AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Des personnages de la S5 sont jouables (Merci de ne pas prendre un perso de la série non répertorié dans les PV [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY 179893249 )
Si IE est momentanément inaccessible : pas de panique ! Deux liens d'infos à connaître : Twitter ou Facebook [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY 179893249
Pour les nouveaux personnages :20Tcs bonus seront offerts à la validation (chez les Delinquents, Arkers et Moskiums) [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY 3207243747
-50%
Le deal à ne pas rater :
Montre Huawei Watch GT 2e (noire) à 69€
69 € 139 €
Voir le deal

Partagez|

[25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
John Murphy
❝ Survivant ❞
John Murphy



Messages :
98
Date d'inscription :
16/02/2021
Ft :
Richard Harmon
[25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY Vide
MessageSujet: [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY EmptyVen 2 Avr - 20:42

Spoiler:
 
I'm there if you need
Tu avais l’impression que les temps étaient compliqués pour tout le monde et ce n’était pas quelque chose qui te plaisait particulièrement. L’arrivée des adultes et de la station alpha avait tout changé. Les « grands » avaient décidé de reprendre le contrôle comme s’ils savaient tout et comme si vous étiez des moins que rien. On vous avait promis le pardon, mais on continuait de vous traiter comme des délinquants et des moins que rien. C’était ce qui t’avait poussé à fuir Cérès dès que tu avais pu pour revenir t’installer à Trikru. Même si tu avais eu du mal avec ce campement à ton arrivée, aujourd’hui, c’est là que tu te sentais le plus chez toi. Le camp avait bien évolué et vous aviez construit un vrai petit village que vous pouviez gérer comme vous le souhaitiez. Ici, c’était chez vous et personne n’avait son mot à dire. Toi, tu t’en fichais de dormir dans une tente miteuse, c’était mieux que d’être contrôlé par un groupe d’incapables qui se croyait capable. Le confort ne changeait pas grand-chose pour toi. Tu avais appris à dormir n’importe où et dans n’importe quelle condition. Après tout, tu avais passé une partie de ta vie à squatter le sol de la chambre de Jordan. Dormir dans un lit ? Tu avais presque l’impression que ça ne t’était jamais arrivé. Ça ne pouvait pas te manquer. Donc tu pouvais l’affirmer, tu étais bien. Pour la première fois de ta vie, tu te sentais vraiment chez toi et tu avais l’impression d’appartenir à quelque chose. Certes, tu n’étais pas le meilleur coéquipier, tu le savais. Tu étais chiant, tu étais relou et tu étais égocentrique, mais ça, c’était l’image que tu voulais donner. C’était une façon de te protéger des attaches et des relations. Tu n’étais pas né pour avoir des amis et un entourage. Tu étais un solitaire et tu essayais de te débrouiller pour le rester. Sauf que certaines personnes dans ta vie en décidaient autrement et ils refusaient de te laisser tomber. Tu pensais en autre à Jordan avec qui les choses avaient éclaté plus d’une fois et qui était toujours là. Ensuite, il y avait Bellamy que tu arrivais presque à considérer comme un vrai ami après tout ce que vous avez traversé ensemble. C’est parce que vous vous étiez serrés les coudes que vous étiez toujours en vie aujourd’hui. Et après, cet abruti t’avait collé sa petite sœur dans les pattes. De base, tu devais uniquement la surveiller et t’assurer qu’il ne lui arrive rien. Tu l’avais fait, mais tu n’avais pas pu te contenter de rester dans l’ombre. Tu t’étais rapproché d’elle et tu la soutenais comme tu le pouvais. Il y avait Raven aussi, mais avec elle, tout était plus compliqué. Tu n’étais pas certain de pouvoir la considérer comme une amie. Peut-être comme une connaissance ? Jordan te dirait qu’elle était « ton crush », mais ça, tu le refusais. Ce n’était pas ça. C’était seulement compliqué. Bref… Quatre personnes proches de toi et que tu appréciais considérablement. Assez pour remarquer lorsque quelque chose n’allait pas chez l’un de tes rares proches. Tu l’avais remarqué pour Octavia depuis quelques jours. De base, tu avais voulu la laisser tranquille, mais tu avais compris que c’était plus profond.

Cette nuit-là, tu avais été plus attentif à ce qui se passait autour de toi. Tu te doutais qu’elle allait encore quitter sa tente au beau milieu de la nuit et tu avais décidé de la suivre. Pas pour l’espionner, pas pour lui faire morale et encore moins pour dénoncer ses agissements à ton frère. Tu allais le faire comme un ami devait le faire. C’était un rôle que tu ne maitrisais pas encore parfaitement, mais tu faisais comme tu pouvais. Assis en tailleur sur le sol sur un ramassis de couvertures, tu écoutais autour de toi et tu agis au moment opportun. Tel un pisteur, tu suivis la jeune femme jusqu’à ce qu’elle décide à s’arrêter quelque part. Peut-être qu’elle avait juste besoin d’être seule et c’est ce qui la poussait à agir de nuit, mais peu importe. Tu n’avais pas fait tout ce chemin pour tourner les talons sans lui parler. Au bout d’un moment, tu sortis de l’ombre et tu allas t’installer à ses côtés. De longues minutes, tu restas silencieux avant de poser une unique question afin de tâter le terrain avec la jeune Blake. « C’est la merde, hen ? » Ça c’était le cas de le dire. Chacun avait ses emmerdes dans cet endroit.
code par drake.
Octavia Blake et John Murphy
Revenir en haut Aller en bas
Octavia Blake
❝ Survivant ❞
Octavia Blake



Messages :
139
Date d'inscription :
11/02/2020
Ft :
Marie Avgeropoulos
Crédits :
Storm of face (vava) ; via google & tumblr (gifs) ; goodlifequoteru.com (quote)
[25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY Vide
MessageSujet: Re: [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY EmptyJeu 8 Avr - 22:13


I'm there if you need.

Elle sombrait de plus en plus et elle s'en rendait bien compte, la cadette Blake...

Blake...

Est-ce que ce nom valait encore quelque chose ? Elle n'était pas une Blake. Elle ne l'avait jamais été. Du moins pas par son père. Ce type trop porté sur la bouteille, capable de lever la main sur la plus merveilleuse des personnes sur Terre n'était pas son père. Elle avait même envie de vomir quand elle pensait que cette personne merveilleuse était le fils de ce déchet. Mais elle ne l'était pas. Elle n'avait été une Blake que parce que Bellamy était son cœur et son âme. C'était lui son sang et s'il s'appelait Blake, alors elle s'appelait Blake aussi. Mais le voulait-il seulement encore, alors que le fossé ne faisait que se creuser entre eux. Plus le temps passait et plus elle se sentait indigne de lui. Elle n'était qu'un sac à dos trop lourd qu'il devait traîner dans une vie qui lui souriait enfin et elle était trop paumé, trop incompétente, pour être la digne petite sœur qu'il méritait. Et plus elle essayait de lui en parler, plus il comprenait de travers. Sans doute parce qu'elle expliquait mal. Sans doute parce qu'elle n'était vraiment pas bonne. Ni pour lui, ni pour personne.

Alors elle sombrait et si ces dernières semaines, elle avait tout fait pour le cacher, elle n'y arrivait plus. Pas cette nuit, alors que les plantes n'arrivaient plus à calmer ses cauchemars. Elle se réveilla en hurlant en silence, la bouche plaquée contre son oreiller, ses membres tremblants. Crier dans ses rêves sans faire de bruit. Une compétence si rare. Une de celles qu'elle maîtrisait le mieux. Transpirante, tremblante, elle sortit de son lit, faisant le moins de bruit possible afin de ne pas réveiller ses colocataires, inconsciente du regard de la gamine sur elle. Puis elle marcha. Elle continua de marcher, le regard dans le vague, l'esprit encore assommé par les drogues, le corps entier secoué des images horrifiques qui peuplaient son esprit dérangé de gamine traumatisée.

Elle marcha longtemps ou peut-être pas tellement (elle ne savait plus), mais elle marcha jusqu'à ce que ses jambes ne puissent plus avancer, jusqu'à ce que son corps entier cède sous la fatigue, les substances et les relents de son cauchemar. Elle marcha par-delà le camp, par-delà la clôture si facile à traverser, par-delà le regard des gardes qui ne la virent même pas quitter les murs protecteurs de l'enceinte. Elle marcha dans les bois, par-delà les racines et les arbres, par-delà la colline. Elle finit par se laisser tomber au bout d'un moment, ses jambes faibles, alors qu'elle glissait lentement vers le sol, à genoux, les mains posées dans la mousse, le souffle court et les larmes inondant ses joues en silence. Toujours en silence. Soit une bonne fille, Octavia. Ne fais pas de bruit. Tu n'as jamais fait de bruit quand tu étais un petit bébé... Ne fais pas de bruit maintenant... Shuuuuuut... La voix de sa mère la fit trembler un peu plus, lui faisant perdre conscience de si c'était le froid ou ses rêves de sang et de larmes sans fin, qui la rendait incapable de s'arrêter. Elle avait froid, elle avait chaud. Elle était à bout. À bout de tout. De ce monde sauvage, de cette vie noire, de ces douleurs dans son cœur encore et encore. Le secret d'un père dont elle ignorait l'identité, le secret d'une mère qui avait trop souvent presque réussi à la tuer, la perte de Bellamy, la peur de perdre Jasper, la conscience qu'elle n'avait plus personne, hormis ces deux hommes qui se détestaient et qu'elle finirait par perdre aussi totalement.

Elle connaissait ces sensations. Elle savait reconnaître la bête qui torturait ses pensées : le manque. Les antalgiques avaient définitivement quitté son système et les plantes ne suffisaient plus à cacher les symptômes de manque. Parce que même si elle avait pris les doses recommandées, son corps avait retrouvé le chemin de la dépendance et elle en était privée, une nouvelle fois. Il n'y avait pas assez de toxine dans les plantes pour la calmer, maintenant qu'il n'y avait plus aucune trace de médicament dans son corps.

« C'est la merde, hein ? »

Elle sursauta, posant un regard surpris sur la dernière personne au monde qu'elle s'attendait à voir. « Oh non ! », ironisa-t-elle, un rire jaune dans la gorge. « C'est le paradis. » Inspirant profondément, elle essuya ses yeux du dos de la main droite, reniflant bruyamment. « Je suis fatiguée, Murphy. J'en peux plus... Et t'es sans doute la dernière personne au monde à en avoir quelque chose à faire... » Il n'y avait même pas d'agressivité dans sa voix, juste la lassitude et l'abandon. Elle en avait vraiment assez.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« you're not allowed to die »
Save me from the ones that haunt me in the night. I can't live with myself, so stay with me tonight. Don't go...
©️crackintime
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
John Murphy
❝ Survivant ❞
John Murphy



Messages :
98
Date d'inscription :
16/02/2021
Ft :
Richard Harmon
[25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY Vide
MessageSujet: Re: [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY EmptyVen 9 Avr - 2:54

I'm there if you need
Tu étais du genre à te mêler des affaires des autres lorsque tu en avais envie. C’était l’une de tes nombreuses façons d’emmerder les gens. Enfin, c’est ce que tu dirais si Octavia te posait des questions. Tu n’allais jamais admettre facilement qu’une partie de toi s’inquiétait pour elle et que tu n’avais pas envie qu’elle se fiche en l’air. Tu gardais toujours en devoir de garder un œil sur elle lorsque Bellamy était absent, mais comme ce n’était pas une demande directe de ce rare ami, tu ne lui faisais aucun compte-rendu. Tu le faisais également pour ta propre conscience. Tu savais très bien que tu ne pourrais pas être la personne qui allait aider Octavia. Tu n’avais aucun bon conseil à prodiguer et tu n’étais pas une oreille attentive. Les gens n’avaient pas cette tendance à se confier à toi, car tu ne les écoutais pas et, souvent, tu les envoyais balader avant qu’ils aient le temps de terminer. Tu étais un ami sympa, non ? Tu ne pouvais pas te plaindre d’être seul. Tu le provoquais. La solitude te plaisait bien et pourtant… Alors que tu aurais dû rester tranquille dans ta tente à essayer de dormir, tu avais décidé de suivre la sœur de ton ami dans la forêt. Quel comportement suspect. Heureusement que tu n’étais pas si dangereux. Tu t’étais calmé considérablement. Tu l’avais été lors de ton arrivée ici. Tu avais provoqué des batailles et tu sentais que la liberté t’était montée à la tête au point de tuer. Tu t’étais fait peur toi-même. Le temps t’avait légèrement assagi. Tu continuais de chercher les emmerdes, c’était un fait, mais tu n’avais plus envie de mettre à mort la moindre personne qui osait te répondre.

Tu avais parlé en premier faisant sursauter au passage la jeune femme qui se pensait seule dans la noirceur de la nuit. Sur le moment, tu n’avais pas remarqué qu’elle pleurait. Tu avais seulement cru qu’elle avait besoin de respirer. Après tout, tu avais la sensation d’étouffer parfois dans votre propre campement. Tu étais heureux d'avoir tes propres activités à côté qui te permettaient de t’isoler, mais également de te nourrir. Comme cela, tu pouvais vivre ta petite vie tranquille et personne ne pouvait venir te réclamer quoi que ce soit. C’était parfait pour toi. Après avoir répondu par la négative à ta question, c’est un rire presque ironique qui s’échappa des lèvres de la jeune femme. « À côté de l’Arche et de ses règles à la con, c’est le paradis. » murmuras-tu. Après tout, il fallait voir le côté positif des choses non ? Ils n’étaient plus enfermés et ils pouvaient à nouveau respirer. Ta tête tournée vers Octavia, tu remarquas finalement sa peine alors qu’elle retira ses larmes sans essayer de se cacher. Il était sûrement trop tard de toute manière, tu l’avais vu et elle le savait. Sauf qu’elle savait aussi que ce n’était pas toi qui allais la juger. Tu eues un petit rire à ton tour à ses paroles suivantes. « Tu me connais si bien Octavia. » rétorquas-tu dans un premier temps avant de te déplacer pour te retrouver face à elle. « J’en ai peut-être rien à foutre, mais j’aime taper des gens. Alors dis-moi… Qui est le responsable de ces larmes ? Je te venge dès demain. » Le pourquoi n’était pas important. Si quelqu’un l’avait fait pleurer, il méritait une bonne droite. Tu ne voulais pas la voir dans cet état. Pour ajouter l’acte aux paroles, tu levas légèrement les mains afin de faire craquer tes poings. « C’est vrai que tu as une sale gueule. Tu as clairement besoin d’une bonne nuit de sommeil. Tu veux que je te veille ? Je ne te promets pas d’être encore là demain matin, mais tu auras quelques heures tranquilles. » Tu eues un petit sourire en coin. Tu étais un idiot et elle le savait très bien. Au fond de toi, tu avais envie d’être présent pour elle, de lui apaiser l’esprit, mais tu ne voulais pas qu’elle s’attache à toi. Tu n’étais pas une bonne influence. « Sinon… On passe la nuit debout et on fait des bêtises. Qu’est-ce qui te ferait envie ? Brûler Cérès ? » Ta proposition n’était pas sérieuse, tu n’avais plus aucune raison de vouloir t’attaquer à ceux de ton peuple. Tu étais libre maintenant, mais tu avais envie de faire sourire, même faiblement, la femme à tes côtés.
code par drake.
Octavia Blake et John Murphy
Revenir en haut Aller en bas
Octavia Blake
❝ Survivant ❞
Octavia Blake



Messages :
139
Date d'inscription :
11/02/2020
Ft :
Marie Avgeropoulos
Crédits :
Storm of face (vava) ; via google & tumblr (gifs) ; goodlifequoteru.com (quote)
[25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY Vide
MessageSujet: Re: [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY EmptyMar 13 Avr - 11:19


I'm there if you need.

Elle n'avait jamais eu de mal à dire clairement le fond de sa pensée à Murphy en ce qui concernait sa personne. Elle avait été forcée, par Bellamy, à côtoyer le jeune homme qui l'avait été tout autant. Ils n'auraient sans doute jamais réellement parlé s'ils avaient eu le choix et cela faisait qu'ils n'avaient jamais eu besoin de mettre des filtres sur ce qu'ils disaient. En un sens, Octavia aimait bien cela. Elle aimait qu'il ne mâche pas ses mots, qu'il lui dise réellement qu'il n'en avait rien à foutre d'elle et ne le faisait que pour son frère. Surtout cette nuit. Elle n'en pouvait plus des mensonges et des fausses promesses. Se retrouver face à quelqu'un qui ne mâcherait pas ses mots avait un côté agréable et rassurant.

Ironique, elle eut un petit rire cassant quand il assura qu'à côté de l'Arche, Cérès avait gagné en valeur du fait d'un nombre de règles à la con moins importantes. Une nouvelle fois, elle passa une main à son visage, ses yeux évacuant toujours quelques gouttes salées sur lesquelles elle n'avait aucun contrôle. Des règles à la con y en a des nouvelles, t'inquiètes pas., songea-t-elle tristement, sans pour autant évoquer les mots à voix haute.

Elle ne voyait pas vraiment de différence... ou peut-être qu'elle ne voulait tout simplement pas en voir. Certains lui disaient qu'elle avait de la chance. Elle s'occupait des enfants assez librement, n'avait pas vraiment de comptes à rendre, mais elle se disait que c'était probablement plus parce qu'en tant que mineur, elle devait être considérée comme à la charge de son frère. Frère qui travaillait. Frère qui avait un travail dangereux et précieux pour le camp. Les choses changeraient probablement bien vite le jour où elle serait considérée comme une personne à part entière... Si cela arrivait un jour.

Se concentrant sur le fait que Murphy était probablement la dernière personne au monde qui se préoccupait d'elle, elle le vit changer de place pour venir lui faire face. Une nouvelle fois, elle eut un petit rire accompagné d'un sourire, mais cette fois, il n'y avait rien d'ironique dedans, parce que Murphy lui disait simplement que s'il en avait rien à faire de son état, il était toujours partant pour botter les fesses et qu'elle semblait avoir des noms à lui donner. « Tu ne me croirais pas si je te le disais », dit-elle simplement. Qui pourrait croire qu'elle pleurait à cause de Bellamy, hein ? Tout le monde savait qu'elle était le centre de son monde depuis toujours. Personne ne réalisait que pour elle, cette époque était révolue. Elle n'était plus si importante. Elle ne le serait plus jamais et tout ce qu'il lui restait de cette époque, c'était les cauchemars et la peur de mourir. Les démons du passé étaient désormais ses compagnons et Bellamy n'était plus là pour les chasser dans son sommeil. Et elle commençait à comprendre comment on pouvait doucement glisser vers la folie.

« Brûler Cérès... », murmura-t-elle, comme rêveuse, alors qu'elle regardait en direction du camp, même si, trop loin, elle n'en voyait pas ses murs à travers les arbres. « C'est une idée alléchante. » Sauf qu'elle n'était pas ce genre de personne. Elle ne l'avait jamais été. Non. Elle avait d'autres genres de plans et sa proposition de faire des bêtises était vraiment très inspirante pour la brunette qui avait besoin de tout, sauf de retourner dans les tourments de son subconscient. Aussi, elle tourna de nouveau son visage vers le brun et le regarda droit dans les yeux, un air sérieux sur le visage. « J'en ai marre des secrets. J'en peux plus. Si j’entends encore un seul mensonge de la part de qui que ce soit, je te jure que je vais exploser, Murphy. J'ai envie d'aller en déterrer. » Soudainement motivée, se fichant bien du danger, et déterminée à faire quelque chose, elle commença à marcher de retour vers sa prison dorée. « Tu viens avec moi rentrer dans les bureaux du Conseil pour voir ce qu'ils nous cachent ? »

Murphy pouvait dire non. Pire, il pouvait essayer de l'en dissuader et aller prévenir Bellamy de la folie qui venait de prendre sa petite sœur, mais qu'importe. Elle ne pensait pas qu'il le ferait. Hormis quitter Cérès, Murphy ne l'avait jamais dissuadé en rien, n'avait jamais cherché à l'empêcher de rien. Elle espérait juste qu'il n'allait pas l'abandonner sur ce coup et allait l'accompagner. Il avait probablement plus de talent qu'elle pour ouvrir des portes sécurisées.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« you're not allowed to die »
Save me from the ones that haunt me in the night. I can't live with myself, so stay with me tonight. Don't go...
©️crackintime
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
John Murphy
❝ Survivant ❞
John Murphy



Messages :
98
Date d'inscription :
16/02/2021
Ft :
Richard Harmon
[25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY Vide
MessageSujet: Re: [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY EmptyMer 14 Avr - 3:19

I'm there if you need
Tu n’allais pas la croire si elle te le disait ? Tu haussas les épaules. « Est-ce vraiment important que je te crois ou non Blake ? Tu me donnes un nom, je m’occupe de lui sans te demander pourquoi. Je m’en fous, je veux juste taper quelqu’un. » Tu étais insupportable et tu le savais très bien. Tu n’allais changer pour rien au monde, ça faisait partie de toi. Tu prenais la vie beaucoup trop à la légère et tu te posais trop peu de questions. Un jour, ça aurait ta peau, mais pour le moment, tu survivais et ça t’allait. Tu n’avais pas besoin de rien de plus. Si tu étais resté sur l’Arche, tu serais mort le jour de tes 18 ans. Tu gagnais du temps et tu allais t’assurer de gratter chaque seconde possible. Certes, pour le faire, tu devrais arrêter de chercher les emmerdes et te faire oublier, sauf que ça, c’était impossible pour John Murphy.  

Le feu était une étrange passion pour toi. Peut-être parce que c’était l’un des derniers souvenirs que tu gardais avec ton père. Lorsqu’il t’avait appris, comme cela, comment manipuler cet élément. Avant la Terre, tu avais utilisé tes connaissances une unique fois. C’est ce qui t’avait envoyé en prison. Tu avais voulu venger la perte de ton père et en plus de mettre le feu aux appartements de ceux responsables de son arrestation, tu avais blessé gravement l’un des gardes mettant fin à sa carrière. Est-ce que tu t’en voulais ? Pas une seule seconde. Pour toi, c’était tout à fait mérité. Ton père était mort par leur faute, pas la faute entière de l’Arche. Sauf que tu n’avais pas pu te venger sur tout le monde. Tu aurais bien voulu que le conseil y passe pour leurs décisions à la noix et pour avoir fait exécuter ton paternel. Leur manque de cœur te dégoûtait. Il avait fait ça pour te sauver la vie, car ils n’avaient pas été foutus de le faire par eux-mêmes. Il n’aurait pas dû mourir pour cette raison. « Chacun de mes propositions est alléchante. » te vantas-tu avec un sourire presque fier sur les lèvres. La vraie question était plutôt de voir si tu allais vraiment agir si la brune te répondait par la positive. Si elle était aussi désespérée au point de vouloir brûler une communauté entière, tu allais peut-être devoir poser davantage de questions. Ce n’était pas ton genre, mais tu n’étais pas complètement idiot non plus. Tu n’allais pas laisser sombrer la brunette au plus bas.

Finalement, tu la laissas s’ouvrir un peu plus à toi, t’expliquer qu’elle n’en pouvait plus des mensonges. Tu haussas légèrement un sourcil face à cette révélation. Tu ne savais pas à quoi elle faisait référence exactement, mais elle semblait réellement avoir atteint le maximum qu’elle pouvait supporter. Ton regard s’alluma légèrement à sa proposition suivante. Tu sentais qu’elle comptait vraiment sur toi sur ce coup et qu’elle ne te faisait pas cette demande à la légère. « Toi aussi t’es pas mal en proposition alléchante. Fine équipe. » commenças-tu par dire. Toi, tu n’avais rien qui t’intéressait dans ce bureau, mais tu étais prêt à accompagner la brune et à la couvrir au besoin. Elle n’avait pas besoin de plus de problèmes qu’actuellement, tu pourrais en prendre pour elle. « Je suis persuadé que ces idiots notent leurs mensonges et que c’est tout ce qu’on va trouver. T’sais le Conseil est pas réputé pour sa franchise. » Tu roulas des yeux. Tu ne pouvais même pas compter sur une main le nombre de fois où ils avaient été vraiment honnêtes avec les archéens. Votre envoi sur Terre de manière top-secrète en était la preuve. « Mais seulement pour le plaisir de saccager leur salle du réunion, je suis partant. Le Conseil mérite de se faire retourner un petit peu. » Un demi-sourire naquit à la commissure de tes lèvres. Ça te plaisait bien. Certes, ça n’allait pas leur rendre la monnaie de leur pièce, mais peu importe, ça te ferait du bien. Ça risquait d’en faire à Octavia également. « Maintenant ? J’ai entendu que l’unité héraje-sais-pas était en mission. Ça fait des gardes en moins. » Tu étais prêt. Tu étais du genre à improviser, pas à planifier. Maintenant que tu avais l’idée en tête, tu avais seulement envie de quitter cette forêt, de prendre la direction de Cérès et de t’y infiltrer. En pleine nuit, ça pouvait le faire. Les gardes n’allaient pas laisser deux des leurs à l’extérieur des murs, non ? Sûr de ton coup, tu bondis sur tes pieds et tu tendis ta main à O’. Si elle l’acceptait, ça serait votre manière de sceller ce pacte.
code par drake.
Octavia Blake et John Murphy
Revenir en haut Aller en bas
Octavia Blake
❝ Survivant ❞
Octavia Blake



Messages :
139
Date d'inscription :
11/02/2020
Ft :
Marie Avgeropoulos
Crédits :
Storm of face (vava) ; via google & tumblr (gifs) ; goodlifequoteru.com (quote)
[25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY Vide
MessageSujet: Re: [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY EmptyJeu 15 Avr - 21:52


I'm there if you need.

Il y avait plus qu'un besoin de découvrir des secrets. Il y avait aussi un besoin de faire n'importe quoi, d'agir stupidement, d'être l'adolescente qu'elle n'avait jamais pu être en bref. Qu'elle n'avait plus jamais été depuis qu'elle avait causé la mort de sa mère. Elle savait que Bellamy se sentait responsable de l'exécution de leur mère, mais pour Octavia, c'était elle la responsable. Si elle n'était pas née, si elle n'avait pas grandi, si elle n'avait pas désiré si fortement sortir des murs de sa prison de métal, jamais Bellamy n'aurait pris le risque de la faire se balader dans les couloirs de l'Arche. Jamais elle n'aurait été prise et jamais leur mère n'aurait été accusé de crime contre la doctrine et les habitants de l'espace. Alors elle voulait juste, pour quelques minutes (quelques heures, si elle avait de la chance), oublier la culpabilité, les responsabilités et la peine. Elle souhaitait juste se souvenir de ce que cela faisait d'être innocente, frivole et un brin délinquante. Elle ne voulait plus penser à combien elle était une mauvaise sœur, une mauvaise fille et une mauvaise personne.

Elle sourit quand il lui assura qu'elle était douée aussi en propositions alléchantes. Ils allaient peut-être pouvoir faire une bonne équipe, finalement, oui. Ça n'était pas gagné d'avance. Elle se souvenait de Murphy, lui indiquant, presque au moment du départ, qu'il quittait le camp des 100 pour rejoindre Cérès, pour des raisons dont elle ne se souvenait même pas. Elle s'en fichait bien à l'époque... Enfin, jusqu'à ce qu'il lui dise que Charlotte et elle venait avec lui. Enfin... Jusqu'à ce qu'il ne lui laissait pas le choix. Il l'aurait traîné dans un sac si elle avait refusé. Elle n'avait pas le choix. Et puis à l'époque, prendre soin de Charlotte était un devoir auto-infligé. Elle n'était pas certaine que Murphy puisse correctement s'occuper d'elle si elle n'était pas là pour surveiller et comme elle l'avait promis à Bellamy, Octavia avait rongé son frein et avait suivi le mouvement. Elle était prisonnière ici, à cause de lui. Enfin surtout à cause de Bellamy, bien sûr, mais si elle devait accuser un tortionnaire, jamais ça ne serait son frère, peu importe l'état de leur relation actuelle. Elle était ici pour Bellamy, mais à cause de Murphy. La jeune Blake n'avait jamais été très juste dans ses prises de positions. Les choses semblaient évoluer, cependant et Murphy se montrait étonnamment intéressant ce soir. Motivant et enthousiasmant. Elle aurait pu trépigner si elle n'avait pas eu peur de passer pour une gosse puérile.

Malgré tout, Murphy la prévint qu'ils risquaient de ne rien trouver, sinon plus de mensonges. Une nouvelle fois, elle sourit à sa proposition s'ils en arrivaient là. Bien évidemment. Ils pourraient au moins mettre un peu de bazar. Le tout était de ne pas se faire prendre en bout de course. Mais Octavia, plus que de détruire, voulait des réponses, peu importe la question. Elle avait besoin d'avoir un peu plus que des regards de biais et des mensonges soigneusement travaillés. Elle attrapa donc la main du jeune homme, prenant aide de son impulsion pour se remettre debout. Que la mission commence. Mais avant tout, elle devait bien lui donner quelque chose d'alléchant, non ?

« Abby Griffin m'a surprise en train d'essayer de voler... » Non, ça, elle ne pouvait pas le dire. Si elle faisait un acte de fois en lui racontant un secret à creuser, elle ne pouvait pas lui donner quelque chose qu'il se sentirait obligé de dire à Bellamy qu'elle ne voulait pas qu'il apprenne. « Des trucs. C'était y a quelque temps maintenant et elle m'a couverte. Elle m'a couverte en échange d'un prélèvement de sang. Je suis certaine que s'il n'y a rien dans la salle du Conseil, il y a d'autres endroits où on pourra trouver des réponses à quelques questions. » Elle n'avait plus qu'à laisser Murphy lier les points, alors qu'elle avançait en direction de Cérès. Est-ce que c'était juste le sang d'Octavia Blake qui avait quelque chose d'intéressant ou était-ce celui des 100 ? Serait-elle la seule à être ponctionnée ou lui en demanderait-on à son tour un jour prochain ?

Arrivée près de Cérès, les deux comparses durent se faire discrets. Même s'il d'après Murphy, l'équipe spéciale n'était pas là (et elle ignorait totalement s'il avait raison ou pas), il y avait toujours des gardes pour surveiller les abords du camp et l'extérieur des bâtiments. Le danger pouvait venir de n'importe où et entre des délinquants un peu trop prompts à faire des bêtises et des dangers extérieurs, les gardes avaient pour dure tâche d'assurer le sommeil de tous, qu'ils vivent dans la carlingue délabrée ou dans des tentes placées ici et là à l'intérieur de la clôture.

[b]Chance -[/b] Fort heureusement, la chance étant de leur côté, le duo improbable parvint à rejoindre la porte de l'aile où se trouvait la salle du conseil sans se faire prendre.

Chance (relative) – Alors qu'ils avançaient bien en direction de la porte de l'aile où se trouvait la salle du conseil, un garde déboula à proximité, manquant de les surprendre. Le duo dû donc rapidement changer de direction pour éviter de se faire prendre un train de se balader en plein milieu de la nuit.

(Mal)Chance – Manque de chance pour le duo improbable, alors qu'ils avaient à peine fait trois pas à nouveau entre les murs, un garde armé se posta devant eux, comme s'il avait attendu qu'ils repasse la grille pour les attraper tel deux lapins de six semaines.


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« you're not allowed to die »
Save me from the ones that haunt me in the night. I can't live with myself, so stay with me tonight. Don't go...
©️crackintime
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
John Murphy
❝ Survivant ❞
John Murphy



Messages :
98
Date d'inscription :
16/02/2021
Ft :
Richard Harmon
[25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY Vide
MessageSujet: Re: [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY EmptyVen 16 Avr - 3:40

I'm there if you need
Un exemple, tu ne l’avais jamais été et c’est bien l’une des raisons qui rendait ta présence ici comme membre des 100 surprenante. Tu étais même un danger pour tes collègues, tu ne comprenais pas pourquoi tu avais été choisi. Tu ne le saurais jamais et au fond, tu t’en fichais. Tu n’irais jamais voir un membre de ce conseil à la noix pour lui demander ce que tu avais de si exceptionnel. Tu savais déjà la réponse au fond de toi. Rien. Tu n’avais rien d’exceptionnel et c’était à se demander si on t’avait pas choisi par espoir que tu meurs dans les premiers pour servir d’exemple aux autres. Erreur. Tu étais encore là et ce n’était pas prêt de changer. Tu étais idiot, certes, tu faisais des conneries et tu étais vu comme suicidaire, mais toi, tu avais bien l’intention de subsister et d’en faire voir de toutes les couleurs aux gens autour de toi. Tu ne comprenais pas comment Bellamy avait pu sérieusement te mettre en charge de sa sœur et de la petite Charlotte. Tu étais un danger. Et pourtant il l’avait fait et tu n’avais pas l’impression de l’avoir déçu. C’était à croire qu’on voyait chez toi des qualités que tu n’arrivais pas à voir toi-même.

« En échange de sang ? Elle va pas bien celle-là. » dis-tu dans un premier temps à l’endroit de ton amie en haussant un sourcil. Fière représentante du Conseil c’était particulier qu’elle n’ait pas dénoncé directement Octavia. Tu avais l’impression que ça leur faisait plaisir d’attraper quelqu’un la main dans le sac. « L’infirmerie hen ? J’ai un doute. » Tu avais pincé les lèvres en signe de réflexion. « Il y a beaucoup de monde qui passe par cet endroit, ça serait trop risqué. J’crois que c’est mieux caché que ça… Peut-être que la Doc’ Griffin a un laboratoire secret ? Je l’ai toujours imaginé en scientifique folle. » Sympa ? Oui, bien sûr. C’était dans ta nature. Tu critiquais, tu jugeais et tu disais tout ce qui te traversait l’esprit sur quelqu’un.

Ensuite, le duo se mit en route pour une petite marche nocturne avant d’atteindre Cérès. Ils n’auraient peut-être pas dû improviser de la sorte. C’était de se tirer une balle dans le pied, mais il était trop tard pour faire demi-tour maintenant. Tu ne comptais pas faire demi-tour, ce n’était pas dans ta nature. Lorsque tu avais une idée derrière la tête et qu’elle venait de toi, tu la tenais jusqu’au bout. L’entrée entre les murs de la communauté se passa mieux que ce que tu avais pensé. Tu n’allais pas t’en plaindre. Tu aimais quand c’était facile, mais ça ne pouvait pas le rester n’est-ce pas ? Alors que tu avais pris la confiance et que tu avançais vers l’aile sécurisée du Conseil, un bruit attira ton attention. Tu arrêtas de marcher et tu observas le sol où la lune commençait à refléter une ombre. Sans hésitation, tu attrapas Octavia par un poignet et tu la tiras derrière un conteneur. Tu lui fis signe de se taire et tu attendis de longues secondes que le garde se décide de retourner sur ses pas. « P’tain. On a eu chaud. » Tu eus un petit rire presque nerveux avant de te redresser. « Go, on n’a pas beaucoup de temps. » Dis-tu en reprenant le chemin de l’aile du bureau temporaire du Conseil. Tu n’avais aucune idée de ce qui vous attendait et ça ne te sécurisait pas. Néanmoins, tu n’avais pas l’intention de t’arrêter, ça allait bien. Alors que tu continuais d’avancer, un nouveau bruit se fit entendre derrière vous ce qui te poussa à t’arrêter de nouveau. Personne ne dormait dans cet endroit ?

Chance – Fausse alerte. C’était un coup de vent. Détends ton slip Murphy !
Neutre – Vous vous faites dévisager par un habitant de Cérès en route pour rejoindre son appartement. Un beau sourire d’Octavia devrait suffire pour lui retirer les doutes, non ?
Malchance – Le garde de tout à l’heure vous a entendu – ce con -. Vous allez devoir répondre à quelques questions et trouver une bonne excuse.
code par drake.
Octavia Blake et John Murphy
Revenir en haut Aller en bas
Octavia Blake
❝ Survivant ❞
Octavia Blake



Messages :
139
Date d'inscription :
11/02/2020
Ft :
Marie Avgeropoulos
Crédits :
Storm of face (vava) ; via google & tumblr (gifs) ; goodlifequoteru.com (quote)
[25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY Vide
MessageSujet: Re: [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY EmptySam 17 Avr - 11:42


I'm there if you need.

Pour Octavia, il y avait vraiment anguille sous roche. La protéger pour un peu de sang, il y avait bien trop de mystère là-dedans et si sur le coup, elle s'était bien moqué de comprendre pourquoi, ce soir, les questions sans réponses lui était insupportables et le sujet intéressant comme jamais. Elle hocha la tête quand il assura qu'il ne pensait pas trouver quoi que ce soit dans l'infirmerie. « Si seulement on savait comment ils gardaient des traces de la préparation du projet 100 », souffla la brunette, bien d'accord. « Je pense pas qu'ils laissent leurs dossiers sensibles là où n'importe qui pourrait les trouver. » Elle imaginait bien Abby Griffin cacher des dossiers médicaux dans ses quartiers. Sans doute même que Clarke n'était pas au courant. Après tout, la blonde avait été envoyée sur Terre par sa propre mère, et cela, sans qu'elle n'en ait la moindre idée, non ? Du moins O' avait cru comprendre que Clarke ne savait pas avant d'être mise dans la navette avec tout le monde. Quant à Kane, c'était sans doute bien plus simple pour lui de cacher des notes. Il avait le pouvoir, sans doute même toute l'intimité du monde, contrairement aux autres du bas peuple. Il pouvait sans mal dormir la tête sur des dossiers top secrets sans que quiconque ne vienne y fourrer son regard. Les gens avaient toujours trop peur d'être envoyés à la dérive, même si sur Terre, ce mode d'exécution n'avait plus lieu d'être.

Bientôt en mission, le silence se fit entre les deux comparses, mais pas les échanges. Par un geste, un regard, ils parvenaient à se faire comprendre les éléments essentiels pour avancer sans se faire prendre. D'un coup, Murphy attrapa le bras d'Octavia et la tira derrière un conteneur, la surprenant, mais il lui fit rapidement comprendre d'un mouvement qu'elle ne devait pas faire de bruit. Essayant de se concentrer sur sa respiration, pour ne pas être entendu, elle attendit donc patiemment, le cœur battant la chamade. S'ils se faisaient prendre, Bellamy allait être furieux. Contre elle, probablement contre Murphy aussi. La question qu'elle se posait, pour la première fois de sa vie, était de savoir s'il penserait que c'était le jeune homme, ou elle, l'instigateur de ce plan foireux.

« P’tain. On a eu chaud. », souffla Murphy, une fois qu'ils furent de nouveau seuls. Elle hocha simplement la tête. Ils n'avaient pas trop de temps pour célébrer leur chance, c'était évident. Il fallait faire vite. Seulement, arrivé près de la porte, ils furent à nouveau interrompus. Pas un garde, heureusement. Octavia reconnue vaguement le père d'une enfant dont elle s'occupait souvent. C'était un cultivateur. Il les regarda avec suspicion et Octavia lui sourit gentiment, tout en attrapant la main de Murphy. « Allez vient ! », dit-elle doucement, comme si elle ne voulait pas réveiller quiconque autour, ni attirer l'attention sur eux, tout en se montrant la plus innocente possible. « On voit mieux les étoiles depuis les champs ! Je suis sûre que ce soir, tu vas réussir à trouver Cassiopée. » C'était un peu idiot, mais c'était la seule excuse qu'elle avait pu trouver en si peu de temps pour justifier leur présence. Et puis elle avait déjà fait des cours d'astronomie aux enfants, donc ça pouvait passer.

Ils firent trois pas, quand elle vit que l'homme avait continué sa route sans se poser plus de questions. Elle bifurqua alors rapidement, tirant toujours Murphy par la main et entra enfin dans l'aile, avant que l'homme puisse même voir qu'ils avaient disparu. Elle souffla, une fois la porte close. « J'ai le cœur qui bat la chamade », murmura-t-elle un grand sourire aux lèvres, essayant de ne pas rire. Elle s'amusait vraiment et ça faisait du bien.

Option 1 – Le couloir dans lequel il se trouvait maintenant était à peine éclairé (probablement l'économie d'énergie vitale pour Cérès qui n'avait pas encore beaucoup de moyens pour éclairer le camp) et il était difficile pour le duo de voir à plus de deux ou trois mètres devant eux. Pas vraiment l'idéal pour leur sécurité, mais ils se dirent qu'en étant prudents, ils pourraient aller encore un peu plus loin.

Option 2 – Le couloir est vivement éclairé, même en cette heure tardive et cela laisse peu de doute au duo quant au fait qu'il s'y trame quelque chose. Une réunion du Conseil ? Une réunion avec l'équipe spéciale des gardes revenus de mission ? Une réunion secrète entre Abby Griffin et Marcus Kane concernant tous les secrets de leurs expériences douteuses ? L'esprit d'Octavia imagine déjà mille choses, mais une chose est sûre avec cette lumière : Ils pourraient découvrir quelque chose ou se faire prendre et avoir vraiment de gros ennuis... Ou peut-être les deux.

Erreur fatale – Un bruit de pas et avant même qu'ils n'aient eu le temps de réagir, Murphy et Octavia se retrouvent face à un binôme de garde qui passait dans le couloir du fond. Cette fois, ils ne pourront pas s'en sortir avec un sourire, même venant de Murphy.



Spoiler:
 

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« you're not allowed to die »
Save me from the ones that haunt me in the night. I can't live with myself, so stay with me tonight. Don't go...
©️crackintime
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
John Murphy
❝ Survivant ❞
John Murphy



Messages :
98
Date d'inscription :
16/02/2021
Ft :
Richard Harmon
[25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY Vide
MessageSujet: Re: [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY EmptyDim 18 Avr - 2:09

I'm there if you need
L’Arche et ses mystères. Malheureusement le temps et l’arrivée des archéens sur Cérès ne semblaient pas aider la cause du Conseil. Des secrets, il y en avait à la pelle et selon toi, ça n’allait pas changer car des « jeunes » avaient rejoint ce dit Conseil. Au contraire, les mêmes têtes enflées s’y trouvaient toujours et ils allaient convertir tout le monde à leur régime de mensonges et de secrets. Le tout en espérant que le petit peuple allait suivre sans rien dire. Ce que ça pouvait t’énerver, mais qu’est-ce que tu pouvais y changer ? Rien, tu n’étais qu’un pion dans cette communauté et tu n’avais jamais essayé d’aider ta cause pour devenir « quelqu’un ». Et si devenir quelqu’un voulait dire de ressembler à la mère Griffin, sa fille ou Kane, tu préférais encore rester un pion libre et heureux. Et c’était à se demander au fond, si tu voulais tout savoir. Toi, tant qu’on te laissait tranquille, le reste t’importait peu. Mais tu pouvais comprendre ton amie. Elle se posait énormément de questions et c’était normal étant donné qu’elle était victime d’une cachotterie de leur médecin en chef. Est-ce qu’elle saurait pourquoi un jour ? Tu en doutais. Abigail avait sûrement déjà une douzaine d’excuses en réserve pour faire comprendre à Octavia que tout allait bien et qu’elle était paranoïaque. Tu détestais la vie d’adulte avec des responsabilités.

Vous n’aviez pas eu la meilleure idée. Tu le savais très bien et pourtant, tu étais là à continuer d’avancer la tête baissée. L’arrivée soudaine du garde aurait dû sonner une alarme dans votre crâne, mais ça n’avait pas été le cas. Vous aviez continué d’avancer comme si rien ne s’était passé et en espérant que ça soit votre unique contrainte. Tu avais pensé trop vite. Des nouveaux pas et un regard croisé avec un inconnu. Immédiatement, tu jetas un coup d’œil à ta partenaire du crime qui comprit le message et qui prit la situation en main. Enfin… C’est plutôt ta main qu’elle prit et tu dus te retenir de froncer les sourcils sous ce geste soudain. Bien vite, tu compris pourquoi elle l’avait posé et tu serras légèrement tes doigts autour des siens pour donner un certain naturel à cette proximité qui ne vous ressemblait pas. « Je te fais confiance, ne me déçois pas. Ça fait plusieurs nuits que le ciel n’est pas de mon côté. » Le mensonge aurait pu ne pas passer, mais tu passais suffisamment de temps dehors la nuit pour savoir que le ciel était très ennuagé en ce moment. Et tu devais répondre quelque chose à la Blake pour que votre conversation ne soit pas suspecte. C’était chose faite et vous vous étiez débarrassé de l’homme qui avait continué son chemin. Parfait.

« Tout va bien aller. » dis-tu d’une voix rassurante. Tu voulais y croire. Ta main ne lâchait pas celle d’O’ alors que tu commenças à avancer dans le couloir. « Bordel, on n’y voit rien. » murmuras-tu visiblement contrarié par la noirceur du couloir. Tu ne savais même pas où se trouvait la salle du Conseil. Si Octavia ne le savait pas non plus, vous alliez devoir vous déplacer à tâtons tout en espérant de ne pas vous faire voir. Pour cette raison, tu préférais longer le mur droit. Tu te disais que si un garde passait, il serait au centre de ce dernier et risquait de ne pas vous voir. « Tu sais c’est où toi ? » demandas-tu à l’endroit de ton amie. Tu ne savais pas pourquoi elle le saurait davantage que toi, mais tu t’essayais.  

Option 1 – Vous ouvrez une porte en étant persuadés que c’est celle de la salle réunion. Erreur. C’est une salle de papeteries. Est-ce que ça vaut la peine de la fouiller ? C’est cool les crayons ! De toute façon, vous n’avez pas le choix d’y pénétrer. Des bruits de pas se font entendre dans le couloir. Il faut s’enfermer.
Option 2 – Malgré la noirceur du couloir et votre hésitation. Vous arrivez devant la fameuse porte qui vous fait envie. Le silence règne autour de vous. On entend seulement vos souffles (et le cœur d’Octavia). Maintenant… Est-ce que vous aurez le courage d’y pénétrer ? Ou est-ce que vous allez pouvoir y parvenir sans problématique ?
Option 3 – Vous pensez que tout se passe bien et que la chance est de votre côté. Sauf qu’une caméra de surveillance avec capteur infrarouge et vision nocturne vous détecte. Si vous n’avez pas les problèmes immédiatement, dans les prochains jours ça va arriver. En attendant, vous vous arrêtez devant une porte suspecte. Allez-vous rentrer ?

code par drake.
Octavia Blake et John Murphy
Revenir en haut Aller en bas
Octavia Blake
❝ Survivant ❞
Octavia Blake



Messages :
139
Date d'inscription :
11/02/2020
Ft :
Marie Avgeropoulos
Crédits :
Storm of face (vava) ; via google & tumblr (gifs) ; goodlifequoteru.com (quote)
[25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY Vide
MessageSujet: Re: [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY EmptyJeu 29 Avr - 21:29


I'm there if you need.

S'amuser, faire des choses sans réfléchir, sans penser à son frère, sans penser à combien elle n'était que déception pour lui. Juste faire un peu ce qu'elle voulait, libre de tout sens moral, de toute culpabilité et de tout regret... Elle n'avait jamais vraiment connu cela avant, n'avait pas eu le loisir de l'expérimenter, ni depuis sa cachette sur l'Arche, ni sur Terre, avec l'ombre d'un Bellamy surprotecteur, puis absent. Cela lui faisait du bien d'expérimenter un peu les choses. De se sentir vivante, le cœur battant fort, pulsant dans ses tempes et à ses oreilles... et pas de peur... ou si peu. D'habitude, ce genre de sensations puissantes était associé à la croyance profonde que sa dernière heure était arrivée et la mort d'en l'âme que son dernier souffle soit bloqué dans sa gorge par les mains de sa mère. Alors elle riait, essayant d'être discrète, alors que le sourire refusait obstinément de quitter ses lèvres.

Leur petit mensonge avait marché, Murphy avait parfaitement compris son petit manège et l'avait allègrement suivi, jusqu'à ce qu'ils soient à l'abri, loin de tout regard indiscret et inquisiteur. Plongé dans une pénombre intense, le duo se retrouva bien vite dans l'accord tacite qu'ils étaient quand même un peu dans la merde. Murphy le confirma d'un : « Bordel, on n'y voit rien. » Ironiquement, des années à se cacher sous le sol ou dans le placard sous l'évier avait formé les yeux d'Octavia à voir avec très peu de luminosité. Bien sûr, elle n'était pas un animal nocturne (Bellamy lui avait lu, plus jeune, des livres où on parlait des capacités de vision des animaux nocturnes.) et n'avait qu'une vision limitée d'humain, mais il y avait longtemps qu'ils avaient noté, Bell, leur mère et elle, qu'elle voyait mieux qu'eux, chaque fois que Walden était limité en électricité pour préserver l'énergie à Phoenix.

La brune secoua malheureusement la tête par la négative, lorsque le jeune homme lui demanda où ils devaient aller, mais elle commença malgré tout à marcher dans le couloir, tenant toujours Murphy par la main, comme si s'accrocher l'un à l'autre les aidait à assurer leur avancer en toute sécurité. « Je pense qu'il faut chercher la plus belle porte du coin », dit-elle, moqueuse. Elle avait du mal à imaginer que la salle du Conseil puisse se trouver derrière une porte classique. Elle imaginait une double porte, plus propre que le reste de l'aile, sans doute avec une ouverture électronique et peut-être même une caméra de vidéo-surveillance braquée directement dessus pour la surveiller.

Merde !

Elle n'eut pas le temps de pousser plus loin ses réflexions sur la potentialité non envisagée précédemment que des caméras enregistrent leurs mouvements depuis le début. Murphy ouvrit une porte avant qu'elle n'ait le temps de dire quelque chose, et si la salle n'avait rien d'intéressant, ils durent bien vite y entrer et fermer la porte derrière eux, car des bruits de firent entendre dans le couloir. Le souffle un peu plus court, Octavia fit son maximum pour calmer sa respiration et ne pas se faire avoir stupidement par une respiration trop bruyante. Elle posa son doigt devant sa bouche pour intimer au jeune homme de ne faire aucun bruit, alors que les pas (accompagnées de deux voix masculines), se firent entendre de plus en plus fort. Les deux hommes allaient clairement passer devant leur porte, le tout était de ne leur donner aucune raison de s'arrêter là.

Option 1 – Sauf qu'ils n'avaient aucune chance. À mesure qu'ils approchaient, Octavia entendit clairement les paroles des deux hommes. Ils communiquaient avec quelqu'un par des talkies-walkies et la voix métallique leur annonça qu'ils s'étaient caché dans la réserve de papeterie, que la caméra dans le couloir, qu'ils n'avaient pas vu, les avait pris en train de s'y cacher.

Option 2 – Fort heureusement, à mesure qu'ils approchaient, Octavia pouvait entendre de plus en plus clairement leur conversation et il était évident que les deux hommes parlaient de leur vie privée, comme s'ils n'avaient aucune notion qu'ils auraient pu prendre des intrus sur le fait.F Les deux hommes se firent entendre très clairement pendant quelques secondes, avant que les voix ne deviennent de plus en plus base, jusqu'à ce que la porte qu'ils avaient précédemment emprunté pour entrer, Murphy et elle, claque à nouveau, ne laissant plus que le silence. « Ils sont partis. », souffla-t-elle tout bas.


Option 3 – Regardant rapidement autour d'elle pour trouver une solution de replis si les deux gardent avaient l'idée de venir dans la pièce, Octavia ne vit rien de particulier. Rien qu'une bouche d'aération, assez grande pour laisser passer une personne adulte, près du plafond. S'ils déplaçaient un peu le bureau, ils pourraient monter dessus pour atteindre la bouche, mais pour ça, ils feraient du bruit, ce qui était inenvisageable tant que les deux gardes continuaient de discuter de leurs relations amoureuses devant la porte de la réserve, comme c'était le cas présentement. Elle roula des yeux, désespérément agacée. Ils ne pouvaient pas faire leur travail au lieu de se raconter leurs histoires de fesses ? En attendant, la brune sourit à son comparse en lui montrant sa trouvaille. S'ils passaient par là, ils auraient beaucoup moins de chance de se faire prendre et pourraient probablement éviter les écueils tels que les caméras de surveillance, les gardes ou les portes fermés électroniquement.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« you're not allowed to die »
Save me from the ones that haunt me in the night. I can't live with myself, so stay with me tonight. Don't go...
©️crackintime
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
John Murphy
❝ Survivant ❞
John Murphy



Messages :
98
Date d'inscription :
16/02/2021
Ft :
Richard Harmon
[25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY Vide
MessageSujet: Re: [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY EmptyMer 30 Juin - 4:26

I'm there if you need
Tu aimais l’improvisation Murphy. Tu aimais te jeter la tête baissée dans toutes les situations et tu croisais les doigts pour que tout se passe bien. Généralement, on pouvait dire que tu avais de la chance. Est-ce que ça serait le cas ce soir ? Ça faisait longtemps que tu n’avais pas eu l’impression de faire une aussi grosse bêtise et c’est bien ce qui te poussait à continuer. Tu aimais l’adrénaline que tu ressentais. Tu aimais ce que la crainte de te faire attraper provoquait chez toi. Est-ce qu’on pouvait dire que tu prenais ton pied ? Presque. Ça y ressemblait. « Bien vu. » Tu eus un léger sourire. Les conseillers étaient tous des prétentieux, ça te semblait normal qu’ils se cachent derrière la plus belle porte. Tu ne serais même pas surpris qu’elle soit entourée de néons dans l’optique d’attirer l’attention. Après une recherche pas aussi simple que tu avais pensée, tu finis par choisir de manière aléatoire. Il restait seulement à espérer que tu ne te sois pas planté.

Bingo… Tu t’étais planté. Devant toi, il y avait des étagères remplis de vieux papiers, crayons et plein de choses complètement inutiles. Tu roulas des yeux. Tu avais presque envie de frapper dans l’une d’entre elle sous la frustration que tu ressentais. C’est des bruits dans le couloir qui t’empêchèrent de t’exécuter. Ce n’était pas le moment de vous faire attraper, car tu étais en colère. Tu allais pouvoir te rattraper plus tard et trouver cette fameuse salle du conseil. Ton regard croisa celui d’Octavia et tu devinas à son geste que c’était le moment de vous taire. Tu hochas délicatement la tête. Tu avais compris. Tu avais entendu les voix. Vous n’étiez plus seuls et il restait seulement à espérer que les gardes derrière la porte n’aient pas besoin d’un papier pour bien illustrer leurs histoires de fesses. Tu ne pus t’empêcher de rouler les yeux en les entendant s’attarder sur des détails inutiles et que tu menaçais d’être faux afin d’impressionner l’autre.

Tu commençais à être impatient et tu devais te retenir de tapoter du pied sous la nervosité que tu ressentais. Heureusement qu’Octavia était là pour attirer ton attention. Tu suivis son doigt et tu souris légèrement. Encore une fois, tu avais compris directement où elle voulait en venir. Silencieusement, tu te dirigeas vers le bureau afin d’attraper ton côté. En temps normal, tu l’aurais déplacé seul, mais tu ne voulais pas risquer le moindre bruit. Lorsqu’Octavia attrapa son côté, tu soulevas le tien afin de le déplacer devant le conduit de ventilation. Ne pouvant parler, tu fis un signe de tête vers Octavia pour la laisser prendre les devants. Elle était plus petite que toi – et surtout plus habituée aux endroits clos –. Maintenant que vous étiez prêts, il restait seulement à attendre que les gardes quittent et c’est ce qui arriva une dizaine de minutes plus tard. C’était parti. « À toi de jouer. » soufflas-tu. Tu avais l’intention de la suivre, mais tu la laissais prendre les devants.

Option 1 – Le trajet vous semble long et vous avez l’impression d’étouffer. Vous avancez à l’aveugle, mais vous n’avez pas le choix. C’est votre unique option. Au bout d’un trop long moment, Octavia se dirige vers une grille qu’elle pousse afin de la faire tomber. Bingo! C’est la salle du Conseil. Vous pouvez sauter à l’intérieur et vous amuser maintenant.

Option 2 – Octavia a tout juste le temps d’atteindre la bouche de ventilation que du bruit se fait entendre dans le couloir. Tu n’as pas eu le temps de réagir que la porte de la papeterie s’est ouverte. Vous avez fait plus de bruit que vous pensiez en ouvrant la grille. Tu dois trouver des excuses et espérer qu’Octavia puisse s’éloigner suffisamment afin de ne pas se faire attraper à son tour.

Option 3 – Vous vous perdez complètement dans la ventilation. Un coup à droite, un coup à gauche. Vous ne trouvez aucun chemin intéressant. Impossible de revenir sur vos pas non plus, vous êtes perdus. Tout se ressemble dans la noirceur. À force d’avancer, vous vous retrouvez de nouveau dehors. Est-ce que vous recommencez de zéro ? Ou vous laissez le plan de côté pour revenir une prochaine fois en étant mieux préparé ?

code par drake.
Octavia Blake et John Murphy
Revenir en haut Aller en bas
Octavia Blake
❝ Survivant ❞
Octavia Blake



Messages :
139
Date d'inscription :
11/02/2020
Ft :
Marie Avgeropoulos
Crédits :
Storm of face (vava) ; via google & tumblr (gifs) ; goodlifequoteru.com (quote)
[25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY Vide
MessageSujet: Re: [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY EmptyMar 13 Juil - 13:24


I'm there if you need.

La situation était dangereuse et elle le savait. Plus ils avançaient, plus il leur serait difficile de prétendre qu'ils s'étaient simplement perdus et n'avaient pas de mauvaises intentions. Pourtant, plus ils avançaient et plus son cœur battait vite et fort, l'adrénaline inondant ses veines, l'excitation et le plaisir grimpant toujours plus. Elle s'amusait vraiment. Comme elle ne l'avait plus fait depuis si longtemps. Et elle avait de l'appréhension, aussi. Pas vraiment du fait que c'était dangereux ou qu'ils risquaient gros, mais à l'idée de trouver quelque chose... ou de ne rien trouver.

D'un commun accord, silencieux, Murphy et Octavia se saisirent chacun d'un côté du bureau pour le soulever et venir le placer sous le conduit. Prudemment, le plus silencieusement possible, ils firent leur œuvre avec application. Puis une fois fait, elle comprit que Murphy l'invitait à passer devant. C'était risqué, encore plus, avec les deux idiots devant la porte, mais en même temps, ils faisaient assez de bruits à deux pour couvrir leurs propres petits bruits. La discrétion était une seconde nature chez la jeune Blake, qui avait même appris à respirer en silence. Savoir vivre sans un bruit était une question de survie depuis la naissance pour elle. Elle se mit en position, même si elle n'ouvrit pas la grille immédiatement. Si les gardes prenaient la décision d'entrer, alors elle serait plus vite dans le conduit et Murphy pourrait plus rapidement la rejoindre afin qu'ils s'échappent. Mais tant qu'ils n'avaient pas de risque de se faire prendre en restant silencieux et immobile, elle se contenta de se mettre debout, devant la grille, à attendre que les gardes partent.

Dès qu'ils s'éloignèrent, Murphy lui souffla que c'était à elle de jouer et elle hocha la tête, avant de tirer sur la grille. Elle ne vint pas du premier coup, mais quand elle tira une nouvelle fois dessus, elle se dégonda avec un petit couinement. Octavia resta immobile une seconde, juste pour s'assurer que personne n'avait entendu, puis elle fit lentement passer la grille au jeune homme pour qu'il la pose par terre, alors qu'elle sautait déjà dans le conduit.

Le tuyau était assez large pour elle, sans doute un peu moins pour son comparse, mais pour tous les deux, il était sombre, peu oxygéné, poussiéreux. Ouvrant la marche, Octavia faisait voler la poussière, arrosant allègrement ses poumons et dirigeant les restes vers l'autre, les intoxiquant tous les deux d'un nuage brûlant la gorge et irritant les bronches. Une habitude pour elle, encore une fois. Le manque de lumière, d'oxygène, la poussière... C'était tristement facile pour elle d'évoluer dans cet environnement, d'arriver jusqu'à une nouvelle grille qu'elle repoussa sans grand effort, la retenant pour ne pas faire trop de bruit et la laisser pendre au bout du tuyau, rattaché par un joint de métal.

Sautant dans la pièce, Octavia réalisa vite qu'ils étaient exactement là où ils avaient prévu d'aller. Un fin sourire aux lèvres, l'excitation au bout des doigts, elle garde une maîtrise cependant, se déplaçant lentement dans la pièce, trop vite pour trouver quoi que ce soit. Il n'y avait qu'une table, des chaises et des tableaux vides, sans doute effacé après chaque conseil pour ne laisser aucune chance à quiconque de trouver quoi que ce soit d'utile. Pas même un dossier abandonné. Glissant le bout de ses doigts sur la table, elle imagina Bellamy, là, sur une chaise, la regardant avec désapprobation. Son grand frère adoré... Le nouvel homme du Conseil. Traitre à ton sang...

Sans prévenir, sans donner la moindre chance à Murphy de l'en empêcher, elle se saisit de la chaise la plus proche d'elle, fixant toujours celle où elle imaginait son frère, si réel dans sa tête, et la balança à travers la pièce avec un grognement de rage.

Option 1 – Le mouvement soudain, la brutalité du geste sans doute, rendit le bruit encore plus violent et intense. Brisant un silence profond en une seconde d'un capharnaüm qui ne pouvait être passé inaperçu. Rapidement, des bruits de pas de course se firent entendre à l'extérieur et le cliquetis de la porte, alors que les gardes les plus proches accouraient pour trouver les troubles faits, les braquant sans ménagement en leur ordonnant de lever les mains.

Option 2 – Le mouvement soudain, la brutalité du geste sans doute, rendit le bruit encore plus violent et intense. Brisant un silence profond en une seconde d'un capharnaüm qui ne pouvait être passé inaperçu. À croire que le jour de chance est sans fin, cependant, ne resta bientôt plus comme bruit que la respiration lourde d'Octavia, fixant toujours la chaise avec défi, alors que le silence tombait à nouveau sur eux, comme une chape et non plus comme une chance.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« you're not allowed to die »
Save me from the ones that haunt me in the night. I can't live with myself, so stay with me tonight. Don't go...
©️crackintime
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
❝ ❞



[25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY Vide
MessageSujet: Re: [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY [25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY Empty

Revenir en haut Aller en bas

[25/11/2482] I'm there if you need || OCTAVIA&&MURPHY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru :: Autres endroits-