AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Des personnages de la S5 sont jouables (Merci de ne pas prendre un perso de la série non répertorié dans les PV [29/10/2482]    Nothing burns like the cold  | Thalion 179893249 )
Si IE est momentanément inaccessible : pas de panique ! Deux liens d'infos à connaître : Twitter ou Facebook [29/10/2482]    Nothing burns like the cold  | Thalion 179893249
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation (chez les Delinquents, Arkers et Moskiums) [29/10/2482]    Nothing burns like the cold  | Thalion 3207243747

Partagez|

[29/10/2482] Nothing burns like the cold | Thalion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Yuko
❝ Admin ❞
Yuko



Messages :
569
Date d'inscription :
14/03/2018
Ft :
S. Rundle
Crédits :
Ecstatic Ruby (vava) / old money. (sign')
[29/10/2482]    Nothing burns like the cold  | Thalion Vide
MessageSujet: [29/10/2482] Nothing burns like the cold | Thalion [29/10/2482]    Nothing burns like the cold  | Thalion EmptyVen 11 Sep - 21:34

Fourchette chrono:
 






Nothing burns like the cold
Thalion et Yuko
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Bien des choses ont changé depuis mon arrivée à Polis, il y a déjà un long moment de cela. J'ai plus que conscience de la chance que j'ai de pouvoir exercer auprès de notre Heda et de ses proches depuis toutes ces années. Depuis mon arrivée à Polis, j'ai appris énormément de choses, j'ai aussi pu perfectionner cet art qui perce le bout de mes doigts tel une sorte de cadeau divin que je continue d'apprendre à apprivoiser aujourd'hui encore. Alors, non. Être Ntha n'est pas signe d'une vie sans problème, bien au contraire. Cette agression qui s'est passée il y a quelques années, lorsque je n'étais encore qu'une enfant, déjà reste bien dans ma tête, et surtout m'empêche toujours encore de trouver un vrai sommeil. A moins que ce ne soit pour une autre raison, ces derniers mois.. Il n'y a pas que mon occupation de Sanyrt qui a son importance au sujet de mes nuits écourtées. Tout ce qui se passe actuellement a de quoi en faire perdre la tête à plus d'une personne. Entre le fait que j'ai failli perdre Clow durant son Conclave, fort heureusement écourté et ces histoires autour de Lexa, ainsi que le retour de Costia : les choses sont compliquées, à Polis. Et puis, aussi.. Moi, la petite Ntha qui détourne le regard lorsqu'une personne me regarde avec insistance, qui vit sans mari dans ses appartements avec son fils, a fini par donner naissance à un autre adorable petit garçon, Yakari. Je vous épargne tous ces bruits qui m'entouraient, une fois de plus, certains ne pouvant pas s'empêcher de parier sur l'identité de celui qui a bien pu réussir à briser cette barrière de glace qui m'éloigne des autres depuis mon agression à nouveau. Certains se demandant même s'il s'agit du même homme. Chose insupportable, qui m'obligeait à serrer poings et dents sous ma cape habituelle pour m'éviter un geste ou une parole que je finirai par regretter, si jamais je devais en être à quitter Polis et sa Tour. Et c'est bien face à cette grogne silencieuse que je me suis rapidement rendue compte que la vie de mes fils allait passer avant tout. Que s'il me fallait taper du poing sur la table pour me faire entendre et qu'on nous respecte, je le ferai.

Ayant terminé ce que j'avais à faire, pour aujourd'hui, j'arrive enfin à rejoindre mon étage dans cette fameuse Tour. Ne m'arrêtant pourtant pas à « ma » porte, mais à celle de ma chère voisine, qui n'hésite pas à garder Ewald et son frère lorsque je suis appelée. La remerciant d'un sourire -ce qui est déjà presque un exploit pour cette Yuko détruite que je suis devenue- avant de prendre congé et après avoir parlé un peu avec elle -comme quoi, j'essaie de faire au mieux malgré mes appréhensions habituelles-, me voilà avec mon cher Yakari dans les bras et Ewald sur les talons. Lui, est déjà devenu un petit homme en devenir du haut de ses presque 6 ans. Bientôt, il devra choisir sa voie, chose assez angoissante pour la mère poule que je suis. Quand à Yakari, il est encore si petit que j'en souris en le gardant contre moi, le couvrant au mieux au vu des températures plus que fraîches du moment. Assez exceptionnelles, d'ailleurs. Mais, je ne dois pas traîner dans les couloirs, devant récupérer un peu de tissu à l'extérieur de la tour. L'avantage de vivre à Polis, c'est qu'on peut tout avoir sans être contraint de prendre la route, de changer de ville.

Une fois devant ce marchand aux tissus bien différents, j'essaie tant bien que mal de gérer mes « recherches », mais aussi Yakari qui doit très certainement commencer à avoir faim, sans oublier Ewald qui se décide à admirer certaines étales. Mais, me connaissant vu le temps actuel, si je n'étais pas sortie rapidement pour chercher en vitesse ces tissus, je n'y serai tout simplement pas allée de la journée n'appréciant pas plus que cela d'être dehors lorsqu'il fait si froid. Et mon petit Yakari a bien besoin d'épaisseurs en plus, surtout la nuit.. Malheureusement pour moi, étant sortie sans repasser par chez moi, j'en ai oublié de prendre quelques pièces. Et comme ici, aucun marchand ne fait crédit, et que celui-là semble d'une humeur massacrante, il ne se prive pas de me faire comprendre que je lui ai fait perdre son temps et que je ferai bien de le payer sans traîner. « Allons ma jolie. Ce que tu as pris entre tes mains, tu le paies ou tu n'es qu'une petite voleuse ! » Une attitude qui me déstabilise beaucoup, qui fait grogner aussi cette part sombre en moi qui grandi depuis le soir de mon agression. Ce qui n'est pas forcément bon signe, tant je ne m'attendais pas à une telle mauvaise rencontre. « Je n'ai aucune pièce sur moi.. » est la seule chose que je trouve à lui dire, tout en reposant le tissu à sa place et en mettant une main sur la tête de mon fils. Sa grosse voix qui continue de m'accuser presque de vol est même à deux doigts de faire pleurer Yakari. Je pourrai très bien lui faire ravaler ses mots si j'entrais dans son jeu, à lui dire que je suis sous les ordres directs de notre Heda, mais à quoi bon ? J'aurai même pu me défendre en me ventant d'avoir mon propre -faux- jumeau parmi les novices, qu'il devrait donc faire attention à ce qu'il dit. Mais, non. Personne ne doit jamais savoir cela. Me reculant de sa petite échoppe ouverte et de fortune, j'en viens vraiment à regretter d'être tombée sur un tel marchand si cupide et idiot. Mon ami tailleur, chez qui je vais habituellement, n'était pourtant pas là ces derniers jours.. Quelle chance !
CBESIDETHECROCODILE

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Let's run away to our secret place


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Thalion
❝ Survivant ❞
Thalion



Messages :
96
Date d'inscription :
08/03/2020
Ft :
Travis Fimmel
Crédits :
(a) Sigyn.
(s) Astra.
(g) Pinterest.
(i) Pinterest.
[29/10/2482]    Nothing burns like the cold  | Thalion Vide
MessageSujet: Re: [29/10/2482] Nothing burns like the cold | Thalion [29/10/2482]    Nothing burns like the cold  | Thalion EmptySam 12 Sep - 17:37



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Nothing burns like the cold

Yuko & Thalion

◊ ◊ ◊

Les pas légers de sa monture foulaient le sol sablonneux de la longue route menant à Polis. Thalion observait les alentours d'un œil nonchalant, une main posée sur sa cuisse et l'autre tenant fermement la bride d'Odin, son étalon noir. Voilà quelques temps que l'homme était sorti du bunker du Mount Weather et il avait été soulagé de reprendre son rôle de chef de guerre. Ce rôle lui seyait à merveille et il ne s'en séparerait pour rien au monde. Heureusement pour lui, aucun de ses hommes ne cherchaient à le contre dire ou à le remplacer, ce qui facilitait grandement sa tâche. De la peinture noire, posée savamment sur ses traits, habillait son visage à la peau tannée. Il n'était pas rare qu'il se rendre à Polis avec ses peintures de guerre : les gens avaient tendance à se méfier de lui, voir même à avoir peur, et on ne l’embêtait pas pour des broutilles. Il commençait à être assez connu, dans la capitale, ainsi, beaucoup savaient qu'il ne valait mieux pas le contre-dire ou l'énerver au risque de perdre une langue ou une main.

Odin s'immobilisa en haut d'une crête et Thalion observa le paysage en dessous de leurs pieds avec un ennui profond. Ils étaient en haut de Polis, il ne leur restait plus que quelques minutes de marche avant d'entrer dans la capitale. Avec un soupir, il indiqua à sa monture de poursuivre sa route. Ce n'est pas qu'il n'aimait pas Polis, c'est simplement qu'il aurait préféré rester près des SP pour les surveiller et en apprendre plus sur eux. En général, il ne se faisait pas prendre lorsqu'il les observait, sauf s'il le décidait. Mais il est vrai que plus le temps passait et plus il se faisait imprudent, au grand damne de certains de ses hommes. En quelques minutes à peine, le chef de guerre de Trikru fit son entrée dans la capitale après avoir salué les gardes. Sa monture avait ralenti son pas et l'homme juché dessus saluait d'un signe de tête raide tous les gens qu'il croisait et qui le reconnaissaient. Après avoir déambulé entre les stands et les marchands, Thalion fit arrêter son cheval et descendit souplement au sol avant de récupérer toutes ses armes. Parmi elles figurait son longbow et son épée, ainsi qu'une multitude de petits poignards et de kriss qu'il cacha dans ses vêtements et sous son lourd manteau fait de fourrure. Lorsqu'il fut paré, il flatta l'encolure de son étalon, qui tourna la tête vers lui. Le pauvre avait deux oreilles gauches ainsi que deux pupilles dans son œil gauche. Ces particularités amusaient son propriétaire, qui le trouvait bien plus beau et effrayant ainsi : la parfaite monture du guerre. Un gona vint récupéré Odin qui s'éloigna en fouettant l'air de sa queue d'un geste agacé, et Thalion commença à marcher entre les étals. Sa réunion n'était prévue que pour le lendemain, il pouvait bien profiter un peu de l'ambiance chaleureuse et joyeuse de Polis. Il vérifia qu'il avait bien sa bourse en cuir avant de continuer à marcher, ses deux saphirs balayant la place avec curiosité.

Et puis soudain, un cri colérique perça l'air et le blond se figea. « Allons ma jolie. Ce que tu as pris entre tes mains, tu le paies ou tu n'es qu'une petite voleuse ! » Thalion se tourna lentement vers l'origine de tout ce boucan et il aperçut un marchand de tissus avec, plantée devant lui, une jeune femme, deux enfants en bas âge l'accompagnant. Un soupir agacé s'échappa de ses lèvres alors que l'homme continuait de brayer en hurlant au vol. Vite lassé de cette situation, le chef de guerre prit le pas vers les deux grounders, une grimace exaspérée aux lèvres. De par sa grande stature, il dépassait aisément la brune qui restait silencieuse. Un regard vers l'enfant qu'elle portait lui apprit qu'il était au bord des larmes. Finalement, il détourna ses prunelles bleues vers le marchand qui hurlait toujours. Thalion posa une main sur son épée et fit un pas en avant avant de toussoter. « On peut savoir c'qu'il se passe ici ? Vous hurlez comme un cochon qu'on égorge. Sans être impoli, bien entendu. » Le blond afficha un sourire moqueur et narquois avant d'adopter une posture nonchalante, la main bien en évidence sur son épée. Le marchand, outré, ouvrit la bouche pour répliquer, rouge de colère. « Vous êtes qui vous ?! C'est entre elle et moi ! Vous en mêlez pas. » Un soupir ennuyé s'échappa des lèvres du gona qui étira sa lourde carcasse d'un geste nonchalant avant de tapoter sur la garde de son arme. « Thalion, chef de guerre de Trikru. Je ne saurais que trop vous conseiller d'arrêter de brailler comme un putois. » Un petit regard sur le fameux tissus et Thalion fronça les sourcils. « Ce serait plutôt vous le voleur, ces étoffes coûtent bien trop chères par rapport à c'qu'elles valent. » Agacé, le blond sortit quelques pièces, juste assez pour payer la moitié du prix, qu'il jeta aux pieds de l'homme, et il saisit le tissus qu'il tendit à la jeune femme avec un sourire. Il se tourna une dernière fois vers le marchand, ses yeux lançant des éclairs menaçants. « Que je ne vous reprenne pas à hurler sur elle ou c'est votre langue que vous perdrez. » Et le guerrier se détourna finalement pour reprendre sa route après avoir ébouriffé les cheveux du plus petit des deux garçons avec un sourire presque attendri.

(c) oxymort

Revenir en haut Aller en bas
Yuko
❝ Admin ❞
Yuko



Messages :
569
Date d'inscription :
14/03/2018
Ft :
S. Rundle
Crédits :
Ecstatic Ruby (vava) / old money. (sign')
[29/10/2482]    Nothing burns like the cold  | Thalion Vide
MessageSujet: Re: [29/10/2482] Nothing burns like the cold | Thalion [29/10/2482]    Nothing burns like the cold  | Thalion EmptyJeu 17 Sep - 18:36



Nothing burns like the cold
Thalion et Yuko
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]S'il y a bien une chose dont j'ai horreur et qui me déstabilise énormément, c'est bien quand quelqu'un hausse la voix face à moi. Pire encore quand Ewald et Yakari sont non loin de moi. C'est comme si j'étais propulsée des années en arrière, durant cette agression qui me visait directement, juste parce que je suis née Ntha. Tout simplement. Je ressens bien vite cette impression d'être acculée et comme prise au piège. Et dans une telle situation, deux options me viennent en tête, et aucune autre : soit tenir tête, mais d'une façon quelque peu violente à cause de mon côté instable qui peut surgir n'importe quand, soit c'est comme aujourd'hui, où j'ai cette impression d'étouffer comme durant cette nuit cauchemardesque qui pourtant date d'il y a bien des années de ça. Je m'en veux, sur le coup, d'être incapable de répliquer comme si j'étais paralysée par la peur qu'il devienne physiquement plus violent. Si Clow m'a appris à me servir de cette petite lame qu'il m'a donné, aujourd'hui cachée contre ma cheville et ne me quittant jamais, je ne m'attendais vraiment pas à une telle réaction de ce marchand que j'en ai perdu tous repères et toute assurance. La seule chose qui pourrait me faire basculer dans cette folie qui m'entoure serait qu'il s'en prenne à l'un de mes enfants. Là, peu importe qu'il me domine par sa taille ou par sa véhémence, les choses auraient pu mal tourner. Et de peu, car en sentant Yakari se tendre entre mes bras à cause de ses cris, cela ne faisait que renforcer cet instinct maternel qui est particulièrement fort chez moi, je le sais très bien. Visiblement, il semble avoir de la chance en ce jour, quelqu'un s'approchant de son échoppe. Quoique, de la chance, je n'en suis pas si sure vu la stature du nouvel arrivant. Un homme visiblement bien armé -que j'ai déjà aperçu dans la Tour, mais sans le connaître- s'interpose entre ce marchand et moi, à ma plus grande surprise, je dois l'admettre. « On peut savoir c'qu'il se passe ici ? Vous hurlez comme un cochon qu'on égorge. Sans être impoli, bien entendu. » Cet homme semble bien plus s'adresser au vendeur qu'à moi, raison pour laquelle je reste silencieuse, me contentant de serrer Yakari contre moi, alors qu'Ewald semble soudainement bien motivé à taper du poing sur la table, lui aussi, malgré son jeune âge. « Vous êtes qui vous ?! C'est entre elle et moi ! Vous en mêlez pas.  » Bon, là par contre, il commence doucement à m'énerver. Ce qui n'est pas franchement bon signe et qui se voit clairement dans le regard glaçant que je lui envoie en réponse. « Thalion, chef de guerre de Trikru. Je ne saurais que trop vous conseiller d'arrêter de brailler comme un putois. » Ah. Mon attention se rive un instant sur cet homme, dont je peux mettre un nom dorénavant. Il est vrai que nous sommes plusieurs Sanyrts à officier au sein de la Tour pour Heda et son entourage plus ou moins proche s'il fait appel à nous durant ces passages dans la Capitale. Cela ne m'étonne donc pas vraiment de faire face à un gona de son rang sans l'avoir reconnu. Mais, de là à imaginer que ce soit quelqu'un comme lui qui s'interpose de la sorte pour une histoire de tissus.. « Ce serait plutôt vous le voleur, ces étoffes coûtent bien trop chères par rapport à c'qu'elles valent. » Ça, c'est dit. Même Ewald en est bouche bée, alors qu'il s'appuie contre moi, sans quitter ce chef de guerre du regard. Après tout, même s'il croise bien souvent des hommes de la trempe de ce Thalion à la Tour, fréquentant même quelques Novices -dont son père sans le savoir-, il n'a que peu souvent l'occasion de les voir s'imposer de la sorte. Ne tenant pas franchement à ce que les choses s'enveniment, je garde toujours le silence, me contentant d'accepter ces épais drapés que Thalion me tend alors. « Que je ne vous reprenne pas à hurler sur elle ou c'est votre langue que vous perdrez. » Un avertissement qui, même s'il ne met pas destiné, me fait tout de même bien frissonner rien que par cet échange de regard qu'il y a entre les deux hommes. Un peu sonnée par tout ce qui vient de se passer, je mets quelques brèves secondes à comprendre qu'Ewald s'est lancé à la suite de ce fameux Thalion, lançant un « Vous êtes un vrai chef de guerre ? » tout enjoué, qui me ramène à moi et m'oblige à leur emboîter le pas, histoire de rattraper mon aîné et lui faire comprendre qu'il est temps de rentrer. « Je peux voir votre épée ? » Une fois mon retard rattrapé, je ne peux pas m'empêcher de soupirer doucement, gardant toujours Yakari tout contre moi, surtout avec ce vent mordant qui se lève. Il semble vraiment bien porté par les armes, et la mère que je suis n'en est pas vraiment rassurée. Bref. « Ewald, s'il te plaît.. » que je lui lance, histoire de refréner un peu sa curiosité, me doutant certainement que ce Thalion a bien d'autres choses à faire en étant à Polis, vers qui je porte mon regard. « Merci. » que je lui dis, dans un premier temps. Je n'ai jamais été bien bavarde, surtout envers des inconnus ne sachant jamais si ce sont des opposants aux Nthas ou des alliés. Mais, ce remerciement me semblait être de mise. « Ce n'est pas par défaut d'argent que je n'ai pas pu payer.  » que je me surprends à ajouter. « J'étais persuadée d'avoir quelques pièces sur moi en sortant de chez moi, mais visiblement, ce n'était pas le cas. » Pourquoi je me sens le besoin de me justifier de la sorte ? Aucune idée. « Si vous me laissez un peu de temps, je peux chercher ce que je vous dois.. » Après tout, bien que je sois seule pour élever deux enfants, je ne manque pas franchement de ressources en gagnant plutôt bien ma vie. Disons que je n'ai pas vraiment à me plaindre, même si ce n'est clairement pas tous les jours faciles. De loin pas.
CBESIDETHECROCODILE

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Let's run away to our secret place


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Thalion
❝ Survivant ❞
Thalion



Messages :
96
Date d'inscription :
08/03/2020
Ft :
Travis Fimmel
Crédits :
(a) Sigyn.
(s) Astra.
(g) Pinterest.
(i) Pinterest.
[29/10/2482]    Nothing burns like the cold  | Thalion Vide
MessageSujet: Re: [29/10/2482] Nothing burns like the cold | Thalion [29/10/2482]    Nothing burns like the cold  | Thalion EmptyVen 18 Sep - 17:54



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Nothing burns like the cold

Yuko & Thalion

◊ ◊ ◊

La fille en détresse. Un grand classique. Thalion ne peut s'empêcher de fourrer son nez dans des affaires qui ne le concernent en rien, surtout si c'est une jolie fille qui est embêtée. Cependant, il sait que ce n'est parfois pas très bien prit. Seulement... le risque en vaut la chandelle et il ne peut s'empêcher de saisir sa chance en s'interposant entre le marchand hurleur et la jeune femme. Ce porc semble bien décidé à l'accuser de vol alors qu'il n'en est rien. Ce que ce genre de personnage peuvent le fatiguer... L'inconnue derrière lui reste silencieuse tandis que le blond lance piques sur piques pour titiller le marchand de tissus. Il finit même par lui lancer les pièces de monnaie à la figure avant de le toiser avec toute la condescendance qu'il possède, ajoutant même une petite menace, pour le côté dramatique. Et finalement, lorsque son coup de théâtre se termine, le gona fait demi-tour et s'éloigne tranquillement, prenant la direction de la Tour, toute envie d'aller se promener dans le marché coupée. Les hommes comme lui le fatiguent et il est assez agacé pour la journée : inutile d'aller s'énerver ailleurs et de trancher une langue.

Mais ses beaux plans tombent à l'eau lorsqu'une petite poigne attrape sa main et tente de le retenir. Thalion s'arrête et baisse les yeux sur le petit garçon qui l'observe avant une certaine admiration avant de s'accroupir pour être à sa hauteur, curieux de savoir ce que ce petit être lui veut. « Vous êtes un vrai chef de guerre ? Je peux voir votre épée ? » Un rire secoua la poitrine du grand guerrier qui finit par hocher la tête. « En effet, oui. Pourquoi ? Est-ce si étonnant, petit guerrier ? » D'un geste lent, il dégaina son sabre qu'il tendit, avec une précaution nouvelle, au petit garçon, l'aidant à le tenir sans se blesser. Lorsqu'il estima que ce fut assez, il rengaina et à la place, sortit un de ses nombreux kriss, qu'il avait fabriqué lui-même, avec un pommeau en bois de cerf qu'il tendit à l'enfant. « Je te le donne, petit guerrier. Mais fais donc attention avec ceci et n'écorche pas ta mère. Ce n'est pas un jouet. C'est une arme, l'arme d'un gona. » Il observa le petit garçon prendre la petite lame avant de relever son regard vers la jeune femme, qui les observait. Après avoir rappelé son fils à l'ordre, elle tourna à nouveau son regard sur le blond, qui pencha légèrement la tête sur le côté. « Merci. Ce n'est pas par défaut d'argent que je n'ai pas pu payer. J'étais persuadée d'avoir quelques pièces sur moi en sortant de chez moi, mais visiblement, ce n'était pas le cas. Si vous me laissez un peu de temps, je peux chercher ce que je vous dois.. » Un sourire presque moqueur prit place sur les lèvres de Thalion qui se redressa avec une élégance toute guerrière avant de passer une main dans ses cheveux ébouriffés. « Tout l'honneur était pour moi. J'ai vu une belle jeune femme en détresse, je ne pouvais pas la laisser ainsi. Surtout que ce marchand hurlait bien trop à mon goût pour un simple vol qui n'avait, en fait, même pas été commis. Peut-être aurais-je dû lui couper la langue finalement... Enfin bref, vous n'avez pas à vous justifier, je l'ai fais de bon cœur. Et ce n'est pas la peine de me rembourses, je n'accepte pas l'argent. » Nouveau sourire et il ébouriffa les cheveux d'Ewald, qui observait sa nouvelle arme avec un regard tout brillant. Le plus petit attira son attention et Thalion chercha dans sa bourse un petit cadeau à lui donner. Il trouva finalement ce qu'il cherchait. Un petit cailloux tout ce qu'il y a de plus normal. Mais en le retournant, on observait un fossile dessus. Voilà bien longtemps qu'il l'avait et il n'en avait aucune utilité. Autant le donner au petit, peut-être que cela ferait un heureux. Il afficha un nouveau sourire à la petite famille, aussi amical que séducteur.

Blablabla > Paroles en Trigedasleng

(c) oxymort

Revenir en haut Aller en bas
Yuko
❝ Admin ❞
Yuko



Messages :
569
Date d'inscription :
14/03/2018
Ft :
S. Rundle
Crédits :
Ecstatic Ruby (vava) / old money. (sign')
[29/10/2482]    Nothing burns like the cold  | Thalion Vide
MessageSujet: Re: [29/10/2482] Nothing burns like the cold | Thalion [29/10/2482]    Nothing burns like the cold  | Thalion EmptyVen 2 Oct - 23:19



Nothing burns like the cold
Thalion et Yuko
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Ah, Ewald et son caractère quelque peu fougueux.. Mon fils est un petit homme en devenir qui est adorable, vraiment, mais qui a aussi une détermination à toute épreuve. S'il a décidé quelque chose, il se démène pour l'obtenir. Quoiqu'il lui en coûte. Et là, m'entendre l'appeler ne le stoppe pas réellement dans son élan à suivre les pas de ce gona qui a croisé son chemin. A quoi bon m'époumoner à tenter de le rappeler, alors qu'il est plus que motivé à échanger quelques mots avec cet homme. Mon accouchement encore bien trop récent m'empêche en plus de lui courir après, les maux de ventre n'étant pas enclin à m'abandonner de si tôt. Mais, qu'importe, c'est surmontable. Je sais très bien qu'Ewald manque d'une figure paternelle dans sa vie, son père ne pouvant décemment pas lui être présenté comme tel. Pas encore. Ça me tue de le voir grandir sans que Clow ne puisse revêtir pleinement son rôle. Mais, c'est impossible tant qu'il figure parmi les Novices. Un secret bien trop lourd à porter, surtout lorsque je les vois jouer ou parler ensemble. Ewald l'apprécie, mais il ne le voit pas comme le père qu'il est pourtant. Du coup, ça ne m'étonne pas vraiment que le petit renardeau soit si curieux face à un homme avec une telle responsabilité. Arrivée près d'eux, je les observe, tenant le plus petit au plus près de moi pour l'épargner du froid bien mordant. « Je te le donne, petit guerrier. Mais fais donc attention avec ceci et n'écorche pas ta mère. Ce n'est pas un jouet. C'est une arme, l'arme d'un gona.» Mon attention passe de mon fils, à ce dénommé Thalion, alors qu'il lui confie une arme. Forcément, il n'en faut pas plus pour que le regard du renardeau se mette à briller. Et mon angoisse de mère de le voir choisir la voix des armes se réveille. Je ne pourrai pas perdre Clow durant son Conclave et Ewald au combat. Comment font les mères de ces hommes pour ne pas en avoir des nœuds dans le ventre ? A redouter cette terrible nouvelle ? Évidemment, mourir en combat, pour un gona, c'est tout à son honneur. Mais, pas pour une mère. Je profite du fait qu'Ewald admire sa nouvelle arme pour m'excuser auprès de l'homme. J'ai vraiment horreur d'attirer l'attention sur moi comme ça a été le cas chez ce marchand. Moins on me remarque, mieux je me porte et moins je risque de croiser le chemin de ces personnes ne supportant pas les Nthas. « Tout l'honneur était pour moi. J'ai vu une belle jeune femme en détresse, je ne pouvais pas la laisser ainsi. » J'ai du mal à croire qu'il parle de moi avec ces mots-là, si bien que je détourne le regard un bref instant, me demandant si j'ai bien entendu. « Surtout que ce marchand hurlait bien trop à mon goût pour un simple vol qui n'avait, en fait, même pas été commis. » Non, je ne suis pas une voleuse. « Peut-être aurais-je dû lui couper la langue finalement... Enfin bref, vous n'avez pas à vous justifier, je l'ai fais de bon cœur. Et ce n'est pas la peine de me rembourses, je n'accepte pas l'argent. » Oh. Détournant une fois de plus le regard, en l'entendant dire qu'il n'accepte pas d'argent en retour, je ne sais même pas quoi lui dire. L'idée d'avoir une sorte de dette envers quelqu'un me met assez mal à l'aise, bien qu'en l'entendant, l'ardoise est vide. Et après Ewald, c'est au nouveau venu d'avoir un présent. Une attention qui, bien qu'incomprise du tout petit, m'arrache un léger sourire. Fait exceptionnel, ouioui. Yakari, tenant maladroitement cette petite pierre de sa si petite main semble le remercier à sa façon. « Ce marchand ne me verra plus près de son échoppe. Merci encore. » Oh que non. Et je risque de ne pas me gêner pour en parler autour de moi, bien qu'en omettant quelques détails. Et ce remerciement couvre maintenant ces cadeaux pour mes fils. « Est-ce que ce serait indiscret de ma part de savoir si vous comptiez rejoindre la Tour ? » Après tout, vu son rang et sa présence à Polis, il ne fait pas vraiment de doute qu'il devrait trouver où dormir dans cette fameuse Tour à la hauteur vertigineuse. « Il me semble vous y avoir déjà vu, en tout cas. » que je finis par admettre. Comme dit, un gona de son rang, s'il est à Polis, c'est forcément pour s'y rendre, non ? Après, j'avoue avoir parlé un peu trop vite. Sans doute qu'il se demande comment je peux savoir cela, alors que lui ne me connaît pas. « On s'y rend. Ewald serait sans doute ravi de faire un bout de chemin avec vous. Mais, il sait être très bavard quand il s'y met. » Un ajout qui me semble incontournable à faire, non sans poser le regard d'une mère vers son fils. Ce dernier qui se prête déjà au jeu du petit gona, tout fier en marchant avec son arme.
CBESIDETHECROCODILE

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Let's run away to our secret place


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
❝ ❞



[29/10/2482]    Nothing burns like the cold  | Thalion Vide
MessageSujet: Re: [29/10/2482] Nothing burns like the cold | Thalion [29/10/2482]    Nothing burns like the cold  | Thalion Empty

Revenir en haut Aller en bas

[29/10/2482] Nothing burns like the cold | Thalion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru :: Polis-