AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Des personnages de la S5 sont jouables (Merci de ne pas prendre un perso de la série non répertorié dans les PV [22/09/82] Chantons et dansons sous la pluie. Tant qu'elle n'est pas radioactive… - Luna & Oona 179893249 )
Si IE est momentanément inaccessible : pas de panique ! Deux liens d'infos à connaître : Twitter ou Facebook [22/09/82] Chantons et dansons sous la pluie. Tant qu'elle n'est pas radioactive… - Luna & Oona 179893249
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation (chez les Delinquents, Arkers et Moskiums) [22/09/82] Chantons et dansons sous la pluie. Tant qu'elle n'est pas radioactive… - Luna & Oona 3207243747
-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% sur les tongs Havaianas Brasil en noir
11 € 22 €
Voir le deal

Partagez|

[22/09/82] Chantons et dansons sous la pluie. Tant qu'elle n'est pas radioactive… - Luna & Oona

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Oona Noir
❝ Admin ♫ Nameless Girl ♪ ❞
Oona Noir



Messages :
779
Date d'inscription :
08/09/2017
Ft :
Lindsey Stirling
Crédits :
Nîniel concernant l'avatar et pour la signature, le code est de Luckyred tandis que la citation provient de Pomme avec la chanson "Anxiété" + badges de Varian
[22/09/82] Chantons et dansons sous la pluie. Tant qu'elle n'est pas radioactive… - Luna & Oona Vide
MessageSujet: [22/09/82] Chantons et dansons sous la pluie. Tant qu'elle n'est pas radioactive… - Luna & Oona [22/09/82] Chantons et dansons sous la pluie. Tant qu'elle n'est pas radioactive… - Luna & Oona EmptySam 21 Mar - 19:16

Chrono :
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Chantons et dansons sous la pluie. Tant qu'elle n'est pas radioactive… - Luna & Oona
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"L'histoire ressemble à la pluie, mais ses gouttes sont faites du sang des vivants.."

Encore un jour de pluie…. Ce constat fait soupirer l’esclave à la liberté récemment retrouvée, alors qu’elle se risque à aller à l’extérieur du rafiot. La pluie a baissé en intensité, la jeune femme l’a entendue, depuis l’intérieur du bateau. Ne tenant plus dans cet espace confiné, la brune éprouve le besoin de sortir. Ca n’est pas suffisant malgré tout. La fille de l’Espace a le mal de la Mer. C’est une belle ironie dont elle a largement conscience, mais dont elle se serait bien passée.  Pourtant, les flots sont moins tempêtueux qu’ils ont déjà pu l’être, depuis qu’elle est venue trouver refuge au sein de Floukru. Les souvenirs nauséeux de la Camelotienne sont encore bien trop vivaces dans son esprit, pour qu’elle ait déjà pu les oublier : elle doute de toute façon être en mesure de les oublier un jour. Dans un même registre, elle s’interroge afin de savoir si elle parviendra ou non à se faire à cette vie aquatique. Etre sur la terre ferme ? Elle en rêve ! Son rêve le plus cher reste cependant de remettre la main sur son précieux violon. Elle se sent bien seule, sans lui, et cruellement diminuée. Sa nostalgie se ravive en un rien de temps, en voyant qu’un petit groupe de Natifs affronte le mauvais temps. En leur sein, se trouve un musicien, jouant d’un instrument que jamais l’ancienne Archéenne n’a vu. Les sons qui en sortent la touche au plus profond de son âme. C’est moins mélodieux que le violon, mais la désillusionnée y est tout de même sensible.

C’est subjugué par cette étrange mélopée, qu’Oona s’approche du petit groupe. Elle reste à distance prudente malgré tout. Si ça fait plusieurs semaines qu’elle a trouvé ici un refuge, elle ne se sent pas pour autant véritablement à sa place, ni même très à l’aise. Tous les Grounders au monde pourront bien se relayer à ses côtés pour faire montre des aspects plus doux et sociables qu’ils possèdent, ça ne changerait rien aux yeux de la jeune femme. Ce qu’elle a subi, à Azgeda, par Nia comme par les hommes de la Reine, la hante, jour et nuit. De nature angoissée, ses crises de paniques ont augmentés de manière exponentielle depuis qu’elle est rentrée, de force, dans le service de Nia. Avoir perdu son violon – qui est comme une extension de son âme ! – et une des rares choses en mesure de l’apaiser a minima – a été un coup dur pour elle. Son sommeil en a encore pris un coup, ses profondes cernes sous ses yeux en sont la meilleure preuve qui existe. En cet instant précis, pourtant, on peut distinguer Oona telle qu’elle peut être, quand elle est immergée dans la musique. Son visage est presque comme apaisé. Sa silhouette, filiforme et sans intérêt, retrouve quelque peu la grâce qui l’habiter incontestablement lorsqu’elle a se produit. D’un air profondément intéressé, elle observe le musicien, et plus encore l’espèce de violon à clavier qu’il manipule. Elle est comme émerveillée, un peu comme les enfants d’avant l’Apocalypse, quand ils découvraient les cadeaux au pied du sapin, au matin de Noël. Elle constate que sa bulle éclate quand elle sent une présence, non loin d’elle. Tournant doucement la tête pour voir du coin de l’œil qui a été happé à son tour par la musique, elle constate qu’il s’agit de celle qu’on lui a présenté comme la chef de cette plateforme : Luna. Et visiblement, Oona n’est pas la seule à être assez sensible à son environnement, pour sentir qu’on l’épie. La Floukru ne tarde pas à lui renvoyer son regard, faisant se sentir très mal à l’aise l’ancienne violoniste. Ecarquillant les yeux gênées, la brune se décide à sauter sur l’occasion pour obtenir quelques réponses à certaines questions la troublant. « Excusez-moi, mais… C’est quoi, comme instrument ? » demande-t-elle, dans sa langue natale, sachant que Luna la comprenant. Oona avait vu son vocabulaire de la langue des Natifs augmenter, mais elle était toujours réticente à l’employer. Et oui, Oona parle de musique  Luna, au lieu de lui demander si elle va bien. Elle sait pourtant que la Grounder a été aider à délivrer certains Archéens et Grounders, du Mont Weather. Ca a beaucoup fait parler, l’info n’a pu échapper aux oreilles de l’étoile brisée. Mais bien que cela concerne son propre peuple, elle ne s’en soucie pas réellement. Elle a bien du mal à se considérer comme Archéenne, alors que le Conseil l’a envoyé sur Terre des années plus tôt…. Pourtant, il y a quelques personnes qu’elle apprécie, à l’instar de Raven ou d’Aaron, mais depuis bien longtemps, Oona a soigneusement appris à se dissocier des autres afin de ne pas souffrir de leur indifférence à laquelle les drames de son enfance l’avait habitué.


Emi Burton

_________________

Je suis celle qu'on ne voit pas.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je suis celle qu'on entend pas. Je suis cachée au bord des larmes. Je suis la reine des drames. Je rampe à tes côtés, tu apprends, tu apprendras. Je sens ton cœur, tu comprends, tu comprendras comment t'y faire. Là, sous ta poitrine je cogne pour t'abîmer. Quand tu me devine, j'essaye de résister. Je t'attends, je t'attendrai toujours, derrière.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Luna
❝ Admin ☮ In Peace we trust ❞
Luna



Messages :
525
Date d'inscription :
08/11/2017
Ft :
N. Hilker
Crédits :
Vava : Pikpik / Sign' : anaëlle / Sign' icons groupes spécial IE : Lydie ♥️
[22/09/82] Chantons et dansons sous la pluie. Tant qu'elle n'est pas radioactive… - Luna & Oona Vide
MessageSujet: Re: [22/09/82] Chantons et dansons sous la pluie. Tant qu'elle n'est pas radioactive… - Luna & Oona [22/09/82] Chantons et dansons sous la pluie. Tant qu'elle n'est pas radioactive… - Luna & Oona EmptyHier à 23:55



Chantons et dansons sous la pluie.
Tant qu'elle n'est pas radioactive
Oona et Luna
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Retrouver les terres de Floukru me fait du bien après ces dernières semaines plus que mouvementées. Entre l'attaque des Maunons qui ne s'est pas soldée tel que je l'espérais et l'impression d'avoir perdu ma sœur, les choses sont assez compliquées. Mais ça, peu de personnes qui me croisent arrivent à le remarquer. L'un des avantages d'avoir été préparé à devenir Heda un jour, c'est bien de ne rien laisser paraître. Chose encore plus importante lorsqu'on se retrouve à la tête d'un clan pacifiste tel que le mien. Je dois reconnaître qu'une part bien sombre a refait surface, dès l'instant où j'ai appris que Ryuk était toujours en vie. Cette paix intérieure que je pensais m'être forgée dans cette nouvelle vie avait, malheureusement, pris assez cher avec l'impression d'avoir fait de nombreux pas en arrière. D'être un peu dans le même état d'esprit que lors de ma sortie par la petite porte de mon Conclave abrégé. Un peu perdue, en fait. Même si là, je n'ai pas le sang de mon jumeau sur les mains. Non, pas une seconde fois. Mais, j'ai cette sensation d'avoir perdue, une seconde fois, notre petite sœur. Une première lorsqu'encore à Polis, j'ai appris qu'elle avait été prise par les Maunons et une seconde fois en me rendant compte qu'elle n'est plus la même. Elle leur ressemble beaucoup trop, ne voulant même plus redécouvrir sa véritable identité en rejoignant Floukru ou même nos parents. Comment leur dire, d'ailleurs, qu'elle ne se souvient pas d'eux ? Je ne leur ai toujours pas écris. Ils attendent tellement de retrouver cette fille qu'ils ne pensaient ne plus jamais revoir. Impossible pour moi de savoir si je vais réussir à trouver les bons mots pour cela. Ce n'est même pas à Ryuk que j'en veux. Je sais très bien qu'elle n'a pas choisie ce qui a pu lui arriver. Mais bien à ces Maunons qui l'ont forcé par je ne sais quels moyens à rentrer dans leur moule. A être et à vivre comme eux. Au moins, je vais pouvoir prendre un peu de temps pour me ressourcer et me confier au gré des vagues de cet immense océan entourant la plateforme, fraîchement retrouvée. Ça me fait du bien d'être de retour auprès des miens. Nombreuses ont été les accolades, les sourires échangés depuis mon retour. Tout cela me réchauffe un peu le cœur, bien qu'il reste tristement vide. Leur présence, ainsi que de retrouver cet endroit plus que familier m'aide énormément à repousser cette ombre planant au-dessus de moi.

Les Dieux semblent s'être accordés calquant leurs humeurs à mes mauvais jours. Beaucoup n'aiment pas la pluie. Mais, ce n'est de loin pas mon cas. Bien au contraire. J'en profite alors pour faire le tour de notre plateforme, allant de sourire en mots glissés aux personnes que je croise alors. Une mélodie se dessine un peu plus loin, attirant mon attention et mes pas. J'y retrouve quelques silhouettes se prêtant au jeu de notre musicien du moment, l'entourant et profitant de son art. D'autres restent un peu en retrait comme je le fais. Du moins, avant de croiser le regard de cette mystérieuse Oona, cette Camelotienne ayant eu le malheur de tomber du ciel droit dans le piège de cette vile Nia. Même s'il m'est impossible d'imaginer tout ce qu'elle a pu subir ces dernières années, cette méfiance qu'elle garde ainsi que ces secrets autour d'elle ne peuvent que laisser comprendre à quel point sa vie n'a pas été facile. A défaut de devenir une de ses confidentes -sans doute qu'elle n'accordera jamais une telle confiance à la moindre âme née sur Terre-, j'ose espérer qu'elle trouvera le même chemin de paix que j'ai pu prendre il y a des années de ça en vivant ici. Voyant cette expression loin d'être sereine se dessiner sur son visage, je lui envoie un léger sourire, alors même qu'elle se décide à prendre la parole. « Excusez-moi, mais… C’est quoi, comme instrument ? » Haussant doucement les épaules, je ne réagis même pas en pestant comme d'autres le feraient alors qu'elle semble vouloir me parler dans sa propre langue. Comme à son habitude, en fait. Pour moi, si elle se sent plus à l'aise ainsi, qu'elle continue sur cette lancée. Après tout, à Floukru, on accepte toutes ces âmes dans le besoin et pouvant venir des quatre coins de Kongeda. Donc, pourquoi ce serait différent pour elle ? Après, je ne suis pas musicienne bien que ce soit un art m'ayant toujours beaucoup fasciné. « Navrée, mais je ne sais pas vraiment.. » que je glisse, à voix basse pour ne pas déranger le musicien, à l'adresse de cette jeune femme. Disons que je connais les principaux instruments, qu'on peut retrouver à travers Kongeda. Mais, pour le coup, cela ressemblerait presque à une invention se son propriétaire. Je n'en ai aucune idée. « En tout cas, il joue plutôt bien, tu ne trouves pas ? » Petite question bien curieuse de ma part. Et ne soyez pas choqué de comprendre par la traduction de ce « tu » employé, que je la place au même niveau que n'importe qui vivant sur cette plateforme. « C'est plutôt appréciable d'avoir des musiciens de passage parmi nous. » Il n'y a qu'à voir ce petit public autour de cet instrument étrange et de son musicien qui se prête au jeu des mélodies. « Souvent, ils laissent les plus jeunes s'essayer à cet art, avec leur aide évidemment. » que j'ajoute, non sans un grand sourire bien amusée de voir deux jeunes enfants fascinés face à cet homme de passage. Peut-être seront-ils de futurs musiciens ? « Et parfois même les moins jeunes.. » Une remarque que j'étais obligée de glisser, en voyant bien que cette femme face à moi est, elle aussi, bien intriguée. Et oui, je sous-entends bien qu'avec de la chance, elle pourrait finir avec cet instrument étrange entre les mains !

CBESIDETHECROCODILE

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I left my conclave swearing to never kill again ...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas

[22/09/82] Chantons et dansons sous la pluie. Tant qu'elle n'est pas radioactive… - Luna & Oona

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Frontières de Trikru :: Floukru-