AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Des personnages de la S5 sont jouables (Merci de ne pas prendre un perso de la série non répertorié dans les PV Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy  179893249 )
Si IE est momentanément inaccessible : pas de panique ! Deux liens d'infos à connaître : Twitter ou Facebook Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy  179893249
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation (chez les Delinquents, Arkers et Moskiums) Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy  3207243747

Partagez|

Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
❝ Invité ❞
avatar



Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy  Vide
MessageSujet: Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy  EmptyDim 5 Avr - 18:19


Take me, pull me all around. Break me, I'm yours.
La journée avait été belle, le ciel bleu, il faisait relativement beau et chaud pour la saison, enfin c'était sans doute se qu'aurait dit un natif qui a l'habitude des saisons, Mara elle aurait sans doute profité du soleil, c'était l'un de ses petits plaisirs depuis qu'elle était arrivée sur Terre, mais aujourd'hui elle était d'une humeur de chien, ce beau soleil, elle ne l'avait pas vu, elle avait commencé à travailler avant le levé du soleil et là le soleil avait déjà commencé à se coucher. Elle avait observé quelques instants le ciel rougissant avant d'entendre son estomac lui rappeler qu'elle avait mangé sur le pouce ce midi, une grosse tomate avalée en quelques minutes. Une petite moue boudeuse et elle prit la direction du réfectoire. Pour être honnête, Mara était d'une humeur de chien, elle n'avait pas passé une bonne journée, c'était même le contraire, il y avait eut beaucoup de travail, une équipe de chasse s'était fait attaquer par une bête sauvage. Points de sutures, pansements, pour la plus part, mais elle avait également assisté les médecins pour une opération plus grave dût à une morsure. Ajoutez à ça tous les petits bobos du quotidien, et elle n'avait pas arrêté.

Elle regrettait parfois la vie sur l'Arche lorsqu'ils étaient encore dans l'espace, quand tout paraissait si simple. Elle aimait lorsqu'elle avait des livres pour s'occuper, des amis qui lui changeaient les idées, et un garçon qui la serrait dans ses bras et lui disait qu'elle était important. Là elle se sentait plus seule que jamais, non pas qu'elle n'aurait pas pu trouver un garçon pour remplir ce rôle mais pour être honnête il n'y en avait qu'un qui pouvait occuper cette place aujourd'hui. Bellamy avait toujours occupé ses pensées, mais c'était toujours plus facile lorsqu'elle n'avait pas encore réussit à l'avoir, maintenant qu'elle avait goûté aux bras du beau brun elle avait du mal à trouver quelqu'un à la hauteur. Non pas qu'elle ne draguait pas, ou ne profitait pas de bonne compagnie, mais c'était difficile, elle ne ressentait rien pour eux, elle n'arrivait pas à avoir son cœur qui s'emballait quand ils approchaient, ni des papillons dans le ventre lors d'un baiser. Ça il était malheureusement le seul à lui apporter, sauf que ce gars en avait rien à faire d'elle, elle en était bien consciente, et c'était le plus douloureux. Pourtant elle aurait bien besoin de quelqu'un d'important pour elle qui la prenait dans ses bras, pour lui rappeler qu'elle n'était pas là pour rien, que quelqu'un se souciait d'elle et qu'il ne s'agissait pas de ses parents. Aujourd'hui, encore plus à cet instant, elle se sentait plus seule que jamais.

En poussant la salle du réfectoire, elle découvrit une pièce quasiment vide, ce n'était pas plus mal, au moins il y aurait un peu de calme, et ça lui ferait du bien. La journée avait été éreintante, et le bip bip des monitorings lui raisonnait encore dans la tête. Attrapant un plateau, elle se servir une assiette  de crudité et attrapa une pomme en dessert. Mara avait un appétit de moineau en ce moment, elle ne se sentait pas heureuse et ça jouait sans doute. Heureusement, il lui restait du monde sur qui elle pouvait compter, et Zach faisait partit de ses personnes, au moins il pouvait la comprendre, il subissait la même chose. Au moment de choisir une place, se fut sans hésitez que Mara s'installait à une table vide. Il y avait bien cette table avec plusieurs membres de la garde, mais c'était trop bruyant à ses yeux, ou plutôt à ses oreilles. Et il était assez tard, la plus part des gens avaient sans doute déjà mangé, elle pouvait espérée ne pas être embêtée. Le regard dans le vide, la jeune fille grignotait du bout des dents son morceau de salade, elle était perdue dans ses pensées, ne prêtant que peu d'attention à se qui se passait autour d'elle, sans doute essayait elle d'oublier cette journée, et qu'elle se disait que demain serait meilleur. Oh oui demain serait forcément meilleur, elle ne travaillerait pas, et elle avait prévu d'aller faire un petit hors du campement, et ça ne pouvait pas lui faire du mal, elle pourrait peut être cueillir quelques fruits, et pourquoi pas des plantes médicinales, se changer les idées quoi.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Bellamy Blake
❝ Admin α Commandant Blake α ❞
Bellamy Blake



Messages :
2189
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
Bob Morley
Crédits :
Avatar de TWIZZLE , signature de Bizzle et citation sign' de Ravenscode (avec la chanson "My escape")
Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy  Vide
MessageSujet: Re: Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy  EmptySam 11 Avr - 11:26

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Diner mais pas aux chandelles - Mara & Bell.

"Au cinéma, ce qui marche bien, ce sont les scènes de rencontre. Au théâtre, ce sont les scènes de rupture."

Cela n’fait que quelques heures qu’j’ai pu quitter le Mont Weather. Arrivé dans la matinée, j’ai passé du temps en compagnie d’Octavia et d’Charlotte, principalement. Et quand j’n’étais pas avec l’une, l’autre, voire les deux, j’ai passé du temps avec des potes, que j’avais laissé derrière moi depuis plus ou moins longtemps ! Et bien entendu, j’ai réussi à voler d’précieuses minutes au planning bien chargé d’une certaine blondinette. Nous n’avons pas pu passer trop d’temps ensemble, malheureusement. Non seulement, elle avait fort à faire à cause d’l’étrange maladie qui sévit sur le camp, mais en plus, il nous faut être discrets, si nous voulons encore préserver le secret de notre relation. Dans l’bunker, j’avais pris cette décision pour qu’les Montagnards n’aient pas l’idée d’s’en prendre à elle, si jamais ils venaient à griller l’plan avant qu’on ait seulement pu l’lancer. Désormais, la raison de c’secret, c’est juste de pas avoir à supporter d’emblée le mépris que certains râleurs pourront nous renvoyer, du fait d’notre couple Phoenicienne/Waldénite… J’avoue qu’après la tourmente d’sous la Montagne, j’ai simplement envie d’souffler un peu. Et qu’le temps que j’peux passer avec la Griffin, n’soit pas gâché par des râleurs qui prendront un malin plaisir à venir nous faire chier dès qu’possible.

La journée est enfin terminée. J’cache pas qu’elle a été bien longue à mon goût, même si j’vais pas m’plaindre d’être enfin sorti du Mont Weather. J’ai cependant encore des trucs à faire avant d’aller m’coucher. D’toute façon, j’sais que j’arriverais pas à dormir de suite.  Etre vers les vestiges de ce qui fut l’Arche m’met pas franchement à l’aise, même si le vaisseau n’est pas au complet. Traverser ces couloirs reste un excellent moyen d’me renvoyer plein de souvenirs – rarement forts joyeux – en pleine gueule. Notamment tout c’qui gravite autour d’Elizabeth, dont ce fut l’1er anniversaire de sa mort, y’a environ 2 mois d’ça…. Ca m’fait toujours autant d’mal, d’me dire qu’elle n’est plus. Pourtant, j’tiens véritablement à Clarke, mais ouais, Beth restera à jamais Beth, son empreinte sur moi est indélébile… Ca m’est d’autant plus difficile à digérer, que les derniers mois ont été tellement compliqués que – pour ma plus grande honte – j’ai complètement oublié l’anniversaire en approche d’ce drame. Je n’l’ai réalisé qu’après coup…

C’est en claudicant sur mes béquilles, que j’me rends au réfectoire. Là où on m’a dit que s’trouverait Mara. Ouais, la meilleure pote d’l’orpheline. Puisque j’me sens pas de dormir de suite, autant mettre ça à profit. J’dois parler à l’infirmière. Mettre les choses entre nous, au clair. La Casper doit s’douter qu’notre « relation » a pris un tournant, y’a quelques semaines d’ça. Rien qu’avant qu’on ne quitte notre camp, à Boudalankru, j’ai commencé à prendre toutes les excuses possibles pour justifier l’fait que j’avais plus envie d’me réfugier sous les draps avec elle. Faut dire qu’le fait de partager ma tente avec Charlotte, depuis qu’elle avait volé des médoc’, ça m’aidait à avoir une excellente excuse pour repousser Mara sans trop de mal. Et même durant l’trajet jusqu’au camp où s’trouvait ma sœur, j’avais veillé à n’pas toucher Mara. Même si à l’époque, Clarke et moi étions encore dans l’déni l’plus complet sur notre relation, j’m’imaginais difficilement passer la nuit entre les bras d’l’infirmière, alors que j’avais une autre en tête. Même lors de nos rares échanges radios, quand j’étais encore dans l’bunker, j’évitais d’m’éternisé. Pis quand j’pouvais accéder à la radio, d’toute façon, j’préférais parler avec Octavia, ou Charlotte, ou Murphy… Donc, ouais, j’pense que Mara doit bien s’douter quelque chose cloche, même si elle n’sait pas trop quoi. Il est tout à fait possible qu’elle mette mon éloignement, sur l’dos de l’anniversaire funeste qu’on a connu tous les deux, récemment. Mais j’tiens à lui dire c’qu’il est en réellement. Ou du moins, à mettre un terme à notre liaison. J’aurai pu l’faire par radio, mais ça n’aurait pas été correct. Trop lâche à mon goût. M’voici donc à rentrer dans l’réfectoire, et à trouver facilement la jeune femme, pour une conversation loin d’être facile. Et encore, j’ai pas conscience de c’qu’elle éprouve pour moi (mais ça n’changerait pas ma décision, même si j’le savais !). « J’te dérange pas ? », demandé-je en m’présentant face à elle. Et puisque j’ai des béquilles et que c’est chiant à manier, j’préfère attendre sa réponse avant de m’asseoir (ou pas !). Puisque j’ai déjà mangé un peu plus tôt, au moins, j’ai pas le souci du plateau à gérer, c’est déjà pas mal. J'ai hâte d'être à demain : Jackson m'a dit qu'il m'trouverait une béquille plus haute que celles que j'ai, ainsi, j'pourrais m'en servir pour m'appuyer dessus et avancer juste avec une, au lieu de ces deux-là, bien trop chiantes à mon goût ! « T'as p'têtre envie de t'retrouver seule, après ta journée ! ». J'me doute bien qu'sa journée a été assez longue et fatigante, les soignants sont pas mal sollicités, en c'moment !


Emi Burton

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Would you help me to find a new way? Would you guide me through all this again? Don't let me slip away, I need you here 'till the very end so stay here with me. There's so much love in you're smile when I look at your face and I'm here to stay. You're my escape so tell me you'll be right here with me. Hearing your voice is like hearing an angel sing through the good and bad and all in between. You're the one I want and the one I need. I won't make you turn away. So come with me and never look back. After all that we've been through you are still by my side and I'm grateful you're there and I, I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
❝ Invité ❞
avatar



Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy  Vide
MessageSujet: Re: Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy  EmptyJeu 30 Avr - 12:17


Take me, pull me all around. Break me, I'm yours.
Mara ne vit pas tout de suite Bellamy arriver en clopinant sur ses béquilles, pour être honnête elle était perdue dans ses pensées, elle avait fait cet abstraction de tout se qui l'entourait en se réfugiant dans ses souvenirs. Elle savait que c'était une mauvaise idée, que cette mélancolie risquait d'entrainer une baisse de moral, voir une dépression qu'ils n'auraient clairement pas la possibilité de traiter ici. Il fallait s'attendre à quoi ? Une séance avec un psychologue, et après une petite partie de chasse pour pouvoir manger ? Non il n'y avait pas à dire, cette vie n'était pas celle qui lui convenait, surtout seule. C'était difficile d'être seule, difficile de ne pouvoir compter que sur elle même, de n'avoir personne sur qui se reposer, et de n'avoir personne avec qui partager le soir. Beth lui manquait dans ses instants. Même si leur relation était parfois compliquée, même si elle ne pouvait s'empêcher de ressentir une jalousie morbide, elle avait toujours été d'un grand soutient et elle avait toujours pu compter sur la brunette. Elle savait déjà qu'elle aurait pu pleurer sur son épaule une soirée comme celle ci et que son amie se serait sans doute contentée de lui caresser les cheveux en lui rappelant qu'aucun garçon ne méritait qu'elle se mette dans des états pareil. Elle avait d'ailleurs sans doute raison, mais elle n'était pas là, personne n'était là, et Mara ne se voyait pas aller pleurer dans les bras de sa mère comme lorsqu'elle était adolescente. Elle devait se montrer forte, à l'image de se qu'elle affichait chaque jour à l'infirmerie, malgré ses regards sur son dos qui lui rappelait sans cesse qu'elle faisait partie des 100, qu'elle n'était pas quelqu'un de confiance.

Elle sursauta quand une voix familière se fit entendre derrière elle, ce fut d'ailleurs à cet instant qu'elle remarqua la présence du jeune homme. Elle l'observa sans répondre quelques secondes, il était beau, on avait cette impression que la Terre lui réussissait particulièrement, qu'il était fait pour cette vie, et que l'Arche n'avait été qu'une parenthèse, même pas une préparation, il était né prêt à toute cette merde. L'infirmière ne pouvait être qu'admirative devant ce genre de personne, qui était capable de s'adapter aussi facilement. Elle l'observa quelques instants, ses pupilles noirs, ses boucles, sa peau qui avait déjà prit une joli couleur caramel, cette force qui se dégageait de lui. Elle avait bien comprit depuis longtemps qu'il ne serait jamais à elle, et cette pensée lui crevait le coeur, anéantissait toutes ses capacités à se battre pour remonter la pente. La jolie jeune fille sentit des larmes lui monter aux yeux, mais elle se mordit l'intérieur de la joue pour ne pas montrer de trace de faiblesse, c'était déjà bien assez humiliant pour elle, si il fallait en plus qu'elle pleure comme une petite fille...

« Nan vas y assis toi. »

Pendant quelques instants elle se demandait pourquoi il avait choisit de venir la voir, une petite lueur d'espoir que ça ne soit pas pour lui briser ses rêves, mais honnêtement cette lueur était réellement minuscule, elle ne se faisait pas d'illusions, à un moment ou un autre il faudrait affronter la vérité en face, mais c'était terrible douloureux. Se fut sans le moindre geste que Mara le regarda s'installer en galérant un peu avec ses béquilles. Peut être qu'elle aurait pu l'aider, ça aurait été dans la continuité de ses obligations en tant qu'infirmière, mais honnêtement elle trouvait qu'elle en avait déjà assez fait pour aujourd'hui, elle avait besoin de repos autant physiquement que mentalement.

« Tant que tu ne viens pas te plaindre pour ta jambe, ça me va, sinon promis je t'assomme, comme ça plus de douleur et plus de plainte on sera tous les deux contents. »

Difficile de savoir si la petite infirmière était sérieuse ou non, d'un côté elle était toujours très douce avec ses patients lorsqu'elle exerçait, de l'autre il était clair pour toutes les personnes qui la connaissaient qu'elle n'était pas à son aise ici, que cette vie ne lui convenait pas, et qu'elle avait besoin de décompresser, alors peut être que dans ce cas un coup sur la tête pouvait bien arriver. Mais chassez le nature, il revient au galop :

« D'ailleurs elle ne te fait pas trop souffrir ? »

Mara ne pouvait pas s'empêcher de s'inquiéter pour lui, c'était ridicule parce qu'elle savait très bien que ce n'était pas réciproque, qu'il ne partageait pas ses sentiments et ses inquiétudes mais elle ne pouvait pas s'en empêcher. Assez rapidement alors qu'elle avait pourtant dit qu'elle ne voulait pas l'entendre se plaindre elle s'inquiétait pour lui, mais étrangement il y avait de grande chance pour qu'elle ne continue pas sur cette piste si il venait parler d'un sujet qui fâche. La douce petite infirmière allait sans doute se transformer en succube, chose qui ne serait pas trop compliquée après la journée de merde qu'elle venait de passer.

« Qu'en dit le docteur Griffin? »

Ca aussi ça agaçait la jeune fille, devoir répondre aux ordres d'une des personnes qui avait fait le choix de l'envoyer ici, et qui n'avait aucune confiance en elle, sans parler qu'il s'agissait de la mère de Clarke, et elle n'était pas stupide elle voyait bien comment Bellamy la regardait et inversement, ce regard auquel elle n'aurait jamais le droit. D'un coup elle sentit la colère monter en elle, mais à cet instant elle fit l'effort de reporter son attention sur son assiette s'acharnant sur une pauvre tomate.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Bellamy Blake
❝ Admin α Commandant Blake α ❞
Bellamy Blake



Messages :
2189
Date d'inscription :
07/03/2017
Ft :
Bob Morley
Crédits :
Avatar de TWIZZLE , signature de Bizzle et citation sign' de Ravenscode (avec la chanson "My escape")
Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy  Vide
MessageSujet: Re: Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy  EmptyMar 12 Mai - 0:23

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Diner mais pas aux chandelles - Mara & Bell.

"Au cinéma, ce qui marche bien, ce sont les scènes de rencontre. Au théâtre, ce sont les scènes de rupture."

Un p’tit signe de tête pour remercier l’infirmière de pas m’renvoyer ailleurs, j’m’installe en face d’elle. Bordel, j’déteste les béquilles, c’est la merde ! Les derniers jours dans l’bunker m’ont permis de m’y habituer en parti, mais ça reste chiant. J’pousse un léger soupir en les calant contre la table, d’manière à c’qu’elles ne se retrouvent pas par terre. « Tant que tu ne viens pas te plaindre pour ta jambe, ça me va, sinon promis je t'assomme, comme ça plus de douleur et plus de plainte on sera tous les deux contents. » m’fait savoir l’Arcadianne. J’pousse un soupir, un léger sourire aux lèvres, ayant préféré voir en sa réplique, une tentative d’humour, à sa façon, qu’autre chose. « T’inquiète, c’est pas mon intention ! » En même temps, j’ai jamais compris l’principe de s’plaindre à tout bout d’champ, ni même juste sur l’moment. C’est pas en s’plaignant qu’la situation va s’arranger, après tout. Bon, j’aime râler un bon coup, comme tout l’monde, mais pas y rester des heures non plus. Puis, j’imagine sans trop d’mal qu’la Casper doit en avoir plein les pattes, d’être avec des malades comme des blessés. Surtout ces derniers temps, ça a pas été facile pour l’corps médical de Cérès, avec la maladie bien étrange qui décimait les nôtres, comme quelques Natifs ! D’après c’que j’ai pu cependant apprendre, des conversations avec ceux que j’ai pu croiser aujourd’hui : les Grounders ont fraîchement identifiés cette maladie, et transmis l’remède à nos médecins. Alors les choses devraient aller un peu mieux, la tension devrait progressivement diminuer du côté de l’infirmerie ! Et Mara devrait pouvoir souffler un peu plus !

« D'ailleurs elle ne te fait pas trop souffrir ?», m’demande-t-elle soudainement. Pour toute réponse, j’hausse les épaules, ce qui veut tout dire et rien dire à la fois, j’le sais bien. Mais c’est pourtant proche de c’que j’ressens. Ca dépend des moments, pour ma jambe, pis ça fait mal mais y’a pire, tout comme y’a mieux comme sensations. Enfin, y’a rien d’pire que c’qu’on éprouve quand on s’prend la balle, bien entendu. « Ca peut aller. », dis-je, pour accompagner ce geste qui peut être assez compliqué à décrypter. On peut déduire – faussement – que j’veux m’la jouer cool, mais comme j’l’ai dit : ça va.  « Qu'en dit le docteur Griffin?», poursuit Mara, m’faisant avoir un p’tit sourire un rien amusé qui étire mes lèvres. « Qu’à l’avenir, il est impératif que j’évite d’croiser de nouveau la route d’une balle ! », répondis-je avec ne fierté un peu enfantine. Ouais, bah, excusez-moi, mais ma journée a été assez longue et bizarre, donc, j’préfère plaisanter, au lieu d’être trop sérieux. Cependant, ayant conscience que ça peut interroger l’infirmière qui m’fait face, j’tarde pas à préciser sur un ton moins badin : « Elle dit que ça ira. Que j’ai été bien soigné dans l’bunker. ». Et c’est encore heureux, après tout, ils ont vu là une chance presque unique de montrer leur bonne volonté à amener doucement une paix durable entre nos peuples. Et puis, faut l’admettre, même à Cérès, j’aurai certainement pas été mieux soigné. Si la chance a permis que l’hôpital de l’Arche arrive sur Terre, l’atterrissage a été suffisamment mouvementé pour qu’du matos en tout genre soit abimé…  « Rien d’important n’a été touché, alors j’vais pas être estropié à vie, même si j’aurai toujours une certaine faiblesse qui va m’pousser à m’bouger un peu moins quand il faudra… J’en ai pour encore quelques semaines, avant d’pouvoir retrouver l’plus de mobilité possible. ». J’lui ai même demandé si j’serai, selon elle, en état d’réintégrer la Garde, et elle m’a répondu à l’affirmative. Bien entendu, d’ici-là, elle a insisté sur le fait que j’devrais être patient, et pas trop forcer sur ma jambe blessée, si j’veux pas rendre la situation plus grave qu’elle ne l’est en c’moment. Etant donné que j’compte bien redevenir Garde afin d’être véritablement utile à notre société qui s’organise doucement sur cette planète, bah, c’est pas dans mon intérêt d’faire n’importe quoi.  Même si ça va m’obliger à rester relativement en retrait, en attendant, et qu’j’aime pas ça… « Mais j’suis pas venu pour parler d’ma jambe… Comment tu vas, toi ? Pas trop claquée par l’invasion à l’infirmerie ? ». J’suis pas dans l’milieu médical, mais j’imagine bien qu’ça doit être pesant, ou que ça l’a été plus encore quand ils ignoraient ce dont les patients souffraient ! « Et t’vas pas te présenter pour siéger au Conseil ? ». La question peut paraître pour la déconnade, mais j’suis sérieux. Après tout, ça fait pas mal parler, cette envie d’refaire le Conseil, et pas mal de vocations politiques ont surgit un peu partout, même parmi des gens complètement surprenants pour un tel rôle, alors… Sait-on jamais…. Mara est plutôt ambitieuse, et loin d’être idiote… Ouais, bon, OK, j’préfère converser un peu près correctement avec elle, avant d’lui dire clairement qu’notre p’tit « accord indécent » n’est plus…


Emi Burton

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Would you help me to find a new way? Would you guide me through all this again? Don't let me slip away, I need you here 'till the very end so stay here with me. There's so much love in you're smile when I look at your face and I'm here to stay. You're my escape so tell me you'll be right here with me. Hearing your voice is like hearing an angel sing through the good and bad and all in between. You're the one I want and the one I need. I won't make you turn away. So come with me and never look back. After all that we've been through you are still by my side and I'm grateful you're there and I, I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
❝ ❞



Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy  Vide
MessageSujet: Re: Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy  Empty

Revenir en haut Aller en bas

Diner mais pas aux chandelles ft Bellamy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru :: Cérès (l'Arche sur Terre)-