoulos
Crédits :
swan (vava) ; via google & tumblr (gifs) ; goodlifequoteru.com (quote)
[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: Re: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) EmptyVen 27 Mar - 13:11

on mesure l'union d'une famille à sa capacité

à traverser ensemble les étapes difficiles.

Elle pouvait le détester parfois, lui en vouloir, bouder et lui faire la tête, mais en fin de compte, Octavia aimait toujours profondément son frère. Il était son seul parent valable, la personne la plus importante au monde pour elle, et même si elle en avait marre d'être traité comme une petite chose fragile à protéger de tout et à garder sous cloche, elle restait cette petite fille qui aimait être dans les bras de son grand frère, juste pour admirer à quel point il était grand, fort, protecteur et aimant. Les rapports entre frères et sœurs étaient compliqués dans tous les livres qu'elle avait pu voir et malheureusement, elle n'avait personne à qui confier ses états d'âmes sur le sujet. Personne ne pouvait comprendre. Un frère et une sœur de leur âge, aussi lié... Il n'en existait pas sur l'Arche. Ils étaient uniques. Il pouvait se moquer autant qu'il voulait, elle était sérieuse dans ses envies de meurtre. Parce que Bellamy déclenchait en elle des pulsions de tendresses aussi puissantes que des envies de massacrer le monde. Il pouvait la rendre folle comme personne, surtout quand il manquait de se faire tuer en argumentant qu'il le referait encore et encore si c'était le seul moyen de la protéger... Comme il l'avait fait présentement.

« Je sais... », dit-elle, un peu tristement. Parce que oui, elle savait qu'il recommencerait. Mille fois et mille fois plus dangereusement si c'était nécessaire. À chaque fois. Parce qu'elle était sa sœur. Sa "responsabilité", comme il se plaisait à le dire, tel le héros de roman qu'il lui lisait le soir. Une idée bien solidement ancré dans son esprit, martelé par une mère complètement folle, incapable d'assumer cette petite fille illégale comme "sa responsabilité"... Aussi cruelle soit la leçon, Octavia avait appris il y a longtemps à ne pas idéaliser sa mère. Bellamy était le héros de son histoire, sa mère, le personnage le plus ambivalent qui soit. Elle avait aimé sa mère. Elle l'aimait encore de tout son cœur. Mais sa mère était aussi une autre. Une femme malade, qui pouvait la tuer sans la moindre hésitation. Qui avait presque réussi, plus d'une fois. Un nombre de fois que Bellamy ne connaissait même pas. Elle avait pu souvent lui faire la tête dans leur enfance, quand il rentrait tard avec une excuse qu'elle ne croyait qu'à moitié, mais jamais elle ne lui aurait avoué qu'elle avait eu besoin de lui pour survivre à ce moment-là. Elle avait appris à cacher les bleus, les plaies, les tentatives de meurtre. Pas toute. Il n'en avait surpris que trop. Il l'avait sauvé tant de fois... Mais elle ne lui avait pas raconté toutes les autres fois. Quand il était à l'école et qu'elle devait se cacher dans le placard où elle avait bricolé un cadenas intérieur pour que sa mère ne puisse pas l'atteindre ou quand elle était devenue trop grande pour se cacher dans le placard et qu'elle devait faire semblant d'être morte avant d'être complètement étouffée, laissant sa mère croire qu'elle n'avait plus qu'un cadavre pantelant entre ses mains.

Loin des bras de Bellamy, elle frissonna, les souvenirs vivaces l'empêchant de trouver la paix ces derniers jours.

Roulant des yeux à sa constatation que personne n'était mort en son absence, elle le suivit, alors qu'il se mettait à marcher. « J'ai sérieusement envisagé de mettre du sureau dans son verre plus d'une fois », avoua la brune avec un air guilleret qui détonnait cruellement avec le propos, avant de faire une petite moue déçue. « Mais j'en avais pas et Murphy surveille chacune de mes tentatives de sortir d'ici. Il avait trop peur que je me barre d'ici et que je retourne au camp avant ton retour. » Elle sourit, une fois de plus. « Mais tu es là maintenant, alors tu vas vite pouvoir guérir et ensuite, on pourra s'en aller et rentrer chez nous... » Chez eux... Avait-ils seulement jamais eu un "chez eux" ?
Revenir en haut Aller en bas
Bellamy Blake
❝ Admin α Commandant Blake α ❞
Bellamy Blake



Messages :
2182
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
Bob Morley
Crédits :
Avatar de TWIZZLE , signature de Bizzle et citation sign' de Ravenscode (avec la chanson "My escape")
[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: Re: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) EmptyDim 5 Avr - 21:17

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles - Team Blake
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"All those suckers know my name but I just gotta fight the fight. They love to play those dirty games from the dark will come a light. Look out I’m coming. Look out I’m a dangerous man. I will survive, I’ll stand and fight. Better run and hide, 'cause I’m a dangerous man. Shaking like the holy ghost. Better run and be afraid. I will survive, gonna stand and fight, 'cause I’m a dangerous man." Dangerous man - Valley Of Wolves

« Je sais… » m’indique O d’une voix tristement résolue, qui m’fait pousser un soupir assez coupable. J’me doute bien qu’ça doit lui peser d’savoir que j’prendrai des risques insensés pour m’assurer qu’elle aille bien, que ce soit dans une semaine comme dans plusieurs années. Et ce, qu’elle ait donc appris ou non à s’débrouiller mieux toute seule. Parce qu’il serait débile de croire que j’la laisserais prendre le moindre risque, même ainsi ! J’ai passé l’plus clair de ma vie à prendre soin d’elle, à oublier jusqu’à mes propres envies pour qu’elle s’épanouisse aussi bien qu’possible vu ses conditions d’vie. Il en faudra vraiment beaucoup pour que j’perde cette habitude, même si promis, j’songe à faire des efforts pour m’en défaire, histoire d’éviter qu’O n’finisse par devenir folle à force de s’sentir surprotégée.

On vient ensuite à faire quelques pas, qui m’font un bien fou. Même si ça m’emmerde, d’être avec des béquilles, mais bon…. Il n’est pas impossible que j’cède, dans quelques jours, à utiliser un Régénérateur. Mais bon, quand ça s’fera, ça sera pas d’la façon dont mes proches l’auraient espéré. En effet, je n’prendrais qu’une demi-dose, afin de ne pas gâcher un remède qui pourrait être nettement plus utile à des blessures bien plus graves qu’la mienne. Surtout qu’les Régénérateurs n’sont qu’en quantité réduites, et sans doute qu’on va ramer à en faire d’autres, alors ouais… Faudra pas être étonné quand j’en prendrais qu’un peu ! « J'ai sérieusement envisagé de mettre du sureau dans son verre plus d'une fois. Mais j'en avais pas et Murphy surveille chacune de mes tentatives de sortir d'ici. Il avait trop peur que je me barre d'ici et que je retourne au camp avant ton retour. » m’explique Octavia, après que j’me sois amusé d’voir Murphy, et d’autres, encore indemnes ! J’réprime un gloussement amusé, d’entendre qu’il a pris son rôle autant au sérieux. Ca ne m’étonne pas, je m’en doutais, qu’il ferait d’son mieux pour pas perdre O de vue. Ainsi que je l’avais redouté, par contre, ma soeurette a bien eu du mal à supporter la surveillance de Murphy. J’en avais pourtant parlé avec elle, afin d’lui expliquer les raisons qui m’avaient poussé à demander un tel service au Waldénite. J’avais quand même espéré qu’ils finiraient un minimum par ben s’entendre, mais j’ai rêvé un peu trop grand, j’le crains bien ! « Mais tu es là maintenant, alors tu vas vite pouvoir guérir et ensuite, on pourra s'en aller et rentrer chez nous.. » poursuit ma p’tite sœur, c’qui m’fait secouer positivement la tête, vigoureusement. « Ah ça, ouais, il est hors de question que j’reste trop longtemps ici… » Même si j’envisage déjà de réintégrer la Garde, j’ai pas l’intention d’m’installer à Cérès. Etre au plus près du Conseil, même s’il va bientôt changer d’forme ? Très peu pour moi. On sera encore sous la coupe du Conseil, même si on s’installer dans l’camp des 100 à proximité, ou dans celui dans lequel j’ai vécu suite à l’atterrissage… Mais au moins, on sera pas confronté directement à tout ceux qu’ont envoyé notre mère à la dérive, et foutu O à l’orphelinat puis en prison… « Et… T’sais, pour Murphy… il est moins con qu’il ne s’amuse à l’laisser croire… » Oui, j’me retrouve clairement en Murphy et dans les préjugés dont il est la victime. Mais c’est propre à l’homme, ça, d’juger les gens, d’leur foutre une étiquette en un rien d’temps, et d’pas démordre de cette pensée erronée ! Bon, ceci dit, ça m’ferait bizarre qu’ils s’entendent grandement, les deux. Mais ça serait étrange d’voir O proche de n’importe quel mec, en fait. J’vais m’y faire, bien entendu, mais si on pouvait éviter d’m’obliger à la voir flirter avec n’importe qui, dans à peine 2 jours, ça sera pas plus mal pour moi ! « Et sinon, Charlotte, comment elle va ? » Car ouais, j’me soucie aussi d’la gosse. J’avais demandé à O de s’en occuper, et Murphy devait s’occuper des deux. C’est assez fou hein, d’voir que l’égoïste que beaucoup voient en moi, s’préoccupe de tant d’monde en réalité.


Emi Burton

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Would you help me to find a new way? Would you guide me through all this again? Don't let me slip away, I need you here 'till the very end so stay here with me. There's so much love in you're smile when I look at your face and I'm here to stay. You're my escape so tell me you'll be right here with me. Hearing your voice is like hearing an angel sing through the good and bad and all in between. You're the one I want and the one I need. I won't make you turn away. So come with me and never look back. After all that we've been through you are still by my side and I'm grateful you're there and I, I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Octavia Blake
❝ Survivant ❞
Octavia Blake



Messages :
64
Date d'inscription :
11/02/2020
Ft :
Marie Avgeropoulos
Crédits :
swan (vava) ; via google & tumblr (gifs) ; goodlifequoteru.com (quote)
[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: Re: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) EmptyVen 24 Avr - 12:23

on mesure l'union d'une famille à sa capacité

à traverser ensemble les étapes difficiles.

Elle connaissait bien Bellamy. Très bien même. Elle savait qu'il était comme ça. Il ne pensait que rarement à lui, toujours aux autres en premier. Il avait fait une promesse, à un âge où peu d'enfants savaient même ce que valait une telle promesse et il l'avait toujours tenue. Ma sœur, ma responsabilité. Une phrase lourde, même pour un adulte... alors pour un gamin... Et pourtant, il l'avait tenue et la tenait encore aujourd'hui. Sauf qu'aujourd'hui, il semblait avoir plus d'enfants à charge que jamais. Et au milieu, Octavia avait parfois l'impression d'être perdue, noyée dans le flot. Plus si importante. Elle qui, à un moment donné, aurait tout donné pour qu'il lui fiche un peu la paix, se retrouvait maintenant à regretter ce vœu, à lui en vouloir de ne plus être la première dans son cœur et dans sa tête. Parfaitement puérile. Mais c'était une gamine surprotégée, une fille en isolement depuis toujours. Comment lui reprocher de ne pas savoir comment se défaire de l'une des deux seules personne existante pendant plus de la moitié de sa vie, quand l'autre était morte ?

Octavia sourit de toutes ses dents quand elle l'entendit dire qu'il avait hâte, tout comme elle, de partir de Cérès. Sourire qui se défit quand son grand frère aborda le sujet Murphy. « A ouais ? Bah, va falloir me dire quand rencontrer le Murphy moins con parce qu'il m'aurait presque foutu dans un sac pour me ramener ici avant de m'ignorer totalement ! », se plaignit la brunette avec sa mine d'enfant capricieuse. « Tu sais comme c'est chiant ici ? Tout le monde me regarde bizarrement et personne me dit même bonjour. Si y avait pas eu Miller, j'aurais été pire qu'un fantôme. » Elle roula des yeux. « Et le pire, c'est Kane ! Il fait semblant de pas me voir, mais moi, j'le vois ! Quand il pose ses yeux sur moi... Bon sang, si on était encore dans l'espace, il m'aurait probablement foutu dans un sas incognito pour me faire dériver sans que personne le sache ! » C'était un peu mélodramatique, d'accord, mais Octavia pouvait réellement jurer qu'elle était convaincue que Kane la regardait avec des fusils dans les yeux et qu'il ne serait pas contre une mort prématurée de la petite brune.

« Elle va bien », maugréa la brune, Charlotte lui rappelant clairement tout ce qu'elle n'avait pas. « Y a une école, des gamins de son âge, ici ! J'suis même sûre que y a déjà quelques couples qui voudraient l'adopter ! En fait le plus dur, c'est de la garder loin de ces vautours qui cherchent à être les premiers à avoir officiellement une grande famille. » Elle se refaisait une vie... Enfin, si elle le voulait, elle pourrait sûrement s'en refaire une. Mais comme eux tous, Charlotte était marqué à vie par la dure loi de l'Arche, alors comme eux tous, elle ne voulait pas de ça. Murphy et elle l'avaient essentiellement mis à l'école pour avoir un peu de liberté dans la journée, mais le reste du temps, Octavia avait été une bonne gardienne. Et contrairement à Murphy, elle n'avait pas abandonné son poupon dans un coin du camp en surveillant juste de temps en temps qu'il était toujours là. Elle s'était inquiétée de savoir si l'école se passait bien, l'avait aidé pour les devoirs (dans la mesure du possible étant donné que Bellamy n'avait pas été très fidèle au programme dans sa propre éducation), avait surveillé les gens qui l'abordaient et s'était inquiétées de savoir si elle dormait bien ou pas. Spoiler alert : elle ne dormait pas très bien. Si elle n'avait pas été si jeune (et si elle n'avait pas une réserve aussi limité), Octavia lui aurait bien donné un peu de plante une ou deux fois, dans les moments les plus terribles, mais Charlotte ne méritait pas de tomber là-dedans et Octavia était trop égoïste pour partager la seule chose qui lui permettait de tenir.

Revenir en haut Aller en bas
Bellamy Blake
❝ Admin α Commandant Blake α ❞
Bellamy Blake



Messages :
2182
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
Bob Morley
Crédits :
Avatar de TWIZZLE , signature de Bizzle et citation sign' de Ravenscode (avec la chanson "My escape")
[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: Re: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) EmptyJeu 21 Mai - 18:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles - Team Blake
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"All those suckers know my name but I just gotta fight the fight. They love to play those dirty games from the dark will come a light. Look out I’m coming. Look out I’m a dangerous man. I will survive, I’ll stand and fight. Better run and hide, 'cause I’m a dangerous man. Shaking like the holy ghost. Better run and be afraid. I will survive, gonna stand and fight, 'cause I’m a dangerous man." Dangerous man - Valley Of Wolves

Voilà qui ne m’étonne pas, d’la part de Murphy, d’apprendre que : « A ouais ? Bah, va falloir me dire quand rencontrer le Murphy moins con parce qu'il m'aurait presque foutu dans un sac pour me ramener ici avant de m'ignorer totalement ! ». Murphy n’a pas vraiment eu à s’occuper d’autrui, durant sa vie. Son père a fait d’son mieux, ce qui lui a finalement coûté la vie, et fait exploser leur famille. Sa mère a sombré comme la nôtre, entraînant son fils dans sa chute. C’est franchement pas avec un tel modèle qu’on apprend à veiller sur quelqu’un d’autre…Et puis sur l’Arche, à part dans certains endroits, ça a toujours été chacun pour sa gueule, si on n’avait pas la chance d’être bien entouré. Alors ouais, j’comprends pourquoi John est comme ça. J’me dis souvent que p’têtre, si ma mère avait choisi d’avorter d’O, elle serait quand même devenue folle, et j’aurai pu devenir comme Murphy. Amer et dégoûté d’tous. C’que j’suis, en quelque sorte, mais moins fortement qu’lui. Alors ça explique pourquoi j’lui cherche autant d’excuses et que j’parvienne à aussi bien l’comprendre, je pense. « A peu près en même temps qu’les gens doivent réussir à m’trouver moins cons, j’pense… », répondis-je, n’cachant pas mon amusement à ma frangine. J’me doute bien qu’pour beaucoup, il est compliqué d’comprendre et d’saisir des personnalités telles que celle de Murphy ou d’la mienne. Faut essayer d’voir à travers les apparences, s’montrer patient pour qu’on ait la chance d’mieux apprendre à l’connaître. Mais bon, faudrait p’têtre que j’aille parler avec lui, histoire d’lui apprendre un peu les bases les plus élémentaires du savoir-vivre. Car bon, la Terre nous offre – à tous ! – un nouveau départ. Ca serait con qu’il passe à côté parce qu’il s’méfie d’tout et d’tout l’monde ! « Tu sais comme c'est chiant ici ? Tout le monde me regarde bizarrement et personne me dit même bonjour. Si y avait pas eu Miller, j'aurais été pire qu'un fantôme. », m’fait savoir ma sœur. Ca, pour le coup, ça m’étonne sans m’étonner. Notre société est assez débile. Le « rejet » d’O, d’par son statut d’second enfant qui fut caché durant des années, a d’quoi paraître étrange pour les nôtres. Beaucoup doivent ne voir qu’en elle une dépense d’oxygène qui aurait été plus utile pour des gens plus méritants, ‘fin, selon eux, du moins… « Et le pire, c'est Kane ! Il fait semblant de pas me voir, mais moi, j'le vois ! Quand il pose ses yeux sur moi... Bon sang, si on était encore dans l'espace, il m'aurait probablement foutu dans un sas incognito pour me faire dériver sans que personne le sache ! » Ca, par contre, ça m’déplaît sincèrement. Va p’têtre falloir que j’aille lui parler, au Kane, histoire d’lui rappeler qu’selon les critères de l’ancien Conseil, Octavia a payé sa « dette », et qu’elle est désormais graciée, à l’instar des autres délinquants. « Sois un peu patiente. Tout l’monde a beaucoup a gérer depuis notre arrivée ici. Ils apprendront bien à voir au-delà des apparences et préjugés à la con ! Ils verront qu’t’as pas tué Miller dans son sommeil, alors ils comprendront qu’ils ont rien à craindre de toi ! », je l’espère, en tout cas. J’me doute bien que c’conseil est plus facile à formuler qu’à appliquer, mais c’est vrai, ma foi ! Et puis, l’fait que l’Miller semble parler avec O’, comme j’l’ai dit, ça peut encourager d’autres à suivre son exemple, et de là, ça s’enchaînera ! « Concernant Kane, t’en occupes pas, c’mec n’est qu’un con ! » Mais par contre, moi, ouais, j’vais m’en occuper d’ce connard. D’toute façon, pour l’instant, il a plus aucun « pouvoir décisionnaire » !

J’prends des nouvelles d’Charlotte par la suite, et suis ravi d’apprendre qu’tout semble aller aussi bien qu’possible pour ma jeune protégée. J’le suis un peu moins d’apprendre qu’des couples songent déjà à l’adopter. Non pas que j’envisageais d’le faire, j’ai bien d’autres trucs à faire pour ça. Mais si j’serais ravi qu’elle s’reconstruise une autre famille, j’préférerais qu’elle finisse chez des gens qui l’apprécient pour c’qu’elle est réellement, et non juste parce qu’elle est une des cent et qu’c’est leur chance d’avoir plus d’un seul enfant…. « Et toi, t’as pas envisagé d’aller étudier ? » Ca lui permettrait d’enfin vivre comme n’importe qui, d’apprendre c’que j’ai pas pu ni pas eu l’temps d’lui apprendre à l’époque. Et aussi d’lui permettre de s’construire une vie sociale plus facilement. « Maintenant qu’t’as plus à être la seule à veiller sur Charlotte…. » Car j’vais pas l’en empêcher, si elle souhaite continuer. J’espère bien qu’elle a fini par s’prendre d’affection pour la gamine. J’me dis qu’ça l’aidera à grandir. J’ai conscience que notre lien est étrange, à O et à moi. De c’qu’il a fait sur nos façons d’vivre et d’être. J’suis devenu un papa poule de compète, et Octavia n’a malheureusement pas pu apprendre à s’débrouiller seule, trop surprotégée par moi-même…. Avoir pour mission d’aider Charlotte, ça devrait l’aider à prendre en maturité, sans faire prendre de risques inutiles à l’une ou à l’autre. « Tu pourrais m’amener à la cafét, j’irais bien manger un bout ? » Et puis, ça m’permettrait d’commencer à découvrir un peu plus Cérès, tout en poursuivant la conversation assis. Bordel, vivement que j’puisse marcher sans béquilles, ça ira mieux pour moi !

Emi Burton

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Would you help me to find a new way? Would you guide me through all this again? Don't let me slip away, I need you here 'till the very end so stay here with me. There's so much love in you're smile when I look at your face and I'm here to stay. You're my escape so tell me you'll be right here with me. Hearing your voice is like hearing an angel sing through the good and bad and all in between. You're the one I want and the one I need. I won't make you turn away. So come with me and never look back. After all that we've been through you are still by my side and I'm grateful you're there and I, I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Octavia Blake
❝ Survivant ❞
Octavia Blake



Messages :
64
Date d'inscription :
11/02/2020
Ft :
Marie Avgeropoulos
Crédits :
swan (vava) ; via google & tumblr (gifs) ; goodlifequoteru.com (quote)
[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: Re: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) EmptyMer 17 Juin - 19:49

on mesure l'union d'une famille à sa capacité

à traverser ensemble les étapes difficiles.

Elle savait de première main que son frère pouvait être le plus grand des idiots parfois, mais malgré tout, pour elle, il restait la personne la plus louable de cette foutue planète. Il lui avait littéralement dédié sa vie, alors elle ne pouvait pas voir quoi que ce soit de mal en lui. Pour Murphy, en revanche, Octavia avait beaucoup plus de mal à y croire. Elle ne comprenait vraiment pas ce que son grand-frère pouvait voir en lui pour lui accorder autant de crédit.

Après Murphy, le cas Kane fut mis sur le tapis et bien qu'il lui disait de ne pas s'en préoccuper, que ce n'était qu'un abruti (ce qu'elle ne pouvait que valider à cent pourcent), elle avait l'impression que son « t'occupes pas de lui » ne concernait qu'elle et qu'il était loin d'y accorder si peu d'importance. Octavia n'était pas très doué en relations humaines, mais elle avait, depuis longtemps, appris à lire entre les lignes. Elle était assez bonne désormais pour comprendre les intentions réelles des gens et ce qui se cachait derrière les tensions du corps. Il faut dire que pour elle, ça avait véritablement été une question de survie, de pouvoir dire ce qui se passait dans la tête de sa mère pour prévoir et anticiper les crises.

« Étudier ? », demanda la brune, surprise d'une telle question. « Quoi ? Comment être la parfaite petite servante de ces gens qui n'ont pas l'intention de perdre leurs petits privilèges ? Merci bien, mais non. Plus vite on se casse d'ici, mieux ça sera. » Elle avait conscience que ça ne serait pas pour tout de suite, cependant. Son frère avait encore des séquelles à soigner et malheureusement, Cérès était sa meilleure chance, avec des médecins, du matériel et de la bouffe qu'ils n'avaient pas à chasser ou cueillir eux-mêmes. La vie au camp des 100 était plus libre, mais aussi plus difficile. Pour le moment, mieux valait profiter de la ''générosité'' de leurs anciens tortionnaires, comme de la cafet, comme le suggérait l’aîné des Blake. « Oui, suis-moi », dit-elle, prenant la bonne direction et s'assurant que son frère arrivait à la suivre sans trop de difficultés. Quand ils arrivèrent, elle attrapa un plateau et se tourna vers Bellamy. « Choisis tout ce qui te fait plaisir. Je vais porter le plateau. » Et elle commença à charger le plateau avec la sélection de son frère et deux trois petites choses pour elle aussi. Mine de rien, elle était toute fière de prendre un peu soin de lui, pour une fois.

Une fois tout le nécessaire en place, ils se dirigèrent vers une table vide et elle posa le plateau avant d'aider Bellamy à s'installer à table, ses blessures encore trop handicapantes pour une chose aussi simple que s'asseoir sur un banc. Une fois certaine qu'il ne risquait pas de tomber en essayant de s'asseoir, elle alla se mettre de l'autre côté de la table, sur l'autre petit banc. Elle inspira profondément, cherchant soigneusement ses prochains mots. « Allez, maintenant dis-moi », dit-elle, le regardant droit dans les yeux. « Je suis certaine que tu m'as caché des choses pour ne pas m'inquiéter ou je sais quoi, pendant que tu étais là-bas. Dis-moi tout ce que tu ne m'as pas dit, maintenant. »

Revenir en haut Aller en bas
Bellamy Blake
❝ Admin α Commandant Blake α ❞
Bellamy Blake



Messages :
2182
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
Bob Morley
Crédits :
Avatar de TWIZZLE , signature de Bizzle et citation sign' de Ravenscode (avec la chanson "My escape")
[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: Re: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) EmptyMer 26 Aoû - 23:30

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles - Team Blake
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"All those suckers know my name but I just gotta fight the fight. They love to play those dirty games from the dark will come a light. Look out I’m coming. Look out I’m a dangerous man. I will survive, I’ll stand and fight. Better run and hide, 'cause I’m a dangerous man. Shaking like the holy ghost. Better run and be afraid. I will survive, gonna stand and fight, 'cause I’m a dangerous man." Dangerous man - Valley Of Wolves

« Étudier ? Quoi ? Comment être la parfaite petite servante de ces gens qui n'ont pas l'intention de perdre leurs petits privilèges ? Merci bien, mais non. Plus vite on se casse d'ici, mieux ça sera.» J’avoue être surpris, dans un 1er temps, d'sa réaction. J’avais toujours imaginé qu’elle serait heureuse d’avoir une telle opportunité, de s’mêler comme n’importe qui à la population, tout en apprenant plein d’choses dans un milieu scolaire. Mais avec un peu plus de réflexion, en effet, j’peux comprendre sa réaction. Difficile de vouloir s’intégrer dans une société qu’a tout fait pour l’isoler dès qu’elle a appris son existence ! Un passage à l’orphelinat n’est jamais facile, et c’est pire encore quand ça s’conclue par un séjour en prison avec la certitude qu’ça finira probablement par un envoi à la dérive ! « J’pensais surtout à ce que t’apprennes des trucs qui t’intéressent et que j’ai jamais pu t’apprendre correctement. Pas à c’que t’apprennes des trucs pour servir qui que ce soit, mais plutôt des choses qui t’aideront à trouver une place parmi les autres, une place que seule toi - et 2-3 autres personnes - pourraient occuper !  » Bon, OK, y’a p’têtre plus motivant comme discours pour encourager quelqu’un à démarrer des études et à trouver sa voie, mais bon, j’fais de mon mieux, moi ! J’veux juste qu’O soit bien dans ses basquettes et trouve un moyen d’contribuer au fonctionnement d’notre société, qui soit véritablement gratifiant pour elle. J’aimerais qu’elle soit plus libre que moi : dans un monde idéal, qu’ce soit sur l’Arche ou sur Terre, j’aurai aimé être prof. Sauf que dans l’Ciel comme sur Terre, c’est préférable pour les nôtres que j’sois Garde. J’vais donc faire ce qui est préférable pour nous tous, pour quelque temps au moins, avant d’songer à faire ce qui m’plait réellement. J’m’abstiens toutefois d’rebondir sur la section « privilèges », évoqué par ma frangine. J’ose espérer qu’elle s’trompe lourdement, qu’les choses resteront comme elles ont commencées à être, quand y’avaient qu’les délinquants sur Terre ! Et c’est pas un espoir que j’formule uniquement pour faciliter l’acceptation des autres d’ma relation avec Clarke, quand on aura décidés avec la blonde d’parler d’nous, mais vraiment parce que ça sera bien plus simple pour tout l’monde.

C’est en m’demandant quand on pourra quitter Cérès pour aller au camp des délinquants, que j’suis ma sœur vers la cafet. J’observe un peu les nouveautés mises en place depuis mon départ, l’temps du trajet, assez impressionné d’voir à quel pont la vie semble bien s’organiser ici. « Choisis tout ce qui te fait plaisir. Je vais porter le plateau. » m’propose alors Octavia, une fois qu’nous sommes enfin arrivés. « Merci ! » dis-je avec un p’tit sourire, m’prenant une nouvelle fois en pleine face l’constat qu’O a décidemment bien grandie, plus particulièrement ces derniers mois. Bon, ça m’fait bizarre qu’les rôles soient inversés, mais j’m’en formalise pas, au contraire, j’pense que c’est plus sain pour nous deux qu’on quitte le schéma du grand frère super protecteur qui passe son temps à couver sa cadette. Ceci étant dit, j’admets qu’ça me fait bizarre, mais surtout parce qu’en réalité, j’ai peu l’habitude qu’on prenne soin d’moi. J’pousse un soupir, de soulagement et d’douleur à la fois, quand j’suis enfin assis, non sans l’aide d’O ! J’nous sers à tous deux un verre d’eau, quand elle reprend la parole : « Allez, maintenant dis-moi. Je suis certaine que tu m'as caché des choses pour ne pas m'inquiéter ou je sais quoi, pendant que tu étais là-bas. Dis-moi tout ce que tu ne m'as pas dit, maintenant. » Elle finit d’parler en même temps que j’finis d’la servir en eau. J »pousse de nouveau un soupir, me laissant juste le temps de boire une gorgée, avant de tenter d’lui répondre. J’ignore ce qu’elle sait ou non. Normalement, elle ne devrait rien savoir, tout a été fait pour maintenir ceux « extérieurs au plan » dans l’ignorance de la réelle menace du Mont Weather, histoire d’éviter tout mouvement de panique, et surtout, que le bunker ne découvre qu’on savait qu’on avait à se méfier d’eux… Cependant, on parle d’ma frangine, là, et j’sais parfaitement à quel point elle peut être très maligne quand elle s’y met. Elle m’connait suffisamment pour savoir qu’après nos retrouvailles, il était hors de question pour moi d’la laisser seule. Alors que j’décide soudainement d’aller dans l’bunker sans l’amener avec moi, ni amener Charlotte, ça a dû lui mettre la puce à l’oreille ! Puis bon, avec ceux qui sont revenus (dont Clarke), le temps des négociations, y’a moyen qu’elle ait appris plus facilement l’danger auquel on avait tous échappé ! « Tu sais sans doute qu’les Montagnards voyaient en nous leur moyen d’enfin arpenter la Terre sans claquer… C’est pour empêcher ça, qu’on a été là-bas… », expliqué-je, sans détours. Sans grande gaieté de cœur, car j’préférerais qu’O n’apprenne jamais tout cela, mais j’me dis qu’elle est grande maintenant, et qu’il n’est pas bon pour elle d’la couver au point d’omettre tout ce qui craint dans notre nouveau monde… Mieux vaut qu’elle ait conscience du danger, plutôt que d’la voir copiner avec n’importe qui en un claquement de doigts, sans méfiance, et pire : aller vadrouiller sans être préparée à toutes éventualités ! Quand j'dis que j'veux briser notre relation « frangin protecteur/p'tite soeur à materner », j'plaisante pas, même si ça m'fait bizarre d'essayer d'partir sur de nouvelles bases et d'arrêter d'voir en O la fillette effrayée qu'elle était autrefois ! J'ai bien remarqué qu'son séjour sur Terre, sans moi, avait contribué à la faire grandir ! « Et normalement, ça va m’permettre d’être gracié ! ». Ca va être aussi l’cas pour Aaron et pour Raven, si l’ancien Conseil tient parole ! C’est bien la seule chose que j’sors dans ce discours, avec un p’tit sourire. Car maintenant, O et moi, on est enfin blanchis et libres d’faire ce qu’on veut, et ça, franchement, c’est cool ! « Et si j’suis resté, c’était pas pour participer aux pourparlers, mais pour servir d’otage. Certains des nôtres veillaient sur des otages Montagnards, aussi… », ajouté-je, ne perdant pas ma p’tite sœur du regard, même si j’lui dis sans détour à quel point j’ai risqué gros, à chaque instant passé dans l’bunker ! « Au-delà d’ça… Tu sais tout…. » Du moins, tout c’qui était « dangereux », et tout ce qui était plus « cool », hormis l’fait que j’sois maintenant en couple, mais ça, pour l’heure, ça appartient à ma vie privée. J’vais pas revenir sur les délices culinaires qui s’trouvent dans l’bunker, j’en ai assez parlé à Octavia durant nos communications radios. « Mais si jamais t’as des questions ou des doutes, dis-le moi, et j’tâcherais d’y répondre ! » J’garantis pas des réponses sûres, car moi-même, j’sais pas forcément tout. J’ignore par exemple de quoi ils ont débattu durant les pourparlers, ce qui a été repoussé du moins, car ce qui a été gardé, j’en ai vaguement entendu parler durant l’trajet retour.

Emi Burton

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Would you help me to find a new way? Would you guide me through all this again? Don't let me slip away, I need you here 'till the very end so stay here with me. There's so much love in you're smile when I look at your face and I'm here to stay. You're my escape so tell me you'll be right here with me. Hearing your voice is like hearing an angel sing through the good and bad and all in between. You're the one I want and the one I need. I won't make you turn away. So come with me and never look back. After all that we've been through you are still by my side and I'm grateful you're there and I, I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Octavia Blake
❝ Survivant ❞
Octavia Blake



Messages :
64
Date d'inscription :
11/02/2020
Ft :
Marie Avgeropoulos
Crédits :
swan (vava) ; via google & tumblr (gifs) ; goodlifequoteru.com (quote)
[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: Re: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) EmptySam 12 Sep - 20:36

on mesure l'union d'une famille à sa capacité

à traverser ensemble les étapes difficiles.

Il y avait quelque chose. Quelque chose qu'il ne lui disait pas. Elle pouvait le sentir. Elle n'avait pas la moindre idée du sujet de ses cachotteries, mais elle le connaissait trop bien pour ne pas voir qu'il avait de la retenue sur quelque chose. Elle connaissait Bellamy par cœur. Elle l'avait trop souvent vu lui raconter des histoires pour la divertir, des mensonges pour la préserver, retenir des choses pour la protéger. Elle ne savait pas quoi, cette fois, mais elle le sentait, dans le fond de ses tripes et elle n'aimait pas ça. Malgré tout, ils pouvaient être deux à faire semblant de ne pas voir l'éléphant dans la pièce, non ?

Elle ne le pouvait pas vraiment, en vérité et c'est pourquoi elle avait craqué et demandé ce qu'il avait pu lui cacher. Elle se doutait que ça n'était pas le problème de son pressentiment, ici. Même s'il ne lui avait pas tout dit de ce qu'il s'était passé là-bas, il y avait quelque chose de plus actuel, mais c'était un bon point de départ pour essayer de déceler les indices qui lui permettrait de mieux comprendre quelles pièces du puzzle il lui manquait. Bellamy prit tout son temps pour boire de l'eau, sans doute pour se donner un peu de temps pour réfléchir à quoi répondre, mais la jeune femme resta là, attendant patiemment. Il commença par ce qu'elle savait déjà : les intentionnalités des montagnards et elle hocha simplement la tête lentement. On le lui avait dit en partie. Elle avait surpris des conversations lui donnant les derniers détails. Sans doute plus qu'il n'aurait aimé qu'elle sache. Assez pour donner une forme bien trop réalisable à ses cauchemars du moment. Elle savait que Bellamy était resté là-bas pour « mener des négociations », même si les regards de certains gardes et de la royauté de l'Arche lui avait fait s'interroger sur le vrai rôle de Bellamy dans cette histoire. Ils ne la regardaient pas comme la sœur d'un négociateur au travail. Plutôt avec pitié. Et puis, même si elle, elle connaissait les qualités de réflexions (et le potentiel de négociateur) de Bellamy, mais l'Arche... Non. Ils les considéraient tous comme des sous-classés, des bœufs de basse besogne. Pas l'élite de la politique de la société Arkéenne. Le rôle de Bellamy dans tout ça, en toute honnêteté, lui avait semblé étrange, une fois passé la fierté de petite sœur pouvant naïvement croire qu'on reconnaissait enfin les qualités de celui qui était son grand héros.

Elle s'était donc, oui, bien demandé s'il n'y avait pas plus. Octavia ne s'attendait pas, cependant, à ce qu'il lui explique qu'il avait tenu là le moyen d'être gracié. Si les Cent avaient reçu la promesse d'obtenir le pardon pour leurs fautes en prouvant à l'Arche la viabilité de la Terre, Bellamy n'avait jamais fait parti du deal, se retrouvant dans le vaisseau en clandestin. Un vaisseau qu'il avait rejoint dans des conditions qui n'avaient fait qu'augmenter la liste des griefs à son encore. Cela jouait dans l'obsession d'Octavia pour partir au plus vite de Cérès. Un autre de ses cauchemars récurrent étant que son frère soit, un jour, emmené et exécuté pour ses crimes. Savoir que ce qu'il avait fait auprès des Montagnards pouvait lui éviter ce destin funeste la soulageait. Peut-être qu'ils n'avaient plus à être si pressé de partir. Peut-être qu'ils pouvaient profiter pleinement des moyens médicaux de Cérès pour qu'ils retrouvent sa parfaite santé avant qu'ils ne s'en aillent et ne rentrent au seul endroit qu'elle pouvait désormais qualifier, un temps soit peu, de maison.

La suite, cependant, la prit de court, alors qu'il avouait cette fois sans détour que non, il n'avait jamais été là-bas en qualité de négociateur, mais comme otage. Qu'est-ce que je disais, songea la brune, amère. Des bêtes de somme. De la chair à canon. On est rien de plus pour eux que de la main d’œuvre utilisable et jetable au besoin. Elle serra les poings et les dents, ne disant toujours rien, le laissant continuer. Quand il proposa ensuite de répondre à ses questions, une seule fusa, tranchante, incontrôlable, alors que le tempétueux caractère des Blake explosait en elle. « T'avais prévu que quelqu'un me le dise si jamais t'y restais ? »

Furieuse, elle l'était, pour le coup. Toute cette histoire n'avait été qu'un enchaînement improbable de vives émotions continues. Des heures à s'inquiéter, suivi d'heures à cauchemarder (éveiller ou endormi), complété d'autres à pleurer une mort probablement imminente (peut-être déjà effective) de la seule personne qu'elle ne pouvait pas perdre. Du trop-plein d'émotions, une larme s'échappa de son œil droit pour couler le long de sa joue, alors qu'elle maudissait son corps traître de la faire passer pour pleureuse, plutôt que comme guerrière volontaire. « T'avais une personne de confiance ici qui savait ? Murphy ? C'est un connard à ce point qu'il savait et ne m'a rien dit ? » D'autres questions bouillonnaient dans sa tête, peu franchissant finalement véritablement la barrière de ses lèvres. « Est-ce qu'il y a une seule personne dans ce putain de camp qui aurait pris la peine de me dire la vérité si t'avais finis en dommage collatérale de leurs négociations de merde ??? », questionna-t-elle, haussant sans doute trop la voix, car plusieurs têtes se tournèrent vers eux, les regardant avec désapprobation. Qu'ils aillent tous se faire dériver.

À la maison, avec leur mère, Octavia n'avait appris que peu de gros mots, peu d'insultes. La plupart sortant de la bouche de leur mère quand elle essayait de la tuer. Elle n'avait jamais osé demander à Bellamy ce que pouvait vouloir dire de tels termes, consciente, même si elle n'en saisissait pas toujours le sens, que cela n'aurait pas dû être entendu par ses oreilles chastes. À l'orphelinat, cependant, les choses avaient vite changé et le langage de la brunette s'était rapidement coloré de tout un tas de petites choses qui pouvait sans doute hérisser Bellamy, qui avait mis tant d'ardeurs à lui apprendre à parler correctement et à ne pas jurer comme une mauvaise fille.

« T'es vraiment trop con, Bell ! », s'exclama-t-elle finalement, ne cherchant plus à cacher qu'elle pouvait tant pleurer de rage pour lui et à cause de lui. Elle se leva rapidement, abandonnant son déjeuner pour quitter cet endroit insupportable où elle avait désormais le sentiment que tout le monde les regardait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
❝ ❞



[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Vide
MessageSujet: Re: [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) [17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake) Empty

Revenir en haut Aller en bas

[17/09/82] On mesure l'union d'une famille à sa capacité à traverser ensemble les étapes difficiles (Team Blake)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru :: Cérès (l'Arche sur Terre)-